Le Royaume-Uni envisage d’augmenter son arsenal nucléaire de 40%

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

127 contributions

  1. JM24 dit :

    On pourrait faire se programme en commun, Fr et GB.
    Une force SNLE ensemble et du missiles M 51.
    Une force de dissuasion de pays de l Europe.
    Programme, essais, modernisation, étude, etc, des économies pour sais deux pays.

    • 에르메스 dit :

      L’UK se reposent sur les US pour les vecteurs et que je sache ils accèdent au laser MJ (En France) et ses installations pour valider les têtes nucléaire ?
      Il parait que la France et l’UK ont commencé à discuter sur la coordination des patrouilles de SNLE, mais c’est assez complexe comme sujet.
      .
      Jamais on ne verra de M51 en UK, déjà parce qu’on vend pas des M51’s et qu’ils ont accès aux vecteurs US donc ils ont rien à gagner a part dépenser des sommes folles inutilement.

    • Gandalf dit :

      Pour info, le RU a deja un partenaire depuis longtemps. Les missiles nucleaires utilises par le RU sont des Trident fabriques par les US

    • John dit :

      La France dira exactement la même chose qu’avec l’Allemagne et le SCAF. Soit, ne donnons pas de contrats aux Anglais car on a toutes les compétences.

      Je pense que la vraie question, avec la France qui vante à tout prix une force européenne, c’est de pouvoir remplacer la B61 par qqch d’européen, et d’augmenter le nb de têtes nucléaires en Europe pour que l’Europe puisse être autonome.
      Ce n’est pas l’arsenal franco-britannique actuel qui protégera l’Europe. Il est conçu pour protéger leur nation (ce qui est évidemment logique).
      Proposer une arme de type B61, avec la France dans la boucle d’autorisation de tir permettra de concurrencer les USA sur certains domaines, et permettrait même à la France de rentabiliser les coûts de R&D en vendant des équipements militaires.
      Il ne serait pas impensable d’imaginer un SNLE français vendu aux Allemands, ou à l’UE, équipé de M51, et avec des officiers Français à bord, responsables de représenter l’intérêt français et de valider ou non un tir voulu par le « client ».

      • Fralipolipi dit :

        @John
        « Il ne serait pas impensable d’imaginer un SNLE français vendu aux Allemands, ou à l’UE, équipé de M51 »
        Etes-vous éveillé ? ou bien somnambule et vous tapez ce post durant votre sommeil ?
        … il y a juste Zéro chance que cela arrive.
        .
        Quand à « Proposer une arme de type B61 », … non surement pas.
        Le B61 est une arme hyper ancienne qui ne permet d’atomiser que son voisinage.
        Nous avions l’équivalent du temps du Mirage IV, dans les années 60/70.
        .
        Désormais, en France, nous avons infiniment mieux avec l’ASMP, puis l’ASMP-A, et plus tard ASN4G.
        .
        La B-61 n’est qu’un outil diplomatique & politique (servant les US), mais militairement quasi inutile.

        • 에르메스 dit :

          La B61 devrait permettre de raser les immenses colonne blindé du pacte de varsovie.
          .
          En 2021 elle est inutile, c’est une relique du passé, mais elle avait son concept auparavant.

          • John dit :

            Quand je dis « de type B61 », j’explicite ce que j’entends derrière, « avec la France dans la boucle d’autorisation de tir ».
            Après, ça peut être un missile de croisière, hypersonique, ou autre, peut-être même un équivalent aux missiles balistiques terrestres russes. Mais ce que j’entends, c’est un outil que la France proposerait aux pays ayant la B61, pas forcément tous, afin de concurrencer l’influence américaine sur ces pays.
            C’est facile de se plaindre de l’influence, mais il faut admettre que l’investissement américain pour l’Europe est largement supérieur que l’investissement des gros pays européens pour la défense de l’est de l’Europe. Et pour le coup, seule l’industrie de la défense est bénéficiaire aux USA, pour le reste, on exporte largement plus que l’on importe du côté UE.

            Maintenant, malgré tout, pour la B61, a certaines qualités que peu d’armes nucléaires ont.
            La dissuasion française est réalisée par:
            – Marine, avec leurs SNLE. Les missiles sont équipés de TNO – 100 kt de puissance
            – Armée de l’air, Rafale, missiles de croisière avec tête nucléaire TNA – 300 kt
            Le Royaume Uni
            – uniquement 4 SNLE avec missile Trident et têtes de 100 kt
            Ces têtes nucléaires n’ont qu’un rôle stratégique car très puissantes, mais pas de rôle tactique. Et la B61 peut avoir ce rôle, et je pense que ce rôle tactique pourrait être une niche à combler. La plateforme de lancement n’est pas vraiment la question, il s’agit surtout de penser à combler cette niche.
            Mais avec les traités sur le nucléaire, la réduction du nombre de têtes pour lesquels se sont engagés bcp de nations a poussé vers la conservation du minimum national pour un rôle stratégique, et les têtes nucléaires de faible puissance sont passées à la trappe. Du moins cela vaut pour les « petites » puissances nucléaires.
            Donc en ce sens, la B-61 ou n’importe quel équivalent en terme de puissance a un réel intérêt en Europe. Et l’intérêt principal c’est un effet de s’attaquer à d’éventuelles concentrations de troupes / blindés.
            Mais justement, en ce sens, l’intérêt est toujours là. La dissuasion nucléaire a plusieurs composantes en général pour sa crédibilité.
            Mais elle devrait avoir aussi une gamme de puissance. Une puissance réduite permet d’envoyer un avertissement. Je sais bien que l’avertissement actuel, c’est un missile à vide et/ou ne visant une zone inhabitée, idéalement en mer. Mais le problème de cette solution, c’est qu’elle n’aide pas dans certains cas de figure.
            Imaginons le cas où demain, la Russie attaque les Pays Baltes. Sont-ils suffisamment importants pour que l’OTAN fasse utilisation de la bombe atomique? J’en doute, surtout dans le sens stratégique.
            Par contre, engager un conflit conventionnel pour empêcher les Russes d’avancer, j’y crois plus facilement. Et dans ce type de situation, une bombe dont le rayon d’impact est « relativement faible » et s’attaquerait aux forces russes, mais dans le pays où ils ne sont pas sensés être sans physiquement toucher la Russie.
            Et cet exemple pour moi explique notamment pourquoi aujourd’hui une attaque russe est impensable. C’est ces capacités stratégiques et tactiques qui bloquent toute idée d’avancement.
            Se débarrasser de la composante aérienne et de l’éventail de puissance de la B-61 serait une erreur. La remplacer par un missile récent, pourquoi pas !

        • John dit :

          C’est bien l’interprétation de travers…
          Avez-vous lu la partie « sous-contrôle français »?
          Il y a une chose que vous ne voulez pas comprendre. Vous pleurez de l’influence américaine sur l’Europe dans le domaine de la défense. Sauf que lors de la Guerre Froide, et encore aujourd’hui, selon qui nous attaque, nous ne sommes pas suffisamment forts pour nous défendre.
          La France et la Grande Bretagne ont ce qu’il faut pour l’auto-défense, mais ça se limite à cela. De plus, la France n’est absolument pas claire quant à la doctrine nucléaire, et sur sa manière de protéger ses alliés avec la dissuasion.
          Donc du point de vue de certains pays, la France et la Grande-Bretagne font leur petit bonhomme de chemin tout seuls. Et il ont le droit. Mais le seul qui aujourd’hui garantit la protection militaire de l’Europe, ce sont les Etats Unis.
          .
          La suite, comme vous ne la comprenez pas, je vais vous l’expliciter.
          Vous, et d’autres, passez votre temps à pleurer de l’influence américaine, etc… Très bien, mais derrière cela, vous préférez ne pas vouloir comprendre, et penser à du complotisme pour justifier cela.
          De mon côté, je viens avec l’idée de proposer une alternative SI (à condition) que cela vous intéresse. Et cette alternative pour augmenter l’influence militaire française sur l’Europe PEUT être une solution se rapprochant de ce que proposent les USA avec la B61.
          Et justement, un SNLE ou une B61 opérés par un autre pays, financé par un autre pays, mais toujours sous réserve d’une validation de la France, permettrait d’augmenter la résilience de la dissuasion nucléaire en faisant fonctionner l’industrie française sans coût additionnel pour l’industrie française.
          .
          Quant à la partie technique, quand je dis « du type B-61 », je ne parle pas de la technique, mais du principe, je pensais ne pas avoir besoin d’expliquer que c’est de ça que je parlais vu que mon propos tournait autour de cela…
          Je parle de la possibilité de fournir des alliés avec une bombe ou un missile aéroporté à tête nucléaire, et utilisable sous réserve d’une validation française.
          .
          Maintenant, vous concluez par « La B-61 n’est qu’un outil diplomatique & politique (servant les US), mais militairement quasi inutile » (c’est le cas de chacune des bombes et missiles nucléaires).
          Mais justement, si d’un côté vous pleurez à cause des méchants américains qui ne veulent pas laisser les contrats de la défense en Europe à l’Europe, si vous restez avec la statut quo, continuez à pleurer.
          Cet outil diplomatique peut être conçu par la France. Si la France ne le fait pas, c’est un choix, choix compréhensible et justifiable. Mais les conséquences aussi doivent être comprises. Si ce n’est pas le cas, proposez d’autres alternatives (autre que « ils sont méchants »)…

      • Harambe dit :

        Les SNLE, ça ne marchera jamais.
        C’est un peu comme les américains qui ont voulu tester leurs ICBM qui vont être périmés et qui se sont fait menacer par toutes les autres puissances nucléaires de représailles direct en cas de test.
        Après tout, personne ne sait ce qu’il y a dedans et 15 minutes de vol, c’est très court.

      • JC dit :

         » Il ne serait pas impensable d’imaginer un SNLE français vendu aux Allemands, ou à l’UE, équipé de M51, et avec des officiers Français à bord, responsables de représenter l’intérêt français et de valider ou non un tir voulu par le « client ».  »
        Nous tenons un Tom Clancy helvète, on dirait ! Tant que l’on y est, pourquoi ne pas confier les repas à MacDo ?

      • v_atekor dit :

        C’est une proposition faite par la France à l’Europe entière et refusée par l’Allemagne (seule).

      • oryzons dit :

        Si c’est complètement farfelu.

        Pour la B61 on a déjà beaucoup mieux, ça s’appelle l’ASPM A.

        Ensuite sur le nucléaire il y a un truc qui s’appelle traité de non prolifération.

        Ce qui est possible c’est un traité du genre : on vous paye pour construire, armer et opérer plusieurs SNLE et en échange vous ratifiez que nous sommes officiellement sous votre parapluie nucléaire de la même façon que si nous faisions partie de votre territoire.

        Les allemands ne veulent ni de l’ASPM A ni du parapluie français.

        Je crois que vous n’avez pas compris, un peu comme Macron et certains europeistes ici, les Allemands ont pourtant été très clairs : ils s’en foutent de la France peut proposer, ils veulent juste que les USA restent leur protecteur, c’est tout.

        Donc vous allez voir que le moment venu toutes leurs exigeances que certains trouvent « normales » seront mis aux oubliettes lorsqu’il s’agira d’acheter US.

      • Momo dit :

        Hi John,
        Obviously any joint work UK + France would be an open book for the US, everybody knows that for sure, so why do you want us to do this? SNLE are the utmost of our strategical defense, that doesn’t rely on the States, so it is definitely better to make sure there is absolutely no connection.
        I’m puzzled with your say about SNLE possibly sold to germany or any other country. Seriously?
        With frenchmen onboard? Unreal I would say.

        Having said that congrats for a much shorter message even though last sentence is probably not what we may have expected from you.

      • breguet dit :

        « Il ne serait pas impensable d’imaginer un SNLE français vendu aux Allemands, ou à l’UE, équipé de M51, et avec des officiers Français à bord, responsables de représenter l’intérêt français et de valider ou non un tir voulu par le « client ».
        Tu m’étonnes, John!!! ( depuis le temps que je voulais la faire…)

      • C’est une rare et audacieuse proposition de Macron qui a été laissé sans suite par nos partenaires Européens.
        Sans état unitaire Européen c’est comme mettre la charrue avant les bœufs .
        Impossible d’avoir une armée Européenne sans une seule politique extérieur.

      • Frank dit :

        @ John  » un SNLE français vendu aux Allemands, ou à l’UE, équipé de M51″?
        Vu le tropisme quasi obsessionnel et la servilité de nos politiques envers l’Allemagne, c’est loin d’être impensable.
        En fin de compte, dans votre dernière phrase, les mots importants et révélateurs sont « vendu » et « client ».
        « pigeon » par idéologie, ou « rapace » par nature pourraient aussi convenir.

    • Starbuck dit :

      La GB n’est plus dans l’Europe et vous voudriez que l’on le secret de nos armes nucléaires au US.

      • José dit :

        Nous avons un tres grand respect pour ce peuple anglais digne!!! Il ont gardé leur souverraineté monétaire et militaire!!! Ils regardent l’Europe comme un Club des vaincus et ne perdent pas mitin midi soir ä chercher des alliances bidons et ä râler sur leurs partenaires comme le font les Francais!!!

        • Euclide dit :

          @ josé
          J’ignore qui ce cache derreière ce pseudo de carreleur espagnol ou portugues mais ce n’est pas le peuple britannique qu gouverne ni les pliticiens mais la City de Londres. C’est à dire les banques

          Au passage nous connaissons bien les britichs depuis le Moyen Age jusqu’en mai 1940 à Dunkerque et leur coup bas.
          Notez que nous avons aussi l’Allemagne sur et dans le dos depuis le IIè siecle lorsque elle s’appelait Germania.
          Faudrait arretez de répéter les stéréotypes.
          La Chancelière n’a jamais eu de vraie stratégie pour gouverner l’Allemagne mais rejoint celle de l’épicière britannique Margaret Tachaer.
          Leur crédo est celui du personnage l’Avare de Molière  » Ma cassette , mon cher argent  » etc…

          • Momo dit :

            le carreleur mauvais est un turco-troll, qui essaye de se faire passer de manière légèrement grotesque pour un germain.
            Sans doute un mega complexe d’infériorité suite à un refus de nationalisation.

        • Obelix38 dit :

          Digne ? . . . XPTDR . . . Tout faux ! 😀
          D’une c’est pas les Français qui sont allé chercher les Allemands pour le SCAF, mais exactement l’inverse puisque le calendrier ET le savoir-faire nous laissait bien plus de temps qu’aux Allemands.
          De deux, quelle nation en-dehors de l’Europe fait des appels du pied à des nations européennes (au moins 2) pour bénéficier de fonds européens pour son programme ? Les Anglais et leur Tempest, auprès de l’Italie et de la Suède . . . De sacrés schizophrènes ces Rosbifs : Détester autant l’Europe tout en aimant autant son flouze . . . 😀 😀 😀

  2. 에르메스 dit :

    Sur les forums anglais, certains pensent qu’il pourrait s’agir d’une augmentation des capacités de stockage lié à une réduction de tête dans les missiles du fait des planeurs hypersonique qui remplaceraient les MIRV’s.

    • recasu dit :

      hooo… si vous avez de bons forums anglais, je suis preneur !!
      Les anglais développent un planneur hypersonique ??! C’est la première fois que j’en entends parler…
      Achat auprès des US ?

    • Fred dit :

      Je ne comprends pas la logique (?)

    • wagdoox dit :

      J’y crois pas le moins du monde, ca voudrait dire plus de missile, plus de sous marin mais pas forcement plus de missile.
      Les planeurs seraient plus utile depuis des missiles terrestres.

  3. oryzons dit :

    Sinon on a la TNO et le M51.3.
    C’est déjà tout développé (le M51.3 pas complètement mais presque) : il suffit juste de raquer messieurs les britons, et de mettre votre ego de côté aussi.

    • FredericA dit :

      @oryzins : « raquer messieurs les britons, et de mettre votre ego de côté aussi. »
      .
      WHAT?! You want the brits’ to buy something built in France ?!? Forget it 😮 !
      .
      😉

  4. Fred dit :

    Par quels vecteurs veulent-ils les déployer ? Avions ? Il est vrai que le F35 est prévu pour.

    Il me semblerait avisé de construire nos SNLE avec la Grande-Bretagne, du moins les coques et les réacteurs, une partie des autres éléments devant relever du Secret défense national.

    • DeltaFR dit :

      Pas besoin la France est capable de faire ce programme seule.

      • Fred dit :

        Bien sûr, mais pour plus cher toute seule.

        • EchoDelta dit :

          Il n’y a pas d’effet série sur des sous marin. Entre 6 ou 12 c’est le même prix unitaire.

          • Fred dit :

            Pas d’accord : frais d’études divisé par deux sur ce cas précis. Déverminage de la première coque construite divisée par deux. Efficience des ouvriers augmentée du fait de la répétition des taches. Achats groupés de matériaux et outillages : meilleurs prix, division par deux des frais de traitements des contrats/logistique … etc.

        • wagdoox dit :

          Faux ! suffit de regarder l’EF a couté plus cher pour le trésor anglais et allemand (prit séparément) que le rafale pour la France.
          j’en ai assez d’entendre cet argument répété encore et encore sans un chiffre pour le soutenir.

          • Fred dit :

            @ wagdoox

            Non, « suffit pas », tu ne peux dégager une vérité d’un exemple.

            Pourquoi y a-t’il des moteurs Renault dans les véhicules de constructeurs concurrents, bien que les séries soient énormes ? Par masochisme ?

    • Françoise dit :

      @JM24 &Fred : Si des agents avisés ont accès aux plans de la Grande-Bretagne, alors ils connaîtront les plans des appareils français.
      Les plans seraient répartis à deux fois plus d’endroits. Ce serait deux fois plus faciles pour les espions de se les procurer, et ils feraient coup double.

      • Fred dit :

        @ Françoise

        « deux fois plus facile » non, cela doublerait seulement leurs options.

        Mais savoir que la cambuse est là, les chiottes ici, les missiles en position centrale ou que les torpilles sont à l’avant, ce n’est pas un grand secret ;o)

    • PK dit :

      « Il est vrai que le F35 est prévu pour »

      C’est vrai : le F35 atomise la concurrence…

    • Momo dit :

      Fred, je me suis dit qu’il fallait te laisser progresser par toi même alors ne prend pas trop mal ce qui va suivre.

      Ou as-tu lu ou entendu que la France pourrait même en rêve développer des SNLE avec UK?
      J’adore la fiction, mais là c’est carrément une piste uchronique, du genre post-fusion des gouvernements français et anglais en 40.

      • Fred dit :

        @ Momo

        Commisération paternaliste de précieuse ridicule :o)
        Ça va les chevilles de la dame patronnesse ?

        Manque juste au minimum un petit argument dans ton dialogue de sourd …

        Tu en est maintenant à combien d’intervenants sur ce blog, qui figurent sur ta liste de trolls « avérés » ? :o)

        .
        P.S. tu te trompe sur le sens d’uchronie, qui désigne un ré-écriture fictionnelle du présent sur la base d’un passé modifié, et ne s’applique donc pas sur une option du présent ou de l’avenir.

        • Momo dit :

          Freddy, tu n’es pas dans la trop longue liste des trolls, qui s’allonge en permanence mais certains semblent disparus.
          Toi tu es juste tout le temps a coté de la plaque, du coté gauche, ce qui est normal vu les lectures que tu as avoué comme tu dois t’en souvenir ;0)
          On espère encore une prise de conscience, pas besoin de confession publique ^^

    • Carin dit :

      @Fred
      Impossible, les anglais utilisent des réacteurs dont les barres de combustibles sont de qualité militaire, qui leurs sont fournis par les states…nous nous avons opté pour de la qualité civile pour pouvoir recicler nos barres usagées dans les réacteurs EDF, ce qui revient beaucoup moins cher, mais le changement des barres revient tout les 7 ans… 10 ans avec les nouveau réacteurs K22, contrairement aux américains et anglais ou les barres tiennent toute la vie du soum ou PA, avec à la fin le petit problème de non recyclage et l’enfouissement ou le jet en eaux profondes…

      • Fred dit :

        @ Carin

        Ouf, enfin une info et une argumentation, et qui plus es sur un ton neutre ;o) Félicitations : ten points !

        Ce que j’entends, c’est que ce serait un peu court pour cette fois … Quoique ? Les Anglais ont cette qualité d’être très pragmatiques, les Français aussi d’ailleurs, mais peut pas tout à fait à leur niveau quand même, soyons modestes.

        Il serait toujours possible de choisir une des deux filières. Ce n’est pas rien, car les frais d’études pour un réacteur nucléaire sont absolument énormes, surtout en regard de la toute petite série nécessaire.
        Et ça tombe bien : il n’y a pas concurrence entre nos deux pays sur la vente de sous-marins, et non plus dans le domaine nucléaire civil (d’ailleurs, ce type de réacteur est assez éloigné des exigences des réacteurs civils).

      • précision dit :

        Mais les deux solutions ont le même problème de recyclage et enfouissement, non?

        Et au final cela concerne des quantités relativement faibles par rapport au civil chez nous, non?
        Même aux states, il y a beau y avoir plus de réacteurs dans la Navy que dans le civil, il me semble qu’avec une puissance 10 fois moindre les déchets doivent être une fraction de ce que produit le civil, non? (bon, et eux ont plus de place pour choisir des sites d’enfouissement que nous, même si j’ai l’impression que ça pose de gros problème aussi chez eux et que le dépot de Yucca est au point mort).

  5. Mr v dit :

    une force nucléaire crédible doit s’accompagner de forces conventionnelles qui le sont tout autant

  6. Fralipolipi dit :

    Je ne sais pas si c’est une bonne chose (par rapport à une éventuelle argumentation à venir d’autres pays pour justifier leurs travaux préparatoires ou leurs dotations en cours de tels armements : Iran, Corée du N., etc …),
    mais c’est en tous les cas moins dommageable pour la France que de voir le UK continuer à réduire son arsenal nucléaire.
    .
    Car si la France devait se retrouver seule puissance moyenne (officiellement reconnue) disposant du feu nucléaire , alors elle se retrouverait diplomatiquement plus isolée (… je vais éviter de citer un de pays que notre armement nucléaire indispose le plus … bien qu’il bénéficie indirectement aussi à sa protection … ).
    .
    Avec un UK conservant la même position et doctrine que la nôtre, notre Force de Frappe tricolore est diplomatiquement inatteignable !
    Cette réflexion est d’ailleurs ce qui a motivé la signature des accords de Lancaster, en parallèle de l’aspect financier pour l’amortissement des structures onéreuses du type LaserMégajoule, à deux plutôt que tout seul.
    .
    Maintenant, pour être cohérent avec cette nouvelle réflexion et démarche, le UK va devoir réarmer une composante aérienne,
    car ne plus en disposer est un facteur qui ne permet pas d’accéder à une réelle « redondance ».
    Si pour une raison précise, le feu ne peut plus être fait depuis aucun des sous-marins SNLE, parceque cette composante est temporairement « Hors-Service », le UK ne disposerait d’aucun plan B potentiel … à l’inverse de nous, grâce aux FAS et à la FANu.

  7. jyb dit :

    Des choix qui posent question et remettent en cause un certain nombre d’éléments. quels vecteurs terrestres et aériens pour ces armes? et pour quel cout?
    y a-il une nouvelle doctrine d’emploi pour ces armes de non-emploi ? La dissuasion s’adosse sur une armée forte. Avec des forces britanniques substantiellement affaiblie, le nuke en arme de dernier emploi ne devient t-il pas une arme de premier emploi. Ou est la frontière entre dissuasion (sanctuarisation du territoire national comme en france) et solidarité otanienne ? En quoi un risque systémique chinois trouve sa réponse dans une augmentation du nuke ?
    Le laboratoire à idée britannique est intéressant mais pour l’instant on ne voit pas de ligne directrice structurante cohérente (ni budgetée)
    Elément de réponse pour un conflit de haute intensité. Pas de réponse tta mais les scénarios restent en deçà du seuil nucléaire (pour les français et les us)

    • Ah Ca ! dit :

      @jyb

      Pour la Chine, je serai bien moins affirmatif que vous côté Américain.
      Les Américains sont facilement manipulables sur tout ce qui touche au patriotisme, leur corde sensible à là protestano-Jihadiste. Conviction de supériorité suffisamment fort pour justifier une campagne Atomique sur la Chine.

      Ils bombarderont à l’atome sans verser la moindre larme et ils sortiront l’argument de survie: eux ou les Chinois.

      • jyb dit :

        @Ah çà!
        Je ne parle pas des usa.
        Mais vous avez raison pour la doctrine d’emploi du feu nucléaire us. « la nouvelle revue de posture américaine » qui date de 2018 abaisse le seuil d’emploi de la bombe. Les usa s’autorisent à utiliser le nuke (super tactique) ou stratégique pour défendre leurs interets vitaux ou ceux de leurs alliés. Donc si taiwan devait etre menacé par la chine, la possibilité d’une réponse nucléaire est possible.

        • LEONARD dit :

          Taïwan, je n’y crois pas.
          Un CSG ou Guam, par contre………..

    • vrai_chasseur dit :

      @jyb
      Pas de remise en cause.
      Le nucléaire est un des 13 points des accords FR – UK de Lancaster House.
      (cf un résumé de ces 13 points par ex ici : http://www.bruxelles2.eu/2010/11/les-13-points-de-laccord-franco-britannique-sur-la-defense/ )
      Si certains points ont varié depuis 2010 (porte-avions..) sur le nucléaire ils sont restés identiques : il s’agit d’harmoniser l’aspect technique de l’arsenal nucléaire chez les 2 seules puissances de l’Europe de l’Ouest qui en possèdent. Il faut savoir que le gouvernement de Theresa May avait écrit au gouvernement français qu’il continuerait les accords de Lancaster House quel que soit l’issue des négociations sur le brexit, ce que le gouvernement Bo-Jo a confirmé.)
      Concrètement les accords prévoient un centre de recherche commun sur les têtes (pas sur les missiles) en France et un centre de développement technologique commun en Angleterre, avec des personnels mixtes FR + GB dans les 2 centres.
      La France a mis en place son centre à Valduc. Restait au UK à mettre en place le sien.
      Le centre prévu par les accords était à Aldermaston (celui de AWE, justement). Mais il fallait d’abord ‘renationaliser’ AWE, c’est maintenant chose faite – pour respecter leurs engagements côté UK.
      La mise en commun de la recherche sur les têtes ne signifie pas une doctrine commune, il reste bien 2 doctrines souveraines s’appuyant sur des technologies mises au point de façon partagée.

      • vrai_chasseur dit :

        Par ailleurs en non nuke mais haute intensité, la France prépare avec le R-U (et la Belgique aussi je crois) un exercice conjoint inédit (baptisé a priori « Orion »)
        Il est prévu pour 2023 (il faut du temps pour préparer) et devrait éprouver tout le spectre terrestre (donc toute la mêlée et ce qui gravite autour avec du scorpion : infanterie, cavalerie, blindé, aéroporté, artillerie, aérocombat, amphibie, montagne etc et aussi médical, cyber) et ce pendant …4 mois (le côté inédit est la durée, censée représenter un des facteurs principaux caractérisant la haute intensité).
        Espérons qu’après 4 mois d’exercice quand tout le monde sera bien rincé, on ne vienne pas nous envahir à ce moment-là

    • LEONARD dit :

      Je pense que c’est plus simple que çà :

      A ce jour, un Vanguard dispose de 16 tubes lance missiles. Officieusement, 8 sont effectivement chargés pendant les patrouilles, avec un total de 40 ogives.
      https://www.thedrive.com/the-war-zone/39782/uk-to-increase-its-nuclear-warhead-stockpile-for-the-first-time-since-the-cold-war-report

      Les futurs «Dreadnought» emporteront 12 missiles. Si leur chargement est complet, cela nécessite 50% de têtes en plus. 180 + 50% = 270. Les brits en prévoient 260. Ca colle.

      Donc, la R.N cherche simplement à revenir à une posture «normale », de 100% de missiles présents sur ses SNLE.

      Rien que de logique. C’est la posture précédente qui devrait étonner.

  8. Obelix38 dit :

    « Une dissuasion nucléaire minimale, crédible et indépendante, affectée à la défense de l’Otan, reste essentielle pour garantir notre sécurité »
    Indépendante ? ? ? . . . Avec des Trident D5 Américains (de Lockheed-Martin) ! ! ! 😀 😀 😀

    • 에르메스 dit :

      Il est vrai qu’ils ont une certaine dépendance en vecteur, même si on change pas de vecteur tous les 4 matins…
      .
      Mais les ogives et la décision du feu sont indépendant.

  9. Gregoire45 dit :

    Le Royaume Uni fait donc le choix de développer sa capacité nucléaire et sa marine, et en parallèle de complètement sacrifier son armée de terre.

    C’est un choix compréhensible pour une nation insulaire qui n’entend plus participer à des conflits moyens autrement que comme rôle supplétif de celui des américains mais qui pose néanmoins de sérieux problèmes.

    Il y a quelques jours, un rapport de la commission de défense ( nom du rapport « Obscolescent and outgunned ») du parlement britannique pointait du doigt l’obsolescence du parc de véhicules blindés de la british army et affirmait qu’en cas d’affrontement avec division russe, une division britannique se ferait écrasée. On dit que l’importance des divisions blindées s’est réduite, et certains utilisent la récente guerre en Armenie pour affirmer le succès des drones de combats contre les véhicules blindés, mais les arméniens ne disposaient ni d’une force aérienne ni de batterie de défense anti aerienne courte portée moderne. Le cas libyens, ou les drones turcs d’un coté et émiratis de l’autre sont abattus très souvent montre l’inverse.

    A court terme, c’est l’incapacité d’intervention au sol à l’étranger dans le cadre d’un conflit moyen qui menace le Royaume Uni. Même s’il n’y a pas de menaces évidentes identifiées, les capacités devraient être maintenues en l’état. Délaissée l’armée de terre pour la marine et le nucléaire, c’est en quelque sorte un renoncement à maintenir des capacités polyvalentes.

    • blavan dit :

      L’Armée de terre britannique n’a plus de raison d’être aussi puissante puisqu’ils ont retrouvé leur liberté par rapport à l’UE , et qu’ils n’ont plus d’empire à sauvegarder , contrairement à la France qui n’arrive pas à se démarquer de l’Afrique.

    • 에르메스 dit :

      « Le Royaume Uni fait donc le choix de développer sa capacité nucléaire et sa marine, et en parallèle de complètement sacrifier son armée de terre. »
      .
      Autrement dit le royaume uni est le royaume uni… Ils ont jamais vraiment été connu ces derniers siècles pour leur armée de terre.

      • Momo dit :

        Je me permets de ne pas être en phase, la Somme en porte le témoignage et en 39-45 ils n’ont pas été mauvais, pour dire le moins.
        C’était une caractéristique des anglo-saxons d’être particulièrement agressifs et, contrairement aux latins, d’aller jusqu’à la dernière extrémité pour éradiquer l’ennemie. Jusqu’au bout et sans état d’âme.

        • précision dit :

          Pour citer Thatcher citant Kipling:
          « This isn’t fair dealing,’ my son, leave the Saxon alone »

  10. ji_louis dit :

    Je croyais que les britanniques simulaient leurs armes atomiques chez les français, ça serait financé pas les américains? Ils veulent encore le beurre et l’argent du beurre, non?

    • Fred dit :

      Les charges nucléaires sont anglaises, vecteurs et têtes sont américains.

  11. ji_louis dit :

    Autre remarque: Où comptent-ils mettre leurs ogives?

    Les SNLE britanniques sont basés en Écosse, et la premier ministre écossaise est partante pour demander un nouveau référendum d’indépendance. Si le vote a lieu et que les écossais votent pour leur séparation (on peut s’attendre à tout), les anglais se retrouveraient sans aucun vecteur pour porter leurs ogives et sans port anglais pour sous-marin.

    Fun fact: Ils pourront demander à louer un port aux otaniens; par exemple la Nouvelle Londres (New London), sur la Tamise (rivière Thames) au Connecticut, USA !

    • Lassithi dit :

      Le référendum en Ecosse aura lieu juste après celui en France sur le même thème.

      • robin darbin dit :

        Même si Elisabeth héritière des droits d’Edouard III sur la couronne française est de jure Reine de France, je ne vois pas l’intérêt pour la France de quitter le Royaume Uni. S’il n’y avait pas Meghan de quoi pourrions nous parler …du temps ?

    • Fralipolipi dit :

      @ji_louis
      J’imagine que si un jour l’Ecosse vote un référendum pour le Oui à l’indépendance (ce qui n’est pas pour demain), l’indépendance en question ne sera acquise (si elle l’est vraiment) qu’à l’issue de longues négociations (comme ça a été le cas pour le Brexit).
      Et forcément, lors de ces négociations, les Anglais imposeraient le fait de garder la base de Faslane (tout comme plusieurs Bases Aériennes, comme celle de Lossiemouth, tout au Nord de l’Ecosse).
      Je pense que c’est le scénario le plus probable, dans le cas d’une improbable indépendance écossaise (improbable à date).

      • Fred dit :

        Lors du dernier vote sur l’indépendance, cela s’est joué à quelque pourcents, les sondages actuels donnent le oui comme étant majoritaire. Boris Johnson refuse un nouveau vote, mais il pourrait lâcher sous la pression.

        Les indépendantistes écossais ont bien Faslane en ligne de mire. Les écossais n’ont pas grand chose à perdre, pas grand chose à négocier puisqu’ils ré-intègreraient l’Europe, ce qui est leur souhait largement majoritaire, et d’ailleurs sujet de dissension avec l’Angleterre.

        • Czar dit :

          joli roman farid : johnson a dit qu’il n’acceptera aucun nouveau référendum en vertu du principe du « une fois par génération » et les anglais ont fait savoir qu’ils refuseraient que l’Ecosse utilise la sterling en cas de sécession

          or l’adhésion à l’Europe est un processus qui prend du temps quand bien même la législation écossaise est encore essentiellement euro-compatible.

          les &économies sont très imbriquées, on ne coupe pas facilement des lignes logistiques qui existent depuis des siècles, les Gelbes en savent quelque chose sinon ça fait longtemps que les flamoutches auraient foutu le camp.

          de toute façon le blocage se fera u niveau du nucléaire pas question d’avoir une enclave nucléaire d’un pays tiers et l’angleterre ne lâchera pas sa bombinette, c’est d’ailleurs le sujet de l’article

    • Françoise dit :

      Ou ils pourraient se comporter comme la Russie en Crimée vis à vis du port basé en Écosse…

      • Clavier dit :

        Des négociations sur l’indépendance de l’Ecosse ne risquent pas d’aller très loin, n’en déplaise aux Ecossais toujours assez revanchards avec les Anglais ….
        Mais ils pourront toujours chanter « Flower of Scotland  » dans les stades quand ils ouvriront ……

  12. Patrickov dit :

    Les états veulent encore plus de bombes ils ont peur de quoi ?, c’est incroyable tous ces pays qui ont tellement la frousse qu’ils se dotent encore plus de bombes nucléaire.

    • précision dit :

      Bien d’accord. Surtout que c’est pas demain la veille que la Chine menacera l’intégrité territoriale du royaume uni. Et si des dirigeants occidentaux imaginaient utiliser la menace nucléaire pour régler des différents économiques ou pour influencer la politique chinoise à Taïwan, j’ose espérer que les peuples européens se dissocieraient de tels choix.

      Du côté de la 3e Rome j’imagine qu’ils ne voient pas cela d’un bon oeil avec l’hostilité affichée de Londres qui joue depuis près de deux siècles aux frontières de l’ex empire… J’espère qu’ils ne réagiront pas par une augmentation supplémentaire de leur arsenal déjà mal entretenu par le passé.

    • 에르메스 dit :

      Bien que je sache que vous soyez un vilain petit troll.
      .
      Les défenses antimissile se faisant de plus en plus crédible, l’augmentation de l’arsenal est également le seul moyen d’assurer suffisamment de dégâts à un adversaire potentiel.
      .
      La France devra y passer à un moment ou à un autre.

      • tschok dit :

        Pour ça, il faudrait qu’elle amende sa doctrine, qui est structurellement réticente à l’ABM.

        Mais les progrès réalisés dans ce domaine par les autres puissances ne permettent plus de faire l’impasse. DSI indique par exemple qu’un missile SM3 block II a intercepté un ICBM lors d’un test l’année dernière. Ce résultat a créé une certaine surprise, car ce missile n’est pas spécialement conçu pour ce type de cible, réputée difficile à atteindre.

        • Fred dit :

          Les ABM doivent être convenablement placés pour être efficaces et selon leur optimisation :
          – proche du site de départ des ICBM
          – à 3/4 course avant la phase de retombée
          – en approche finale

          Tout ces conditions ne sont pas toujours réalisables (territorialement inaccessible ou SNLE par exemple), sauf la dernière évidemment, mais dans ce cas, les têtes planantes sont réputées non-interceptables, et y compris pour les ABM 3/4 course.

          Dans tous les cas, les systèmes ABM sont hors de prix, et les Américains ont sué et mis de longues années pour les mettre au point.

          .
          Rq. problèmes de positionnement pour les radars de détection aussi

          • tschok dit :

            @Fred,

            Oui mais là il s’agit du SM3 block IIA.

            J’ai lu que c’était 1,5 milliard USD pour le programme block IIA et 12 millions USD en coût unitaire du missile.

            https://en.wikipedia.org/wiki/RIM-161_Standard_Missile_3

            Bon, évidemment, je vous dirais pas que c’est gratos… Mais c’est pas si cher que ça, finalement.

            J’en étais resté à des sommes beaucoup plus importantes, qui rendaient vaine toute tentative française de se lancer dans l’aventure, à moins de trouver des partenaires européens, comme d’hab.

            Mais, si le programme block IIA reste dans cet ordre de grandeur budgétaire (donc sans doute plus qu’un milliard et demi de USD, puisque son développement se poursuit, mais pas forcément beaucoup plus) il est possible qu’un ABM fondé sur l’aster 30 soit à la portée de notre main.

            Avec possibilité de descendre les satellites en orbites basses, donc de mettre un pied dans la guerre spatiale.

            Vous savez que même les Indiens nous surclassent dans ce domaine? Faut dire que nous surclasser dans ce domaine où nous ne sommes rien ou pas grand-chose, c’est pas très compliqué…

          • Fred dit :

            @ tschok

            Un missile ABM aussi sophistiqué soit-il demande un système de détection énorme : satellites infrarouges ET radars surpuissants. Seuls la Russie et les Usa en disposent (la France à testé un satellite infrarouge, il en faudrait au moins trois ou quatre, on n’entend plus parler de ce programme).

            SM3 et leur équivalent ASTER doivent être positionnés pour une interception à mi-course, ce qui limite leur possibilités à une proximité des sites de lancement.

            Faut-il se lancer dans une ruineuse course aux ABM ? Nous n’en avons – et de loin – pas les moyens (il faut déjà au minimum autant d’ABM que d’ICBM ennemis, c’est énorme), leur efficacité est de plus questionnable. Et surtout, les têtes manœuvrantes rapides (planeurs) sont et seront impossibles à intercepter.
            La possibilité de rayer un pays de la carte est notre va-tout, nécessaire suffisant pour dissuader.

            Un ASTER est réputé pouvoir toucher un satellite. La destruction explosive de satellites est très problématique : les débris crées peuvent détruire d’autres satellites, qui à leur tour … etc. Jusqu’à destruction totale de tous les satellites existants, c’est ennuyant.
            Une vois bien plus intéressante, plus souple existe : aveugler un satellite à l’aide d’un laser classique (procédé réversible, ce qui est diplomatiquement intéressant) ou à l’aide d’un laser à rayon X qui détruit les circuits électroniques.

          • tschok dit :

            @Fred,

            Je me doutais bien qu’il y aurait plus d’arguments pour dire non que oui, la doctrine française n’étant pas pour des prunes structurellement réticente à l’ABM.

            Sinon, pour la petite histoire, cette interception réussie d’un ICBM (une cible figurant un ICBM, pour être plus précis) a suscité l’étonnement, d’après DSI, car le SM3 est plus lent que sa cible, ce qui laisse supposer qu’il ne l’a pas poursuivie, mais à été lancé en direction d’un point qui allait se trouver sur sa trajectoire.

            En plus de tout l’arsenal de satellites que vous mentionnez, il faut donc très certainement ajouter des capacités de calcul ultra-rapide, que les Américains ont déjà acquises depuis longtemps sans que ce programme ait eu particulièrement à les financer. Du moins je le pense.

            Cela pourrait expliquer que ce programme soit relativement peu coûteux.

      • twouan dit :

        1) Il faudra accepter de mettre autre chose que du balistique alors et ça c est psychologiquement difficile car avec les autres vecteurs il y a risque de méprise.

        2) Il faut des porteurs supplémentaires.

        Un portage de la solution ASMP+booster ou SCALP nucléaire en configuration terrestre mobile (la moins chère)? D autres avions (la plus evidente)?

        • PK dit :

          Eh oui, les anciens avaient tout juste : ils multipliaient déjà les vecteurs. Nous, on les a réduit.

      • Fred dit :

        Les têtes manœuvrantes (planantes) sont réputées non-interceptables.
        Ce sont celles-ci que réclament les Anglais, et c’est à cela que nous devrons un jour passer nous aussi.

        • 에르메스 dit :

          Les ogives des ICBM’s étaient hors d’atteinte il y a quelques années.
          .
          C’est de moins en moins le cas, bien que la technologie anti missile soit loin d’être fiable et répandu…
          .
          La course de l’épée et du bouclier ne s’arrête jamais.
          Aucun système n’est infaillible.
          .
          Avec l’avènement plus proche qu’éloigné des canons EM’s, qui permettront sans doute (à termes) de panacher du frag rapidement et « précisément » en haute altitude, on entrevoit déjà une problématique à la « réputation non interceptable ».

          • Fred dit :

            @ 에르메스

            Il y a deux manières pour intercepter un ICBM :

            – 1°/ le rattraper à la course lors de son départ, ce qui suppose de réagir très vite et d’être bien positionné, pas trop loin. Pas toujours possible, et même pas souvent (on parle bien de missiles inter-continentaux, pour les missiles balistique à moyenne et fortiori à courte portée, l’interception est relativement plus « aisée »).

            – 2°/ aller à sa rencontre lors de sa phase de vol balistique proprement dite (lorsqu’il a terminé sa propulsion) car sa trajectoire est alors prévisible et avant qu’il ait largué ses têtes, sinon il faut multiplier les très onéreux missiles ABM, d’autant plus que les têtes peuvent être légèrement manœuvrantes … Mais les planeurs changent la donne, leur trajectoire n’est pas prévisible, ils sont capables de mouvements très vifs dans un immense volume 3D, d’autant qu’ils peuvent être séparés de la tête très vite et modifier leur vitesse en rebondissant sur l’atmosphère.

            Pour le moment, il est illusoire de tenter de courir à la rencontre d’un planeur hypersonique … Et heureusement pour nous, sinon il serait inutile à moyen terme de construire des SNLE, on pourrait faire des économies financières, mais on augmenterait nos angoisses.

            .
            Rq.1 Anglais comme Français réduisent le nombre de tête de leurs ICBM, au profit de leurres. Pas les Américains : leur arsenal est tellement colossal, qu’ils peuvent envoyer une telle purée qui seraient capables de saturer les défense ABM par le nombre.

            Rq.2 Les Chinois ne semblent pas avoir de défense ABM longue portée, les Russes se limitent à la protection de Moscou.

            Rq.3 Je n’ai jamais lu ni compris pourquoi Américains, Anglais et Français on diminué le nombre de vecteurs sur leurs SNLE. On donne l’argument de réduction de coût, mais cela ne tient pas à mon avis. Si quelqu’un a une explication ?

        • EchoDelta dit :

          Tous les missiles peuvent être détruit en vol, c’est une question de temps et de moyens aérien dans la DA. Mais je ne crois absolument pas à une arme infaillible. Tous ceux qui se sont basés sur ce concept se sont toujours lourdement trompé. Le Titanic était supposé insubmersible, jusqu’à son accident lors de son premier voyage transatlantique !!
          Seule la multiplicité des solutions de frappe, petites et grandes, ciblées et générales, portées ou aéroportées, balistique ou basse altitude avec suivi de terrain, permette d’avoir une chance de passer en combinant bien toutes les possibilités offertes.

          • oryzons dit :

            Et moi je crois pas à l’inverse : tout système anti-missile peut être déjoué.
            Car je crois qu’il est beaucoup plus dur de toucher une cible mouvante, extrêmement rapide et potentiellement manoeuvrante que d’aller toucher une cible fixe qui peut dans le cas présent être gigantesque (une ville).

            Après on est ici dans une autre dimension que la simple efficacité : la dissuasion nucléaire ne repose repose pas sur ce qui se passerait « réellement », mais sur ce que l’adversaire l’on pense qu’il se passerait et sur un rapport de force psychologique « je peux te frapper avec certitude alors que toi non ».
            Même si les planeurs hypersoniques russes ne sont en réalité pas fiables par exemple, cela n’a aucune importance. Psychologiquement ils rentrent maintenant dans l’équation.

    • E-Faystos dit :

      @ Patrickov
      pour les pays qui ont la frousse, ont peu les comprendre: « tiens, si je m’achetais une assurance-vie avant une immigration fulgurante de bonshommes vert? »
      on notera la complémentarité « Corée du Nord = bombe puis missiles » et « Iran = missiles puis menaces d’avoir la bombe », l’aura? l’auras pas? En tout cas après trois guerres entre les Indiens et les Pakistanais, le fait d’avoir des bombes de part et d’autres leur ont donné plus de contenance.
      Il n’y a pas de quoi être fier, mais cette espèce de grâce sous pression, montre bien que l’humain est un hyper prédateur qui confonds ses besoins immédiats avec ce dont il a envie, et ce qu’il rêve d’avoir, même si cela ne lui appartient pas.
      Alors oui, confondre le carré jaune du symbole nucléaire avec le badge « touche pas mon pote » (attention à la blague, merci), ca demande un paquet de mauvaise foi.

    • basstemp dit :

      Oui mais non, la réalité étant que la GB avait surtout pris la décision de désarmer de Trop et qu’ils se retrouvent devant l’évidence de la bétise de cette décision ! Ils n’avaient en gros plus que 120 têtes utilisables et quelques unes stockées (peut être 80 ?) ce qui est très peu en réalité pour faire poids face a la Chine et surtout, surtout : La Russie …

      Ils ne font que réparer les bourdes du passé, pour un pays comme la France et la GB de toute façon, 500 armes c’est raisonnable, 1000 c’est déja de trop, hors la le projet c’est de revenir a environ 300 comme nous en France, donc ça va la …

      • Frédéric dit :

        Selon ce rapport de la FAS de 2013 qui récapitule le stock et types d’armes nucléaires britanniques, avec 260 ogives, on se retrouve au niveau de 2005. Je n’avais pas réalisé que durant la Guerre Froide, il y avait eu jusqu’à 392 d’ogives tactiques américaines réservés pour les forces britanniques en plus des 500 nationales :

        https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1177/0096340213493260

    • Parabellum dit :

      Les anglais cohérents avec leur situation géographique et leur intérêt ..
      Ils font le chois d une stratégie de stricte défense nationale et savent qu une invasion est improbable et donc réduisent car non interventionnistes ‘ on devrait en France aussi revoir notre défense à avec des sous marins et des missiles avec drones intercontinentaux et cesser le syndrome afghan ou sahélien.et le cirque avec les allemands.defendons nos approches et nos Zee et donnons un message dissuasif renouvelé limite première frappe etveillons à la lutte cyber..soyons créatifs pour notre indépendance.

      • Fred dit :

        Anglais « non interventionnistes  » ? Ben dis-donc, ils y sont allés en Irak, comme pas nous. Et ils y ont laissé des plumes. Partie pas facile au Helmand aussi.

    • Frédéric dit :

      Dite, rappeler vous les chiffres des arsenaux il y 30 ans alors qu’il n’y avait que 5 milliards d’humains.

      • Fred dit :

        … Mais il y avait le même nombre de kilomètres carrés de terres émergées, voir même un chouia de plus, cause élévation du niveau des mers ;o)

    • Max dit :

      Dixit le Pakistan qui a un arsenal estimé entre 250 à 350 ogives, qui aurait doublé cette dernière décennie. Un état qui entretient la prolifération avec notamment l’Arabie saoudite, principal financeur du programme pakistanais avec des ogives à sa disposition.
      En tout cas certains pays pourraient avoir cette capacité de frappe sans qu’on le sache. Le pire c’est que ces armes seraient plutôt offensives…

    • Matt dit :

      Ils ont peur de leurs déclin et pensent le contrer en bombant le torse.
      Malheureusement cela ne suffira pas et surtout à côté de la plaque.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « c’est incroyable tous ces pays qui ont tellement la frousse qu’ils se dotent encore plus de bombes nucléaire. » Ce qui est incroyable c’est que certains militent pour une Turquie nucléaire! De quoi, de qui a t’elle peur ?

  13. blavan dit :

    Les britanniques ont raison, la dissuasion nucléaire est le meilleur rempart contre les menaces futures . Il ne sert plus à rien de se préparer en Europe à des guerres classiques de haute intensité car hélas, il ne reste plus que des menaces terroristes intérieures où la guerre nucléaire surtout pour un pays comme la Grande Bretagne qui est redevenue libre de ses choix politiques. La France devrait suivre la même voie et cesser de penser que les menaces viennent du Sahel et du Moyen Orient.

    • 에르메스 dit :

      « la Grande Bretagne qui est redevenue libre de ses choix politiques »
      .
      Meilleure blague de l’année.

    • E-Faystos dit :

      @ blavan
      pour ma part, je ne suis pas d’accord.
      posséder une armée digne de ce nom permet d’épauler les gendarmes et policier pour les problèmes sécuritaire internes (et j’avoue que c’est un très mauvais point) ou à dédoubler les infrastructures civiles en cas de pandémie.
      Cela permet de créer un vivier pour les forces d’élite qui sont actuellement celles qui ont « le permis de tuer » de type James Bond.
      En les équipant, la France développe des technologies dans le secteur des poids lourds, des engine de travaux public…. naannnn j’déconne: nos politiques préfèrent les acheter outre-rhin (il faut dire qu’ils s’y sont fait une réputation flatteuse.
      Prblème; si le client ne leur plaît pas où si ils ont une alternative nationale, la France se fait griller.
      Et surtout, cela permet d’exporter, et de rentrer de la thune, et d’avoir de l’influence à l’étranger, ême si le mode bisounours à la sauce Allemande à encore la côte.
      Pourqoui pas.

    • DeltaFR dit :

       » un pays comme la Grande Bretagne qui est redevenue libre de ses choix politiques. »
      Absolument pas, la dissuasion nucléaire Britannique dispose de missiles Americain et la dissuasion nucléaire britannique est affectée à la défense de l’OTAN.

      La France dispose d’une dissuasion nucléaire complètement indépendante des autres pays même les USA.
      Les SNLE Français sont Français, et les missiles M-51 sont Français, la dissuasion nucléaire Française protège la France, la France ne participe pas aux discussions avec l’OTAN.

  14. Titi91 dit :

    Il est clair que le UK est le seul pays avec lequel on pourrait mettre en commun notre composante nucléaire. Surtout pas avec l’Allemagne qui ne ferait que la bloquer.
    Nexter avec les allemands
    Naval group submarines avec les UK
    Les fremms avec les italiens dans le cadre d’une joint venture a 50 50 sans chercher à fusionner naval group fremm et ficantierie trop gros.
    Drones et scaf Dassault et quelques autres pays hors Allemagne.

  15. Carin dit :

    Nos amis anglais peuvent fabriquer autant de têtes nucléaires qu’ils veulent… tant que leurs missiles seront américains, ils n’auront aucune autorité sur le « feu », c’est probablement la raison pour laquelle ils placent ces tridents D5 sous OTAN. J’irais même jusqu’à dire que lorsqu’un SNLE anglais part en patrouille, c’est Washington qui lui envoie la route à suivre, et les endroits où stationner. Je ne les blâmes pas, nous aurions été dans le même cas de dépendance si un certain général n’avait pas mis le holà… et même pire puisque nos amis américains voulaient fractionner la France et même en donner un bout à la Belgique!

    • Fred dit :

      Il n’y a pas de double-clef sur les Tridents britanniques, jamais lu ça, mais je demande à être contredit ;o)

    • Momo dit :

      Parfaitement exact. Le Général n’avait pas que des qualités mais entre autres une vision qui surpassait celle de tous ses contemporains. Et il y est arrivé heureusement pour nous malgré les ennemis trés puissants qu’il a eu à affronter.
      Au 20ie siècle il n’y a que lui et Clemenceau qui surnagent, de trés loin, dans un océan politique de médiocrités.

  16. Max dit :

    S’armer face aux menaces à venir : Les britanniques restent avec la Russie dans le collimateur alors que nous français, enfin continentaux voyons se profiler des velléités certaines au sud !
    La doctrine de la dissuasion nucléaire française avec sa composante aéroportée intègre au niveau politique la frappe qualifiée d’« ultime avertissement ».
    Outre le fait de pouvoir rappeler ses avions, l’utilisation du Spectre électromagnétique pour paralyser un agresseur est une solution politique viable.

    Cela permet à la fois au chef de l’État de disposer d’une option intermédiaire avant d’envisager le déclenchement du feu nucléaire sur de vrais objectifs, et de « restaurer la dissuasion » au cas où des puissances adverses auraient oublié ou n’auraient pas compris la détermination française.

    Mais le contexte géopolitique mondial et surtout méditerranéen va dans le sens des britanniques. Celui d’un prochain conflit de haute intensité. Nos députés l’ont aussi intégré. Dixit la vidéo suivante.

    (Vidéo 2h30 -10 mars 2021)
    Commission de la défense : M. Bernard Cazeneuve et M. Nicolas Baverez, co-présidents du groupe de travail pour le rapport de l’institut Montaigne sur Nous armer pour les crises à venir.
    http://event.assemblee-nationale.fr/video.10455634_604880aa80cc8?timecode=762040

  17. Frédéric dit :

    Pour les 4 SNLE, il avait été annoncé qu’en 2015, ils n’auraient que 8 missiles Trident.

    J’ai retrouvé ce j’avais écrit sur le wiki il y a plusieurs années :

    En juin 2011, le nombre de têtes nucléaires embarquées sur chaque sous-marin nucléaire lanceur d’engins britannique a été réduit de 48 à 40; le nombre de missiles opérationnels Trident D5 embarqués sur chaque sous-marin sera réduit à 8 et le nombre total de têtes nucléaires opérationnelles passera de 160 à 120 d’ici 2015.

  18. radionucléide dit :

    et tout ça installé en Ecosse ………

  19. Starbuck dit :

    Dissuasion indépendante. Sans blague alors que leurs missiles et ogives sont fabriqués aux US….

  20. lxm dit :

    L’armée anglaise va avoir un passage à vide ces prochaines années avec un recul significatif du matériel et des effectifs; mais ce que l’augmentation du potentiel nucléaire vise certainement, je pense, est de prendre acte du Brexit, et que l’UE pourrait devenir un ennemi qu’il faudra dissuader.
    Gaffe que la perfide albion ne nous trahisse pas.

  21. Captain Pif dit :

    Il est peu de scenarii crédibles où le Royaume-Uni déclencherait une frappe nucléaire sans le soutien des États-Unis, et probablement dans le cadre d’une action conjointe. D’où le perte d’indépendance (assumée) quant aux Trident (avec l’avantage de n’avoir pas eu à assumer le coût (et le risque) de leur développement.
    Bon, c’est un peu vrai aussi pour la France, notez-bien. Qua d le général Ailleret ra pellait que notre défense était tous azimuts, les couloirs de pénétration prévues pour les Mirage IV partaient tous vers l’Est. Et un peu plus tard les missiles d’Albion avaient les coordonnées de Moscou et Leningrad (à l’époque), pas celles de New-York. Aujourd’hui, et sauf à jouer au village gaulois encerclé, sur quel pays lancerait-on une frappe nuke sans échanger au préalable avec nos alliés? L’indépendance, en fait, c’est de pouvoir refuser de les suivre. Attention, en ayant tout bien pesé!
    Les anglais n’ont nul besoin de recréer une capacité de frappe aérienne, pour un coût non négligeable. Les SNLE sont un moyen de dissuasion très fort. En France la persistance de deux vecteurs tient beaucoup à des rivalités AdAE / MN, mais les généraux savent très bien l’argumenter, et c’est vrai que l’AdAE a des savoir-faire pointus dans la pénétration à longue distance qui sont liés à sa mission nucléaire. Et comme le Rafale est bon pour tout on n’a plus le souci d’acheter et entretenir un parc d’avions « de non-emploi ».
    Ceci étant dit, la dissuasion, politiquement, ne se partage pas: c’est intrinsèquement incompatible. Donc on peut avoir des programmes de simulation partagés ou communs; on peut déconflicter les zones de patrouille des SNLE, pour éviter de leur faire un french kiss sous l’eau à nouveau; on peut partager plein de choses, mais dans la doctrine française, le PdR doit garder la main sur l’ordre de frappe nucléaire. C’est comme pour les porte-avions 🙂 c’est national ou ça n’est pas!
    Donc faire du conventionnel avec les anglais, oui. Mais le nucléaire, non, ce n’est pas raisonnable.

    • Fred dit :

      Une avancée scientifique ou technologique pourrait rompre soudainement la sécurité des SNLE (laser profonds, observation des bruits de surface, détection de radio-éléments sont évoqués ; mais il peut évidemment y en avoir d’autres, à imaginer).
      Avoir une capacité alternative aux sous-marins n’est donc pas un luxe.

      Noter que les Anglais dotent leurs SNLE de missiles à une seule tête, pour une frappe d’avertissement (qui signale la position du sous-marin, c’est ennuyeux) alors que pour nous, ce rôle est dévolu à la composante aérienne, qui a l’avantage d’être plus lente, ce qui permet à l’ennemi d’avoir plus de temps pour réfléchir et se raviser.

  22. Franz dit :

    Qui peut m’expliquer en quoi  » le développement d’une nouvelle tête nucléaire, la W93, (serait) essentiel à la dissuasion britannique  » ?
    Les performances et la fiabilité du vecteur ne sont-elles pas beaucoup plus essentielles ?

    • Momo dit :

      On ne peut expliquer l’inexplicable.
      Bobo Johnson doit faire des émules dans l’état major UK qui n’ont plus de limite dans le baratin et l’enflure.
      Qui cela pourrait-il tromper?
      Faillite prévisible aux prochaines élections.

    • tno dit :

      les têtes nucleaires anglaises sont souvent “dérivées” de leur pendant américaines. la W93 est une rénovation et amélioration des têtes w88 actuelles. Il y a de nombreux aspects : puissance, sécurité, fiabilités , maintenance des têtes qui entre en jeux.

      si vous observez l “historique” des armes nucléaires des différents pays, vous verrez que c est un processus itératif… et ce n est pas un choix mais une obligation;-)

    • Fred dit :

      Je pense qu’ils veulent des têtes planantes, impossible à intercepter. Une course aux ABM pourrait remettre en question la sureté de nos feux.
      Les têtes anglaises et françaises actuelles emportent des leurres (en sacrifiant une ou des têtes) parce-que nous en possédons un nombre limité. Les Américains se contentent de saturer, car leur arsenal est pléthorique, d’où la pression des Anglais sur le Congrès, car les tête planantes sont moins vitales pour les USA.

  23. Fred dit :

    « Le Kremlin a dénoncé mercredi la décision du gouvernement britannique d’augmenter le plafond de son arsenal nucléaire, une première depuis la chute de l’Union soviétique.
    « Nous regrettons beaucoup que la Grande-Bretagne a (sic) choisi la voie de l’augmentation de ses armes nucléaires », a relevé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.
    « Cette décision nuit à la stabilité mondiale et à la sécurité stratégique », a-t-il ajouté. (…)
    (Londres) érige aussi la Russie en menace majeure pour le pays, Londres et Moscou entretenant des relations délétères depuis des années, notamment du fait des empoisonnements en territoire britannique de détracteurs du pouvoir russe.
    « Aucune menace n’émane de la Russie », a répliqué M. Peskov, jugeant « inacceptable » d’affirmer le contraire. (…)
    « L’existence d’armes nucléaires est une menace pour la paix sur toute la Terre », a relevé M. Peskov. » [AFP]

    • Raymond75 dit :

      M. Peskov a raison, c’est pourquoi la Russie va commencer le démantèlement de ses 6 000 têtes nucléaires.

      • Fred dit :

        @ Raymond75

        Restera plus qu’à démembrer les têtes de nœuds, mais là, c’est un travail bien plus colossal :o)

  24. Jacques999 dit :

    Je ne comprends pas pourquoi ils n’achètent pas directement aux USA la package missille + tête directement? Sur le nucléaire, leur dépendance est déjà telle, cela ne chnagerait pas grand chose? Ou anticipent t’ils que la qualité des défense anti-missilles est telle que le taux d’interception remettrait en cause la crédibilité sur le volume actuel?

  25. mouchetoxique dit :

    A l’horloge Doomsday Clock il est minuit moins cent secondes (23 h 58 min 20 s) tic tac tic tac …

  26. Donafugatta dit :

    Il est clair qu’en cas de conflit européen avec la Russie, l’ultime rempart contre l’avancée de troupes classiques sera la puissance nucléaire. Cela interdit l’idée d’un conflit avec troupes classiques et frappes nucléaires limitées en parallèle, sorte de jeu d’essai cynique avant l’apocalypse. Cela confirme l’idée d’un emploi massif d’armes nucléaires à un moment rapide du conflit, moment déterminé par, en gros, l’ancien rideau de fer de 1946.

  27. Fred dit :

    « La France, elle-même puissance nucléaire, « respecte pleinement » la décision du Royaume-Uni d’augmenter le plafond de son arsenal nucléaire et « partage » l’analyse de la menace qui l’a motivée.

    « La décision du Royaume-Uni, partenaire stratégique et puissance alliée de la France, d’augmenter le plafond de son arsenal nucléaire est une décision souveraine. Nous la respectons pleinement », a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. » (…) [AFP]