L’armée de Terre modernise ses stands de tirs pour mieux se préparer aux engagements de haute intensité

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

40 contributions

  1. Marc Mora dit :

    L’art de flamber du fric, il n’y a pas besoin de centre spécifique pour apprendre le tir en mouvement , mais qu’est ce que c’est encore que ces conneries, a part des petits arrangement entre amis et autre trafic d’influence, il n’y en a aucune utilité, un pas de tir ouvert étant la seul nécessité ( avec le respect des règles de sécurités, mais ca c’est le boulot des instructeurs )

    • ni pour ni contre, bien au contraire dit :

      Au contraire, ce type de stand de tir est une vraie évolution, dans le bon sens, celui de l’entrainement des soldats. Avec les STOE, on s’affranchit de bien des contraintes : plus besoin de mettre des vedettes de tir pour garder les accès aux gabarits des champs de tir ouverts, plus de contraintes liées aux gabarits de sécurité, plus de contraintes de plombémie dans les stands de tir fermés, et beaucoup moins de problèmes de dépollution des buttes de tir. Allègement de l’organisation pour le directeur de tir, beaucoup moins de contraintes de sécurité: ça va faciliter la vie du chef de section !

  2. Hd55 dit :

    Moderniser les champs de tir, c’est bien mais revoir les regimes de ces champs et la pia pour les adapter à la réalité du combat d’infanterie, serait encore mieux. Ces règlements assurent la sécurité cercemaistes, mais rendent difficile l’entraînement au combat avec tirs, un juste milieu est nécessaire.

  3. AHHAAHHHAAAH, c’est une blague ! toujours aussi ridicule les stands…

  4. Muse dit :

    Stand FFT !
    « surtout si elle est effectuée dans des conditions s’approchant de celles que seront susceptibles de rencontrer les soldats au combat. »
    Oups, il est impossible de comparer stand de tir et tir dans la verte : tout simplement.

  5. Dupont avec un t dit :

    « des tireurs que dans l’utilisation de son armement multi calibre nombreux » c’est des champs de tirs avec cuvette naturelle de réceptions des projectiles, de longues pénétrantes, de multiples rocades , type CEITO Larsac/Canjuers mais en XXL ( 60 x 30 km) avec des dénivelés de 1000-1500m pour manip niveau 2-3 Compagnies avec possibilité de faire les différentes phases Eclairage, Couverture, Harcèlement et Fixation ,Réduire puis Recueillir selon une ligne de recueil jour puis nuit , enfin rompre le contact ….. avec un petit appui « aérien » et des chaînes EvaSan et RBC digne de ce nom , pour se préparer un petit peu à la Haute Intensité

    • Plusdepognon dit :

      @ Dupont avec un t
      Dansles champs de de betteraves, il y a aussi des petits endroits de bonheur :
      https://www.forcesoperations.com/suippes-symphonie-fait-peau-neuve/

      • Dupont avec un t dit :

        Ah ces fameux Lutins très, très collants « Bouillasse » , »Bourbier » et « Gadouille » Tous très efficace dans les manips de Tir puis de Forces pour « décoller » de la zone ….
        PS: a-t-on inventer enfin des semelles de rangers auto-nettoyante à la boue de Suippes ???

        • Plusdepognon dit :

          @ Dupont avec un t
          Sacrés lutins !
          Celui qui déposera le brevet d’une telle invention sera millionnaire…

  6. Thierry dit :

    Il y a en France une très forte pénurie de stand de tir aussi bien civil que militaire, les stands FFT ayant été pris d’assaut par tous les tireurs civils depuis qu’il est obligatoire d’avoir une licence FFT pour posséder une arme, seulement il n’y a pas de place pour tout le monde et quand un stand de tir ferme comme cela arrive encore récemment la plupart des tireurs doivent renoncer à la licence et se démettre de leurs armes, une pénurie volontairement organisé pour diminuer la pratique du tir sportif et aussi la rendre bien plus coûteuse.

    Du coté militaire, les meilleurs stands de tir sont ceux à ciel ouvert sur le terrain militaire de manœuvre qui permettent l’emploi de toutes les armes en condition réelle dans un contexte réaliste, aucun stand cloisonné n’arrivera à recréer cela car il y aura toujours l’effet bocal à poisson qui n’ rien à voir avec la mer et ce que l’on peut y rencontrer.

    ce soi-disant stand de tir ouvert évolutif ressemble un peu trop à un stand classique FFT, c’est à dire complètement cloisonné. Ils essaient de nous vendre des conserves de sardine au prix du poisson frais !

    En vérité c’est une énième mesure d’isolement des tireurs militaire dont la pratique du tir leur est tout aussi restreinte et hyper contrôlé que leurs homologue civils, ils perdent eux aussi des libertés dans leur entrainement quotidien, comme si le pouvoir en place ne leur faisait aucune confiance et les traitait comme des délinquants potentiel…

  7. Jacky dit :

    Ok pour moderniser les stands de tir mais marketer ça haute intensité ça sent le bingo des réunions. Le nouveau jogging haute intensité à hauteur d’homme et bientôt le sca va sortir les food trucks ou les distributeurs de pizzas spéciaux haute intensité.

  8. Sempre en Davant dit :

    M. Lagneau en écrivant « jusqu’au calibre 7.62 mm [comme celui du fusil Kalachnikov AK-47, ndlr], » vous avez probablement laissé passé une coquille.
    Le 7.62 du AK 47 est un 7.62×39 voulu polyvalent et n’est pas un calibre court comme le .30 Carbine (7.62×33mm) des USM1 ni un calibre long comme le 7.62x54R de l’antique Moisin-Naguant et du Dragunov non plus qu’un calibre « fusil et mitrailleuse » comme le 7.62 x51 OTAN.
    Cela signifierait que le SCAR-H PRn auquel vous avez consacré plusieurs articles, peut être utilisé sur ce stand, comme une mag 58.

    [En passant merci pour le nouvel « non au cookies » en un clic! C’est super! Mais ne vous prive t’on pas de la rémunération de votre travail en refusant ces mouchards?]

    Si comme je crois le lire sur le dessins d’illustration c’est une enceinte de 66m de long ‘https://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/inauguration-du-premier-stand-de-tir-ouvert-evolutif on lit 100 sur la photo.). il ne s’agirait que de PA et pour les armes longues de prise en main ou de vérification mais cela attesterait d’une remarquable maîtrise des ricochets.

    Pourtant, j’imagine que l’usage de cet équipement sera bien plus de passer du tir arme d’épaule a celui à l’arme de poing dans le mouvement collectif et notamment en décrochant.
    L’usage du PA sera sûrement le plus rigolo. Mais comme c’est le collectif qui fait la valeur du soldat espérons que le temps et les munitions suivront.

    Pour accélérer la progression un emploi intelligent de la vidéo (gestes et coups au but individuel + mouvement collectif) pourrait être un sacré atout. Pourtant après en avoir connu un « abus de vanité » (en équitation) il me faut reconnaître en être resté circonspect sur un usage généralisé et trop peu critique. Si l’instructeur n’a pas pu avoir le temps de bien préparer la séance de dépouillement des séquences cela tourne à « Narcisse et Nombriliste font du dada »… Et j’ai vu des moniteurs « s’enduire d’erreurs » par ce que l’angle de vue ne montrait pas le plus important. Typiquement en équitation : les empreintes des pieds sont le vrai juge du travail. Soit on peut contrôler ça soit on range la caméra!
    C’est souvent un bon début de séance : on reprends ou on a terminé la progression du connu vers l’inconnu.

    Enfin l’innovation que j’aimerai voir dans le tir militaire c’est vers le haut et vers le bas. Dans le tir a grande distance bien sur mais aussi dans le tir urbain vers le 9éme étage depuis l’autre coté de la rue ou depuis le dessous comme vers la rue depuis le toit. Le tout pimenté de masque comme des voitures ou des fourgons et de couverts comme du béton ou des parpaings.
    Sans oublier les cages d’escaliers ou d’ascenseur… Y compris au PA. Et bien sur avec tout le fatras sur le dos.

    Ce qui ramène au SCAR PR voir a la Mag58 car les calibres 7.62×51 ont fait leur retour (comme le 300WM a fait sont apparition) en Irak quand les villes ont exigé du punch. La seule balle qui compte étant celle qui neutralise derrière le mur. Avec un fusil de 7.62 de près de 7kg ça demandera de l’entraînement.

    Si quelqu’un est en mesure de décrire les capacités d’entraînement au tir haut et bas je lui en serai gré!

    • Charognard dit :

      @ Sempre en Davant
      On a bien « vu à la télé » que Barkhane c’était 52 000 soldats…
      Après le tacle à la gorge était facile et comme l’AAE, la marine nationale aussi a besoin d’infrastructures d’entraînement, puisque l’on ne peut plus occuper le petit personnel avec des norias de bus:
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/08/23/creation-d-un-pole-de-preparation-operationnelle-a-cherbourg-21387.html
      Les terriens, c’est leur coeur de métier, ils nous en parlent à longueur de forums.

      • Sempre en Davant dit :

        Charognard,

        C’est de la speakerine que je me moquais et pas de l’armée de l’air.
        Ceci dit le 7é BCA est une belle prise. Il faudra juste vous habituer a leur langage et essayer de refréner leur ardeur à grimper le satellite par la face nord!

        Pour l’article que vous mettez en lien : je suis toujours ravi que l’entraînement soit possible. A condition qu’il permette une acquisition et un maintien des compétences.
        Quand la police multiplie les stands fermés pour pistolet à 7m je me demande si elle ne fait pas une erreur pédagogique. Pour la précision du tir c’est trop près on risque d’y prendre des mauvaises habitudes (tirs cibles nette) et pour la défense des armes factices ou de simulation avec mise en situation de combat corps a corps me semblerait plus rationnel.
        Pourtant ayant les copains policiers ne tiraient pas 2X5 cartouches chaque année dans les années 90…
        Il me semble qu’ en deux sessions de tirs annuelles (50 cartouches?) à 50m et une séance hebdo de deux heurs de self avec l’ensemble des armes remplirait mieux l’objectif que la limitation à « riposte à 7m ».

        Et effectivement l’AdT peut se targuer d’avoir une sacré expérience autour de l’armement de petit calibre et une pédagogie très performante. Le rapport entre le niveau de certains « gus » et le nombre d’accident en témoigne.

        Cela n’exclus pas les conneries et vous devriez convenir qu’à longueur de commentaire je n’ai cessé d’en dénoncer. Ce terrien « cherche des potes »… une vacherie à la fois.

        • Charognard dit :

          @ Sempre en Davant
          Tu en as trouvé un… en avant! 😉

  9. Hd55 dit :

    C’est étonnant sur ce site, les gens font des tas de commentaires concernant l’industrie, la géopolitique,… Cependant quand il s’agit d’un sujet moins  »sexy » mais au combien important que les conditions d’entraînement au combat de nos troupes au contacte on ne s’y intéresse qu’apres des pertes! Le combat avec tir tout de même un des fondamentaux du soldat.

  10. jean la gaillarde dit :

    Alors, après 36 ans passé dans les unités de Gendarmerie, et donc à faire chaque année ma séance de tir, après avoir passé 5 ans au sein des ELI et d’avoir fait du tir très régulièrement, à la Courtine, dans la verte, je peux assurer d’une chose : Le tir en stand ne pourra jamais être représentatif d’une utilisation de l’arme, en ambiance réaliste. Le tir en stand, est fait pour connaître parfaitement l’utilisation de son arme, travailler sa position, travailler le départ du coup de feu, travailler les incidents de tir et les résoudre. C’est un pré-requis, avant d’aller tirer en condition réelle, dans la verte. Cela permet aux instructeurs, de voir les tireurs qui ont des difficultés de visée, de peur parfois ou d’incapacité à résoudre un problème. Cela permet aussi de travailler le changement d’arme, de passer d’une arme longue à une arme courte. En gros cela permet de travailler les fondamentaux.
    Ensuite, le réalisme, il est sur des pas de tir en ambiance nature. Sans casque, sans artifice qui vous sépare de l’ambiance du combat. Et là, ça change tout : Le copain qui tire à coté, courir sur du dénivelé, montant, descendant, faire gaffe aux camarades sur sa ligne de tir, chercher l’abri, le trou, le muret, appuyer, éviter l’effet tunnel, regarder autour de soi ce qui se passe, se relever …. bref, il n’y a rien à faire, c’est dans la verte que l’on peut reconstituer le réalisme, mais surement pas dans un stand de tir.
    Par contre, le stand de tir est impératif pour les fondamentaux, et il est bien qu’ils soient modernisés.

    • PK dit :

      « Alors, après 36 ans passé dans les unités de Gendarmerie, et donc à faire chaque année ma séance de tir »

      Sic gloria transit. Enfin, je veux dire, ça montre le niveau d’entraînement d’un gendarme de base. Ça ma rappelle un de vos collègues avec son HK qui était tout fier de me dire qu’il avait été bien formé parce qu’il avait tiré… 80 cartouches.

  11. Jm dit :

    C’est bien.
    Plus qu’à avoir des munitions !!!!!!

  12. Jean dit :

    Qu’entend t’on par conflit de haute intensité ? A part les barbus, il n’y a eu aucune attaque sur le sol national depuis 70 ans !!! Est-ce qu’on n’utilise pas plutôt ce termes à « dessin politiques » pour parler d’interventionnisme dans des pays sous-développés afin d’y maintenir des dictateurs qui favorisent les entreprises françaises !!! A ce titre, le Mali est symbolique du rejet de l’Afrique face à cette politique interventionniste !!! Il est à craindre que les choses vont encore s’y envenimer encore dans les temps qui viennent , comme si la guerre contre le djihadisme était reportable ! On coupe une tête et neuf repoussent !!! Combats de haute intensité, je rigole !!! Comme si Poutin et les chinois visaient la France , on a envie de rigoler !!!

  13. VonBulot dit :

    Je vais peut être passer pour un bouseux, mais la pratique de la chasse (solo, affut, battue) pourrait apporter des mises en situations intéressantes pour nos miliaires.

    • PeterR dit :

      Airsoft et paintball aussi et à moindre cout. Parce qu’il faut voir les choses en face : combien de cartouches tire un soldat lambda par an ??
      Et comme disent pas mal d’autres contributeurs ce n’est pas dans un stand qu’ils vont apprendre à maneuver en groupe

      • Marc Mora dit :

        l’airsoft ou le paintball, peuvent avoir certains avantage pour des unités ayant déjà un minimum d’aguerrissement aux balles réels, par contre en formation de base, je le déconseille, car ces substitues n’engendrent pas le stress d’un vrai tir ( la peur du départ du coups, bruit, flash, gestion du recule ) chose qui ne peu, hélas, pas être simuler

        • PeterR dit :

          On peut aussi imaginer un système monté sur armes réelles avec tir à blanc (sauf si on accepte de monter le quota de pertes) couplé à ce qu’on trouve dans les laser quest (faisceau laser et détecteurs placés sur les fantassins).
          Cela permettrait de simuler à peu près tout, de faire des tirs plus longue distance et déterminer si la personne a été touchée ou pas.

          • Marc Mora dit :

            Alors il faut savoir que le système MILES a été testé dans l’armée Française, c’est un système en service dans l’US Army depuis le milieux des années 80 qui est constituer d’un boitier d’émission laser fixer sur l’arme, celui ci envoi un impulsion laser a chaque départ de coups, impulsion qui est détecter par un ensemble de capteurs monté sur un chasuble ( torse et tète ) indique via une alarme si le personnel porteur des capteurs a été touché , pour plus de détails voir ici https://en.wikipedia.org/wiki/Multiple_integrated_laser_engagement_system

            Or, savez vous pourquoi celui ci n’est jamais rentrer en service dans l’armée Française ?! , parce qu’il apportait trop de réalisme et que lors des exercices, les gentils  » bleu  » n’arrivaient bien souvent, pas, a détruire les méchant  » rouge  » et que lors d’exercices cela pouvait mettre a mal la notation des nos CDU et de nos  » chef de corps « 

        • Dupont avec un t dit :

          Ah oui en mèmoire, la gendarmette de 45kg avec son MR73 pleine charge en 357 Mag ……
          ou le tir au SIG-Sauer Pro d’un véhicule sérigraphié sans bab … les vrais tirs dans les vraies conditions

          • Marc Mora dit :

            Je ne comprend pas le sens de votre réflexion , j’ose espérer qu’elle n’est pas sarcastique, si cela était le cas je vous poserais la question suivante : les policiers et gendarmes patrouillent avec leurs BaB dans les oreilles ??
            j’en ai pas le souvenir et pourtant je bosse au quotidien avec eux, de plus , j’ai quelques OPEX derrières moi , j’ai pas le souvenir d’être intervenue avec mes BaB non plus…
            Quant au  » 357 « pleine charge  » , pour info, ca n’a guère plus de recule qu’un 9 mm, mais la aussi j’ignorait que sur les munitions manufacturés en dotation dans les diffèrent corps d’état, il y en avaient des spécifiques  » mi charge  » pour les personnels féminin …

  14. eric62 dit :

    Une re découverte de ce que nous faisions il y a 40 ans en Allemagne … nous au moins on savait tirer par temps de pluie , de neige ,de vent ou de soleil à 25,100 ou 200 mètres !!!!!si je comprends bien les fameux militaires pro actuels ne s entraînent aujourd’hui qu avec des casques et des bouche oreilles ? Bien protégés dans des caves comme dans les films de policiers américains ? Fête foraine ou guerre ? ……pff …petits joueurs …enfin … espérons que cette redécouverte s accompagnera du bruit des projectiles de l adversaire potentiel ….les larmes épargnent les sang disait machin …

    • Dupont avec un t dit :

      « du bruit des projectiles de l adversaire potentiel » et ces bruits renseignent, type d’arme, Ind ou coll, type de calibre voir le modèle d’arme , position de « nid » (distance, azimut et hauteur), nombre de servants, qualité des tirs, type de cadence , les incidents de tirs…. enfin pleins de données servant à le neutraliser.
      « Pour un tir FLG type AP suivi d’un deuxième à 20s ….. efficacité « 

    • Vroom dit :

      Un vieux grincheux « c’était mieux avant »….
      Une MAT faisait quand même moins de bruit qu’un FAMAS par exemple.
      Les EPI font partis du paysage maintenant, ainsi que toutes ces normes de sécurité qui nous étranglent, mais font un beau parapluie aux Armées quant aux conséquences de ces tirs si non protégés.
      Pour avoir été longtemps dans le nord du bas-rhin, si on ne fait rien tant qu’il pleut neige vente, ben on ne fait plus rien, alors en Allemagne…..