!-- Quantcast Choice. Consent Manager Tag v2.0 (for TCF 2.0) -->

 

L’US Navy cherche une solution pour garder l’USS Theodore Roosevelt opérationnel, malgré le Covid-19 à bord

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

43 contributions

  1. Luc dit :

    Mise en place d’un Lazaret dans la zone hangars

  2. tartempion dit :

    Statistiquement parlant , même si 10% des marins devaient décédés du COVID19 , et que le reste de l’équipage n’était que plus légèrement touché, il en resterait toujours assez pour la manœuvre du bâtiment , par ailleurs cela fera un cas d’étude intéressant .Par contre mettre un terme à une mission de déploiement d’un porte avions pour une maladie qui est juste plus virulente qu’une mauvaise grippe et qui statistiquement parlant ne touche gravement que 2% des cas chez les 15 /45 ans me parait être un non sens .Si dans l’histoire de l’humanité , on avait mis un terme à toute les campagnes militaires en raison de maladies infectieuses , virales ou autres , il n’y aurait plus eu lieu de maintenir des outils de combat , d’armée etc….Le pacha ferait bien de s’inspirer de la campagne de Napoléon en Egypte et de poursuivre sa mission .

    • Militaire dit :

      Il ne s’agit pas d’abandonner le navire…mais de préserver les capacités opérationnelles. 14 jours…ça ne change pas la situation quand on n’est pas en guerre. Et ne rien faire c’est envoyer le signal aux jeunes générations que la marine sacrifient ses hommes sans raison valable ! Pas sur que le recrutement fonctionne après!

    • précision dit :

      Sauf que là ce n’est pas une campagne militaire. Le pacha le dit lui même « ils ne sont pas en guerre ». Concrètement, ce porte avion ne sert à rien en ce moment précis, à part pour sa portée symbolique. Donc avoir les 10% de morts dont vous parlez (de toute évidence, la proportion serait en réalité beaucoup plus faible, mais il n’empêche), jeunes pour la plupart, pour envoyer un symbole menaçant aux chinois, c’est du délire. Heureusement que les commandants de la Navy ne raisonnent pas ainsi. Je doute qu’aucune armée ne puisse recruter si elle se mettait à considérer 10% de pertes en temps de paix comme acceptables!! Chez eux comme chez nous, chaque vie compte, et c’est heureux.

    • Marc mora dit :

      sauf qu’on est plus a l’époque de napoléon et autant de décès en temps de paix c’est n’est pas admissible, retournez dans votre grotte ( de la part d’un ancien militaire )

    • dolgan dit :

      Il s’agit d’une patrouille non essentielle. Pas d’une campagne militaire.
      .

    • Behemoth dit :

      Le problème ce n est pas tant le taux de mortalité mais aussi au un bon nombre de marins seront indisponibles avec des symptômes plus ou moins important. Il en restera peu t être 20/30% de valides, mais sur la durée cela ne tient pas

    • Thaurac dit :

      Fausses stats, les décès par tranche d’âge ne sont pas une moyenne, voir les sites qui décrivent la pyramide des ages, et les marins ne sont pas si âgés et surement en meilleure condition physique

    • Thibaut dit :

      tout simplement parce qu’ils ne sont pas en guerre et que l’on ne sait pas (ou bien si justement) comment peut déraper l’épidémie au sein d’un bâtiment tel que ce pa.
      Décision d’un pacha qui porte un intérêt à ses hommes.
      Heureusement que je n’ai pas un chef comme vous tartempion

    • Xaintrailles dit :

      Il a défini lui même sa mission, je crois bien : zéro mort ! C’est louable sur le plan humain, je n’en disconviens pas…

      • précision dit :

        En plus, au delà de ce pacha, le « zéro mort » est un des points dont peut s’enorgueillir l’armée américaine: ils font de très gros efforts pour sauver le moindre de leur soldats ou citoyens (ce sont eux qui ont essentiellement mis en place les tactiques modernes CSAR). Ils ont été moteurs dans le développement des sièges éjectables (avec l’anglais Martin Baker). Ils savent aussi faire de ces sauvetages de belles histoires (apollo 13)…

    • vno dit :

      A l’époque de Napoléon, Pasteur n’était pas né et les microbes non plus. Mais la pandémie dans les troupes a été suffisamment importante pour ne pas permettre le retour en France à la pointe du sabre à travers la Turquie et l’Europe, malgré les scientifiques de premier plan qui accompagnaient l’expédition. Donc pas sur que l’exemple pris soit adapté à ce bateau.

      Pour avoir visité un de ces porte-avion, j’ai mémoire d’un hôpital important à bord, par contre le corps médical venait d’un hôpital militaire en Angleterre, embarqué pour la circonstance à l’arrivée. Si l’équipage était jeune mais souvent mono-tâche et sans possibilité d’initiative, ce n’était pas le cas de l’état-Major, dont la moyenne d’âge était manifestement supérieure à nos bâtiments. C’est donc chez eux qu’il y a un risque potentiel. Si vous changez un partie de l’état-major, le bâtiment n’est plus apte au combat sans repasser par la case entrainement. Sans parler du risque pour les pilotes et donc les avions ou de l’utilisation des appareils respiratoires pour s’entraîner à la lutte contre les incendies.

      D’autre part les rapports hiérarchiques qu’entretiennent l’équipage et l’état-major, ne sont pas basé sur le mépris, ils sont tous Américains à part entière et pas en fonction de leur grade ou filière comme chez nous. Si un hommes est en danger de mort,un matelot à autant de chance d’être évacué qu’un officier, même s’il faut pour cela arrêter une mission secret défense. Pas souvenir à l’exception de l’amiral LOUZEAU qu’un de nos commandants m’ai tendu la main pour répondre à mon salut militaire en tant qu’équipage ou sous-officier. Par contre, j’ai eu la surprise de croiser le commandant d’un TICONDEROGA dans une coursive et de discuter avec lui pendant 10 minutes en Français après qu’il nous ai tendu la main. A l’issu de cette discussion, il a autorisé le Second-maître détecteur qui nous avait invité à nous faire visiter le central opération (c’était de la science fiction part rapport au jean Bart tout neuf), honneur que n’avaient pas nos officiers. J’étais comme mon collègue QM2 et nous étions accompagné d’une matelot secrétaire. J’ai eu la même expérience en visitant un de leurs SNA.

      Chez nous j’ai souvenir d’un incident grave qui a touché tout un équipage, parce qu’un commandant et son Second – qui n’était pas encore malade du fait de la configuration des lieux de vie – considérait que les matelots et quartiers maître puis sous-officiers malades « tiraient au cul ». Lorsqu’il est tombé malade lui-même, il s’est enfin décidé à enfreindre les ordres et à demander assistance faute de médecin. Par contre tout le matériel à bord et les spécialistes pour comprendre facilement que le problème n’était pas bio mais chimique, a condition de leur faire confiance. Une partie de l’équipage en a gardé des traces physiques. L’affaire a été enterrée. Quant à la mission, s’était finalement un échec puisqu’elle avait déjà été médiatisée et il ne l’ignorait pas.

      En vous lisant je refuserai de servir sous vos ordres, vous n’êtes manifestement pas digne de commander des hommes qui vous font confiance et si vous l’avez fait, vous êtes la preuves vivante du « comment en sommes nous arrivé la »!

    • mulshoe dit :

       » .Par contre mettre un terme à une mission de déploiement d’un porte avions pour une maladie qui est juste plus virulente qu’une mauvaise grippe  »
      C’est justement là l’erreur . Si ce virus mène son petit train-train habituel il ne faut certes pas le sous-estimer pour autant . Le bougre est hyper contagieux et nous laisse désarmé contrairement à la « gripette » . La sous-estimation quasi systématique du début nous aura mené à la situation présente . Pas mal joué la « gripette » non ? Je la trouve assez sympa en fait . elle aura mis en lumière nos insuffisances et nos mauvaises certitudes . On croyait l’Histoire derrière nous et voici qu’elle nous rattrape .

  3. petitjean dit :

    Ce courrier du capitaine de vaisseau Brett Crozier.
    Crozier a écrit une note de quatre pages qu’il a adressée au Pentagone
    https://www.dedefensa.org/article/le-sos-infamantdu-usstheodore-roosevelt
    « “Demandez à toutes les ressources disponibles de trouver le plus rapidement possible des salles de quarantaine conformes aux normes NAVADMIN[Navy Personnel Command] et CDC[US Centers for Disease Control and Prevention]pour tout mon équipage”, a écrit lundi le capitaine de vaisseau Brett Crozier, dans une lettre de quatre pages adressée au ministère de la Marine.
    » “Cela nécessitera une décision politique mais c’est la bonne chose à faire”, écrit Crozier dans la lettre, qui a été obtenue par le San Francisco Chronicle et imprimée mardi. “Nous ne sommes pas en guerre. Les marins n’ont pas besoin de mourir. Si nous n’agissons pas maintenant, nous ne prenons pas correctement soin de notre atout le plus précieux, – nos marins”. […]
    » Les premiers marins chez lesquels le virus a été détecté ont été transportés à terre à l’hôpital naval américain de Guam. […] Cependant, avec près de 200 cas identifiés sur le navire, selon une source anonyme du Chronicle, la distanciation sociale est à la fois nécessaire et impossible dans les conditions d’exiguïté dans lesquelles les marins vivent et dorment, a noté Crozier.“En raison des limites inhérentes à l’espace d’un navire de guerre, nous ne pouvons prendre ces mesures” poursuit-il. “La propagation de la maladie est en cours et s’accélère.” […]
    » “Retirer la majorité du personnel d’un porte-avions nucléaire américain en déploiement opérationnel et l’isoler pendant deux semaines peut sembler une mesure extraordinaire. … [Mais] c’est un risque nécessaire”, a écrit Crozier. “Garder plus de 4 000 jeunes hommes et femmes à bord est un risque inutile et rompt le lien de confiance des marins qui nous sont confiés”.
    » “Pour atteindre ces objectifs, un navire propre est nécessaire. Chaque marin à bord doit être garanti exempt de virus et l’environnement du navire doit être désinfecté. Un marin infecté introduit dans le navire propagera le virus. Un hébergement hors du navire conforme aux directives du CDC et du NAVADMIN est nécessaire pour que plus de 4 000 marins obtiennent un navire et un équipage propres”. » (….)

    Extraordinaire situation……………

    • précision dit :

      Ce qui m’intéresserait, c’est ce qui s’est passé avant que le capitaine de vaisseau Crozier ne décide d’envoyer une lettre ouverte. Car ce n’est pas dans la tradition des armées qu’un capitaine de vaisseau cherche des soutiens dans l’opinion publique (ce qui pourrait être perçu comme une manoeuvre pour faire pression sur sa hiérarchie).

      • Xaintrailles dit :

        Il me semble avoir lu que « tout n’allait pas très bien » entre la Navy et l’administration Trump. D’où la nécessité de l’allusion dans sa lettre à une décision politique, argument qui avait pu lui être opposé, je pense, auparavant…

      • LEONARD dit :

        Précision:
        – La lettre est bien écrite par le Captain et destinée à ses supérieurs.
        – Elle a été transmise à la presse, sans précision de la Source.
        Ce n’est donc pas forcément le Captain qui l’a transmise.

    • Xaintrailles dit :

      « Garanti exempt de virus » il est psychorigide le commandant, ou alors il n’est pas en assez bonne relation avec le chef de son service médical pour se laisser expliquer les bases des relations entre l’être humain et les germes…
      Mais bon « exempt de germe » cela va bien avec la culture ou l’inculture globale américaine ; et le microbiote il se le met où le captain ?…
      En tout cas si j’étais américain, je préférerais qu’il n’y ait aucune communication sur ce problème sanitaire.

  4. Falouja dit :

    Si les pilotes seraient infectés, leurs poumons seront abîmés, ils ne peuvent plus décoller.
    La plupart des marins ne sont pas couverts par la sécu, ils attendent à mourir.

  5. TINA2009 dit :

    BEEENNNNNN !

    L’unique solution est de favoriser la dissémination de notre ami le COVID-19 sur le PA l’USS Theodore Roosevelt.
    Ensuite la sélection naturelle doit s’effectuer ….
    Enfin , pas tout à fait … Allez , j’aide ces E…….S de Ricains : Buvez du Shweppes ZERO Indian Tonic, du BYRRH, de l’AMBASSADEUR, du LILLET, du SAINT RAPHAEL, du BONAL gentiane-quinquinnat…
    En échange, je m’accapare des C.O.U.C.O.U.G.N.E.S. de Mark ESPER…. Que j’aurai retiré par mles propres soins !!!

    • Ancien du SSA dit :

      @Tina2009
      Bonsoir à vous,
      Tous ceux qui vous lisent ont pu constater que vous étiez un type intelligent, cultivé ( si si, vous êtes le seul ici à avoir souligné que de nombreuses boissons contiennent de la quinine ; quand j’ai des coups de soleil, je bois aussi du Schweppes, boisson dont l’histoire est encore plus ancienne et étonnante que celle du coca ) et également des connaissances militaires étendues, domaine dans lequel je suis malheureusement moins expert… Mais ici sur ce blog consacré à la Défense vous ne pourriez pas arrêter un peu vos délires plus ou moins alcoolisés et orduriers ; on parle de choses graves, et vous mélangez commentaires pointus et délires qui nous font craindre un peu pour votre santé, quand même !
      Très cordialement.

  6. Piotr dit :

    Force est de constater que la liberté d’expression fonctionne aussi dans l’armée américaines. C’est pas chez les russes et les chinois qu’on verrait ça.

    • vrai_chasseur dit :

      Effectivement aucune transparence à attendre, surtout de la part des chinois.
      L’armée chinoise avait souffert au temps du SARS 2003 : 8% de ses effectifs sérieusement contaminés. cf http://rusi.org/publication/pla-and-sars-crisis-implications-civil-military-relations
      Aujourd’hui ce serait très étonnant qu’elle n’ait pas été plus touchée par le Covid alors même qu’elle a été très exposée et en première ligne en soutien direct aux soignants.
      Wuhan est de plus un noeud ferroviaire important et une grosse plateforme logistique, ou l’interpénétration entre monde civil et monde militaire est permanente. Il y a forcément des militaires de toutes armes qui y ont été contaminés.
      Mais dire que l’armée chinoise souffre du Covid (ou de quoi que ce soit d’autre) est un gros tabou : vu l’énergie budgétaire qui lui est consacrée, la doxa propagandiste du PCC est que la PLA est invincible.
      Toutes les gesticulations militaires vont d’ailleurs dans ce sens politique : on a vaincu le covid, c’est notre armée la plus forte.

    • Vivo dit :

      Bof, sous prétexte d’une soit-disant « liberté d’expression’, qui n’est que de la com, ils peuvent se permettre de bombarder des civils innocents dans le monde entier, d’intimider des pays militairement sans l’aval de l’ONU, etc … ??? On les connait trop bien les ricains, l’artificiel avant tout, aucun truc authentique.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « d’intimider des pays militairement sans l’aval de l’ONU, etc … ??? On les connait trop bien les ricains, l’artificiel avant tout, aucun truc authentique. » Oui! C’est un système tellement pourri que vous vous empressez de le copier!!

    • précision dit :

      Bien d’accord avec vous. Cette liberté de parole est un point que tout le monde peut leur envier, et en particulier les pays que vous mentionnez.

    • vno dit :

      Il me semble qu’au début des années 1990, vos commandants de sous-marin ont refusé de partir en mer pendant plusieurs semaine. Sérieux problèmes de maintenance c’est certain, mais pas de virus en vue, juste leur solde qui n’était plus versée depuis plusieurs mois… Et la nouvelle est bien arrivée chez nous par la presse.

  7. Luc dit :

    Oups l’ USS T.R. touché par une « Torpille Virale » … Soluce de tir bonne et Coup au but

    • EchoDelta dit :

      c’est claire, j’espère que la solution de tir a été décortiqué pour qu’elle ne touche pas notre PA national.
      Le ravitaillement et les mouvement de personnel doivent être étroitement surveillés.
      De même il y a quand même des tristement de stimulation immunitaire qui permettent de préparer les corps humains à combattre ce virus. J’espère que toutes armées envisagent ces solutions pour préparer au mieux son personnel.

    • EchoDelta dit :

      c’est claire, j’espère que la solution de tir a été décortiqué pour qu’elle ne touche pas notre PA national.
      Le ravitaillement et les mouvement de personnel doivent être étroitement surveillés.
      De même il y a quand même des tristement de stimulation immunitaire qui permettent de préparer les corps humains à combattre ce virus. J’espère que toutes armées envisagent ces solutions pour préparer au mieux son personnel.

  8. Expression libre dit :

    Comme quoi, un petit virus, bien calibré au niveau contagion, peut ou pourra mettre à mal toute une armée. La résilience sanitaire devra être intégrée à nos plans de défense dorénavant. Un seul régiment NRBC en France actuellement.

    • Xaintrailles dit :

      « Toute une armée » est excessif, mais effectivement on peut aboutir à un scénario catastrophe si l’on néglige les conseils donnés par les experts nationaux sollicités courant 2019 : stocker une boîte de 50 masques par foyer pour tous les français en plus des stocks nécessaires aux soignants et autres secteurs sensibles. Ce qui nous arrive est aussi stupide que de ne pouvoir nous défendre par les armes par absence de chaussures !

    • Luc dit :

      « Les menaces n’ont ni disparu, ni faibli, et cette crise sanitaire révèle des fragilités auxquelles nous n’avions pas prêté une attention suffisante », juge la Ministre des Armées .
      En NRBC on est « monté » léger, très léger

  9. DVA dit :

    Me demande si les 5000 hommes sur le PA ne s’inquiètent pas surtout de ce qui se passe chez eux avec leurs familles et amis aux States touchés aussi par le Co19…

  10. vrai_chasseur dit :

    Apparemment le groupe du PA CDG et toute son escorte ont reçu l’ordre de rester en mer.

  11. berger dit :

    Une ampoule bourrée de virus, une fléchette et 3 jours après plus de chiens jaunes sur le pont…

  12. Robinson dit :

    A l’aube du 7 décembre 1941, les USA n’étaient pas en guerre.