L’US Air Force fait le tri dans ses projets d’armes hypersoniques

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. PeterR dit :

    >> Le prototype ne contenait pas d’explosifs et il n’a pas été libéré du B-52 pendant les essais en vol. Ce type de collecte de données est requis pour tous les systèmes d’armes de l’US Air Force en cours de développement

    Surement une avancée majeure pour déterminer des lois aérodynamiques encore mal connues.

    • Fred dit :

      @ PeterR
      Et si les explosifs avaient le mal de l’air et vomissaient, hein ? ;o)

      • PeterR dit :

        En fait je viens d’avoir un pote travaillant en zone 51. Le B-52 est hyper méga sonique (comme quoi on ne sait pas tout). Cet essai à permis de tester l’échauffement du joujou et préciser les specs de température interne que devront supporter les composants

  2. Raymond75 dit :

    Je ne me rappelle plus si les Afghans disposent d’armes hypersoniques ?

    • Jack dit :

      @Raymond75 : Les Afghans disposent bien d’armes hypersoniques. C’est d’ailleurs ce type d’armement qui leur a permis de tenir en échec l’Union Soviétique puis les Etats-Unis .. .. .. .. .. .. .. .. 😉

    • j2c dit :

      Non , mais ils ont des armes électriques

      Si si , le non moins célébre coran .

      Bon je sors 😉

  3. Bob dit :

    Je croirais aux missiles hypersoniques quand une video de qualite les montrera surtout cote han et russe aussi.
    Le budget de l’US air force sur ce type de missile diminuera alors que c’est une technologie de pointe, c’est contradictoire a moins que ces missiles ne soient tout simplement pas ausdi important et encors loin d’etre operationnel.
    D’ailleurs, quid du projet francais et europeen ? Guere de nouvelles sur un sujet qui ne semble pas aussi strategique.

    • John dit :

      Bob, il faut noter une chose, c’est que les budgets de recherche américains sont tels pour de nouvelles armes que parfois, ils font n’importe quoi.
      Un exemple est le remplacement du M2 / M3 Bradley.
      – Dans les années 90, UK et USA ont planché sur le « Future Scout Cavalry System « . Ce programme ayant été retardé, les Stryker ont été acheté d’urgence par les USA… (IAV = Interim Armored Vehicle)
      – 2003: FCS Future Combat System. Le XM1201 a été développé à très très grand frais, et le programme a été annulé en 2009.
      – En 2010, le programme Ground Combat Vehicle est lancé puis stoppé en 2014. 1 milliard dépensé. Le véhicule est devenu tellement lourd qu’il pesait plus que des tanks … Jusqu’à 84 tonnes pour certains prototypes.
      – Next Generation Combat Vehicle (NGCV) , actuellement et qui devrait aboutir

      Bref, un exemple typique d’une armée sur-financée et qui a de l’argent à gaspiller.
      Développer 10 x des concepts et des prototypes pour ensuite les annuler puis refaire tout ce travail, ça n’a pas de sens…

      Je soupçonne que le cas des armes hypersoniques est aussi la conséquence de ces sur-financements. Chacun fait ça dans son coin…

      • sonata dit :

        Le pire est encore de mettre en pratique des concepts totalement erroné et de les produire. Exemple des Zumwalt de l’US Navy (20 milliards pour 3 destroyers déjà partiellement désarmés), ou des LCS, qui vont être produits à 32 exemplaires et ne servent absolument à rien.
        Pour le coût de ces deux programmes, l’US Navy aurait pu se payer 70 – 80 frégates équivalentes aux FREMM…

        • John dit :

          En effet, il y a des programmes allant jusqu’à la production alors qu’ils ne sont pas adaptés aux besoins.
          Les Camouflages à 5 milliards qui ne fonctionnaient nulle part par exemple.
          Ou encore, les muffins à 16 dollars, les marteaux à 100 dollars…
          Et de l’autre côté, les militaires eux peinent à être soignés correctement une fois plus en service.
          Bref, heureusement qu’on ne dépense pas de cette manière de ce côté de l’Atlantique.

      • Clément dit :

        Analyse très intéressante !
        Par contre les projets annulés ne sont pas perdu : c’est de la R&D qui est déjà faites, du savoir faire accumulé, et ça fait marcher l’industrie nationale.

        • John dit :

          Évidemment qu’il y a une part de conservation de savoir-faire, et une part de stimulation de l’industrie.
          Mais dans le cas américain, il est important de noter l’importance des lobbys à ce niveau. Les élus américains ont besoin de tels financements pour être réélus qu’ils se laissent facilement influencer par des lobbys.
          Et l’industrie de l’armement est probablement le lobby le plus puissant politiquement aux USA, car une des dernières industries stimulable par le gouvernement, et donc une des dernières industries capables de promettre des emplois dans un conté en échange d’un vote.

          Bref, je pense que le cas américain doit être distingué d’autres cas. Dans le cas de la France par exemple, le rapport entre le financement et la puissance des forces est l’un des meilleurs (ajusté au coût de la vie), d’autant plus en prenant en compte les divers projets de développements nationaux.
          Les USA au contraire investissent énormément, mais n’ont pas des forces aussi puissantes qu’ils pourraient avoir en dépensant bien.
          Il y a bcp de questions intéressantes, les batailles entre les différents corps d’armée pour le budget.
          Plutôt qu’un financement mieux coordonné des programmes de recherche, il y a des doublons / triplons / quadruplons…
          Je pense que les USA ne profitent pas suffisamment des finances obtenues, et les analyses internes le démontrent aussi. Un autre élément démontrant cela, c’est la comparaison de programmes similaires avec d’autres pays du « bloc de l’ouest ».
          Reprenons l’exemple des blindés de type M2/M3 Bradley.
          Les CV90, Puma, Lynx, ASCOD, etc… ne sont pas des véhicules très chers ni en développement ni à l’achat. Les USA ont dépensé des milliards sans avoir de remplaçant pour le moment.
          Et au moment où ils lancent un programme qui remplacera potentiellement ces véhicules, les délais sont tellement courts qu’un seul véhicule entre dans les critères pour les essais. Pas sûr qu’ils aient tant profité d’anciens programmes.
          Comme l’explique Sonata ci-dessus, les cas de la Navy avec le LCS et la Classe Zumwalt montrent aussi d’énormes financements, d’énormes dépassements de budgets, au final une annulation de programme avec 3 navires très chers et difficiles à entretenir.
          Pour la classe Zumwalt, on parle de 22.5 milliards sur son cycle de vie, plus de 4 milliards à l’achat par unité, soit 80% de plus qu’un sous marin nucléaire de classe Virginia. Et comparé à une FREMM, on est à près de 10 fois plus en coût de construction.
          Autres exemples?
          – 5 milliards pour un treillis dont le camouflage sensé fonctionner dans tous les environnements, mais ne fonctionnant dans aucun (UCP).
          – Sénatrice du Maine qui a réussi à augmenter un budget annuel de la Navy en y ajoutant un destroyer que la Navy ne demandait pas… parce que Bath Iron a de fortes chances de le produire, on parle d’un milliard.
          – Guantanamo… ça coûte 454 millions, soit 2.7 millions par détenu (2016).
          – Allons dans les exemples ridicules: développement d’une application qui informe les employés de leur pause café… Ou 1.5 millions dépensés pour développer le Beef jerky de la défense.

          Bref, des exemples qui montrent selon moi que les financements sont trop importants, sinon ils ne feraient pas ce genre de choses.

    • Fred dit :

      @ Bob
      Essais en 2021, dixit la Minarme.

    • wagdoox dit :

      Perso j’aurais du mal à faire confiance à une video de cette qualité simplement parce qu’il faudrait suivre la vitesse d’un tel engin.
      le VMAX et prométhée avance avec les moyens qu’on veut bien leur donner.
      Ce qui veut dire pour l’instant que le SCALP, l’ASMPA et le M51/TNO sont jugés comme suffisamment évolués pour faire face encore 10 ans.
      Le budget peut diminuer parce que les moyens sont suffisants et que les équipes ont plus besoin de temps que d’argent.

    • UnKnown dit :

      En soi les armes hypersoniques conventionnelles montées sur vecteur « classique » (comprendre: fusée/missile balistique) n’ont pas d’intérêt: on est à la frontière des vecteurs de la dissuasion nucléaire, donc vu les laps de temps réduits pour analyser le type de lancement (est-ce que missile en question est nucléaire ou bien conventionnel?), aucune nation n’osera réellement les utiliser.
      C’est juste une course à l’échalote pour savoir qui aura le vecteur le plus invulnérable.
      Et si on regarde d’un point de vue « arme conventionnelle », il s’agit surtout pour les Russes et Chinois de disposer de moyens de frappes à moindre coût (militaire et économique) contre les installations américaines. En soit, une extension des capacités des systèmes de Déni d’Accès/A2AD.

  4. wagdoox dit :

    Il était plus que temps, ca va permettre de rationalisé les savoirs fair, les équipes et l’argent

  5. Gégétto dit :

    Le missile hypersonique Russe Kinzhal (KH-47M2) sera également mis en oeuvre par les Tu-22 M3M( version modernisé du Tu-22)

  6. ETI68 dit :

    Prévoit-on une guerre russo-américaine ou sino-américaine dans les prochaines années ? C’est très peu probable. Tout le monde a donc le temps de faire ses petites emplettes et de faire vivre ainsi l’industrie d’armement. De temps à autre, on agite le spectre plus ou moins fantaisiste d’une « guéguerre froide » entre Baltique et Donbass, ce qui est supposé justifier des dépenses somptueuses pour des armes de haute technologie exclusivement destinées à des conflits de très haute intensité qui ne paraissent guère d’actualité. Être les premiers, ce n’est pas forcément la façon la plus certaine d’être les meilleurs : rien ne sert de courir, il faut partir à temps. Et qui voit-on débouler, une fois de plus, côté US : Lockheed Martin, encore et toujours. Quant aux Européens, certains du moins, ils essaieront, une fois encore, de rattraper le train en marche, mais ça devient de plus en plus difficile, budgétairement parlant, et cette course folle ne durera plus des décennies : quand on ne parvient pas à nouer les deux bouts entre Sahel et Mésopotamie et qu’on ne peut qu’assister, impuissants, à l’usure d’un matériel dont on ne sait même pas par quoi il sera remplacé, on devrait tout de même se demander si des dépenses militaires pharaoniques, dans le domaine des hautes technologies (F-35, missiles hypersoniques), constituent vraiment une priorité ? Bien sûr, on pourrait faire un missile hypersonique européen, mais comme tout dépendra des humeurs nationales, il faudra 10 ou 15 ans pour parvenir peut-être à un accord, à moins que le projet n’aille rejoindre bien d’autres, dans les poubelles de l’histoire des projets militaires européens. Entre incapacité croissante de faire cavalier seul au niveau national et inexistence européenne, on est pas dans la mouise… En outre, des missiles hypersoniques contre Daesh, et même contre l’Iran d’ailleurs, est-ce vraiment utile ? Disons que l’hypersonique, c’est surtout intéressant pour alimenter les discussions scientifiques au coin du feu et faire vivre les grosses entreprises aéronautiques, pour le reste…

    • Szut dit :

      Une guerre russo-américaine se transformerait rapidement en guerre russo-américano-européenne. Pas la peine des se leurrer nous ne sommes pas au dessus du lot à compter les points et à distribuer des avis sur l’éthique de chaque camp.
      Nous seront vite obligés de mettre fin à l’amour atavique de certains pour la Russie soviétique. Ca sera la fin de l’animosité viscérale envers les USA et de la sympathie inconditionnelle de certains pour Poutine.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Nous seront vite obligés de mettre fin à l’amour atavique de certains pour la Russie soviétique. Ca sera la fin de l’animosité viscérale envers les USA et de la sympathie inconditionnelle de certains pour Poutine. » Pour les quelques survivants irradiés et contaminés c’est sûr ils auront d’autres priorités à gérer! Croire que nous ne serons pas impacté par une petite « sauterie » nucléaire entre les U.S. et la Russie c’est être très naïf ou très ………………… con!

  7. Chef Chaudard dit :

    Je ne suis pas un spécialiste, mais je me demande si ce genre de missiles hypervéloces apporte quelque chose: la visée sur une cible fixe doit être possible, mais sur des cibles mobiles, avec les rayons de virage énormes impliqués par la vitesse, ça me semble physiquement impossible. Sauf à anticiper où se trouvera la cible (ce qui suppose qu’elle suive une route connue et prévisible), ou à avoir une charge explosive énorme pour compenser le manque de précision.

    Cela sans parler des problèmes techniques de mise au point.

    Enfin, plus un missile va vite, moins un système de défense a le temps de réagir, mais plus sa course est prévisible. Pour exagérer, on peu prévoir où il va se trouver à l’avance et lui envoyer une simple giclée de plomb qu’il ne pourra pas leurrer ou éviter.

  8. Plusdepognon dit :

    Le ticket d’entrée pour ces joujoux réduissent les participants à la course de l’armement :
    https://www.areion24.news/2019/12/03/la-mutation-hypersonique-et-ses-defis/

  9. Pascal (l'autre) dit :

    Paradoxal de parler des nouvelles armes hypersoniques, de leur coût faramineux avec la photo d’un B52 illustrant cette discussion! Elle commence sérieusement à avoir de la bouteille la vénérable Stratoforteresse. Au moins elle aura été « rentabilisé!