CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Avec le PHA Dixmude et le Camcopter, la Marine dispose d’une première capacité de drone tactique

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

16 contributions

  1. Carin dit :

    Ce petit drone verra toujours bien plus loin que l’œil humain, et identifiera un engin bien plus rapidement qu’un opérateur radar. Ce qui offre un plus grand temps de réponse à l’équipage!
    Si en plus il peut rester en l’air 6 heures, ça n’est pas quelques dizaines de km, mais en moyenne 200/250km de sa base avec environ 1,30h sur place, et à environ 5000 mètres d’altitude, pour peu qu’il soit équipé du même panel de contremesures que son bateau mère (en moins puissant évidemment), ça va être coton pour le repérer et le tomber.

    • dolgan dit :

      C’est 50kg de charge utile. Faut pas rêver qu’on puisse mettre plein de systèmes avec une faible masse et un faible volume dispo. Et idem pour l’énergie forcément limitée.
      .
      Sa seule défense, c’est son profil de vol. Sa taille permet peut-être aussi une faible signature radar/thermique. Possible que ce soit suffisant pour échapper à certains missiles sol air légers, mais je parierais pas dessus.

      • Carin dit :

        @dolgan
        Justement, si un bateau descent ce petit drone, il ne laisse aucun doute sur ses intentions…. et peut donc être coulé sans autre forme de procès! C’est mieux que si c’est un NH90 qui se fait missiler!

        • dolgan dit :

          Clairement, on est dans un acte de guerre amha.
          .
          Et clairement, un drone inhabité pourra être envoyé là où on n’enverrait pas un hélico avec du personnel. Et certaines tactiques consisteront à l’agiter sous le nez d’un ennemi pour que ce soit lui qui tire le premier (un peu comme en Géorgie)

  2. werf dit :

    Dix ans pour avoir un petit drone de 200 kg opérationnel et tous les équipements ad hoc… Cela délai laisse rêveur si l’on considère que la marine devra disposer de drones armés sur les porte avions et les porte hélicoptères (en décollage vertical avec renforcement des ponts d’envol) beaucoup plus imposants. 30 ans au moins à partir de la prise de décision…

    • Carin dit :

      @werf
      Vous avez raison… c’est long… mais, dans l’article de notre hôte il apparaît qu’en fait ce n’est pas le drone le problème… c’est tout ce qu’il faut intégrer pour l’opérer! Cette partie étant finie, les futurs drones de la royale seront très facilement et rapidement pris en charge.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Ca fait un moment qu’il est opérationnel. Ce n’est qu’une officialisation.
      Ce drone n’était pas prévu lors de la conception du Dixmude. Il faut s’assurer que son utilisation n’a pas d’impact sur les autres missions du navire.
      Tout doit être étudié depuis la mise en œuvre, l’entretien jusqu’à la gestion des éventuels crashs.
      Le décollage automatique d’un drone depuis un navire par mer formée, c’est plus complexe que piloter son DJI depuis son jardin, et un crash du drone sur la mature du navire aura des conséquences différentes d’un crash du DJI sur le chien du voisin…..
      Après on peut aussi faire comme les russes et utiliser en opération des drones qui tombent en panne, perdent le signal de commande toutes les 5 minutes…..chacun sa manière de procéder.

      • dolgan dit :

        Et pour nous, le Camcopter a aussi surtout pour mission de tester et valider les doctrines d’utilisation de ce type de matos. Voir ce qui est pertinent ou pas. Il prépare l’arrivée du VR700.

  3. ULYSSE dit :

    @carin. Ne pas oublier la limite de portée de la liaison de données. 100 kms je crois (à vérifier).
    Très bien tout cela, mais un seul exemplaire, c’est certes mieux que rien, mais quand même assez ridicule.
    Une prochaine étape serait que la piste de près de 200 mètres de long des PHA accueille des drones à voilure fixe, dotés d’une autonomie sans commune mesure avec les Hélidrones et qui pourraient être armés.

    • Carin dit :

      @ULYSSE
      Je pense plutôt que tout les nouveaux matériels (et les futurs), intégrables en terre, air ou mer de nos armées sont prévus pour fonctionner dans notre actuel et futur ensemble de type SCAF, (partage/relai d’informations en temps réel)et de ce fait non limités par les distances d’émissions…

    • Aymard de Ledonner dit :

      Il y a au moins deux exemplaires. Mais je pense que le but est surtout d’acquérir des compétences avant de toucher le VSR700. Comment on peut gérer l’engin, le déployer, le maintenir et que peut on en attendre…

  4. Parabellum dit :

    On en a deux exemplaires pour 3 porte hélicoptères sans beaucoup d hélicoptère d ailleurs…et aucun lourd surtout…au moindre incident ou problème de maintenance on n a plus de capacite drone…ça fait encore prototype des années après…à quand une vraie dotation en quantité et valeur opérationnelle de missiles et de drones pour nos armées ? Il faut vraiment revoir notre potentiel efficace et avoir des séries suffisantes pour faire face à des menaces autres que des types enturbannes sur des Toyota …revoir tout notre concept de défense et de combat dans les trois dimensions et l espace..les annonces ne veulent pas les vrais moyens .

    • batgames dit :

      oui c’est le VSR 700 qui sera livrer en série pour tous nos bateaux …Enfin espéront parce que tant que BERCY régne sur les budgets ,la France est en mode survie …pendant que les milliardaires virent leur fric dans les paradis fiscaux et se fouttent totalement des états nations ,et complote pour les détruire justement …en les condensant dans leur europe de bruxelles qui n’est pas diriger sauf par les lobbys ,c’est çà dire eux