L’armée de l’Air relève encore la limite d’âge pour le recrutement de ses pilotes et de ses navigateurs

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

35 contributions

  1. JPS dit :

    Au lieu de donner des primes et de rehausser les limites d’ages à l’entrée, il faudrait peut-être plutôt que le système se pose les bonnes questions! Quand ils auront compris (pas entendu, compris!) pourquoi les jeunes sont découragés d’entrer et les moins jeunes motivés pour ne pas rester, il sera peut-être possible de progresser…

  2. Clavier dit :

    Manque de volontaires…? écrire une suite aux chevaliers du ciel …avec le Rafale cette fois !

    • ScopeWizard dit :

      @Clavier

      Ce serait bien , effectivement !

      Le hic , c’ est que l’ ami Jean Michel Charlier nous a quittés en 1989 ; depuis sa disparition concernant ses deux séries phares sur l » aviation à savoir Tanguy et Laverdure et Buck Danny , mis à part Bergèse qui a plutôt bien réussi à tirer son épingle du jeu sur Buck Danny y compris lorsqu’ il était officiellement tout seul à devoir imaginer l’ histoire qu’ il allait dessiner , malgré tous les efforts des uns ou des autres et sans jeu de mots , les deux séries ont pris un coup dans l’ aile : Tanguy ne vaut plus grand-chose passé le triptyque de « La Mystérieuse Escadre Delta » ( qui déjà marquait une légère baisse de qualité ) , trop de hauts et de bas comme de valses de scénaristes ou dessinateurs , quant à Buck Danny , sans Bergèse il est carrément en train de devenir franchement mauvais .
      Tout ceci est fort dommage et devrait à présent accepter de se terminer plutôt que de s’ accrocher aux bouées d’ une illusoire survie qui en réalité , fait de plus en plus penser que tout n’ est fait que dans un but purement et bassement mercantile par exploitation de nos faiblesses nostalgiques d’ un temps désormais complètement révolu …………………..

  3. Raymond75 dit :

    Ce qui compte, ce sont les tests d’évaluation, qui ne doivent pas être modifiés. Une limite d’âge est toujours arbitraire : il y a des gens en parfaite santé à 35 ans, et d’autres qui sont déjà affaiblis à 30.

    Et il faut les mêmes épreuves pour les hommes et pour les femmes, sauf à considérer que les seuils plus élevés pour les uns sont inutiles.

    • Primipile dit :

      Raymond75, je ne suis habituellement presque jamais d’accord avec vos analyses mais là je suis en total accord avec vous sur les deux points que vous soulignez ;
      – l’age est peu important et beaucoup de candidats en excellente santé ne pouvaient pas se présenter car trop vieux de 2 jours.
      – les féminines n’ont pas les mêmes critères de recrutement physiques et médicaux : ah, ok il y a certainement un bouton dans les cockpits des avions de chasse pour adapter les facteurs de charge au genre…..

  4. Chamborant autant dit :

    Vu de l’extérieur, je pensais que les candidats ne manquaient pas pour des carrières d’aviateurs… et qu’il y avait toujours beaucoup plus de volontaires au départ que d’appelés en fin de cursus de sélection.

    • John dit :

      Certes, mais il faut suffisamment de candidats pour avoir suffisamment de bons. Et c’est en ça que le nombre d’intéressés n’est pas suffisant.
      Ce n’est pas tout d’être le meilleur des candidats, encore faut-il être au niveau des attentes.

  5. Christian dit :

    Je ne comprends pas ce qui vous échappe sur les raisons de cet élargissement de la pyramide des âges des personnes recrutables: en passant de la tranche 17-22 à 17-27 on double, bon an mal an, la population concernée. Il faudra juste que le service de recrutement de l’AA s’adapte à l’augmentation mécanique du nombre des candidats que cela va entraîner…

  6. Thaurac dit :

    « Pour ceux qui n’étaient pas découragés par le calcul différentiel et intégral ou par les espaces vectoriels et les applications linéaires »
    Est ce qu’un pilote de chasse a besoin à notre époque, d’un background autant poussé, ce qui décourage d’ailleurs beaucoup de personne!
    Des pilotes de jadis , étaient écrivains, aventuriers, sans tous ce bagage technique aussi nécessaire qu’un appareil de chauffage au sahel.
    Réflexes, bon sens, rapidité de décision, et un minimum de connaissance en aérologie…mais à l’époque de la « dronification », on en demande trop il me semble, d’ailleurs idem pour les pilotes civils en France , et plusieurs élèves vont se former aux usa..

    • ji_louis dit :

      Par exemple, le calcul intégral permet d’expliquer les phénomènes physiques complexes se produisant dans, sur et autour de l’avion en vol (portance, cavitation, décrochage, électricité statique induite, retour de flamme, onde de choc, rosée, etc). Comprendre les démonstrations mathématiques (graphiques à l’appui) facilite grandement la compréhension des phénomènes et leurs répercussions sur l’aéronef et le pilotage.

      Les premiers aviateurs se sont plantés parce qu’ils ne savaient pas trop ce qu’ils faisaient (imitation des oiseaux au lieu d’application de la mécanique du vol). Les pilotes d’essais allemands confrontés aux abords du mur du son aussi (inversion des commandes à cause de l’évolution des pression due à l’onde de choc sonore).
      Depuis, on calcule, on simule, et on essaye de comprendre tout avant de se lancer.

      • Thaurac dit :

        Je parlais pas de clément ader, , et pendant la guerre les pilotes d’avion ont largement eu le temps de faire le tour de leurs avions , sur tout les plans.
        Quand je pilote , qu’est ce que j’en ai à foutre du calcul à la con pour le décrochage, j’ai une alarme , voire un automatisme qui m’augmentera la vitesse, sortira les volets….
        Le but c’est de repérer l’ennemi , d’exécuter la mission pas d’avoir la tête encombre par des exercices de taupin, sinon on jette l’informatique par le cockpit !

    • ji_louis dit :

      J’oubliais de mentionner les calculs différentiels…

    • PK dit :

      C’est toujours la même rengaine. Ça ne sert à rien, ou si peu.

      Sauf que ça forme, ça entraîne et ça met dans une certaine aptitude mentale par la suite.. jusqu’à la fin de sa vie.

      Quant aux anciens, certains étaient extrêmement brillants. Même sans être un scientifique. Par exemple, Saint Ex… Personne chez les civils connaît Mermoz, Daurat ou Guillaumet. Mais tout le monde connaît Saint Ex… Pas mal pour un simple pilote…

    • John dit :

      Il y a beaucoup beaucoup de raisons à des attentes intellectuelles élevées de la part des pilotes.
      Pour commencer, il y a le fait qu’un pilote qui comprend sa machine en détails sera meilleur dans son utilisation.
      Mais ce n’est pas tout. Comme certaines entreprises, lorsqu’elles recrutent des ingénieurs pour des postes non techniques, ce qui est attendu, c’est leur capacité à apprendre et comprendre rapidement de nouveaux concepts.
      Ainsi, avec une bonne compétence initiale, le pilote aura la capacité d’apprendre le fonctionnement de nouvelles technologies parfois non intuitives.
      Il y a aussi la capacité à comprendre le comportement d’appareils ennemis, la capacité à comprendre la science météorologique, etc…
      Et je pense que l’un des éléments primordiaux, c’est le fait de démontrer une méthode de raisonnement très cartésienne. Les pilotes militaires français semblent être très calmes, ils font des missions de guerre, mais ils n’y vont pas comme des cowboys. Et en travaillant sur les compétences scientifiques, on arrive à insuffler une forme de justification de ce type de raisonnement qui est bénéfique au long terme.
      Les émotions sont donc minimisées au bénéfice de l’application de compétences techniques.

      • John dit :

        Et j’oubliais un élément… La rigueur. Voilà ce qu’attendent les employeurs de la part d’ingénieurs. Des personnes rigoureuses. Et les mathématiques développent très fortement cet aspect.

  7. toukounare dit :

    ok pour la limite d’age , et la limite d’age de sortie ? Toujours rien de nouveau …dommage

  8. Dima dit :

    L’armée de l’air est aux abois… Elle maltraite ses personnels en activité, et ne fair aucun effort pour se montrer attractive auprès des jeunes. Résultat : une pénurie grave, qui ne se résorbera qu’avec une évolution réelle des mentalités, et pas seulement avec du bullshit en communication interne et externe.

  9. Specht dit :

    Avec une entrée à 26-27 ans, la carrière risque d’être sacrément courte dans la mesure où les pilotes font leur sortie à l’approche de la quarantaine. Pourquoi pas après tout, le civil est encore en croissance, dans le domaine de l’aviation, pour la reconversion.

  10. Primipile dit :

    L’armée de l’air (commandée par des PN) a eu beaucoup de mal à intégrer que même « les chevaliers du ciel » ne faisait plus rêver la « jeunesse » (à voir les campagnes de publicité pour recruter des pilotes qui étaient inutiles jusque dans les années 2000)
    De plus la formation est particulièrement exigeante, les contraintes professionnelles très fortes ( absences, mutations, rémunérations par rapport aux compagnies civiles), la très grande majorité des pioupious n’en veulent pas.
    A cela s’ajoutaient des règles de recrutement inadaptées qu’il est difficile de faire changer par conservatisme ( conditions d’age, de niveau en scientifique, médicales)… mais bon confronté à la dramatique réalité… effectivement l’AA est aux abois par aveuglement et manque d’anticipation sociologique (pourtant les avions ont des instruments de vol sans visibilité et des chefs pilotes avec une forte acuité visuelle pourtant…..sauf que ce ne sont que des matheux….)

    • Thaurac dit :

      Les mutations dans l’armée sont sur le point d’être revues en profondeur car justement elle contribuent à la mauvaise qualité de vie des ménages et sont souvent pas justifiées.

  11. behemoth dit :

    c’est presque mécanique, si on relève l’age de départ de la retraite de 2 ans (comme cela est parti), on peut augmenter l’age d’incorporation

  12. laurent dit :

    En complément d’info, l’ALAT aviation légère de l’armée de terre a déjà repoussé la limite d’entrée à 32 ans au plus depuis quelques années, alors qu’auparavant c’était 25 ans au plus … et tout ça pour à peine 30-35 postes de pilotes OSC-P à l’année.
    Personne, chez ceux pour qui voler se résume maintenant et uniquement à une solde PN pour 10 heures aux commandes et 20 h à dormir en soute, ne se pose de question sur l’attrait réel du métier et les sujétions ! Leur époque était nettement plus pourvue en heures de vol et quasi toutes en entraînement sans aller faire le job à l’étranger.
    Deux générations qui ne se comprennent pas, ce n’est nullement une nouveauté. Et s’ils pensaient que la carotte d’une solde élevée pourraient suffire à fidéliser (campagne de passage officier en 2008/2010) ils se rendent compte qu’après 10 années ils s’étaient bien trompés. Pourtant, les responsables sont déjà partis ou sur le départ …
    Seuls le dialogue, le respect, l’honnêteté et la parole d’honneur ne pourront diminuer la rancoeur grandissante dans l’ALAT.

    • John dit :

      Sauf que la France a un problème majeur au niveau publique, c’est une dette énorme, ainsi qu’un déficit gigantesque depuis les années 90….
      Et ça pose un problème, celui de ne plus avoir les moyens. Et les personnes qui sont le profil type pour ces postes sont ceux qui auront de meilleurs conditions au privé. Ce ne sont pas les personnes non qualifiées au chômage.

  13. Sempre en Davant dit :

    L’article donne a penser que le rédacteur nous laisserait bien à nos commentaires… sans cette f…. limite d’âge!

  14. Albert Doc dit :

    On n’attrape pas des « mouches avec du vinaigre » !

    Dans le premier commentaire, celui de JPS, tout est dit !

    Les générations actuelles communiquent entre elles via les réseaux sociaux et ceux qui parlent de leur quotidien ( à quelques exceptions près) ne font pas ou plus rêver !

    Passons les problèmes de rémunérations ou les incertitudes pesant sur l’évolution à venir des retraites.

    On a voulu faire de l’Armée de l’Air une « pépinière » d’ingénieurs , mais plus de pilotes ! La course aux diplômes ! Quand un avion est en « couille », on ne pose pas une équation mais on revient aux fondamentaux , à un pilotage de base !

    Avec combien d’heures de vol les PN quittent ils aujourd’hui la « maison » quelque soit leur durée de service et leur statut ( 17 ans, 25 ans ou plus ) ? Rares sont « les carnets de vol » clôturés » à 3000 Heures de vol ! A comparer avec « les heures de vol » passées sur tous les autres « saucissons » qui jalonnent de plus en plus une « carrière »!

    C’est vrai pour un membre du PN comme cela l’est également pour le PNN !

    En une vingtaine d’années le nombre d’avions de combat et le nombre d’heures de vol ont chuté de moitié ! 17 Bases Aériennes sont passées à la trappe ! ( Dividendes de la Paix qu’ils disaient ! ).

    Au mieux en 2030, après le retrait des Mirage 2000 il devrait y avoir 3 Bases « Chasse » avec tout au plus 6 Escadrons de « Rafale »! ( Sur un total de 180 « Rafale »de commandés à ce jour , 46 « Rafale Marine » et 134 « Rafale Air » soit 6 Escadrons à 20 « Rafale » par escadron!)

    En recrutement interne autrefois il y avait 20 à 30 (voire plus) de Sous-Officiers PNN ou d’EOPN qui devenaient chaque année « PN »  ou Officier d’active du Corps des Officiers de l’Air par le « rang » ! Combien aujourd’hui ?

    Quelles sont les profils de carrière de toutes ces jeunes filles et jeunes gens ?

    Quand seront d’avantage pris en compte les compétences plutôt que la »bosse des maths » , et que les carnets de vol en fin de carrière seront clôturés à nouveau avec des Heures de vol flirtant avec les 4 ou 5 000 heures plutôt qu’avec les 2 000 Heures ou moins , on refusera du monde !

    Il fut un temps pas si lointain , où vous ne pouviez pas intégrer le corps des Officiers de l’Air après 23 , voire 25 ans car à juste titre cela amenait des « jeunes «  pilotes en unité opérationnelle au mieux qu’à 27 ans comme pilote à l’instruction ! Maintenant cela va être au niveau de la trentaine ! Il faudra alors les garder tous jusqu’à l’âge « pivot » de 62 ans !

    Patientons encore un peu « TopGun 2 » sort à l’été 2020 ! Nous serons une fois de plus sauvés par l’oncle « Sam » ! Après les « pilotes de drones », il va y avoir des « fanas » pour le commandement spatial « sans fusées ni spationautes » ! Ils quitteront l’Armée de l’Air après une carrière avec des milliers d’heures de vols « virtuelles » et pour certain sans avoir jamais vu un seul avion !

    • ScopeWizard dit :

      @Albert Doc

      Selon vous , à quand remonte cette « mutation » ? Lorsque a été décidé de fermer nos bases gages de paix retrouvée ?

  15. Brun loutre dit :

    Bonne mesure mais ça ne compensera pas le fait que le secteur aérien civil n’a pas cette réputation de sélection arbitraire (qui avait encore cours dans l’Armée de l’air il y a pas si longtemps) et surtout offre de meilleures rémunérations pour moins de contraintes. Ce n’est pas très politiquement correct, mais il faudrait revaloriser la rémunération du PN, même s’ils ont déjà de belles soldes. C’est vrai aussi pour d’autres spécialités (contrôleurs, mécanos aéros…) Mais comme certains le remarquent, l’argent ne suffira pas non plus. Les sacrifices en termes de vie de famille ne s’envisagent que si on trouve un sens à ce que l’on fait. Si on peut en trouver dans Chammal ou Barkhane, c’est plus difficile dans les N plots PO et X DPSA qui constituent le quotidien de l’Armée de l’air.