Le Royaume-Uni et la Suède ont signé un accord sur le développement de l’aviation de combat du futur

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

50 contributions

  1. Gandalf dit :

    Apres tout le hype avant Riat qu’une annonce de partenariat Tempest avec Suede, c’est une vraie douche froide. Il semble que la Suede est surtout interesse a amelioration du Gripen.
    Je ne suis pas surpris que la Suede ne rejoins pas Team Tempest, car la Suede favorise les monoreacteur avec des couts d’utilisation abordable
    En resume les Anglais sont tout seul pour l’instant, mais ceci est peut etre benefique. Car ils sont maitres de leur destin et ils evitent l’usine a gaz des projets multinationaux, qui prennent plus de temps pour arriver a des resultats en dessous des ambitions car le design par commite avec des ineterts divergeant resultent a des solutions batardes! Apres tout la France l’ a fait dans le passe avec au final un avion superieur, moins chers et produit dans de meilleur delais

    • NRJ dit :

      @Gandalf
      Pour l’instant, il semble que le SCAF montre une répartition des tâches assez claire. Bien sur ce n’est jamais gagné, mais les conditions semblent jusqu’ici favorables pour éviter une usine à gaz. Et les conditions de cette répartition de tâche sont issues des leçons tirées des problèmes de l’Eurofighter (et des autres programmes européens également). D’où la mise en place de maîtres d’oeuvre (Airbus et Dassault, dans 2 programmes différents) qui partent avec la volonté de coopérer (ce qui n’était pas le cas par exemple lors de la mise en place d’un drone européen dans les années 2000-2010 et une raison de l’échec du programme), et un pays ayant la priorité pour imposer ses directives (la France dans ce cas, l’Allemagne l’ayant pour le MGCS).

      Cependant, avant de commenter trop vite je vous suggère de regarder les coûts de R&D du F-35. Ils sont de l’ordre de 50 milliards. C’est plus que tout le programme Rafale. Et l’objectif (contrairement à ce que vont faire les anglais) est de développer autre chose qu’un F-35 amélioré (le Tempest pourrait effectivement être un gadget dronisable en plus d’un F-35 basique) car dans ce cas, on aurait 20 ans de retard sur le F-35. Et autant dire que la prochaine génération d’avion de chasse serait américaine car on aurait trop de retard pour les rattraper et nos avions seraient obsolètes avant même de sortir des chaînes de production.

      Par ailleurs vous avez loué le Rafale. Mais vous êtes vous posé la question de son quasi échec ? En 2013 l’armée de l’air a commandé 26 avions à délivrer jusqu’en 2019 et il en fallait 11 par an minimum pour les chaînes de production. Sans les commandes à l’export qui sont arrivées en 2015 (pour un avion qui ne s’était encore jamais vendu), le programme aurait été soit arrêté soit aurait piqué les fonds destinés aux autres programmes. Cela aurait fait du Rafale le pire fiasco militaro industriel. Était ce une coïncidence si en 2015 on a réussi à vendre le Rafale ? Peut-être pas. Certains y voient la baisse de l’euro (mais si je pense que si le cout d’acquisition était la seule donnée des pays acheteurs, ils auraient acheté russe. D’ailleurs 2 l’ont fait après). Ou peut-être il y a une vérité inavouable aux français qui s’est passé. Voire il s’agit d’une coïncidence pour ceux qui y croient.

      Par ailleurs si l’Eurofighter a été cher à développer, il n’en a pas moins été un succès à l’export avec l’Arabie Saoudite (72 exemplaires livrés + 48 en 2018), Oman (12), le Qatar (24), le Koweït (28) et l’Autriche (15 dans des conditions douteuses, mais n’est ce pas normal pour des programmes d’armement ? ). Je ne sais pas à quel point ça a remboursé l’investissement des États, mais le bénéfice des exportations n’est pas à négliger.

      • Rascasse dit :

        Les 72 Typhoon de l’Arabie Saoudite sont un stock de première tranche que les britanniques ne vouaient pas mettre à niveau, et qu’ils ont vendu aux Saoudiens à un prix discount. Cela ne reflète pas un succès à l’export, mais juste un coup de bol. Oman,OK ; Qatar, OK ; Koweit… vente bloquée par l’Allemagne. Quant à l’Autriche, elle cherche à se débarasser de ses Typhoons, qui ne répondent pas au cahier des charges, et qui n’ont été achetés qu’à coup de gros pots de vins. Le Typhoon est tout sauf un succès à l’export…
        .
        Par contre, vous allez nous inventer des théories fumeuses sur l’export de Rafale… La seule explication valable, c’est le changement de la situation stratégique des pays acheteurs. Et le fait que le Rafale a gagné toutes les compétitions auxquelles il a participé.

        • NRJ dit :

          @Rascasse
          Je ne sais pas d’où vous tenez le fait que les Eurofighter vendus à l’Arabie Saoudite étaient des Eurofighter britanniques qu’ils ne voulaient pas être améliorer. Si vous avez des sources, ça m’intéresserait. En tout cas, ces Eurofighter ont été vendu à 8.86 milliards de dollar (http://wayback.vefsafn.is/wayback/20100327063500/http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601085&sid=a_tmH4i16wBk&refer=europe). Ca en fait un contrat majeur.

          Pour le Koweit, c’est pareil. je ne sais pas où vous avez vu que la vente a été arrêté. C’est en revanche le cas pour le surplus de 48 Eurofighter à l’Arabie Saoudite et ça ne remet pas en cause l’avion. Pour les Eurofighter autrichiens,

          Pour le Rafale, ma théorie n’est ni fumeuse ni une théorie. Dan le livre blanc 2013-2019, 26 Rafale étaient commandés. Et il en fallait 11 par an minimum pour que la chaîne de production puisse continuer à tourner. Cela veut dire que, sans exportation, le programme s’arrêterait en 2015 (à moins que l’armée ne commande d’autres avions, ce qui veut dire qu’on aurait arrêté d’autres programmes pour financer le Rafale). Et c’est la vente en 2015 de Rafale en Egypte et au Qatar qui a sauvé le programme. Jusqu’ici c’est complètement factuel.

          Après, ce n’est que mon avis, mais je trouve surprenant que l’on trouve des partenaires l’année où le programme devait être arrêté, en particuliers pour un avion que l’on n’avait encore jamais réussi à exporter. C’est une coïncidence si on en croit les dirigeants politiques. A vous d’y croire. A moins qu’il n’y ait eu un « changement stragégique des pays acheteurs ». Si vous pouviez me décrire ce changement et dire en quoi il favorisait plus les français que les russes, les américains ou les anglais.

  2. yves dit :

    Euh non. Le MoU concerne le FCAS anglais, loin de se limiter au Tempest (comme notre SCAF ne se limite pas au NGF). C’est très fumeuex ce MoU…

  3. ScopeWizard dit :

    Perso , je vote Tempest !

    Traître ! Salaud ! Mauvais Français !

    Na na gnâa , sûrement seulement moi je n’ ai pas voté Macron ………… et toc ! 😉

    • Plusdepognon dit :

      @ ScopeWizard
      Un drone va venir s’occuper de vous (pour l’instant il y a plus de chance que ce soit du matos américain):
      http://lemamouth.blogspot.com/2019/07/un-male-des-maux.html

      Pour cette déclaration de ces pays, deux possibilités :
      1/ soit c’est une mise sous pression pour mieux négocier une entrée dans le projet SCAF.
      2/ encore divisé contre nos concurrents? Il y a de quoi s’interroger sur la capacité intellectuelle de ceux qui se prennent pour des cadors.

      • Françoise dit :

        @Plus de pognon : Comment Tempest peut vouloir intégrer SCAF sachant que Boing y prend part ?

        • Plusdepognon dit :

          @ Françoise
          Saab joue sa survie et franchement il n’y a pas de place pour 2 avions européens. De plus, même le rafale a des composants électroniques américains.
          Et Boeing ne va pas fort avec son scandale.
          Je ne sais pas si l’avion européen du futur dépassera le stade de projet, les américains sont sans pitié :
          https://alencontre.org/ameriques/americnord/usa/trump-veut-tuer-lindustrie-militaire-europeenne-et-equiper-les-armees-alliees-en-materiel-americain.html

          Et nos dirigeants semblent bien naïfs:
          https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/06/03/europe-industrielle-trump-et-xi-se-livrent-une-bataille-de-titans-sans-precedent-ou-les-europeens-sont-des-figurants_5470585_3232.html

          • John dit :

            Pourquoi n’y aurait-il pas de place?
            Pour le moment, seuls 5 pays européens ont leur préférence pour l’un ou l’autre…
            Il reste tous les autres. Et surtout, il reste tous les pays extra-européens. Ces avions seront les seuls en compétition avec le F-35, à moins que le remplaçant au Super Hornets ne s’avance rapidement…
            Et si c’est le cas, ces avions seront les premiers conçus avec leurs flotte de drones dédiée.
            Donc non, il y a un potentiel à l’export. Et tous les industriels de la défense en aéronautique jouent leur survie avec cette génération !

        • NRJ dit :

          @Françoise
          Boeing n’est pas encore dans le programme Tempest. Ils essayent d’y aller pour ne pas être trop en retard derrière Lockeed-Martin, mais ça ne veut pas dire qu’ils auront des missions de grande importance, et ça ne veut pas dire que le gouvernement britannique réfléchira en fonction d’eux. Je pense que les anglais sont d’ailleurs déjà assez préoccupé par le futur de la division aéronautique de BAE pour réfléchir à Boeing. A moins naturellement que Boeing apporte des subventions américaines et donc que les américains subventionnent indirectement le Tempest (pour mettre le bazar dans les programmes européens par exemple) dans quel cas il y a un intérêt à conserver Boeing.

    • Chanone dit :

      @ ScopeWizard
      Na na gnâa! maintenant, Dassault tente de draguer les investisseurs comme jadis les USA l’ont fait avec le F35, lequel assèche durablement les finances militaires européennes, et les Britanniques sont capables de refaire le coup de la France; cavalier seul à la suite du Rafale.
      L’histoire est une rose sans pétales, et beuacoup d’épines.

      • NRJ dit :

        @Chanone
        Sûrement mais là ça coutera beaucoup plus cher et même s’ils réussissent, il est probable que leur industrie aéronautique deviendra obsolète entretemps et qu’ils en soient réduits à acheter 100% américain pour leur aviation après (alors qu’aujourd’hui ils ont encore l’Eurofighter).

      • Le Breton dit :

        Je doute que les Britanniques aient notre savoir-faire en matière d’avions de combat.

        • ScopeWizard dit :

          @Le Breton

          Attention , le « patriarche » et les équipes Mirage 2000/Rafale qui ont probablement commencé par bosser sur les Mirage G puis F1 ne sont plus là depuis longtemps…………………..

          J’ attends de voir mais je crains que Dassault ne soit plus ce qu’ il était , déjà la maquette du NGF ne me dit absolument rien qui vaille …………… mais bon comme je l’ ai exprimé j’ attends de voir car j’ espère de tout cœur me planter ……………….

        • GHOST dit :

          Le Breton@
          Tornado..en service en Allemagne, Italie et Royaume Unie.
          Eurofighter en service en Allemagne, Italie, Espagne, Autriche, Royaume Unie, Arabie Saoudite, Koweit, Qatar et Oman..
          Pouvez-vous retrouver les noms des pays membre de l´OTAN qui ont achetés le Rafale? Les Britaniques devraient posseder un savoir-faire solide ..sans doute ?

  4. Lagaffe dit :

    [Le ministère suédois de la Défense rappelle que l’avion de combat JAS-39 Gripen E/F, de Saab, « constituera la colonne vertébrale » de ses forces aériennes dans un avenir proche.
    Pour résumer, la Suède ne rejoint pas officiellement le programme Tempest mais elle conduira avec le Royaume-Uni des études portant sur l’aviation de combat du futur. « L’intérêt est que Saab participe à une recherche de pointe qui pourrait aider à améliorer les performances du Gripen E ».]
    Bref, une coopération a minima dont la Suède espère surtout profiter pour son programme Gripen. On est loin d’une coopération technico-industrio-financière façon SCAF. Pour le Tempest le Royaume-uni reste pour l’instant le seul à payer le plus gros de la facture qui risque de se chiffrer à plus de 3 milliards de livres pour un démonstrateur.

    • John dit :

      Rien de nouveau…
      Par contre la Suède sait bien que Saab doit à tout prix conserver ses compétences, et collaborer sur la nouvelle génération avec les autres est une nécessité.
      Ensuite, la Suède n’aura pas une flotte énorme de Gripen (du moins pour le moment), donc pourquoi pas la compléter dès 2040 / 2050 avec le Tempest, voire faire comme la France avec le Rafale, et intégrer le Gripen avec des drones…
      Saab amène ses compétences en terme de réseau, en termes de conception simple, robuste, de guerre électronique, et de collaborations…

  5. J.C dit :

    Je trouve regrettable que le dogmatisme européiste nous pousse davantage à travailler avec l’Allemagne qu’avec le Japon ou l’Angleterre.

    • Hermes dit :

      Ca va au delà de ça, les français voulaient Dassault.
      .
      Les Anglais auraient rajouté BAE dans l’équation, et ca aurait drastiquement compliqué la donne…
      .
      En soi travailler avec les anglais n’est pas un problème, c’est ce qui vient avec… Je trouve qu ele choix pour le NGF est très pragmatique et intéressant.

    • Chanone dit :

      @ J.C.
      Avec les Britaniques, il y a eu les accords de lancaster house actuellement au point mort. Le Japon est lui en plein réarmement mais il a préféré commander de F35 pour s’aligner sur l’amérique de D Trump.
      .
      C’est donc un peu d’Européisme, mais aussi du réalisme qui veut que l’on ne peut pas développer un programme échappant aux normes ITAR avec des partenaires qui ne désirent qu’une compatibilité totale avec le F35.

      • NRJ dit :

        Ça va même au delà du F-35. Les anglais ne souhaitent pas un produit ITAR-free( ce mot existe probablement pas mais il aide). Si on le faire ITAR-free, les anglais utiliseront ça comme moyen de négociation pour gagner plus de responsabilité dans le projet. Là où les allemands sont plus propices à être indépendant (les dernières avancées du programme MEADS le montrent).

    • B21raider dit :

      et pourtant les japonais ont réussi il y a déjà un moment de faire voler un démonstrateur avec beaucoup de pièces indigènes, et avec toute la base industrielle qu’ils ont, et le peu de préconditions qu’ils imposent, il feraient de bons alliés ……mais allez dire ça a makrout ……

      • NRJ dit :

        @b21 raider
        Je me demande de plus en plus si votre but n’est pas d’influencer l’opinion des français pour imposer coûte que coûte la domination totale des USA. Sous couvert de la défense de la nation française (et en critiquant Macron, car sur ce forum vous savez que vous trouverez des opinions allant dans ce sens (dont la mienne), vous émettez des idées certes logiques, mais qui ne feront (quand on réfléchit un peu) que l’intérêt des USA.

        Le Japon est à des dizaines de milliers de km de l’Europe. Qu’est ce qu’on peut faire avec eux ? On peut faire les plans avec eux (et encore, il y un gap culturel énorme qui peut causer un échec, comme les problèmes de l’alliance Renault-Nissan le montrent). Mais ça n’ira pas plus loin. Tout sera fait de chaque côté du monde car avec la distance, le cout des pièces de l’avion montera en flèche. En outre comme les anglais, les japonais ont le F-35, donc leur objectif sur un avion de prochaine génération serait complètement différent du notre. Bref faire un avion avec eux poserait des problèmes industriels et politiques (les mêmes problèmes que l’Eurofighter, mais en mode exacerbés) et les seuls qui y gagneraient seraient les américains.

        • fabrice dit :

          L’intérêt français c’est quoi ?
          Se fâcher avec les USA, 25% de nos investissements étrangers, 15% de notre commerce extérieur, 50% du financement des start up du Monde, pour faire ami ami avec les Etats arabo musulmans acheteurs d’armes, en faillite et ruinés ne vendant que du pétrole soit mono produit ?
          Qu’est ce qu’on fout au Liban ? la FINUL coûte un bras, ne sert à rien… Le Liban 70 mds de $ de dettes, une banque centrale qui fait cavalerie (en gros j’emprunte et avec les nouveaux emprunts je paye les intérêts des anciens….). L’Algérie les réserves de change baissent de 30 mds de $ par an, il ne reste que 70 mds dans les caisses de la banque centrale algérienne, faites le calcul…La Jordanie (je rappelle qu’on a une BAP là bas), une vraie cata économique, un pays sous perfusion et qui se permet de menacer ses voisins et de faire la fine bouche alors qu’en cas de conflit il se fera exploser en 48H…La Palestine, à vos bons coeurs, les mecs produisent rien…
          Les seuls « investissements » de ces pays c’est l’achat d’armes… Ils vont droit dans le mur. Et nous on s’associe et on s’allie avec eux ?
          Mais on est con ou quoi ?

      • Chanone dit :

        @ B21raider
        Beaucoup de pièces indigènes mais plusieurs brevets américains, tel les palettes pour la poussée vectorielle.
        Problème Japonais très concret: ils s’ataient angagés sur le F35 sans trop croire à leur chasseur indigène, dont les études ont été lancées pour palier le refus Washington de céder le F22 à l’export.
        Comme le F15 en son temps.
        Le Shinshin aurait donc du supléer à la couverture aérienne du F35.
        .
        Sauf que le F35 devant agir comme un « game changer », l’appui peut aussi bien venir de F15 modernisés et de missiles longue portée.
        .
        Ensuite, les préconditions sont peut-être rares, mais les liens Franco-Japonais sont très bons. Les Japonais sont en train de dévisser de leur strict pacifisme seulement, ce sont les politiques qui manoeuvrent. La population, je sui curieux de connaître leur avis sur le conflit avec la chine, et si ils sont prêts à rien lâcher pour la revendications de terres lointaines.
        .
        La France, elle, se soucie surtout d’être au centre du jeu dans le pacifique: beaucoup d’iles, peu de coques tricolores… calculez vous même les chance de conserver les terres pacifiques à la France si elle devait prendre une posture belliqueuse face à la Chine…
        … qui je le rappelle lance le tonnage de la marine nationale tout les trois ans, tandis que la Grande bretagne, notre première alliée en tonnage, écrême pour des économies qu’elle juge vitale.
        Il y trois ans, on m’expliquais doctement que le royal navy avait fait le bon choix par ses économies drastiques. Elle est maintenant saignée.
        Quand à la flotte japonaise, les porte hélicoptères de classe izumo auront fort à faire avec un nombre pourtant réduit de F35. Qui est excellent choix pour le Japon si il devait mener un opération de rétorsion, ou pour opérer depuis un porte avion de taille réduite.
        .
        Ensuite, il faudra surtout voir quel effet le F35 aura comme vecteur de communication et de commandement sur le reste de l’arsenal nippon.
        .
        ah, et pour conclure, mon président -j’ai bien supporté les sorties et les frasques du précédent, je tiendrais aussi pour le règne de celui-là- est allé au Japon. Le menu n’était pas la défense, même si des traités de rapprochement son régulièrement signés. Je sens que vous rêvez d’une association sérrée, mais il y a déjà un mari dans le lit, et il porte un pyjama à bannière étoilée.
        Donc que l’on sorte l’alliance renault nissan des dossiers contencieux, et on pourra voir venir. Mais je n’y compte pas.

  6. Clavier dit :

    Bref, ils partageront avec les Anglais un chalet au Bourget …..

  7. Thaurac dit :

    Basta!

  8. GHOST dit :

    Projet T-X de Boieng.. Saab avait dit á Boieng que son Gripen ne devait pas être l´avion d´entrainement pour les USA et il fallait faire autre chose. Et le resultat est l´avion d´entrainement qui a gagné la competition.

    La Suède est un petit pays qui ne possede pas assez des ressources financières pour mettre au point sa techologie. Se tourner vers le Royaume-uni n´est qu´une des options de Saab pour continuer les recherches.
    Le programme Tempest comme le projet T-X de Boieng ne signifient pas que la Suède va se procurer ces machines.

    • John dit :

      En effet, par contre cela permet de maintenir de sacrées compétences au sain de l’entreprise, et ça, stratégiquement c’est une excellente chose!

  9. Math dit :

    Juste comme ça, le scaf ne serait pas mieux avec des japonais? Il me semble qu’on est parti sur un gros avion, ce qui correspond bien aux besoins Nippons. Et en aéronautique, ils ne sont nippon ni mauvais…

    • NRJ dit :

      @Math
      Mdr

      Sérieusement. Les japonais sont trop loin si on veut construire l’avion avec eux. Donc il n’y aura qu’une réduction des coûts de R&D. Et encore. Les japonais ont le F-35. Ils voudront comme prochain avion un vrai chasseur, là ou on voudrait un avion plus polyvalent et on retombera dans les problèmes à l’origine de la scission Rafale/Eurofighter. Sans compter que si la répartition est claire avec les allemands, il n’en est pas de même avec les japonais et on retrouvera (à moins d’une surprise) les problèmes d’organisation industrielle qui ont pourri le programme Eurofighter.

      Enfin dernier problème et pas des moindres : il y a un gap culturel énorme entre la France et le Japon. Beaucoup plus qu’entre la France et l’Allemagne. Organiser un programme en commun pourrait générer des problèmes même si on a des intérêts communs. Il suffit de voir les problèmes de l’alliance Renault-Nissan pour s’en convaincre.

    • Françoise dit :

      @Math & B21raider : Pour une coopé avec le Japon :
      .
      1) On a déjà du mal avec les voitures, alors avec les avions de combat…
      2) Les Anglais, qui sont beaucoup plus pro-étasuniens que nous, n’arrivent pas à attirer les Japonais aussi pro-étasuniens, alors pour les Français, ce ne serait que plus dur.
      3) Le Japon est le territoire de vente des États-Unis, ces derniers nous empêcheraient.

    • Chanone dit :

      Nippon ni mauvais?
      Il copient leurs avions de chasse et d’entraînement: F1 aux airs de Jaguar, F2 aux allures de F16.
      Et puis le pays est pacifiste. L’argent pour la défense oui, mais un projet aussi copieux que le SCAF ne sera pas populaire là bas.

  10. Raspoutine dit :

    MoU : on s’engage sans s’engager, mais en s’engageant dans de la R&D (on comprend « amont ») mais sans esseclusivité …
    Ca va faire avancer l’Europe de la défense ça ^^

  11. Alain d dit :

    Un MoU très mou

  12. Baptiste dit :

    Petite question. Si, par exemple, MBDA ou Thales, qui peuvent travailler avec les français comme les anglais, développent des éléments pour l’un. Peu t il s en servir pour l autre programme? Dur de dire qu’un avion a ceci mais que pour l autre on ne peu pas, ou moins bien par exemple.
    Cela m’ a toujours intrigué.

    • dolgan dit :

      Ils financent les développements sur fonds propres? Sinon, on a notre mot à dire (sauf contrat rédigé par l’auteur des concessions d’autoroutes).
      .
      Sans même parler d’autorisation d’exportation de matos mili.

    • Chanone dit :

      @ Baptiste
      La greffe est possible, bien sûr.
      Pour preuve récente, le Gripen vole avec le moteur du Super Hornet.
      C’est un transfert technologique assorti d’une licence, donc à des compensations et des royalties.
      .
      On le fait avec des composants Américains et parfois, avec une remarque empêchant la vente d’un produit parce que le client final déplaît au pays d’origine !
      .
      Greffer de l’électronique/avionique est obligatoire dès que l’on installé des armes indigènes sur un achat étranger: donc le cas du missile METEOR sur les F35 britannique.
      Mais une carte électronique, c’est pas grand chose en comparaison d’un radar ou d’une suite de guerre électronique. Là, il y’a des brevets, des secrets à tous les étages.
      .
      Pour conclure, les.échanges sont fréquents, mais sont d’un niveau de complexité assez basique.

  13. Rascasse dit :

    Le type de partenariat de recherche signé ici ressemble fortement aux accords passé entre la France et le Royaume Uni, sur les drones furtifs d’une part, sur les drones navals de guerre des mines d’autre part, ou encore sur les missiles navals. Et alors que ces programmes ont donné de très bons résultats, les britanniques ont refusé de les poursuivre dans une production industrielle. Il y a fort à parier que Tempest ne sera pas un avion multinational. Après la phase d’études, les uns diront que c’est trop cher, les autres s’accrocheront à leur rêve, et à la fin l’industrie britannique sifflera la fin des illusions en expliquant qu’ils n’ont pas les moyens de construire une telle machine toute seule…

  14. lxm dit :

    Bae est tellement énorme comme entreprise qu’elle peut très bien développer son propre aéronef de combat sans coop.

    • Lagaffe dit :

      En aucun cas, c’es pourquoi BAE fait appel pour le développement du Tempest au groupe italien Leonardo [capteurs avancés et avionique], à Rolls Royce [moteurs] et MBDA [systèmes d’armes]… mais même le Ministre de la Défense britannique estime que c’est insuffisant et que le projet ne peut pas être réalisé sans le financement et le soutien de pays étrangers partenaires.

      • dolgan dit :

        Il a dit développer un aéronef de combat. C’est tout à fait faisable pour BAE en fond propre. Par contre,ce serait un avion inférieur à l’état de l’art des années 80 …
        .
        😉

      • John dit :

        Vous parlez de financement, lxm parle de technique…
        Il parle d’entreprise, vous parlez de pays.
        Le Royaume Uni ne veut pas assumer l’entièreté du projet…