L’US Navy serait sur le point de tester enfin son canon électromagnétique

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

42 contributions

  1. Thaurac dit :

    Condensateurs énormes et surement supra conductivité.
    L’idéal serait que l’impulsion électromagnétique soit l’obus, et non pas le « canon et la poudre », ou une charge de plasma envoyée de la même façon!

    • Le Suren dit :

      Qu’entendez-vous par « charge de plasma » ?

      • Thaurac dit :

        Le laser ionise l’aire ( test pour contrôler la foudre-Edf)
        Le canon magnetique a une chambre à vide ou on crée un plasma ionisé ultra chaud ( des millions de degrés), propulsé par la décharge magnétique du canon, et suivant le « rail » d’air ionisé par le laser.
        D’ailleurs il y a eu des test pour le Tazer à distance avec laser et THT

    • Stylgar dit :

      Une arme EMP c’est un usage bien différent.

      • Thaurac dit :

        Oui je sais, c’est envoyé un  » sabot » propulsé magnétiquement par le canon!

      • Thaurac dit :

        Oups, pardon mal lu, l’Emp est une arme électromagnétique ( en fait une décharge) engendrant des ondes très hautes fréquences susceptible de griller toute l’électronique alentours, mais je ne parle pas de cela plus haut!

    • Clément dit :

      Ça ne fait que décaler le problème : pour être autant « magnétique » l’obus devrait être énorme, et surtout ça ne serai plus un projectile inerte (un des intérêt du canon électromagnétique). Idem pour le plasma : pour avoir du plasma il faut énormément chauffer un gaz et le mettre sous très haute pression. On en revient donc de nouveau à la question énergétique.

  2. wagdoox dit :

    un obus à explosif, si un arc électrique passe par là …

    • Sacha dit :

      Je n’ai aucune formation sur ce genre de matériel alors prenez la suite avec des pincettes.

      Le principe du rail gun fait déjà traverser la munition par un courant électrique. Le but serait d’insensibiliser le détonateur (l’explosif primaire qui va faire détonner la substance explosive de la munition, qui se contente sinon de brûler sans faire péter quoi que ce soit) à l’électricité, or certaines substances explosives le sont déjà (en plus du composé de la substance on pourrait voir à l’isoler par des techniques d’ingénieurs que je ne maîtrise pas). Cela dit je ne sais pas si la puissance/tension extraordinaires de ce lanceur vient y changer quelque chose et rendrait totalement faux ce que je viens de dire.

      J’apporte une intervention efficace, hein ?

    • Thaurac dit :

      Il n’y a pas « d’obus  » traditionnel, mais quand même , couler un n navire de guerre avec l’énergie cinétique, j’ai des doutes…
      Incendies surement, grande pénétration; mais dégâts sur coque, je ne vois pas trop..

      • MD dit :

        Pourtant , durant la Première Guerre Mondiale, les obus d’artillerie navale conçus pour percer et rompre le blindage des navires fabriqués à partir de 1890, n’étaient que des projectiles en acier durci par ajout de chrome et de nickel, puis recuits .
        Ils pouvaient comporter une coiffe de métal mou sur leur pointe, mais ils ne comportaient initialement pas d’explosif. Ils étaient appelés: appelés  »obus de rupture » en français ou  »armor piercing shell » en anglais.
        Plus tard, des obus de ce genre comporteront un évidement à la base de leur culot pour recevoir une petite charge d’explosif, mise à feu par la très forte élévation de température provoquée par l’énergie cinétique de l’impact de l’obus . Mais cette charge d’explosif ne représentera jamais que 2% du poids de ce type d’obus. Ces obus sont appelés en français :  »obus de semi-rupture », et en anglais :  »armor piercing high explosive » . Ils semblent avoir été destinés plutôt à servir contre des bâtiments moins protégés .

        En tout cas, ce sont bien des obus  »de rupture  » ou  »armor piercing  » , dont l’effet destructeur était dû uniquement par l’énergie cinétique provoqué par leur impact , et qui étaient alors les seuls capables de percer les blindages des  »dreadnoughts », pré-dreadnoughts, croiseurs de bataille et coiffeurs cuirassés, qui ont pu causer les pertes de ces genres de navire par exemple à la bataille de Tsou-Shima entre la flotte japonais et la flotte impériale russe. Ou celle de Coronel, celle des Falklands et celle du Jutland, livrées entre les flottes anglaises et allemandes. Ou encore celle de Santiago de Cuba entre navires américains et espagnols.

        Évidemment, si la coque de la cible est trop fine, un projectile de ce genre risque de la traverser de par en par sans provoquer de dégât. À moins qu’elle ne traverse des soutes à munition , des citernes ou des machines. C’est pour cela qu’ont été conçus par la suite des projectiles plus élaborés. Rien ne dit que les Américains n’y aient pas déjà pensé.

        • Montaudran dit :

          J’aime beaucoup le « coiffeur cuirassé ». Les corrections automatiques sont assez rigolotes des fois.

    • vrai_chasseur dit :

      Pas besoin d’explosif. A cette vitesse l’énergie d’impact est supérieure au blast explosif.
      Et à mach 20 le rayon de destruction est équivalent à celui d’une bombe nucléaire tactique.
      Cf les cratères de météorites.

      • Thaurac dit :

        On parle ici de mach 5 ce qui me laisse dubitatif

        • vrai_chasseur dit :

          @Thaurac
          En guise de boutade, les ingénieurs de la DGA avaient coutume de dire : « on peut détruire un char avec un camembert. Il suffit de savoir lancer le camembert à Mach 20. »

          Plus sérieusement les HVP (‘high velocity projectile’) servant aux tests cinétiques ont une masse d’environ 10 kg. Lancés à mach 5 ils produisent un effet équivalent à un obus de 155mm à 185 kilomètres.
          Cet effet est une moyenne car il dépend en fait de la nature de la cible.
          Ce projectile HVP est fait d’un alliage de tungstène, le HMTA – le même que les obus flèches antichars actuels – ce qui lui confère, outre son énergie cinétique, un pouvoir de pénétration très important.

  3. PK dit :

    Le coût unitaire me parait bien lourd… l’avantage d’une telle arme était justement son coup marginal à l’unité.

    • Hermes dit :

      Le coût dépend de l’usure des matériaux au delà de la munition même.
      .
      Je vois mal les « rails » tenir 1000 tirs, déjà 100 serait pas mal.
      Ca diminuera au fur et à mesure du développement et de l’amélioration des matériaux.
      .
      Et souvent l’équivalent coût « EDF » de la consommation électrique est utilisé dans le calcul, même si ca n’a pas de sens…

    • NRJ dit :

      @PK
      50 000 € ça reste beaucoup moins cher qu’un missile Scalp (750 000 euros).

    • Sacha dit :

      Son avantage est d’envoyer un pélot à plusieurs centaines de kilomètres de la cible au moins 5 fois plus rapidement qu’un Exocet. En terme de distance de sécurité et de rapidité de frappe, d’après l’article, c’est pas dégueux.

  4. claude dit :

    Si on retient le chiffre de la DGA en fait la puissance d’un équivalent shelter Diesel de l’italien ISOTTA FRASCHINI.

  5. Galopante dit :

    La Chine a déjà testé.
    Hihihihi

    • Clavier dit :

      Quelle dit…..

    • Frédéric dit :

      Testé, peut-être, mais est ce un succès, pas sur 🙂

    • Thaurac dit :

      Et alors?

    • FredericA dit :

      @galopante : Super ! Vous pourriez nous partager les liens qui confirment, sans contestation possible, les bons résultats de ces tests ? Merci d’avance 😉

    • Roberto dit :

      Vous atendez le reste del plans volés pour en construire un plus pourrit…

      • Galopante dit :

        Comme EPR, centrale nucléaire volé de westinghouse, celui à Flamanville est toujours en fuite comme la fontaine de Trocadéro.

  6. mr cracou dit :

    Pour information le truc fonctionne depuis des années…. en déconnant tout de suite après: les contraintes sur les matériaux font que dans la pratique le tube part en exploson / fusion / déconnade diverse après le premier tir ou presque. En gros… ça marche pas.

    Alots oui on peut dire « on va le tester ». Tout le monde peut le tester. C’est juste que tout saute après.

    • Hermes dit :

      Euh non, ca n’explose pas…
      .
      les rails (entre autres) s’endommagent très vite et se dégradent/déforment, donc il n’y a qu’un à quelques tirs possible sur les premiers modèles.
      Maintenant, les matériaux évoluent énormément (oui oui faut pas croire dans les labo’s c’est la folie..).
      .
      La question principale c’est, peut on faire un système efficace a coût maîtrisé avec un intérêt militaire, aujourd’hui ?
      .
      A l’instar des centrales nucléaires, tout comme le coeur… le canon n’explose pas (Certains sous systèmes peuvent par contre…)

  7. Raymond75 dit :

    Super : le tir coûte seulement 50 000 $ !!! Vive le progrès humain.

    • John dit :

      Et un missile de croisière envoyé à 200 km faute d’autres moyens d’atteindre la cible?
      Ici c’est un prototype… Normal que le coût soit énorme. En réalité, ce prix est plutôt faible au vu de la phase du projet.
      Ensuite, regardez le coût des tirs d’artillerie standards. Vous seriez étonnés du prix de certains projectiles…

  8. Claude dit :

    Coût et distance … Il doit y avoir un bug dans votre polynôme.

  9. Breer dit :

    C’est beau la technologie, et on a beau dire, c’est pour de l’armement que les états vont encore dépenser des sommes et des énergies astronomiques, mais bizarrement aucun programme d’envergure n’est mis en avant pour dépolluer les océans, ramasser les milliers de tonnes de saloperies qui flottent dans le pacifique, et ailleurs, qui s’entassent sur les plages d’iles et d’ilots que les humains n’avaient pas encore directement pollué, on laisse toute cette « Mer… » à de petites entreprises expérimentales qui cherchent partout des financements….

    Je suis ancien militaire et marin, mais avec le recul, je me dis qu’au final notre humanité finira mal, parce que la priorité de tous les états de cette planète, est d’ inventer, moderniser, multiplier toujours plus d’armement, et ça finira bien par nous péter de nouveau à la figure, avec sans doute plus d’effets que par le passé…..

    • ClémentF dit :

      D’une hiérarchie stable et bien connue nait la paix, et non l’inverse ( et ensuite on peut râler que les trottoirs sont sales)

    • Frédéric dit :

      Pourtant, cela fait maintenant quelques décennies que le R&D a but exclusivement militaire n’est plus le premier budget dans la recherche au niveau mondial et que nombre de projets ludiques du jeu vidéo aux blockbusters utilisent bien plus d’informatique et puissance de calcul que les Felin ou voir Arleigh Burke.

  10. vrai_chasseur dit :

    La France reste très discrète sur le sujet et pourtant elle est très avancée, via l’institut de recherche franco-allemand Saint Louis.
    cf
    https://www.isl.eu/42-recherches/laser-and-electromagnetic-technologies/492-acceleration-electromagnetique
    Le canon PEGASUS accélère des obus flèches à mach 9 (soit Paris-Lille en 2 minutes), et le canon RAFIRA a déjà tiré des salves hypersoniques en rafale à plusieurs reprises. Les 2 canons sont les meilleurs au monde pour la conversion d’énergie électrique en énergie cinétique (+35%).
    Côté chinois on a une idée des performances de leur canon de façon indirecte : l’ingénieur en chef Li Xiang a été proposé comme lauréat des « 12th Guanghua Engineering Science and Technology Prize », sorte de médaille d’or chinoise de la recherche en technologie. le texte de sa nomination indique : « Li Xiang et son équipe ont réalisé des percées majeures dans les technologies clés en résistance à l’abrasion thermique du canon et le chargement des obus à longue distance et ont réalisé des essais de tirs continus avec une vitesse à la bouche de 2 500 m/s et une puissance de 32 MegaJoules ».
    Quant aux USA on verra après les essais de l’US Navy.

  11. Vial dit :

    « un tir est peu coûteux [de l’ordre de 50.000 dollars] »

    50 000 dollars c’est peu couteux?

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Vial,

      Comparé à celui d’un missile à un million de dollars…

  12. Frédéric dit :

    C’est en Hors Sujet, mais le 4 juin, l’US Navy change de pavillon et revient au drapeau étoilé après avoir adopté entre 2002 et 2019 celui a bandes horizontales avec le serpent à sonnettes :

    https://en.wikipedia.org/wiki/Jack_of_the_United_States