CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Un F-16 néerlandais a probablement été endommagé par des obus de 20 mm… qu’il venait de tirer

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

30 contributions

  1. Clavier dit :

    Problème apparu avec les premiers jets et le calibre 50 qu’ils avaient tendance à rattrapper donc on est passé aux obus de 20mm
    et on recommande de ne pas aller trop vite quand on tire…ce que le pilote de F-16 a du oublier…

  2. Rémi GUISERIX dit :

    un Mirage 3 français s’est auto descendu sur le champ de tir de Suippes (attila) dans les années 80….l’obus « aberrant » a ricoché sur des pierres et a atteint le moteur….le pilote s’est éjecté et l’avion est tombé sur une ferme à Sainte Marie à Py non loin du champ de tir. Quelques bovidés en stabulation ont été un peu secoués. Pour éviter ce type de problème, nous étions doté d’une machine à gratter le sable de la zone afin de récupérer tous les élément solides susceptible de faire ricocher les obus. une machine similaire à ce que l’on trouve pour nettoyer les plages.

    • Vinz dit :

      Bah c’est une histoire belge ce truc non ?

      • Remi GUISERIX dit :

        non….j’ai ramassé le cocher et éteins l’avion

        • Sempre en Davant dit :

          Cribleuse mise à part, y a t’il quelque part un récit de l’événement et des photos?
          .
          Le mirage III n’étant plus en service…

          • DAMIEN dit :

            En 1980, le mirage trois dotais encore des unités aériennes. La dernière unité sur Mirage IIIE sera l’escadron de chasse 3/3 Ardennes, qui les conservera jusqu’en 1995.

            Lors des tir d’exercices, les obus tirés sont inerte (des bout de ferraille, ni plus ni moins), n’étant pas détruis à l’impact, il ricoche, et si l’aéronef traverse la gerbe…

  3. Grosminet dit :

    Donc, ce n’est pas le F16 qui est dépassé…. Mais ses munitions !!!

    Joke inside 😀

  4. Si c’est au cours d’un exercice de tir air-sol, il peut très bien avoir été touché par des ricochets de son propre tir.
    Ce ne serait pas le premier ….

  5. Thinker dit :

    Au moins, et il faut lui reconnaitre cette qualité, le F-35 ne connaitra jamais ce genre de problème: son canon ne tire pas droit ! Tout ira bien tant que les pilotes n’ont pas l’idée saugrenue de virer de bord après avoir défouraillé.

  6. heaume44 dit :

    Intéressant sujet.
    Au passage, quelle vitesse maxi peut atteindre un F-16 en piqué,  »réchauffe » allumée ?

    • Fifi dit :

      De l’ordre de Mach 2 en altitude. Et sans doute un poil de plus en piqué, plus limité par la VNE de la cellule plus que par les performances de l’avion proprement dite.
      .
      Donc, oui, un F-16, et en fait n’importe quel chasseur moderne, peut rattraper sans difficulté ses propres obus, moyennant le « bon » angle de tir et le « bon » profil de vol.
      .
      Un canon AA tire typiquement à Mach 3 + la vitesse de l’avion, mais les obus perdent très vite leur vitesse. Le chasseur peut dépasser ses projectiles en quelques secondes.

    • Sempre en Davant dit :

      Il y a un nombre surprenant d’équipement, bombes, roquettes, réservoirs etc qui réduisent la vne à mach virgule fort décevant et à des facteurs de charge d’ aéro-club…
      Ce qui ne doit pas faciliter le travail du pilote dont le métier est de garder tout cela « en formation ».
      Si MM les volants veulent bien compléter.

  7. Thierry HENRY dit :

    Le pilote sera-t-il crédité d’une victoire ?

  8. Remi GUISERIX dit :

    les champs de tirs français sont recouverts de sable qui est tamisé tous les jours afin d’éviter ce problème. Peu de cas « d’aberrants » recensés en France.

  9. MasCal dit :

    Pas de surprises dans cette mésaventure, comme évoqué par les précédents intervenants.

  10. Ankou dit :

    étape suivante, faire rentrer l’obus tiré, dans le canon

  11. Le Suren dit :

    La même chose est arrivé à Solenzara dans les années 80 avec un pilote de F-16 Belge qui s’en est tiré.

  12. ScopeWizard dit :

    Ce genre de mésaventure s’ est effectivement plus souvent produite qu’ on ne serait en droit de le penser ; des avions qui rattrapent leurs propres munitions à peine tirées qui vont donc entrer en collision avec ces dernières ( et si elles entrent dans les entrées d’ air du réacteur , mauvais plan ……….. ) ou des missiles qui reviennent à leur point de départ , c’ est à dire sur l’ avion , c’ est rare mais ça arrive ………..
    Je me souviens vaguement d’ un récit à ce sujet sur un évènement similaire s’ étant produit dans le ciel de Corée ainsi que des bribes de quelques autres s’ étant déroulés pendant la Seconde Guerre Mondiale ……………

    L’ essentiel étant que tout se finisse bien ………….. 🙂

    • Vinz dit :

      « quelques autres s’ étant déroulés pendant la Seconde Guerre Mondiale  »
      .
      Notamment un v1 tiré depuis la somme et qui tombe non loin de Margival dans l’Aisne (pas vraiment la direction de Londres), le Wolfschlucht du Führer selbst, lors de son unique visite l’été 44.
      https://www.lepoint.fr/societe/le-bunker-oublie-d-adolf-hitler-17-06-2010-1207010_23.php

    • Dimitri dit :

      Il y a aussi les réservoirs larguables qui une fois largués remontent et percutent l’aile ou l’empennage.

    • ScopeWizard dit :

      D’ ailleurs en évoquant la Seconde Guerre Mondiale , je me souviens avoir lu des récits faisant état de passages du mur du son entraînant le plus souvent la destruction de l’ avion alors lancé dans un piqué à pleine vitesse depuis de hautes altitudes ou en perte de contrôle …………

      Et parmi ces avions , il y aurait eu des appareils que l’ on n’ aurait pas imaginés en pareil cas de figure , comme des Mustang et autres Hellcat ou Corsair …………….

      Alors , comme tout ceci remonte à loin , je ne saurais dire s’ il s’ agissait effectivement de passages avec BANG sonique ou de simples approches de la vitesse du son entraînant de telles vibrations que ces « approches » se soldaient par la perte de l’ appareil qui se désagrégeait ……….

      Il me semble aussi que vers la fin de la SGM qu’ un ME 262 s’ est très fortement approché de cette vitesse voire l’ aurait même dépassée en piqué tout en réussissant à ramener par la suite son appareil sans encombre ………..

      Quelqu’ un a des infos plus précises sur tout ça ? 🙂

  13. Kicker dit :

    Un crash de F35 au Japon, personne ne veut en parler.

  14. Cracotte dit :

    Phénomène bien connu en tir canon air-sol, la plupart du temps lié à la nature du sol, ou mieux de la cible, combinée à la qualité du dégagement à l’issue de la passe.

  15. Spock dit :

    Les obus tirés d’avion ont une vitesse initiale proche de 1000 m/s : aucune chance que l’avion les rattrape. Le ricochet est en revanche un risque avéré, briefé avant chaque mission de tir et que l’on minimise par des règles de sécurité AD hoc : tir à distance de sécurité, dégagement en virage à l’opposé du sens des ricochets (lui même conditionné par le sens de rotation des obus à la sortie du canon).

  16. Gégétto dit :

    Bon, dans le cas de ce F16, on peut supposer qu’ il a été frappé par un obus en ricochet.
    Il y a quelques années, lors d une discussion avec un pote pétaf dans notre AA j ai évoqué le fait d’avoir lu un article mentionnant ce type d incident (rattrapage d’obus). J ai provoqué son hilarité….Impossible: » la vitesse du vecteur+celle de la munition…blablabla etc.

  17. Milau dit :

    Il me semble avoir déjà entendu que lors de passes de tir au canon, le pilote devait « dégager » du côté opposé au pas des rainures du canon car, les projectiles avaient tendance en cas de ricochets, à partir du même coté que les rainures… Les spécialistes peuvent confirmer ?

  18. Degourba dit :

    Si c’était un zinc russe les commentaires seraient moqueurs du genre  » tas de ferraille, manque d’entretiens, budget détourné, pilote bourré à la vodka… etc..

    • patex dit :

      Et?
      Ce n est pas un avion russe, donc ces commentaires n’ont pas lieu d’être.
      Par contre je me ferai un plaisir de les sortir le jour où cela arrivera.