Le président Macron aux militaires : « Soyez fiers! »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

120 contributions

  1. Marie dit :

    Comment ose t’il mentir alors que les « morts au combat » d’Afghanistan n’ont toujours pas leur monument en hommage à leur sacrifice !
    Dites bien aux jeunes engagés qu’ils n’auront rien que les larmes de leur famille mais aucune reconnaissance nationale.
    un bouffon qui n’a rien compris et fait du thêatre comme à 15 ans

    • YakaFokon dit :

      Vous n’y connaissez rien. Pourquoi faire semblant ?
      Personne ne s’engage pour avoir son nom sur un monument.

      • Robert dit :

        Yaka,
        Et si Marie avait un proche tombé, ce qui expliquerait sa révolte ?
        Avant de porter des jugements hâtifs, essayons de comprendre.

    • felipe dit :

      marie,
      je vous suis complètement sur l’absence de reconnaissance publique et visible de nos morts pour la france, tous théâtre confondus. les péripéties du monument aux morts dédié aux OPEX sont là pour le rappeler. j’ai déjà beaucoup de mal avec la localisation sur une île en bordure de la capitale.
      Cependant, ne soyez pas trop dure pour l’institution militaire et l’Etat en général. l’appui et la reconnaissance institutionnelle sont malgré tout très présents. Sans être père, frère ou mari d’un soldat tombé, j’ai eu à accompagner des familles dans leur douleur. La solidarité et la cohésion ne sont pas des vains mots : n’oublions pas l’engagement des camarades, des copains, du régiment, de la CABAT et des services des ministères, sans oublier les associations.

      • Jm dit :

        ne soyez pas restrictif à la seule Armée de Terre, s’il vous plaît.
        Merci

        • dompal dit :

          @ Jm,
          Vous conviendrez que la presque totalité des morts au combat appartiennent à l’AT !?!…….mais je pense que @felipe n’en n’oublie pas pour autant nos camarades de la Royale ou de l’AA.

          • Jm dit :

            Je ne voyais pas ça comme ça, mais plutôt en terme de relationnel interarmées.
            De plus en plus d’unités sont « mixées », et dès lors qu’un camarade tombe, c’est tout le monde qui est touché. Des liens forts se créent dans les unités entre militaires de toutes armées, les querelles de clocher ne sont là que pour entretenir une guéguerre bien amicale et qui tissent des liens.
            Je n’oublie pas que j’ai effectué mon vol vers l’Afghanistan avec un camarade terrien à mes cotés, je l’ai accompagné à son retour, recouvert d’un drapeau tricolore.
            Une pense à Christophe Barek-Deligny , du 3RG.

    • Castel dit :

      @ Marie
      Comment pouvez vous lui reprocher cela, alors que ses deux prédécesseurs auraient eu largement le temps de s’en occuper durant leur mandat respectif !!

    • Tintouin dit :

      Heureusement, les maires n’ont pas attendu un monument national pour honorer nos morts au combat d’Afghanistan.
      J’en veux pour preuve la mémoire honorée de l’un deux tué en 2012 en Afghanistan dans un attentat suicide, et dont le nom est inscrit sur le monument aux morts de la petite commune au nord de Montpellier dont il était natif.
      C’est certainement insuffisant, mais une bonne chose que nos jeunes et moins jeunes sachent que dans leur ville ou leur village, un des leurs a pu tomber récemment.
      La mort au combat, ce sacrifice ultime, n’est pas qu’une abstraction, qui serait réservée à l’Histoire et aux « anciens ».

    • Pierre dit :

      On peut lui reprocher beaucoup de choses mais je pense qu’il a sincerement plus de sympathie pour les militaires que ses predecesseurs. Des hommages ont lieu a chaque deces de soldats, de maniere locale voire central, aux invalides, lorsqu’il s’agit d’evenements exceptionnels.
      Et pour etre honnete avec vous, lorsque l’on s’engage ce n’est pas pour la gloire ou la reconnaissance eternelle et nos familles restent souvent notre seul soutien indefectible. C’est comme ca.

      • Électeur ancien mili dit :

        Je doute fort que Macron ait plus de sympathie pour les militaires que ses prédécesseurs.
        La différence, c’est qu’il s’est pris un râteau dès juillet 2017.
        Il a soudain compris qu’un monde existait, totalement ignoré de lui jusque là et que cette ignorance pouvait lui coûter cher dans la suite de sa carrière.

    • Lfc35 dit :

      Le président n’a rien à voir dans la création du monument au mort allez Rachida Dati qui fait de l’obstruction

    • NRJ dit :

      Si on suit ce que vous dites, il faudrait construire un monument pour chaque opération à partir du moment où il y a un mort. Si on fait ça, c’est à la fois du gaspillage d’argent et de la démagogie. Quelque question : pourquoi ne fait on pas des monuments pour les blessés à chaque opération ? Et à partir du moment ou on a des « morts au combat » pourquoi on n’aurait pas aussi des monuments pour les morts par accident ?

      On a eu des morts au champ d’honneur en Afghanistan. C’est triste. Maintenant on va pas se fixer la règle de faire à chaque fois un monument en mort. Non seulement ça n’a pas de sens, mais ça donnerait un aspect administratif qui serait contre-productif à l’hommage que l’on voudrait rendre:  » Ah bah il y a un mort donc faut prévoir un budget pour construire le monument qui va avec ». Avoir des monuments aux morts pendant la seconde guerre mondiale, cela avait du sens car ce conflit était d’une violence extrême, mais cela ne doit pas être la règle pour toutes nos opérations.

    • M. dit :

      Les soldats français morts en Afghanistan ont un monument qu il leur ait dédié aux écoles de Coetquidan qu une promotion de l Emia portant le nom de « Ceux d’Afghanistan » leur a érigé.

      • Jm dit :

        Oui.
        En souvenir de nos camarades de l’Armée de Terre.
        Et avez-vous pensé aux autres ?

    • dompal dit :

      @ Marie,
      Il n’y a pas que nos soldats morts en Afghanistan qui sont à honorer/commémorer :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pertes_militaires_fran%C3%A7aises_en_op%C3%A9rations_ext%C3%A9rieures_depuis_1963

  2. Le Suren dit :

    Mouais, un peu facile comme exercice. Enfin, ne boudons pas notre plaisir.

    • petaf dit :

      quel plaisir ??
      celui de se faire bourrer le c*l comme chaque année?
      dis voir , le président des riches , quand est ce que tu penseras à augmenter la valeur du point ??

  3. Marie DEVOUX dit :

    ce n’est pas en « rabotant » les crédits comme on le fait depuis bientôt 25 ans que l’on affermira la position de la FRANCE et qu’on la mettra en état de faire face à n’importe quelle menace
    il peut bien raconter ce qu’il veut, on ne nous « le fait » pas

    • Jean Calude dit :

      La tendance est plutot a l’augmentation pour atteindre les 2% du PIB d’ici 2025.

    • Jm dit :

      Totalement raccord, et cela va avec le poste suivant « La France fait de la lutte informatique offensive une « arme de supériorité opérationnelle » du 18.01.2019.
      Avec quel budget, avec quel personnel, et avec quel moyen ?
      A la vue du salaire proposé, ça va bien s’passer !!!!

  4. Stoltenberg dit :

    Sincèrement, avec 1,5% du PIB pour la défense et avec le limogeage du Général de Villiers, l’affaire Benalla, les GJ etc., il n’y a rien dont nous pourrions être fiers, il est plutôt temps d’agir pour que l’on puisse être fier dans le futur. J’étais particulièrement choqué par le fait qu’après le discours du Président, les gens qui étaient au premier rang étaient pratiquement les seuls à applaudir. Le premier rang c’étaient, bien évidemment, les représentants du gouvernement + les officiers les plus haut gradés. Cela en dit long sur l’état de l’esprit dans l’Armée. Moi je propose: minimum 4% du PIB pour la défense (et la R&D) dans la Constitution.

    • YakaFokon dit :

      4% mais vous etes le 1er a chouiner quand on on augmentera les impots, la CSG en consequence. Comment peut-on vous prendre au serieux après un tel commentaire ?

      • Stoltenberg dit :

        Et vous pensez vraiment qu’l n’y a pas d’autres manières pour l’État de trouver de l’argent que d’augmenter les impôts ? En gros c’est le fatalisme à 100 %. La France est pays qui dépense le plus (notamment dans le social : allocs, aides, chômage etc. ou dans l’administration : salaire de Mme Jouanno, de Mr Benalla ou de la femme de Fillon) et qui prélève le plus. En même temps une partie de la classe politique et des militants ont établi un culte de la feignantise (35h, magasins fermés le dimanche etc.). Tout cela fait qu’on est parmi les pays qui stagnent le plus. Non seulement économiquement mais aussi socialement. L’Amérique consacre 4 % du PIB pour la défense et ils ont une meilleure croissance économique. Vous êtes borné.

        • NRJ dit :

          @Stoltenberg
          Je suis d’accord qu’il y a des réductions de budget à faire. Après quand vous parlez du salaire de Pénélope Fillon, soyons sérieux. Elle s’est fait payer 3600 euros par mois en moyenne au titre de conseiller. C’est un salaire un peu au-dessus du salaire moyen des français (2900 euros). C’est pas énorme non plus. Vous pouvez critiquer son mari pour mal choisir ses conseillers, mais il est logique de permettre à des députés d’avoir des conseillers. Une personnalité politique n’a que 24h. Il y a bien sur des postes comme les questeurs ou le vice-président de l’Assemblée Nationale qui ont des privilèges exorbitants. Mais on ne peut pas tout enlever. Benalla méritait également son salaire légal en tant que chef de sécurité. Ce qu’on lui reproche, c’est de se penser avoir tous les droits (et de les avoir).

          Par ailleurs les USA sont dans une situation différente. Ils ont plus de manoeuvre d’endettement grâce à la puissance du dollar. Et s’ils ont plus de croissance, celle-ci est est très inégalement répartie, largement plus qu’en France. Et les 4% investis dans la Défense ne sont pas les facteurs de croissance. Faut pas exagérer.

        • Robert dit :

          Stoltenberg,
          Le travail du dimanche, c’est génial quand on a un conjoint, des enfants, une famille qu’on abandonne, surtout quand on n’a pas réellement le choix pour payer les gardes d’enfants, ce qui manque au premier salaire et qu’on doit accepter caissière chez Carrefour à 32 heures, horaires mobiles, pour payer tout ça. Et qu’une fois pris dans l’engrenage, on s’invente des besoins inutiles dont on finit par devenir dépendant, dans un cercle vicieux. Renseignez vous sur les salaires de la plupart de ces boulots et des réels besoins, par exemple des mères isolées ou avec un conjoint au chômage. Quand ce travail dominical est généralisé, ce n’est plus une liberté mais une obligation pour beaucoup. Au 19eme siècle, il a fallu batailler dur contre le capitalisme, avant les syndicats révolutionnaires, pour obtenir le respect du droit naturel des familles, des enfants, des femmes, à avoir une vie en dehors de l’usine. Nous y revenons progressivement en présentant, comme à cette époque, l’asservissement 7 jours sur 7 comme une progrès, un droit et une liberté.
          Le premier problème de notre société, c’est l’individualisme, la surconsommation et les diverses addictions pour compenser la solitude. La famille est le premier lien social, le lieu d’écoute et de protection qui manque cruellement à tant de nos concitoyens. Ce n’est pas de pouvoir travailler un jour de plus qu’ils ont besoin, mais de retrouver les solidarités naturelles que le consumérisme a fait exploser.
          Et cela ne coûte pas cher, car le travail éducatif fourni par la famille est gratuit pour la société, et que cela fera économiser les médecins, policiers, juges et éducateurs spécialisés pour ceux qui sont livrés à eux-mêmes.
          La revendication du travail dominical, en dehors de certains métiers ou c’est inévitable, c’est une revendication consumériste, personne et aucun moment ne doit échapper à sa loi d’airain, et de gens qui pourraient s’en passer si les valeurs qui priment dans notre société n’étaient pas toutes côtés en bourse.
          Merde à l’argent roi et oui à l’amour pour tous.

          • Stoltenberg dit :

            Vous êtes un hippie ou quoi ? C’est quoi ce discours ?
            .
            Déjà de 1, personne n’a jamais été forcé de travailler le dimanche. Chacun choisit son métier en toute connaissance des contraintes. Si vous voulez travailler dans une centrale électrique ou dans une station service, vous allez peut-être devoir travailler le dimanche. Pourquoi les autres devraient avoir plus de « droits » que vous ? Ce n’est pas en privant de force les gens de la possibilité de travailler que vous allez les rendre heureux. Le résultat sera que les magasins seront de plus en plus motivés pour remplacer toutes les caissières par des caisses automatiques qui pourront travailler le dimanche et le problème sera réglé comme ça. Vous êtes du côté des juges qui ont récemment imposé une lourde ammende au boulanger qui a, selon eux, « trop travaillé » ? Et ben maintenant il va probablement devoir licencier des employés pour pouvoir payer cette ammende. Les socialistes sont les premiers ennemis des travailleurs. Et le chômage est un mythe. Je connais des personnes qui n’arrivaient pas à trouver de l’emploi et en ont trouvé un (payé dignement) directement après avoir fait une formation proposée par Pôle Emploi. Il suffit d’avoir la volonté de travailler pour trouver un emploi. Après, bien évidemment, cela demande un effort. Ceux qui passent leurs journées dans le canapé et ne veulent pas s’adapter au marché ne trouveront rien. E. Macron avait raison en disant qu’il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi. Mais pour traverser la rue il faut sortir de son canapé…

          • Robert dit :

            Stoltenberg,
            Je ne suis qu’un réaliste. Renseignez vous sur le travail précaire et le travail du dimanche dans les grandes surfaces, mais aussi les commerces de bouche qui vont s’adapter. En fait, c’est déjà le cas partout ou cela existe.
            Cela n’existe plus le choix quand vous avez ce travail ou le chômage, particulièrement en province. Si les commerces ouvrent le dimanche, tout le monde va suivre et les employés dans des régions en crise sociale n’auront pas le choix de ne pas travailler.
            Et sur le plan de la rentabilité, la répartition en semaine de la consommation ne fera que s’étaler en plus le dimanche, les gens n’ayant pas plus d’argent à dépenser.
            A propos du boulanger, il y a des règles par profession, je n’ai pas à être d’accord ou pas. s’il emploie du personnel, ils ont droit à deux jours consécutifs de repos. Je vois de plus en plus de petits commerces ouvrir 7 jours sur 7, mais pas par « choix libre », simplement pour survivre et payer toutes les taxes que leur prend l’Etat. Eux aussi ont des familles avec lesquels ils préféreraient être et tout le monde ne vit pas que pour le travail.
            La notion de libre choix est piégée, quand vous ne pouvez pas faire autrement parce que la loi du marché est la seule règle.
            Je parlai bien sûr de tous les métiers ou le travail dominical n’est pas compris dans les obligations, comme police et hôpitaux. Ce n’est pas parce qu’ils ouvriront tous les dimanches que les commerces vendront plus, c’est parce que les moyens des français sont limités, qu’ils doivent aider un enfant, un chômeur, un handicapé ou une personne âgée et qu’il ne leur reste plus assez pour consommer plus que le nécessaire. Les intérêts du commerce ne sont pas forcément ceux des citoyens, ils essaient de faire dépenser plus que besoin. Je le redis, beaucoup de gens ne pourront pas refuser de travailler le dimanche parce qu’il y a une paupérisation croissante, le travail mal payé ou précaire explose, étudiants et jeunes travailleurs sont pris à la gorge pour survivre. Mais ce serait avant tout que les familles soient confortées et soutenues, pour éventuellement aider l’un des leurs, la crise du logement c’est aussi les parents séparés avec des enfants qui nécessitent deux logements, mais dont l’un galère pour assumer seul enfants et travail. Parlez avec un simple employé qui bosse le dimanche et demandez lui ce que font ses enfants et son conjoint s’il en a et comment il s’en sort avec un salaire minable? Vous voulez une société de célibataire sans enfants pour mieux consommer ?
            Vous systématisez le problème et la solution et donc vous vous trompez forcément. C’est vrai que l’assistanat déresponsabilise, mais il pille aussi ceux qui travaillent beaucoup et gagnent correctement leur vie, nous sommes d’accord.
            Vous croyez en Macron, c’est votre droit, mais ne venez pas dire que de refuser le travail du dimanche obligatoire est un signe de fainéantise ou d’inconscience. Le seul travail qu’a connu Macron, en dehors de fonctionnaire, a été une banque spéculative qui s’enrichissait sur l’exploitation des échecs des gens qui travaillaient.
            Finalement, avec votre philosophie, me faire traiter par vous de hippie me va bien. Eux au moins croyaient à des valeurs autres que matérialistes. Je sais que ça choque de revenir à l’essentiel à une époque de moi d’abord, mais j’assume totalement. Macron court au devant des revendications transhumanistes et eugénistes qui sont l’avenir social et économique de nos sociétés. On sélectionne déjà ceux qui ont le droit de naitre ou de vivre non en fonction de leur intérêt mais de l’intérêt économique de la société.

          • Stoltenberg dit :

            Robert: Donc déjà, je ne suis ni anti-Macron ni pro-Macron. Je juge les actes et non pas la personne. Ainsi, il y a des choses chez E. Macron qui me plaisent et il y en a qui me déplaisent. Parmi celles qui me plaisent: la suppression de certaines taxes ou, par exemple, l’augmentation du budget pour la défense.
            .
            Ensuite, concernant le travail précaire. Oui, certes. La vie n’est pas simple. Mais le gouvernement ne peut pas régler le problème en s’attaquant directement à la liberté individuelle! En l’occurrence la liberté d’entreprendre et de travailler. Je ne parle pas des bénéfices économiques de l’ouverture des magasins le dimanche qui est, par ailleurs, indiscutable. Je parle de la liberté qui est une valeur en soi. Donc quand vous me dites que je suis « matérialiste », je vous réponds que dans mon point de vue les aspects économiques ne jouent qu’un rôle secondaire (voire aucun)! L’essentiel c’est la liberté et la justice. La liberté de l’employeur d’ouvrir son magasin et la liberté de l’employé de travailler le dimanche pour gagner un peu plus d’argent. Et, à mes yeux, nul n’a droit de priver les gens de cette liberté et, par conséquent de leur dignité. Et il faut vraiment haïr la liberté des autres pour vouloir leur aménager sa vie par la force. Le but d’un état qui a « Liberté » dans sa devise est de rendre tous les citoyens libres (« ma liberté s’arrête là où commence celle des autres »), si cet état impose par la force aux 2% la volonté des 98%, on est en dehors du cadre de la Liberté. Sinon, comment voulez-vous justifier moralement une mesure liberticide? Si vous lisez attentivement Marx, Lénine ou Hitler, vous y arriverez peut-être, mais dans ce cas, votre moralité ne sera pas la mienne. En ce qui concerne le pauvre boulanger. C’est, bien évidemment un scandale. Ces fonctionnaires font tout pour tuer les commerçants. La seule différence entre nous c’est que vous vous posez la question: est-ce utile de punir quelqu’un pour avoir « trop » travaillé? (de votre point de vue oui) et moi je me pose la question: est-ce juste et moralement acceptable? (et la réponse est non).

        • Robert dit :

          Stoltenberg,
          La liberté n’est pas un but mais un moyen, c’est ce qui me différencie de vous, en vous lisant du moins.
          Plus de liberté d’entreprendre pour ceux qui pensent que cela entrainera mécaniquement plus de consommation. Or, de plus en plus de salaires sont si bas, sauf pour le cadre et le dirigeant de l’entreprise, que travailler pour avoir un tout peu plus non seulement ne compensera pas et la consommation n’augmentera pas. Racheter tous les ans une garde robe ou le dernier téléphone moderne n’est plus dans les moyens de ceux qui font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont. Flatter l’instinct de consommation chez des gens qui n’ont pas les moyens relève de l’appât du gain, pas du respect des personnes.
          Dans le cas du boulanger, vous connaissez le principe de la jurisprudence?
          Si un cas ci et là ont légitimité à revendiquer ce travail le dimanche, comme un boulanger juif de mon voisinage qui ne travaille jamais le samedi, la jurisprudence sera reprise par tous ceux qui voudront profiter de l’ouverture des magasins ou gagner un peu plus et que leurs employés devront suivre qu’ils le veuillent ou non. Et la revendication du droit au travail ne doit pas se faire au détriment du droit à avoir une vie personnelle même si votre patron veut ouvrir le magasin le dimanche.
          Vous connaissez beaucoup de médecins ouverts le dimanche, pourtant il y a des malades ce jour-là?
          Non, parce qu’ils ne sont pas dans une démarche consumériste, d’essayer de faire plus consommer celui qui peut nous rapporter de l’argent?
          Non, la liberté ne prime pas sur le droit naturel, notion reprise dans la déclaration de 1789, d’avoir une vie familiale, de se reposer, d’avoir d’autres activités. Car le dimanche est le jour ou tous la plupart des gens sont disponibles, et les familles, pour les activités associatives, culturelles ou religieuses, mais aussi simplement passer un moment ensemble. Et les familles de plus en plus décomposées, ou au moins éloignées, en ont plus besoin encore que d’autres puisqu’avec le droit de garde et l’éloignement, ils ont plus besoin que d’autres pour passer des moments rares ensemble.
          Et pour eux travailler en plus le dimanche c’est devoir faire garder des enfants pour un bénéfice qui ira dans les poches des nounous et pas la votre. Ce n’est en rien un « culte de la fainéantise », propos que je vous laisse volontiers, de ne pas vouloir travailler le jour ou il n’y a pas école ni sport pour les enfants et qu’on peut se voir.
          Si vous trouvez que la vie de famille est moins importante que de gagner de l’argent, c’est votre problème. Demandez à un militaire qui rentre deux jours chez lui et dont l’épouse est partie « travailler pour gagner plus ». Si vous avez du temps, faites du bénévolat, il y a pléthore de besoins pour aider ceux qui ont été laissés en chemin de la société de consommation, auxquels vous voudriez ajouter les millions de travailleurs pauvres qui peinent à payer loyer, charges et nourriture et doivent subir les conditions imposées par le rythme de leur milieu professionnel pour ne pas se retrouver au chômage. Parfois, c’est un chantage, on accepte les conditions ou un autre prendra votre place.
          Une association dont je fais partie essaie d’aider ceux qu’elle peut, et si des situations complexes, handicap, chômage, séparation, nécessitent de leur venir en aide, au moins pour ceux qui ne considèrent pas que de ne pas vouloir travailler le dimanche soit un signe de fainéantise, il leur reste heureusement des liens familiaux et affectifs sans lesquels toutes les aides du monde ne serviraient qu’à compenser leur solitude, la première misère contemporaine.
          C’est précisément ce dont je parlais à propos d’amour. Si la « dignité » consiste d’abord, en premier, à gagner plus d’argent, je rappelle que je met à part ceux qui ne peuvent travailler que le dimanche, effectivement, il ne vous reste pas grand chose, mais l’argent ne le remplacera pas pour autant.
          Ce n’est pas à l’économie de dicter sa loi et si la société va si mal c’est justement parce que l’économie et l’individualisme règnent. Et le projet d’un Macron c’est le primat de l’économie avant tout et du renard libre dans le poulailler libre.
          Sinon, je pourrais être d’accord sur d’autres points avec vous, contre le socialisme et l’Etat providence, mais pas en renonçant à la solidarité naturelle qui est un devoir ni en abandonnant les familles qui assurent un travail énorme et gratuit, donc non subventionné, au profit de la société, pour flatter l’individu qui jouit, consomme et veut que tout soit disponible au moment ou il le veut sans se préoccuper des autres.

      • Gil & Joan dit :

        L’on peut faire comme on faisait avant l’instauration du SME en 1972 : fabriquer autant de monnaie qu’il nous en faut.
        C’est inflationniste mais un peu d’inflation ne fait pas de mal parce que ça encourage l’emprunt donc la consommation et l’activité économique (à deux conditions : imposer que les salaires suivent et instaurer des droits de douane).
        Aujourd’hui, grâce à l’€uro, l’inflation sera modérée parce qu’elle sera absorbée par l’ensemble de la zone €uro.
        Mais tout ça, hélas, est contraire à l’idéologie européiste dans laquelle nous sommes englués.

    • Le Breton dit :

      4% c’est quand même énorme, aller à 1,9% serait déjà une belle amélioration.

      • Stoltenberg dit :

        L’Amérique consacre 4 %. Cela ne les empêche pas d’avoir une meilleure croissance économique que nous.

        • Robert dit :

          Stoltenberg,
          Et la pauvreté et la violence dans la société américaine, cela coûte combien ?
          Ce n’est pas l’économie qui doit décider et tout le reste s’adapter à ses besoins. Sinon, les apparences de la croissance ne font que cacher le désastre humain et social.
          Ce qui ne veut pas dire que je sois socialiste ni favorable à l’Etat Providence qui ne peut trouver sa « légitimité », en dehors de ses fonctions strictement régaliennes, qu’en usurpant des fonctions qui ne lui appartiennent pas, en plus cher et plus mal.
          « Il n’y a de richesse que d’homme » disait Jean Bodin, un « humaniste » de la Renaissance.

          • Stoltenberg dit :

            Sincèrement, il faudrait limiter Russia Today ou Mélenchon TV. Sachez que le salaire moyen d’un Russe est inférieur à celui d’un Roumain. Allez en Russie, vous allez voir la vraie pauvreté. Et ici il n’y a pas de pauvreté ? Et pourtant nous consacrons des miettes pour la défense et des milliards dans la redistribution ! Ce n’est pas en arrosant les pauvres avec l’argent que vous prenez aux autres que vous allez éradiquer la pauvreté. C’est en leur offrant du travail. Et ceci ne peut être fait qu’en créant des conditions favorables pour les entreprises et pour les investissements. Ceci peut être fait, entre autres, par la diminution des taxes pour ceux qui créent l’emploi, donc les entrepreneurs et les consommateurs. C’est ce qu’a fait Donald Trump en baissant les impôts et en s’attaquant aux importations. Et c’est pour cela que je suis favorable à la suppression de l’ISF voulue par Mr Macron et j’espère qu’il tiendra bon face aux gens tout droit sortis du kolkhoze et qui veulent s’accaparer de l’argent des autres. Le taux de chômage en Amérique est inférieur à celui de la France et vous parlez de la pauvreté en Amérique ! Et les salaires nets y sont également plus élevés, demandez aux expats. En ce qui concerne la violence… Bataclan, Strasbourg, Nice… et les quartiers chauds de la France n’ont rien à envier aux slums américains. Donc non, la solidarité forcée ne marche pas. Le système français en est un exemple. Et il n’existe aucun lien causal entre les dépenses pour la défense et la pauvreté et la violence. Vous avez tout faux…

          • Stoltenberg dit :

            Je ne sais pas pourquoi ma réponse à votre commentaire n’a pas été acceptée ou ne s’est pas envoyé. C’est bizarre. En gros, je disais que, sur le plan sécuritaire, la France n’a aucune leçon à donner aux USA. Bataclan, Nice, Strasbourg… C’est quand-même flippant qu’on laisse des fichés S pour radicalisation musulmane avec 27 condamnations (et des peines à peine purgées probablement) se balader sur un marché de Noël avec un pistolet. Sur le plan social, ce que Donald Trump a fait c’était très positif. Ce n’est pas en taxant à outrance les riches et en arrosant les pauvres avec cet argent que vous allez combattre la pauvreté. Les riches vont partir et ne payeront plus un seul centime d’impôt en France. Il y en a plein qui l’ont déjà fait. Afin de dimminuer la pauvreté de manière durable, il faut favoriser l’emploi et la consommation. Il faut donc encourager les riches et les entrepreneurs à s’installer chez nous au lieu de les pénaliser pour leur succès. Les Portuguais le font déjà en invitant les retraités qui contribuent à l’économie. C’est pour cela que je soutiens la mesure de E. Macron qui vise à supprimer l’ISF. J’espère qu’il tiendra bon face à la foule haineuse tout droit sortie du kolkchoze et qui veut s’accaparer de l’argent des autres. Pour quelle raison morale on devrait pénaliser la réussite ? Le taux chômage en Amérique est très inférieur à celui qui est en France et ce malgré (ou plutôt à cause de) la politique socialiste menée en France depuis plusieurs décennies. La réduction des impôts et la protection de l’économie nationale font grandir l’économie et baisser la pauvreté. Donc, il n’y a aucun lien causal entre les dépenses pour la défense et la pauvreté ou la violence.

    • NRJ dit :

      @Stoltenberg
      Macron s’est juste fait plaisir en se baladant avec des militaires. Je suppose que c’est pas le pire endroit quand on peut pas sortir dans la rue sans voir des gilets jaunes et que tous les autres gouvernements le critiquent ouvertement et à raison pour être donneur de leçon et être incapable de gérer son déficit publique et la situation en France.

      Après j’espère que vou n’êtes pas sérieux: 4% du pib dans la défense. pourquoi pas 10%. Déjà on n’a pas les moyens (80 milliards de déficit par an ne l »oublions pas). Ensuite même si on les avait, ne pensez vous pas qu’il y aurait d’autres priorités que de dépenser des milliards pour des armes qui ne servent pas ? Le Rafale coûte plus de 100 millions pièce. Un bijou technologique. Jusqu’ici il n’a servi qu’à balancer des bombes sur des pickups djihasites. On n’est pas engagé dans une guerre totale, que je sache? A partir de là, il faut donner les moyens à l’armée de monter en puissance, mais cela n’impose pas forcément d’être à 4% du pib dans l’armée. 2% du pib me semble suffisant.

      Il y a d’autres moyens surement plus utile d’investir cet argent (que l’on a pas à l’heure actuelle, et ce n’est ‘ailleurs pas près d’arriver): dans les entreprises via des réductions d’impôts pour les attirer en France, dans des secteurs sensibles comme les installations nucléaires, l’hydrogène, les moteurs, les nanotechnologies, les batteries électriques etc… Autant de secteurs majeurs voire stratégiques où on se fait soit rattraper soit on se fait distancer par les chinois et les américains. Par ailleurs, le changement de climat sera une source de conflit. Si on veut que la France reste relativement « propre » à ce niveau, on aura besoin d’investir dans des centrales renouvelables et des centrales nucléaires.

      Si nous ne maintenons pas nos capacités sur les technologies sensibles, peu importe la taille de notre armée, on se fera écraser. A partir de là, je ne sais pas si disposer par exemple de 30 sous-marins nucléaires d’attaque est super utile.

      • Stoltenberg dit :

        Si, pour vous, les armes c’est inutile, alors pourquoi vous vous exprimez sur ce site ? Je suis désolé de vous le dire mais malgré le progrès technologique énorme, nous sommes toujours les mêmes homo sapiens sapiens que ceux qui vivaient dans des caves. La guerre fait partie de notre esprit et elle est un moteur de notre développement au cours de l’histoire. Les premiers outils que l’homme a créés servaient surtout à tuer pour avoir un avantage sur les autres groupes. Tuer = conquérir = avoir accès aux meilleures ressources. Ainsi, même le père d’Internet a été, au début, crée par et pour l’armée. Alors que, paradoxalement, c’est par le biais d’Internet que vous propagez vos opinions pacifistes. Regardez, peu avant 1914, l’homme utilisait des biplans en bois pour voler, peu après 1945 il est parti dans l’espace ! Que s’est-il passé entre ces 2 événements ?
        2 guerres mondiales et une guerre froide. Pour conclure : la guerre est toujours un facteur de développement majeur des sociétés humaines. Les armes et l’armée ont une énorme utilité. Autre conclusion : celui qui mène technologiquement dans les domaines militaires mènera par la suite dans les domaines civils car ce sont les mêmes technologies !
        .
        Et je pense que cette logique est toujours d’actualité. Je pense que, après une longue période de paix, d’ici une ou 2 décennies il peut y avoir un conflit armé majeur. C’est pour cela que la France doit se préparer au lieu de stagner comme entre 1919 et 1939.
        .
        La France dépense le plus et prélève le plus. Ceci signifie qu’il y a un énorme problème structurel. Ce problème ne sera pas résolu par nos énarques car il suffirait de voir l’état des finances de leur école pour pouvoir se rendre compte de leur incapacité à gérer l’argent. Il nous faudrait des entrepreneurs et nous avons des bureaucrates, des gens qui n’ont jamais créé un seul poste de travail mais qui sont les premiers à donner des leçons aux autres. Si vous voulez trouver de l’argent, voici où il faut chercher en premier lieu : social, allocs, chômage, salaires des fonctionnaires inutils qui gagnent plus de 100k€ pour rien…
        .
        L’Amérique consacre 4 % de son PIB pour la défense et ils ont une meilleure croissance que nous.

        • NRJ dit :

          @Stoltenberg
          Tout ce que vous dites est vrai… Ou a été. Pendant des centaines d’années, les guerres ont permis aux meilleurs esprits de rassembler et financer des inventions, et donc de faire progresser les modes de vie, chose impossible s’ils étaient restés dans leur fermes à la campagne. Aujourd’hui cependant la découverte des nouvelles technologies par la guerre est négligeable par rapport à une nouvelle invention : l’entreprise privée. Tout comme la guerre est un désir de l’humain, l’appât du gain en est un autre tout aussi important. L’amélioration des moyens de communication fait le reste.

          Si les technologies militaires étaient adaptés dans le civil, aujourd’hui c’est l’inverse. C’est d’ailleurs là l’un des grands tournants actuels. Les exemples sont légion : les moteurs d’avions ont connu deux générations depuis celle du Rafale et le moteur d’avion du NGF sera sans aucun doute adapté lui-même des moteurs développé par Safran pour les Airbus A220 et autres. Car si la guerre impose d’améliorer les performances des moteurs d’avions pour dépasser ceux de l’adversaire, le marché exige également de meilleures performances pour consommer moins (donc mieux) et dépasser le rival en termes de vente. De même pour l’amélioration des processeurs et autres composants électroniques. Ce n’est pas l’armée qui permet ce progrès mais simplement les ventes de nouveaux iPhone.

          Le privé dépasse même largement le militaire dans des domaines ou les militaires étaient en pointe. Typiquement Nexter a développé (à grand frais) le moteur Hyperbar pour donner une maniabilité inégalée au Leclerc. Aujourd’hui un char avec des batteries aurait largement mieux fait pour moins cher. Et puisqu’on parle batterie, celles qui sont utilisée sur le système Félin sont des batteries Lithium-Ion issue du civil car il aurait fallu pour les industries de Défense des années en plus pour le développer.

          Surtout qu’à moins d’avoir un conflit pour mettre la pression aux industriels, ceux-ci n’ont aucune raison d’améliorer ou de créer de nouvelles technologies. On arrive là dans la comparaison de performances entreprise publique- entreprise privée qui n’a quasiment jamais été à l’avantage de la première.

          Après j’aime les armes. J’aime l’armée également et j’aime la technologie, c’est pour ça que je commente sur ce site. Et j’essaie plus ou moins d’empêcher mes passions d’influencer mon opinion en matière économique et politique.

          Après je ne vois pas quel conflit il y aurait dans 10- 20 ans. Je pense que les guerres sont amenées à être toujours plus violentes. Mais l’arme nucléaire est et restera présente pour quelque temps (on pense en particuliers à l’hypersonique qui va rendre obsolète un bouclier antimissile qui n’existe toujours pas). Après l’armée servira je pense surtout d’arme de dissuasion comme la Russie le fait aujourd’hui et à combattre dans des guerres hybrides où on luttera contre un adversaire soutenu par un pays ennemi.

          • NRJ dit :

            Je rajoute un élément : dans la loi du marché, l’armée n’a pas sa place. Si dans le monde de demain l’Europe et la France en particulier ne sert que de sous-traitance aux chinois et aux américains, l’armée n’y pourra rien. C’est en effet là la deuxième lutte : celle des technologies sensibles qui nous rendent dépendantes des autres pays. C’est d’ailleurs là que la Chine, dans sa quête de leadership mondial fait ses plus grands efforts. Que ce soit par le pillage, la rétro ingénieurie, et de plus en plus par l’ingénierie, elle cherche à dépasser ses concurrents occidentaux. Ainsi, non une arme ne sert à rien. Si on est dépendant des autres pays, on ne pourra rien.

            Les USA sont notre deuxième ennemi. Il nous font du racket en mettant des amendes à des entreprises européennes. Alstom s’en est d’ailleurs pris une avant d’être sous pavillon américain sous General Electrics. A priori, il y sera également de faire usage de la force pour demander l’arrêt de ces amendes.

        • Stoltenberg dit :

          NRJ : Le développement des moteurs à réaction a commencé au début des années 30 environ (par les Britanniques et les Allemands indépendamment). Le 1er avion de ligne à réaction c’est la fin des années 50, soit 25-30 années d’écart. Quelle entreprise privée serait capable de développer un projet aussi long et aussi coûteux du début jusqu’à la fin? Aucune. Les premiers ordinateurs datent du programme Ultra (pour casser le code de l’enigma) et du projet Manhattan (ainsi que de sa suite pour faire des calculs avec la méthode Monte Carlo par exemple). Les premières diodes et transistors à SC (c’était essentiellement du germanium à l’époque) ont été développés pour servir dans les systèmes radar, de communication etc. Aucune entreprise privée ne serait capable de conduire de tels travaux (dans les SC ou dans le computing) seule. Ce n’était pas rentable. Quand Marconi a inventé la radio, la Royal Navy était son seul client (pour faciliter la coordination des manoeuvres). Aucune entreprise privée ne s’est intéressée à l’invention. À votre avis, quelle entreprise privée serait capable de mettre en place le système GPS ? Aucune. L’armée Américaine a une meilleure qualité du service GPS que votre smartphone dernière génération ! Et le GPS a permis le développement de tout un tas de services qui vous font croire que « les armes ça ne sert à rien ». Eh ben, le GPS c’était une arme. Tout comme l’Internet (ou plutôt le DARPAnet à l’époque). Vous imaginez l’état dans lequel nous serions économiquement et technologiquement sans l’Internet ? Et pourtant l’argent qui a servi a développer le net faisait partie de ces 4 % (ou peut-être plus à l’époque) du PIB pour na défense… Avant que le Concorde ne franchisse le mur du son, il y avait le Bell-X1. Avant que SpaceX ne développe ses produits, il y avait les missiles militaires V2 et autres.  Autre exemple : les banques ont besoin de nombres premiers très grands afin de pouvoir chiffrer et sécuriser leurs transactions et leurs systèmes électroniques. Il n’est, bien évidemment pas facile de trouver ces chiffres. À votre avis, elles font comment ? C’est l’armée qui leur passe ses anciennes clés de chiffrement ! Quand vous regardez les technologies du futur telles que l’IA et la robotique, les systemes de communication de générations futures, les systèmes laser (ou optiques), les nouvelles technologies dans le domaine de l’énergie, c’est l’armée qui a souvent été la première à commencer à les développer et qui finance massivement leur développement. Demandez à Google combien d’argent leur donne l’Armee américaine pour la R&D ou en tant que client. Pareil pour SpaceX. Bref, je pourrais multiplier les exemples par centaines… Vous n’allez pas me convaincre… Et je ne veux pas dénigrer le secteur privé car lui aussi fait des choses merveilleuses et c’est souvent lui qui fait ma R&D pour les militaires. Je ne veux pas être mal compris. L’armée reste néanmoins un moteur important du développement car « puissance militaire » et « pays développé technologiquement », ça va ensemble.
          .
          En ce qui concerne le prochain conflit, s’il est voulu, ce ne sont pas les prétextes qui vont manquer. Comme en 1914, le meurtre de l’Archiduc Ferdinand n’était qu’un prétexte. Le conflit était voulu car chaque nation voulait accomplir ses objectifs qui ne pouvaient pas être atteints sans faire la guerre. Depuis 1945 et la guerre froide, nous avons appris à vivre avec la menace nucléaire. L’homme va certainement développer une manière de faire la guerre sans avoir recours à ce type d’armes. Tout comme aucun belligérant n’a utilisé militairement d’armes chimiques pendant la 2ème guerre mondiale. Aujourd’hui, nous observons une volonté de conflit grandissante. Le monde s’est reconstruit après la Grande Grande Guerre (c’est à dire 1ère + 2ème GM). Tous les indicateurs démographiques et économiques le démontrent.

          • NRJ dit :

            @Stoltenberg
            Vous confondez budget de Défense et budget de recherche. Et je vous rejoins sur le fait qu’on ne peut laisser la recherche qu’au privé. Certains programmes doivent être mené sur des années et avec des moyens importants, plus que ce que le privé pourrait investir (car il est limité par la faillite). On prend le projet ITER, il n’aurait jamais pu être mené par le privé et pourrait avoir un impact direct et indirect considérable (matériaux, laser, …). C’est pour ça que la recherche a son propre budget et que certains acteurs privés la financent partiellement dans certaines écoles. Maintenant est-ce qu’en donnant à la défense 4% du pib on l’investira dans la recherche ? Non. La Défense développe ce qui lui faut et produit ce qui lui faut. En d’autres termes on n’a pas besoin de 30 sous-marins nucléaires d’attaque pour aider la recherche en France mais plutôt des 6 qu’on a et de 10 milliards qui sont associés à leur construction (je simplifie).

          • Stoltenberg dit :

            Vous confondez tout. Une commande de 30 sous-marins va bien permettre à Naval Group de mener des travaux de recherche sur la prochaine génération de sous marins avec efficacité. Et va également inciter d’autres pays à en acheter. Ainsi, la défense finance directement ou indirectement de NOMBREUX programmes de recherche qui sont stratégiques dans le domaine militaire mais aussi dans le domaine civil. Lisez l’article sur les recherches sur la nouvelle génération de l’intelligence artificielle menée par la DARPA. C’est bien le budget de la défense qui finance la DARPA et non pas celui de la recherche! Et il la finance à hauteur de 2,970 milliards de dollars! C’est énorme. Consultez la rubrique « Projets actuels » sur la page Wikipédia de la DARPA. Que des technologies du futur!

          • NRJ dit :

            @Stoltenberg
            Je me suis mal fait comprendre. Au lieu de produire 30 sous-marins à 400 millions pièce en production + 100 millions de recherche, on ferait mieux d’avoir 6 sous-marins à 6×0,4 =2,4 milliards de production + 30×0.1=3 milliards de R&D. Ainsi ça laisserait
            15-(3+2,4)= 9,6 milliards à investir soit pour la recherche dans ce programme soit dans un autre (on en enlèvera peut-être 2 milliards pour conserver les compétences dans des projets annexes). Comme on n’a pas un budget illimité, ce serait plus économique et efficace que d’avoir 30 sous-marins inutiles. On se concentre donc sur la recherche en limitant le nombre au besoin de notre époque.
            Merci pour le lien. Je lirai cet article sur la darpa

        • albatros24 dit :

          Les Etats unis sont protectionnistes et ceci bien avant Trump et très keynésiens, ils dopent leur économie grâce aux industries militaires et dans le passé spatiales. Reagan avait ainsi eu la peau de l’URSS et pu doper son économie entière à pu de frais. Ils ont la planche à billet très facile dans ce pays, peu importe la dette et l’inflation, leur monnaie est étalon et mondiale
          Internet vient du secteur militaire d’ailleurs…l’internet a dopé leurs enteprises (les GAFA) par centaines de milliards de Dollars.
          Tout le contraire de ce que prônent les néo libéraux. Les Etats unis sont pourtant le pays le plus keynésien qui soit. Et que dire de la Chine avec son capitalisme public (ses entreprises sont aux mains du PCC) son économie de marché hyper protectionniste et pratiquant le dumping à échelle industrielle…
          Le libéralisme, nous nous l’imposant à nous même avec sa rigueur pour le spetits et son faste pour les ultra riches, du fait de la volonté de nos élites de l’énarchie en collusion avec les autres technocrates européistes et sans frontière de l’Europe.
          Nous avions une avancée formidable avec l’Europe, avec LE FEDER, avec Erasmus,…Mais on en a fait au final une machine technocratique au service d’une idéologie néo libérale contraire à l’humain (économiquement mais aussi écologiquement).

      • Jm dit :

        La dernière fois que j’ai lu quelque chose d’approchant, c’était le rapport d’un député socialiste datant de 1935 / 1936.
        Ça a été appliqué , réduction des moyens militaires au profit des entreprises, etc.
        On a vu ce que cela a donné en 1939.

        • Stoltenberg dit :

          Exact.

        • NRJ dit :

          @Jm
          La dernière fois que j’ai vu un pays faire fi de ses problèmes budgétaires ça a donné la Grèce en 2010. Son budget de Défense est resté à 2% du pib c’est vrai. Mais entretemps son pib est tombé et son budget est passé de 6 milliards à 4 milliards.

          • albatros24 dit :

            Tout réduire à un problème de budget fait de vous …un comptable et seulement un comptable.
            Comme disait De Gaulle : « l’Intendance suivra » en parlant de ses réformes (trop) couteuses (pour vous) à financer par l’économie et le ministère idoine. Nous étions pourtant en déficit.
            Et que dire du déficit des EU ?
            Vous avez tout faux en comparant le budget d’un ménage à celui d’un Etat industrialisé. Pas du tout les mêmes logiques et mécanisme heureusement.
            Même la Chine a des dettes et une monnaie de singe.
            Voir mes posts plus hauts et précédents..

          • NRJ dit :

            @Albatros24
            Désolé de rappeler que la France n’a pas des moyens illimités. Pourtant je suis sur que si Macron, Hollande avant lui et Sarkozy n’aurait pas hésité à faire s’ils pouvaient 0 impôts à chaque français avec des budget de leurs ministères tous à 100% du pib (non c’est vrai 100% c’est pas assez pour des ministères comme la culture, va pour 500% du pib par ministère). Si c’est votre définition de comptable, ça ne regarde que vous. Moi je pense que c’est simplement du bon sens que de dire que l’on ne peut pas jeter l’argent à tout va.

            « L’intendance suivra ». Amusant. De Gaulle vivait pendant le 30 glorieuses. Et le déficit n’était pas ce qu’il est. Il n’ y avait même pas de déficit à l’époque. Donc dites pas de bêtises. Ça me rappelle par ailleurs ce que disaient les généraux allemands pendant Barbarossa : « la logistique suivra ». Ben finalement les allemands ont échoué à Barbarossa en particuliers à cause de la logistique. Il serait temps pour vous d’avoir un esprit un peu critique avant de faire de telles déclarations.

            Enfin, comble, vous prenez en exemple les USA et la Chine comme si tous les pays se valaient. Mais tous les pays ne se valent pas. Ils savent simplement mieux attirer la confiance de leurs investisseurs. D’ailleurs Obama en son temps a du faire des coupes budgétaires. Ça ne vous choque pas d’ ailleurs que Macron se sente obligé d’augmenter des impôts alors qu’il est si facile de s’endetter ? (Ne me dites pas que c’est la faute de l’UE. Tout le monde sait qu’elle ne fait rien. D’ailleurs Macron a fait passé le déficit à 3,1% et ils n’ont rien dit.

        • albatros24 dit :

          Pas d’accord avec vous Jm.
          Nous avions un gros problème de commandement et de motivation surtout en 1940 et de nos élites principalement pas de la base le peuple…
          En 1914 note situation militaire était pire, on se battait en bleu et rouge pétard et on avait pas de mitrailleuse, on chargera à la baïonnette pendants des mois avant de se faire accompagner de tanks et d’avions. Au final 1.3 millions de morts au champ d’honneur.
          Mais on avait un commandement qui prônait l’attaque et tout un peuple et une industrie qui suivaient malgré les erreurs grossières.
          En 1940 les soldats étaient prêts à se battre comme ceux de 14 en fait…
          https://www.youtube.com/watch?v=w6C5P-AYGdY

    • Gil & Joan dit :

      L’on pourrait aisément augmenter les budgets en fabriquant autant de monnaie qu’il nous en faut.
      C’est ce que la France faisait jusqu’en 1972 mais cette année-là le SME (serpent monétaire européen) a arrimé notre Franc au Deutschemark.
      De plus, ne pouvant pas fabriquer de la monnaie pour équilibrer notre budget, nous avons commencé d’emprunter : ce qui nous a progressivement amené à l’endettement catastrophique d’aujourd’hui.
      De plus, à cause de cette contrainte le Franc devenait trop fort et entravait nos exportations.
      Depuis cette époque le chômage est devenu endémique en France.

      • Stoltenberg dit :

        Imprimer des billets = voler les citoyens et détruire l’économie. La France a besoin d’un assainissement budgétaire et non pas d’une imprimerie de billets.

        • albatros24 dit :

          La différence entre vous Stoltenberg et Gil et…c’est que vous êtes un comptable et lui (comme moi) un économiste.
          Il faut aimer l’économie, la comptabilité j’en fais tous les jours au boulot et on fait dire ce qu’on veut aux chiffres…en plus c’est vraiment chiant, je fais pas que cela heureusement.
          L’assainissement budgétaire que vous appelez de vos voeux les plus ardants c’est avant tout de la rigueur. Il faut appeler un chat un chat.
          Vous faites comment pour payer une dette de 2200 milliards d’Euros ?
          Quel est l’intérêt de solder sa dette pour un Etat fiable qui paie ses intérêts rubis sur l’ongle et qui a les moyens de le faire dans un monde où peu d’Etats sont solvables et forts et où les « zinzin » se précipitent et se concurrencent pour lui proposer des crédits à des taux à 0.25 % voire…négatifs ?
          Vous pensez que dans deux jours cela ne va plus durer ?
          Que faites vous de la confiance alors ?
          S’il n’y a plus de confiance, ils vont prêter à qu alors ?
          L Allemagne l’UK les EU …ont plus de dettes que nous.
          Pas la Suisse ou le Liechtenstein oule Luxembourg c’est vrai ni le Danemark, de grandes puissances économiques…
          Ils vont prêter à personne alors ?
          Donc je continue votre logique comptable de boutiquier : vous payez 2200 milliards et pour cela vous abolissez 50% de vos dépenses publiques dont sociales et vous licenciez 2 à 3 millions de fonctionnaires ..OK logique : vous êtes un comptable mais pas un économiste.
          Résultat : vous payez votre dette tous les mois mais au final votre économie…par terre faute de croissance – Etat en baisse de dépenses , pasde subvention pour les collectivités, associations, fournisseurs du public : ça fait du beau monde, salaire des fonctionnaires, quasiment pas de commande pour vos entreprises de BTP, vos grandes surfaces, vos industries sont déjà très fragilisées par la mondialisation…ça empire puissance 10 et très forte hausse des gilets jaunes (va falloir en mettre des policiers et gendarmes de permanence le samedi…je plaisante).
          Vous faites cela avec une politique de rigueur du type que celle de Barre c’est de l’amusement à côté… Mais vous aurez toujours la dette à payer…vous aurez toujours des coûts et beaucoup moins de gens capables de consommer ou de payer des impôts et taxes (l’argent circule) puisque vous venez de licencier 2 millions de CDI qui peuvent emprunter facilement en plus (ça dope l’économie le crédit). Et les boites qui vous avaient comme client perdent une sacré part de leur chiffre d’affaire voire au pire licencient (beaucoup de boites ne vivent que par ce qu’elles font des travaux pour des Région, communes, fonctionnaires qu construisent leur maison, fournissent des aliments aux cantines,…). Mais vous savez tout cela, vous maîtrisez comme comptable.
          Au final à ce rythme dans 1 siècle votre dette s’est accrue avec les intérêts (en plus de cela vos créanciers voient que les impôts rentrent moins bien et donc augmentent les intérêts de leurs crédits)…et vous mourrez guéris de la maladie avec une dictature au pouvoir car un Etat ne peut faillir…dur à comprendre pour un comptable néo libéral.
          La dette importe peu pour un Etat moderne et stable aujourd’hui. Cela dépasse les gens , mais c’est ainsi. Cela repose sur la confiance l’économie aussi.
          Si vous voulez vraiment comparer un Etat avec un ménage, en terme économique prenez un exemple que tout un chacun peut comprendre.
          2200 milliards c’est notre dette publique tout confondu (je ne parle pas de la dette privée) c’est 100% du PIB soit ce que produit en richesse la France en un an.
          Donc imaginez un ménage qui gagne 45 000 € par an et qui a une dette de 45 000 € et qui paie des crédits tous les mois (comme l’Etat d’ailleurs). Et en plus qui dispose d’un livret avec 100 000 € dessus e (car figurez vous les français sont plus riches que les allemands avec plus de 5 000 milliards…étonnant non ?
          https://www.lesechos.fr/04/05/2018/lesechos.fr/0301638019874_epargne—les-francais-plus-riches-que-les-allemands.htm
          journal néo libéral…ça devrait vous plaire comme lecture)
          .
          Vous croyez vraiment que ce couple soit en faillite ?
          Si oui : j’ai du soucis à me faire avec mes crédits dont un immobilier à plusieurs dizaines de milliers d’Euros. Et je dépasse largement en plus mon salaire annuel. Pourtant il me semble que ça baigne pour moi quand même …je suis fou peut être ?
          De l’économie de bar …voilà ce que sont les arguments néo libéraux. Ils s’adressent à des gens peu formés à l’économie dans le but de servir les intérêts d’une minorité..dont je pense que vous ne faites même pas partie en plus…mais vous êtes comptable, c’est vrai.
          Demandez à un prof d’économie de lycée il vous expliquera que la dette l’inflation ne sont pas graves mais consubstantielles à l’économie et à la monnaie qui circule. De même que les crises.
          Les Etats les plus libéraux qui soient au monde sont les plus keynésiens…et ceux qui croient le moins en la « main invisible » ou même la courbe de Laffer…
          Je ne vous explique pas, puisque vous avez des connaissances en économie.

      • NRJ dit :

        @Gil et Joan
        Vous êtes sérieux ?
        Votre méthode est infaillible. Il n’y a pas à dire : on règle nos problèmes de dette en fabriquant de l’argent.

        Ce que vous dites s’appelle l’inflation. Et s’il y a une chose que vous oubliez c’est que l’argent est un symbole pour un bien ou un service. C’est donc représentatif de quelque chose de concret pour éviter de passer par le troc ce qui simplifie les échanges commerciaux.

        Heureusement votre idée n’est pas nouvelle. Certain l’ont déjà mis en application et on en a vu les résultats : l’Allemagne en 1920. Le résultat est à la hauteur de l’idée : remarquable. De 4 Mark pour 1 dollar en 1914, on est passé à 8 Mark pour 1 dollar en 1918 puis à 4200 milliards de Mark pour 1 dollar. La conséquence est simple : les gens faisaient des courses avec des brouettes d’argent, plus personne n’avait confiance en cette valeur et ça a entraîné une crise économique car plus personne n’avait confiance en la monnaie et donc il n’y avait plus d’échange.

        Le fait de changer notre euro en franc ne permettra pas de réduire le déficit. Être en déficit en euros est exactement la même chose qu’être déficit en franc. Et jusqu’à Giscard d’Estaing la France n’était pas en déficit. C’est Mitterand qui a bien commencé l’oeuvre en 1981 jusqu’au « virage de la rigueur » ayant eu « l’intelligence » de faire exactement l’inverse de ce qu’il avait fait jusque là (il était arrivé à l’étape juste avant l’arrivée du FMI, on était presque dans la situation de la Grèce de 2010). Il a d’ailleurs fait 3 dévaluations successives pour améliorer à court terme la situation française. Comme la France dépend plus de son importation (toutes les matières premières) que de son exportation , ces dévaluations non seulement ont rien réglé mais ont été catastrophiques à long terme. Mais à court terme ça faisait passer la pilule.

        • Davy Cosvie dit :

          Il y a bien d’autres solutions pour se dépêtrer du piège où le SME de 1972 et ses avatars successifs, de plus en plus graves, nous a coincés. Notamment il faut analyser correctement la situation et éviter les questions mal posées : par exemple la question « faut-il sortir de l’€uro et revenir au Franc ? », c’est une mauvaise question dont il faut sortir.
          Depuis 1972 nous avons peu à peu et de plus en plus perdu notre souveraineté monétaire. De ce fait, prendre la maîtrise de l’€uro est une meilleure solution que d’en sortir bêtement et brutalement.
          Meilleure solution parce que la dévaluation qui s’ensuivra favorisera nos exportations hors de la zone €uro.
          Mais bien entendu pour faire ça il faudra avoir le courage d’affronter les protestations de nos « partenaires » (= faux amis) parce qu’ils n’y trouveront pas leur compte.
          Le courage aussi d’affronter le matraquage médiatique s’appuyant sur le quasi-catéchisme que l’on fait répéter à tous les étudiants en économie-finances publiques depuis plus de quarante ans.

        • albatros24 dit :

          Le problèmes des socialistes est d’avoir fait de la relance dans un cadre européen où les autres faisaient de la rigueur dont l’Allemagne, nous avons ainsi importé beaucoup de voitures et machines d’Allemagne et de matériel hi fi du Japon…sans beaucoup de droits de douane.
          Les Etats unis ou la Chine se protègent toujours. bien qu’ils soient très riches. et que tous les néo libéraux les brandissent comme des exemples à suivre. Seule l’Europe est grande ouverte car nous sommes dirigés par des technocrates néo libéraux. L’arrivée massive des immigrants à très bas coût est une aubaine pour baisser nos coûts et au final le salaire de tout le monde car l’Euro aussi subit de l’inflation.

      • Gil & Joan dit :

        @ Stol @ NRJ
        Vos réponses ne sont rien de plus que de l’idéologie mais c’est normal : en 1972 la mise en place du SME s’accompagnant, je m’en souviens très bien, d’une campagne médiatique pour expliquer aux Français qu’il leur fallait une monnaie forte.
        .
        Simultanément les étudiants en économie devaient savoir réciter ce que vous m’expliquer s’ils voulaient obtenir leurs diplômes.
        Seuls de tartes auteurs (Alfred Sauvy notamment) publiaient des points de vue différents mais on n’avait pas intérêt à les suivre : la nécessité du Franc fort était un dogme incontournable.
        Les étudiants d’alors sont devenus professeurs et ont enseigné le dogme, en toute bonne foi (comme vous êtes vous aussi certainement de bonne foi).
        C’est ainsi que depuis 1972 l’on n’a pas le droit de dire que l’inflation modérée et correctement gérée est favorable à l’économie.
        Mais grâce à @internet l’on peut contredire le dogme et ça nous laisse donc un espoir de nous en sortir.

        • Gil & Joan dit :

          Méfaits de la saisie automatique sur smartphone : lire « rares auteurs » et non « tartes auteurs ».

        • NRJ dit :

          @Albatros24
          Un pays comme la France a besoin d’une monnaie forte. La raison est simple : on est un pays importateur. Quasiment toutes nos matières premières (pétrole en premier) viennent de l’étranger. Et je ne parle pas des produits (cherchez chez vous il y aura plein de made in étranger). On exporte quoi ? Quelques avions, un peu de matière agricole et des armes. Il suffit de regarder notre balance commerciale. Par ailleurs si l’euro a été un peu dévalué ces dernières années, c’était aidé en particulier par la baisse du prix du pétrole.

          « l’inflation modérée et correctement gérée est favorable a l’économie ». Oui je suis d’accord. Il y a d’ailleurs une banque centrale européenne dont c’est le boulot pour l’euro et une fed pour le dollar. Mais si On laisse un gouvernement gérer, il utilisera cette inflation pour distribuer et améliorer la situation à court terme sans rien régler derrière (mais le but d’un tel gouvernement est simplement la réélection et non l’intérêt national). C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’Allemagne a refusé que ce soit les gouvernements qui aient le contrôle de l’euro. Ils avaient en tête les souvenirs de 1920 et probablement aussi les dévaluatiuons de Mitterand qui n’ont qu’empirer la situation.

      • albatros24 dit :

        Gil et Joan a (ont ?) raison
        Nous n’avons plus la maîtrise de notre monnaie et masse monétaire qui est créée par les banques privées depuis l’intronisation de l’Euro, le taux étant fixé par la BCE.
        Nous avions déjà été arrimé au SME (serpent monétaire puis système monétaire européen) et donc au DM, une monnaie très forte avant 2001.
        L’Allemagne produit de la techno recherchée des machines outils des moteurs, elle a très peu augmenté ses salaires durant des décennies (avec Shröder et les lois Hartz) et les bénéfices de ses ventes vont aux entreprises allemandes qui sont devenues très riches au point d’acheter beaucoup de boites en Europe. Elle a une économie d’export et l’Euro fort est un moyen puissant pour augmenter encore ses profits. C’était la condition de son accord pour une monnaie unique. Le DM a mangé l’Euro.
        Mais notre économie produisait du moyen de gamme, et nos industries ayant coulé ou s’étant délocalisées ou étant avalées puis fermées,nous n’avons plus la possibilité de faire du haut de gamme, comme on le faisait il y a longtemps.
        Si nous avions une monnaie faible nous pourrions à nouveau ré industrialiser la France car l’économie est mondialisée et il faut gagner des parts de marché pour vendre dans notre segment de production (nous faisons du moyen de gamme),nos salires avec un SMIC à 1200 environ sont trpo chers…mais sont ils braiment trpo chers pour les salariés au SMIC ?
        Dans nos secteurs haut de gamme très chers et donc profitables comme le luxe ou l’aéronautique, pas de soucis car c’est de la haute qualité et donc un prix très élevé. Les très riches sont prêts à payer très chers pour des produits rares que nous pouvons produire (objets,, mobiliers de l’artisanat, cuisine, bateaux de plaisance, avions d’affaire, habillement de luxe, bijoux, voiture genre Bugatti,…). Dans d’autres industries nous avons un savoir faire reconnu et nous parvenons à contrôler les prix (paquebots géants par exemple ou militaire). Dans toutes nos autres industries (quand il en reste) où nous sommes en forte concurrence avec des pays à bas coûts (Asie mais aussi Europe de l’Est ou Maghreb), nous sommes trop chers. Donc on est obligé :
        -soit de délocaliser pour garder de la compétitivité vers ces pays à bas coûts (ce que fait Renault par exemple, ou nos centres d’appels téléphoniques, avec beaucoup de personnels parlant quelques fois un français hésitant mais avec un salaire ridicule),
        -ou alors rogner nos salaires et dépenses sociales : ce que veulent faire les libéraux…
        Mais nos géants du CAC 40 sont très profitables (plus de 56 milliards reversés aux actionnaires en 2018) alors que ces groupes paient peu ou pas leurs impôts en France (34 milliards payés dans des pays étrangers et donc qui échappeent au fisc français chaque année).
        Cela a un coût social et fiscal phénoménal pour notre société depuis 20 ans.
        Je rappelle qu’en 2000 nous étions industriellement et économiquement devant l’Allemagne qui devait en plus gérer la réunification, mais nous avions encore des industries compétitives qui innovaient grâce à de l’investissement. L’état de nos routes était salué par les étrangers,…
        Depuis tout part en quenouille.
        Nous avons besoin de liquidités pour renforcer nos infrastructures de communication (y compris internet car nous sommes devenus des lanternes rouges : l’Italie dans ce dernier domaine ou l’Espagne nous ont dépassé), nous avons besoin d’investissement dans la recherche, la formation technique et l’apprentissage, et le secteur de l’armement est un des rares qui soit encore national en grande partie (et profitable).
        Les quelques boites étrangères qui se sont installées chez nous sont venues du fait de la qualité de l’education (technique), des infrastructures, de notre position géographique en Europe et de notre productivité, une des meilleures du monde du fait des 35 heures justement (allez expliquer cela à une personne qui confond économie d’un Etat et bonne gestion de père de famille…pas évident).
        Tout cela est évident, mais réclame des positions « révolutionnaires ».
        On peut aussi tout simplement s’astreindre de cette religion des 3%, en imposant que notre budget militaire soit voté à huis clos et déclaré secret défense du fait que nous somems en guerre congtre l’islamisme (commode) et que nous défendons la démocratie et l’Europe. Et s’il faut paye des amendes payons les alors cela reviendra moins cher de payer des amendes à Bruxelles que de se passer de ressources indispensables en dizaines de milliards.
        Le fait de fiscaliser nos géants du CAC40 et en fiscalisant moins nos PME tout en poursuivant mieux l’évasion fiscale (faut embaucher des douaniers et inspecteurs des impôts pour cela :le Gvnt va le faire mais pour gérer l’après Breixit en fait) et en baissant l’optimisation fiscale (qui nous coûte plus de 64 milliards par an), cela permettrait de mettre à l’équilibre notre budget et sur plusieurs années baisser notre dette sans beaucoup d’effort.
        Mais nos énarques sont sur une planète néo libérale, leur logiciel n’est pas celui du bon sens paysan mais celui d’une doctrine que les Etats unis n’ont jamais vraiment appliqué eux qui font du keynésianisme depuis des lustres et grâce à leur budget de la Défense dopent leur économie (par ailleurs très protectionniste, comme la Chine ou l’Inde). L’Europe est grande ouverte …pas les autres. Car l’Allemagne exportatrice y a fortement intérêt, pas nous…

    • Eric dit :

      4 % ??? Vous avez forcé sur la fumette ? Vous savez combien ça représenterait ?
      je vais vous le dire : plus de 85 milliards d’euros ! cinquante milliards de plus qu’aujourdhui ! Vous comptez les trouver où ? Parce que c’est presque autant que le déficit budgétaire annuel du pays !
      Et par pitié, ne venez pas me parler du coût de nos politiques ou de l’immigration, parce qu’on est loin, très loin du compte.
      En vérité, outre une augmentation inévitable de la pression fiscale, il faudrait tailler à la hache dans les retraites, les prestations sociales, l’assurance chômage ou les dépenses de santé, sans même parler des investissements ou de l’enseignement et la recherche (que vous prétendez par ailleurs vouloir augmenter) ! Vous êtes prêt à payer beaucoup plus cher pour vous soigner ? Prêt à payer encore plus d’impôts ? Prêt à risquer une insurrection dans ce pays ?
      Soyons un peu lucide : rien que l’objectif des 2 % d’ici 2025 (plutôt 2027 d’ailleurs à mon humble avis) sera déjà financièrement très difficile à atteindre.

      • Stoltenberg dit :

        1. Dépenses sociales, allocs etc. et fermeture ou réduction d’effectifs dans les agences étatiques qui s’en occupent.
        2. Fin des 35h et de la fermeture forcée des magasins et autres services (le dimanche par exemple).
        3. Diminution des salaires des hauts fonctionnaires et suppression de Commissions de Rien etc. (comme celle de Mme Jouanno).
        4. Réduction drastiques des impôts sur les entreprises et de l’impôt sur le revenu pour sur le revenu, charges etc. pour que le travail paye et pour inciter les gens et les entreprises à générer de la valeur ajoutée en France.
        .
        Il y en a pour combien là ?

        • Polymères dit :

          Il est toujours facile de dire « il faut », mais honnêtement, voyez le contexte social en France, pensez vous un seul instant que la population acceptera cela? Déjà aujourd’hui figer un point d’indice, augmenter légèrement une cotisation ou une taxe et certains sont prêts à tout bloquer, à faire une révolution, les adeptes du « on veut dépenser moins, recevoir plus » sont nombreux.
          Arrêtons donc de dire réduisons ceci ou cela, sans en mesurer les conséquences par ce que ce sont des choses qui ne vous concerne pas.
          Des solutions pour faire des économies ou augmenter les recettes, tout le monde en quelques minutes peut en faire une liste, le problème c’est l’impact que cela va engendrer, les retraités accepteraient-ils d’avoir moins de pensions pour augmenter le budget de la défense? Faîtes le tour et trouvez moi le pourcentage de ceux qui sont favorables à cela, trouvez moi le des chômeurs et autres acceptant de ne plus recevoir leurs allocs, les étudiants avec des APL (rien que 5€ de réduction et on a flirter avec un mouvement d’ampleur), de ceux qui ont des enfants et à qui on enlève 100€, etc…
          Vous pouvez faire le tour, vous ne trouverez pas beaucoup de partisans et comme souvent, vous comme d’autres, vos exemples d’économies vous les trouvez chez d’autres et dans des endroits qui ne vous toucheront pas.
          .
          Tout est bien plus subtil, il faut jouer avec tact et même si ça n’est pas votre cas, les français dans leur majorité ne sont pas pour donner plus pour l’armée, ils se diront favorable à une augmentation du budget des armées, mais il ne faut pas que cela leur coût un seul euros de plus.
          La priorité c’est d’avoir une situation économique saine pour éviter que l’effort ne soit qu’un coup de quelques années et qu’après on tombe dans une crise économique. Supprimons le déficit, comme les allemands, eux dans leur situation actuelle, ils pourraient d’une année à l’autre augmenter de 10 ou 20 milliards le budget de la défense sans que cela ne pose fondamentalement un problème, pour moi, on doit arriver à ce niveau là, d’un déficit ou d’un excédent budgétaire permettant une augmentation massive, sinon il faut faire comme aujourd’hui, une augmentation progressive sur la durée.

          • Stoltenberg dit :

            Avez-vous au moins lu mon commentaire ? Je ne fais pas partie de ces magiciens populistes qui vont vous trouver les solutions magiques (qui, en réalité, mènent à la catastrophe) comme imposer les riches et les entreprises (qui vont tout simplement partir et, par conséquent, ne payeront pas un seul centime d’impôt en France) ou sortir de l’UE. Je fais partie de ceux qui disent la vérité telle qu’elle est, quitte à blesser certains. Donc oui, le système redistributif est immoral (l’état ne peut pas s’arroger le droit d’imposer à outrance une minorité dont le seul « crime » est d’avoir reussi leurs vies, du point de vue moral il n’y a pas de raison pour laquelle les riches et les moyens devraient être obligés de payer pour les pauvres), injuste et surtout inefficace. Je n’ai jamais dit qu’il fallait augmenter telle ou telle taxe ou baisser les retraites. Relisez mon commentaire ! C’est tout le contraire ! Alors oui, il faut supprimer (graduellement) le social mais, en même temps, il faut baisser les impôts sur les revenus, les charges et d’autres impôts qui pèsent sur les gens. Sachant qu’un employeur paye quasiment le double du salaire net de son salarié. Et ça va dans les caisses de l’état. Il y a donc moyen d’augmenter les salaires des Français d’un facteur 1,5 minimum ! Qui va protester contre une telle hausse ? Mis à part les sociallos qui vont voir leur électorat (à qui on mentait pendant les décennies) filer, personne. Et je suis d’accord avec vous sur le desendettement.

      • Gil & Joan dit :

        Alors je vais moi aussi répéter ce que j’écrivais plus haut.
        Pour augmenter les budget sans s’endetter, l’on peut faire comme on faisait avant l’instauration du SME en 1972 : fabriquer autant de monnaie qu’il nous en faut.
        C’est inflationniste mais un peu d’inflation ne fait pas de mal parce que ça encourage l’emprunt donc la consommation et l’activité économique (à deux conditions : imposer que les salaires suivent et instaurer des droits de douane).
        .
        Aujourd’hui, grâce à l’€uro, l’inflation sera modérée parce qu’elle sera absorbée par l’ensemble de la zone €uro.
        Mais tout ça, hélas, est contraire à l’idéologie européiste dans laquelle nous sommes englués.

        • Stoltenberg dit :

          Pour finir comme le Zimbabwe ou comme la République de Weimar ?

          • albatros24 dit :

            Je finis par trouver Gil et Joan très sympa et courageux de dire la vérité…
            Les Etats Unis et la Chine appliquent très exactement cette politique de planche à billet de protectionnisme depuis des dizaines d’années et dopent leur économie par une planche à billet et des taux variables, ils protègent leur économie et bien du courage pour leur vendre quoi que ce soit, cela a empiré avec Trump.
            Par contre vous achetez des Apple et mangez du Mc Do KFC, êtes fournis en produits fabriqués par des mineurs chinois qui travaillent 10 à 12 heures par jours 6/7..partout en France.
            La République de Weimar avait fait exprès on le sait maintenant de laisser filer son inflation pour ne pas rembourser en fait (par de la monnaie de singe) la France pour les réparations de 14 18. Son économie s’étant redressée, les français de l’époque l’avaient bien vu et donc avaient réclamé leur dû…d’où cette inflation gigantesque que Adolf nous reprochera ensuite d’ailleurs – justification facile pour nous affamer ensuite durant l’Occupation.
            Pour le Zimbabwe, vous nous comparez avec une dictature africaine et je ne connais pas exactement leur politique économique …mais peut être avez vous des éléments intéressants. Quoique l’Afrique est mal partie comme disait l’autre.
            Dans notre cas, une monnaie faible est indispensable pour se réindustrialiser dans une économie ouverte en Europe et dans le monde. Mais seule l’Europe joue le jeu de la mondialisation pas les autres qui font du protectionnisme et du keynésianisme à très haute dose. Je l’ai dit plus haut…bis repetita.
            Nos énarchistes sont des néolibéraux en même temps que des haut fonctionnaires (donc payés par vous et moi) et pantouflent dans des grosses boites et banques de temps en temps…il est normal qu’ils renvoient l’ascenseur quand ils sont au pouvoir. Et ils le font. Puis ils se font re embaucher avec un meilleurs salaire. C’est du business de nos élites.
            Voyez Montebourg le pauvre qui n’est pas énarchiste et qui rame pour un job maintenant.

  5. Le sicaire dit :

    La fierté me parait toujours suspect et en tout cas peu respectueux des autres… je préfère des qualificatifs plus humble tels que heureux, content, chanceux…

    • Stoltenberg dit :

      Les termes que vous avez utilisés sont très mal choisis et peuvent blesser certains. Heureux et contents veut dire que les autres n’ont pas ce privilège ! Chanceux veut dire que les autres ne le sont pas ! De plus, vous n’avez pas utilisé l’écriture inclusive ! Vous êtes machiste et misogyne ?
      .
      Sérieusement, il faut arrêter la novlangue…

    • jyb dit :

      voraces, tranchants, tenaces… Le pr s’adresse à des paras.

  6. Jm dit :

    Les Armées ; seul endroit où il savait que personne ne dirait rien.
    Quel courage de la part de notre chef…..

    • Électeur dit :

      Le service comm’ de l’Élysée avait deux motif de faire venir Macron devant les militaires :
      1) il ne risquait pas de se faire huer : parce que les militaires sont respectueux de la fonction présidentielle.
      Le service comm’ pourra donc essayer de faire croire que la réserve (pourtant formelle seulement) des militaires présents était une approbation.
      Croire ça, ce serait mal les connaître
      : leur politesse n’empêchera pas les militaires, lorsqu’ils voteront un dimanche en civil, de faire dégager ce petit monsieur qui fut élu par défaut à cause d’un système politique déficient.
      2) Macron peut s’imaginer récupérer des voix auprès des militaires plus facilement qu’auprès d’autres catégories sociales plus démonstratives.
      .

    • Thaurac dit :

      Pour entendre aux ronds points, révolution, démission, baisse du cubi de rouge….je crois qu’il a raison, ça commence à gonfler, faut leurs faire un meetic gilets jaunes…

  7. jaicruvoir dit :

    Comment être fier d’un president qui limoge son chef d’état major!

    • Romulus dit :

      Qui a limogé l’ancien CEMA ? Je croyais qu’il avait démissionné !

    • Castel dit :

      @ jaicruvoir
      Dans l’intéret même du pays, il est important que le Président de la République et le chef d’état major soient sur la même « longueur d’onde »

      • albatros24 dit :

        A Castel
        …et dans l’intérêt du pays il est important que les français soient sur la même longueur d’onde que leur président…
        si vous voyez ce que je veux dire.

  8. Eri69 dit :

    Dire que je l ai soutenu bec et ongle ! Et maintenant faut être fier de voir les français se faire defoncer la gueule Et mépriser par ses dirigeants. Quand toute une frange de la population brûle des voitures et nous chie à la gueule h24 avec leur religion. Répression à deux vitesses et discours à géométrie variable.
    C’est mort , d’autre l ont vu de suite !!!(bravo) Mais pour moi il n est plus l ‘homme de la situation.
    On tire la chasse ….suivant !

    • Castel dit :

      @ Eric69
      Ben, il faudra attendre la fin de son mandat pour comme vous dites, « tirer la chasse »
      Et je ne dis pas ça pour défendre l’homme qui a pris le train « en marche », mais pour défendre nos institutions…..
      En effet, si un président devait démissionner à chaque fois qu’il fait des mécontents dans le pays, et que quelque centaines de milliers de personnes réclament sa démission, je crois qu’ aucun de ses prédécesseurs n’auraient terminé son mandat !!
      Et le plus grave, serait évidement de créer un précédent, parce que si cela marche une fois, pourquoi cela ne se reproduirait-il pas dans l’avenir ?
      Les Français on choisi le chef de l’état pour cinq ans…..point barre
      Et, contrairement à ce que prétendent certains, son pourcentage même par rapport aux électeurs inscrits, est à peu près le même que pour se prédécesseurs .
      Alors, maintenant, que ce système soit injuste, vu qu’il oblige les Français à supporter le candidat élu pendant une durée de cinq ans, sans véritable contre-pouvoir, lorsqu’il est soutenu par une assemblée, acquise à sa cause, c’est peut-être quelque chose à modifier, avec des législatives qui se situeraient à mi-mandat, par exemple, pour pouvoir, en cas de déception de sa politique, imposer une cohabitation avec l’opposition, et avec une plus forte dose de proportionnelle, pour celles-ci, pourquoi pas ?
      Le fameux « grand débat » qui est proposé en ce moment, serait peut-être l’occasion d’essayer de faire passer ces doléances !!!

      • Électeur dit :

        Castel, vous avez raison de réfléchir aux défauts de notre système politique tel qu’il est devenu après de multiples amendements décidés par la classe politique sans nous demander notre avis.

  9. ji_louis dit :

    Ou comment payer des pigeons avec des mots…

    « Choisissez un mouton dans le troupeau,
    Tondez le,
    Traitez le en lion,
    Il se conduira comme tel. »

  10. Celtibère dit :

    Faut-il que nos militaires soient devenus, eux aussi, si aveugles et niais pour applaudir un de ces fossoyeurs de la nation qui place la France au rang d’une simple province soumise à « l’empire européen » . Empire dirigé, de fait, par une caste non élue dont l’unique but est de réduire les nations à un conglomérat d’individus mélangeant identités, cultures, mœurs et corvéables à merci. On est tombé bien bas. Bon, il faut dire que Macron avait parfaitement choisi le lieu et le milieu, celui de l’Armée de l’air, bien connue pour abriter beaucoup de « progressistes » de gauche.

    • Jm dit :

      Je ne vous permets pas de tel propos à l’encontre de l’Armée de l’Air.
      Approuveriez-vous si j’écrivais que le centre de l’extrême droite et du fascisme en France se situe dans l’Armée de Terre, avec ses chefs en guise de leaders ?
      Oui, cela existe dans l’Armée de Terre, mais tous mes camarades Terriens ne sont pas des fascistes.
      Convenez ainsi que certains Aériens aux idées « progressistes » comme vous écrivez sont de gauches, mais tout comme pour vous, ne généralisez pas.
      Et pour votre information, une cité militaire située à proximité d’une Base aérienne du Sud de la France, hébergeant plus de 95% d’Aériens et dotée d’un bureau de vote annexe, a voté, aux dernières municipales, législatives et présidentielles, à plus de 74% à droite et plus.
      Don’t act

    • Castel dit :

      @ Celtibère
      La France n’est pas et ne sera jamais une  » simple province » soumise à l’ « empire européen » comme vous l’affirmez, vu qu’elle est quand même le deuxième pays le plus peuplé d’Europe, et la première puissance agricole de celle-ci…..
      Ce qui fait, que nous avons une complémentarité avec l’Allemagne, qui est elle la première puissance industrielle de cet ensemble…..
      Et bien entendu, elle ne représente une puissance au niveau Mondial, que si elle en fait partie, au même titre que tous les états qui le compose…..
      Par contre, j’aurais tout de même un petit point d’accord avec vous, concernant le rôle trop important- à mon sens-que joue la commission de Bruxelles, par rapport au parlement de Strasbourg……

  11. Yallingup dit :

    Question bête…
    Les pistards qui ont accueilli l’avion présidentiel portaient-il le gilet jaune réglementaire???

    OK, je sors…

  12. Gégétto dit :

    Un président dans la tourmente qui se raccroche à tout ce qui passe à sa portée: Police ,Armée.
    Serrez les rangs, faut que ça ait de la gueule!!!
    Dommage qu il ne pense pas vraiment ce qu il dit.

  13. ced dit :

    Fiers de servir encore et toujours de variable d’ajustement ? Fiers de servir à redorer l’image d’un piètre Président ? Fiers d’être de ceux qui ne peuvent pas exprimer leur colère ?….

  14. petitjean dit :

    Quel enfumeur ce Macron !!
    et il y en a qui ont eu les larmes au yeux en écoutant son discours : « Les hommes sont comme les lapins, on les prend par les oreilles »
    Quel pitié quand on connait l’état de notre pays
    Tous les FAITS démentent son discours, mais ça marche encore !
    Si il ne présente ses voeux qu’aux forces armées, c’est qu’il sait déjà qu’il aura besoin de leur abnégation pour défendre son bunker. Il les caresse donc dans le sens du poil…

  15. Gil & Joan dit :

    Beaucoup de commentaires pour le moins critiques à l’encontre de Macron. Normal.
    Mais notre problème n’est pas exactement Macron, Hollande, Sarkozy, en attendant le suivant (ou la suivante) qui fera illusion pendant six mois ou un an puis sera à son tour « le pire président de la 5ème République ». Notre problème, c’est le système politique qui amène au pouvoir ce genre d’individus.
    Notre problème, c’est un système politique usé à force de dénis de démocratie. Notre problème, c’est le « régime des partis », la démocratie dite « représentative » mais qui n’est pas représentative.

    • petitjean dit :

      « Notre problème, c’est un système politique… »
      c’est juste un peu plus compliqué : A partir du moment où la classe politique, « droite » et « gauche » confondues, met en œuvre, depuis des décennies, un PROJET, sur lequel le peuple n’a jamais été consulté, il y a comme un malaise !
      A partir du moment où , un chef d’état , Sarkozy pour ne pas le nommer (je n’oublie pas Fillon !) , TRAHIT le vote des français qui avaient dit NON au projet de constitution européenne, il y a un gros malaise !
      A partir du moment où la majorité du peuple est désarmé intellectuellement par des décennies de propagande et de terrorisme intellectuel, plus rien n’est possible.
      Lire ce post qui dit beaucoup :
      « la France en quête d’intelligence collective »
      mais de quelle France parlez-vous ?
      Celle des ignares, des paresseux, qui, décennie après décennie, votent pour un pouvoir qui les méprise, qui les musèle, qui les trahit ?
      Oui, la propagande et le terrorisme intellectuel sévissent partout et depuis longtemps de tel sorte que la majorité du peuple est totalement désarmé intellectuellement. C’est pourquoi ce peuple élit ses bourreaux
      Mais les français s’intéressent-ils vraiment à la vie de leur pays, à sa situation ? Pourquoi dénoncer des conséquences si on ne s’intéresse pas aux causes ? Tout le monde peut faire l’effort de s’informer ! Toutes les données ou presque sont accessibles ! Alors ?
      Ecoutez, un peuple qui élit des menteurs, des voleurs et des traitres depuis des décennies, n’est pas victime, il est complice !
      Un peuple ignorant sera toujours esclave, le jouet des puissants
      Je dois vous le dire cher hôte le pire ennemi du peuple , n’est pas le pouvoir, ni l’étranger , non, ce sont les médias , tous les médias qui distillent leur poison 24 heure sur 24 !
      Aussi longtemps que ces médias ne seront pas sous contrôle démocratique*, rien ne sera possible. Ce n’est pas avec 30% du peuple (et je suis optimiste ! ) qu’on peut renverser la table
      *je suis de près l’actualité américaine. Et quand je vois ce dont son capable les médias là-bas, je frémis
      Les médias n’ont aucun contre pouvoir, ils sont LE Pouvoir !….

      • Gil & Joan dit :

        Le Peuple n’a pas d’autre choix électoral que de choisir parmi les (mauvais) candidats que les partis politiques lui présentent.
        C’est pourquoi je dis que notre problème c’est notre système politique.
        .

      • Robert dit :

        Petitjean,
        Je vous suivais jusqu’à ce que vous parliez de « contrôle démocratique des médias. »
        Contrôlés comment et par qui ?
        A mon avis, le problème, c’est la loi de la majorité. Il est très difficile de trouver le sens du bien commun dans des additions et des oppositions d’intérêts personnels.
        La majorité ne détient pas la vérité.
        Je ne dis pas pour autant qu’une dictature la détiendrait.
        La recherche du bien commun ne doit pas dépendre d’un vote ou les instincts et la démagogie règnent. Elle doit préexister à tout projet de représentation politique.
        Pour cela, la représentation doit partir d’en bas, de là ou les gens sont compétents et intéressés à leurs affaires, mais pas pour finir entre les mains d’un parti ou d’un Etat. Le parti est un parasite et l’Etat doit se restreindre à ses missions régaliennes qui ne peuvent être remplies par la seule coopération entre personnes et communautés naturelles.
        Et surtout, les puissances d’argent doivent être tenues éloignées de toute forme de pouvoir. Ce que vous reprochez aux médias, c’est d’être inféodées aux puissances d’argent qui sont par essence déracinées, ne vivent que pour le profit, se moquent du bien commun qui ne se soucie pas de la rentabilité, et ne relèvent d’aucun mandat électoral.

      • Robert dit :

        Petitjean,
        Le jour ou un président, ou appelez cela comme vous voulez, aura le courage de tenir un tel discours de défense des plus faibles, le bien commun sera défendu. Parce eue l’économie, le militaire, tout cela n’a pas de sens sans protéger d’abord ses citoyens de ceux qui veulent en faire disparaitre des dizaines de millions pour faire la révolution sociale, comme le Planning Familial.
        https://www.lesalonbeige.fr/le-message-de-donald-trump-aux-pro-vie/

        • petitjean dit :

          j’ai écouté tous les discours de Donald Trump
          si je peux condenser, synthétiser en une expression , pour Trump , c’est les « Nôtres avant les Autres »
          et en France depuis des décennies , c’est « les « Autres avant les Nôtres »
          mais, même confrontés aux FAITS, ça ne dérange pas la majorité des français………
          relisons « Le Suicide Français » de Eric Zemmour

          • Robert dit :

            Petitjean,
            Je ne suis pas naïf, les options de Trump sur le respect de la vie correspondent aussi à son électorat et aux lobbys qui le soutiennent, mais tout est politique et derrière ce choix de défendre le respect de la vie innocente, il y a clairement le refus d’un choix de société idéologique, hédoniste, et ou l’être humain n’est plus un sujet mais un objet au service d’un projet de société, qu’il soit libéral ou socialiste.
            La presse en France est hyper subventionnée, appartient pour les gros titres à des patrons milliardaires, parfois étrangers à la France comme Drahi, fait par des journalistes qui se reproduisent entre eux, avec leur convergence de vues sur l’essentiel, le cosmopolitisme, le rejet de la civilisation chrétienne dans ses valeurs, sa détestation de l’enracinement.
            Madiran appelait ça « le culte de l’Autre Suprême », une religion qui idéalise l’Autre, lointain et étranger souvent aussi hostile, et donc la détestation de ce que nous sommes. Mais les journalistes ne sont que des employés, s’ils veulent penser et dire librement ils acceptent la pauvreté et la persécution, s’ils veulent réussir ils acceptent de porter les chaines de la servitude.
            Aux USA, il y a le même phénomène, actuellement entièrement dirigé contre Trump. Même si une presse serve existe aussi pour Trump, elle est sans équivalent avec l’immense machine qui lui est opposé. Pour autant, il n’y a pas de lois contre la liberté de penser et de s’exprimer comme il en existe en France, avec une application idéologique. Pour les uns, les tribunaux sont très indulgents et on invoque la liberté d’expression et le droit à la caricature, par contre pour les mal pensants, même s’ils argument et citent leurs sources sans diffamer, ils sont condamnés pour intention délictueuse, arrière pensées, et maintenant « racisme », « homophobie », « antisémitisme » dès que le propos le permet. Les lois sur la diffamation introduisent le blasphème dans la loi républicaine.
            Retrouver la liberté d’expression dans un pays qui continue à se prétendre libre est prioritaire, sachant que le projet macronien d’imposer de s’exprimer sans anonymat sur internet interdira de le faire à tous ceux dont l’expression et la pensée ont été diabolises par des lois iniques. Sinon ils relèveront des tribunaux. Certes, il y a beaucoup d’abus sur Facebook et autre et chacun devrait se sentir responsable de son propos, mais ce nouvel interdit aura pour objet d’interdire une pensée libre et critique sur des sujets essentiels, comme l’a d’ailleurs préconisé le pacte de Marrakech, « non contraignant » disent ils mais qui sera adopté par tous les pays.

    • albatros24 dit :

      …et l’énarchie

  16. Francis Hummel dit :

    Il n’y a pas de secrets : quand on sait que la France représente 1% de la population mondiale mais 12 à 14% des dépenses sociales mondiales, il y a un problème.
    Quand on nous sort hier que quand l’état a 100 dans la poche, il dépense 105 il y a un problème.
    Et quand on descend encore le zoom et que sur 1000 euros dépensés, l’état met 575 dans le social mais 60 seulement dans le régalien (dont 31 pour la défense), alors c’est un scandale.
    Mais l’enfumeur en chef vient nous dire qu’il nous fait une faveur, que nous sommes des privilégiés et qu’avec nos petits 31 qui seront, (PEUT-ETRE) toujours aussi petits 35 ou 36 (sur 1000 je le rappelle) en 2025 quand il n’est pas sûr d’être au pouvoir, c’est le comble du cynisme, du footage de g… je dirais plutôt.
    Quand un état n’est plus en mesure d’assurer le régalien, alors il est sur une très très mauvaise pente. Le déni est il fini pour autant ???

  17. petitjean dit :

    Macron n’a pas tout dit aux militaires : Le Traité d’Aix La Chapelle qu’il va signer mardi avec l’Allemagne de Merkel !
    Et pourtant les militaires sont concernés !
    Pour ceux que ça intéressent c’est ici :
    « [URGENT] Texte intégral et analyse du Traité franco-allemand d’Aix-La-Chapelle qui sera signé le 22 janvier »
    https://www.les-crises.fr/urgent-texte-integral-et-analyse-du-traite-franco-allemand-daix-la-chapelle-qui-sera-signe-le-22-janvier/
    Après le Traité de Marrakech, signé en douce par un sous fifre, Macron poursuit son entreprise de démolition de la Nation France !
    Et pas un, dans les rangs de nos militaires, pour gueuler : « TRAHISON » !!??…..

    • albatros24 dit :

      les fonctionnaires et militaires obéissent …et c’est bien pratique pour un énarque néo libéral.
      L’idée est sans doute de fabriquer une fédération européenne avec comme base le couple franco allemand.
      Normalement un referendum aurait dû être organisé…mais du fait qu’ on se soucie comme d’une guigne de ce que pensent les peuples.

  18. MERCATOR dit :

    Une fois de plus, sur ce site qui est censé traiter des problèmes de défense, de géostratégie, on a la sempiternelle logorrhée fétide, si on exclut les divers trolls, turcs, chinois, Russes, payés à la ligne qui font, je compatis un pénible métier, des bas du front déçus de ne pas avoir vu la réussite de leur championne de pacotille. J’ose espérer que ces derniers ne sont plus d’active car il y aurait un énorme problème de fidélité à la République dont ils sont supposés être les garants. Quant au précédant CEMA, je ne le connais pas mais lorsque l’on voit ses états de service passés (jamais au feu ! ) et actuels, maintenant, pantouflant chez nos amis yankees, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est du même bois que ces glorieux prédécesseurs de 1940,

    • Castel dit :

      @ MERCATOR
      Je suis globalement d’accord avec vous, mais je ne crois pas que toutes les attaques sur ce site, viennent obligatoirement des frontistes, ou de leurs sympathisants, même si elles sont sans doute majoritaires…..
      Il ne faut pas oublier que Macron , même s’il se présentait comme socialiste, n’a jamais eu de carte dans ce parti….
      Donc, dès le départ, il s’agissait d’un indépendant, qui n’a pu compter sur le soutien d’aucun groupe politique durant les présidentielles, si l’on excepte le marginal Modem.
      Aussi, la plupart des partis, pensaient que les législatives imposeraient d’emblée une cohabitation…..
      Mais voila, les Français dans leur grande sagesse lui accordèrent une majorité absolue, pour éviter celle-ci d’emblée.
      La majorité de ces députés, à part quelques ralliements, étant issus de la société civile, toutes les autres formations politiques, on immédiatement utilisé leur appareil pour s’opposer à lui …
      Aussi il est normal qu’aujourd’hui, de l’extrême gauche à l’extrême gauche, en passant par le PS, et la droite modérée, tout le monde l’attaque….
      Il ne faut donc pas s’étonner que l’on trouve sur ce site plus d’attaques que de louanges, auxquels viennent évidement s’ajouter les fameux « trolls » auxquels vous faites allusion !!

    • Ancien des opex dit :

      Mercator, vous êtes aussi « fétide » que ceux que vous insultez.
      L’ancien CEMA n’a pas été au feu quand il était lieutenant ou capitaine mais il était prêt à y aller si son tour venait. Son tour n’est pas venu et il n’y est pour rien (ou alors prouvez le contraire).
      .
      Il a pris ses responsabilités opérationnelles dans l’affaire (politiquement pourrie) du Kosovo, comme Bruno Cuche : notre Gouvernement avait mis des troupes à disposition de l’OTAN sans savoir ce qu’il faisait.
      Sur le terrain, nos « amis » américains n’auraient pas été fâchés qu’il y eût des incidents meurtriers entre les Russes et des Européens, de préférence Français.
      .
      Nos Généraux (dont Pierre de Villiers que vous critiquez bêtement) ont réussi à ne pas tomber dans le piège. Ainsi d’ailleurs que les Britanniques qui ont été, eux aussi, très bons.
      .
      C’est pourquoi je dis que le qualificatif de « fétide » convient mieux à votre intervention qu’à celles que vous critiquez.

    • Jm dit :

      Allez au bout de votre raisonnement.
      Vous exprimez le fait que l’ancien CEMA a des états de services « peu glorieux » et pantoufle désormais.
      Mais alors, exprimez la même chose pour le Chef des Armées, qui dirige une « entreprise » à laquelle il n’a jamais appartenu.
      Un comble, non !!!

      • MERCATOR dit :

        jm@ Excusez moi , mais votre raisonnement est puéril est digne de gribouille , le chef de l’état est, de part notre constitution chef des armées on ne lui demande pas d’être un militaire , comme le ministre de la santé d’avoir été Docteur en Médecine, par contre un CEMA qui n’a jamais connu le feu et qui a entendu plus de détonations de bouchons de champagne dans les palais présidentiels ( consultez son parcours attentivement) que de tirs de mortiers, cela fait désordre .

  19. Pays Réel dit :

    C’est curieux ça tout de même, à chaque fois que je critique Macron et sa politique, mes commentaires passent à la trappe automatiquement…le tout sans être injurieux bien que virulent.
    Donc je récidive, Macron devra être jugé pour haute****, je considère que c’est un **** à la NATION.

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Pays Réel,

      Critiquer le président et sa politique, soit.
      L’injure, l’insulte et l’outrance ne constituent pas une critique.

      • Pays Réel dit :

        il faudra m’expliquer avec force arguments en quoi les mots « traitre » et « trahison » sont des injures et encore moins des insultes…ces mots reflètent juste une triste réalité à savoir qu’avec Macron le processus d’éradication de la Nation française est plus que jamais en marche (juste deux exemples récents: Marrakech et Aix la Chapelle). Seuls les ravis de la crêche et les fédéralistes européistes-mondialistes-cosmopolites sont d’un avis contraire ce qui est leur droit. Mais « criminaliser » toute pensée contraire et nous voilà de retour au temps de L’URSS. Les mots ont un sens et ceux que j’emploi sont pour désigner la réalité des faits.
        Par ailleurs l’art 68 de la constitution à été modifié non sans raison car ils savent parfaitement ce qu’ils font. Je vous accorde donc que le processus dont je parle ne date pas de Macron mais est bien antérieur.

  20. dompal dit :

    Je trouve que les interventions des uns et des autres sont vraiment déplorables (pour rester poli) ! 🙁
    .
    Nous avons l’opportunité d’être informé tous les jours des événements liés aux forces armées grâce à l’excellent blog de M. Lagneau, alors par pitié, évitez-nous vos états d’âme concernant la politique du Président de la République, il y a d’autres sites/blogs/forums pour étancher vos mécontentements !!!
    A bons entendeurs…………..

    • albatros24 dit :

      hélas nous (de plus en plus de gens en fait) avons des états d’âmes « déplorables » avec les énarchistes d’une manière générale et M. Macron le pauvre petit en pâtit fortement…car il est président justement.
      Mais il se consolera dans les bras virils de son ami Benalla et en faisant de beaux discours pédago-technocratiques à quelques élus polis, en leur expliquant comment bien comprendre les détails de sa dernière loi fiscale baissant la CSG, mais pas pour tout le monde et pas complètement quand même, tout en permettant à l’économie française d’enfin se redresser…
      Car voyez vous ce monsieur et ses prédécesseurs sont les principaux artisans de l’état déplorable de notre pays, de notre économie, de l’entente entre français et de notre Armée républicaine…souffrez donc que nous le critiquions. Lui ses prédécesseurs incompétents et ses suivants malheureusement.
      Mais bravo pour ce blog aussi pour cela…on peut encore s’exprimer sans se retrouver en taule ou visé par un lance grenade antiémeute (balle projetée à 300 km/h) qui vous éborgne, vous fracture la mâchoire, vous casse le tibia ou vous met carrément dans le coma parce que vous avez eu l’idée saugrenue de porter un gilet jaune dans la rue (comme pour ce sapeur pompier volontaire gilet jaune dans le coma depuis plusieurs semaines déjà suite à un tir dans le dos à bout portant…pas grave : il reste encore 250 000 sapeurs pompiers dont 80% sont volontaires comme lui en activité).

    • Robert dit :

      Dompal,
      Le discours du président est éminemment politique, il ne se contente pas de rester au dessus du champ politique et sa fonction même est en soi politique. La dotation et les missions des armées le sont sur des choix politiques.
      Mais c’est de parler politique qui vous gêne ou que les points de vue que vous ne partagez pas vous dérangent?

      • Électeur dit :

        @ Robert
        Les discours de nos Présidents quinquennaux successifs (pour ne pas remonter au 20ème siècle) ne sont pas vraiment « éminemment politiques » : ils sont, hélas, déplorablement politiciens.
        .
        S’ils ne « se contentent pas de rester au-dessus etc. » comme vous dites, c’est tout simplement qu’ils en sont incapables.
        Nos Présidents quinquennaux gèrent la France comme s’ils étaient président de Conseil départemental, régional, intercommunal, municipal, etc. C’est à dire qu’ils oublient qu’ils sont les délégués d’une Nation souveraine.
        .
        Ils se comportent comme s’ils étaient chargés d’appliquer des lois venues d’ailleurs sans trop tenir compte de l’avis de leurs administrés, sans marge de manœuvre budgétaire autre que diminuer les dépenses ou augmenter les impôts.
        .
        Dans ces conditions l’on peut comprendre (« comprendre » ne signifie pas « accepter ») que beaucoup de nos concitoyens ne sachent plus eux-mêmes où ils en sont si nos « élites » elles-mêmes sont paumées.
        .
        Heureusement nous avons la Toile pour faire le point sur ces questions multiples et embrouillées.

        • Robert dit :

          Electeur,
          Politicien et politique, je comprends votre distinction, mais je la fais aussi.
          Derrière l’apparence de jeu politicien, il y a les projets politiques qu’ils portent tous, avec ou sans conviction peu importe, et qui vont tous dans le même sens.
          Désolé, mais un peu plus ou moins socialiste ou libéral ne change rien au fond. Ils sont tous à fond pour les « acquis » de la culture de mort, du mondialisme, de la destruction des nations et l’immigration de peuplement. Or, certains semblent soit trouver cela anecdotique ou fatal voire positif, mais ce sont ces changements qui déterminent les options politiques, économiques, moraux de demain et après demain.
          Et personne de coopté par les partis « républicains » admis au banquet démocratique ne contredira ces bouleversements irréversibles à moins d’une réforme intellectuelle et morale dont nos contemporains semblent devenus incapables et qui, de toutes façons, se heurterait aux oligarchies et lobbys qui bénéficient de ces « avancées sociétales » qui n’ont subi ni le suffrage d’un référendum ni le moindre débat politique digne de ce nom. Ils sont déjà au prochain projet de « droits » et d' »égalité » comme la séparation entre maternité et grossesse ou la confusion des sexes avec la complicité de la « science ». Derrière tous ces projets, il y a de gros intérêts financiers en jeu qui se camouflent sous de beaux sentiments.
          Pour résumer, ce qui bouleverse le plus profondément notre horizon humain et politique est décidé par des groupes de pression, présenté aux citoyens à travers des campagnes de désinformation et de diabolisation de toute opposition, et considéré comme irréversibles car acquis du Progrès, cette nouvelle déesse. Avortement, peine de mort, « mariage » homosexuel, PMA et GPA, puis euthanasie. L’avenir est celui d’un homme objet au service d’un citoyen sujet.

  21. albatros24 dit :

    Soyez fier de vous Monsieur Macron et de ce que vous faites subir aux français, aux gilets jaunes surtout mais aussi aux forces l’ordre…
    https://www.youtube.com/watch?v=Z670KtjITcQ
    et où on enrichit les ultra riches
    https://www.youtube.com/watch?v=zSCuhOBw2OI