Boeing/Embraer : L’avion de transport brésilien KC-390 pourrait être assemblé aux États-Unis

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

43 contributions

  1. Polymères dit :

    Boeing et Embraer.
    Airbus et Bombardier.
    La question que je me pose actuellement, c’est qui aura Antonov? Car je pense que dans quelques années, ça sera nécessaire.

    • Raphael dit :

      Les chinois je pense bien – il y a déjà des tentatives de rapprochement entre la Chine et l’Ukraine. La Chine a besoin de savoir-faire, l’Ukraine a besoin de fric. Sans dire que les cartes sont déjà battues, cela me semble fort plausible comme scénario.

      • Fred dit :

        @ Antonov An-225
        Les Chinois ont acquis la licence du An-225, et vont le produire chez eux.

    • B21 raider dit :

      Justement, c’est la question que je me posait, vu que l’Ukraine dispose d’un réservoir de compétences non négligeable en aéronautique, je pense qu’il vaut mieux acheter les compagnies tels que les motoristes Ivchenko-progress avant que les chinois ne s’en emparent

    • MD dit :

      L’Arabie Saoudite,?La Turquie ? Mais les Ukrainiens ont plutôt intérêt à laisser monter les enchères.

      • Fred dit :

        @ MD
        Euhhh … Il y a déjà trèèès longtemps qu’ils attendent, de très nombreuses années. Antonov n’a pas produit grand chose de volant depuis vingt ans, il ont sans doute inévitablement perdu pas mal de savoir-faire. La société annonce des reprises de production, un accord de fourniture avec Boeing … Mais à vue de nez, remonter la pente après tant d’années risque d’être fort laborieux.
        .
        Relancer les productions de gros porteurs prendrait de nombreuses années et pour quel marché de masse ? Cela doit faire réfléchir les potentiels acheteurs. Une très belle danseuse, un peu vieillissante tout de même, et qui risque de se révéler une sirène naufrageuse.

  2. NRJ dit :

    Je me demande si l’achat de ces avions était sérieusement envisagé en 2009. On était déjà assez occupé avec l’A-400M, on avait ni les plans, ni le prix, ni le délai de livraison de l’avion. Il aurait été complètement absurde d’acheter cet avion. Même pour 36 Rafales. Après, peut-être qu’on aurait pas eu le choix. Le Rafale étant un gouffre financier, ça aurait été peut-être la seule solution pour sauver le programme à un moment ou l’incertitude planait.

    • Hermes dit :

      Le KC390 est bien plus petit qu’un A400M, cela ne serait pas nécessaire un mauvais complément, bien sûr il faut voir ses réelles capacités, mais sur le papier ce n’est pas inintéressant.

      • Castel dit :

        Il me semble aussi que ce type d’avion, peut avoir son intérêt, puisqu’en fin de compte, s’agissant d’un transporteur tactique, le fait d’être équipé de 2 réacteurs, lui permettrait sans doute un gain de temps appréciable, pour des troupes ou du matériel devant être acheminés le plus rapidement possible sur le théâtre d’opération…..
        De plus, quand on sait qu’il pourrait emmener jusqu’à 23 tonnes, pour un volume comparable au C130J, on comprend que Boeing s’intéresse à cet avion, qui pourrait être pour nous, une sorte de « Super Transall », à vocation tactique, complémentaire à notre A400M, à vocation plus stratégique…..pour nous du moins !!

        • Fred dit :

          @ Castel
          Les avions à turbopropulseur vont très vite de nos jours !
          KC-390 : 850 Km/h
          A400-M : 833 km/h
          La différence est minime.

          • Castel dit :

            Vous avez tout à fait raison en le comparant à cet avion stratégique ( pour nous, comme je l’ai précisé), mais même si la vitesse est importante pour un avion comme l’A400M, elle l’est à plus forte raison pour des avions tactiques comme le C130, ou le Transall, dans la mesure ou l’issue d’une bataille sur le terrain peut se jouer parfois à quelques minutes près dans l’attente de renforts , de munitions, ou de matériels indispensables…..
            Sachant que le C130 atteint environ 670km/h en vitesse maxi, et le Transall, 515 seulement, et qu’ils arrivent tout de même à se poser sur des pistes un peu plus courtes que l’A400m, la vitesse du KC-390, pourrait être un avantage déterminant dans cette catégorie, si toutefois celui-ci arrive à se poser sur des pistes équivalentes, ce qui n’est pas encore certain, vu les déboires qu’il semble rencontrer à l’heure actuelle……

    • Dimitri dit :

      Et pourtant cet appareil aurait pu être intéressant. Il aurait pu être le chaînon manquant, avec le retrait des transall, entre le CN235 et l’A400m en plus des 4 nouveaux hercules et 14 C130H et leurs taux de disponibilité médiocre. Il est aussi polyvalent et performant qu’un C130J pour 2 fois moins chère. Un avion vraiment intéressant.

      • John dit :

        Cet appareil a l’air très bon, c’est sûr…
        Mais avec des C130 Hercules, des A400M, des CN-235 (au moment de la discussion), et l’absence de besoin du C130 J à ce moment… Il me semble que la priorité serait un avion de transport lourd, et pas un avion qui entre dans la même catégorie que le C130…
        Mais ça n’enlève rien à la qualité de cet appareil !

    • Frightful Djodjo dit :

      Le rafale est un gouffre financier. Ouais. Alors là, j’attends des explications et je sens que je vais rigoler.

      Vas-y camarade. Lâche tes coms.

      • NRJ dit :

        Le cout du programme a été estimé en 2011 à 43 milliards. Ce chiffre n’est qu’un chiffre virtuel car le programme est toujours en cours. Mais il donne un certain ordre d’idée, sachant que le programme Rafale devait coûter 18 milliards quand il a été lancé.

        Je vous rappelle d’ailleurs que le programme a risqué l’abandon (plus rationnellement, il aurait piqué le fric de tous les autres programmes militaires comme le Tigre, l’A-400M, les drones -pourtant bien plus utiles pour l’armée française- car on n’aurait jamais laissé tomber un programme aussi stratégique et ayant coûté autant au contribuable « too big to fail » comme disent les américains) en 2015. En effet, il était prévu d’acquérir 26 avions sur la LPM 2013-2019 et il en fallait un minimum de 11 par ans pour faire tourner la production des usines Dassault. Il y a eu par coïncidence (ou avons nous offert le Rafale quelque soit les conditions ? Ça seule une personne ayant participé à cette négociation peut nous le dire, mais on aurait tort de penser que les égyptiens sont incapables de négocier avec un parti qui a tout a perdre) nos ventes à l’Égypte puis au Qatar. Mais ce programme a failli finir en fiasco industriel pour un prix en absolu énorme, même s’il reste encore relativement bon marché par rapport à son cousin européen l’EF.

        • Alpha dit :

          @NRJ
          Gouffre financier ?
          43 Mds étalés sur 60 ans, depuis le lancement officiel du programme en 1988, et pour 286 appareils…
          Pour votre « rappel » sur l’abandon du programme, revoyez les atermoiements des différentes lois de programmation, l’incurie des politiques, et la baisse régulière de la cible d’acquisition faisant augmenter le tarif…
          Et pour votre « offre » de Rafale à l’Egypte : LOL !

          • NRJ dit :

            @Alpha
            L’augmentation du prix unitaire n’a aucun rapport avec ce que je dis. De toute façon, un programme n’est jamais bon ou mauvais en absolu. Il est bon ou mauvais relativement au pays ou il est développé et produit. Typiquement, le Rafale a failli être une catastrophe pour la France dans le sens ou le pays n’était pas capable de supporter sa production (ou alors en piquant sur les autres programmes militaires, ce qui reste catastrophique pour nos armées). On peut dire que c’est la faute des politiques, des militaires, des diplomates, de tout le monde, mais on fine la conclusion reste la même : le Rafale a été un projet à risque et sa réussite a posteriori n’était en rien certaine en 2015. Je serai même tenté de dire que sans l’augmentation de cout du programme, il y aurait eu peut-être moins de questionnements sur le nombre d’avions à acquérir.

            Pour l’Égypte, chacun a son avis. Peut-être était-ce simplement une coïncidence si l’année ou le programme Rafale était en péril avec la possibilité de l’arrêter définitivement est la même année qu’on l’a vendu. Certains disent également que la coïncidence n’existe pas en politique…

      • R2D2 dit :

         » Le Rafale étant un gouffre financier »
        comment perdre toute crédibilité en une poignée de mots…

        • creusot dit :

          Comment être aveuglé de la sorte, uniquement parce que c’est un produit français !! la vérité c’est que NRJ a parfaitement raison, mais chut il ne faut pas briser le rêve de ceux qui font cocorico les pieds dans la merde jusqu’au cou.

          • Alpha dit :

            @creusot
            Ben non, il a tort, et vous aussi de fait !… Car tout comme notre ami NRJ, vous vous basez sur des idées reçues, amplifiées à l’époque par la presse de gauche (notamment L’Express…), hostile à Dassault… 😉
            Déjà, précisons que le GIE Rafale (soit les industriels) a participé au financement du développement à hauteur de 25 % du coût total , qui se récupérera par la suite sur les exports.
            Quant au « gouffre financier » … Dans les faits ? Le programme Rafale n’a dépassé son budget que de … 4,5 %, à comparer avec le dépassement de 75 % (!!!) de son rival Eurofighter … Et je n’évoque même pas le programme JSF (F-35…) …
            https://www.lesechos.fr/01/02/2012/LesEchos/21114-040-ECH_le-rafale–au-dela-des-idees-recues.htm

          • NRJ dit :

            L’Express est peut-être hostile à Dassault. Mais leurs chiffre sortent bien de quelque part (Sinon vous pourriez porter plainte…). Quant au dépassement du budget du Rafale, je ne sais pas s’il existe des chiffres clairs, mais une de mes sources, je vois les chiffres de 18 milliards et dans une autre le chiffre de 25 milliards d’euros prévus initialement (170 milliards de francs dans la source).

            Et vous êtes sûrs que Dassault a payé 10 milliards d’euros de sa poche pour le Rafale (25% de 43 milliards selon les chiffres de la cour des Comptes sur ce programme en 2011) ?

        • FredericA dit :

          Nous sommes d’accord.

        • Dimitri dit :

          C’est pour celà qu’il faut le vendre le plus possible, pour faire baisser les coûts de développement. Vous auriez peut être préféré que l’ada s’équipe avec un aeronef étranger ? Vous auriez été le premier à vous plaindre que nous ne savons plus faire d’avion en France. Produire le Rafale, qui est une réussite technique, c’est une fierté, cela nous permet de garder un savoir-faire national avec des milliers de sous-traitants et des centaines de PME, peu de nations peuvent en faire autant, même pas 10 dans le monde et ça, ça n’a pas de prix. Non le Rafale n’est pas couteux par rapport à ce qu’il est et ce qu’il rapporte à notre pays.

          • NRJ dit :

            @Dimitri
            Je n’ai jamais dit qu’il ne fallait pas développer le Rafale. Ce fut d’ailleurs a posteriori un meilleur investissement que le projet européen Eurofighter (il en aurait peut-être été autrement si la 3ème guerre mondiale était arrivé avec les vagues de chasseurs et bombardiers soviétiques. C’est pour cette menace que l’EF a été développé). Je dis simplement que l’incertitude du programme à l’exportation a simplement motivé Sarkozy pour évaluer l’achat d’avions brésiliens dont on n’avait ni les plans et ni le cout. Enfin, le prix d’un avion de combat étant déjà difficilement maîtrisable (cout du programme, menace d’arrêt en 2015) pour une aussi petite nation que la France en 1990, on observe encore une augmentation des couts de développement aujourd’hui, donc avoir des partenaires européens pour notre futur avion de combat apparait de plus en plus nécessaire si on veut rester aux standards mondiaux.

    • Arno dit :

      A l’époque il s’agissait de palier aux transal vieillissants, ce KC390 n’est pas un rival de l’A400M loin de là.

  3. Auguste dit :

    C’est ce que les Américains appellent « much broader collaboration » (collaboration accrue,ou large collaboration?).Je prend tout et je te laisse le reste.S’ils ne connaissaient pas encore la combine,les voilà mis à jour,nos amis Brésiliens.

    • Vince dit :

      « Aviall will support Antonov’s new manufacturing programme to build the AN-1X8 planes. »
      = avions de transports régionaux, soit des concurrents de l’ATR.

  4. TINA2009 dit :

    Bsr à tous !

    Pour ce qui la France, en 2018 :
    A/-Nous ne disposons d’aucun avion en production, à même d’assurer des missions de formation, d’attaque air- sol et air- air sur un espace présentant des menaces quasi-nulles à moyenne, de renseignement , de brouillage avec un vecteur léger.
    B/- Nous disposons d’une cellule bi-nationale, L’ALPHAJET, qui , compte tenu des initiatives prises par d’autres constructeurs et d’autres pays ( tchéquie, russie, inde, pakistan) présente une opportunité et un potentiel, qu’il est aveugle de nier. La conception d’1 ALPHAJET NG ( ou ALPHAJET-VS2018 si la dénomination vous convient mieux) m’apparaît essentielle . Mon argument majeur : Les alphajet sont à remplacer d’ici 5/7 ans, pour les missions qui leur sont assignés…. On « DONNE TOUT CE MARCHE  » AU PRIVE …. Comme pour les sociétés du PC21…..????? Au final, ca coûte énormément plus cher , bien que masqué … Car les IPC – Indicateurs de Performance Clés tels que suivis sur chaque matériel en dotation dans nos armées – ne sont plus suivis ( en effet, ce ne sont plus les mêmes …. Et le doigt majeur levé au ciel, on a plus les mêmes indicateurs à mesurer, et surtout , les indicateurs essentiels): On se fait dépouiller de notre budget!!!!!
    C/- Comme je l’ai mentionné ici ou ailleurs, la dotation de turbopropulseurs A29 SUPER-TUCANO reconfiguré pour couvrir les besoins exprimés dans le point précédent A/, constitue une cellule très intéressante, sous réserve que :

    1C/- comme pour l’info relative, dans cet article , sur une possible implantation d’une usine d’assemblage du KC390 au USA, l’implantation d’une usine sur le territoire national ( métropole ou Guyane Française à déterminer)
    2C/ – la conception de plusieurs standards non développé , en 2018, par EMBRAER, mais nous avons besoin pour nos Armées
    3C/ la conception des nouveaux standards permet l’entrée de radaristes francais , d’équipementiers européens, d’armuriers européens …. Créant une impulsion beaucoup plus favorable à la configuration américo-Israélienne actuelle.
    4C/ La conception des nouveaux standards permet de doter la cellule de capacités nouvelles et même pas envisagée , en ce 07/10/2018.

    En conclusion :
    MBDA, Thalès, Ratier- figeac, Dassault, pratt-whitney Canada seraient bien avisé, en commun avec nos armées Françaises de négocier une participation au sein d ‘EMBRAER , pour le projet décrit : Pour certaines entreprises, cela constituerait une véritable bouée de SURVIE, gage de pérennité ( suivez mon regard… Encore faut -il que leurs directions respectives redescendent de leurs pieds d’estale… De plus, Cela coûtera nettement moins cher à de nombreuses armées dans le monde, intéressées par la cellule , mais pas par les versions et équipements/Armements proposés actuellement….Sans parler des pays et Armées non dotées de budgets suffisants, pour s’associer et permettre le développement de versions « personnalisées ».
    Pour ma part : J’estime le besoin à 240/280 A29 Francisés si le projet ALPHAJET NG2018 ne devait pas voir le jour … Si ce-dernier doit voir le jour , les besoins en A29 Francisés, toutes versions confondues, les besoins seraient à hauteur de 80 à 120 exemplaires..
    IL Y A UNE OPPORTUNITE IMPORTANTE A SAISIR EN EUROPE, PLUS ENCORE , EN FRANCE!
    A l’heure actuelle , et dans l’attente d’une réaction de la France, le Canada et l’europe, la stratégie de Boeing, et plus encore les USA, est on ne peut plus pertinente!

    • Arno dit :

      J’aime bien l’idée de réactualiser l’alpha jet, je suis assez convaincu qu’il y aura un retour à moyen terme à des cellules low cost pour répondre aux besoins de l’adf.

      • Clavier dit :

        De l’avis d’un pilote d’essai américain de LM l’ayant testé, l’Alphajet était un avion particulièrement réussi ….mais cela n’intéresse plus Dornier-Dassault de relancer une série. et pas plus les politiciens et économistes. qui ont trop peur de passer pour des conservateurs.
        C’est dommage car une cellule se démode très lentement, les lois de l’aérodynamisme n’évoluant pas, à ma connaissance…
        Une avionique moderne et des moteurs un peu plus puissants aurait été un avantage certain permettant l’export pour ceux qui ne peuvent pas mettre 100 Meuros dans un avion de combat.

        • TINA2009 dit :

          Bsr Clavier !

          Pour ma part , J’ emploie le terme au présent , car j’ai l’espoir que chez nos équipementiers- constructeurs- armuriers français et européens, il y a des personnes qui peuvent ouvrir les yeux à leiurs supérieurs décideurs . £
          – J’irai même plus loin : De part la nature de votre réfléxion , vous devez développer cette réflexion , et l’exprimer avec précisions et un maximum de détails : On nous lit !
          Il y a beaucoup à gagner pour notre pays, pour nos valeurs, pour nos armées.
          Bonne fin de soirée à vous !

      • TINA2009 dit :

        Bsr ARNO !

        Votre remarque est non seulement pertinente , mais plus encore d’actualité : Il y a un marché à prendre , IMMEDIATEMENT , peu ONEREUSE pour le constructeur … Les équipementiers et les armuriers Français et européens.
        Bonne soirée à vous !

      • ji_louis dit :

        Il y a de la concurrence sur le marché des avions à réacteur d’entraînement à la chasse/bombardement: Aero Vodochody , Aermacchi , Boeing-Saab, Nanghang , Yakovlev, etc… Pas sûr que les marges commerciales soient au rendez-vous 😉

  5. Dreyfusée Ariane dit :

    Il n’y aura pas d Alphajet de 4 ème génération. Ne rêvons pas

  6. Alpha dit :

    Et il n’y aura probablement pas de remplaçant « réacteur » à l’Alpha Jet… Du moins pour la formation initiale.
    De fait, avec le programme FOMEDEC (qui remplacent l’Epsilon et l’Alpha Jet), l’idée est de voir si la transition entre PC-21 et Rafale se fait aisément et tout ça pour un coût modique. Bref, c’est en attente du RETEX… avant une commande supplémentaire de Pilatus.
    Idem en ce qui concerne la formation des NOSA (navigateurs officiers système d’armes) prévue elle aussi sur PC-21.
    Restent les Alpha Jet de l’ETO (École de transition opérationnelle) de Cazaux…

  7. raca dit :

    Le C-27 J Spartan utilisé entre autres par les USA me semble beaucoup plus intéressant que le KC-390 pour son prix, pour les moindres coûts de manutention ainsi que les facilités d’emploi
    Max. au décollage 31,8 t
    Passagers 46 parachutistes ou 36 civières et 6 assistants médicaux
    Moteurs 2 Rolls-Royce AE 2100D2, hélices Dowty 6 pales
    Puissance totale 6 920 kW (9 400 ch)
    Vitesse maximale 602 km/h
    Autonomie Selon la charge : 2 150 à 5 925 km
    qu’en pensent les spécialistes ?

    • Castel dit :

      Le Spartan n’est pas un concurrent du kC 390, mais plutôt du Casa 295 ( 9t d’emport pour celui-ci,contre un peu plus de 10t pour le Spartan)

  8. Dreyfusée Ariane dit :

    N’oublions pas les simulateurs de vols.