Général Lecointre : Malgré l’effort de défense prévu, la France aura toujours une « armée des dividendes de la paix » en 2025

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

65 contributions

  1. wagdoox dit :

    4% … on y vient

    • batgames dit :

      Frogel dénoncer déjà
      Cela fait plusieurs fois que l’amiral Bernard Rogel, son chef d’état-major (CEMM) l’affirme : l’activité de la Marine nationale va au-delà du contrat opérationnel qui lui a fixé le dernier Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale, publié en avril 2013.

      Et cela oblige à faire des choix étant donné qu’il manque à la Marine nationale les moyens nécessaires pour assumer l’ensemble de ses missions, dont celles relevant de l’Action de l’État en mer, aussi importantes que les interventions sur les mers du globe. Ainsi, pour engager une frégate dans l’opération Sophia, lancée par l’Union européenne pour casser le modèle économique des passeurs de migrants, il a fallu qu’elle se retire de la mission de lutte contre la piraterie « Atalanta » dans l’océan Indien.

      Par ailleurs, lors don prochain déploiement le groupe aéronaval constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle aura une connotation internationale étant donné qu’il comprendra des frégates australienne, belge et britannique. Il sera difficile, dans ses conditions, de parler d’autonomie « stratégique »….

      En outre, la Marine nationale a dû annuler plusieurs participations à des exercices de grande ampleur organisés et réduire l’entraînement de ses équipages, en deçà des normes fixées par l’Otan.

      Comme l’a souligné l’amiral Rogel, lors de son audition par les députés de la commission de la Défense, dans le cadre de l’examen des crédits alloués aux forces armées, ce « dépassement du contrat opérationnel s’opère à budget constant ».

      Et de préciser : Nous dépendons en effet très peu du BOP [ndlr, budget opérationnel de programme] OPEX dans la mesure où dans leur définition ‘technocratique’ les OPEX sont avant tout des opérations aéroterrestres : en 2014, l’activité de la marine n’a ainsi été couverte qu’à hauteur de 2 % par les crédits OPEX, ce qui signifie que nos opérations à l’extérieur ne sont quasiment financées que par le PLF [ndlr, loi de finances initiale]. Il nous importe tout particulièrement qu’il soit au rendez-vous sur les crédits permettant l’activité des forces. »

      Cette suractivité de la Marine nationale par rapport à son format actuel est rendue compliquée par l’indisponibilité de certains de ses matériels parmi les plus anciens. C’est notamment le cas des Atlantique 2, des hélicoptères Lynx et Alouette III (le CEMM a dit attendre avec impatience l’hélicoptère interarmées léger) ou encore des sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) de type Rubis, lesquels seront progressivement remplacés par ceux de la classe Barracuda.

      « Les Aviso A69 et les patrouilleurs de service public sont également touchés par le vieillissement, ce qui peut conduire à des ruptures nettes de disponibilité, comme cela s’est produit à Cherbourg après que le patrouilleur de surveillance des pêches Cormoran a pris un ‘coup de tabac’ et s’est trouvé immobilisé pour un bon moment », craint l’amiral Rogel.

      « Ces choix de vieillissement résultent d’arbitrages assumés, mais ils n’en viennent pas moins compliquer l’actuel dépassement du contrat opérationnel », a-t-il dit.

      D’autres problèmes affectent des matériels plus récents, comme l’hélicoptère NH-90 « Caïman », qualifié d’ »exceptionnel » par l’amiral Rogel car il va « bouleverser la lutte anti-sous-marine ». Cependant, cet appareil « pêche par sa jeunesse » car il « présente des défauts de corrosion », en raison d’une « perte de compétence de l’industriel ». Pour autant, un « plan » a été mis en place pour y remédier.

      Plus généralement, l’amiral Rogel a estimé qu’il faudrait rédiger un Livre blanc sur la défense « tous les cinq ans », au vu de l’évolution et de la multiplication des menaces. « Mais un outil militaire se construit dans la durée. Il ne s’agit donc pas de donner un coup de barre à chaque révision – les coups de barre ne sont jamais bons, c’est le marin qui parle – mais de réorienter », a-t-il dit.

      D’où la question du programme BATSIMAR (Bâtiments de surveillance et d’intervention maritime), censé remplacer notamment les patrouilleurs P400. La LPM 2009-2014 prévoyait de le lancer, ce qui n’a pas été fait. Celle actuellement en cours a renvoyé le dossier celle à la suivante. Or, il y a maintenant urgence.

      « Il faudra se pencher sur le programme BATSIMAR (…). En effet, si nous attendions 2024, nous serions en ‘rupture globale temporaire de capacité’, car tous les patrouilleurs outre-mer vont s’éteindre les uns après les autres », a fait valoir l’amiral Rogel.

      D’autant plus qu’il « faut tenir compte non seulement des nouvelles zones à protéger et des événements climatiques mais aussi des problématiques de souveraineté » car si la Marine n’est pas présente dans l’ensemble de la zone économique exclusive (ZEE, domaine maritime), « d’autres viendront l’occuper à notre place », a expliqué le CEMM.

      « Aujourd’hui, nous faisons régner l’ordre, notamment en mettant dehors des pêcheurs asiatiques illégaux, mais si nos patrouilleurs ne sont pas remplacés – et c’est également vrai pour les patrouilleurs métropolitains –, nous rencontrerons des difficultés, car ils sont un élément important de l’action de l’État en mer », a prévenu l’amiral Rogel.

      Enfin, s’agissant de l’extension récente de la superficie de la ZEE française de 550.000 km2, le CEMM a dit en avoir pris bonne note. « C’est un nouveau champ d’action pour la marine, à qui je ne doute pas qu’on fournira les moyens pour qu’elle y accomplisse au mieux ses missions… », a-t-il lancé aux députés.

    • batgames dit :

      le général de Villiers de souligner que « les Français dépensent plus de 45 milliards d’euros chaque année pour leurs assurances – ce qui est presque 50 % de plus que le budget de la Défense, qui est pourtant la meilleure assurance de la Nation. » En clair, on râle toujours quand il faut payer ses assurances mais on est content de l’avoir fait quand on en a besoin…
      des fous ce sont des fous ……

      • Caton dit :

        Vous mélangez tout !
        – Les assurances vie et les assurances décès sont des placements financiers qui sont à terme récupérés par leurs bénéficiaires ou leurs héritiers.
        – Les assurances contre les risques, quels qu’ils soient, sont pour l’essentiel redistribués aux victimes de sinistres, déductions faites des couts de gestion, de réassurances et d’un juste profit des assureurs.
        Dans les deux cas on retrouve l’essentiel de l’argent sous une forme ou une autre.
        – Le financement d’une armée n’est pas un placement mais une investissement à fonds perdus censé nous protéger d’une agression, une dépense nécessaire mais aucunement rentable. Au même titre qu’une porte blindée, qu’une alarme, un système de vidéo protection ou un vaccin…
        Et aucune armée ne rembourse les dommages de guerre.

    • Yannus dit :

      2% en 2025
      4% en 2050

      On pourrait mobiliser une partie au dessus des 2% pour rembourser la dette.

      • wagdoox dit :

        non bien avant !
        480 de la sécu. 38 de formations qui servent pas au chômeur, 30 milliards aux associations et surtout les chers amis avec le CICE par exemple.

  2. Stoltenberg dit :

    Visiblement, le Général Lecointre est une personne intelligente et clairvoyante. Dommage que les députés et tous ceux qui sont au pouvoir vont passer outre ses mises en garde. « Une telle intervention, a souligné le CEMA, ne serait possible que « dans le cadre de l’Otan et avec un soutien massif des États-Unis. » « . Histoire de contredire 80% des personnes qui laissent des commentaires sur ce site et qui sont anti OTAN. Mais cette fois ci, ce n’est plus Stoltenberg qui vous le dit mais le Général Lecointre.

    • batgames dit :

      les impots c’est les les riches avant qui les payer ,comme c’est la foire à la course de dédouanement de responsabilité fiscale pour atteindre le top niveau des exonération ,il est évident que seule les classes moyennes qui gagnent trop en payent ..les pauvres n’en paie plus que sur la CSG et la TVA …qui paie vraiment limpot sur les revenus …les imbéciles qui n’y connaissent rien pour trouver des niches d’exonératioon ,à ce petit jeu la plage d’impots s’est réduite dans tous les domaines et pas seulement dans la ponction des revenus *….et maintenant on nous parle de toute l’afrique qui va venir se faire rincer gratuit chez nous …à ce jeu …QU’ON NE VIENNENT PAS PLEURER SUR LES BUDGETS DU SEUL METIER QUI DOIT FERMER SA GUEULE ,c’est bien joli d’obéir mais quand on élis des mafieux ,des imbéciles heureux ,des cons et des idiots …il faut assumer !
      macron dégage

      • pte dit :

        heu faudrait pas non plus oublier que la France est la championne du monde des prélèvements. Certe l’armée à été une variable d’ajustement, mais sans faire des économies et donc une révolution dans les dépenses publiques, il n’y aura pas d’augmentation du budget armée.

        • Stoltenberg dit :

          C’est exactement ce qu’il faudrait faire ! Trop de dépenses inutiles et pas assez d’argent pour des choses cruciales. Et en plus, une dette astronomique.

    • Eric dit :

      Ca n’a rien d’étonnant : les Etats-Unis consacrent un peu plus de 3 % de leur PIB (lequel est déjà sept fois supérieur au nôtre) à la défense. Nous, on prétend avoir les mêmes capacités en étant à 1.75 %.
      Et en effet, ça prouve bien à quel point l’idée d’une défense totalement indépendante de l’Otan relève aujourd’hui du délire complet : tous ceux qui nous ressassent cette idée à longueur de commentaire sont-il prêts à faire les sacrifices (baisse des prestations sociales, de santé, hausse des prélèvements fiscaux) qu’impliquerait de doubler le budget militaire du pays ? Parce qu’on parle là de dizaines de milliards !!!

      • Frédéric dit :

        Pour le budget de la défense, chacun voit le pourcentage qu’il veut. Le SIPRI nous voit à 2,05 du PIB !

    • Fafou dit :

      Bonjour
      Je suis souvent en accord avec vos avis et principes.
      Aucun pays européens et j’ecris Bien aucun
      Ne pourrait faire cavalier seul même si j’octroie Facilement à la France le rôle et le pôle majeur en matière de défense en Europe .

      Je terminerai même en ajoutant que cette dernière est de loin la seule qui a la capacité et la volonté (ce qui manque chez nous et dans le Benelux ainsi que l’allemagne Et les autres « grands »européens ( je sors de suite les brits de toute forme d’associations)) de commander une opex seule. 
      Allez y je suis large aujourd’hui 😉

  3. Bonjour
    À la lecture des commentaires du général Lecointre , rien de très réjouissant …. nos armées aurons le minimum .. et quand dans diverses interventions je disait que nos armées sont dans un état pitoyable helas je ne me trompait pas … Si demain il y avait un conflit majeur , nous serions en grande difficulté … Cela est indigne de notre pays … Nous sommes pieds et mains liés …. la cause Bruxelles …. Mme MERKEL
    Que sommes nous devenus avec cette Europe …. qui en fin de compte dirige tout et surtout notre sécurité … Il est vrai que les crédules et naïfs nous dirons ce quils entendent tout les jours dans les médias qu’il n’y a pas d argent … la grosse escroquerie … et sui fait de notre pays une puissance plus que moyenne et la proie d’autres grandes nations …. Pauvre France …
    WILLIAM ALEXANDER

    • Eric dit :

      Toujours les mêmes débilités… Quand allez-vous finir par comprendre que si ce pays n’a plus un sou vaillant, ce n’est certainement pas la faute de l’Europe (qui bien au contraire nous empêche de jeter ce qui reste par les fenêtres !), mais bel et bien de nos politiques et haut-fonctionnaires qui ont mal géré ce pays et gaspillé l’argent du contribuable par centaines de milliards depuis plus de cinquante ans. Mais si vous préférez croire « qu’il y a de l’argent », comme le prétendent certains politiciens extrêmistes de droite comme de gauche, alors on ne peut pas faire grand’chose pour vous. Juste vous rappeler que la réalité est un mur têtu, comme l’a appris l’extrême-gauche grecque lorsqu’elle est arrivée au pouvoir… Et que vous allez vous fracasser la tête dessus.

      • Thinker dit :

        Alors on va le répéter encore parce que les faits sont têtus: l’Euro est Reichmark qui a une valeur qui se situe grosso merdo entre celle que devrait avoir le Deutchmark et celle que devrait avoir le Franc. Ce qui fait que ça flingue notre compétitivité à l’export, et vu que l’UE tient en plus à ce que nos frontières soient ouvertes aux 4 vents et décide seule des politiques commerciales et douanières, ça avantage les pays à revenu intermédiaire et tous les autres pays plus compétitifs que nous sur notre marché intérieur.
        Donc les Français consomment moins de made in France, et les entreprises exportent moins, ce qui fait que notre balance commerciale se dégrade (la preuve en étant que l’ampleur de la dégradation dépens quasiment uniquement du taux de change euro/dollar, on peut prévoir sa dégradation ou son amélioration en fonction de ce taux).
        Comme en plus l’UE interdit l’interdiction de la libre circulation des mouvements de capitaux, les entrepreneurs vont à la solution la plus simple: ils délocalisent la production là où la main d’oeuvre est moins cher, quitte à réimporter les produits finis. Et ceux qui ne le font pas, ou pas assez finissent par être victime d’une OPA hostile qu’on a interdiction d’empêcher.
        A la fin, il y a de moins en moins d’entreprise, et les carnets de commandes sont tout vides donc il faut débaucher.
        Le taux de chômage augmente. Moins d’emploi = moins de recettes fiscales (que ce soit en impôts directs ou en TVA). Moins de recettes fiscales = dettes et austérités.
        Et pour couronner le tout, moins de dépense publique = carnets de commande moins remplis = moins d’emplois = moins de recettes fiscales = moins de dépense publique.
        Les hauts-fonctionnaires honnêtes (ceux qui ne couchent pas avec les PDG des multinationales et les chefs de rédaction au club le Siècle) l’expliquent pourtant bien: c’est un cercle et il est vicieux. Mais c’est vrai qu’ils sont très peu nombreux et que les rares fois où les journalistes parlent d’eux c’est pour les traiter de gourous !
        Il est plus facile de détruire un tissus industriel que de le reconstruire. Et nos dirigeants fanatiques en sont à vendre également les entreprises qui ont des carnets de commande plein maintenant. En prétextant qu’elles n’ont pas une masse critique pour faire face à la mondialisation.
        La pire chose qu’aient fait nos dirigeants ces 30 dernières années c’est de prétendre que d’avoir une monnaie forte et stable sauverai la France. Dans la réalité ça tue notre industrie, ça tue notre niveau de vie. Il est certain que le budget de la défense Brésilien ou Mexicain n’est pas encore celui de la France. Mais ça viendra. Quand ils lèveront plus de recettes fiscales que nous.

        • NRJ dit :

          Thinker
          Vous avez raison, l’euro ne fait pas nos affaires. Après, on est tellement mauvais sur tout ce qui touche à l’économie (chômage, croissance, déficits ou on est systématiquement dans les derniers de l’Europe) qu’une monnaie plus faible ne nous arrangerait qu’a court terme et que derrière on retrouverait encore les mêmes problèmes que vous avez énoncé. C’est d’ailleurs ce que doivent « oublier » ces hauts fonctionnaires dont vous parlez qui ont une responsabilité importante dans notre situation actuelle.

          Que vous sachiez: l’Allemagne a l’euro, mais est pourtant l’un des plus grands pays exportateurs (incompris dans les matières agricoles ou elle nous dépasse, alors que nous avons l’un des pays le plus adapté pour l’agriculture). Il y a un moment ou il faudra qu’on se pose des questions sur nous-mêmes avant d’aller critiquer les autres.

          • éco dit :

            L’Allemagne exporte à l’intérieur de la zone €uro. De ce point de vue, peu lui chaut que l’€uro soit faible ou fort. Au contraire pour ses importations massives d’hydrocarbures, il lui faut un €uro fort.

          • NRJ dit :

            L’Allemagne exporte également à l’extérieur de la zone euro. Preuve en est les sanctions que veut imposer Trump sur les voitures allemandes. Par ailleurs, l’UE accepte sans mettre de taxe les produits qu’elle importe. Ainsi, l’avantage de monnaies plus faibles comme le yuan devrait jouer incompris à l’intérieur de l’Europe.

      • Thinker dit :

        Il y a une grande différence entre les finances françaises et les finances grecques. Comme vous en connaissez un rayon, je suppose que vous saurez me dire quoi…

      • Bonjour Éric ,
        Il faut arrêter les invectives et autres commentaires qui de mon point de vue n’ont rien à faire dans les débats.
        Ne pas être en accord avec une opinion ne justifie en rien des propos tels que débilité et autres noms d’oiseaux … Vous avez le droit de penser que notre pays n’est plus un sou …. Mais vous pouvez accepter que d’autres pensent que quoi qu’il en soit , le budget de la défense d’une nation ne peu rentrer dans de telles considérations … puis l’on peu auswi penser que de l’argent il y en a … je pourrait argumenter , mais le but de vous répondre est uniquement de vous rappeler la notion de respect ….
        Alors Éric , argumenter mais pas d’invectives ..
        Je suis sur que vous aurez compris le sens que je veux donner à mon écrit …
        Mes plus sincères respects ….
        À très bientôt …
        WILLIAM ALEXANDER .

      • Math dit :

        A nuancer tout de même: ceux qui nous disent qu’il n’y a pas d’argent sont ceux qui on mis en place la libre circulation des capitaux, l’abaissement des barrières douanières et en on profité pour ne plus payer d’impôt, jouissant ici d’une protection et d’une sécurité juridique qu’ils ne paient plus.

      • wagdoox dit :

        Les memes politiques et haut fonctionnaires qui ne jurent que par l’UE ?
        Meme votre argumentaire se contre dit.

    • Frédéric dit :

      Comme écrit par Eric, arrêtez de rejetez sur les autres nos propres fautes ! Le Royaume Uni va quitter l’Union Européenne et sa puissance militaire ne vas augmenter, très loin de la !

  4. Barfly dit :

    Ce que nous dit le Général Lecointre, c’est que nous vivons dans un monde instable où tout est possible. Nous avons une armée de temps de paix mais dans un monde de plus en plus précaire où se multiplient les points de tension, il faut donc anticiper le probable conflit à venir et se doter d’une armée capable d’encaisser le premier choc en attendant une mobilisation générale plus forte (stratégique, politique, financière, et de toute la société bien sûr). Le devoir du politique dans ce cas là est justement de prévoir, d’avoir une vision plus large des choses, une intuition des événements, et non de faire des calculs de boutiquier avare qui nous laisserait sur le carreau une fois de plus.

    Et ce que nous dit aussi le Général Lecointre, c’est qu’à l’heure actuelle nous sommes incapable de gérer seul une crise majeure, d’ou l’importance de faire partie d’une alliance comme l’Otan, n’en déplaise à certains qui font une crise d’urticaire à la simple évocation de ce nom. Personnellement, je préfère avoir des alliés à mes côtés, des alliés aussi imparfaits soient-ils que de me retrouver seul en rase campagne avec ma petite fierté. L’indépendance ça se mérite, ça demande de grands efforts et aujourd’hui hélas nous en sommes incapable. Les US, eux pourraient se permettre le luxe de quitter l’Otan (je pense qu’ils seraient perdants) alors que nous, nous ne pouvons pas.

  5. jyb dit :

    On peut apprécier la puissance militaire en comparant des budgets, en comptant les effectifs et en mesurant quantativement et qualitativement des volumes. Mais plus important à mon sens, aucun indicateur objectif ne mesure la formidable plus value qu’est une armée qui combat.
    A ce titre depuis 2001, l’armée française est une armée qui combat quasiment sans discontinuité (jonction afgha/serval) Peu de pays, et aucun en europe (uk compris) peuvent se prévaloir de cet aguerrissement en conditions réelles.

    • Sempre en Davant dit :

      Les Britichs ont tâté du combat loc en Irak. Avons nous un pendant à cette expérience?
      En avons nous tiré des enseignements? Nous sommes nous adaptés?
      .
      De mémoire la FOT ne peut pas fournir 1 Biloute et 1 Chapireau par commune.
      En dépit des meilleurs gré et, malgré le dépit, une douzaine d’Aspirants mal léchés foutraient, en quelques jours, ce pays par terre sans recours … Ni aide extérieure!
      .
      Sur le TN nous comptons sur le min int comme des gogos… Et même en ajoutant l’ex min def tant qu’on aura à l’esprit la belote et ses 32 cartes on sera pas jolis face aux 52 des amateurs de bridges.
      .
      Sommes nous oui ou non en mesure de tenir le terrain face à une action « de guerre »?
      Pour moi c’est non!
      L’excellence manouvrière d’un SGTIA, la péchuitimitumerie du groupe spécial de l’espace local, pinot simple flic, le gendarme à st trop, et l’argousin nord d’Andorre ne fond pas le poids si l’initiative ne leur est plus acquise.

      • jyb dit :

        @Sempre en davant
        Je ne suis pas certain d’avoir bien tout reçu.
        Mais : pour le uk, le débat serait intéressant et fait écho à des questions que les mili brits se sont posés et je pense se posent encore. La grande différence entre France et uk est que la France capitalise sur de l’opérationnel, du tactique, du pratique quand uk se pose des questions organisationnelles bien en amont du champ de bataille.
        Les brits se sont retrouvés très vite (dès fin 2002) avec 2 théâtres d’opération.
        afgha et irak (phase préparatoire)
        Rappelez vous que pour mener leur guerre contre Saddam, les usa ont redeployé des troupes de l’afgha vers l’irak ( En passant on peut y voir une des erreurs qui a conduit à la situation actuelle) Si la puissance militaire américaine a pu encaisser ces 2 champs sans trop souffrir ce n’est pas le cas de la british army qui du se reposer largement sur les moyens us. Le terrain est la loi, l’engagement brit n’a pas été a la hauteur des ambitions affichées.
        Nous sommes nous adaptés ? En tous cas nous avons dressé le catalogue des adaptations nécessaires pour augmenter notre potentiel. Ce blog fait régulièrement état des carences et déficits et pour nombre d’entre eux c’est bien l’engagement sur le terrain qui les a mis en lumière.
        tn : je garde une vision assez conservatrice des prérogatives des acteurs. et j’ai confiance en nos services pour identifier et contrer la menace à la mesure du niveau inégalé à laquelle nos ennemis l’ont mise.
        action « de guerre » ? : pas compris.
        techniquement un gtia (pourquoi sous groupement tia?) n’est constitué que pour prendre l’initiative.

        • Sempre en Davant dit :

          L’humour écrit n’est pas mon fort. Pardon.
          Votre complément est intéressant je reprends là.
          .
          Les réductions d’effectifs très importantes on entraîné des pertes sèches de compétence probablement « pire » chez les GB.
          Quel délai pour les retrouver?
          Pour nous c’est « à cause du terrorisme » que la déflation a été interrompue. Les armées ce trouvant dans une OPINT, dont je persiste à penser qu’elle a évité bien des événements au moins dans sa phase initiale, qui a aussi les inconvénients souvent énumérés ici. Le niveau d’entraînement à l’instant T, et particulièrement niveau collectif ( Cnie et au delà) est il suffisant?
          Et le NRBC?
          Plusieurs articles ici ont montré le problème du manque de réengagements dont Louvois (Jamais cité dans l’hésitation du prélèvement à la source! On verra) n’est pas le seul responsable ce qui implique des efforts d’instructions.
          .
          La part que les GB ont projeté durant cette période était très supérieure à celle de nos engagements qui pour une part repose encore sur les pré-positionnements qui restent.
          Aurions nous la capacité de déployer autant aussi longtemps sans ces appuis?
          .
          Le nouveau sujet du Pacha à propos de Afrique « prochain terrain » d’une guerre informationnelle nous met devant la question post coloniale.
          Au delà du plan français, et de l’exploitation d’affichage politicien, d’image internationale par nos présidents successifs, quel vision ont’ils eu? Que reste t’il de l’ONU? Des migrants?
          Deux livres sur lesquels je suis retombés : La paix du monde du Gal Jean Cot (avec lequel je suis en désaccord total sur la question du siège européen à l’ONU etc, mais c’est intéressant 18 ans après. Surtout qu’il avait été débarqué par Boutros Boutros-Ghali et qu’il suggérait une force d’intervention de l’ONU comme les €uropéen veulent en avoir une…) et encore un peu plus vieux « Mission ou démission » d’Yves Bonnet sous titré « le prix de la défense » (Or l’investissement dans la défense n’est pas une perte sèche mais un spot d’innovation).
          .
          Cela excède certes le cadre de votre commentaire initial. Cependant si nous avons comme vous le dites justement la capacité a planifier, à adapter, à projeter et à faire manœuvrer des GTIA (Un « excusez moi du peu » avec une pointe d’orgueil n’est pas H.S.) sur deux théâtres voir trois. Je doute de notre capacité à faire face à un engagement plus lourd où Urbain.
          .
          Enfin, à l’heure ou l’on évoque le rétablissement de la Gabelle alors qu’il y a tant d’autre trafics (et fraudes même alimentaires), ou Hulot quitte ce navire où il avait une cabine bien plus prestigieuse que celle de la ministre des armées, ou l’affaire « benalla » dresse un tableau effarant du fonctionnement de l’état dès avant l’élection et où l’on cherche la moindre « idée neuve » qui ne remonte pas aux années 80… J’ai fort mal aux institutions! Et vraiment je vous suggère de lire les articles de Castellenau qui bien mieux que moi remet tout cela en perspective.
          [« Car les femmes aiment les choses neuves et non les choses
          nouvelles.. » Guitry?]
          Vous soulignez un engagement au combat constant depuis 2001. Ce qui signifie que nous ne parvenons pas à « la réduction de la violence ». J’y vois donc un échec.
          Cet échec est certes essentiellement politique car l’usage de la force armée est un choix politique.
          Comme aussi le choix d’employer les Armées où la Police où …
          lors de la professionnalisation les colonels de l’infanterie ne voulaient pas que les fantassins deviennent de « jeunes CRS » et la Gendarmerie devait pourtant « aller en OPEX » pour montrer à la biffe… comment être CRS.
          .
          Étant écolo-conservateur l’abandon de l’idée de Défense m’effraye. La spécialisation ne doit pas être un cloisonnement.
          Les graines enrobées tueuses de lièvre autrefois, d’abeilles maintenant, le bétonnage et la dépendance au pétrole intéressant notre survie intéressent la défense. L’eau et le pétrole aussi!
          Au nombre des M.O. annoncés par les trayeux de boucs figurent les incendies etc… Ce que je ne vois pas c’est une réorganisation de nos institutions en fonction de ces menaces « qui vont durer 30 ans ».
          Par « de guerre » je voulais désigner des actions aussi violente que possible quitte à y laisser sa peau. Là où passe le Shit, la coke, les cigarettes de Mr Marlboro passent (et passeront) les armes.
          « Les lois désarmées tombent dans le mépris! »
          .
          Desportes disait dans une interview il y a quelques années que l’ONU était mort. Il est vrai qu’on cherche ses succès voir ses actions en cours. L’€urope organise son inexistence plus ou moins en la justifiant par l’Otan.
          Bref, j’ai mal au « en même temps ».
          .
          Les militaires devraient faire la guerre pour la gagner c’est à dire arriver à la réduction de la violence.
          La polémologie actuelle fait disparaître les critères de conflit réglé (tout les moyens sont bons), de conflit entre états (des bandes de trafiquants ou de « bandits de grands chemin »), de distinction entre civil et combattant (signe distinctif suffisant) et de début et de fin de conflit (c’est une bonne solution que de piller les dépôts du voisin quand le blé ne pousse plus…).
          Bref ce qui ce dessine c’est une situation ou la « néo-guerre » sera un état permanent avec plus ou moins de motifs religieux et plus ou moins de motif de survie tellement on est nombreux notamment pour des motifs « religieux ».
          .
          Nos Armées sont il est vrai aguerries et remarquables au plan coût efficacité.
          La FAR l’était aussi jadis et la France probablement mieux défendue sur tout le spectre. Et la menace est bien plus grande que lors des dividendes de la paix probablement un milliard et demi plus grande.
          La vielle idéologie soixantehuitarde, les fantasmes exotiques, le no borderisme, l’idée que la bouffe sort du frigo ( » que bio sans gluten hein! ») comme l’électricité pour la voiture sort de la prise (« zéro émission juste la clim qui fuie mais faut juste la faire remplir chaque mois ») et les vacances forcément en avion pour aller s’appesantir sur la mer de plastique… « faut profiter »!
          .
          Ce n’est pas que je refuse de complimenter nos armées, ni que je vous attribue rien de ce que je déplore vous avez appris comment on cultive les dattes… 😉

    • clément dit :

      Je suis bien d’accord; la machine crachotte, cahotte et tousse, mais elle fonctionne (à la démerde) et c’est un fait. Tout le monde ne peut pas en dire autant.

    • ji_louis dit :

      Les russes l’ont bien compris (au moins depuis 2008), qui s’aguerrissent sérieusement depuis quelques années (Crimée – Donbass, Syrie)

  6. Arno dit :

    Avec le peu de culture générale défense de l’opinion publique en France, il est sain que le CEMA rappelle l’état de l’art régulièrement.

  7. Montaudran dit :

    Avec le taux de croissance qui a un coup de mou ce trimestre et l’e déficit budgétaire qui reflirte avec les 3% on aura de la chance si il n’y a pas des tentation de rabotage sur le budget de la défense. Les mauvaises habitudes ont la vie dure…

    • Carin dit :

      À montaudran
      Peut-être aussi que les pontes de Bercy ne sont pas pressés de se faire traiter de
      « traître » dans toute la presse écrite et audiovisuelle, et qu’ils y réfléchiront à deux fois avant de raboter Le budget mili??? En plus entre ceux d’active, ceux ayant quittés l’armée pour raison de manque de budget, ceux en retraite, et les sympathisants… ça commence à faire du monde!

  8. sergeat dit :

    C’est bien de mettre le politique face à ses responsabilités,rappelons à nos » bisounours « que l’on a la paix que si on a une défense forte et surtout indépendante autrement on restera les supplétifs de l’oncle Sam,et que son potentiel aide ne pourrait se faire qu’en abandonnant notre vision géostratégique et notre développement économique stratégique (ce qui se fait déjà avec Macron )

    • batgames dit :

      c’est la soumission à la communauté Européene qui nous fait devenir une province …sauf que cette europe est lobotomisé depuis ses débuts par les amerloques ,pour les surplus des entreprises amerloques ,c’était cela au début et le commandement de l’OTAN est un ver dans le fruit qui reste en phase dormante et qui espionne au service de l’oncle sam ;mais un jour si besoin il sera là pour détruire tout désir d’indépendance ,si besoin par la force contre les populations européennes ..

  9. Matou dit :

    C’est une question que je me pose personnellement depuis longtemps. Quid en cas de menace majeure d’une mobilisation générale (organisation, armement, entraînement, etc) ? Notre armée est d’un professionnalisme exceptionnel. Mais elle est petite et le pays n’est pas organisé pour la faire grandir dans des délais courts en cas de besoin en rupture. Certes, il y a l’idée de la garde nationale mais quand est-il aujourd’hui, tenant compte que c’est un deuxième rideau qui peut permettre un accroissement d’effectif certainement assez rapide si suffisamment pourvu et quid du troisième rideau (mobilisation générale). Tenant compte du contexte et de l’agressivité de grands acteurs mondiaux au voisinage proche, la question se pose. Pour ma part, je ne veux pas que mon pays ni nos enfants revivent un jour le scénario de la seconde guerre mondiale. Certes on a l’arme nucléaire mais c’est ultime et personne ne peut souhaiter sa mise en œuvre. Il y a forcément des étapes intermédiaires. Et se posera la question cruciale du financement.

    • Math dit :

      Effectivement il y a ce « certes », qui n’est pas complètement anodin. Le problème des méga-morts demeure une variable incontournable pour tous les éventuelles belligérants. Cela affecte la relecture de Foch. La raison d’être de l’armée se situe face à un ennemis qui ne dispose pas de bombes atomiques et qui bien souvent dispose de moyens limités (ennemis intérieur ou extérieur). Je ne vois pas exactement le cas de figure qui nécessiterai une mobilisation nationale. A l’époque de Foch, la raison d’être de la mobilisation nationale et de sa rapidité était de disposer avant l’ennemis d’une masse supérieure à celle qu’il pourrait nous opposer à un instant T et ainsi assurer la victoire.
      Quel serait l’intérêt dans une ère atomique de rassembler et concentrer les troupes en un point? Quel emplois feriez-vous de la force offensive ainsi mobilisée? Quels seraient les buts à atteindre? De quelles ressources avons-nous à ce point besoin pour que cela justifie que nous attaquions un ennemis? Pouvons-nous atteindre les mêmes buts par des moyens moins coûteux? Aurions-nous les moyens humains de coloniser un pays? Aurions-nous les moyens humains d’en garder le contrôle? Avons-nous une supériorité technique, une force morale qui serait à même de faire s’effondrer la résistance morale d’un adversaire potentiel? Poser ces questions, c’est déjà plus ou moins y répondre. Nous menons actuellement des guerres de cabinets ministériels. Aucun des conflits en cours ne mobilise réellement l’ensemble de la nation. Pis encore, ils la divise. Nous n’avons pas en ce moment une nation uni, tout a été fait pour détruire son sentiment d’unité par l’immigration et l’arrivée sur notre sol d’avis ou de visions divergents. Les conflits entretenus au MO ne nous sont pas favorables. Les réformes libérales en cours au sujet des mœurs divisent profondément la nation. Nous ne portons pas de message positifs, nous ne sommes pas un exemple à suivre. Nous apportons le chaos qui règne chez nous. Il n’y a aucun message, aucune force là dedans.

  10. le CEMA dit en termes choisis ce que tout le petit monde de la défense sait depuis plusieurs LPM : 2% du PIB c’est le seuil de strict insuffisance « temps de paix/opex et opint pas trop abrasives », 3% c’est le niveau pour faire face avec deux notions essentielles que sont la masse et la redondance. Rien de nouveau sauf que maintenant le CEMA le dit.

  11. Polymères dit :

    Il n’a pas faux, il est évident que cette LPM est comme je l’appel, une loi de « rattrapage » par rapport à toutes les coupes qui ont impactés son ossature.
    Par contre sa comparaison avec les grands conflits passés, comme le font beaucoup de personnes, n’a plus aucun sens aujourd’hui il y a des armes nucléaires et leurs présences dans plusieurs pays font que justement l’intervention militaire et la guerre massive, surprenante, surtout entre grandes puissances, c’est vraiment de la limite de l’impossibilité. C’est comme la guerre froide, jamais dans l’Histoire militaire et des conflits qui l’ont jalonnés, un tel climat de tension n’aurait pas explosé en guerre. On avait beau faire la course aux armements pour se sentir plus fort que l’autre sur le papier, tout conflit restait cependant totalement insensé.
    Il est bon tout de même de garder ce côté nucléaire dans la tête en arrêtant de penser que ce qui fait la force et la capacité de résister serait les chars et les canons.
    Qu’on souhaite une armée française capable de faire plus et mieux, c’est une position que je partage, par contre l’argumentation systématique qui laisserait à planer la menace d’un remake de 14-18 ou de mai 40 ou je ne sais quoi, ben désolé, ça ne marche plus, la France ne sera pas envahie par un ennemi qui prendrait à la légère la menace nucléaire qu’il y a derrière un pays qu’on pousserait dans un précipice.
    Une armée conventionnelle faible, c’est vrai que ça limite nos capacités et donc nos ambitions pour intervenir ailleurs. Mais ne pas intervenir ailleurs ne va pas non plus condamner la France, tant pis, on regardera 2 pays se foutre sur la gueule à la TV, sans venir en secourir un, mais le risque militaire concernant la France est nul et il n’y aurait point besoin de faire une mobilisation générale pour sauver un autre pays.
    Il existe cependant un problème, c’est d’avoir une ambition d’intervenir, puis d’intervenir et de ne pas avoir les moyens de gérer le conflit. On peut subir des pertes militaires, on peut galérer dans une intervention sans pour autant que ça légitime l’arme nucléaire, par contre si on peut se retirer de ce genre de conflits la queue entre les jambes, l’ennemi qu’on combattait ne va pas envahir la France.
    Avoir de l’ambition et des moyens, c’est bien, vouloir plus, c’est très bien, mais surtout ne pas oublier que l’arme nucléaire impose un rapport de force pour la dissuasion défensive qui empêche n’importe quel pays de pousser une offensive contre eux qui serait suicidaire (donc ne jouons pas sur l’esprit des guerres passées comme si rien n’a changé), les forces conventionnelles, elles, servent pour l’offensive, pour imposer nos intérêts, défendre nos positions, mais tout cela si ça permet de peser dans le monde, d’être influent et important, respecté et craint, ça n’est pas pour autant le destin de la nation qui s’y joue et c’est comme les américains au Vietnam, ben si ça coince, on rentre à la maison et tant pis si l’autre d’en face crie victoire, il restera là ou il est.

    • sentinellle dit :

      Discours connu mais précisément il existe des stratégies de contournement , on peut mettre le pays en échec et mat en faisant tomber les pays voisins ça demande un bouquin !

    • EchoDelta dit :

      Certes l’arme nucléaires restent un atout incontournable de la stabilité internationale. Mais le vrai risque militaire actuel est de se faire grignoter partie par partie nos différents point d’appuis. Mayotte, Guyane, Martinique, Guadeloupe, etc. sans parler de l’Afrique… Ce qui restreindrait considérablement notre influence, l’appuis que l’on peut apporter aux groupe français pour se développer, etc. Donc notre niveau de vie économique, nos entreprises.
      Si les chinois décide de prendre nos bases à Djibouti les empêcherons-nous avec l’arme Nucléaire ? Je ne penses pas, je ne l’imagine même pas. En revanche se prendre une raclé de bombardement conventionnel sur les iles Sensaku, permettrait de les faire réfléchir à deux fois.

      • Polymères dit :

        Se faire grignoter? Par qui?
        Vous imaginez que Djibouti est un territoire français et que les chinois vont s’emparer de notre base?
        Qui revendique la Guadeloupe? La Guyane?
        Comme à chaque fois, à défaut de vraies menaces on aime à s’imaginer des guerres et des scénarios improbables, comme si ces îles là seraient d’une importance vitale qui vaut bien une guerre contre la France, donc contre l’Otan…
        Ne prenez pas les autres pays pour des fous et ne prenez pas la Chine comme une puissance revendiquant à la France ses territoires, non, la Chine a des revendications dans ses alentours, elle est en froid avec les américains présents et avant d’aller chercher une île appartenant à un pays ayant la bombe nucléaire, la Chine sera passée sur bien d’autres nations. Faut pas croire que nos 3-4 îles à l’outre mer sont le centre du monde ou jaillirait de l’or et que tout le monde convoiterait, ne faisons pas comme si l’histoire de la guerre de malouines planait sur elles, il y a des territoires qui sont disputés dans le monde, chez nous à part considérer les Comores comme une grave menace militaire pour Mayotte, il n’y a rien, inutile de ramener la Chine je ne sais ou pour se faire peur et justifier n’importe quoi comme menace. On ne fera pas une guerre nucléaire à la Chine, mais on ne lui fera pas non plus une guerre conventionnelle, ne nous prenons pas pour les autres.
        .
        Moi je suis un vrai partisan pour faire plus pour nos armées, mais pas en s’inventant des fausses menaces, mais plutôt en définissant clairement une ambition sans se cacher de vouloir assumer un rôle en dehors du cercle non nucléaire. Que des états nucléaires divergent et se confrontent dans leurs intérêts, oui bien entendu, on pourrait également s’amuser à se ruiner dans une nouvelle guerre froide, juste pour jouer un jeu de rapport de force, mais le rôle des nations nucléaires, c’est d’être des freins, des soutiens, des aides aux autres pays et ce sont dans ces autres pays là, qu’il faut imaginer la confrontation, indirectement et dans la limite des alliés qu’on soutient.
        Et ce qu’on voit en Asie comme en Europe, c’est que des pays comme la Chine ou la Russie n’ont pas une stratégie pour faire la guerre, mais une stratégie d’éloignement, principalement américaine. Les chinois comme les russes sont clairement bloqués dans leur expansionnisme, ce qu’ils veulent c’est voir par exemple l’Otan disparaitre et les américains abandonner l’Europe afin que Moscou a les mains libres, la Chine elle, pousse des zones d’interdictions, personnes n’est fou pour prendre un risque de guerre si grand pour parfois des objectifs qui n’en valent pas la peine.

    • Carin dit :

      À polymères
      Vous savez, quand le CEMA parle de conflit en centre-Europe, il parle de tout ces petits pays qui sont menacés par les visées russes… et si comme vous le suggérez nous ne bougeons pas, parce que la France sera sanctuarisé, dites nous ou les armées russes (c’est un exemple) s’arreteront? Car comme vous le savez, dans la communauté européenne nous sommes les seuls à pouvoir rayer de la carte la Russie! Et lorsque nous auront des troupes russes tout autour de nos frontières… que ferons-nous? Le CEMA a raison et présente les choses un peu comme cela. « Aujourd’hui nos troupes sont dispersées de par le monde, et nous sommes à fond.. en cas de problème chez nous en Europe, nous ne pourront pas intervenir avec une force suffisamment représentative pour faire face » même si comme le souligne jyb, nos armées sont redoutables, il n’y a que si nos milis ignorent que ce qu’on leur demande est impossible qu’ils le feront! C’est un sacré pari !!! En gros le CEMA dit que nous allons vers plus d’opex, et qu’il faut donc plus de moyens pour assurer les rotations sans prendre sur ceux qui restent en métropole.

      • Polymères dit :

        Les russes ne sont pas fous, ils déplacent leurs pions quand ils savent qu’il n’y a aucun risques et jeu d’alliances .
        Jamais la Russie n’attaquera un pays membre de l’Otan, de la même manière que l’Otan n’attaquera la Russie, même s’ils se détestent et se regardent de travers.
        Les russes avancent leurs pions dans des pays non membre de l’Otan, au pire les occidentaux s’y opposeront, soutiendront indirectement le pays attaqué, mais au kremlin ils savent que c’est possible.
        Pour Moscou, sa stratégie européenne est simple, il s’agit d’éloigner les américains du continent (dans l’idéal de voir voler en éclat l’Otan et elle mène un politique et une propagande pro-active pour cela) mais aussi d’éclater l’UE pour que les nations européennes se regardent le nombril et se désintéressent l’une de l’autre.
        C’est par cette stratégie que Moscou espère « libérer » l’Est de l’Europe pour y avancer ses pions. Mais les russes n’en ont rien à faire de l’Allemagne, de la France de l’Italie ou autres, elle a des vues sur l’Ukraine, la Biélorussie, les Pays Baltes, la Moldavie, mais on peut arrêter la liste là dessus et leurs objectifs de fracturer les alliances des occidentaux est loin très loin d’arriver , au contraire on risque même de voir ces alliances se renforcer et Poutine et toute la bande de nostalgiques de l’URSS ne sont pas éternels, un jour la Russie tournera la page et on finira par avoir une Russie qui s’accepte dans ses frontières et accepte la souveraineté et l’indépendance de ses voisins, le temps n’est pas l’ami des russes, mais en attendant ils pousseront tout ce qu’ils peuvent sur les derniers pays qui sont encore « jouables ».
        Les russes gesticulent beaucoup et se donnent une image de puissance (merci la communication/propagande) qui ne reflète pas la réalité de leurs armées. Ils veulent qu’on la considère comme l’armée rouge d’hier, mais elle en est loin et elle a nombre de limites, arrêtons de voir l’armée russe actuelle comme le rouleau compresseur qu’était l’armée rouge.
        Le CEMA ne demande pas tant d’avoir plus de moyens que d’avoir moins de missions, je pense à Sentinelle en particulier. Mais ne faisons pas comme si on serait engagés aux 4 coins du monde. Aujourd’hui nous avons une opex, c’est Barkhane, on est dans une opération de maintien de la paix au Liban, tout le reste sont des forces de présences et de souveraineté et celles-ci comme d’autres son adaptables, entendez par là, que si un conflit nécessiterait des hommes, on serait peut-être en surcapacité avec une mission en plus, mais on peut choisir les priorités et on ne va pas envoyer une compagnie en Polynésie quand on manque d’hommes pour une opex.
        Nos armées ne dorment pas en caserne, c’est vrai, elle tournent et sont largement utilisés selon un rythme qu’on impose mais qu’on peut modifier. Si on se fixe une opex ou une MCD à 4 mois nécessitant 3 fois plus d’hommes que les américains qui partent un an en Irak qui privilégient des déploiement très long en Allemagne, au Japon ou autres, c’est un choix et nous aussi on pourrait le modifier pour « économiser » des hommes. Entendez par là que même si on sollicite beaucoup nos armées, on reste toujours dans des dispositifs de déploiements qui sont assez court et c’est aussi cela qui fait que l’on est à flux tendu que pour une opex avec 5000 hommes ben au final ça consomme à l’année 15 000 hommes car c’est 3 mandats qui sont réalisés, avec la préparation avant départ, le repos après, un départ en opex pour un soldat ce n’est pas juste 4 mois, mais plutôt 10 mois, on ne veut pas casser et briser les hommes et les familles avec des déploiements longs.
        Y aura t-il plus d’opex demain? On en sait rien, mais clairement aujourd’hui on ne peut pas dire que nous sommes dans pleins d’opex, on en a qu’une.

  12. Yannus dit :

    Peut-on mettre du matériel « sous cocon » et en garder une partie opérationnelle pour les opérations et manoeuvres du moment?
    Est-ce que cela ne limiterait il pas la MCO?

    • Fred dit :

      @ Yannus
      C’est le cas pour les Leclercs, me semble-t’il.

      • Yannu dit :

        Bonjour,
        Peut-être peut on généraliser la pratique du cocooning aux autres matériels et avec les économies de MCO réalisées accroître le parc?

  13. MERCATOR dit :

    Bon mais c’est hallucinant, le mec au plus haut échelon de l’armée se pose la question, en cas de clash en Europe centrale « d’être engagée seule dans un conflit majeur en Europe centrale, par exemple. « soit il fume de la bonne, soit il faut qu’il change de boulot, quel est donc le scénario où nous aurions à intervenir avec chars, et tout le toutim, en Slovaquie ou Pologne, en passant par où ? l’Allemagne ? avec sa bénédiction mais sans qu’elle s’implique, bref il déconne à plein tuyaux, c’est pourtant simple l’OTAN c’est fini, les Amerloques ne bougeront pas en cas de clash Russe ( ils n’ont plus besoin de l’Europe le continent Américain leur suffit), on laissera les Russes se servir et reprendre leurs anciennes frontières , ça fera la rée aux Teutons qui ont voulu jouer aux cons, en bousillant leurs armées, et Putin s’arrêtera aux anciennes frontières de l’ex Allemagne de l’ouest , parce que, eh bien, nous on a la bombe .

    • Thinker dit :

      Poutine ne rêve pas de reconquérir les pays du pacte de Varsovie. Il demande que les USA n’installent pas dans ces pays des dispositifs capables de neutraliser ses forces nucléaires jusqu’à l’Oural. Il demande ça parce que les Russes ont peur de se faire vitrifier par les Américains si ils ne sont pas assez obéissant avec leur agenda géopolitique global.
      A ce moment là si vous avez peur d’être vitrifié par les Russes et qu’eux ont peur d’être vitrifié par les Américain, autant conclure un pacte de non agression avec eux comme les Allemands l’avaient fait à l’époque. Des bases de lancement de missile intercontinentaux en Guyane et en Polynésie rétablirait un équilibre géostratégique…
      Les Américains nous tyrannisent et tyrannisent le monde avec l’arme déloyale du dollar qui fausse la concurrence libre…
      Et si les états d’Europe centrale doivent être envahi, ils seront envahit. Pourquoi voudriez vous les défendre: ils ne nous rapportent rien, ils nous coutent et ils glorifient les waffen SS qui nous ont fait tant de mal et qui ont massacré les juifs à Auschwitz. Pourquoi diable allez défendre des gens qui font que nous couter et qui nous parlent même pas poliment non d’une pipe ?
      C’est à l’Allemagne de défendre son hinterland pas à nous. Vous avez vu comme ils vous ont soutenu au Mali ? Si les choses tournent mal en Europe de l’Est, moi je suggère que vous envoyez un hôpital de campagne et un groupe de formateur. Voila qui fera faire des économies en pognon et en sang versé !
      Le mur de Berlin s’est effondré en 1989. Je le sais, j’en ai morceau chez moi !

  14. Olivier dit :

    Que les français soient conscients qu’il faut dès aujourd’hui mettre la main au porte-feuille…L’avenir sera guerrier et il sera trop tard pour s’y adapter, alors sans être dans une économie de guerre il faut prévoir le pire!

    • Pascal (l'autre) dit :

      Le problème est qu’il va falloir les convaincre! 2200 mds d’€ de dettes et ce malgré que nous sommes en matière de prélèvements, impôts, taxes et autres « contributions » les champions d’Europe et probablement dans les tous premiers au monde! et le pire est que dans quelque domaine que ce soit nous sommes toujours en retard! Plan fibre optique= retard, développement de l’internet très haut débit= retards, équipements des centres hospitaliers en équipements d’imagerie médicale= retard, plan énergie renouvelables=retard, accompagnement des personnes autistes et plus généralement de l’handicap= retard, plan qualité de l’air= retard, et la liste n’est pas close!!! alors je ne veux pas jouer les poujadistes mais la question est ……………………………..tous nos grands « décideurs » ils font quoi du pognon??

  15. Lassithi dit :

    Ah, belle expression que les dividendes de la paix, encore ce langage politiquement correct pour évoquer, contraction, renoncement…
    Le CEMA parle de capacité avec l’Otan donc de subordination.
    Sauf erreur qui à voter pour passer aux ordres de l’Otan, merci Sarkozy pour cette grande preuve de démocratie, pitiénee depuis Maastrich.
    Macron n’est qu’une marionnette suiveuse et sa LPM de la com, on ne sait faire que ça maintenant, les objectifs sont en 2025 quand il sera de nouveau chez Rotschild, depuis 3 ans.
    Les promesses n’engagent que ceux qui y croient.
    L’issue est ailleurs, le fondateur de notre V
    République doit être en lévitation dans sa tombe depuis fort longtemps…

  16. Razorback dit :

    Notre dépendance à l’OTAN peut aussi être un moyen de pression à notre encontre. Le jours où il faudra mobiliser tous nos moyens en plus de ceux de l’OTAN, la frappe tactique nucléaire ne sera vraiment pas loin de toute façon.

    -Là où l’on devrait mobiliser notre attention, c’est sur la guerre hybride, pouvant même aller jusqu’à la banqueroute de nos banques, comme par exemple avec une crise boursière qui demanderait qu’on paye notre endettement dans des proportions non maitrisable.
    -La crise de 2008 nous a couté plusieurs centaines de milliards, tous le monde a eu des sueurs froides, et aujourd’hui aucun garde-fou n’a été mis en place au contraire. Donc demain les banques ferment et les français descendent dans la rue, qu’est-ce-qui se passe? Et bien on commande 40 000 grenades lacrymogènes pour la guerre civil en croissance, mais cela suffira-t-il a éviter le chaos? Sur la place Maidan ils ont essayés le sniping mais ça n’a fait que renforcé la révolution à vouloir exiler rapidement le dictateur…
    -Si le peuple français est éduqué et bien élevé, il devrait se remettre debout de lui-même en cas de faillite du système, encore faut-il que le l’éducation soit accessible à tous sans parcours(sup) du combattant dédié à une élite pécuniaire, et que la fraternité reprenne sa place au coeur de la société française. Pour l’instant l’individualisme poussé à son paroxysme par le néolibéralisme, ne permet pas de créer une cohésion national capable d’anticiper les pires scénarios, mais si on a conscience du chemin à suivre et que l’on peut ainsi ensuite investir dans les ruptures technologiques adéquats, alors on sera déjà un peu moins surpris en cas d’offensive ennemi.

    -L’OTAN a ça aussi de contraignant, c’est le secret des capacités tactiques de chaque pays membre, ce qui permet aux USA de mieux connaitre la défense européenne, plus qu’elle ne se connait elle-même. Le renseignement français doit tout aussi bien organiser que se renseigner, anticiper, menacer(Alstom), prendre des risques, impressionner l’adversaire(Bear à Brest), tuer ou être tuer. Si on pas les moyens de nos ambitions et de notre sécurité, alors c’est que l’on est mal dirigé, que les institutions merdouillent, et que la république est à revoir.

    -La maitrise du champ de bataille du futur s’appuiera probablement sur la cyberguerre et la maitrise du ciel et de l’espace. Sur terre les missiles iront nettoyer le champs de batailles des blindés; les fantassins seront la cibles de drones camouflés ( lumière visible, thermique, radar) et ultra-précis ne laissant que très peu de chance aux équipes de reco, donc des drones de reco iront combattre les drones sentinelles, etc. Et celui qui aura une usine à missile et une usine à drone entièrement automatisés gagnera à ce vieux jeux de noria et d’attrition. Sans oublier la possibilité de brouiller tous les types de signaux, et où un seul hacker peut ruiner les capacités de l’un des protagonistes.

    -Difficile de mobiliser face aux intégristes religieux, face aux russes, face aux américains, face aux chinois, face à l’orgueil des putains d’hommes, qui s’en soucis de la guerre aujourd’hui? Les français rentrent du boulot crevés, ils voient les enfoirés de la TV les prendre pour des cons, qui voudra aller se battre, les français d’origine kurde peut-être…lol

  17. Expression libre dit :

    Tout ça, on le savait, ce n’est pas avec 6 malheureuses brigades qu’on pourra arrêter ….euh…les Russes.
    Si conflit en Europe, ce sera plutôt un conflit qui joue le pourrissement afin d’affaiblir notre système économique. Mais là, Poutine joue aussi avec le feu, lui qui recule déjà sur sa réforme des retraites. Ceci dit, il n’est pas bon d’acculer l’ours.
    Tout est possible mais je vois mal un conflit de haute intensité en Europe. On s’amuse à se faire peur comme d’hab. De toute façon, nos forces conventionnelles, ce qu’il en reste, joueront le rôle d’ultime avertissement dans le cadre de l’Otan et de l’Union européenne. Bon, en passant, le CEMA aurait-il oublié de parler de notre dissuasion nucléaire? Surprise stratégique, pensons cyberespace et IA et là, pas mal de boulot! Et commençons par éponger notre immense dette afin de retrouver des marges de manoeuvre pour augmenter le budget des Armées.

  18. Davy Cosvie dit :

    Pour trouver l’argent, la solution est connue. Autrefois nous la pratiquions couramment grâce à notre souveraineté monétaire : la solution, c’est de fabriquer cet argent. Pour ça, reconquérir notre souveraineté monétaire.
    L’énorme endettement de la France résulte de l’interdiction qui nous est faite depuis 1972 et le SME (serpent monétaire européen) de recourir à la fabrication de monnaie autant qu’il nous en faut.
    .
    Cette interdiction nous est faite depuis 1972 (avec l’accord de politiciens sous influence) parce que la fabrication de monnaie favorise nos exportations en affaiblissant notre monnaie : par conséquent nos concurrents à l’exportation (les US, principalement) ne sont pas d’accord.
    Quant à nos « partenaires » de la zone €uro, ils ont un autre motif de ne pas être d’accord : parce qu’il leur faut une monnaie forte pour payer les énormes quantités d’hydrocarbures qu’ils importent. Ils se refusent à fabriquer de l’électricité nucléaire qui leur permettrait, comme elle nous permet, d’importer moins d’hydrocarbures. C’est pourquoi ils veulent une monnaie forte alors que nous voulons une monnaie faible. (Une exception : les Pays-Bas qui produisent en Mer du Nord le pétrole qu’ils consomment : ils subissent, comme nous, les effets d’un €uro trop fort.)
    L’intérêt de la France est d’équilibrer son budget en fabriquant de la monnaie.
    .
    Malheureusement nous sommes gouvernés par des « young leaders » pour qui l’intérêt de la France n’est pas une priorité et par des élus locaux qui n’y comprennent rien.
    Pour avoir le budget dont nous avons besoin, il faut abroger la loi n° 93.980 du 4 août 1993 dite « sur l’indépendance de la Banque de France » : cette abrogation rendra au Gouvernement français l’intégralité de son pouvoir budgétaire en lui permettant de donner instruction à la Banque de France de fabriquer la quantité d’€uros nécessaire à notre budget.
    .
    Il y a deux autres solutions mais elle sont mauvaises : celles que nous pratiquons depuis plusieurs dizaines d’années.
    Mauvais : emprunter, ce qui produit notre endettement actuel.
    Mauvais : faire des économies. On en voit les résultats : pas seulement du matériel militaire à bout de souffle mais aussi, plus largement, un ralentissement de l’activité économique parce que la commande publique est un puissant moteur de l’activité.

    • NRJ dit :

      Vous avez une super bonne idée. Juste une question : vous pensez que personne n’y a déjà réfléchi ? A la vue de votre raisonnement, vous n’êtes ni plus ni moins une sorte d’énarque économiste qui énonce un ramassis de bêtises en pensant tout savoir, cela sans avoir une once de recul et qui oublie derrière la base, même si sur le papier, tout ce que vous dites est vrai.

      L’argent est avant tout un intermédiaire représentant la valeur de bien et de services, et donc du travail des hommes (typiquement, échanger des ordinateurs contre des ananas n’est pas super facile, raison pour laquelle l’argent sert d’intermédiaires). Or, la France (au sens de l’Etat Français) est en situation de déficit : il consomme plus de ressources qu’il n’en prélève (par l’intermédiaire des impôts). A partir de là, que ce soit des euros, des dollars, des yuans ou des bananes, on arrivera toujours dans la même situation de déficit.

      La seule bonne conséquence de faire tourner la machine à billets est de réduire à court terme facialement la valeur de la dette. Mais cela ne résout en rien le problème de fond du déficit, et surtout, à long terme, les gens vont perdre confiance dans la monnaie et arrêter de l’utiliser ce qui mènera à une crise comme en 2008 où les gens et banques ont pleins de liquidités mais personne ne dépense. 2ème mauvaise conséquence pour la France : on importe toutes nos matières premières et par conséquent le prix du pétrole doublera ou triplera (en fonction de la confiance des entreprises pétrolières, confiance qui se réduira comme peau de chagrin si on manipule la monnaie comme vous voulez le faire) pour un pouvoir d’achat qui restera le même. Donc à moyen et long terme, manipuler la monnaie nous sera catastrophique.

      Renseignez-vous sur l’hyperinflation allemande des années 1920 (d’un ratio de 4 mark pour 1 dollar en 1914, ils sont passés à 4200 milliards (pas d’erreur je précise) à 1 dollar) qui sont d’ailleurs la raison pour laquelle l’Allemagne a imposé que la monnaie ne soit pas contrôlé par un Etat. Et renseignez-vous également sur les dévaluations de Mitterrand qui ont été également catastrophiques.

      Enfin, il est vrai que les mesures d’austérité réduisent la croissance (raison pour laquelle la cour des Comptes veut qu’elles soient faites pendant les périodes de croissances comme en 2016-2017, mais évidemment Hollande ou Macron n’ont rien fait) à court terme. Mais les pays européens comme l’Espagne qui ont accepté ces mesures radicales en portent aujourd’hui les fruits en termes de croissance et d’emploi (là où on est systématiquement dans les derniers de l’Europe). Une règle simple existe : on ne peut pas dépenser ce qu’on a pas. C’est vrai à l’échelle de votre porte-monnaie, c’est vrai à l’échelle d’un Etat. Et depuis la fin du communisme, le but est désormais de réduire l’empreinte de l’Etat sur le privé.

      • Lacondemine dit :

        Bonjour ,
        Quelle naïveté… encore une fois , notre Défense ne peu patir des je ne sais quels
        variables d’ ajustements …. Une nation ce doit quoi qu’il puisse lui en coûter de faire l’effort de ce donner les moyens de vivre en paix … demain un conflit majeur , nos intérêts mis en dangers …. un petit porte avion de 40.ooo tonnes … pour la deuxième puissance maritime de la planète par sa superficie 11 millions de kilomètres carrés … un porte avion qui dès qu’il doit aller en révision 18 mois sans porte avion …. 2 Helycopteres sur trois cloués au sol par
        manque de pièces de rechange …. faute de budget …. même chose pour ce qui concerne nos avions de combats cloués au sol pour manque de pièce et cause de budget …. de plus les heures de vols d’ entraînement en dessous du minimum …
        Des matériels fournis à dose homéopathique … Des projets qui restent la plus part du temps à l’ état de projets … et quand par miracle un projet voit le jour ,
        il s’écoule des années …. et nos forces armées en sont doté à dose homéopathique …. Triste constat … mais oh combien réelle … déplaise à celle et ceux qui n’ont à la bouche  » il n’y a pas d’argent …  » ou qui nous repasse le refrain de la dette …. Une bonne fois pour toute , nos forces armées ce doivent ,
        d’avoir les moyens et matériels sans aucune considération …. De quoi aurait vous l’air si demain un conflit majeur éclatait …. vous seriez les premiers à crier à l’incompétence et trahison au profit dès puissance de l’argent au détriment de notre Défense …. Il y a une semaine environs je parlais avec un député à sa permanence de ma région , et je lui est posé des questions sur notre Défense nationale et l’équipement de nos forces armées …. Je puis vou dire , que le suis sorti de sa permanence atterré du peu de connaissance des sujets Défense … aucun intérêt et surtout l’impression d’aucune vision pour les années avenirs …. j’ai testé ce Monsieur Député de la république en lui posant
        la question de combien était le budget defense de notre pays …. Ce Monsieur Député de la république représentant du peuple , n’a pas superbe répondre ….
        Voilà Mesdames , Messieurs , nous avons à faire aux représentants de la nation qui n’ ont que faire de notre Défense …. qui n’ont d’ambitions uniquement leurs parcours. de carrière … Je suis de ceux , qui pense que nous devons avoir des ambitions personnelles , qu’il est plus que normale de penser à sa carrière politique et professionnelle …. Mais quand des représentants du peuple car je suis convaincu qu’il n’est pas le seul à être dans l’ignorance de ce que peu représenter notre Défense …. alors je me dis pauvre France ….
        Concernant nos femmes et hommes politiques nos médias veulent nous faire croire et cela est dans l’air du temps que la médiocrité c’est l’excellence ….
        Voilà pour ceux qui nous servent le refrain de la dette , et de la sacro sainte phrase « il n’y a pas d’argent  » …. Il ne faudrait pas que notre nation le regrette dans un futur à Moyen terme …. Nous aimons notre pays et il est plus que normal que nous désirions le meilleur pour notre bonne vielle France ….
        À très bientôt .
        William Alexander .

        • NRJ dit :

          Après, il faut avoir un budget de la Défense suffisant, mais également durable, ce que vous ne dites pas. Il faudra également que l’on puisse se défendre demain. Or, à la vue de notre déficit, notre budget est trop élevé (comme tous les autres budgets d’ailleurs).

          Je suis d’accord avec vous pour le reste, et j’ajouterai qu’on a les politiciens qu’on mérite : on avait pendant la campagne un candidat qui proposait des réformes dures d’austérité (car les médias considèrent que le fait d’augmenter les impôts sur une France déjà championne européenne de l’impôt n’est pas de l’austérité) mais qui a réussi lorsqu’il avait été appliqué dans d’autres pays. Ce candidat a été évincé par des fausses affaires judicières dont on se rend compte aujourd’hui qu’elles sont vides. Et on a eu à sa place Macron qui n’avait aucun programme économique et dont les résultats en tant que conseiller économique puis ministre de l’économie de Hollande avaient été mitigé (c’est bien l’expression associée, non ?). On en voit le résultat : on est systématique dans les plus mauvais pays européens en chômage, croissance et dette.

    • 341CGH dit :

      Les US fabriquent autant de dollars qu’il leur en faut. Nous devons, nous aussi, fabriquer autant de monnaie qu’il nous faut.

    • Davy Cosvie dit :

      @ NRJ
      Avant de me contredire, vous me dites d’abord « tout ce que vous dites est vrai ». Là-dessus nous sommes d’accord, je vous en remercie.
      Pour le reste, je ne vois une autre contradiction dans votre exposé : vous fustigez les énarques et vous présentez exactement le même raisonnement qu’eux.
      .
      Ce raisonnement est fondé sur un système de pensée économique créé il y a cinquante ans et devenu un dogme indiscutable à force d’être répété par des générations d’étudiants devenus professeurs.
      Ce dogme s’appuie sur des exemples qui ne sont plus valables : la situation économique et morale des années vingt (il y a un siècle, je souligne) n’est pas comparable à celle d’aujourd’hui.
      .
      Quant à la comparaison avec l’Espagne ou autre, elle n’est pas applicable à la France car l’Espagne, à l’instar de tous les pays de la zone €uro (exceptés la France et les Pays-Bas) a besoin d’un € fort pour ses importations d’énergie.
      .
      Comprenez (et je souhaite que nos lecteurs comprennent) que votre raisonnement n’est rien de plus qu’un dogme : qu’il soit répété sans fin n’en fait pas une vérité.

      • NRJ dit :

        @Davy Cosvie
        Sachez d’abord que je n’ai pas fait d’études économiques et que mes connaissances se limitent à l’analyse d’articles économiques, historiques, et … à ma logique (ce à quoi je n’ai pas l’impression que vous faites appel).

        Ensuite, le système capitaliste libéral ouverte sur l’international qui est présent dans la société actuelle n’a que peu changé avec le système allemand des années 20 ou avec la France des années 80. Donc on pourra s’attendre à des conséquences proches pour des actions similaires. Ce n’est pas comme si on comparait un système communiste et capitaliste dans quel cas les conséquences seraient bien différentes.

        Enfin, je trouve intéressant que vous ne me montriez pas en quoi ce que j’ai dit est faux. Pourtant, c’est par l’échange d’idée qu’on arrive à élaborer une vraie réflexion. Vous vous êtes contentés de dire que j’étais dogmatique : il semble que votre critique vous concerne également puisque votre réponse ne s’appuie sur rien si ce n’est … un dogme.

      • NRJ dit :

        J’ajouterai que l’Espagne est dans une situation similaire à la nôtre. A ma connaissance, l’uranium de nos centrales et le pétrole dont provient l’essence de nos voitures ne sont pas produits en France ..… Et que je sache, le déséquilibre de nos exportations/ importations est en défaveur du premier. Donc ce que vous dites est doublement faux

  19. nexterience dit :

    L’invasion est un moyen parmi d’autre pour imposer sa volonté.
    Les russes ne veulent peut être pas envahir la France mais souhaitent avoir l’Europe, riche , talentueuse et cliente de matières 1ères, divisée et sous influence maximale.
    .
    Il y a plein de scénarios possibles pour imposer sa volonté à la France : gagner la bataille des opinions via la persuasion, la manipulation, influence des partis politiques, de la politique des affaires étrangères voire la guerre civile.

  20. Pascal (l'autre) dit :

    Poutine, contrairement à ce que certains serinent à longueur de post n’est pas pour envahir l’U.E. (Militairement il en a pas les moyens, non ne sommes plus au temps de l’Armée Rouge*) et politiquement serait aussi bien nationalement qu’internationalement suicidaire pour son pouvoir!

    Par contre il fera tout (manipulation, intoxication désinformation voire intimidation pour déverrouiller le « cerclage » auquel procède l’O.T.A.N.** il essaie déjà d’enfoncer un coin avec l’aide de l’idiot utile Erdogan! Ce que veut Poutine la disparition de l’O.T.A.N. sans faire parler la poudre.

    *On a beaucoup spéculé sur la puissance de l’Armée Rouge cependant après la chute du pacte de Varsovie et la connaissance de l’ordre de bataille tout la puissance était concentré dans la première ligne qui devait « défoncer » les lignes de défense otanienne! Pour les stratèges soviétiques tout devait être fait dans les 48 heures. Avec si besoin, l’utilisation massive de l’arme chimique. (En particulier les points logistiques et les bases aériennes même francaises

    ** Poutine veut voire disparaitre l’O.T.A.N. car il a, malgré les apparences actuelles, un autre adversaire sur son flanc sud, la Chine qui « innocemment » lorgne vers les énormes gisements énergétiques et minéraux du grand est russe et de la Sibérie