Chammal : Des artilleurs irakiens formés par des instructeurs français

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

34 contributions

  1. MP3 dit :

    L’artillerie française a joué un rôle notable dans la chute de Daech par la qualité de l’appui fourni aux Irakiens.
    Et elle fait maintenant le SAV pour redonner la capacité aux Irakiens d’utiliser avec efficacité leurs canons.
    C’est ce qu’on appelle la continuité de l’action, au plus près des acteurs sur le terrain.
    Un grand bravo à nos artilleurs.

    • Sempre en Davant dit :

      Pourriez vous éclairez ma lanterne sur ces tirs tirs dits « linéaires »?

  2. Vlad dit :

    La France va peut-être livrer des Caesar à l’Irak….

  3. nirodwing dit :

    Comme quoi que le savoir faire français en la matière est reconnue.
    Les irakien pourront ainsi porter assistance a leurs propre troupes avec efficacité mais de la a ce qu’on leur livre des Caesar, cela me semble peu probable au vu de la technicité d’utilisation et du prix sans doute trop cher. Ceci dit bravo à nos artilleurs.

  4. Platane dit :

    Caesar artillerie inutile. Sauf pour avoir la CVM.
    L’artillerie efficace est air-sol. Le reste est folklorique

    • sentinelle dit :

      délire !

    • Nico St-Jean dit :

      What ? 😮

    • Leum dit :

      Ce n’est pas ce qui est dit.

    • Frédéric dit :

      Ne pas écrire sous l’emprise de l’alcool 🙂 Vous vous ridiculisé de façon effarante avec votre mensonge éhonté. L’artillerie reste le seul moyen d’appui feu 24/24 tout temps disponible immédiatement.

      • Platane dit :

        Ridicule. Dans une guerre face à une armée moderne, une batterie caesar en action aurait une durée de vie inférieure à…10 minutes

        • Frédéric dit :

          C’est justement pour éviter les retours de flammes d’une éventuelle contre batterie que l’artillerie est automotrice. « Hit and Run » , vous connaissez cet anglicisme ? Face a une armée « moderne », des Gazelle, Tigre et A-10 sont autant voir plus vulnérables que des 155 qui peuvent changer de position en 3 minutes après une salve – et qui sont plus polyvalents, vous avez vu des avions d’appui faire du déminage ? -.

        • Ancien des opex dit :

          MP3, d’expérience je suis d’accord avec vous.
          L’artillerie est proche de la troupe appuyée, elle est sur zone, elle réagit vite et avec précision.
          L’appui aérien est toujours basé au loin et n’arrive pas aussitôt. Son temps sur zone est limité.
          Sa précision est aléatoire lorsqu’il participe à une action qui, à terre, évolue rapidement : de ce fait il faut l’utiliser l’appui aérien contre la deuxième ligne ennemie, où peuvent se situer les renforts, la logistique, les trans, le commandement.
          .
          J’ai appris récemment (je ne suis plus d’active depuis longtemps) que l’école de l’infanterie et celle de l’artillerie sont regroupées : j’espère de ce fait que nos jeunes de l’infanterie savent utiliser l’artillerie mieux que nous qui étions formés dans une sorte « d’esprit commando » qui consistait à négliger les appuis et la logistique.
          .
          Mais à l’époque nos instructeurs préparaient une guerre qui n’aurait pas lieu. La réalité des opex a heureusement « remis les pendules à l’heure ». Non sans difficultés au début.

          • MP3 dit :

            Pas sûr que tous les chefs interarmes aient encore ré-intégré l’appui artillerie à sa juste place. D’autant plus qu’au-delà des feux indirects évoqués ici, il y a aussi la défense sol-air qui redevient une problématique d’actualité avec la prolifération des drones pouvant notamment diriger des tirs d’artillerie ennemis…
            Espérons que nous nous réveillerons avant de devoir en faire la douloureuse expérience…

        • Ancien des opex dit :

          @ Platane
          Je ne sais pas quelle est votre compétence sur le sujet, mais elle me semble un peu faible.
          L’avantage de la pièce d’artillerie montée sur véhicule, c’est qu’elle dégage aussitôt le dernier coup parti.
          .
          En l’état actuel de la technologie, la pièce d’artillerie est à 2 ou 300 mètres de sa position de tir quand arrive le premier coup de la riposte.
          .
          L’utilisation de ce matériel est évidemment différente selon les capacités que l’on connaît de l’ennemi.

    • FGNi dit :

      comme vous peut-être… foklo..

      Mesmeillurs sentiments
      FGNi

    • Jacquemet dit :

      Excellent commentaire qui conjugue la finesse d’analyse et la pertinence que l’on est en droit d’attendre d’un platane.

    • MP3 dit :

      L’artillerie reste un appui de choix à la disposition du chef interarmes.
      Capable de délivrer des effets très diversifiés, pouvant être employée pour dissuader, avertir, harceler (pas facile de dormir quand des obus tombent toute une nuit..), leurrer… etc, elle est d’une redoutable efficacité quand elle est bien servie – les hommes de Daech mais aussi les Ukrainiens au Donbass peuvent en témoigner. Et elle se perfectionne en continu, qu’il s’agisse de lanceurs, de munitions… etc.
      Le rôle du CAS est pour moi assez limité dans l’absolu, d’autant plus face à un adversaire capable d’opposer des chasseurs et / ou une défense sol-air d’un certain niveau, avec des Rafale et Mirage 2000 dont l’endurance de vol reste faible et avec une ALAT maintenant bien équipée pour le CCA avec le Tigre. En relatif cependant le CAS constitue un complément utile, notamment par sa capacité à délivrer des munitions de forte puissance.

      • Ancien des opex dit :

        J’ai placé plus haut (erreur de manip’) ma réponse à MP3.

        • MP3 dit :

          J’ai vu merci. Nous ne sommes pas si nombreux à tenir un langage de vérité sur ce blog…

  5. sentinelle dit :

    Platane demandez au Daeshiens !

  6. Vince dit :

    15 ans de « nation building » plus tard, il faut encore instruire les troupes irakiennes. C’est dire l’efficacité de ces programmes.

    • Paul Letissier dit :

      Bien observé.
      Mais il y a pire ailleurs : en Afrique, c’est cinquante ans de vain « nation building ».
      Il y a des réussites, mais rares.

    • albatros24 dit :

      il me semble modestement que les irakiens se débrouillent plutôt bien pour libérer leur pays en fait…
      n oubliez pas que leur encadrement n existait plus ou plutôt était passé chez le extrémistes.

      • albatros24 dit :

        du fait que Bush les a licenciés….encore une belle initiative de la famille pétrolière

    • R2D2 dit :

      bah en même temps tout ceux qui avaient été formés auparavant sont morts ou ont disparus de la carte donc…

  7. batgames dit :

    on les préparent pour nous retirer dessus ,dès que Bagdady aura repris le pouvoir ,d’ici 2 /3 ans

  8. Carin dit :

    C’est pas les canadiens qui doivent prendre le relais des formations des troupes irakiennes?

  9. Wrecker 47 dit :

    C’est tout bénef!…On vend des canons à tout le monde,on retire à nos artilleurs les moyens de » faire campagne » , donc :pas de pension à payer !…Il est malin ce Macro !