L’armée de Terre lance une campagne de sensibilisation à la souffrance psychique

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

22 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Le suicide pour raisons, ou ayant comme point de départ, une situation professionnelle a tendance à se répandre dans toute la société. Pour causes : un épuisement physique et / ou psychique, le sentiment d’être ignoré ou méprisé, et aussi et peut être surtout la perte de sens. Dans le civil ou appelle cet état le  »burn out’. Bien entendu, chez les militaires, les gendarmes et les policiers, la proximité avec une arme permet un passage à l’acte immédiat. Pour information, un agriculteur se suicide tous les deux jours, dans l’Ile de France il y a en moyenne un suicide par jour sur le réseau ferroviaire (‘grave incident voyageur’) et sur le seul métro parisien 2 à 3 suicides par semaines. Et le pire de tout : en Guyane, dans les zones amérindiennes, le suicide est la principale cause de mortalité. — Le niveau global de la société s’élève, malgré ce que l’on peut penser, et les attentes sont importantes ; et pour ceux qui ont raté le coche et en prenne conscience, c’est le décrochage social, qui conduit au désespoir assuré.

    • Jo dit :

      Sauf que les statistiques démontrent une baisse tendancielle depuis 1985….

      • Nihilo dit :

        Jo et Raymond75,
        Discussion intéressante, merci,
        Jo avez-vous des sources de ce que vous écrivez ?

  2. taretmpion dit :

    C’est juste la formation militaire qui est à revoir de A à Z , comment croire que l’on forme des hommes aguerris au combat qui sont censés devenir résistants au stress lorsque durant la formation élémentaire, il ne faut surtout plus brusquer qui que se soit afin de limiter au maximum le taux d’attrition .Qu’il s’agisse de la gendarmerie qui demeure un corps militaire qui n’a plus que le nom tellement le malaise est profond ou des autres armées et en particulier l’armée de terre , il faut bien reconnaître que les classes se sont transformées en camp scout . Période durant laquelle , les engagés apprennent à défiler , à repasser et surtout à chanter . D’ailleurs les chiffres parlent d’eux mêmes ,au terme des classes , 4 engagés sur 5 ont pris de 3 à 5 kg .J’ai encore le souvenir de cette marche d’accoutumance au rangers de 20 km qu’un tiers des hommes d’une section d’infanterie avait eu dû mal à finir malgré 4 pauses durant lesquelles un ravitaillements était prévu où pâtes de fruits et fruits secs ainsi que bouteilles d’eau fraîches se trouvaient à disposition de ces féroces guerriers en herbe qui s’apprêtant à servir avec courage et dévouement les armes de la France .Lorsque l’on sait que les soldats de l’empereur pouvaient parcourir à marche forcée jusqu’à 60 KM par jour en s’alimentant d’une simple soupe , on mesure le degré de régression .

    • Wrecker 47 dit :

      @Tartempion …
      Vous parlez de formation militaire à revoir de A à Z ?… Quelle a été la vôtre ? A quel endroit avez-vous reçu la vôtre ?…Chez les Popov peut-être?

    • ji_louis dit :

      Les « grognards » de l’Empereur sont un mauvais exemple, ils étaient motivés ET expérimentés. A comparer avec les « marie-louise » de 1815.

    • sepp dit :

      c’est « la faute des pâtes de fruits », je vais tourner au bureau. merci pour ce moment.

    • Bob dit :

      Troll

    • Bangkapi dit :

      Ha le Rambo du blog a encore frappé !!!
      Alors que notre armée est encore une fois considérée comme très performante avec ses petits moyens et que ses soldats sont considérés parmi les meilleurs voilà que notre P4 de service les dénigrent une fois de plus.
      Et bien sur le commandement va suivre vos conseils pour améliorer l’instruction. Vous ne manquez pas de culot.
      Et puisqu’on parle de souffrance psychique il n’y en a jamais eu parmi nos poilus bien sur ?
      Et parmi les grognards de Napoléon non plus, vous en êtes bien sur ?
      Vous mélangez tout avec délectation pas pour dire des choses vraies et sensées mais pour faire mal. Stupide et méchant le Tartempion.

      • Elmut Destroy dit :

        Quand on lit la biographie du Baron d’empire Poutigny, grenadier de la garde, on y apprend que ce soldat de la grande armée a dû faire un séjour après la campagne napoléonienne, en cure thermal dans le massif centrale. Comme disait un des dernier poilu qui se retrouva à vivre comme un loup après avoir connu la boucherie des tranchés, « un clou chasse l’autre » , évitant ainsi de trop ruminer ses ignobles souvenirs en s’adonnant à son travail. La vrai méditation bouddhiste consiste à faire le vide dans son esprit, sauf qu’on a toujours des pensées parasites qui empêchent la relaxation de l’esprit. La technique consiste donc à penser au plus de choses possible en même temps, et à cause cette saturation l’esprit trouve un point d’équilibre. C’est comparable à un funambule qui est continuellement obligé de bouger pour garder l’équilibre, car il n’y a pas d’endroit stable là où il est, si il s’immobilise il tombe.

    • Nihilo dit :

      Je ne suis pas sûr que les militaires se suicident parce qu’ils n’ont pas fait assez de marches pendant leurs classes…

  3. Jm dit :

    Le meilleur moyen de se faire virer de l’Armée de Terre.

  4. Wrecker 47 dit :

    Il n’y a qu’une dizaine d’années que l’on prend au sérieux ces problèmes post -traumatiques alors qu’il y a quarante ans et plus, qu’ils existent !…Demandez aux épouses d’opex combien de fois leurs époux refaisaient » leur guerre « en pleine nuit …Certaines les ont enregistrés durant ces phases difficiles …Le lendemain fatigués, ils n’en avaient aucun souvenirs….
    Certains d’entre eux ,se sont à certains moments effondrés sans explication ,avec le remord de n’avoir pas fait partie aussi des victimes …et pourtant !
    On ne parle jamais de ceux qui,civils, ont mis fin à leurs jours ,et ont surpris leurs propres binômes qui les connaissaient bien !…
    Fait de société ou faits militaires d’après-guerre: les résultats restent les mêmes , ils n’en sont pas sortis indemnes ,et nul n’a pu le déceler!

  5. Raymond75 dit :

    Les symptôme post traumatiques des militaires sont une réalité enfin prise en compte (jadis ces soldats se faisaient traiter au choix de ‘lâches’, ‘pédés’ ou ‘gonzesses’) ; mais que dire des souffrances infinies des civils, principales victimes des combats, qui voient leurs villes anéanties pour être ‘libérées’, leur domiciles anéantis, leurs proches et leur famille tués ou gravement blessés, et leurs enfants désespérés ? Les souffrances des civils ne sont JAMAIS évoquées, considérées comme des ‘dégâts collatéraux’, ‘inévitables’, voire quand on considère pour soulager sa conscience que ‘tous sont complices et responsables’ … Bombarder des quartiers civils, même si il y a des ennemis infiltrés, est un crime de guerre, jamais sanctionné (sauf si une réelle possibilité d’évacuation a été organisée au préalable, lors d’une trêve négociée).

    • PK dit :

      @ Raymond75
      .
      L’armée traite le problème des soldats, pas des civils. Ce sont aux politiciens de s’en occuper. S’il faut râler contre des coupables de ne rien faire, c’est là-bas qu’il faut aller les chercher.

  6. philoupe dit :

    Ils doivent faire un travail noble de protection de son peuple pour lequel il c est engagé. Nom pas faire la guerre à l étranger pour des mafia financières. C est ux qui sur le terrain tue des innocents et les démoralisé. mais ils seront pardonnés pas les mafieux.
    Armée Française révient au pays et faite le ménage dans la mafia dirigeante . on compte sur vous!

  7. Allobroge dit :

    Entre suicides et désertions je me demande comment faisaient nos Anciens qui partaient deux ans en Indo et sans permissions ? On peut se gargariser des « performances » de la meilleure armée européenne du moment il n’empêche qu’elle rencontre des problèmes qui inquiètent les grands chefs sinon il n’y aurait pas d ‘articles sur le net ! Bref notre jeunesse n’est plus celle que certains ont connu, mais ne disait on pas la même chose en 39 ou en 68 ? Il manque sans doute des personnages charismatiques, des « héros » qui agissent comme des locomotives ! Ca viendra sans doute mais à quel prix ?

    • Raymond75 dit :

      Deux jours après le débarquement à Omaha Beach, 25 % des soldats américains ‘indemnes’ étaient hors d’état de combattre. Pendant la première guerre mondiale, les soldats qui n’étaient plus en état de combattre étaient fusillés pour ‘lâcheté’.

      • Nihilo dit :

        –> pour la première guerre mondiale, vu comme vous présentez les choses, le lecteur comprend que 100 % des soldats plus en état de combattre étaient fusillés…

    • Wrecker 47 dit :

      @allobroges …
      Il y avait en Indo ;
      – Des « tricards » volontaires ,ex-collabos qui ont viré cuti et des SS recherchés; en plus des voleurs de poules qui avaient signés de force un contrat chez les Gendarmes dans les Brigades !çà évitait la taule civile!Tout çà faisait » d’excellents Français « ! Et puis l’Indo c’était encore la France avec les Congaïes bariolées en kékouane ,les putes et les bars -boxons et les Corses ,et aussi des petits « niakoués » , les pousse-pousses,la jungle et l’opium,le trafic de piastres….Il y avait aussi de bons gars de vrais soldats ne connaissant rien de l’Empire,ceux qui avaient subis les japs et …puis le reste du monde qui en vivaient!
      C’était pas la même chose que maintenant !

  8. Nihilo dit :

    Le sujet n’est pas tellement nouveau. Le Colonel Ardant DU PICQ, années 1800, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Ardant_du_Picq , indiquait la première fonction d’un chef au cours d’un combat est de gérer la peur de ses subordonnés. Ensuite la première guerre mondiale a révélé scientifiquement les problèmes psychiques engendrés par les combats (vidéo du militaire psychiquement malade qui pique une crise sitôt la vue d’un officier en uniforme). Mais qu’on a dit ça on n’a pas dit grand chose.

    Les militaires comme tout autre subordonné et tout le monde est le subordonné d’un autre, ont besoin de connaître le sens de leurs efforts et ont besoin de reconnaissance (quand c’est mérité). Peut-être une solution à généraliser jusqu’au militaire de base : les TOP https://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/archives/les-top-se-preparer-faire-face-recuperer

  9. zak75 dit :

    J’ai un oncle de 80 ans qui rêve la nuit de jeter une grenade sur des fellagas, et qui tombe de son lit.