Le porte-hélicoptères HMS Ocean vient d’effectuer sa dernière mission sous pavillon britannique

Après avoir participé aux opérations de secours menées aux Antilles après le passage de l’ouragan Irma et intégré ensuite le Standing NATO Maritime Group Two (SNMG-2) en tant que navire amiral, le porte-hélicoptères britannique HMS Ocean vient de rentrer, avec un jour d’avance, à sa base de Devonport… pour ne plus jamais appareiller sous le St. George’s Ensign.

En effet, ce navire vient d’effectuer son ultime mission sous pavillon britannique. Conformément à une décision prise en 2015, le HMS Ocean sera retiré du service au début de la prochaine année, après une carrière opérationnelle qui n’aura duré que 19 ans.

Cette mesure avait un peu surpris les experts militaires britanniques étant donné que ce porte-hélicoptères venait d’être remis à niveau pour 65 millions de livres sterling. Quand ce contrat de modernisation fut notifié, en 2012, Philip Dunne, alors ministre délégué aux équipements de la défense britannique, avait affirmé que le HMS Ocean resterait « un navire de guerre important, flexible et performant pour les années à venir. »

La décision de se séparer de ce navire a d’abord été motivée par des raisons budgétaires, ainsi que par l’entrée en service prochaine des porte-avions HMS Queen Elizabeth (récemment admis au sein de la Royal Navy) et HMS Prince of Wales. Évidemment, ces derniers n’ont pas été conçus pour reprendre les missions du HMS Ocean (déployer un porte-avions pour une mission humanitaire, par exemple, paraît surdimensionné et coûteux…).

La décision de retirer ce porte-hélicoptères des actifs de la Royal Navy n’a pas manqué de susciter des critiques. À commencer par celles de l’amiral Michael Boyce, un ancien chef d’état-major. Cela « n’a aucun sens stratégique » et cette mesure a été prise parce que la défense « est gravement sous-financée », a-t-il estimé. Au Parlement, certains ont demandé, compte tenu de l’état actuel « très dangereux » du monde, que ce navire soit mis en réserve dans l’attente de la mise en service des futurs deux porte-avions

Le HMS Ocean s’est notamment illustré en 2011, lors des opérations menées en Libye. À l’époque, et à l’instar du BPC Tonnerre de la Marine nationale, il avait embarqué des hélicoptères d’attaque (des AH-64 Apache, en l’occurrence) ayant effectué des missions d’appui en territoire libyen.

D’une longueur de 203,4 mètre et affichant un déplacement de 22.500 tonnes, le HMS Ocean peut surtout être utilisé pour les opérations amphibies avec ses chalands LCVP et ses 2 aéroglisseurs Griffon. Il peut en outre embarquer jusqu’à 803 Royal Marines et une quarantaine de véhicules.

Ayant encore du potentiel, la Royal Navy voudrait le revendre à une marine étrangère. D’après la presse britannique, le Brésil serait intéressé, estimant que le prix demandé est « raisonnable ». Par ailleurs, comme l’a encore rappelé le quotidien The Herald, l’avenir des deux navires d’assaut amphibie HMS Albion et HMS Bulwark, serait aussi incertain.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de S.B-Seguin

  2. de Anonymous

    • de S.B-Seguin

    • de Léonard

      • de S.B-Seguin

    • de Le Breton

      • de S.B-Seguin

        • de sonata

          • de S.B-Seguin

    • de Lagaffe

  3. de eric

    • de S.B-Seguin

  4. de Polymères

  5. de german

    • de S.B-Seguin

      • de german

        • de S.B-Seguin

    • de Barfly

      • de S.B-Seguin

      • de sonata