L’armée de Terre et la DGA évoquent une accélération du programme SCORPION

griffon-20141205

Selon le député Jean-François Lamour, le 35e Régiment d’Artillerie Parachutiste (RAP) de Tarbes ne pourra plus utiliser que la moitié de ses véhicules de l’avant blindé (VAB) l’année prochaine, « à cause d’un problème d’extincteur moteur. » C’est dire si l’arrivée du véhicule blindé multi-rôles « Griffon » est attendue avec impatience.

D’où l’idée, avancée par le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre, d’accélérer le renouvellement des véhicules blindés dans le cadre du programme SCORPION (Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation).

Pour rappel, il est prévu de doter l’armée de Terre de 2.080 VBMR (dont 358 en version légère) et de 248 Engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC) « Jaguar », ces derniers étant appelés à remplacer les AMX-10RC et les ERC-90 Sagaie.

En décembre 2014, et après une phase d’étude confiée au groupement MARS (Nexter, Thales et Sagem), il a été notifié une première commande de 110 Jaguar et de 780 Griffon, dont 92 exemplaires doivent être livrés d’ici 2019, c’est à dire avant le terme de l’actuelle Loi de programmation militaire.

Et selon général Bosser, « le premier GTIA (*) SCORPION est prévu pour être projetable en 2021, et la première brigade SCORPION en 2023. » Mais est-il possible d’aller plus vite?

Ce serait souhaitable, en tout cas, pour le CEMAT. « Ce qui pourrait arriver, et ce serait une bonne chose, c’est qu’au lieu de dépenser de l’argent pour faire durer les VAB, on en dépense pour acquérir davantage de véhicules SCORPION. Cela ne devrait pas entraîner de difficulté majeure, puisque c’est le même industriel. Le seul problème qui pourrait se poser est que, en accélérant le processus, l’environnement ne suive pas. C’est mon souci sur le Griffon », a-t-il en effet affirmé lors d’une audition à l’Assemblée nationale.

Seulement, le programme SCORPION ne se résume pas qu’à la livraison de nouveaux véhicules dans la mesure où il est la synthèse de trois concepts, à savoir la protection maximale (ou active), la souplesse d’action et la notion de « justes effets » (ou de force maîtrisée), le tout au sein d’une « bulle opérationnelle aéroterrestre ». D’où des freins éventuels à l’accélération souhaitée par le général Bosser. Mais ce ne sont pas les seuls : l’industriel doit aussi être en mesure (et peut-être aussi avoir la volonté) d’augmenter la cadence.

« Celui qui entretient le VAB est celui qui construit un véhicule de SCORPION. Donc, je m’adresse à lui et je demande si, au lieu de dépenser sur les VAB, on ne pourrait pas accélérer SCORPION? L’industriel doit se préoccuper de la faisabilité, parce que cela lui impose une réorganisation au sein de son entreprise, et parce qu’il va devoir transformer des savoir-faire – de l’entretien du VAB à la construction de SCORPION », a expliqué le CEMAT.

« Mais on peut penser raisonnablement que si l’industriel ne fait pas effort sur le MCO (**), autrement dit si le maintien en condition des parcs anciens ne lui rapporte pas plus que la construction des nouveaux, ce modèle à périmètre financier identique est tout à fait envisageable. Les premiers contacts que j’ai eus avec l’industriel me font penser qu’on peut raisonnablement imaginer accélérer SCORPION, autrement dit qu’une chaîne qui va produire 29 véhicules de ce programme chaque année peut en produire 50 », a-t-il ajouté.

Le Délégué général pour l’armement (DGA), Laurent Collet-Billon, serait favorable à une accélération du programme SCORPION. Toutefois, il reste quelques obstacles à lever, à commencer par les « disponibilités financières ».

« Si l’on disposait de crédits supplémentaires, on parviendrait techniquement et industriellement à accélérer la production, ce à quoi je ne serais pas hostile », a en effet affirmé M. Collet-Billon aux députés de la commission de la Défense. « Il convient de mettre en perspective l’accélération potentielle du programme SCORPION, comprenant d’excellents véhicules que nous parviendrons sans doute à exporter, avec le coût d’entretien des VAB et l’indisponibilité de certains véhicules qui subissent un acharnement thérapeutique », a-t-il continué.

Et comme il est question de produire annuellement 24 Jaguar sur 10 ans, le DGA ne doute pas qu’il soit possible de faire mieux. Mais, a-t-il prévenu, « la limite à l’accélération du programme SCORPION tient dans notre souhait de terminer proprement les développements et les qualifications des matériels avant le démarrage de la production. »

Il n’est en effet pas question pour le DGA ne sauter des étapes afin d’éviter de mauvaises surprises. Les trois premiers Griffon seront livrés en 2018 et leur première capacité opérationnelle est prévue pour 2021. Ce délai correspond au temps qu’il faut à la Direction générale de l’armement et à la Section technique de l’armée de Terre (STAT) pour mener à bien leurs évaluations des véhicules ainsi qu’à celui nécessaire pour la formation des équipages.

« Tout cela prend du temps mais, je le répète, ne doit pas être galvaudé. Nous avons failli avoir le problème sur le FELIN, où nous n’avions pas suffisamment pris en compte la transformation de la mentalité des soldats, et le système a failli être laissé dans les placards », a expliqué M. Collet-Billon.

Quoi qu’il en soit, l’idée d’avancer le programme SCORPION est bien dans les tuyaux, avec l’objectif de disposer de 1.000 Griffon dès 2025, ce qui « produirait une accélération de presque 30% du rythme de livraison », selon le DGA. Mais, a-t-il tempéré, « cette affaire est à mesurer avant tout à l’aune de la disponibilité actuelle des matériels de l’armée de Terre; il ne faut pas chercher d’autre critère, afin de ne pas faire d’erreur. »

(*) Groupement tactique interarmes
(**) Maintien en condition opérationnelle

25 commentaires sur “L’armée de Terre et la DGA évoquent une accélération du programme SCORPION”

  1. 29 par an soit 3 par mois ouvres…pas de hernie…à un tel rythme ces engins seront périmés avant que la série soit livrée…et on perd en puissance de feu perdant du 105 et du 90 pour au mieux du 40…si on est en guerré on se dote d’une industrie de guerré rapide et puissante.mais ca c’est autre chose que le blabla .on claque 2 milliards pour les migrants et on est pas foutu de réparer les Vab des paras. ..bonne journée!

    1. Par pitié, renseignez vous sur les performances du 40CTA avant de reprendre une n-ième fois votre refrain coupé de toute réalité …
      .
      Quant aux migrants, ils nous coûteraient même si on ne faisait rien pour eux, et probablement plus qu’aujourd’hui. Que votre morale ne vous indique pas d’aider celui qui est chassé et dépouillé par la guerre, c’est vous que ça regarde. Mais ayez l’honnêteté de ne pas faire des calculs tronqués qui, encore une fois, n’ont aucune réalité. Ne pas aider les migrants ne les fait pas disparaître, ça n’ôte pas la faim et le froid, et si nous n’y pourvoyons pas, ils seront réduits à se servir malgré tout.

    2. Perte de puissance?
      Il me semble que c’est la première fois que la France produira en série un véhicule équipé de missile antichars et avec aussi de vraies capacités antiaérienne.
      Ensuite, quelle la cadence d’un 105 ou 90 mm semi-auto comparé à un 40 mm auto?
      Et puis c’est un 40 mm « spécial course » pour de munitions télescopées « spécial course ». Spécial rotation aussi +75°/ horizontale. Drone ou fêlés cachés dans des étage, snipers, mal barrés, idem pour de aéronefs qui voleraient trop bas. Au moins un test a déjà été effectué sur des drones. Je ne retrouve plus l’article. Avec des bastos avec billes de tungstène ou un truc équivalent.
      De mémoire, la tourelle (énorme) dispose d’une chambre tournante, enfin si cette solution a été retenue, donc je suppose, coup par coup possible, avec choix unitaire de la munition.
      Un spécialiste pour nous renseigner?
      http://www.thinkdefence.co.uk/cased-telescoped-armament-system/#Capabilities_and_System_Description
      Parabellum, pensez-vous vraiment que les BE US, UK, allemands et français soient si nuls, pour tous avoir travaillé sur cette innovation?

      1. @ Alain d

        En effet, le 40 mm est plus que d’actualité à notre époque, les 2 ATGM également (dommage pour l’annulation des 4 missiles au lieux de deux) mais quand même, la France avait besoin d’un pur véhicule de combat d’infanterie avec capacité AC, en cas de conflit de haute intensité, le Jaguar serait au front, le VBCI serait multi-rôle en faisant la navette entre le combat et le transport de troupe, et le Griffon sera excellent pour le transport de troupe et la patrouille armé en conflit de faible à moyenne intensité 🙂 En résumé le Jaguar permettra au VBCI d’être plus polyvalent et efficace en plus de vous donné une bien meilleure infanterie mécanisé.
        .
        Il est certain que le « 90 » vas faire un petit trou dans vos unité de combat aéroporté, mais bon, vous n’êtes pas les seules et la priorité n’est pas là pour le moment.

    3. Bonsoir,
      .
      « 29 par an soit 3 par mois ouvres…pas de hernie…à un tel rythme ces engins seront périmés avant que la série soit livrée… »
      A titre personnelle, j’ai utilisé des FAMAS en 1984. et le VAB qui fêtera ces 50 printemps à l’arrivé de son successeur. On est clairement pas dans le renouvellement du parc de Renault Clio d’une entreprise privée. Le matériel militaire est conçu pour durer plusieurs décennies. Remplacer du matériel qui n’est pas encore à la limite de son potentiel est un luxe que peu d’armée peuvent se permettre.
      .
      « on perd en puissance de feu perdant du 105 et du 90 pour au mieux du 40… »
      Sauf que les conflits d’aujourd’hui ne nécessitent plus une telle puissance de feu. Le 40 mm téléscopé est nettement plus adapté pour un combat urbain ou asymétrique (armée régulière contre armé non régulière). Si on veut plus de puissance, on peut toujours envoyer des chars Leclerc ou des canon Caesar.
      .
      Cordialement / Frédéric

      1. Le 40mm d’accord…il est efficace et pour les conflits asymétriques de l’heure actuel il est particulièrement adapté pas besoin d’augmenter les calibres n’oublions pas les stocks de guerre donc pour les craintifs d’une immense armée blindée façon guerre froide sortant de nul part pour nous faire notre fête cela règle l’histoire..
        Par contre entendre pour plus de puissance de feu on a les Leclercs et les Caesar alors la faut quitter le monde des bisounours excusez moi de l’expression mais l’ ADT a déjà assez de soucis à essayez de se déployer comme ça niveau finances alors ne demandons pas d’alourdir la chaîne logistique et les coups de déploiement avec des Leclercs qui ne que 50 heures avant maintenance et des Caesar certes efficaces mais légèrement fragiles et peut être mal conçus et dont on a peur de se servir correctement….
        En attendant faisont confiance au soldat lambda de l’armée de terre il reste toujours la b*** et le couteau comme on dit
        Cordialement

      2. Ok pour la leçon sur le canon de 40 …pour ma génération c était des 40 bofors…je date et tant mieux si on a une arme à grand débattement vers les hauteurs.mais les calibres lourds restent quand même l ultima ratio et il va en rester bien peu…les combats urbains actuels se font avec du lourd et aussi de la seconde artillerie que nous n avons pas…le 90 n était pas une mauvaise arme…les gros engins à venir paraissent quand même très hauts et je m’interroge sur leur vulnérabilité …le missile sur char n est un concept si nouveau ..on a connu des amx 13 avec des ss 11 des deux côtés du canon…pas d hier…comme moi helas..

  2. Il me semble que ce véhicule n’existe qu’en maquette, on est presque en 2017 et la premiere livraison c’est 2018, racourcir le delai, c’est chaud quand meme.

    1. Le programme Scorpion est dans les cartons depuis un bon moment déjà. Je pense qu’il existe déjà plus qu’une simple maquette (avis tout-à-fait personnel)

    2. Il y’avait déjà un démonstrateur dynamique (BMX-01) present a Eurosatory l’année dernière il me semble. Les maquettes du Griffon ne changent pas beaucoup de ce véhicule.

  3. 3 ans pour tester un véhicule il y a quand même un vrai problème c’est n’importe quoi , c’est honteux tout cet argent envoyez par la fenêtre

    1. Ça semble long en effet : c’est le temps qui s’est écoulé entre la réception de la première FREMM et sa mise en service officielle. Or c’est un engin un tantinet plus complexe qu’un blindé léger.

  4. C’est une suite de raisonnements de mise en balance, qui porte sur un problème apparemment simple: à la base, une bête histoire de remplacement de matos.
    .
    Normalement, le truc facile à gérer. Je ne sais pas si vous avez compris, mais dans la première école de gestion venue, on apprend à renouveler le matos (l’actif immobilisé) et le stock (actif circulant). C’est du primaire.
    .
    Au niveau militaire: renouveler l’arme et ses munitions. Typiquement, adopter un fusil d’assaut, par exemple, et décider de produire des munitions.
    .
    Dans l’armée française, ces processus de simple renouvellement, ressortissant à la gestion en routine, sont devenus problématiques, abstraction faite de toute intention prospective (essayer de voir quelle est la guerre du futur).
    .
    Que dans l’armée française? Ben non. Toutes les armées du monde sont confrontées de façon chronique à ce problème, dont l’un des points les plus saillants est aujourd’hui le F35.
    .
    Alors, il est où le loup?
    .
    Je ne sais pas. Mais il est clair qu’il y a une piste à rechercher du côté de l’Histoire et de la façon de la concevoir:
    – Si l’Histoire est une suite d’affrontements sans fin, alors la civilisation qui vit dans cette histoire doit normalement être capable d’assurer le renouvellement des éléments d’actifs propres à assurer la perpétuation de la guerre, condition même de son existence et donc de sa prolongation.
    – Si les processus de renouvellement de l’actif militaire deviennent problématiques, il est possible que la civilisation en question traduise, par les obstacles législatifs et budgétaires qu’elle crée elle-même, une difficulté à reproduire un modèle qui ne lui correspond plus.
    .
    Et, sur ce, arrive le programme Scorpion.

    1. je ne suis pas économiste mais, à mon avis, le loup c’est que je ne connais pas de PDG qui n’ait pas l’aval de son conseil d’administration et, ce faisant, les cordons de la bourse, ou tout au moins un échéancier consolidé des fonds attribués pour conduire le projet. Carlos GOHSN, Renault décide de fabriquer un nouveau modèle se lance avec la certitude d »y parvenir. il lui reste ensuite à planifier la « décommercialisation » du modèle précédent
      dans les armées, la question est simple : quand on a convaincu qu’il fallait renouveler tel type de matériel, (volumes , échéancier, MCO), quand le politique (en fait la haute fonction publique BERCYENNE) dit oui, il dit oui au principe de renouvellement mais discute tout le temps de l’échéancier. car l’investissement défense demande de la stabilité et du temps. or, la logique financière raisonne à l’annualité budgétaire et cherche avant tout à solder les comptes de l’année. et entre deux priorités, on commence toujours par celle de très court terme.
      au final, les armées réfléchissent à « comment faire durer » en reportant les échéances de MCO, en rétrofitant, en réduisant les commandes etc. le CEMAT a une approche différente : autant acheter plus vite le nouvel équipement.
      la question des volumes est autre, elle découle de la remontée des effectifs.

    2. et encore, je crois me souvenir de l’ultime réunion préalable à la décision de professionnaliser les armées vers le 20 février 1996. les représentants de BERCY avaient clairement dit que l’équation budgétaire décidée par Jacques Chirac – le président de la république- (un budget annuel à 185 milliards de francs constants ) était « inacceptable en l’état et que tout serait fait pour ne pas l’honorer ». alors, avant de parler d’échéancier…

    3. J’aime beaucoup votre raisonnement; il est en effet incompréhensible qu’un pays comme la France ne soit pas capable de trouver dans son budget les quelques milliards nécessaires à cet indispensable effort.

    4. Je vous recommande la lecture de cet article :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Tainter
      Joseph Tainter à écrit une théorie expliquant que les civilisations s’effondrent au moment où lorsqu’elle doivent résoudre de nouveau problème, ce qui se fait par plus de complexité, cette complexité coûte à la société la rendant au final moins puissante.
      Je prévois que cela puisse nous arriver dans un siècle avec le réchauffement climatique et l’absence de source d’énergie propre de substitution.

      1. Une des raisons du problème est la volonté systématique d’exprimer un besoin et de le satisfaire depuis la page blanche, alors qu’une offre nombreuse de matériels existe.
        C’est une tentation bien connue : il existe une auto-persuasion que mon besoin est tellement spécifique que pour y répondre, il faut impérativement démarrer le travail de conception depuis zéro. De plus, le besoin est toujours ambitieux, sinon pourquoi remplacer ce qui existe ? On en vient à développer des systèmes de plus en plus complexes pour répondre à ce besoin.
        Bref c’est la quadrature du cercle, qui coûte des milliards et des décennies en études, cadrages, prototypage, phase de développement, essais, etc.
        Honnêtement, un blindé léger, ce n’est pas le F35 : c’est une caisse propulsée et une tourelle avec un système d’armes. Il en existe des dizaines, et l’achat sur étagère n’est pas infamant ! On a bien fait cela pour le remplaçant du FAMAS…
        Allégeons les expressions de besoins et ce sera beaucoup moins lourd, long et coûteux !

  5. La cible de VBMR légers est passée à 558.
    La cible de véhicules multi rôles et d’infanterie en 2025 est passée de 2.700 à 3.300

  6. Ca marche aussi chez votre concessionnaire le coup du « il me faut trois ans pour tester votre 207 » ?

  7. Justes effets …. ? Quel charabia. Les soldats ont besoin d’armes puissantes qui offrent sans faille la supériorité sur l’ennemi. Tout le reste, c’est de la cogitation de personnes qui devraient prendre un peu de fenugreek; c’est bon pour la testostérone. Je plaisante n’est ce pas.

  8. Bonjour, et bien je ne sais plus qui a dis ca plus haut, mais effectivement… nous (donc dans mon régiment biffins), on aimerai bien voir au moins une maquette grandeur nature… parce que pour l’instant, le proto n’a été présenté nul part, à aucun salon défense. La tourelle oui, mais pas l’engin finalisé… et ça pour nous, on se dis en tout état de cause qu’on peut rajouté bien 5pigrs de plus avant la livraison complète du parc. Bref, arriver un certain temps de service, on ne crois plus guère que ce que l’on vois.

    Cordialement, TDM.

    Ps: les migrants par ci par là… sortez du pays, vous verrez qu’un peu de solidarité ne tue pas.

Les commentaires sont fermés.