Une équipe du GIGN sera déployée au Burkina Faso

gign-20151120

À l’occasion d’un déplacement à Abidjan en compagnie de son collègue des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé le déploiement prochain d’une équipe du Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) au Burkina Faso.

Cette annonce a été faite deux jours après l’attentat de Grand-Bassam (Côte d’Ivoire), revendiqué par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et commis probablement avec des recrues locales. Les deux ministres français ont ainsi fait le voyage à Abidjan pour « témoigner » de la solidarité de la France.

« Dans le cadre de l’opération Barkhane, et suite aux contacts que j’ai pris avec le directeur général de la Gendarmerie nationale, nous avons décidé de positionner à Ouagadougou des éléments du GIGN », a ainsi déclaré M. Cazeneuve.

Cette équipe du GIGN pourra « dans la région, en cas d’attaque, intervenir rapidement, apporter des formations, apporter un concours dans des circonstances de crise de terrorisme », a expliqué le ministre de l’Intérieur.

L’attentat contre le complexe hôtelier de Grand-Bassam est le troisième du genre revendiqué par AQMI en Afrique de l’Ouest, après ceux de Bamako et de Ouagadougou.

Pour rappel, dans le cadre de l’opération Barkhane, le Burkina Faso accueille déjà des unités des forces spéciales françaises (opération Sabre).

59 commentaires sur “Une équipe du GIGN sera déployée au Burkina Faso”

  1. N’est-ce pas le rôle du 1er RPIMa ?
    .
    Je croyais qu’en France, on manquait de troupes d’assaut et que les gars du 1er allaient épauler le GIGN au cas où…
    .
    On navigue à vue et n’importe comment… Ils n’ont pas fini de rigoler les terroristes…

    1. oui ET non: il y a deux points:
      le 1er n’ est pas formé au CTLO (entendez Contre terrorisme et Libé d otages)
      Cette semaine Le Drian s’exprime à l’Assemblée afin de permettre l’intervention du COS ( dont le 1er fait parti) sur le territoire national: ça sous entend une formation + un cadre opérationnel + une politique d’utilisation.
      L’idée principale est d’aboutir au voeu de Cazeneuve – somme toute pertinente – de faire intervenir un groupe à moins de 20 mn sur tout le territoire national en cas d’attaques armées comme la France a connu par 2 fois l’an dernier
      donc pour l’instant ces FS ne sont pas formées au travail du GIGN et vice versa d’ailleurs.
      Quant au GIGN à Bamako ou Ouagadougou, c’est une erreur. Les 400 ou 450 hommes du groupement sont suffisamment sollicités (attentats, ambassades etc) en ce moment pour les voir azimutés . Après quel sera leur nombre? et que fait une équipe minimale du GIGN? sera telle efficace?
      Bref ça reste une décision politique pas toujours prise dans la voie du bon sens

      1. Je suis d’accord avec vous… Juste à partir du second paragraphe… Car si le 1er RPIMa n’est pas formé au CTLO, alors j’ai du loupé un épisode 😉
        Vérifiez vos source svp.

      2. À ma connaissance, le rôle de la 4e compagnie du 1er est – entre autre – le CTLO… donc ils sont a priori aptes à cela 🙂
        .
        Sans compter les commandos de marines dont c’est aussi une des spécialités. Toujours à ma connaissance, Hubert s’entraîne avec le GIGN depuis les années 80 (je crois que ça date de l’époque de Barril… donc ce n’est pas récent).
        .
        J’avais un a priori négatif sur l’usage des FS dans le CTLO en métropole estimant que c’était le rôle de « vrais » spécialistes (donc le GIGN ou le RAID). Les dernières inter du RAID m’ont fait réviser mon jugement.
        .
        Je n’arrive pas à comprendre comment on est tombé aussi bas côté CTLO avec le RAID (et sans doute le GIGN). Entraînement déficient ? Sélection ? Armement ?
        .
        Je me souviens que dans les années 80, les gars du GIGN pouvaient – au .357 – cibler 4 preneurs d’otage dans une voiture en se croisant sans toucher l’otage… Je rappelle qu’à Saint Denis, le RAID (et les cow-boys de la BRI) ont tiré 5000 cartouches et n’ont touché que des collègues !
        .
        C’est une vraie question… Si quelqu’un a la réponse…

        1. 5000 cartouches et comme le rapport de l’inspection l’indique, dans les décombres on n’a retrouvé qu’une arme de poing. Merci à la presse car depuis c’est silence radio. Après Toulouse, puis Saint Denis …

        2. Il semble que l’on soit descendu à 1500 pour le nombre de cartouches, en face une seule arme de poing, tous les assiégés non touchés par le RAID tués suite à l’explosion du kamikaze. Plusieurs blessés chez le RAID atteints par leurs propres collègues. Le chien ayant été tué par le RAID lui même. Et quel réaction face à ce constat ? Absolument rien ! On ferra toujours appel à cette bande de pieds nickelés. Qui semble également pas avoir été exempt de tout reproche lors de l’attentat du Bataclan. Pourquoi le RAID alors qu’avant nous avions le GIPN qui était je crois la première force de ce type créée en France ?

          1. Les GIPN étaient des unités régionales. On les appelle dorénavant antennes RAID.

          2. Je te conseille de ne pas te trouver devant le Raid ou le GIGN quand ceux-ci donnent l’assaut Ta santé serait mise à mal

        3. Une réponse…non. Mais disons que pendant longtemps à contrario du GIGN, la FIPN (RAID, BRI, ex GIPN) ne voulait pas développer la compétence explosifs pour les « ouvertures » de portes. Depuis l’affaire Merah, la police, suite à certaines critiques a changé son fusil d’épaule, mais les derniers échecs d’ouverture (Hyper cacher, St Denis) montrent que des actions correctives sont à mener. Pour le reste, il est vrai que les images de l’assaut à l’Hyper cacher ont cassé le mythe: la colonne d’assaut qui n’en est plus une, les G36 utilisés à bout de bras par-dessus le groupe parce que chacun veut y aller de son coup de feu…un seul élément (un commandant avec son bouclier) qui fait preuve d’un sens de l’engagement. Bon n’étant de la trempe de ces hommes, je m’arrête là, mais la question est légitime, car les images sont cruelles…et très éloignées d’une réputation que l’on sait maintenant surfaite.

        4. Oui, au 1er, je crois que c’est la cellule INVEX (Investigation/Extraction). Par ailleurs, il me semble que les stagiaires du RAID sont brevetés au bout de 3ou4 mois. Au GIGN, il y a plus d’ un an de formation. Il y a pas à dire, le GIGN est bien plus formé que le RAID. En plus, ils peuvent être engagés dans des missions interarmées. On peut combiné FS/GIGN. Mais je ne pense pas qu’on puisse combiné FS/RAID. Et leurs engagement pour l’accomplissement de leur mission est moindre au RAID. Si on regarde Marignane. C’est 4 terroristes retranchés dans un avion. Tout les Groupes du GIGN sont rentrés dans l’avion comme un seul homme. A l’hyper Cacher, un seul terroriste, et lors de l’assaut, un équipier du RAID est rentré… Il a du se sentir bien seul à l’intérieur… Preuve est que le filtre de la sélection n’est pas la même dans ces deux unités. Mon avis personnel est qu’au moins 50% des membres du RAID et du GIPN n’auraient pas réussi les tests de sélection du GIGN.

      3. @Pythagore:
        .
        Le 1er RPIMa est une des 3 unités du COS qui a déjà plus que démontré son expertise en CTLO, qu’il possède depuis au moins une quinzaine d’années.
        .
        La seconde le Commando Hubert (historiquement la première de nos forces après le GIGN avant même la création du COS) habilitée aux opérations de CTLO sur des navires; en complément du GIGN plutôt destiné aux environnements terrestres.
        N’oublions pas que les commandos Jaubert et Trépel conservent chacun un groupe destiné aux ECTLO (Escouades CTLO) et au CTM (Contre Terrorisme Maritime).
        .
        Et la troisième est le CPA10également compétent pour le CTLO (+ RESEVAC).
        .
        .
        Le GIGN doit maintenir un haut niveau de compétence et donc être aussi présent sur les zones à risque tels que les capitales africaines liées à la France et exposées.
        Ce qui permet de soulager les unités du COS qui occupées par ailleurs avaient mis du temps avant de pouvoir se regrouper pour intervenir à Ouagadougou, tout comme à Bamako…
        L’engagement d’éléments du GIGN est un signal fort envoyé aux capitales africaines nombreuse à être alliées de la France dans la lutte contre l’islamisme.
        .
        Quant à ceux qui y voient un surplus de sollicitation du GIGN, qu’ils observent déjà la dotation régulière de nos ambassades protégées par le GIGN sur ces mêmes zones à risque…
        .
        Enfin, observons que le découpage territorial français fait que le GIGN se voit exclu d’intervenir en région parisienne et dans les principales agglomérations françaises de facto situées en « zone police » et donc réservées aux différentes unités liées à la FIPN: RAID, GIPN et BRI/BAC.
        .
        Utilisant des moyens qui semblent disproportionnés par rapport aux cibles lors des leurs assauts, les interventions du RAID donnent l’impression que ces hommes ont agi sous l’emprise du stress lié à un réel manque d’expérience au combat.
        .
        Si pour en arriver au résultat de neutraliser leurs cibles en détruisant appartements ou ou immeubles où elles se trouvent; autant doter le RAID de lance-roquettes dont l’usage (pour en arriver au même résultat) leur fera gagner plusieurs dizaines d’heures plutôt que de consommer des milliers cartouches pour détruire les murs…
        .
        Le RAID est certainement formé au CTLO, mais plutôt aux libérations d’otages sans assaut. Car les techniques d’assaut du RAID révèlent un réel manque compétence à la différence des GIGN, 1er RPIMa et Commando Hubert spécialisés.

        1. @ tous
          oui merci de vos remarques

          je ne savais pas que le 1er avait cette expertise du CTLO.
          Je la connaissais pour les CM;
          d’ ici quelques temps désormais, le COS pourra intervenir sur le Territoire National
          Bonne soirée

        2. A ce titre, pendant les opérations de l’armée française en Afghanistan, le GIGN envoyait certains de ces éléments sur ce théâtre pour les confronter à des ennemis crédibles et aux dangers des missions de guerre…une sorte de maturation opérationnelle en quelque sorte.

        3. Pour ce genre de situation, la grenade à fusil anti-personnel ce n’est pas mal du tout à travers une fenêtre.

      4. Le 1er n’a pas d’operateur CTLO… quel grande connaissance de ce milieu, cela fera plaisir aux groupes CTLO de la citadelle soit dit en passant…

        1. Selon les mêmes sources… Les pilotes du 4è RHFS n’ont pas de brevet de pilote, juste le permis moto et les mecs de Hubert ont juste fait de la natation au collège 😉
          Je taquine mais c’est sans méchanceté.

  2. Dites ce que vous voulez mais les forces africaines se débrouillent pas mal face à ça … Mais on va pas cracher sur du renfort 🙂

    1. @ivoirienmaitou:
      .
      C’est à Abidjan que les forces anti-terroristes africaines auront été les plus efficaces et relativement autonomes comparé à Bamako et Ouagadougou…
      Mais les contextes politiques, sécuritaires et aussi économiques ne sont pas les mêmes…

      1. Et surtout il me semble que ce sont les groupes pas ctlo du 1er rpima …qui n’y connait rien en ctlo !! Qui forment les ctlo ivoiriens qui ont fait un travail remarquable !!! Mais chut ne le dite a personne 😉

  3. Cela me semble une bonne idée de pré-positionner cette équipe > capacité d’intervenir plus rapidement. Ce type d’attentats ayant malheureusement une bonne probabilité de se reproduire dans la durée.
    De plus l’aspect formation et aguerrissement des forces équivalentes des pays de la région, existantes ou à créer, est une vraie plus value.

    1. Après lecture des différents commentaires, je m’aperçois que je n’avais pas pris en compte une donnée importante dans mon intervention: celle de de la capacité de résilience ressources humaines de notre excellent GIGN.
      Effectivement si, du fait de leurs très hautes capacités comme de leurs savoir-faire, ces personnels sont sollicités de plus en plus partout, comme pour tout, pour des missions de plus en plus consommatrices de moyens humains y compris en individuel (y compris les caprices de fait planétaires de tel ou telle…), se pose de fait la capacité de notre GIGN à y répondre en assurant le maintien de son efficacité globale tout en conjuguant un minimum de vie privée.

    2. Et pourquoi des attentats au BF nous préoccuperaient ? N’est ce pas aux Burkinabé de s’en occuper ?
      Si on émiette des unités partout où des attentats sont à craindre, on n’est pas sortis du sable…

      1. Si on suit votre raisonnement, alors rien ne nous concerne en dehors du territoire nationale <> donc démontage immédiat de toutes les opérations extérieures, fermeture de toutes les bases à l’étranger… 😉 !

  4. Quel bordel ! Hier c’était les unités du COS qui étaient prévues pour intervenir en anti-terrorisme dans l’hexagone, aujourd’hui c’est le GIGN qui va à Ouagadougou. Ce mouvement brownien entre tous ces corps à vocations différentes donne une impression de malaise. Tout comme d’ailleurs le reste de la politique française.

    1. Pour les unités du COS concernées, ce serait en fonction de leur présence ou de leur disponibilité en métropole: Toutes leurs sections ne sont pas 12/12 mois en OPEX…

  5. Reveillez vous cela fait bien longtemps que le gign est employé en dehors de nos frontières pour différentes types de missions ce n est pas nouveau…

  6. Voyez votre seigneurie, vous avez surement plus d’empathie pour « je suis Charlie », que vous ne semblez le croire. Et j’ai cru entendre que vous étiez sur la plage attaqué à Grand Bassam, lieu de travail de mon arrière grand-père douanier, et que donc votre altesse, vous avait maintenant connu le feu. On applaudit messieurs, le Duc vient de connaitre son baptême du feu!! ( 😉 )

  7. Les Français sont menacés en France mais aussi dans de nombreux endroits du monde y compris en Afrique de l’Ouest, il faut donc des capacités de protection et d’intervention en France et à l’étranger.
    Les 3 armées sont toutes au-delà de leur contrat opérationnel, en particulier l’armée de terre jusqu’à ce que la FOT soit remontée à 77000.
    La gendarmerie de son côté est à ce jour plutôt sur le banc de touche sur le territoire national, avec un déploiement concentrée dans les zones rurales alors que la guerre qui nous touche se livre essentiellement dans les villes notamment à Paris, des zones police… Et au niveau de l’intérieur, il semble pour ainsi dire impossible de bouger cette ligne. Ceci explique aussi le recours à l’armée.
    Partant de là, autant donc utiliser une partie du GIGN à l’étranger, où il y a aussi beaucoup à faire. Les gendarmes sont militaires et intervenir à l’étranger fait partie de leurs attributions, contrairement à la police (sauf des cas très particuliers).

  8. Relisant Lawrence d’Arabie je m’aperçois que l’on fait comme les Turcs face aux guerriers arabes : on émiette, on colmate et on n’aura plus l’initiative ni, bien sûr, le nombre là où il le faudra vraiment, un jour.
    Réagissant toujours et seulement, au lieu d’agir, nous ne sommes plus maîtres de notre action puisque c’est l’ennemi qui nous dicte sa volonté.

  9. Fantasme journalistique ! c’est comme la dernière fois … il y a il est vrai du personnels GIGN car ce sont aussi des officiers de police judiciaire (OPJ) et donc ils apportent une caution juridique pour tout dossier qui sera transmis ensuite au parquet mais ceux qui vont au carton ce sont toujours les mêmes : 1er, Commando marine et bien souvent les deux à la fois !….

    1. Libération des enfants à Djibouti, opération Victor à Ouvéa, Marignane….etc.
      Une mémoire un peu sélective je trouve. 😉

      1. Pour l’opération Victor, ils n’étaient pas seuls, c’est vrai. 11ème choc et Hubert étaient à leur côté. Mais une fois que l’on a cité ces 3 opérations majeures, on comprend mieux le monde qui sépare ces troupes militaires de celles de la police dont le plus grand fait d’armes jusqu’à l’année dernière était l’intervention à Neuilly pour « human bomb ».

      2. Vous mélangez Marignane se trouve en métropole, Ouvéa en territoire métropolitain dans le premier cas le GIGN est intervenu à 100% pour Ouvéa y avait beaucoup de monde et comme je l’ai dit précédemment pour toute libération d’otage il faut une caution juridique pour le Ponant il y avait aussi des hommes du GIGN il a fallu d’ailleurs leurs prêter du matériel à chaque fois qu’il y a une intervention pour libérer des civiles il y a une autorité judiciaire ils peuvent peut prendre part à l’assaut à la demande des politiques mais dans la plus part des cas reste en retrait « observe et note » à fin d’établir un procès verbal pour le parquet, pour un abordage de bâtiment c’est pareille d’où les exercices du GIGN avec la marine avec un accident mortel la dernière fois…. Cela ne leur enlève en aucun cas l’excellence de leurs interventions !…

  10. Cette équipe du GIGN pourra « dans la région, en cas d’attaque, intervenir rapidement, apporter des formations, apporter un concours dans des circonstances de crise de terrorisme »
    « dans la région », c’est assez vague…
    « intervenir rapidement », avec quels moyens vu qu’on manque de tout ? hélicoptère ? Transall ?

  11. Pourquoi ne pas former et faire financer par l’Europe des unités d’interventions Africaine ici en France ?
    Pourquoi se séparer de gens précieux comme le GIGN ?

    1. Le GIGN reste aujourd’hui lié au Ministère de l’Intérieur qui favorisera toujours l’usage du RAID en métropole.
      Le GIGN aurait autrement bouclé les échecs du RAID de ces dernières années.

      1. J’aimerai en être sûr pour le GIGN mais aujourd’hui rien ne le prouve… La seule action récente est l’attaque des frères machin à Dammartin et là, ça s’est fait dans la précipitation pour cause de synchronisation avec l’attaque du casino à Paris… donc ce n’est pas vraiment probant…
        .
        Mais les armements types me font plus douter qu’autres choses… J’aimerai savoir si les p’tits gars du GIGN tirent autant que dans les années 80 ? À savoir entre 100 et 200 cartouches par jour… J’ai des doutes (450 personnels à 200 cartouches par jour 20 jours par mois, ça fait… 21 600 000 cartouches par an soit 20% de la consommation de l’armée de terre…)
        .
        Vu l’armement, je dirai qu’on privilégie le volume de feu à la précision… et on a vu le résultat avec le RAID. C’est la philosophie des swats et des spetsnaz depuis des lustres mais eux s’en foutent des otages…
        .
        Bref, j’aimerai bien croire que le GIGN soit toujours au top… mais je crains que non.

        1. Le GIGN est aujourd’hui divisé en 3 pôles (GI, PROTEC, GOR). Le GI est l’ancien GIGN historique seul apte à l’intervention. Les modules PROTEC et GOR sont issus de l’ancien EPIGN. Donc les conso de munitions que vous citez ne sont sans doute pas bonnes. Pour le reste, le tir de confiance au GI est toujours d’actualité.

        2. @PK:
          .
          Avec une évaluation « entre 100 et 200 cartouches par jour », on est déjà sur du simple ou double 🙂 …
          .
          Disons que vous supposez, mais vous n’en savez concrètement rien, aussi bien sur la consommation réelle de munitions du GIGN dans les années 80 que celle d’aujourd’hui.
          .
          Pourquoi la qualité de l’entrainement en général, en particulier au tir, du GIGN aurait baissé au cours de ces 20 dernières années?
          .
          Alors j’ai des éléments de réponse à vous fournir:
          « Chaque élément peut se rendre, quand il le désire, au stand de tir (15, 25 et 50 mètres), ouvert 24 heures sur 24, pour tirer plusieurs boîtes de munitions. Chaque jour, il y a cent cartouches grillées par homme. Les SAS britanniques, pourtant avares de compliments, considèrent le GIGN comme la meilleure école de tir au monde.
          De nombreuses unités antiterroristes de par le monde demandent sans cesse au GIGN de leur enseigner ses méthodes de tir. Celles-ci reposent sur une certaine psychologie du tir, initiée en son temps par le commandant Prouteau, et développée depuis grâce à une poignée de grands spécialistes de tir du GIGN. »
          http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/gign/Decouverte/Entrainement2
          .
          Je n’ai absolument aucun doute sur la qualité de l’entrainement du GIGN qui contrairement au RAID, cumule de réels acquis de succès opérationnels complexes.
          .
          C’est le manque évident d’expérience au combat des hommes du RAID qui fait que leur interventions partent logiquement en vrille…
          Les hommes du RAID sont avant des civils en armes de guerre avec une mentalité de fonctionnaire (de police) syndiqués.
          La notion de devoir et de sacrifice n’y est donc pas prioritaire, d’où une attitude complètement décalée face la réalité et au stress d’un engagement armé…
          .
          Les hommes du GIGN s’entrainent sous le feu de balles réelles (5 morts à l’entrainement), pas le RAID.
          Rien à voir avec les SWAT ou Spetnaz comme vous tentez de le démontrer.

          1. Merci pour votre réponse…
            .
            Je ne tente rien de démontrer : je pose des questions. Mes connaissances sur la conso des tireurs du GIGN des années 80 sont dans les mémoires de l’ex-capitaine Barril. C’est tout.
            .
            Je suis ravi de constater que le niveau n’a pas baissé (en terme de volume).
            .
            Après, il est légitime de poser quelques questions… Dans les années 80, ils tiraient au .357 (au .44 pour Barril qui aimait bien jouer les cow-boys… mais lui au moins, touchait ses cibles). Ils avaient peu de cartouches (6), tiraient vite (6 balles en 5s) et bien (sur 6 cibles). La vitesse des pistolets aujourd’hui est supérieure mais le calibre (9 mm) est nettement moins efficace donc pour neutraliser quelqu’un avec, il faut pour le moins d’aussi bon – voire meilleur ! – tireur que dans les années 80.
            .
            Quand on a vu le RAID à l’œuvre, ça refroidit… Du coup, la question se posait LÉGITIMENT pour le GI du GIGN. J’attends quand même une confirmation sur une opé quand même 🙂

          2. C’est pour cela que les gendarmes ont choisi en tant que militaire d’être représentant de l’ordre en zone rurale (pour 1 blessé gendarme en service il y a plus de 3 policiers blessés en service) certainement une « notion de devoir et de sacrifice prioritaire »
            des mots derrière un clavier tout cela et surtout une grande louche d’onanisme…

  12. Quoi qu’il en soit, les forces africaines sont et resteront …des forces africaines. Sans commentaires.
    Par ailleurs le fait d’y envoyer le GIGN alors qu’on en a besoin en France est une manœuvre diplomatique et médiatique merdique faite pour plaire aux dirigeants locaux de ce grand pays civilisé.

    1. disons que l ‘Intérieur vient peut être au secours de Le Drian
      le GIGN en Afrique, c’est aussi soulager les FS …en Afrique
      on en aura peut être besoin d’ici quelques semaines sur d’autres théâtres nord africains….

  13. Tout à fait d’accord avec Zayus, pour les unités du COS totalement opérationnelles pour du CTLO (ou Invex); Les 6 Commandos Marine (même s’ils ont chacun leur spé) sont formés pour, même si KHB, KTP et KJB sont plus aptes à le faire (pour infos, sur le ponant c’était KPF et pas KHB), idem pour le CPA10 et bien sur le 1er RPIma.

    Et pourquoi sont-ils plus à même que le faire que les unités de « Police » RAID et GIGN ?
    Tout simplement parce qu’ils sont aguerris et habitués à le faire dans des conditions bien différentes (et réalistes) de celles de nos villes. En exemple, pour aller chercher un forcené dans un pavillon, on boucle tout le quartier, on a 50 personnels aux alentours et deux colonnes de 10 gars surarmés … pitoyable vu le niveau d’entrainement … sans commentaires pour l’inter du RAID …

  14. Parlez avec un homme du GIGN, il vous dira qu’il est avant tout un gendarme. Parlez avec un homme du Raid, il oubliera de vous dire qu’en fait il n’est qu’un Gardien de la Paix. Grosse différence de mentalité qui explique bien des choses !

    1. À mon humble avis, un gendarme n’est rien d’autre qu’un policier avec une petite formation militaire.
      Pour moi ils n’ont de militaire que le nom.
      Attention ce n’est pas une insulte, c’est du pragmatisme.

      1. Bientôt 40 ans d’interventions (dont certaines à caractère militaire..Djibouti, Victor, Marignane, Traque des criminels de guerre serbes en Bosnie…etc) pour en arriver à ce type de commentaires. C’est à pleurer !

    2. Bonsoir je ne comprends pas votre remarque pour ces policiers: c’est insultant d’être un Gardien de la Paix ?

      1. Pas du tout, c’est tout le contraire! Soit je me suis mal exprimé soit vous avez rien compris . Je voulais justement faire remarquer que pour certains fonctionnaires du Raid le fait d’être Gardien de la Paix leur semble une atteinte à leur personne. C’est bien ce que je leur reproche.

    1. C’est bien ils vont gagner la médaille d’outre-mer, avec un peu de chance ils seront ancien combattant.

  15. Concernant le Gign et le Raid :Un petit rappel, lors de la mise hors d’état de nuire des frères Kouachi c’est au moins 150 cartouches qui ont été tirées . A tel point que l’imprimerie ou ils étaient retranchés a été partiellement détruite et rendue inutilisable pendant plusieurs mois. Pour mémoire les frères Kouachi ont été abattus alors qu’ils avaient quitté l’imprimerie pour une ultime confrontation avec les forces de l’ordre. ..
    Concernant l’assaut de Saint Denis à partir du moment où l’ouverture de la porte à l’explosif a échoué (détonateur défectueux ) cela ne pouvait que tourner au drame compte tenu de la nature kamikaze des terroristes.
    Il a beaucoup été glosé sur le fait que des impacts de balles ont été retrouvés à l’intérieur des boucliers balistiques et des éléments d’appui ont été incriminés pour ces tirs.
    Cela est peu vraisemblable. Ces impacts sont vraisemblablement provoqués par les opérateurs de la colonne d’assaut.
    Il ne faut pas oublier que le Raid est équipé majoritairement de fusil d’assaut G36 avec une visée eotech fixée sur une poignée garde main surplombant la carcasse de l’arme. De fait la visée de l’arme est 10 bons cm au dessus du canon.
    De fait dans un espace type cage d’escalier le manque de débattement peut amener l’operateur a tiré au dessus du bouclier tout en conservant le maximum de couverture. L’appareil de visée est au dessus du bouclier mais le canon est masqué par le bouclier entraînant des tirs à l’intérieur.
    Enfin le pistolet 9mm utilisé par les terroristes a été retrouvé avec une cartouche chambrée mais sans son magasin. Une telle configuration n’est imaginable que si le terroriste est mort au moment où ce dernier opérait un rechargement tactique à savoir remplacer un chargeur pas tout à fait consommé par un neuf tout en conservant une capacité de riposte. Or selon les journalistes aucun chargeur n’a été retrouvé. .. cela ne tient pas la route.
    Enfin concernant le Raid le problème ne vient pas tant je pense des opérateurs mais plutôt de l’incompétence de ses chefs davantage choisis selon des critères politiques que des critères opérationnels. .. C’est là la grande maladie de la Police en général et elle devient criante dans le domaine de l’intervention.
    Quand on voit le passé professionnel de l’actuel patron du Raid il y a de quoi se poser de sérieuses questions.

    1. Si vous voulez faire des comparaisons oublié le RAID mais pensez plutôt au GAO !….

  16. Le Gigi étant encore sous dimensionné pour une prise d’otages massive, il est prévu qu il demande le renfort du raid et du cos au besoin.
    Dès lors, une équipe en Afrique est une équipe qui manquera en métropole en cas de POM, non?

  17. Je vois que ici comme ailleur on se la mesure pour voir lequel est le plus fort …n’oubliez pas l’eni commun et que tous travaillent pour un meme but sauver des vies …alors le plus fort on s’en tape c le resultat qui compte et l’engagement des mecs …

Les commentaires sont fermés.