Les États-Unis ont engagé de vieux avions OV-10 Bronco contre Daesh en Irak et en Syrie

Si le combat contre Daesh (État islamique ou EI) a été l’occasion du premier engagement opérationnel de l’avion le plus moderne de l’US Air Force, en l’occurrence le F-22 Raptor, il aura aussi permis à des appareils nettement plus anciens et surtout rustiques, comme l’OV-10 Bronco, mis en service lors de la guerre du… Vietnam.

Ainsi, nous apprend le site The Daily Beast, sur la foi d’un compte-rendu de l’US Centcom, le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient, deux OV-10 Bronco, avec des pilotes de l’aéronavale aux commandes, ont été engagés contre Daesh à partir du printemps 2015. Et cela pendant 82 jours, au cours desquels ils ont effectué 134 sorties dont 120 missions de combat. Le tout avec un taux de disponibilité de 99%.

Mais on n’en saura pas davantage, l’US Centcom étant avare de détails sur le déploiement de ces deux OV-10 Bronco. Ce qui, pour The Daily Beast, indiquerait qu’ils ont été engagés pour fournir un appui aérien aux forces spéciales américaines.

Toutefois, un porte-parole de l’US Centcom a expliqué que l’objectif était surtout de vérifier si l’emploi de turbo-propulseurs comme ces OV-10  Bronco pouvait augmenter la « synergie » et améliorer la coordination entre le personnel navigant et les troupes au sol.

En clair, il s’est agi de déterminer si de tels appareils sont en mesure d’effectuer des frappes aériennes aussi efficacement que des avions de chasse modernes (F-16, F-15 ou F-18), dont l’heure de vol peut atteindre les 40.000 dollars. Pour comparer, une heure de vol avec un Bronco ne coûte que 1.000 dollars…

L’explication donnée par le porte-parole de l’US Centcom se tient. Car, en effet, l’aviation américaine songe depuis longtemps à engager des avions légers pour faire de la lutte anti-guérilla, comme cela avait été le cas au moment de la guerre du Vietnam, avec les A1 Skyraider et… l’OV-10 Bronco.

En 2008, l’Irregular Warfare Office de l’US Navy avait pris l’initiative de lancer le programme « Imminent Fury » pour, justement, faire des essais allant de ce sens. Pour cela, il avait loué un Embraer 314 Super Tucano, bardé de capteurs et d’armements fournis par L-3 Com et Rockwell Collins.

Même chose pour l’US Air Force, avec son programme LAAR (Light Atack/Armed Reconnaissance), qui prévoyait l’acquisition d’une centaine d’avions légers. À l’époque, Boeing avait même proposé un « Super Bronco OV-10X ».

Seulement, tous ces programmes n’eurent pas de suite, les élus du Congrès n’ayant pas été convaincus du bien-fondé de ces initiatives. Toutefois, l’US Centcom reprit à son compte le programme Imminent Fury, sous le nom de « Combat Dragon II ».

Pour rappel, l’OV-10 Bronco a été conçu par North American pour l’US Navy, qui cherchait alors un appareil anti-guérilla. Doté de deux turbopropulseurs AiResearch T-76, il peut emporter jusqu’à 1.600 kg de munitions. Armé par 4 mitrailleuses de 7,62 mm, il peut voler à la vitesse maximale de 452 k/h, à une altitude de 9.000 mètres. Il peut tout aussi bien effectuer des frappes au sol comme des missions de reconnaissance, de surveillance ou encore de guidage d’artillerie. En tout, 370 exemplaires furent construits, y compris pour les besoins de l’US Air Force et de l’US Marine Corps.

63 commentaires sur “Les États-Unis ont engagé de vieux avions OV-10 Bronco contre Daesh en Irak et en Syrie”

    1. Bonne question, à part peut être en racheter aux PHILLIPINES je ne vois que ça ou bien ces avions dormaient dans un hangar aux USA, mystère

    2. Les appareils viennent des stocks du Nevada, cet énorme entrepôt d’avions retirés du service dans l’étendue désertique. En 2013 une unité des services spéciaux en avait remis 2 en état de vol, pour faire une évaluation dans le cadre de la poursuite du programme Combat Dragon II (2010), qui visait à étudier la faisabilité d’utiliser un avion d’appui-feu léger à turbopropulsion en Afghanistan. Le programme avait initialement porté ses essais avec des Super Tucano, ce qui n’avait guère convaincu le Congrès qui annula Combat Dragon II (surtout pour des questions de budget). Environ deux ans plus tard les « services » eurent l’idée de ressortir un avion conçu pour le genre et qui avait fait ses preuves au Vietnam, l’OV-10 Bronco. Un Bronco était évalué sur la base aérienne de Nellis (Nevada), un second sur la base aéronavale de Fallon (toujours dans le Nevada).

      Il est intéressant de constater que, finalement, 3 ans plus tard, on tente à nouveau cette bonne idée, surtout que les autres programmes coûtent une véritable fortune sans grande efficacité. À peine à nouveau mis en opération les B-1 B ont été renvoyés à la base d’origine pour une profonde mise à niveau, remplacés par de bons vieux B-52. Le B1-B était déjà un avion à problèmes à ses débuts, je ne comprends même pas comment ils ont pu avoir l’idée de le sortir pour l’Irak et la Syrie.

      1. Ils les avaient aussi sortis en Afgha, je pense que c’est plus dans une « logique » illogique de « bigger is better » que vraiment suite à une réflexion tactique/opératique !

  1. Il ne leur resterait pas une trentaine de Bronco dans le désert du Nevada ? … Ce serait top pour opérer dans la BSS avec des cocardes tricolores … A moins que Dassault nous lance une Dacia de l’air pour épauler sa Rolls … 🙂

    1. Pas assez cher! Comment voulez-vous planquer des dessous-de-table corrects dans un prix de 5M€?

      1. Commentaire stupide !
        Soit vous disposez d’informations précises et fiables sur ces dessous de tables, et dans ce cas, vous les communiquez, soit vous vous taisez !
        Les amateurs du complot militaro-industrio-judeo-maçonnique, qui pullulent sur ce site commencent à m’emm…. au plus haut point.

      2. @ Niko
        Et oui, bien sur, des dessous de table pour acheter un avion Dassault …
        Vous avez des infos ? Un lien peut être ? Le début du commencement d’une preuve ?… Non ? Rien du tout?… Alors fermez votre grande g….. ! 😉

        1. @ Alpha
          par contre, on voit en ce moment au Bresil un scandale de corruption de grande ampleur qui touche Lula et Rouseff … de là à dire que cette affaire va entacher le surprenant contrat passé avec SAAB au détriment de DASSAULT, alors que ce dernier l’avait presque dans la poche ! Mais attention ! Je ne dis pas que SAAB a usé de pot de vin et que DASSAULT aurait refusé de casquer ! 🙂

      3. @Niko
        Perso , la remarque m’a fait sourire ! J’aime bien . Après , si certains pensent qu’il ne se passe jamais rien sous la table …..grand bien leur fasse ! 🙂

        1. à Vroom
          « Après , si certains pensent qu’il ne se passe jamais rien sous la table …..grand bien leur fasse !  »
          Et bien moi c’est le contraire voyez-vous …. Sans être naïf, car des rétro-commissions, il y en aura toujours, je plains quand même tous ceux qui croient que forcement, derrière chaque grand contrat il y a des dessous de table. D’autant qu’aujourd’hui, avec la facilité à laquelle on accède à l’information en temps réel, c’est quand même risqué et on a toutes les chances de se retrouver pris la main dans le pot de confiture ….En fait, ce raisonnement de certains, çà rejoint un peu la façon de penser de ceux qui, en manque de connaissance ou d’explications, se réfugient toujours derrière la théorie du complot, les Illuminatis, X-Files, « on nous cache quelque chose », la base extra-terrestre sur la face cachée de la Lune, les Pluies d’Animaux, le Kraken, le Yéti, etc, etc …. Par contre, quel esprit d’imagination !!!!!!!! 🙂

          1. Je suis en live le développement d’un programme par Th…s pour un système de défense aérienne européen , un système qui ne fonctionne pas , des options évidentes facturées un max , des petits arrangements entre amis « si tu dis que ça marche , tu viendras bosser chez nous » , des pressions sur ceux qui veulent dire que ça ne marche pas , un responsable de projet débarqué, à la mode soviétique (si ça ne marche pas , c’est forcément un problème de commandement !) , alors oui , je reste très cynique dans ce domaine.
            De simple politiciens se font choper tous les ans à arnaquer , accuser de conflits d’intérêts , et vous croyez que dans l’armement , nous avons affaire à de gentils garçons ?
            Là n’est pas le sujet du post .
            La réflexion de Niko m’a fait sourire , point.

      4. C’est vrai que l’on nous les a brisé menu pendant des décennies avec l’histoire des frégates de Taïwan, la DGSE s’en souvient parfaitement. Mais comme le dossier vient d’être clôt, on n’en saura pas plus sur cette foire au défenestration.
        On peut difficilement croire que les rétrocommissions puissent disparaitre du marché de l’armement, on est pas ici dans un monde d’enfants de coeur, je vous l’accorde volontiers.

  2. L’US Air Force réinvente la roue : les leçons du Vietnam ont été bien vite oubliées ! Et notre Armée de l’Air ? Quand va t-elle comprendre elle aussi qu’engager des Rafales à 100 millions d’euros pièce contre des djihadistes pick-up Toyota, ça coûte horriblement cher alors que des appareils plus « rustiques » feraient peut-être aussi bien l’affaire ?

    1. sauf que si il faut concevoir de A à Z un nouvel appareil pour n’en produire que quelques dizaines d’exemplaires produits en France (emplois oblige), cela risque de coûter plus cher que les 60 millions de la construction d’un Rafale (l’avion étant multi-rôle, multi-mission et multi-utilisateurs, le coût de la RD ne peut être additionné ici)

    2. Un appareil « rustique » ne serait utile que pour des guerres « rustiques » avec un nombre limité de fonctions. Inutile de créer une micro-flotte pour un micro-besoin. On n’a pas le budget des américains.
      En France on préfère utiliser un hélicoptère Tigre pour le soutien au sol.

    3. Effectivement, la rafale malgré ces capacités, n est pas à « l aise  » en appui au sol, son seul canon ne donne vraiment pas satisfaction. Il peut évidemment larguer des bombes guidées laser ou tirer scalps sur des objectifs qui en valent la peine ( financièrement), mais pas sur des 4×4. Son canon peut servir pour sa mission de police de l air, mais c’est tout. L appui au sol doit être fait par des tigres quand on peut of course.. Quand on est sous le feu, il est préférable d avoir 1 tigre qu’ 1 Rafale, ou encore mieux un A10.

    1. Quel homme ! Cela fait du bien de voir des politiques avec un tel franc parlé !

  3. Excellent…j’ai toujours été persuadé que ces avions turbopropulseurs pouvaient faire l’affaire très efficacement dans ce type d’opérations – Ils ont fait leurs preuve et continueront j’en suis persuadé.
    Pour cet appareil, c’est vraiment étonnant qu’ils en aient conservés sous cocon depuis tout ce temps !

  4. les guerres asymétriques exigent parfois des méthodes surprenantes !
    Il n’y a vraiment que les Américains pour être aussi peu conventionnels et réactifs quand il s’agit de se remettre en question

  5. Excellent! Si seulement cela pouvait donner des idées à notre armées, sur le problème du trop technologique, et qui rapporte aux industriels bien-sûr, mais qui grip également notre adaptation…

  6. Surement à Tucson parmi les centaines d’avions en stockage. Par contre, dans l’article je cite « des avions légers » …  » avec les A4 Skyraider » , on a vu plus léger (2700 chevaux et capable d’emporter son poids en armement…

    1. En fait c’est AD4…..l’appellation également en cours dans l’AA il y a quelques années.

    1. Le vrai pavé dans la mare serait que le Canada y renonce qui acheter quand même us , des F15 (ne rêvons pas)

  7. Merci pour le lien,
    Bon mes connaissances en klingon sont mauvaises, mais je lis, 2 avions sortis d’un lot d’un douzaine anciens avions des marines passés au standrad ov-10d+.
    Par la suite utilisés par l’ATF, le departement d’etat, et finalement envoyés à la NASA. Remis à niveau selon des critères Colombiens pour la contre guerilla… (dans les années 90).

    Ce sont des bimoteurs, peut être celà a t-il joué en leur faveur plutôt que des tucano ou équivalent ?
    Par contre le plafond d’utilisation est bas, et il est avéré que les barbus on été équipés de lance missiles anti aériens.

  8. Est ce que ces anciens avions, même modernisés, offriront autant de sécurité au pilote ? C’est une question qui se posera si les djihadistes parviennent à en abattre un. Quel équilibre sera trouvé entre la proximité du combat, et la sécurité des pilotes (technologiquement et politiquement) ?

  9. « pendant 82 jours, au cours desquels ils ont effectué 134 sorties dont 120 missions de combat. Le tout avec un taux de disponibilité de 99%. »

    Ces deux avions et leurs pilotes n’ont pas chômé! 99% de dispo sur presque 3 mois, pour un avion dont la mise en service remonte à 50 ans, cela doit faire rêver les concepteurs du F35… Le A10 n’est donc plus seul à faire le job pour pas cher et cela pourrait avoir certaines conséquences dans les choix futurs: Le F35, l’avion si souvent cloué au sol qu’il aura remis les pieds sur terre aux décideurs?

  10. La France avait un temps d’avance au Tchad avec ses antiques Skyraider ….Jusqu’à l’arrivée des Sam7 en 77/78…La contre-mesure n’existait pas sur ces avions à l’époque …
    Toutefois ces avions étaient la terreur des du GUNT …

  11. En 2005 la France retira du service les jaguars. On pourrait les remettre en service. Que sont-ils devenus?

  12. Un détail qui échappe à beaucoup. Si efficace soit il contre ce type de guérilla, l’OV 10 ne possède pas une grande allonge. Il faut donc que sa base d’attache soit proche du front. Difficile dans des régions où les distances se comptent en milliers de kilomètres.

    1. Toujours plus d’autonomie qu’un hélicoptère, jusqu’à 8 heures pour certains avions à turbopropulseurs et possibilité d’opérer depuis des pistes en terre/latérite.

  13. Espérons que cette fois le programme sera suivi d’effet, et que les résultats réussiront à dépasser le goût des décideurs pour
    « les beaux avions racés au nez pointu avec des écrans digitaux qui font blip-blip »
    Goût qui a menacé le A-10 même du temps de sa jeunesse !
    Le souci c’est qu’aucun avion de ce type n’a été conçu récemment par les US ou par l’Europe alors que, comme le souligne M. Lagneau, la problématique n’a jamais disparu depuis le Vietnam. Seuls les brésiliens se sont montrés futés avec l’excellent Super Tucano. Nous on a du retard maintenant. Et même s’il reste possible d’armer certains avions légers c, ils feront mal leur job car pas faits pour du CAS.

    A noter quand même que la question qui se pose encore et toujours : quelle est la vulnérabilité de ce type d’engins ? Personnellement je pense « vulnérable mais pas autant que les hélicos », donc suffisamment résistants pour ce job. D’autant qu’il est possible de concevoir des appareils monomoteurs ou bimoteurs suffisamment puissants pour être blindés, et obtenir des cappareils d’appui-sol efficaces et résistants dans un style proche de ceux produits à la fin de la 2nde GM. …Des sortes de A-10 à hélices, quoi.

  14. N’en déplaise à certains, l’avion omnirôle, c’est comme le couteau Suisse, ça fait certaines choses très bien et beaucoup d’autres plus ou moins mal. C’est pour les pauvres. Pour les riches, on a 15 avions différents, de l’OV10 au B2.
    La mission CAS a toujours été effectuée par des avions lents, volants facilement, en général blindés, et offrant une bonne visibilité (fonction essentielle). Donc pas F22, F18, EF, Rafale … l’A1 est très bon, mais la visibilité n’est pas parfaite et il n’y a qu’une seule paire d’yeux. Dans les avions du passé on à l’Il-2, les A26, Hs129 Typhoon, P47 …

  15. Céest la « figther mafia » qui va être contente !!!!
    Déjà que le congres ne les laisse pas remiser leur A10, maintenant on veut leur imposer un avion à HÉLICES !!!! L’horreur absolue pour les seigneurs de la chasse du pentagone.

  16. à tout hasard , ils ne les auraient pas « dronisé » les broncos (à l’image du k-max), parce que en plus s’il n’y a pas de pilote on a un double ou triple reaper pour la charge , à peu de frais et peu de risque.

  17. Plus qu’a faire une sorte de Etandard/AlphaJet turbo propulsé ou on peut demander à Daher/Socata de faire un turboprop spécial CAS vue qu’ils ont déjà fait le TB30 Epsilon, ils ont plus qu’à faire un Super Epsilon ou un dérivé d’avion d’attaque tiré d’un avion d’entrainement, genre Embraer, Pilatus ou encore plus récemment le Texan II de Beechcraft. Voir encore le Air Tractor militarisé que les Emirats Arabes Unis on déjà.

    https://rhk111smilitaryandarmspage.files.wordpress.com/2014/02/at-802u-aerofossile2012_thru_flickr1.jpg

    https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/42/24/37/42243713096d9ad27122995c81b1618e.jpg

    Petit hors sujet mais avec une information importante que personne n’a remarqué je pense.
    La France va commander des missiles Griffins pour équiper ses 2 nouveaux C130 armés. 5ème paragraphes du lien si dessus.
    http://www.defensenews.com/story/defense/international/europe/2016/03/09/french-air-force-hiring-ordering-bombs/81540242/

  18. Puisqu’on en est à se rappeler des avions taillés pour le cas , il y avait egalement le B26 , un bombardier léger tres maneuvrant, endurant et avec un rayon d’action et une capacite d’emport significative .. Avion qui fut très utilisé par le corps expéditionnaire français en Indochine )
    Mais il est vrais que je ne comprend pas du tout pourquoi on ne developpe pas un appareil contre insurrectionnel / basse intensité avec une endurance et une allongé bien calculée , et une capacite d’emport suffisante … Il y a une vingtaine d’année il y avait des concepts de ce type sur les travaux de ruthan qui donnait de veritable petites merveilles a des tarifs cohérents …
    Dans le même genre, je ne pige pas pourquoi la Russie ne capitalise pas sur l’expérience su25 pour proposer des appareils costauds à bas coûts , simples à piloter et à entretenir …

    1. Elmin, même si c’est son nom, je pense qu’il est préférable d’utiliser son nom d’origine qui est A26 Invader plutôt que B26 pour ne pas le confondre avec le B26 Marauder, le A26 étant issu du A20. Il manquait quand même de blindage. A lire sur ce point le très bon livre de Patrick-Charles Renaud.
      Les avions CAS sont les parents pauvres car on a tout misé sur la technologie (GBU, …) sans penser cout d’utilisation. Par exemple l’IA58 était une bonne machine je pense. Certains avion de la WW2 feraient encore l’affaire.

      1. Oui je me suis fait la remarque juste après avoir publié .
        Quand aux avions 2eme WW, entièrement d’accord (le Bearcat par exemple, les exemplaires qui font des courses aux pilones disposent meme d’écrans couleurs ))
        Plus recement , un appareil comme le fouga aurait certainement un role interessant en basse intensité

  19. Est ce que quelqu’un sait si ces OV-10 Bronco sont ravitaillables en vol et quelle est leur autonomie et quel est leur rayon d’action ?
    Merci d’avance

  20. Ce retour des avions à turbopropulseur n’est guère étonnant. Quand le fameux A10 est sorti, il a été un moment opposé au PA-48, qui est un Mustang avec des bidons en bout d’aile et un turboprop à la place du Merlin. C’était un très bon avion, très fin et très maniable, mais les militaires américains voulaient un jet. Maintenant, on ressort des Bronco des cocons. Allez les gars, 2 turboprops sur des P38 et vous aurez l’outil idéal !

  21. Il me semble que l’Atlantique 2 a effectué quelques missions d’appuis sol. Il est vrai qu’avec ce type de guerre assymétrique le mode turbo-propulsé refait beaucoup de sens (coût, maintenance, autonomie etc.) ; et il y a un vrai marché pour les pays ne pouvant financièrement et logistiquement pas s’offrir des jets de combats.

Les commentaires sont fermés.