L’avion furtif F-35 n’est pas doué pour le combat aérien rapproché

f35-20140419

À vrai dire, on s’en doutait… Mais un rapport évoqué par le site War is Boring le confirme : le F-35 Lightning II, dont le coût de développement a atteint des sommes astronomiques (on parle du « trillion program » outre-Atlantique), est loin de briller en combat aérien rapproché.

Le rapport en question a été rédigé par un pilote d’essai de la base d’Edwards (Californie) après une simulation de combat aérien entre le F-35 AF-02 et un F-16D Falcon faite le 14 janvier dernier.

« L’évaluation a porté sur l’efficacité globale de l’aéronef dans l’exécution de diverses manœuvres précises dans un environnement dynamique », explique le pilote d’essai dans son rapport destiné à un « usage officiel ». Il s’est donc agi d’effectuer des « manoeuvres de base en configuration offensive, défensive et neutres à des altitudes allant de 10.000 à 30.000 pieds ».

Pour cette évaluation, le F-35 AF-02 était en configuration lisse tandis que le F-16 qu’il devait affronter était doté de deux réservoirs largables.

Résultat : le pilote d’essai n’a pas été en mesure de placer son F-35 en position favorable face au F-16, notamment en raison de la lenteur de son appareil à effectuer certaines manoeuvres. Pire : il s’est aussi retrouvé en mauvaise posture face à son adversaire fictif.

Qui plus est, le casque permettant une vision à 360° (dont le coût est de 400.000 dollars) est trop imposant par rapport à « l’espace intérieur de la canopée pour voir correctement derrière l’avion », ce qui a, in fine, constitué un avantage… pour le F-16.

Pour War is Boring, cela signifie que, « dans quelques décennies, les aviateurs américains et alliés iront au combat avec un appareil inférieur qui coûtera aux États-Unis le contrôle des airs ».

Cela étant, en 2014, le chef de l’Air Combat Command (ACC) de l’US Air Force, qui était alors le général Mike Hostage, avait expliqué que le F-35 « n’était pas construit comme une plate-forme de supériorité aérienne » et qu’il avait donc « besoin du F-22 », un autre avion furtif produit à moins de 180 exemplaires. Faute de quoi, avait-il continué, « la flotte de F-35 ne sera franchement pas pertinente ».

Seulement, le F-35 est appelé à devenir l’épine dorsale de l’aviation américaine – ainsi que celles d’autres forces aériennes. L’US Air Force en attend 1.763 exemplaires (version F-35A) pour notamment remplacer ses F-15,  F-16 et autres A-10 Warthog. En clair, le Lightning II risque de manquer de « chaperons ».

Cela étant, l’on peut objecter que les combats aériens rapprochés sont devenus une exception étant donné que les engagements se font à longue distance, grâce à la portée accrue des missiles air-air longue portée (AIM-54 Phoenix, Meteor, etc…). Dans ces conditions, la furtivité joue un rôle essentiel puisqu’elle permettrait de tirer sans être vu par ses adversaires.

Seulement, la technologie en la matière évolue aussi. L’augmentation continue de la puissance de calcul de systèmes de détection ainsi que l’amélioration des radars à basse fréquence font que la « furtivité » risque, à terme, de ne plus être un avantage…

Quoi qu’il en soit, cette infériorité du F-35 avait déjà été évoquée par un rapport publié en 2008 par la Rand Corporation, un centre de réflexion américain. Lors d’une simulation informatique basée sur le scénario d’une invasion chinoise de Taïwan, deux chercheurs, John Stillion, un ancien pilote de F-4 Phantom, et Harold Scott Perdue, qui était aux commandes d’un F-15 lors de la première guerre du Golfe, avancèrent que l’avion de Lockeed-Martin ne tiendrait pas le choc face aux Su-30 chinois. Et de résumer ses performances par la formule : « Ne peut pas tourner, ne peut pas grimper, ne peut pas s’échapper ».

À l’époque, Steve O’Bryan, vice-président de Lockheed-Martin, avait vivement critiqué les auteurs de cette étude, rédigée, selon lui, par des gens qui « n’ont aucune expérience de l’aviation de combat » qui « s’autoproclament experts » et qui vivent dans « sous-sol de la maison de leur mère en travaillant en pantoufles ». Des affirmations aussi fausses que gratuites…

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].