L’Allemagne veut un nouveau char de combat pour 2030

leopard-20150411

Le ministère allemand de la Défense est décidé d’aller de l’avant pour trouver un successeur au char Leopard 2, développé par Krauss Maffei Wegmann. Ainsi, il a informé le Bundestag que des études allaient être menées à cette fin dès cette année et conjointement avec la France. Ses conclusions sont attendues pour 2018.

Selon la presse d’outre-Rhin, il s’agit d’examiner « des tehnologies et concepts dans le cadre d’études conjointes avec la participation de l’industrie allemande ». Le secrétaire d’État à la Défense, Markus Grübel a expliqué aux parlementaires qu’un nouveau char lourd était nécessaire étant donné que les Leopard 2, actuellement utilisés par la Bundeswehr, devront être retirés du service en 2030.

Cette orientation a été donnée alors qu’un livre blanc sur la défense allemande est en cours d’élaboration. Le magazine Der Spiegel explique qu’Ursula von der Leyen, la ministre de la Défense, « répond à la nouvelle situation stratégique depuis le début de la crise en Ukraine » en souhaitant « développer un nouveau char de combat principal (…) en coopération avec un producteur français ».

En effet, un processus de rapprochement a été enclenché entre Krauss Maffei Wegmann et l’industriel français Nexter Systems, qui a produit le char Leclerc. En janvier, les dirigeants des deux groupes, Frank Haun et Philippe Burtin, avaient évoqué l’existence d’un tel projet à l’occasion d’une audition à l’Assemblée nationale.

« Dans cinq ans, nous aurons avancé dans le processus de développement d’un nouveau char lourd – qu’il s’appelle Léopard 3, Leléo ou Léoclerc, peu importe : il sera développé en commun, et pourra commencer à équiper nos forces à l’horizon 2025-2030 pour remplacer les chars Leclerc et Léopard 2 dont la base technologique commence à dater », avait affirmé le patron de Krauss Maffei Wegmann. « Renouveler ces matériels est indispensable : d’ailleurs, les Russes ne s’y trompent pas, et leurs travaux de développement en la matière avancent à plein régime. Pour ce faire, Nexter possède des technologies très intéressantes pour KMW, et vice-versa », avait-il ajouté.

Depuis, la Russie a officiellement présenté le char Armata T-14, dont l’une des caractéristiques est de disposer d’une tourelle téléopérée munie d’un canon de 125 mm.

Du côté de l’armée française, l’acquisition d’un nouveau char de combat n’est pas à l’ordre du jour. En mars dernier, et dans le cadre du programme Scorpion (Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation), la rénovation de 200 chars Leclerc a été confiée à Nexter pour 330 millions d’euros. Il s’agit de prolonger leur durée de vie jusqu’en 2040 tout en leur permettant de « collaborer efficacement en réseau avec toutes les composantes des futurs » groupements tactiques interarmes (GTIA).

52 commentaires sur “L’Allemagne veut un nouveau char de combat pour 2030”

  1. -Char Leopard 2, marché initial de sa conception: +2000 chars pour l’armée allemande (qui était le coeur de la confrontation Est/Ouest), effectivement construits, puis refourgués d’occasion aux 4 coins du monde a la chute de l’URSS, puis plusieurs centaines vendus en export.
    -Char Leclerc, marché initial 1500 chars.Mais contrairement a l’Allemagne, le Leclerc arrivant après la guerre froide, la cible final, avec le contrat émirien, est de ~850 chars (450+400).On ne refait pas l’histoire du contrat mal négocié et de la difficulté que l’entreprise avait pour faire tourner ses usines.
    .
    Je dis cela, par ce que pour ce nouveau char, il faut avoir quand même, une base solide pour son lancement.Evidemment l’Allemagne, qui a réceptionner ses Leopards il y a 25-40 ans voit leur remplacement plus prioritaire que la France, dont ses chars ont 20-25 ans (je ne compte pas le fait des modernisations, plus ou moins récentes et de la mise de côté (ou les ventes) des premières séries des uns et des autres)
    C’est donc sur un potentiel aujourd’hui, de 300 chars allemands plus 200 français 10 ans plus tard qu’on prévoit le lancement de ce char, pas de quoi créer un complexe industriel important autour de lui.
    Par contre l’avantage de ce projet, c’est qu’il n’a pas beaucoup de concurrences, sinon aucune dans le milieu occidental.Que ce soit les Britanniques (challenger), les Italiens (Ariete) et même les Américains (Abram’s), il n’y a rien.C’est sans oublier tout les autres pays qui disposent de chars et qui devront, un jour où l’autre, penser a leur remplacement.C’est donc tout ce marché qui doit être regardé, même si cela se fera dans 15 ans.
    Mais c’est surtout le cas français qui doit bien se mettre en valeur pour garantir un partage équitable de la conception et de la production.Concevoir un char ce n’est pas concevoir un aéronef, surtout quand 2 entreprises ont déjà le savoir faire, mais ça doit rester un partage équitable.

    1. Un partage equitable ? Ouais vu comme les politiques francais se mettent a genoux devant les allemands j ai plus qu un doute , de toute facon pour moi le char de combat pour moi est un concept qui sera completement obscolete dans les annees a venir ( ou alors des chars drone)

      1. Le char a sa place dans les armées, par contre c’est le concept d’évolution du char qui est revu.
        Les armées modernes, ont des « ensembles » qui doivent fonctionner l’un avec l’autre.Que ce soit le renseignement, l’appui aérien, les unités blindés où celles à pieds, l’artillerie, le soutien etc…
        Il faut regarder ces ensembles, leur efficacité, leur tactique.Ce qui est complètement inutile c’est de comparer le nombre de chars de tel ou tel en disant qu’il en a plus, donc qu’il est plus fort, c’est une absurdité.On a pas besoin d’un char pour détruire un autre char, malheureusement cette dissuasion du chiffre, c’est à dire l’analyse la plus simpliste qui existe.

    2. Les anglo-saxon acheter des chars fabriqués en Allemagne et/ou en France ??? Faut pas rêver…

    3. Oui mais ce qui manque à ces chars, c’est leur expérience du combat, de la résistance à tout type d’arme, et de l’obsolescence dans des combats de hautes intensité. Et comme ce sont les industriels qui en parlent, alors faut pas rêver et croire qu’ils vont soulignés leur difficultés. Mais peut-être que d’ici 2030, Léopard et Leclerc auront connus une aviation et une infanterie ennemi bien armées. Comme vous devez le savoir, les Abrams ont connu une infanterie bien armée en Irak, et s’en sont plutôt bien sortie. Et je pense pas que vous aillez des doutes sur l’utilité de l’expérience. Mais peut-être avez-vous des infos sur les opérations des Leclercs en ex-Yougoslavie, mais je crois que c’était dans le cadre de l’ONU. Enfin le numérique et la simulation permettent de pas-mal s’affranchir de la pratique du terrain, mais cela à ses limites. (PS: Si un collègue bas de l’oeil au commande de son blindé, faite lui faire une pause. 😉 )

    4. @pepito
      En général vous êtes bon dans vos commentaires, mais des qu’ils s’agit de l’ABC vous êtes au top.. De là à penser que vous êtes un ancien cavalier )))
      Pour revenir au sujet , quand nous faisons de bonne collaboration nous faisons de excellents matériels :
      Avec les anglais : le jaguar , la gazelle , le lynx …
      Avec les allemands : l’alphabet, les missiles hot , Milan …
      Avec les italiens : les FREMM , horizon …
      Bizarrement autant ça marche bien dans l’aéronautique et le naval , autant des sûil s’agit des armements terrestres …a voir donc si ce rapprochement franco allemand portera les fruits espères ..
      Autre conclusion .. Des que l’on dépasse le cadre bi national , ca part en vrille (delais , coûts , fonctionnalités ) : typhon , nh90 , a400M …
      Les années à venir vont nous dire si nos gouvernants et gouvernements arriveront enfin à définir une politique de défense et d’armement incluant les principales nations européennes : France, Allemagne , UK , Italie , et pourquoi pas Suède et Espagne .
      Imaginez ce que nous pourrions faire si au lieux de nous tirer dans les pattes nous faisions une mise en commun de tous les savoirs et les productions .. Nous aurions et de loin les meilleurs navires , avions , équipements terrestre .. Nous ferions des économies d’échelles permettant un meilleur équipement plus nombreux pour nos teoupes , quitte à spécialiser les armées : a l’Allemagne le combat continental , UK et France la projection de force , Italie le flanc sud , Espagne l’Atlantique méridional et l’Afrique de l’ouest , la Belgique et les pays bas du support aérien , les suédois la mer baltique …
      Bah je sais , je rêve … Mais il n’empêche , l’Europe aurait une sacrée cohérence et une puissance militaire digne de peser vraiment …

      1. Merci pour cette analyse éclairée mais surtout optimiste. Ca fait du bien.

      2. @elmin
        Puisqu’on est dans le reve, autant étendre l’Europe au reste du monde et alors il n’y a plus aucun ennemi à combattre et donc plus aucune raison de developper des chars …

    5. En fait, mise à part les brits avec le Challenger, et les italiens, et si on inclus la France comme client de ce futur nouveau char, on peut estimer que toute l’Europe occidentale au moins serait cliente. Si à cela on ajoute d’autres pays opérateurs du Leopard 2 et qui en sont satisfaits, ça fait quand même pas mal de client potentiels.

    6. Va falloir deja etre d’accord sur quel type de char , tonnage,calibre , ect….c’est pas gagné

  2. « L’Allemagne veut un nouveau char de combat pour 2030 »
    Pour quoi faire? Franchement?
    L’Allemagne étant aujourd’hui à un tel point de soumissions face à leurs islamistes (essentiellement des turcs et turques, mais aussi cf le pourquoi du mouvement Pegida*) qu’on se demande bien pourquoi , bien qu’ayant de vrais résultats économiques post les réformes Shroeder/Hartz, ce pays l’Allemagne veut un nouveau char de combat. Warum?
    Im 2030, Deutchland ist tot, und sein neuwe fuhrer heiss Islamist.
    Zo zo…
    * Le mouvement Pegida n’est pas qu’un regroupement de retraités apeurés et de jeunes néo-nazis. N’en déplaise à ARTE (cf « Arte Reportage » d’il y a quelques semaines). Le mouvement Pegida est née avant tout après de virulentes manifestations 2014 en Allemagne d’islamistes, souvent manu militari, voulant imposer leur loi la charia aux habitants de leurs quartiers.
    Hélas, cela a été tu par nombre de médias français.
    Sauf qu’aujourd’hui, la réalité rattrapre la vie des français.

  3. Ce qui est pénible avec les allemands c’est que c’est toujours compliqué, très compliqué, trop compliqué !

    1. … sans compter les restrictions « politiquement correctes » de toute sorte à la vente !
      On pourra vendre le Léo-leclerc à qui on veut où il faudra l’accord des écolos allemands pour chaque boulon ?

    2. Oui, c’est compliqué lorsqu’ils sont en position de force. Lors de coopérations précédentes : Transall C160, Alpha-jet, il y avait deux Allemagnes. Actuellement, dès qu’ils sont dans un groupe, sans en avoir le commandement, c’est généralement tordu et on n’est pas loin d’observer de leur part, de la résistance passive ou même du sabotage !

  4. Par contre nombre de pays à l’industrie « émergente » produisent actuellement leur propre char : Inde, Turquie, Japon, Corée du Sud…D’autres clients n’ont acquis leur Léopard 2 neufs que récemment.

    1. En effet, on est pas dans la sophistication aéronautique, et donc concevoir son propre blindé pour une nation, est une question de fierté, et c’est abordable.

      1. Tout à fait d’accord, et même bien plus abordable que bien d’autre chose.
        Si la 5e puissance mondiale n’a plus la volonté d’avoir ses propres blindés (et alors que de plus en plus d’autres ont leurs propres modèles), où va t’on !

    2. Oui, mr « de Pierro »*
      La Pologne est l´un des pays qui se sont procurés le Léopard 2 « neuf »**Vous retrouverez le Léopard 2 jusqu´en Chili en Amerique Latine, au Canada, et plus loin en Indonesie. Le Léopard 2 est en réalité le « champion » des chars occidentaux..Tous les pays Nordiques possedent ce char, sans oublier le Portugal, la Grèce ou l´Espagne**

    3. Les productions nouvelles restent a relativiser.Car elles servent avant toute chose a faire du chiffre avant de faire du bon produit.
      Prenons le cas de l’Inde et son tank Arjun, un tank qu’ils traînent depuis longtemps, produits a 124 exemplaires.Aujourd’hui, il y a 75% de ces chars qui ne sont pas opérationnels.Près d’une centaine de problèmes sont cités.En fait tout ces chars sont mauvais, même la production locale de T-90, dont des commandes supplémentaires de chars directement produit en Russie, servent a palier les problèmes de ces productions locales.Le même soucie avec les scorpène et les Su-30 et sans doute le même qui a finalement poussé a acheter de gré a gré des rafale.L’Inde n’exporte rien et n’a rien a mettre en valeur!
      Dans les autres pays, ça reste du même ordre, très local, avec des produits incertains qui ne sont même pas proposé a l’exportation.Ils servent a maintenir un savoir faire et un complexe industriel intérieur avant tout.

  5. Eri38
    Cette fois on ne recommencera pas l’erreur de faire un char commun comme pour l’AMX3OT …On les achètera directement » sur étagère » à l’Allemagne …Vus les crédits actuels on en aura pas bezef ! Comme d’habitude!
    Mais pour la chasse au Muzzrats en 2030 , une fois installés en khalifat ,il faudra autre chose de plus sérieux!
    Des élevages de porcs peut-être !…

  6. Je ne comprends vraiment pas l’intérêt tactique d’un char à l’heure où l’avenir est aux guerres de basse intensité!
    Contre des djihadistes, il me semble qu’un char ça ne sert à rien.
    Par ailleurs quel est l’intérêt de développer un char avec les allemands qui auraient par la suite leur mot à dire sur l’utilisation de ce char, comme ils le font déjà avec des produits militaires français mais qui intègrent de la technologie allemande! o_0!
    Je serais plutôt favorable que l’on arbitre en faveur d’un investissement massif dans la technologie des drones et qu’on laisse les chars actuels mourir de leur propre mort.
    Enfin il ne me semble pas que les russes soient nos ennemis, et de toute façon un éventuel conflit avec ces derniers ne se résoudra qu’avec l’arme nucléaire, donc bon des chars sur le champ de bataille, c’est pas ça qui fera la différence!

    1. « à l’heure où l’avenir est aux guerres de basse intensité! »
      Ben voyons… Vous l’avez vu dans votre boulle de cristal, ou vous travaillez à Bercy?
      Nul ne peut prédire ce qui arrivera dans 2, 5, 10 ans. Mis à part les Américains qui ont créé l’EI en 2010, et donc savaient ce qui pouvait se passer en 2014…
      En 1912, la plupart des Européens pensaient qu’il n’y aurait plus de « Grande Guerre », mais seulement des révoltes coloniales et des conflits de basse intensité du type balkanique… On a vu ce qui s’est produit…
      Pour le char, je pense qu’il s’agit d’un outil du passé, trop vulnérable et indiscret pour survivre longtemps sur le champ de bataille, face à des hélicos de combat, des avions, des missiles antichars, et l’artillerie. Pour autant je ne pense pas avoir la science infuse, et peut-être effectivement faut-il imaginer un remplaçant au Leclerc…

    2. « l’avenir est aux guerres de basse intensité! »
      Je vous suggère d’aller faire un petit tour dans n’importe quel pays balte ou du Caucase et de gueuler ça sur tous les toits, nul doute que ça fera bien rire la populace locale… ou pas.

  7. C’est, on peut l’espérer, une nouvelle marque de l’inquiétude face au désarmement de l’Europe, bien réel celui-là. Merquel qui pourtant croyait bien connaître Poutine, a été elle-même stupéfiée par son attitude. Sa politique a pour résultat d’avoir semé une solide méfiance dans une grande partie de ce continent et ce n’est pas du jour au lendemain que cela va cesser maintenant. On est à juste titre souvent exaspéré de la lenteur des réactions européennes, mais il faut voir que cela joue dans les deux sens : il faudra maintenant du temps pour retrouver la confiance. Jouer la « puissance pauvre », c’est bien joli, mais à terme ? On l’a bien vu avec l’ex URSS tombée dans le piège de Reagan avec la relance de la course aux armements : ils ont fini par dire « pouce, on arrête ». Notre nouveau modèle d’armée prend-t-il en compte toutes les menaces à venir? Notre avenir n’est pas uniquement à courir le sahel à la poursuite de bandes islamistes.

    1. Avant tout il s’agit d’une politique économique qui porte ses fruits.
      Mais après, une soumission aux islamistes? Where ist Deutchland? Eine soumissionen für das Islamisten car elles votennent für sich?
      Les anciens, qui ont activement et a juste titre luttés contre l’URSS ou la RDA ++, doivent êtres très décus mais ne doivent pas non plus, me semble t’il, considérer qu’aujourd’hui tout rapport avec l’Allemagne serait une trahison. Sauf si la « Deutchland » se soumet peu à peu aux islamistes (les Turques chez eux…), ce qui effectivement semble le cas.
      A quant une analyse rationnelle du rôle de la Turquie (l’allié objectif et de fait des islamiste sunnite? ie daesh ou al-quaida?). La Turquie est vraiment ici 100% anti-europe car 100% pro islamiste. Et oui, cela est son but, l’invasion musulmane de l’Europe, pour nos élites stupides qui n’ont pas compris (ou qui crêchent à New-York ou a Marrachech….) pff..!

  8. Près de 3400 exemplaire ont été construit de ce que certains n’ont pas hésité à nommer l’EuroTank.
    Aujourd’hui avec près de 1800 exemplaires en service de part le monde, dont la moitié dans les versions les plus récentes, cela vaut en effet de se pencher sur la question de son remplacement en 2030, ayant déjà plus de 35 ans d’âge (il aura un demi siècle en 2030, du jamais vu jusqu’ici pour un tel blindé, véhicule principal de combat, comme on disait autrefois), et une conception datant des années 70.
    Pour l’intérêt d’avoir ce genre de capacité, on constate que les quelques pays (Canada, Hollande) qui ont pensé à s’en passer, reviennent, en général très rapidement, sur ce genre de décision, et que d’autres, hors europe (de l’ouest, évidemment) ne cessent de concevoir de nouveaux modèles et de s’en équiper.
    Dommage pour nous, que l’on ne puisse presque plus que constater, l’abandon d’un pan entier (et aussi important) de notre industrie nationale de défense (certains s’en réjouiront sans doute, mais pas moi) : le principal char de combat des armées françaises devrait donc un panzer (cela doit faire drôle à beaucoup, en particulier de nos grands anciens, et quand on sait ce qu’étaient les chars français) (pour la partage, avec KMW qui pèse deux fois plus que Nexter, et connaissant la « rigueur » allemande dans leurs affaires, cela sera certainement une aimable rigolade, ou plutôt une gross rigolade), et ceci à l’heure, où au contraire, de nouvelles nations se lancent, ou se relancent, dans la construction de leur propre modèle national en ne renonçant nullement à entrer dans la compétition, bien au contraire : tout un symbole là aussi.

  9. Surtout du fric pour des industriels. L’inutilité militaire du char (coût, fragilité, missiles, avions, drones) est avérée depuis longtemps. Juste un instrument de guerre civile pour faire peur aux « masses ».

    1. Faux et usage de faux, on voit leur utilité dans tout les conflits récents, de l’Irak à l’Ukraine.

      1. L’Irak et l’Ukraine sont des guerres civiles de pays socialement et militairement arrières. Faites un tour sur les blogs genre VMF 214 ou même sur l’usine Nouvelle, vous comprendrez mieux les guerres de demain. Franchement, si les ricains espéraient une quelconque utilité du char, cela ferait longtemps qu’ils auraient lancé un successeur au M1. L’avenir se situe plutôt sur des cafards numériques solaires fabriqués en quantité astronomique et pas chers par l’industrie du jouet et qui viendront péter les chenilles et les pneus des chars ainsi que les jambes des soldats. Basarder un million de ces cafards sur EI, et en quelques jours la zone sera définitivement dégagée et c’est déjà dans les labos d’Apple ou de Google pour demain.

        1. Le seul tout petit problème est que l’EI est là aujourd’hui, pas demain.
          Quand à « des guerres civiles de pays socialement et militairement arriérés », il semble que ce soit ces guerres là qui soient « à la mode » en ce moment.
          C’est bien de préparer les guerres du futur, mais faut aussi pouvoir livrer celles du présent. Si on veut un futur.

  10. Vous avez raison pour la dernière partie de votre post …..Dans quelques années la police refusera sans doute d’entrer dans le 9-3 sans un appui des Leclerc !

  11. Je ne vois pas pourquoi le blindé lourd n’aurait plus sa place et encore moins pourquoi il n’y aurait plus de conflits de haute intensité. Il suffit que nous n’ayons plus de chars pour que l’adversaire se serve des siens. Pourquoi ne pas non plus décrèter que le fusil d’ssaut n’a plus sa place car il est démodé ?

    On estimait aussi que l’artillerie était dépassée et que l’aviation et les missiles de croisière la remplacerait … Mais le rendement économique en a jugé autrement. Et c’est pareil avec le blindé lourd : un M-1 Abrams coûte 5,3 M$, un Leclerc coûte 8,6 M$, un hélicoptère Tigre coûte 50,8 M€.

    Un char lourd est moins cher qu’un hélicoptère d’attaque (un hélicoptère est-il en mesure de détruire au moins 6 chars [ 50,8 M€ / 8,6 M$ ~ 6 ] avant d’être détruit à son tour ?), ses projectiles sont moins chers, sa maintenance est moins chère, sa disponibilité est meilleure, la formation de son équipage est plus courte et moins chère. De plus c’est au sol que le terrain se gagne donc c’est au sol qu’il faut être. Un hélicoptère d’attaque ne remplace pas un char lourd et inversement.

    Il y a beaucoup à réfléchir sur un nouveau char et pas seulement sur de nouvelles technologies. Peut-être faudrait-il tout simplement un blindé lourd mais bon marché d’un point de vue global (achat, maintenance, formation, disponibilité, clients potentiels, etc.) de sorte à pouvoir en mettre en oeuvre la plus grande quantité possible ou à pouvoir intervenir sur plusieurs théâtres en même temps. C’est tout l’intérêt d’une coopération entre deux états (si possible pas plus comme le faisait remarquer justement un commentateur). Et ça aurait été bien qu’il y ait eu une coopération pour le remplacement du Famas …

    C’est un sujet très intéressant et majeur.

    1. Vous comparez des choses qui ne sont pas comparables et qui se veulent simplement juste démonstrative d’un gain financier.
      Un hélicoptère n’est pas un char.On est pas en train de chercher le moyen le plus rentable dans une situation inventée.
      Bien sûre, le combat se gagne sur le terrain, mais chacun a son rôle.Le Tigre fait du soutien aux forces, y compris au char.C’est sûre, si vous imaginez un char au milieu d’un désert plat, face a d’autres chars, votre calcul économique prend tout son sens, mais ce n’est pas ainsi.
      Le char et tout les autres véhicules ou combattant, voit un environnement proche, parsemé d’obstacles qui vont des infrastructures, aux arbres, au nivellement du terrain mais aussi aux écrans de fumées, aux herbes haute etc.Sans oublier qu’une force terrestre, bouge lentement ,l’ennemi qu’on voit a un km et qui fait 50 m pour se planquer derrière une butte, vous n’allez pas le traiter en 15 secondes, c’est donc avec l’artillerie et son tir courbe, qu’on peut arriver a toucher l’ennemi sans se mettre en danger.Le tir tendu via des chars, roquettes/missiles s’avère inutiles vu la nature de l’obstacle.C’est dans ce genre de situation, que vous vous dîtes  » putain, un hélico ou un raid aérien, c’est ce qu’il nous faut! »
      Car un hélico, ça va vite, il a un point de vue que n’a pas les forces terrestre, il a un angle d’attaque a 360° de l’objectif, ce dernier a beau faire le tour d’une maison, se cacher derrière une butte, l’hélico le touchera.Tout comme dans le combat urbain, ce n’est pas un char qui va pouvoir nettoyer un toit.L’hélicoptère a l’avantage également de faire du stationnaire et le un Tigre par rapport a une Gazelle 20mm ou hot, il peut bouger son canon et désigner un objectif avec ses missiles, pas besoin de faire des passes, dont on se souvient la dernière au Mali (ce qui fait partie de la sauvegarde de l’appareil)
      Pensez vous que ce gain tactique ne coûte rien? qu’on peut obtenir le même résultat avec plus de chars? Si oui, soyez prêt a compter nos morts par centaines, en faisant la guerre a l’ancienne, celle de se jeter contre l’ennemi ou celui qui aura le plus d’hommes et de chars, l’emportera.
      Nous sommes dans une guerre zéro mort.Cela ne veut pas dire que l’objectif est de zéro mort, cela veut dire que l’on se dote des moyens utiles pour mener une guerre avec le moins de pertes, mais aussi avec le minimum de dommages collatéraux (pertes civil/ alliés).C’est une guerre qui demande plus de moyens financier, mais le résultat, c’est qu’avec une bombe où un missile de croisière, on arrive a obtenir ce qu’on obtenait avec un raid de 10 avions.Même l’artillerie s’y met, finit le temps où il fallait tirer des dizaines d’obus sur une cible, balancer des salves de roquettes, aujourd’hui quelques uns et c’est bon, alors oui ça fait moins impressionnant, ça donne l’impression qu’on a une faible puissance de feux (surtout que cette évolution pousse a la réduction du nombre de tubes), mais l’efficacité est là.

      1. Je bien sûr suis d’accord avec l’essentiel de votre analyse sur la complémentarité char/arti/helico. Mais dire que la qualité et la sophistication remplace le nombre n’est pas réaliste…. sinon pourquoi l’EI progresse toujours en Irak en Syrie malgré l’hyper technologie US…
        Tout simplement parce qu’ils n’ont pas déployé assez de moyens .
        Depuis l’antiquité, quand on veut faire la guerre sérieusement cela coute très cher et donc malheureusement pour les finances de nos chères démocraties, il faudrait la qualité ET le nombre.

      2. 🙂 Je n’ai pas dit le contraire de ce que vous dites. Je suis d’accord : tous ces équipements (chars lourd, hélicoptères d’attaque, missile de croisière, artillerie, etc.) se complètent, et l’un ne remplace pas (ou difficilement) l’autre.
        Mais merci pour ces détails éclairés !

      3. Et sauf qu’un « char au milieu d’un désert plat », sans supériorité aérienne ou protection antiaérienne efficace, est voué à une destruction rapide (plus encore pour les hélicoptères) sans couvert végétal (voir par exemple le cas, si typique, des guerres israélo-arabe, et à contrario le très peu de pertes militaires serbes au Kosovo).
        Et pour terminer, sans compter que si on avait remplacé, en temps et en heure et en priorité, nos Gazelle, par des appareils adaptés et suffisant comme l’EC645 par exemple (en tant qu’hélicoptère de reconnaissance et d’appui léger, où l’hélicoptère excelle dans ce rôle, en coopération notamment avec des blindés de reconnaissance, comme l’on révélé les expériences d’Irak, mais vouloir en faire notre principal appareil pour le CAS, quelle stupidité), et au lieu de gaspiller et de jeter l’argent par les fenêtres dans des programmes comme le Tigre, on aurait déjà put éviter au moins la mort d’un pilote, à cause de ces impérities.

    2. @ Nihilo, vous avez complètement raison, il y a bien une réflexion, et même de fond, à faire.
      De manière générale, nos équipement diminuent en nombre et en volume, donc nos capacités, parce qu’ils sont de plus en plus coûteux, pas qu’à l’acquisition d’ailleurs, mais sur toute leur durée de vie et pour leur MCO. D’autant plus que ce processus et leurs coûts de mise en place conduisent à les garder beaucoup plus longtemps (qui aurait crut aux XXIe siècle (quel paradoxe au demeurant !) que l’on aurait des chars qui atteindraient le demi siècle, un peu comme ci en 1970, on avait eut des chars conçus durant la première guerre mondiale).
      Et c’est bien cette pente actuelle au combien délétère auquel on assiste : toujours moins d’équipement, car toujours plus onéreux, et donc toujours moins d’effectifs, et au final des capacités globales d’intervention et d’action, réelles, de plus en plus congrues.
      D’autant également que l’on sait pertinemment, que bien au contraire, le peu d’avantage (et encore à vérifier en conditions opérationnelle sur le terrain, et non dans un bureau d’étude, pour ne pas dire carrément de plus en plus de simple marketing) que ce peu d’avantage et de différentiel, qui serait surtout utile dans des cas d’opération vraiment symétrique (auquel cas néanmoins il faudrait aussi du volume suffisant), que ce peu d’avantage donc se paye justement par des coûts exponentiel par rapport au peu d’accroissement qualitatif qu’ils apportent.
      C’est un juste équilibre, et une juste suffisance, qu’il nous faudrait, plus en plus urgemment, retrouver pour nos forces, et commencer par se poser la question, si cette fuite éperdue en avant, a encore un sens, au vu de capacités qui ne cessent de s’étioler, lentement mais surement, années après années, depuis maintenant près de 25 ans.
      Et on ne peut vraiment pas dire, avec par exemple des programme de 6,5 milliards d’euros (aux dernières nouvelles !) pour une soixantaine de Tigre, pour faire un peu de canonnade contre quelques petites bandes d’irréguliers (il en serait autrement contre tout autres forces, un minimum organisée et équipées, serait ce que d’un début d’armement antiaérien), que l’on en prenne le chemin, même le début d’un frémissement de prise de conscience. Et ceci malgré que nos budgets soient de plus en plus limités et comptés (là aussi encore un beau paradoxe !).
      Pourtant même les américains commencent aujourd’hui à toucher le fond de cette logique du tout technologique à outrance et en permanence (qu’avait par exemple très bien résumé Norman Augustine an son temps). Mais chez eux aussi et même plus encore sans doute, la poids des lobbies fera qu’ils auront le plus grand mal a inverser cette tendance : les daesh, talibans et compagnie ont de beaux jours devant eux.

  12. Le char lourd un outil obsolète ? Et qui va percer les lignes ? Qui va faire permettre de concentrer une puissance de feu suffisante pour bloquer un assaut ? Qui va pouvoir faire une défense en mouvement ? Ou une manœuvre de contournement ?
    Le char lourd est une outil indispensable à toute force armée qui se respecte , et qui risque un jour d’en rencontrer une autre qui , elle, en disposerait . Le char et l’infanterie mécanisée dont garant de la guerre de mouvement , et les deux derniers grands conflits armés ont fait largement usage de cette arme (guerre du golfe 1&2).
    Apres , un char lourd seul est vulnérable , comme un bombardier est vulnérable sans escorte de chasse et sans protection AsAM , mais un chasseur seul lui ne peut pas faire grand chose contre un char lourd ..
    C’est dans la complémentarité des équipements et des tactiques qu’une force armée trouve son efficacité .
    Et d’ailleurs certains pays (la Russie par exemple) sont (étaient) expert dans l’utilisation d’une force mobile dont le char lourd est la pièce centrale ! Et tout autour s’articule un ensemble de forces complémentaires (fusillés, artillerie , dca , génie , transmission etc … Et même aviation d’attaque , de reconnaissance et de défense ) dont le seul but est de permettre aux chars lourds de progresser sans s’arrêter !
    L’apparition du missile antichar a, un temps , mis à mal cette tactique , mais rapidement des parades (protection active , leurres , détecteur laser etc ) sont apparues …
    Et pour connaître pas mal de pilote de gazelle hot , je peux vous dire qu’ils avaient tous en tête deux chiffres : vitesse du hot 300 m/s , vitesse d’un obus de char 1200 m/s …
    Bref , tout ça pour dire que le char lourd restera encore pour un moment « le roi du champs de bataille » ..

  13. A une pèriode où les chars lourds se débandent devant des pick -ups ,il serait judicieux de bien définir notre besoin en blindage, mobilité,armement et doctrine d’emploi et ne pas acheter simplement par ce qu’ une armée qui se respecte doit avoir du char lourd.

  14. le char lourd,pas utile?

    et donc,vous voudirez envoyer « au carton » une section pour deloger de leur casemate un groupe de barbus? a quel prix?
    alors qu’un pelo de 120 bien place,permettrait a notre section « d’aller au resultat »…..(d’ailleurs,nos 10RC servent beaucoup plus a ca maintenant,qu’a « casser du char »…..et nos gars sont bien contents de les avoir avec eux,malgre leur age « canonique » )

    supprimer les chars lourds,et pourquoi pas l’artillerie,aussi?

    revenir aux bonnes vieilles guerres en ligne…..c’est sur que dans un contexte « zero morts »,on va etre super gagnants……qu’est ce qu’il faut pas lire,quand meme ……

  15. Sans dénier l’utilité du char lourd, le char de demain sera peut être également un renouveau du char moyen.
    A l’instar du PL01 polonais (même les polonais s’y met, alors que nous sommes en train d’y renoncer et de faire une croix sur toute une tradition française et ses savoir-faire !), l’avenir est sans doute à des chars à voir dans des systèmes de combat intégrés, avec par exemple le programme SEP des suédois, décidemment à la pointe en ce qui concerne les blindés de demain.
    C’est à dire, la conception, dés le départ, d’une gamme entière de véhicules, avec à la base un châssis et nombre d’éléments communs, déclinés dans toute une famille de véhicules, allant non seulement du char de combat, au véhicules d’infanterie, ou encore du génie, d’appui ou encore de soutien, ainsi tout ce qui qui concerne les engins de première ligne. Avec en tout premier lieu une modularité très nettement accrue par rapport à tout ce que l’on connait aujourd’hui : on parle même de module de mission, interchangeables et adaptés à chaque spécificité à un moment et pour une mission donnés.
    Avec à la base, un niveau de blindage conséquent, niveau IV, et compris pour les IED bien évidemment prise en compte (blindage de base donc égal aux véhicules de combat d’infanterie), donc chenillé, mais restant dans un niveau de poids acceptable pour pouvoir rester plus facilement projetable et déployable. Et étant donné que des blindages additionnels, conçus pour être facilement montable et démontables, sont aussi dés le départ prévus pour venir renforcer encore plus cette protection initiale pour les missions de haute intensité qui le requerrait.
    Pour le char de combat moyen, inutile parfois de déployer des chars lourds de plus de 60 tonnes d’emblée (vu leur charge logistique très importante en particulier, et pas forcément le plus adapté sur certains théâtre particuliers (infrastructure, topographie, végétation, etc.)), on aurait ainsi un char d’une trentaine de tonnes, voir jusqu’à une quarantaine avec les blindages supplémentaires rapportable, et probablement une tourelle de 120 mm (ou plus) automatisée et inhabitée (la tendance des projets actuellement, on parle de plus en plus de mettre l’équipage sous « cocon »). Mais aussi probablement des blindés beaucoup discrets, tout d’abord à chenille souple, beaucoup plus silencieuses, beaucoup plus durables et endurances également, et donc beaucoup moins impactant en termes de logistique (et de coût), une vitesse (jusque au delà des 100 km/h sur route) et une endurance accrues, une suspensions bien évidemment variable et adaptable, des systèmes de défense non seulement active actualisés, une détection automatisée accrue, mais aussi passive renforcée : nouveaux matériaux moins détectables (on parle par exemple de revêtement caoutchouc absorbant en partie les ondes radar), systèmes de dissolution des gaz, et même possiblement de moteurs électriques (donc silencieux) d’appoint, en particulier pour les véhicules destinés à la reconnaissance, et pour leur phase d’approche finale bien évidemment. Ajoutez y systématiquement quelques missiles d’autodéfense antiaérienne et antichar, plus ou moins longue portée (plus de 10 km), et quelques autres armements d’office encore, canon de petit calibre d’appoint, lance-grenades automatique, et vous aurez sans doute un aperçu de que seront les blindés du futur, de ce siècle.

  16. Dans le dombass c’est une guerre de blindé/artillerie version années 1970 sans aviation comme quoi tout peut arriver …

    1. En Afrique c’est une guerre machette et mousquet, comme quoi tout peut arriver

      1. Vous reprochez aux chars ce que vous louez sur le vbci!
        Vous tenez à un type d’engagement « maintien de la paix » sans réaliser que les conflits d’aujourd’hui sont les suites de ceux d’hier.
        Vous êtes en somme le type même du « Mexicain » de 1870! Hors, clin d’œil de l’histoire, après la Crimée, la guerre en europe était aussi inconcevable!
        Il faut souhaité qu’il reste assez de militaires pour ne pas se confondre avec des CRS++.
        Les 20 dernières années n’ont pas réduit le nombre de conflits mais augmentés ceux ci!
        Et ne vous déplaise, les Cobra disponible en grand nombre n’ont pas évité que US ramènent des Abrams en Irak après la « théorique » victoire dont nous voyons les suites!
        Bref le joli concept « aéro-terrestre » modèle 1991 à démontrer ses limites!
        La question du combat « dur » avec les moyens terrestre est donc d’autant plus actuel que les délais de conception et fabrication sont long!

  17. Vous reprochez aux chars ce que vous louez sur le vbci!
    Vous tenez à un type d’engagement « maintien de la paix » sans réaliser que les conflits d’aujourd’hui sont les suites de ceux d’hier.
    Vous êtes en somme le type même du « Mexicain » de 1870! Hors, clin d’œil de l’histoire, après la Crimée, la guerre en europe était aussi inconcevable!
    Il faut souhaiter qu’il reste assez de militaires pour ne pas se confondre avec des CRS++.
    Les 20 dernières années n’ont pas réduit le nombre de conflits mais augmentés ceux ci : La méthode ne devrait pas changer?!?
    Ne vous déplaise, les Cobras disponible en grand nombre n’ont pas évité que US ramènent des Abrams en Irak…

  18. Rien ne dit qu’une nouvelle technologie ne pas rendre le char lourd aussi obsolète que le cuirassé.
    La généralisation à bas coûts de missile AC de type « tire et oublie » avec un verrouillage de la cible avant la mise à feu et un autoguidage infrarouge comme le Javelin peut d’ailleurs suffire à remettre en cause le rôle du char.
    Si on peut réfléchir au char de demain ou aux guerres de demain il ne faut pas oublier qu’il faut déjà du fric pour les chars et les guerres d’aujourd’hui…. et ça c’est pas gagné.

    1. Attention ! ce n’est pas une vulnérabilité qui rends obsolètes ( le fantassin, le char, l’helico et le char sont tous vulnérables à des degrés divers) c’est l’impossibilité de faire la mission ou du moins la moindre efficacité.
      Le cuirassé n’est pas mort d’être vulnérable à l’aviation et aux sous marins car ces deux armements sont tout aussi vulnérables mais parce que le porte avion et le sous marin (plus récemment) peuvent bien mieux tenir leur mission.
      En fait c’est le canon de fort calibre portant à 40km max qui est mort avec l’avènement de l’avion et/ou du missile de croisière portant à des centaines de kilomètres.

Les commentaires sont fermés.