Libye : Des explosions entendues après le survol de Tripoli par des avions non identifiés

À qui appartiennent les avions inconnus qui ont survolé Tripoli, dans la nuit du 17 au 18 août? Pour le moment, l’on ne peut pas avoir de certitudes… En tout cas, selon le témoignage d’habitants de la capitale libyenne, des appareils non identifiés ont survolé la ville à partir de 2 heures du matin. Et de fortes explosions ont été entendues après leur passage.

Depuis la mi-juillet, Tripoli est le théâtre d’affrontements meutriers entre les brigades de Zenten, qui, bien armées et organisées, sont proches des milieux libéraux, et des milices islamistes originaires de Misrata. L’enjeu est le contrôle de l’aéroport ainsi que celui de plusieurs emprises militaires situés à la périphérie de la ville. Or, aucune de ces deux formations ne disposent d’avions militaires.

« Les explosions ont été clairement entendues dans les quartiers de l’est de Tripoli », à quelque 15 km du centre de la ville », a affirmé un témoin, selon l’AFP. Apparemment, des positions tenues par les milices islamistes auraient été visées. Mais aucune précision n’a été pour l’instant donnée par une source officielle.

Alors qui peut-être à l’origine de ces raids aériens? La chaîne de télévision « Libya Awalan », proche du général dissident Khalifa Haftar, a affirmé que « l’aviation militaire a bombardé différentes positions », sans donner, là encore, de détails.

Depuis la mi-mai, le général Haftar, qui a passé près de 20 ans aux États-Unis avant de revenir en Libye en 2011, lors de la révolution ayant renversé le régime du colonel Kadhafi, dirige l’opération militaire « Dignité » contre les groupes islamistes et jihadistes actifs à Benghazi, en Cyrénaïque. L’on sait que des unités des forces aériennes libyennes l’ont rejoint et qu’il dispose, par conséquent, de moyens aériens. Pour autant, l’on ne peut pas en conclure qu’il soit derrière les raids qui ont été menés sur Tripoli la nuit passée.

Cependant, il est difficile de connaître l’état de la flotte aérienne libyenne depuis 2011. En tout, il doit rester environ une vingtaine (en comptant large) d’avions de combat en état de marche, dont 2 Mirage F1ED, 4/6 MiG-21 et quelques MiG-23. Et c’est sans compter sur au moins 3 Aero L-39 Albatros et 4 Soko G-2 Galeb encore opérationnels.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].