Le Portugal revend 12 avions F-16 à la Roumanie

Il y a plus de 3 ans, la Roumanie a fait part de son intention de remplacer ses 48 MiG-21 hérités de la Guerre Froide. Bien que modernisés en 1993 par la société israélienne Elbit, afin de les mettre aux normes de l’Otan, ces appareils sont désormais à bout de souffle et technologiquement dépassés. Qui plus est, leur non-renouvellement impliquerait la disparition pure et simple de l’aviation de combat roumaine. Du moins, c’est ce qu’avait été prétendu à l’époque;

A l’époque, le constructeur suédois Saab et EADS s’étaient présentés avec respectivement le Gripen et l’Eurofighter, produit par le consortium du même nom dans le groupe européen est actionnaire. Pour tenter de remporter ce marché, les deux industriels ont proposé des offres intéressantes, avec des conditions de financement avantageuses ou des investissements dans le pays. Sauf que Bucarest est resté sur son idée d’acquérir des avions américains.

Pendant un temps, il a été envisagé l’acquisition de 24 avions F-16 prélevés dans l’inventaire de l’US Air Force pour un plus d’un milliard de dollars, cette sommen comprenant la formation des pilotes roumains ainsi qu’une assistance technique pendant 5 ans. Seulement, avec la crise économique et les difficultés de la Roumanie, cette offre a été déclinée, le président roumain ayant expliqué qu’il n’avait pas l’argent pour s’engager sur une période aussi longue.

Finalement, c’est au Portugal, autre pays en proie aux difficultés financières que les responsables roumains ont trouvé leur bonheur. En effet, le ministère de la Défense portugais a annoncé, ce 11 octobre, la signature d’un accord avec Bucarest portant sur la vente de 12 avions F-16 MLU d’occasion, lequel rapportera à Lisbonne 78 millions d’euro, soit 6,5 millions par appareil.

Il s’agit là d’une bonne affaire dans la mesure où la délégation roumaine qui avait inspecté les F-16 mis en vente, avec l’appui d’experts américains, avait conclu, en septembre 2012, que l’état des avions avait été « au-delà des attentes ». Cela dit, ces 12 appareils seront-ils suffisants pour permettre à l’aviation roumaine d’assurer l’ensemble de ses missions? Pas sûr… (pour avoir une idée de la réponse, il faudrait connaître le taux de disponibilité des MiG-21 restants…)

 

Les commentaires sont fermés.