Les 3 Mirage 2000D quittent Kandahar

Un peu plus de six mois après les 3 Rafale que l’armée de l’Air avait déployés sur la base de KAF (Kandahar Airfield), c’est au tour des 3 Mirage 2000D de quitter l’Afghanistan, à l’issue d’une ultime mission réalisée le 5 juillet au profit d’un convoi de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) dans la province de Farah.

Le retour à BA 133 de Nancy-Ochey de ces 3 appareils ainsi que du détachement « Air » qui les mettait en oeuvre est le premier départ de militaires français depuis l’élection du président Hollande, lequel a décidé de mettre un terme à la mission de combat de la France en Afghanistan d’ici la fin de cette année.

Pour marquer le départ des aviateurs, une prise d’armes présidée par le général Olivier de Bavinchove, à la fois chef d’état-major de l’ISAF et commandant des éléments français en Afghanistan, a été organisée à Kandahar. Le chef du CDAOA, (Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes), le général Antoine Noguier, avait aussi fait le déplacement pour cette occasion.

« Je m’incline devant l’action de cette génération d’aviateurs qui a oeuvré sans relâche depuis plus de 10 ans pour aider ce pays à se reconstruire », a déclaré le général de Bavinchove.

L’armée de l’Air français a en effet commencé ses opérations en Afghanistan dès octobre 2001 avec des missions de reconnaissance effectuée par deux Mirage IV de l’escadron de reconnaissance stratégique Gascogne, basés à al-Dhafra, aux Emirats arabes unis. Jusqu’en février 2002, ces appareils ont réalisé, au total, 80 sorties aériennes au-dessus de l’Afghanistan. A cela s’ajoute l’apport d’un C-160 Transall « Gabriel », engagé quant à lui pour faire du recueil de renseignement électromagnétique.

Le détachement Air est ensuite devenu permanent en Afghanistan à partir de 2006, avant d’être redéployé à Kandahar l’année suivante. Dans le même temps, les drones Harfang de l’armée de l’Air étaient quant à eux mis en oeuvre depuis la base de Bagram.

Depuis 5 ans, le détachement a successivement été armé par des Mirage 2000D, des Rafale et des Mirage F1 CR. Des marins de l’aéronautique navale ont même été affectés à Kandahar, avec leurs Super Etendard Modernisés (SEM).

Au total, les avions de l’armée de l’Air ont réalisé 7.200 sorties aériennes, ce qui représente plus de 26.000 heures de vol et 12.700 ravitaillements en vol. Ils sont intervenus 1.700 fois au profit des troupes au sol engagées dans des combats contre les insurgés, avec 1.500 show of presence (un passage basse altitude pour dissuader les assaillants) et plus de 380 « délivrances » de munitions (AASM, canon, bombes). Et sans oublier que l’ équipage d’un Mirage 2000D a été contraint de s’éjecter, en mai 2011, lors d’une mission menée dans l’ouest de l’Afghanistan.

Si le retour des 3 Mirage 2000D se fera rapidement, le désengagement du détachement – une centaine de personnels – prendra plusieurs semaines. Cela étant, l’armée de l’Air reste encore engagée en Afghanistan, notamment avec un hélicoptère Caracal à Kaboul et des équipes JTAC (Joint terminal attack controller) pour guider les appuis aériens auprès de troupes françaises encore présentes en Kapisa.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].