L’A-330 présidentiel pourra effectuer des évacuations sanitaires

Décidémment, le futur Airbus A330 présidentiel, qui sera opérationnel prochainement, aura fait couler beaucoup d’encre et susciter pas mal de polémique. La dernière en date a été évoquée, ce 24septembre, dans le journal de 8 heures d’Europe1.

Ainsi, selon un reportage diffusé par la station de la rue François Ier, l’A330 présidentiel ne serait pas en mesure d’être utilisé pour des évacuations sanitaires, contrairement à ses deux prédécesseurs, des Airbus A319, à bord desquels il était possible de monter un kit « Morphée », qui consiste à transformer les appareils en hôpital volant.

Curieusement, le sujet a été « évacué » des podcasts proposés par le site Internet de la radio. Et pour cause. Invité, quelques minutes plus tard, à répondre aux questions de Jean-Pierre Elkabbach, le chef d’état-major des armées (CEMA), l’amiral Edouard Guillaud, a mis fin à la polémique.

« Dans les deux Airbus A319, il fallait embarquer ce que l’on appelle un kit de médicalisation Morphée. Dans l’Airbus A330, ce kit a été vissé directement dans la carlingue. Cet avion est parfaitement équipé » a-t-il ainsi expliqué.

Le futur avion présidentiel a été aménagé dans les hangars de Sabena Technics à Bordeaux. Il entrera ensuite en dotation au sein de l’Escadron de transport, d’entraînement et de calibration (ETEC), basé à Villacoublay.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].