Depuis 2021, plus de 150 « atteintes physiques » ont visé les entreprises françaises de l’armement