Royaume-Uni : John Healey a été nommé ministre de la Défense

Vingt-quatre heures après avoir obtenu un nette majorité à l’issue d’élections législatives anticipées, le nouveau Premier ministre britannique, le travailliste Keir Starmer a déjà formé son gouvernement. Sans surprise puisqu’il s’est occupé des affaires militaires au sein du « cabinet fantôme » de son parti durant quatre ans, John Healey, 64 ans, a été désigné pour remplacer le conservateur Grant Shapps à la tête du ministère de la Défense [MoD].

Élu député pour la première fois en 1997, M. Healey n’a pas une grande expérience des questions militaires étant donné qu’il s’est surtout occupé des affaires sociales au cours de sa carrière politique. Mais sa nomination de « secrétaire d’État fantôme à la Défense » en 2020 lui aura permis de prendre la mesure des défis qu’il aura à relever dans ses nouvelles fonctions.

La politique qu’entend mener le nouveau gouvernement travailliste en matière de défense devrait s’inscrire dans la continuité de celle conduite par son prédécesseur. Du moins dans les grandes lignes. Ainsi, il n’est pas question de remettre en cause la dissuasion nucléaire [ce qui a pu être le cas par le passé], l’engagement du Royaume-Uni à l’égard de l’Otan ainsi que le soutien militaire à l’Ukraine.

S’agissant du budget, s’il a repris à son compte l’objectif de porter les dépenses militaires britanniques à 2,5 % du PIB, M. Starmer a précisé qu’il le ferait « dès que possible », alors que son prédécesseur, Rishi Sunak, avait fixé cette échéance à 2030.

L’une des premières décisions que devrait prendre M. Healey sera de lancer un nouvel « examen stratégique de défense », le dernier en date ayant été réalisé en 2021 [puis « réajusté » en 2023, afin de tenir compte des conséquences de la guerre en Ukraine]. Cet exercice visera à faire le point sur la nature des menaces et à évaluer l’état des forces britanniques ainsi que leurs besoins capacitaires.

Un indice sur les intentions du nouveau gouvernement a sans doute été donné par M. Healey. En effet, il a régulièrement dénoncé la réduction des effectifs de la British Army, celle-ci n’ayant jamais été aussi « petite » depuis les guerres napoléoniennes.

Plus généralement, les forces britanniques sont confrontées à de sérieux problèmes de recrutement et de fidélisation, au point qu’elles manquent régulièrement leurs objectifs en la matière. Aussi, pour relever ce défi, M. Healey pourra s’appuyer sur son expérience des affaires sociales.

« La satisfaction à l’égard de la vie militaire atteint des niveaux historiquement bas et les familles militaires vivent dans des logements humides et ont recours aux banques alimentaires pour s’en sortir », a-t-il dénoncé en mai dernier.

L’une des mesures proposées pour y remédier consistera à créer un poste de « commissaire aux forces armées » indépendant, dont le rôle sera de « défendre les intérêts du personnel militaire ».

Un autre dossier urgent qui attend M. Healey concerne les processus d’acquisition de son ministère… Processus qui a souvent donné lieu à des polémiques au cours de ces dernières années. Le cas de l’achat des avions d’alerte avancée E-7A Wedgetail pour la Royal Air Force [RAF] est assez éloquent à cet égard : un rapport parlementaire l’avait qualifié de « folie absolue », les trois appareils commandés devant coûter presque aussi cher que les cinq qui avaient été initialement prévus. Aussi, afin d’éviter les « gaspillages », il est question de lancer « une profonde réforme des marchés publics de la défense », avec l’idée que les « investissements directs de défense britannique doivent d’abord être consacrés aux emplois britanniques ».

Enfin, s’il n’est pas question, a priori, de revenir sur la pacte AUKUS [Australie, Royaume-Uni, États-Unis], l’intérêt britannique pour la zone Indo-Pacifique pourrait être moins marqué à l’avenir, le programme du Parti travailliste ayant insisté sur de « nouveaux accords de défense » avec la France, l’Allemagne et, plus largement, avec l’Union européenne [UE].

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. Rigoletto dit :

    Je crains que dans le cadre des accords de défense avec la France, la Grande Bretagne n’achète l’excellent H175m de Airbus qui s’est engagé à donner l’exclusivité de toute la production de cet hélicoptère à la Grande Bretagne… pour en faire un succès à l’export. Ensuite les Britanniques nous diront qu’ils nous ont déjà donné mais qu’ils vont encore faire un effort en achetant des missiles… meteor.

  2. Le Breton dit :

    « S’agissant du budget, s’il a repris à son compte l’objectif de porter les dépenses militaires britanniques à 2,5 % du PIB, M. Starmer a précisé qu’il le ferait « dès que possible », alors que son prédécesseur, Rishi Sunak, avait fixé cette échéance à 2030. »

    En parallèle, il semble que herr Scholz et ses sbires qui ont évoqués les budgets prioritaires à l’avenir en Allemagne font passer l’armée allemande à la trappe, elle aura moins d’augmentations que prévu initialement car les budgets seront priorisés pour la politique sociale.
    Autant on ne peut que s’inquiéter de voir un jour notre allié de l’est militairement trop puissant mais chaque jour qui passe me rappel que nous devrions nous estimer heureux que Poutine soit loin à l’est car les allemands (sans intervention des américains) mettraient l’armée russe à nos frontières en moins de deux semaines si invasion de leur pays il devait y avoir, bon à supposer que les buveurs de vodka puissent déjà traverser la Pologne.

    • Rions un peu... dit :

      « Mettraient l’armée russe à nos frontières en moins de deux semaines » … C’est vrai que la dernière fois…

    • Bernie dit :

      Poutine est loin à l’est et y restera. Pas de craintes à avoir là-dessus, car il n’a pas la capacité ni la volonté d’aller au-delà de l’Ukr. Il faut arrêter avec cette phobie d’invason de l’Europe par la Russie.
      145M de Russes vs; 450M d’Européens avec la force de frappe US derrière via un art. 5, faut pas croire que les popovs prendront ce risque.
      Ce qui m’inquiète plus, c’est l’avenir de la défense européenne, et de son industrie avec tout nos ‘copains’ qui achètent US… pourquoi personne ne se met d’accord sur des stratégies et des productions de matériel? si ce n’est que toute tentative est torpillée par les intéressés eux-mêmes ou par les US qui ne veulent pas voir une UE trop puissante en face d’eux?

    • Participe dit :

      Qui ont évoqué.

    • Quand chaque jour qui passe me rappelle, chaque jour qui passe me fait un rappel.

  3. Clavier dit :

    S’il cherche des accords avec les partenaires habituels continentaux, il va devoir ramer sérieusement car la guerre en Ukraine est de moins en moins populaire et a considérablement asséchée les trésoreries !
    Nos amis Allemands en plus ont certainement gardé une dent contre les saboteurs anglais des Nordsteam …..

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « car la guerre en Ukraine est de moins en moins populaire et a considérablement asséchée les trésoreries ! » Pourriez vous développer à moins que vous preniez vos désirs pour des réalités!
      « Nos amis Allemands en plus ont certainement gardé une dent contre les saboteurs anglais des Nordsteam ….. » Ah bon, pourtant il me semble qu’à l’époque où ce sabotage avait eu lieu qu’il s’agissait des U.S. puis des Polonais et que finalement ce soit « l’option » ukrainienne la plus crédible! Ce serazit donc un coup de la « perfide Albion »! Vous avez bien sûr des preuves de ce que vous avancez!

      • Yes sir dit :

        Bien sûr que non ! Heureusement la liberté d’expression est le droit de juger les avis des cons.

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « la liberté d’expression est le droit de juger les avis des cons. » Ne pas confondre jugement et……………….constat, à part cela on est toujours le con de quelqu’un le tout dans ce cas de figure est de ne pas avoir un très gros « carnet d’adresse »!

    • Thorgal dit :

      Pouvez-vous en dire un peu plus svp ou n’est-ce là qu’une fausse info (une intox) lancée au détour d’un post ?
      Je suis sur d’une chose, c’est que je ne suis sur de rien.
      Merci

      • Diacritique dit :

        Ne pas confondre :
        – Sûr, sûre (adjectif) : qui est certain.
        – Sur, sure (adjectif) : qui a un goût acide.
        – Sur (préposition de lieu) : au-dessus.

        Je suis sûr d’une chose, c’est que je ne suis sûr de rien.

    • j dit :

      Merci cher pro-russe de venir lâcher votre propagande habituelle sur ce forum. Sans vous, nous pourrions oublier le message du kremlin qui consiste à répéter en boucle : « pourquoi lutter ? tout est plié, renoncé, courbé l’échine, il ne vous sera fait aucun mal, parole de putler !! »
      Pour rappel, lors de la dixième et dernière année de leurs présence en Afghanistan, ils clamaient haut et fort que la victoire était proche, jamais ils ne partiraient !… on connaît la suite et avec seulement 1/10ème des pertes subies en Ukraine en seulement deux années, sans compter les sanctions et le passage en économie de guerre qui ravagent leur tissu social, aussi sûrement que l’USSR a été détruite par ces choix dictatoriaux. PLUS d’armes pour l’Ukraine est la seule réponse, aussi longtemps que nécessaire. La russie = PIB inférieur à celui de l’Allemagne… et non je ne me lasse pas de le répéter. Allez, bisous.

    • Castel dit :

      Je ne vois pas très bien quel intérêt les Anglais auraient eu les Anglais à saboter le Nordstream, par contre le fait que le sabotage ait été effectué par un commando Ukrainien, aidés en cela par les Polonais semble assez probable, vu que le dernier trajet possible depuis ce sabotage passe obligatoirement par l’ Ukraine, avec péage à l’appui (eh oui) et qu’à défaut, cette dernière peut couper l’approvisionnement vers l’Europe occidentale ( y compris la Hongrie soit dit en passant…)
      Donc, dans ce cas présent, il suffit de chercher à qui profite le crime, mais, je ne donne pas tort aux Ukrainiens pour autant !!

    • Haut château dit :

      C’est fascinant, les mondes parallèles.

  4. PHILIPPE dit :

    la lecture du dernier paragraphe donne à penser que ce nouveau gouvernement souhaite renouer avec l’UE.
    Prudence tout de même avec les projets.

  5. Thierry le plus ancien dit :

    L’E-7A Wedgetail est effectivement un problème, avec des capacités au mieux égal à son prédécesseur l’Awacs, il coûte beaucoup plus cher et c’est payé bien cher l’interface utilisateur qui est certes plus moderne mais pas plus performante.

    C’est un peu comme si l’on achetais un ordinateur dont la version de windows installé coute plus cher que l’ordinateur lui-même et qui n’est pas plus puissant que votre ancien ordinateur…

    L’avion radar reste indispensable, les Awacs ont besoin d’être prolongé au maximum d’ici à ce qu’on trouve une meilleur alternative que le Wedgetail qui n’a rien de révolutionnaire.

    L’Angleterre est toujours en première ligne contre les attaques de la Russie qui se sont déroulés sur son propre sol par des assassinats ciblés.

    En France aussi les conservateurs comme Macron se prennent une dégelé électorale fatal. Aux même cause les mêmes conséquences, et ce n’est pas l’Europe mais bien les dirigeants nationaux qui sont en cause.

    Macron espère être recyclé en Europe, mais un patron de restaurant qui a coulé sa boite ne va certainement être promu directeur d’une chaine de restaurants… des fainéants et bon à rien comme lui ça trouve des boulots en traversant la rue pour vendre des chaussures…

    • Relisez-vous SVP dit :

      Des capacités au mieux égalES.
      Comme si l’on achetaiT .
      La version de Windows installéE.
      Les Awacs ont besoin d’être prolongéS.
      Une meilleurE alternative.
      Les attaques de la Russie qui se sont dérouléEs.
      Une dégeléE électorale fatalE.
      Aux même causeS.
      Des fainéants et bonS à rien.

  6. Tess dit :

    vous trouvez pas qu’il a un faux air de ressemblance avec Bourvil :
    la tacataquetic du gendarme c’est d’avoir avant tout….

  7. François DeFrance dit :

    La Grande Bretagne, père naturel des USA, est donc par définition son protégé et même leur favori, avec Israël . Pas besoin donc de se chercher des alliés, elle a le plus grand, le patron de l’OTAN.
    Actuellement, comme depuis deux ans, il y a environ 15 exercices et déploiements majeurs de l’OTAN/USA en cours en Europe de l’Ouest, et la G.B est toujours au premier plan malgré l’état rabougri de ses forces .
    Quel que soit le gouvernement en place, il en continuera de la sorte.
    Comme l’ont déjà dit des commentateurs politiques : la grisaille habituelle de la Grande Bretagne et de sa terne vie politique et sociétale, continue et continuera à l’identique, avec ses côtés désuets, presque pitoyables; Le F-35 et les porte-avions en pannes viennent ajouter une couche de terne supplémentaire sur ce tableau tristounet.
    Puisque les anglais aiment ça, qu’ils en reprennent donc des louches et des louches, c’est tout le bien que je leur souhaite.

  8. Bob dit :

    Tories ou labour, les têtes changent mais la politique reste la même. Les tommys ne seront pas moins intéressés par l’Indopacifique qu’avant car c’est avant tout des programmes industriels. Comme le racontent les kontractnikis de Moscou, putin ne pense pas que sa relation avec les tommies changera donc un non évènement.