L’Otan veut une application plus stricte de ses normes pour la production d’obus de 155 mm

Même s’ils sont censés répondre au même standard de l’Otan [STANAG 4425], les obus d’artillerie de 155 mm utilisés par les Alliés ne partagent pas forcément les mêmes spécifications. Et ce n’est pas sans conséquence au niveau opérationnel, comme l’a démontré une enquête de terrain menée par l’US Army War College auprès de trois des huit groupements tactiques multinationaux déployés sur le flanc oriental de l’Alliance.

Les commandants de ces derniers ont ainsi expliqué que les « politiques nationales empêchaient l’échange de munitions », ce qui « pourrait entraver l’interopérabilité en temps de guerre et nuit indéniablement à l’efficacité opérationnelle en temps de paix », ont observé les auteurs de cette étude.

La norme fixée par l’Otan a une portée générale… car elle offre assez de latitude aux industriels des pays membres pour leur permettre de définir leurs propres spécifications en la matière. Ce que l’amiral Rob Bauer, le chef du comité militaire de l’Otan, avait déploré, en octobre dernier. Et il avait établi un parallèle avec le fabricants d’imprimantes.

« Un fabricant ne s’enrichira pas grâce aux imprimantes qu’il fabrique mais grâce aux cartouche d’encre qu’il vend. […] Si vous produisez des munitions qui ne s’adaptent qu’aux canons que vous fabriquez, vous obligez les utilisateurs à vous en acheter », avait expliqué l’amiral Bauer. C’est ce qui expliquerait, en partie, la hausse du prix d’un obus d’artillerie, celui-ci étant passé à 2000 euros pièces avant le début de la guerre en Ukraine à 8000 euros aujourd’hui.

Toujours selon l’amiral Bauer, quatorze pays de l’Otan se sont écartés du STANAG 4425… ce qui signifie qu’il existerait « quatorze types différents de munitions de 155 mm ».

Pour autant, tous les obusiers de 155 mm en service dans les pays de l’Otan peuvent théoriquement tirer n’importe quel obus de ce calibre… mais à condition que leurs servants aient à leur disposition des tables de tir prenant en compte leurs spécifications pour ne perdre en précision. Seulement, souvent pour des considérations politiques, ce n’est pas le cas.

« Derrière toute cette affaire de munitions se cachent des intérêts commerciaux très importants. Les entreprises gagnent de l’argent grâce au fait que les munitions ne sont pas interchangeables et qu’elles peuvent ainsi dominer leurs marchés nationaux », avait résumé une source industrielle auprès de Reuters. Cette pratique vaut également pour les obus de 120 mm, tirés par les chars lourds.

Aussi, l’Otan souhaite mettre un terme à cette situation, mise en exergue par l’aide militaire fournie à l’armée ukrainienne. Ainsi, lors de son prochain sommet, qui se tiendra entre les 9 et 12 juillet à Washington, elle entend appeler les alliés à accroître leur production de munitions… et à revenir à une application plus stricte de ses standards pour que les projectiles soient « interopérables » sur le champ de bataille.

« L’Ukraine a montré que notre standardisation était bonne sur le papier mais pas sur le terrain », a en effet confié un responsable de l’Otan à l’agence Reuters. « Un monde dans lequel il y aurait un seul obus standardisé de l’Otan, où chaque allié produirait la même chose, serait un monde beaucoup plus simple pour les commandants militaires, qui n’auraient ainsi plus aucun doute sur le fait que tout le monde utilise la même munition », a-t-il ensuite expliqué.

Par ailleurs, l’Otan voudrait faire en sorte que les industriels partagent plus largement les spécifications des munitions qu’ils produisent et simplifier les tables de tir.

Reste à voir ce qu’en penseront les pays membres et les industriels concernés… D’autant plus qu’il existe différents types d’obus de 155 mm en fonction des effets que l’on veut obtenir. En outre, des aspects technologiques sont aussi à prendre en considération. Mettre tout le monde sous la même toise pourrait rendre la concurrence encore plus féroce… et faire baisser les prix

Photo : EMA

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

67 contributions

  1. Félix GARCIA dit :

    Donc il souhaiterait nous faire passer aux standards pourris de nos alliés ? Obus de 155mm pour 39 ou 52 calibres ? Et nous qui avons des mortiers rayés plus précis et qui portent plus loin, on devrait aussi arrêter ?
    Dit autrement : s’ils veulent tous passer aux niveau de l’excellence française, pourquoi pas … mais pas sûr que ce soit le projet …

    Excellent article au passage monsieur LAGNEAU.

    « Le RAP FEU ART en Ukraine (G Aubagnac) »
    https://www.lettrevigie.com/blog/2024/03/28/le-rap-feu-art-en-ukraine-g-aubagnac/

  2. guy dit :

    C’est comme chez nous avec le Caesar et l’AU-F1. Ce dernier n’a presque plus de munitions en stock et heureusement qu’on va le dégager l’an prochain, n’en déplaise à ceux qui pensent derrière un écran qu’il est toujours « utile ».

    • kvesh dit :

      Avoir plusieurs types de canons différents peut tout de même s’avérer utile de temps en temps. Souvenons-nous de 1991. Pour la première guerre du Golfe, l’AU-F1 était parfaitement adapté au combat blindé mobile. Cependant, il tirait une munition spécifique (douille combustible) et ne pouvait donc pas être ravitaillé par les américains. On fut trop heureux de disposer des TR-F1 qui, eux, pouvaient tirer les munitions US. Souvenons-nous aussi de 1995. Il aurait été logique d’envoyer en Bosnie les TR-F1 qui équipaient les unités d’artillerie professionnels. Cependant, ce matériel tracté était difficile à mettre en batterie sur les petites routes de montagne bosniaques où, de surcroît, son champ de tir horizontal s’écartait à peine de quelques degrés de l’axe de la route. On fut trop heureux de disposer des AU-F1, avec leur tourelle tous azimuts.

  3. Kamelot dit :

    Au-delà d’une standardisation nécessaire, qui va profiter de la situation industrielle à qualité et performance égales? Sans nul doute celui qui produira le plus et le moins cher. CQFD…

  4. Ouac dit :

    Quel scandale ! Dans une société normale les responsables de cet état de fait seraient condamnés à la prison à vie, ils ont affaibli leur armée et sacrifié la vie des soldats pour gagner plus…

    • Jack dit :

      Le responsable est désigné dans l’article : « La norme fixée par l’Otan a une portée générale… car elle offre assez de latitude aux industriels des pays membres pour leur permettre de définir leurs propres spécifications en la matière »

      • Ouac dit :

        Oui mais dans l’article je lis « Toujours selon l’amiral Bauer, quatorze pays de l’Otan se sont écartés du STANAG 4425… » et le titre de l’article « L’Otan veut une application plus stricte de ses normes pour la production d’obus de 155 mm » laissent bien entendre que la norme n’est que vaguement respectée, en clair pas respectée.

  5. PK dit :

    Ça alors : le capitalisme pris en défaut ! Plus il produit et plus il vend cher…

    Faut dire que l’Ukraine a bon dos là-dedans…

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « le capitalisme pris en défaut ! » Tellement pris en défaut qu’un pays s’y est vautré sans vergogne! Je ne préciserai pas lequel vous allez encore me sortir la traditionelle « fixette » dont je ferais l’objet! Remarquez qu’il y en a qui ont comme « fixette » tout ce qui touche aux U.S.! Comme quoi.

      • PK dit :

        C’est plus fort que vous : faut absolument que vous ajoutiez un commentaire à tous mes posts…

        Je n’aime que les filles, donc n’insistez pas : vous perdez votre temps…

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « C’est plus fort que vous : faut absolument que vous ajoutiez un commentaire à tous mes posts… » Comme vous êtes constant dans les contrevérités (en restant……………poli) vous comprendrez aisément (du moins je l’espère) que vous voyez des réponses! Mais « tous » n’exagérons pas certains de vos contributions sont tellement indigentes qu’il n’est même pas nécessaire d’enfoncer davantage le clou!
          « Je n’aime que les filles, donc n’insistez pas  » Merci pour cette précision cependant ne croyez pas que votre vie sentimentale présente un quelconque intérêt et surtout q’elle fait croire que vous………………….irrésistible!
          A part cela au niveau argumentation……………………… on remarque vite la limite!

  6. PHILIPPE dit :

    logique car, paraît-il côté russe les obus nord-coréens réservent parfois des surprises.

    • Belzebuth dit :

      @ Philippe
      C’est le pendant nord-coréen du biscuit chinois, appelé aussi « fortune cookie ».

      Plaisir d’offrir, joie de recevoir.

  7. XM dit :

    8000 euros l’obus. Ça fait mal ….

  8. AirTattoo dit :

    Le plus simple et le plus rapide ne serait-il pas d’intégrer dans les calculateurs de tir les profils des obus plutôt que de révolutionner les industries ce qui prendra beaucoup plus de temps?

    • Stéphane dit :

      pas idiot du tout…
      Le servant « scanne » la la référence de l’obus, sur son emballage (allons pas trop vite, la puce rfid c’est pour le step suivant…
      Et ainsi, la pièce sait ce qu’elle va tirer, et s’adapte…
      Ça veut donc dire que les industriels vont communiquer entre eux?
      avec le sacro-saint secret industriel, on est pas sorti du sable…
      Mais j’aime bien le concept…

      • Robert Collins dit :

        En français anglicisé, le step, c’est une discipline de l’aérobic et le one-step, c’est une danse.
        Mais pour votre « step » suivant, nous disons encore l’étape suivante.

    • Tu abuses un peu... dit :

      Oui… mais pour obtenir le profil de ton obus… seul le fabricant peut te le fournir… car seul lui l’à conçu et donc le connais….
      Où alors en tirer une flopée… et faire son profil toi-même sur le terrain…

    • dolgan dit :

      oui. mais comme précisé dans l article, par protectionnisme on a refusé de constituer ces tables de tir.

  9. phil135 dit :

    ça ne semble pas si difficile pour les états d’imposer au moins la publication des tables . de plus un producteur d’obus qui publie ses tables est dans la logique de rendre ses produits plus faciles à utiliser: c’est plutôt vendeur. beaucoup plus vendeur que celui qui baratine que ses obus ne fonctionnent bien que dans les canons qu’il a lui-même vendu

  10. Robmac dit :

    Oui, la guerre en plus d’être criminelle et absurde coûte cher !

    • Why not dit :

      Robmac. Faut le dire à Poutine, et sur place, sinon il faut avoir la décence de fermer sa gueule!

      • Robmac dit :

        Je ne me souviens pas avoir parlé sur ce site, où c’est impossible ! Vous êtes victime d’une sorte d’obsession de domination. Peut être même êtes vous grossier, ce qui est un mode d’expression dite ‘viril’ en usage fréquent chez les guerriers, qui sont comme vous le savez des vrais mâles.

        En effet, Poutine ruine son propre pays, notamment en anéantissant une partie croissante de sa jeunesse et en faisant fuir la partie la plus instruite, et il ruine aussi l’Ukraine. Le bilan de cette guerre d’un autre temps sera humainement et économiquement catastrophique, et il n’y aura pas de vrais vainqueurs.

        Bref, l’absurdité guerrière dans toute sa bêtise.

      • Robmac dit :

        Bien entendu, inutile de préciser que tous ces dictateurs criminels, tels Poutine et ses frères, n’existent que car ils sont portés à bout de bras par de zélés militaires, et autres miliciens, sans qui ils ne seraient rien.

        Ces braves gens commencent toujours par opprimer leur propre peuple, puis les autres après, mais généralement cela se terminent mal pour eux … après qu’ils aient commis de bien nombreuses horreurs. Pourquoi font ils cela ? Car se sont des esprits limités, qui ne savent qu’obéir aux ordres, quels que soient ces ordres. Et aussi probablement parce qu’ils éprouvent une profonde jouissance à dominer autrui.

        • Trenet dit :

          Le subjonctif est presque systématiquement précédé de « que », mais « que » n’est pas toujours suivi du subjonctif.
          Ainsi, « après que » doit être suivi de l’indicatif :
          Mais généralement cela se termine mal pour eux… après qu’ils ont commis de bien nombreuses horreurs.

          https://www.academie-francaise.fr/apres-que

          ∼ ⋄ ∽

          Longtemps, longtemps, longtemps
          Après que les poètes ont disparu
          Leurs chansons courent encore dans les rues

    • Clavier dit :

      Vous allez faire de la peine au fan club otanien …..

  11. Jean Claude Dusse dit :

    en 2024, avec les conduites de tir informatiques et tous les capteurs présents sur les canons modernes, ne pas être foutu de pouvoir changer le coefficient balistique selon l’obus (donc selon les différence de fabrication sus mentionnées) c’est ballot.
    On peut se glausser des russes et de leurs obus nord corréens…
    Quand je pense que ce sont les artilleurs qui ont inventé la balistique moderne (coefficient balistique, facteur de forme, etc.) …
    L’arme savante ? ? ? peut être sur un malentendu alors

    • Mademoiselle Kiglouss dit :

      Quand vous vous gaussez en gloussant, vous vous « glaussez » ?
      Et ça donne le même résultat si vous vous gaussez en glosant ?

  12. PHILIPPE dit :

    le passage de 2000 à 8000 euros l’unité étant scandaleux cette anomalie doit bien sûr cesser dès que possible.

    • Why not dit :

      PHIPHI. L’invasion de l’Ukraine étant scandaleuse cette anomalie doit cesser dès que possible, on compte sur toi pour faire le nécessaire! Merci.

    • WhatsTheFrites dit :

      Pas de problème pour revenir à 2000 E ! Il suffit juste de mettre fin au conflit Russie-Ukraine. CQFD 🙂

  13. toufik dit :

    « … mais à condition que leurs servants aient à leur disposition des tables de tir prenant en compte leurs spécifications pour ne perdre en précision. Seulement, souvent pour des considérations politiques, ce n’est pas le cas. »
    Est-ce à dire que c’est l’origine de ces obus qui est le problème ? Car si une mention « made in … » apparaît sur ces obus, les specifications de tir doivent elles aussi être connues…?

  14. Historiquement c’est un calibre français, adopté par les étasuniens en 1917 car il manquaient d’artillerie sérieuse pour le champ de bataille de l’époque.
    C’est donc à la France de donner le La en matière de spécifications sur les obus de 155 mm.

    Surtout, évitons que ce soit un pays qui ne pratique pas quotidiennement le système métrique qui spécifie les normes.

    • Bazdriver dit :

      @Prof de physique. Malheureusement, la France de 2024 n’est plus celle de 1917. Donc pour donner le La, cela risque d’être compliqué, sehr serh compliziert, si vous voyez où je veux en venir…

    • phil135 dit :

      les USA ont deux systèmes de mesures. le métrique y est tout à fait officiel depuis les années 60

    • Bazdriver dit :

      « sehr sehr kompliziert »

    • Why not dit :

      Prof de phtisique (grippe espagnole oblige). C’est ce qu’on appelle de la discrimination! Les anglo-saxons vont encore nous pourrir et nous traiter de racistes…

    • Prof de logique dit :

      J’adore le « donc », non sequitur, délicieusement absurde…

    • Prof de musique dit :

      Ce serait DONC à la France de donner le « la » ? Sur quoi vous basez vous pour affirmer que c’est l’inventeur qui donne le « la » ??? Ce sont les Allemands qui ont inventé le V2. Vous croyez que c’est l’Allemagne qui donne le « la » actuellement en matière spatiale ? En réalité, c’est le meilleur, à un moment donné, qui donne le « la » … Et celui qui reste au « sol » est en retard. Ensuite il y a le « si » (on mettait le turbo pour résorber le retard…)

    • Félix GARCIA dit :

      « Surtout, évitons que ce soit un pays qui ne pratique pas quotidiennement le système métrique qui spécifie les normes. »
      —> https://x.com/RealJakeBroe/status/1803615745198424512
      ^^

  15. Thierry le plus ancien dit :

    La hausse du prix de l’obus de 155 est plutôt dû à la forte consommation du conflit ukrainien et de la production sous dimensionné qui était tombé dangereusement bas.

    Des capacités supplémentaire sont en construction et devrait faire réduire son coût à nouveau.

    Il faut effectivement que les pays de l’Otan n’utilise que les obus aux normes STANAG 4425 pour des raisons évidente de logistique et de simplification d’utilisation, je conçois fort bien que les industrieux sourd et aveugle n’en aient rien à foutre car ils n’ont jamais été nationaliste ni même patriote, du moment qu’il y a du pognon…même un gros trafiquant de drogue ou dictateur sanguinaire peut s’en payer !!!, mais dans ce cas il faudrait privilégier par des commandes ceux qui ne produisent que des obus aux normes OTAN et non des canons, ainsi le problème disparaitra.

    Si c’était les Etats et non des entreprises privés qui fabriquaient des obus, ce problème n’existerait pas.

    • joe dit :

      Exactement. La création de nouvelles chaînes de production impact directement le prix du produit final… puis l’amortissement comptable associé à des commandes régulières fait que le prix chute avec le temps. Il serait intéressant de savoir si un obus à 8K€ en janvier 2024 sera à 5K€ en 2025 puis 3K€ en 2026. Il était question de 100 million d’Euro pour une nouvelle chaîne d’obus de 155mm, immobilier, robots et approvisionnement en poudre inclus. L’UE à débloqué 500M€ à cette seule fin. C’est donc cohérent avec un prix de 8K€… pour la première année uniquement. 100 M€ ramenés à une quantité de 100.000 obus, augmente le coût de l’obus de seulement 1000€. Pour info, il n’y pas pire gestionnaire qu’un Etat… Il n’y a qu’à voir la disparition des manufactures Françaises, tuées par le « social » à tout prix, gardant plus d ’employés qu’il n’était nécessaire pour préserver la « paix sociale ». A votre avis, combien coûterait un A320 fait par l’état versus Airbus ? Bull une société informatique qui rivalisait avec IBM dans les années 60… Coulée également par le social et le manque de réactivité, parce que le changement + le risque étaient antinomique avec la notion de dynamisme du privé, insufflant une portion importante de capital-risque + embauches des meilleurs (gros salaires… mais aussi gros marchés)

    • Relisez-vous SVP dit :

      La hausse est duE.
      La production sous-dimensionnéE qui était tombéE.
      Des capacités supplémentaireS sont en construction et devraiENt.
      Que les pays de l’Otan n’utiliseNT.
      Des raisons évidenteS.
      Les industrieux sourdS et aveugleS.
      Ils n’ont jamais été nationalisteS ni même patrioteS.
      Des entreprises privéEs.

  16. XM dit :

    A 8000 euros l’obus, les ukrainiens n’auraient pas les moyens de faire la guerre. Heureusement le contribuable européen est la .

  17. dupain dit :

    Sur le papier le réseau Swift était aussi annoncé comme la bombe atomique financière, sur le terrain elle n’a pas éclaté

  18. Grosminet dit :

    Problème connu depuis des années,pourtant…..

    Exemple avec le Famas F1 qui tirait parfaitement les cartouches F1 à l’ANCIEN STANDARD OTAN (ogive de 55 grains,pas de rayures du canon 12″) mais qui tirait SUPER MAL les foutues F5 (SS109 pour les amateurs,62 grains,qui NECESSITE un pas de 9″) répondant au « nouveau » standard ….
    Problème « résolu » (sans parler de la qualité de production des étuis,bien sûr) avec les G2 puis Felin

    • Grosminet dit :

      @ Moi-même:

      Pas de 7,sur les G2 et Felin,boulet que je suis

      • Biffin ≠ deux fois fin dit :

        @ Grosminet
        Avec le H 416 F, c’est plus un souci.

        • Abbé Cherèle dit :

          Défense et illustration du « ne plus » :

          Quand, à l’écrit, on omet d’utiliser « ne » dans une phrase négative, on prend le risque d’exprimer l’exact opposé de ce qu’on voulait dire.
          Ainsi, « c’est plus un souci » signifie littéralement que c’est davantage un souci, alors que l’intention était de dire que ça l’est beaucoup moins, ce qui aurait dû s’écrire « ce n’est plus un souci ».

          Ce petit « n’ » fait ici toute la différence.

  19. totochez78 dit :

    Ce STANAG date de 1998, quelle est la pertinence d’une norme qui a un 1/4 de siècle.
    L’OTAN devrait plutôt analyser dans quelle mesure son STANAG peut rejoindre les avancées technologiques qui ont eu lieu dans ce laps de temps. Seulement ensuite on pourra envisager un nivellement des performances des obus.

    • Thierry le plus ancien dit :

      Si on découvre un obus mieux et moins cher alors il deviendra la nouvelle norme, mais exit les obus gadget qui n’apportent que des problèmes et aucun avantage notable autre que publicitaire…

  20. Alfred dit :

    A l’allure où ces menus détails sont révélés, le citoyen lambda pourrait finir par s’interroger sur la haute intensite dans un système où chacun compte sur l’autre, qui compte sur l’autre,….. , qui compte sur le premier. Mais, il ne saurait etre question que l’ardeur patriotique soit ternie par de quelconques considerations commerciales. Heureusement, nos dirigeants politiques sont là pour prévoir et anticiper, de sorte que chacun puisse préparer le bouquet à mettre au bout du fusil. Car, comme chacun le sait, à une epoque où les pets etles rots des vaches sont en passe d’etre bientôt taxés, le prix des obus a augmenté parce que la demande est plus forte que l’offre et qu’ils contribuent au réchauffement climatique.