Otan : Un sous-marin diesel-électrique portugais a effectué une patrouille « historique » sous la glace arctique

En 1931, loué par l’US Navy à l’explorateur australien George Hubert Wilkins pour des expéditions scientifiques, le sous-marin Nautilus [classe O] entra dans l’histoire pour avoir été le premier à naviguer sous les glaces de l’Arctique… Ce qui était un exploit, au regard des technologies de l’époque.

En effet, pour un sous-marin à propulsion diesel-électrique, s’aventurer sous la banquise s’avère compliqué dans la mesure où il doit régulièrement faire surface pour recharger ses batteries. Les sous-marins nucléaires n’ont pas de telles contraintes. Et il fallut attendre vingt-sept ans pour voir le premier d’entre eux, l’USS Nautilus, rééditer l’exploit de son « ancêtre ».

Désormais, l’US Navy et la marine russe sont rompues à ce genre d’exercice… D’ailleurs, elles ne manquent pas de le faire savoir, en diffusant des images montrant leurs sous-marins briser la glace, lors d’exercices de type ICEX et Umka.

Cependant, si les sous-marins nucléaires sont les mieux adaptés à la navigation sous la glace, cela n’empêche pas ceux à propulsion diésel-électrique d’en faire autant. Ce fut ainsi le cas de l’Espadon et du Marsouin [classe Narval], envoyés au-delà du 70e parallèle nord par la Marine nationale en 1964.

Aussi, en affirmant que le NRP Arpão venait de réaliser un « exploit historique » pour avoir été le « premier sous-marin conventionnel à naviguer et à opérer sous la glace arctique », la marine portugaise s’est avancée un peu trop vite… même si cela n’enlève rien à la prouesse réalisée par ce bâtiment.

Pour rappel, appartenant à la classe Tridente [elle-même dérivée du Type 209 allemand], le NRP Arpão est un sous-marin diesel-électrique doté d’un système de propulsion anaérobie [AIP] et affichant un déplacement de 2000 tonnes en immersion. De conception assez récente [il a été admis au service en 2011, ndlr], il est notamment équipé du Système de gestion de combat ISUS 90, d’un radar de navigation KH-1007 et de 8 tubes lance-torpilles de 533 mm. Il peut emporter des missiles antinavires Harpoon.

Début avril, le NRP Arpão a appareillé de la base navale d’Alfeite, près de Lisbonne, pour prendre part à l’opération Brilliant Shield, menée sous l’égide de l’Otan dans l’Atlantique Nord. Pendant vingt jours, explique le Commandement maritime allié [MARCOM], ce sous-marin a été chargé de surveiller « les plates-formes militaires non-OTAN [comprendre : russes], tant de surface que sous-marines, connues pour opérer dans cette région ».

Puis il a mis le cap vers Nuuk [Groenland] pour l’opération Arctic 24. Une fois réapprovisionné en carburant et en nourriture, le NRP Arpão a repris la mer en compagnie du patrouilleur danois HDMS Ejnar Mikkelsen. Après avoir franchi le cercle polaire, et alors qu’il naviguait dans la Zone Marginale de Glace [ZMG], il a effectué une première plongée sous la calotte glaciaire arctique. Celle-ci a duré exactement 39 heures et 30 minutes… Et elle a été suivie de deux autres. Au total, le sous-marin portugais a navigué pendant quatre jours sous la glace.

À noter que le système AIP est un élément déterminant dans la mesure où il permet à un sous-marin diesel-électrique de recharger ses batteries sans nécessairement avoir besoin de faire surface.

Évidemment, le NRP Arpão ne s’est pas aventuré sous de telles latitudes sans y avoir été préparé. La protection de son massif a été renforcée [dans le cas où il lui aurait fallu briser la glace] et il a reçu un sonar à haute fréquence. Cette mission a nécessité sept mois de préparation et a bénéficié de l’expertise des marines américaine, canadienne et danoise.

Jusqu’alors, le NRP Arpão était surtout connu pour avoir été le premier sous-marin de la marine portugaise à franchir l’équateur, au cours d’une mission l’ayant menée à Rio de Janeiro, en 2023.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

32 contributions

  1. Fralipolipi dit :

    En parlant de sous-marin de conception récente …
    https://meta-defense.fr/2024/06/27/scorpene-evolved-marine-indienne-mdl/
    L’Inde aurait abandonné l’idée d’intégrer leur AIP dans leurs futurs sous-marins, pour favoriser plutôt l’option choisie par l’Indonésie = batteries Li-Ion.

  2. géographe dit :

    Mais qu’est-ce qu’un marin Portugais va faire sous la banquise… Le Portugal c’est le Brésil, les tropiques, l’Afrique et les Indes…

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « Le Portugal c’est le Brésil, les tropiques, l’Afrique et les Indes… » Image d’Epinal où nostalgie d’une lointaine époque coloniale?

    • Maurice dit :

      Exactement ce qu’a fait un Gênois un peu timbré dont le frère faisait des portulans pour le roi du Portugal a s’en aller vers l’Ouest pour toucher les Indes (là, il s’est un peu planté mais a touché quelque chose).
      Exactement ce que pouvait faire un Basque du XVe en allant pêcher la morue au large de l’Irlande (la morue déjà, ok je sors, désolé).

      • JILI dit :

        oui et il paraît que ce génois qui s’appelait Colomb était corse. C’est ce que dise les corses, tout comme à cette époque là Corse était génoise.

    • Faut tout lui expliquer. Mais a-t-il lu l'article ? dit :

      Le Portugal est membre de l’OTAN.

    • v_atekor dit :

      Et qu’est allé faire Jacques Cartier du côté du Canada, ça fait loin de ses côtes bretonnes.

      Quant à placer le Portugal sur les tropiques, et en Inde, il faudra mettre à jour vos cartes, ça a un peu évolué depuis Ptolémée.

    • Edgar dit :

      @géographe Les navigateurs portugais sont, au contraire, très coutumiers des mers glacées. La route portugaise vers la Chine, l’Insulinde et l’Inde traversait l’Atlantique sud, passait très au large des actuelles côtes sud-africaines, poussait vers l’est dans les mers antarctiques puis remontait vers le nord à la hauteur de l’actuelle Indonésie. Cela permettait aux pilotes portugais d’éviter des côtes dangereuses et des mers riches en écueils. Cette route fut en faveur aux XVIe et XVIIe siècles. Ceci explique pourquoi le royaume du Portugal n’installa pas de point d’appui le long des actuelles côtes d’Afrique du Sud. Pour affronter les eaux antarctiques, et une navigation longue, dépourvue d’escale, les constructeurs portugais construisaient des galions très grands pour leur époque. Ce qui impressionnait beaucoup leurs compétiteurs hollandais.

    • Alain d dit :

      Faudrait mettre à jour vos bouquins.
      L’Empire portugais est HS, et le Portugal est maintenant intégré à l’UE, depuis une quarantaine d’années, donc ses intérêts sont avant tout situés dans l’UE.
      En mars 2024, les exportations de biens portugais étaient destinées, dans l’ordre des quantités décroissantes : Espagne, France, Allemagne, Etats-Unis, Italie.
      Les importations : Espagne, puis Allemagne, France, Italie et Chine.
      « Brésil, les tropiques, l’Afrique et les Indes », où ?
      Donc applaudissements pour le Portugal, petit mais responsable !

    • Amazonino BESSON dit :

      Cit :[ Mais qu’est-ce qu’un marin Portugais va faire sous la banquise… Le Portugal c’est le Brésil, les tropiques, l’Afrique et les Indes…]

      Cela vous a été déjà répondu par d’autres contributeurs mais avec vous plusieurs couches s’avèrent nécessaires . C’est vrai que  » Les Grandes Découvertes  » enseignées ,quand elles le sont , en 2024 cela doit être roquenrolle !

      Les Portugais ont été vite confrontés à la nécessité de trouver une nouvelle route des Indes justement . Ils ont intuitivement , en fait en raisonnant , eu l’idée de l’existence d’un  » Passage du Nord-Ouest  » .
      Des 1502 ces régions apparaissent sur des planisphères mais les premiers voyages y datent de 1491 .
      Accessoirement ils en ont profité pour créer la filière de ce qui allait devenir presque leur plat national : La morue ( bacalhau ) salée .
      C’est très bien expliqué dans cet article ( en Portugais ) . Profitez de cette occasion pour soutenir cette feuille de repolho persécutée par la Poutinie .;0)

      https://www.publico.pt/2017/07/10/ciencia/noticia/portugueses-comecaram-a-pescar-bacalhau-na-terra-nova-depois-de-um-engano-1778368

      https://ensina.rtp.pt/artigo/a-caminho-da-terra-nova-dos-bacalhaus/

      L’une des origines la plus probable pour le toponyme  » Labrador « serait le navigateur João Fernandes Lavrador : N’oubliez pas que cette région est Portugaise selon le Traité de Tordessillas et la précision cartographique de l’époque .
      La première expédition pour essayer de découvrir ce mythique  » passage du Nord-Ouest  » a été Anglo-Portugaise mais elle a été perdue corps et biens .
      L’une des périodes les plus actives de la pêche à la morue ce fut durant les débuts de l’Estado Novo .

      https://www.youtube.com/watch?v=TQotLC3oPgg

  3. Mudrets dit :

    Bonjour
    Cette affirmation reste limitée à l’Arctique en 1931
    Pour les russo-soviétiques
    1907 28 novembre essais de navigation à l’immersion périscopique par conditions de glaces faibles par le Shchuka (classe Som)
    1908 19 décembre le Kefal (classe Osëtr) est le premier sous-marin au monde à faire une plongée de 1 h 32 sous la glace, parcourant ainsi 4 nautiques
    Les deux dans le Pacifique
    Plus tard
    1940 les 25 et 26 janvier, le L-13 (type L série 13) parcourt 468 nautiques sous la banquise en 19 h 43 minutes, record qui ne sera battu que par les sous-marins nucléaires
    Bonne journée

    • Daniel " Hatterras " BESSON dit :

      Cit : [1907 28 novembre essais de navigation à l’immersion périscopique par conditions de glaces faibles par le Shchuka (classe Som)]

      DA !
      Et ici cela se déroule alors que l’hiver Arctique est déjà commencé depuis plus de deux mois pour l’exercice de décembre 1908 , avec une banquise formée , dans une région non soumise à l’action de courants modérateurs , amtha , comme à Mourmansk et avec l’assistance d’un brise-glaces ( donc on est bien avec de la banquise ! ) .
      https://avatars.dzeninfra.ru/get-zen_doc/271828/pub_65841b5911232a66f780d25b_65841b66345c8e130e3b4406/scale_2400
      Il faut comprendre qu’après la Guerre Russo-Japonaise la nécessité d’une  » route Arctique  » a pris jour parmi les chefs politiques et militaires Russes . La trahison des Britiches qui ont autorisé le transit de destroyers Japonais par le canal de Suez et refusé la traversée de la flotte Russe * , les atermoiements des Français pour autoriser les charbonnages et les avitaillements ( par exemple à Madagascar ) malgré la signature d’une prétendue  » Alliance  » ont convaincu ces chefs politiques et militaires Russes de mettre en valeur – civile et militaire – cette route qui sera connue après 1935 sous le nom de  » Sevmorput  » .
      Ce submersible a par la suite combattu héroïquement durant la PGM mais la révolution a gâché tout cet acquis , tout comme celui des explorateurs de la goélette  » Saint-Anne  » qui a inspiré le roman et la série  » Deux capitaines  » ( voir video).
      Komsomolskaya Pravda – Extrême Orient décrit cet exercice ( 30 s avec Dzen ) :
      Лютый эксперимент: как русская подводная лодка впервые совершила поход подо льдом в Тихом океане

      Mais comme ce submersible a été acheté à un chantier Etasunien , il faut plutôt considérer aussi la croisière du Щ-102 en 1934 qui est lui bien un sous-marin diesel-électrique de conception et de construction indigène .

      Toutes ces problématiques sont toujours d’actualité plus de 110 ans après …

      RIP M.Artur Chilingarov :  » Neuf pieds sous la quille !  »

      * Source  » Nacha pamyat ; nacha krov  » . Capitaine de vaisseau Semenov . En fait seuls les Portugais ont été de loyaux neutres en autorisant le charbonnage des navires Russes et leur avitaillement sur la côte Ouest de l’Afrique – règle des 48h – et en disant que les conditions seraient identiques pour des navires Japonais .
      https://www.youtube.com/watch?v=TjN3KoVcrGQ

  4. laquille dit :

    ça me rappel une grande devise de l’armée;  » en faire peu, le faire bien, le faire savoir »…

  5. Starbucks dit :

    Toujours aussi modeste nos amis Portugais

    • Rakam dit :

      @ starbuck…et ils ont bien raison…les Portugais sont un allié fiable et qui mérite une attention particulière ,discret et travailleur et surtout une parole donnée est sacré…rare de nos jours..

    • SimLabeng dit :

      Modeste comme leur pays.

  6. Auguste dit :

    Je vois sur Wikipedia qu’on classe à tort, ces sous-marins de classe Tridente, dans la catégorie « diésel-électrique » alors qu’ils sont à propulsion électrique avec moteurs électriques,alimentés par des batteries,elles mêmes rechargées par des piles à combustible.
    Qu’en est-il?

  7. breguet dit :

    Petite marine mais les portugais ont toujours été de très bons marins…Bravo à eux!

  8. Le Suren dit :

    Les Portugais sont de grands marins (Vasco de Gama, Magellan) ! Magnifique pays et magnifique peuple !

  9. Aymard de Ledonner dit :

    Le fait que ce soit ou non une première n’est pas important. Par contre c’est une réelle performance et le fait que les portugais aient planifié puis réalisé une telle performance indique un haut degré de maitrise. Bravo donc.
    Marant que ce « pays du club med » suivant l’appellation méprisante de nos voisins de l’est, réussisse cette performance avec un sous-marin TKMS alors même que la marine allemande ne l’a pas tenté…..

    • Tannenberg dit :

      Déjà que pour plonger, même pour un exercice, les équipages allemands ont besoin d’une autorisation du ministère de la défense, elle même validée par la commission de la défense du Bundestag (Verteidigungsausschuss), je peux vous dire qu’ils ne plongent pas souvent, alors approcher des mers glacées… c’est plus simple d’importer des pingouins…

  10. SimLabeng dit :

    Ce sous-marin merite de devenir un musee.

  11. vrai_chasseur dit :

    L’équipage du NRP Arpão est aguerri, en 2023 ce sous-marin avait déjà effectué une patrouille de 120 jours vers l’Atlantique Sud, couvrant en 15 jours l’équivalent de la longueur du continent africain sans faire surface.
    S’il fallait démontrer l’étendue des capacités d’un sous-marin classique de haute performance AIP + batteries + pile aux mains d’un équipage très bien entraîné, ils l’ont fait.

    La devise du sous-marin inscrite sur le patch de l’équipage résume leur état d’esprit, mieux que de longues phrases : http://laststandonzombieisland.com/2023/10/20/portugals-sub-force-getting-it-done/#jp-carousel-68519

  12. Perplexe dit :

    Comment fonctionne ce systeme AIP permettant de recharger les batteries sans faire surface ? Les moteurs diesel ont bien besoin d’air en admission, et les gaz d’echappement doivent etre evacues, j’ai du mal a imaginer une alternative.

  13. Daniel " Hatterras " BESSON dit :

    Cit : [ a effectué une première plongée sous la calotte glaciaire arctique.]

    O-U-C-H ! ;0)
    En fait il existe un terme correct qui remplace ici  » glace arctique  » et surtout  » calotte glaciaire arctique  » c’est  » banquise  » ! Tout simplement ! ;0) Même si celle ci n’est pas formée ( ZMG ) . C’est comme  » bâbord  » et  » tribord  » ,  » proue  » et  » poupe  » !

     » calotte glaciaire  » = Glace d’eau douce sur substrat rocheux aka  » glacier  »
     » banquise  » = Glace d’eau de mer sur liquide.

    Pour les prochains articles et commentaires :
    https://meteofrance.com/magazine/meteo-questions/quelle-est-la-difference-entre-la-banquise-et-la-calotte-glaciaire

    Mais peut-être que les Portouguèches ont réussi à mettre une tête foreuse sur leurs submersibles comme le projetaient les Soviétiques ? ;0)
    https://i.dailymail.co.uk/i/newpix/2018/08/20/12/4F3BBE4500000578-6078503-image-m-3_1534763173591.jpg

    Cit :[ Zone Marginale Glace ]
    En Anglais ,  » marginal ice zone  » et en Russe il y a deux formulations dont  » маргинальная ледяная зона  »
    Un schéma vaut toujours mieux qu’un discours pour comprendre le milieu dans – sous – lequel a navigué ce submersible.
    ATTENTION : C’est le seul schéma que j’ai trouvé et c’est une … Schématisation de la réalité

    https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQLxijSHyXTDZO3DGdmwjGaHoUTdN5D4g8ECfKDgl9NUMdxX5_W

    Cela recouvre la réalité – très –  » basse  » , celle de votre photo M.Lagneau
    https://www.opex360.com/wp-content/uploads/arpao-20240628.jpg
    On serait même en zone de  » mer libre  » sur cette photo et non pas dans une zone de banquise ! ;0°)

    et celle-ci , la  » réalité haute  » :
    https://i0.wp.com/images.theconversation.com/files/482908/original/file-20220906-26-7s2vrk.png?w=780&ssl=1

    Cela correspond pour la Garde Côtière Canadienne à un couvert de banquise – floes ou radeaux de glace – qui correspond de 10% à 70% de la surface et donc un chiffre de  » 1  » à  » 7  » sur le haut de leur  » oeuf  » ( de mémouâre )
    https://ice-glaces.ec.gc.ca/content_contenu/ice_codes/manice/CH3/Imag/CHAPTER3/EggCodeF.gif

    Je sais que mes expériences personnelles hérissent certains piliers de troquets à matafs du côté de Brest mais j’ai eu la chance et l’immense plaisir de naviguer à bord de brise-glaces dans l’Arctique .
    J’y ai vécu des expériences inoubliables et j’ai pu bénéficier du savoir et de l’expérience de commandants dont j’ai essayé d’  » aspirer  » les connaissances. J’espère que je ne les ai pas mal interprétées
    Ce type de formation est susceptible de provoquer des avaries. Ces plaques de glace sont soumises à l’action de la houle et donc peuvent être mises en mouvement par celle-ci et peuvent heurter un navire même en panne . On peut voir parfois ces plaques de glace onduler sous l’effet de la houle ( impressionnant de nuit sous les projecteurs ) . Je crois que cela survient pour des concentrations moyennes ( à vérifier , hein ! ) .
    C’est donc , selon les conditions de mer , presque comme un conteneur en acier ou une bille de bois de parfois plusieurs tonnes qui vient percuter la coque du navire .
    Je ne suis pas sous-marinier . A contrario de l’exercice qui consiste à faire surface en brisant la banquise ( voir infra ) , le submersible qui fait surface dans un tel milieu pourrait dans certaines conditions , amtha , ressentir l’effet de se trouver au milieu d’auto-tamponeuses.???? ;0)

    https://www.ouest-france.fr/politique/defense/un-sous-marin-nucleaire-americain-brise-la-banquise-video-4118196

    On se doute que l’ on ne connaît pas la position exacte de ce submersible en ce début d’ été Arctique pour ces exercices . Les conditions de glace de débâcle ( nous sommes en été ) sont toutefois très variables par exemple de Nuuk à Vladivostok en passant par Mourmansk ( Gulf Stream ) et Dikson mais la photo d’illustration ne laisse pas deviner un exercice dans une zone avec un couvert de 50% à 80% de glace ! ;0) On serait même en zone de  » mer libre  » selon certains critères sur cette photo et non pas dans une zone de banquise ! ;0°)

    Bien sûr que ce sous-marin n’ a pas pu être photographié alors qu’il était en plongée mais cela prête un peu à sourire lorsque l’on lit  » sous la banquise  » !;0)