Golfe Persique : Lancée par la France, la mission de surveillance maritime « Agenor » a été mise en sommeil

En janvier 2020, après plusieurs incidents provoqués par le Corps des gardiens de la révolution iranien dans les environs du détroit d’Ormuz et ne voulant pas s’associer à l’approche adoptée par les États-Unis à l’égard de Téhéran, plusieurs pays européens lancèrent l’opération de surveillance maritime EMASOH [European-Led mission Awareness Strait of Hormuz] « Agenor ».

« Nous travaillons à nous organiser entre Européens, mais une chose est sûre : notre comportement ne devra avoir qu’un seul objectif, faire baisser les tensions actuelles et défendre nos intérêts. […] Nous ne voulons pas contribuer à une force qui pourrait être perçue comme aggravant les tensions », avait expliqué Florence Parly, alors ministre des Armées.

Dirigée depuis un quartier général établi sur la base navale française d’Abu Dhabi [Émirats arabes unis], cette opération, menée en dehors du cadre de l’Union européenne [UE], a pu compter, au fil du temps, sur des moyens navals et aériens fournis par la France, l’Italie, la Belgique, le Danemark et les Pays-Bas, Allemagne, Grèce et Portugal s’étant contentés de lui apporter un soutien politique.

« Agénor a pour mission d’apaiser les tensions et de protéger les intérêts économiques européens en garantissant la liberté de circulation dans le golfe Arabo-Persique et le détroit d’Ormuz. À plus de 2000 miles nautiques des côtes du vieux Continent, EMASOH renforce l’interopérabilité des marines européennes et rappelle l’attachement de l’Europe au droit de la mer et à la liberté de circulation », avait ensuite expliqué l’État-major des armées [EMA].

Ces derniers temps, les capacités d’Agenor reposaient sur la frégate belge Louise-Marie, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et un drone MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] Reaper italien. Seulement, faute de relève, cette mission va être mise en sommeil. C’est en effet ce qui a été annoncé via X [anciennement Twitter], le 26 juin.

Dans son dernier point de situation des opérations, l’EMA n’a livré aucune précision sur la mise en sommeil de l’opération Agenor, si ce n’est que l’Atlantique 2 mis à sa disposition a « terminé son déploiement », au cours duquel il a effectué « 68 heures de vol de surveillance maritime ».

Probablement qu’il a été considéré qu’Agenor n’était plus indispensable depuis que l’UE a lancé l’opération Aspides, en février dernier. En effet, son mandat ne concerne pas seulement la mer Rouge étant donné que sa zone d’intervention couvre également le détroit d’Ormuz.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

40 contributions

  1. Bagration dit :

    Considérée comme un « galop d’essai » pour l’Europe de la Défense telle qu’envisagée par Emmanuel Macron (avec une France occupant le rôle de nations cadre en lieu et place des américains, et un format » ad hoc » plus flexible que les opération formelle de l’UE), a l’instar de Takuba au Mali, Agenor aura eu une longévité assez inattendue.

    Elle aura réussi à mobiliser des pays européens qui se sont engagés concrètement par l’envoi de bateaux, pas seulement en faisant de l’affichage avec des officiers de liaison. Le rôle de l’Italie a été prépondérant aux côtés de la France.

    L’opération Agenor aura eu aussi le mérite d’avoir redonné un peu d’activité à la base française aux Emirats, en sommeil depuis la fin de la guerre contre Daesh. A voir si ce type de format pourra être poursuivi par la suite.

  2. mitridate dit :

    @ Bragation
    Merci pour votre commentaire lu avec intrêt

    • Bagration dit :

      Merci à vous, et je vous prie de m’excuser pour les fautes d’orthographe et de grammaire qu’un commentateur en particulier ne manquera pas de souligner. J’ai la fâcheuse habitude d’écrire vire, ce n’est pas la première fois et ce ne sera sans doute pas la dernière.

  3. Bob dit :

    Aspides recouvre le Golfe Persique, c’est bien de la savoir car on pourrait croire que aspides fait face aux houthis dans le détroit de Djibouti et que le manque de masse dans la marine ne permet pas d’assurer aspides et agenor. Les théocrates réussissent à desserrer les contraintes de l’Europe dans le Golfe Persique à moins qu’une attaque des israéliens aura bientôt lieu contre le hezbollah ou que aspides s’arrêtent aussi.

  4. Etienne Tonnelier dit :

    Un avion de patrouille maritime Atlantique 2 va enfin pouvoir rentrer dans son pays et assurer sa mission : surveiller et protéger les approches maritimes de la France et notamment du sanctuaire de sa Force de dissuasion en Bretagne .
    Les Bréguet Atlantique 2 sont une denrée rare, sur une base désormais semi-désertique à Lorient . Les quelques avions disponibles sont pour la plupart consacrés à la lutte antirusse par l’espionnage en Baltique et l’espionnage en Mer Noire : un avion dans chaque direction , tous les matins, pour de très longues missions inutiles et qui entraînent un vieillissement prématuré des matériels et un épuisement des équipages.
    La France a le devoir de protéger la France, et non pas d’être au service d’organismes étrangers derrière lesquels se trouve toujours la main de Washington.

    • Bench dit :

      @machin ex guitou: « Les Bréguet Atlantique 2 sont une denrée rare, sur une base désormais semi-désertique à Lorient . », preuves de ce que vous avancez? Parce que si j’en crois les chiffres officiels, les 21F et 23F de Lann Bihoué alignent 22 ATL. Ce n’est pas parce que deux aéronefs décollent chaque matin que les autres sont HS et ne servent pas à la protection des approches maritimes françaises, ou à l’entrainement des personnels. Pipeau comme d’hab!
      Quant à votre « épuisement des équipages », j’ai aussi un gros doute car discutant l’autre jour avec du personnel de la 21F de retour de je ne vous dirais pas où, ils n’avaient franchement pas l’air du tout épuisés!
      Bref monsieur le pipeauteur, remballez vos posts ineptes et renseignez vous un peu mieux avant de dénigrer.

      • Breguet dit :

        Bench: ce Monsieur ne mérite pas qu’on lui réponde..Certainement P4 il n’a pas pu s’engager…En se baladant le long des clôtures de Landivisiau il connait la dispo des rafales de l’Aéro, en étant invité je ne sais plus ou il tombe sur l’affichage des tours de garde en diffusion restreinte et croit dur comme fer avoir vu des documents secrets, en se levant et en ouvrant sa fenetre il voit passer un Atl2 qui décolle et en conclut sa dispo et sa destination, il écoute les fréquences en clair d’Armor Control et en déduit l’activité ops, etc….Un très gros mytho qui ne rêve que de médailles et de la reconnaissance de la Nation…Ce Monsieur me fait pitié..

        • Bench dit :

          @Breguet: oh que si ce monsieur mérite qu’on lui réponde. Ne serait ce que pour lui réexpliquer sans cesse qu’il est un gros mythomane bas de plafond qui ne sait rien faire d’autre que critiquer notre aéronautique navale. Probablement un P4 comme vous dites !

        • Chance Vought dit :

          Breguet : S’il y a de la mythomanie quelque part , c’est bien dans votre commentaire, qui est un alignement d’erreurs factuelles, d’inventions et de déductions des plus approximatives, très éloignées de la réalité …
          vous faites un assemblage hétéroclite à partir de bribes d’éléments mineurs, vous les reliez les uns aux autres d’une façon pitoyable tant elle est irréaliste .. simplement vous faites, en amateur débutant, de l’amalgame et de l’imagination à partir de choses dont vous avez entendu vaguement parler mais que vous ne connaissez pas.
          Je ne prends que l’exemple de : « Armor contrôle » : ceci n’existe pas . « Armor », c’est ainsi qu’il est répertorié et qu’il est appelé des dizaines de fois tous les jours : si seulement vous étiez au courant !
          Tout le reste de votre commentaire et de la même sauce saumâtre , du grand mélange , une macédoine d’à peu près entortillés de mayonnaise méprisante…

          • Bench dit :

            @l’escroc ci dessus qui se prend pour un cador en aéronautique, le malhonnête infoutu de poster sous un seul et même pseudo: quand donc allez vous avoir l’honnêteté intellectuelle de répondre aux questions qui vous sont posées? Quand donc serez vous suffisamment honnête pour reprendre les arguments que l’on vous oppose et essayer d’en discuter sereinement sans prendre votre interlocuteur pour un abruti incapable de saisir votre prose? Quand donc arrêterez vous de vous sentir obligé de considérer ces mêmes personnes comme des amateurs débutants alors qu’ils font état dans leurs témoignages de carrières militaires difficilement contestables! Parce qu’avec vous c’est toujours je sais, j’ai servi, j’ai des médailles (en chocolat???), je connais des gens, je suis au courant, c’est le réel, la vraie vie, etc…., Jamais de preuves de ce que vous avancez, sauf éventuellement quelques mentions à des vidéos de spotters britanniques, bref du vent!

          • Comme on fait son lit dit :

            Quand comprendrez-vous qu’à force d’avoir écrit énormité sur énormité dans ce blog, votre parole a définitivement perdu toute valeur, y compris dans les domaines où vous pouvez avoir des compétences ?
            Les propos de Guillotin et consorts sont devenus de tels repoussoirs que si vous nous disiez que la terre est sphérique, cela pousserait les plus raisonnables à s’intéresser aux théories platistes.
            Quoi que vous puissiez dire à présent, vous êtes définitivement classé dans la case des branquignoles.
            Et ne venez pas vous plaindre, vous l’avez bien cherché.

      • Guy Gnole dit :

        comme d’habitude vous confondez ce qui est écrit sur un papier théorique au fond d’un tiroir, et ce qui est en service effectif dans la vraie vie quotidienne d’une base aéronavale : sur ses parkings, sur sa piste…

    • ADC dit :

      Radio moscou vous a parlé

    • Boumeur dit :

      D´accord avec vous, Étienne Tonnelier.
      Mais le problème se situe au niveau de notre classe politique inféodée à des intérêts étrangers.
      C’est d´ailleurs l´une des causes de nos problèmes de recrutement et de fidélisation :de nos jours on s´engage sans pouvoir être sûr que l´on défendra (en risquant peut-être sa vie) les intérêts français.
      .
      Quand je me suis engagé pendant les années soixante, je n´avais aucun doute à ce sujet.
      Si j´avais vingt ans aujourd’hui, je ne suis pas sûr que je m´engagerais dans cette armée française, certes vaillante mais que le pouvoir politique utilise à n´importe quoi.
      .
      Le pouvoir politique met l´armée française au service d´intérêts étrangers sans que l´on entende protester les CEMs : pourtant ils sont en charge du recrutement et devraient être au service de la France, non au service d´un parti politique temporairement au pouvoir.

    • Toujours un com' qui me rappelle dit :

      Toujours les mêmes rengaines.

      • Habitué d'opex360 dit :

        « rengaines » ou plus exactement itérations.
        Parce qu’il y a des gens qui répètent toujours la même chose : c’est mieux que de continuellement changer d’avis.

    • Frédéric qui en marre des collabos dit :

      Commentaire Made in Saint Peterbourg. Le tonnelier à un tonneau percé 🙂 Il faut être STUPIDE et COLLABO pour nier que la seule menace nucléaire réelle contre la France est POUTINE. Donc, oui, la surveillance de la Russie est nécessaire à sa Force de Dissuasion. Dimanche, je ne risque pas de voter pour les léches bottes de Moscou.

    • tschok dit :

      @Etienne,

      Le repli dans la forteresse France, oui, pourquoi pas? Mais à ce moment-là, il faut accompagner cette politique de repli sur soi par une politique autarcique destinée à nous isoler complètement du monde.

      Pourquoi?

      Parce que si vous avez une politique de repli dans la forteresse France de vos moyens militaires, alors que vous restez dépendant du monde qui vous entoure, vous réduisez vos capacités d’agir sur le monde extérieur, donc vous augmentez votre vulnérabilité.

      Par exemple, à tout moment, des gens comme les Houthis pourront attaquer vos approvisionnements énergétiques par exemple, mais comme vos moyens d’action ne sont pas déployés à l’extérieur, mais repliés à l’intérieur, ben vous ne pourrez rien faire.

      Vous serez donc dans la situation d’une ville assiégée qui n’est approvisionnée en eau douce que par un aqueduc que l’assiégeant peut détruire à tout moment. Or, comme vous le savez, sans eau, on ne tient pas longtemps.

      Donc, il faut nécessairement accompagner toute politique de repli sur soi d’une politique autarcique, pour permettre à la société française de résister à l’interruption de ses approvisionnements extérieurs, puisque justement elle n’en aura plus: puisque vous rompez vous-même vos relations avec l’extérieur, votre ennemi ne peut vous priver de ce que vous n’avez plus. C’est logique.

      Et le mieux, pour y parvenir rapidement, est de mener une politique d’enfermement des Français en France, comme l’a fait la Corée du Nord avec sa population. En bref, il faut transformer la France en stalag. Mais pourquoi?Ben parce que quand une communauté humaine se coupe de son environnement en vivant en autarcie, elle tend à régresser. Donc, il ne faut pas que les gens qui sont enfermés dans leur bulle puissent se rendre compte qu’ils deviennent progressivement des ploucs arriérés, alors que le reste du monde progresse, parce que sinon ils vont vouloir qu’on rouvrent les frontières, et ça flanquera toute la politique de repli sur soi par terre.

      C’est pas pour rien que la dictature nord-coréenne boucle le pays. C’est pour éviter que la population prenne conscience de sa ghettoïsation.

      En définitive, une stratégie de repli dans la forteresse France est problématique. Au début, on se dit: « la France et les Français d’abord! Que les étrangers aillent se faire foutre, nos soldats doivent d’abord nous défendre, les autres peuvent crever la gueule ouverte, on s’en fout ». Et à partir de là, on replie nos forces dans la forteresse en croyant bien faire. Mais de fil en aiguille, on est obligé d’intensifier ce repli sur soi pour les raisons que je vous ai explicitées et on se retrouve comme des cons dans un stalag, alors que ce n’était pas du tout l’idée de départ.

      C’est pourquoi je vous propose une autre approche, mais qui repose sur votre idée de départ: la France et les Français d’abord. On va dire que notre armée est là pour nous défendre, nous seulement, et les autres peuvent toujours crever, on s’en fout, tant pis pour eux. Mais au lieu d’en déduire comme vous le faites que nos troupes doivent nécessairement se replier en France, on maintient la possibilité d’agir à l’extérieur de nos frontières, mais seulement pour défendre nos intérêts, et le reste du monde peut crever.

      De fait, on peut parfaitement être égoïste et avoir une action à l’extérieur de nos frontières, pour protéger exclusivement nos intérêts. L’égoïsme national n’implique nullement un replis stratégique dans la forteresse France. Donc, pas la peine de transformer la France en Corée du Nord. C’est chouette, non?

      Alors évidemment, il y a des inconvénients: nos alliés ne tarderont pas à s’apercevoir qu’on est des gros égoïstes qui s’en foutent de leur gueule et qu’on est donc incapables de participer à des systèmes de sécurité collective, qui exigent une culture collaborative, donc aux antipodes de l’égoïsme national que vous prônez.

      Donc, un jour ou l’autre, on se fera virer des institutions internationales qui assurent aujourd’hui notre sécurité collective. Mais on peut pas gagner sur tous les tableaux, non plus. Vous me direz que c’est pas grave. Oui, tant que vous n’avez pas en face de vous un ennemi plus fort que vous. Le jour où vous tombez sur un caïd qui peut vous fracturer la mâchoire avec son pouce vous regrettez de ne pas avoir d’alliés.

      Je vous rappelle qu’en 14/18, les Britishs et les Amerloques nous ont filé un sacré coup de main. S’il avait fallu qu’on se farcisse les Boches tout seul, on se serait fait dérouiller comme en 70. Et en 1940, les Britishs étaient pourtant avec nous, mais ça n’a pas suffit. Les Boches nous ont foutu une raclée, didon, ah les salauds! Et par la suite, il a fallu libérer la France. Seul, on n’y serait jamais parvenu.

      C’est-à-dire qu’avant de se priver de ses alliés, il faut se demander si le monde est dangereux ou pas. Si le monde n’est pas dangereux, vous n’avez pas besoin d’allié donc vous pouvez jouer la carte de l’égoïsme national. S’il l’est, il vaut mieux rester dans les systèmes de sécurité collective et jouer le jeu collaboratif.

      Je résume donc:
      – Il y a la mauvaise politique de repli dans la forteresse France, qui conduit inexorablement à transformer la France en Corée du Nord. Pas très bandant, quoi. Les gens voudront pas, ça les gonflera très vite à mon avis.
      – La bonne politique d’égoïsme national: ben on ne pense qu’à notre gueule, quoi. Je crois que vous savez faire, donc je ne développe pas, mais le prix à payer c’est qu’on sera seul en cas de pépin, sachant que ce monde est quand même peuplé de brutes sauvages pas du tout commodes et assez difficile à vaincre.

      Et en fait, toute la question se résume à une seule: est-ce que le monde est dangereux ou pas?

      Il faut se mettre dans la peau d’un Ukrainien, quoi: de l’autre côté de la frontière, il y a une grosse brute qui veut vous péter la gueule, un ours gigantesque avec des griffes tentaculaires dont une seule suffirait à vous déchirer le thorax jusqu’à la colonne vertébrale, et vous vous rendez compte que vous êtes seul, à poil dans la steppe tchernosienne , avec votre petit opinel et le manuel des Castors juniors.

      Qu’est-ce qu’on fait les Ukrainiens? Eh ben en moins d’une dizaine d’années, ils se sont constitués un réseau d’alliances solide et c’est à ce réseau qu’ils doivent aujourd’hui leur survie. Et ils veulent rentrer dans les systèmes de sécurité collectives, eux. Les Français veulent se barrer, mais les Ukrainiens veulent rentrer. On n’a pas la même appréciation de ce qu’est un monde dangereux, faut croire. Mais nous on est à côté de nos pompes, j’ai l’impression.

      • FNSEA dit :

        Dans nos belles campagnes françaises, la mission Agenor nous touche assez peu, sans que cela doive être interprété de notre part comme une attitude de repli. Nous pouvons d’ailleurs exprimer avec force un fait indéniable : le mot repli s’écrit sans s au singulier.
        Un repli stratégique, le repli sur soi-même, une manœuvre de repli, une position de repli.

        • tschok dit :

          S’il n’y avait que cette faute, je serais un homme heureux. Mais merci de l’avoir signalée.

          Sinon, sur le fond, il n’y a pas actuellement de stratégie de repli dans la forteresse France. Je discutais avec Etienne de la possibilité d’en avoir une et de ses conséquences nécessaires à terme.

          J’ignore s’il réside à la campagne ou non, mais je constate qu’il a mis le sujet sur le tapis. C’est donc bien que l’idée est dans l’air. Le bon air de la campagne, ou celui plus vicié de nos villes, je ne saurais vous le dire, mais dans l’air quand même, ne vous en déplaise.

          Par ailleurs, je ne porte aucun jugement sur les gens, urbains, ruraux ou rurbains. Rien dans ce que je dis ne postule que les ruraux seraient des gens repliés sur eux-mêmes. S’il fallait que je m’intéresse à ce sujet précis, je partirais plutôt du constat que les gens, dans certaines régions, peuvent avoir le sentiment d’être isolés, relégués ou déclassés, ce qui est très différent du repli sur soi, qui est un acte volontaire. Robinson Crusoé n’a pas désiré devenir un naufragé sur son île déserte pendant des années.

          Cela dit, je conçois que vous ayez pu vous sentir visé par l’expression « ploucs arriérés, que j’ai effectivement employée, mais aujourd’hui elle est générique et s’applique à des groupes humains qui ne sont pas nécessairement géolocalisés dans les espaces ruraux. En fait, le contenu négatif de l’expression n’est plus lié à un point d’ancrage dans un territoire forcément rural. Le concept est devenu essentiellement culturel. Vous n’avez donc plus à bondir automatiquement dès que l’un de vos contemporains l’emploie.

          D’ailleurs, si j’en juge par votre pseudo, vous vous rattachez à la partie de l’agriculture française qui est la plus technique, la plus intensive et la plus tournée vers les exportations, donc la plus connectée au reste du monde. Dans votre cour doit se trouver un gros machin vert, rouge ou jaune qui porte une marque étrangère comme Fendt, Massey Fergusson, John Deere ou New Hollande, bourré de microprocesseurs et de GPS. Et dans votre bureau doit se trouver un ordinateur relié à Internet qui vous permet de spéculer avec votre propre production en utilisant des produits financiers à terme. Et vous avez la charge de gérer la PAC et les normes afférentes et bien sûr d’administrer votre propre exploitation, qui doit faire dans les 300 hectares en moyenne, voire plus. Donc, rien qui vous rattache à la catégorie dont je parle. Nous sommes bien d’accord?

          Bref, j’examinais une option stratégique qui ne me semble pas pertinente, mais qui est incontestablement dans l’air du temps.

      • Paradis des travailleurs dit :

        « qui conduit inexorablement à transformer la France en Corée du Nord. » : Votre interlocuteur en rêve toutes les nuits.

    • mich dit :

      Et surtout sur cela vous embêtes la lutte anti russe ,c ‘est votre droit bien sur et si c ‘est pour protéger la France alors là !

    • ji_louis dit :

      Pour avoir été opérateur sur ATL quelques années, je peux vous dire que bien qu’étant la mission principale de l’ATL2, la protection des entrées/sorties des SNLE est une infime partie (en montant horaire) de leurs missions (je vous laisse compter, sachant qu’une patrouille dure de l’ordre de 45 jours).

      Mais ils font aussi très bien de l’assistance au sauvetage en mer, du renseignement acoustique, électronique et optique, du relai radio, du bombardement, et des tests de matériels. Aussi, il est erroné de penser qu la Russie serait la seule cible des capteurs du patmar : Tout le monde écoute (espionne) tout le monde! Et il est important de bien connaître ses amis et ses ennemis, et leurs matériels, tactiques et capacités.

      Les ATL2 sont faits pour les vols de longue durée; leur cellule et leurs moteurs sont très fiables. Les matériels militaires sont faits pour être utilisés, pas pour finir dans un musée (même si cela peut leur arriver). Protéger la France ne se fait pas qu’à nos frontières.

      Quant à la remarque de votre dernière phrase, elle achève de vous discréditer.

      • Versailles dit :

        ji_louis : L’avion auquel vous fait allusion et sur lequel vous dîtes avoir volé, c’était une doctrine d’emploi très ancienne déjà.

        Les choses ont changé radicalement notamment depuis 1997, la grande catastrophe de notre retour imposé par Sarkozy dans le commandement intégré de l’OTAN.
        En ce qui concerne la dissuasion nucléaire, il ne s’agit pas simplement de surveiller les entrées et sorties des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, vous devriez le savoir, mais aussi de surveiller toutes les approches maritimes, tout le temps, dans l’ouest et le nord-ouest de notre pays principalement, d’autant plus que les transits de forces non françaises et considérées ( à tort selon moi) comme potentiellement hostiles se multiplient depuis plusieurs années… ce n’est pas un avion des douanes ou de surveillance des pêches qui peut faire ce travail de façon sérieuse…
        vous devriez cependant vous rappeler qu’en étant membre de l’OTAN, votre pacha supérieur c’était un américain à Bruxelles, que cela vous plaise ou non, et c’est au Pentagone que signaient les doctrines stratégiques d’emploi de l’OTAN sous commandement américain, que cela vous plaise ou non.

        Si nous sommes allés en face de l’Iran pour protéger les voies de transport de pétrole qui servent principalement les Américains, ce n’est pas normal. Nous n’avons rien à faire aux Émirats arabes unis non plus.
        Je vous conseille de passer vos vacances non loin de la base aéronavale que vous connaissez bien près de Lorient, je vous rassure tout de suite, vous aurez tout le loisir de faire la sieste abondamment, vous ne serez pas dérangé par le bruit des avions.. il se trouve que je connais des gens qui vivent pratiquement en bout de piste et qui eux, savent parfaitement de quoi il s’agit…

        • Bench dit :

          @GuiVersailles: apprend à lire mon comique, ji_louis te parles d’ATL2, pas de son prédécesseur ! Essayer de donner des leçons sans rien y connaître, genre « je connais des gens qui vivent pratiquement en bout de piste… » est l’exemple type de l’argument de celui qui n’en a strictement aucun de valable !
          Bref comme d’hab commentaire nul et non avenu de la part d’un zigoto probablement frustré d’avoir été refoulé aux Eopan .
          Et puisque que tu sembles aimer donner des conseils, voici le mien : fais ce que tu sais faire le mieux, c’est à dire communiquer avec l’autre bout du monde à l’aide de ton fil de cuivre et de tes appareils d’écoute et arrête de polluer cette rubrique avec tes commentaires ineptes.

        • Diacritique dit :

          Au présent de l’indicatif, le verbe dire ne nécessite pas d’accent circonflexe dans « sur lequel vous dites avoir volé ».
          C’est au passé simple qu’il en faut un (nous dîmes, vous dîtes).

        • Goose dit :

          Oui Guitou le Cuivré, on sait, on connaît tes délires.
          Ah ! La cloche de ton EHPAD vient de retentir ! C’est déjà l’heure du déjeuner !
          Et Apres la soupe, une bonne sieste. N’oublies pas tes couches…..

          • Papillon dit :

            Gousse : Je vous propose de venir les changer, mes « couches » comme vous dites : vous allez avoir une forme d’éducation pour la première fois de votre vie, et vous n’aurez jamais plus jamais l’occasion de répandre votre ineptie grossière ensuite.
            Il y a des limites, vous l’apprendrez .
            Vous aviez la chance incroyable de n’être jamais censuré pour vos insultes, vos diffamations, qui salissent ce site et plombent gravement sa réputation. Mais cela s’arrêtera, d’une autre façon . Il y a la Loi, évidemment, mais pas que .

        • ji_louis dit :

          Bonjour,
          1) J’ai indiqué ATL pour ne pas préciser que j’ai fait les 2 (bon, ben voilà, c’est fait). Et vous avez raison, en 1997 j’avais déjà quitté la patmar pour une école d’officiers et un autre cursus. Mais mon « pacha supérieur » a toujours été le président de la république française, quelle que soit sa couleur politique.

          2) On ne peut pas tout dire sur internet, surtout sur les sujets militaires.

          3) Le pétrole du Moyen Orient allait surtout vers l’Europe et l’Asie, c’est encore plus vrai aujourd’hui.
          https://carfree.fr/index.php/2005/04/18/les-flux-petroliers/

          4) N’oubliez pas que la France a, entre autres choses, une flotte de commerce dont elle dépend en partie, et qu’elle doit aussi défendre (à plus d’un titre). C’est une bonne raison pour avoir besoin de « points d’appuis » à l’étranger pour nos forces armées. Nous ne sommes pas les seul à raisonner et agir ainsi (membres du conseil de sécurité, Turquie, etc).

        • Aymard de Ledonner dit :

          « vous devriez cependant vous rappeler qu’en étant membre de l’OTAN, votre pacha supérieur c’était un américain à Bruxelles, »
          Vous prétendez en savoir plus que tout le monde…..mais vous racontez n’importe quoi.
          Agir en coalition ne signifie nullement que toutes les forces OTAN sont commandées par un américain à Bruxelles. Le chef des armées reste le PR et il peut décider à n’importe quel moment d’ordonner ce qu’il veut aux forces françaises, même si elles ont été mises sous commandement OTAN.
          Il suffit de se souvenir de la seconde guerre d’Irak pour constater que les pays OTAN interviennent s’ils le souhaitent.
          D’ailleurs les missions en mer rouge montrent précisément que les pays OTAN peuvent choisir de s’organiser sans les US.
          Même le Luxembourg décide souverainement s’il souhaite utiliser ses forces pour intervenir ou non.
          C’est quand même incroyable de trouver encore le type de bobards que vous débitez sur un blog militaire.

  5. Aymard de Ledonner dit :

    @Bagration.
    Oui le domaine naval est le seul domaine ou les européens on réussi à agir en autonomie.
    C’est un petit pas mais cela montre qu’on peut le faire.

  6. Fralipolipi dit :

    @Bagration
    « L’opération Agenor aura eu aussi le mérite d’avoir redonné un peu d’activité à la base française aux Emirats »
    … en donnant notamment tout son sens au fonctionnement des Fremm françaises en double équipages.

  7. Parabellum dit :

    Quoi pour succéder aux atlantic,? Rien vu dans les projets alors que la menace sous marine est la plus effficace…de notre part aussi. Des a 400 m ? Des Airbus navalises? Des hydravions japonais ,? Les questions de défense sont apparemment hors champ actuellement mais vont revenir en choc.que fera le rn mystère alors que ça de vraie être un de ses sujets vue son idée sécuritaire….

    • Opticien dit :

      Alors que ça devrait être un de ses sujets vu son idée sécuritaire… Pas « vue son idée ».

      Dans cet usage, il ne s’agit pas de « la vue » (le sens de la perception oculaire) ni de l’adjectif « vu(e) », mais de la préposition « vu », qui est invariable.
      https://dictionnaire.lerobert.com/definition/vu

  8. vrai_chasseur dit :

    Agenor -comme Aspides- met en lumière 2 marines sérieuses du continent européen et qui savent travailler en coopération : les marines italienne et française.
    Les formats d’intervention comme Agenor, suffisamment flexibles, permettent cette coopération politique et surtout militaire. C’est heureux et cela doit se développer car la menace houthi constitue un « examen de passage » assez virulent : il y a les marines qui savent faire face à cette menace et d’autres… qui ont besoin de progresser.
    Dans ce 2ème registre, incident peu médiatisé de la frégate grecque Hydra, qu’un missile houthi a raté de 150m….provoquant de gros remous, au sens propre comme au sens figuré. Son équipage s’est rebiffé, arguant de « moyens obsolètes les mettant en danger ». Ce qui a nécessité son retour prématuré et l’audition de l’équipage par le CEMA grec en personne, au cours de laquelle il dû enregistrer plusieurs démissions de marins.
    cf
    http://www.ieidiseis.gr/ellada/251828/se-akroasi-apo-ton-arxigo-geetha-to-pliroma-tis-fregatas-ydra-gia-ta-osa-tragelafika-synevisan-stin-erythra-thalassa

    La marine grecque a urgemment besoin de frégates modernes et particulièrement ses futures FDI de Naval Group.
    Et la coopération navale franco-italienne est à développer encore plus : c’est l’ossature des opérations navales européennes qui se dessine derrière.

  9. lecoq dit :

    avec 80% des pays europeens, qui detournent le regard a la moindre menace … c’est mal barré, c’est du chacun pour soi …