Pour le général [2S] Charles Beaudouin, l’armée de Terre a besoin d’une « force Leclerc plus importante »

Ayant occupé le poste « stratégique » de sous-chef d’état-major « plans et programmes » de l’armée de Terre avant ses adieux aux armes, en 2020, le général [2S] Charles Beaudouin assure désormais la présidence de Coge Events ainsi que la fonction de commissaire général du salon d’EuroSatory. Aussi est-il un observateur averti des tendances et des évolutions en matière d’armement terrestre.

Sollicité par La Tribune pour faire le bilan de l’édition 2024 d’EuroSatory, le général Beaudouin a dressé un constat sévère sur l’état de l’armée de Terre qui, « en trente ans continus d’engagement en opérations extérieures, est passée insensiblement mais inéluctablement d’un corps blindé mécanisé au spectre complet à un corps expéditionnaire légèrement blindé à roue, à la mobilité très opérative ».

Évidemment, les fameux « dividendes de la paix » évoqués après la fin de la Guerre froide ne sont pas étrangers à cette évolution, l’armée de Terre ayant dû faire « des impasses capacitaires majeures », au point de devenir « échantillonnaire », a déploré le général Beaudouin. Ce qui, a-t-il continué, n’est pas sans conséquence sur le stock de munitions et la préparation opérationnelle qui, selon lui, s’est « effondrée ».

« Lorsque j’étais lieutenant en 1988, […] face au Pacte de Varsovie, nous manœuvrions 150 heures par an avec nos AMX-30B2 et tirions une cinquantaine d’obus. Aujourd’hui, nos équipages d’engagés réalisent 60 heures de Leclerc et tirent une vingtaine d’obus par an. On peut parler de simulation pour remplacer ce manque, mais nous avions déjà la simulation à l’époque », a-t-il rappelé. Et d’ajouter : « Certes, nos soldats sont aptes à la rusticité et expérimentés mais la masse en hommes, en matériels, surtout sur le haut du spectre, et l’entrainement à haut niveau manquent ».

Entre 1990 et 2017, les armées ont perdu « une à deux annuités d’un effort déjà insuffisant [c’est-à-dire inférieur aux 2 % du PIB], prélevées au profit d’autres budgets de l’État », a poursuivi le général Beaudouin. Aussi, selon lui, et à cause de cette contrainte budgétaire, l’armée de Terre « n’a eu d’autre alternative que de devenir une armée d’emploi en combat asymétrique » et si, « facialement », elle est une « armée de haute intensité », elle « n’en a que le squelette » étant donné qu’on « lui a enlevé une grande partie de ses muscles ».

Or, actuellement, l’armée de Terre « n’est pas taillée en termes de caractéristiques militaires, d’entraînement des forces, d’évacuation des blessés et de complétude pour affronter, dans une action centrale, le combat de haute intensité », a jugé le général Beaudouin, qui a cependant adouci son constat en rappelant que « l’armée française interviendra en coalition » et que « l’ultima ratio du président restera toujours le nucléaire si véritablement la France est acculée à certaines situations ».

Sans aller jusqu’à remettre en cause le programme SCORPION, dont il a été un promoteur, le général Beaudouin considère que les Griffon, Serval et autres Jaguar auraient toute leur place dans un conflit de haute intensité… mais qu’ils ne pourraient pas « encaisser le choc central », comme cela fut le cas pour les VAB [véhicules de l’avant blindé] et les AMX-10RC lors de l’opération Tempête du Désert, menée en Irak, en 1991.

« Ce ne sont ni des chars ni des véhicules de combat d’infanterie. De surcroît leur conception à roue limite leur aptitude à être surblindés et à évoluer avec une mobilité tactique pleine et entière dans l’environnement d’un théâtre d’opération centre européen où la chenille est reine. Le choc sera concentré sur les [chars] Leclerc et les VBCI [Véhicules Blindés de Combat d’Infanterie] », a-t-il fait valoir. Aussi recommande-t-il de « reconstruire une force Leclerc plus importante à partir des chars retirés du service et ‘upgrader’ [mettre à niveau, ndlr] le VBCI ». Sauf que, s’agissant des Leclerc, on n’en prend pas le chemin…

Pour rappel, l’armée de Terre compte 200 chars Leclerc. Selon le dossier de presse sur EuroSatory 2024 publié par le ministère des Armées, 130 [au lieu de 160] seront portés au nouveau standard XLR d’ici 2030 et 40 autres le seront avant 2035.

Seulement, pour que l’armée de Terre puisse faire cette transformation, il faudrait consentir un effort budgétaire supplémentaire… qui n’est pas d’actualité au regard de l’état des finances publiques. D’autant plus que d’autres priorités doivent être financées [dissuasion, nouveaux champs de conflictualité, etc.]. Un autre obstacle identifié par le général Beaudouin serait la réticence à s’écarter du modèle tel qu’il a été défini.

« L’armée de Terre n’a pas de système de supériorité unique. Elle fonctionne par combinaison des effets et génération de forces en fonction de la nature du conflit. Or certains effets ont été réduits aux acquêts. Trente ans de corps expéditionnaire impriment les mentalités à tous les échelons. […] Il faut changer d’état d’esprit et prendre résolument le virage du retour, équilibré, à un corps blindé mécanisé complet. Même si l’action sera très longue », a-t-il conclu.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

151 contributions

  1. albatros dit :

    Encore quelque chose qui va dépendre du résultat des élections législatives prochaines, le budget des Armées…
    Moderniser tous les Lecler et re créer des VBCI à chenilles serait intéressant comme concept (dans une ou deux divisions blindées)

  2. Mat49 dit :

    « ayant dû faire « des impasses capacitaires majeures », au point de devenir « échantillonnaire », a déploré le général Beaudouin. » La retraite permet des vérités.

    • Christophe DUBOIS dit :

      Oui on les entend moins quand ils sont en activité !
      On peut détruire un outil de défense déjà pas brillant en quelques années. Vendre toutes les emprises militaires bien vite, enfin vendre c’est beaucoup dire.
      J’ai toujours vu dans nos armées, fin 70 milieu 80, un manque de tout, très souvent. L’armée de tout temps a été une variable d’ajustement budgétaire bien avant la chute du Mur…..

    • blavan dit :

      @mat49. La retraite dorée permet de faire du lobbyisme !!!!

    • PK dit :

      Cela devient quand même un peu fatiguant tous ces héros de la 25e heure… C’est au combat que l’on combat : pas après l’armistice…

    • LEONARD dit :

      @Mat49
      La retraite permet surtout l’inconséquence.
      Perso, j’attends avec intérêt celui qui va m’expliquer dans le détail ce qu’il ferait différemment à budget égal et par conséquent les impasses, choix, orientations qu’il donnerait à notre armée.
      Je note surtout que tout comme nos politiques et syndicalistes, nos généraux 2S ne pratiquent jamais ce genre de discours de responsabilité. Leurs discours se résume à la critique de l’existant et au listage de mesurettes démago en fonction de l’auditoire (dans le cas d’espèce, les « lourds »), sans se préoccuper du financement, ou en évacuant la question par une hausse de budget.
      Notons d’ailleurs que ces brillants stratèges 2S ne nous expliquent pas contre quel ennemi et dans quelles circonstances on a besoin de 1000 Leclerc, lesquels, en 30 ans de dotation, n’ont jamais été utilisés par l’armée française au combat.
      Le « toujours plus » (d’impôts ou d’avantages sociaux) est décidément une tare française bien enracinée.

      • Mat49 dit :

        @LEONARD « quelles circonstances on a besoin de 1000 Leclerc » Il est claire que c’est soit directement face à la Russie soit indirectement en donnant des chars à l’Ukraine.

      • Mat49 dit :

        *clair

      • PK dit :

        « dans quelles circonstances on a besoin de 1000 Leclerc, lesquels, en 30 ans de dotation, n’ont jamais été utilisés par l’armée française au combat. »

        Quel argument débile… les SNLE n’ont jamais été utilisés, le nuke non plus, l’aviation nucléaire tactique non plus et jusqu’à récemment, la France n’avait jamais tiré un gros missile au combat… Si on fait la liste des trucs qui n’ont jamais servi, on ne garde plus grand-chose…

        Pour info, les Leclerc ont été déployés au Liban et ils faisaient suffisamment peur pour pacifier leurs zone…

        • Bazdriver dit :

          Ah? Le Liban Sud est pacifié ? Excellente nouvelle….

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « Pour info, les Leclerc ont été déployés au Liban et ils faisaient suffisamment peur pour pacifier leurs zone… » Le « bruit avait couru que dans certaines tourelles il y eu beaucoup d’huile de produite quand des Leclerc ont été la cible (fictive) de quelques F15 de la
          H’eil Ha’Avir! L’ambiance fut parait il « caliente »!

    • Vieille suspente dit :

      C’est impressionnant cette capacité à tout accepter lorsqu’on est d’active, y compris cautionner les impasse, voir pour certains les mettre en œuvre, et arrivé à la retraite se sentir obligé d’ouvrir sa gueule surtout si on n’est pas le mieux placé cela … il fallait décliner en son temps les honneurs pour marquer son opposition, ce qui est valable pour pas mal de 2S.

      • Avekoucenzeh dit :

        Pour dire « et même », l’adverbe « voire » convient parfaitement, mais pas le verbe « voir ».

        Cautionner les impasse, voire pour certains les mettre en œuvre.

  3. Mat49 dit :

    @NR « « n’est pas taillée en termes de caractéristiques militaires, d’entraînement des forces, d’évacuation des blessés et de complétude pour affronter, dans une action centrale, le combat de haute intensité » Vous avez de quoi nier une telle évidence?

  4. guilhom dit :

    On doit prendre conscience que l’on n’aura pas le temps du futur tank, il faut prendre un corps de leopard 2 avec une tourelle Leclerc avec du 140mm et en prendre 300.

    • Wagdoox dit :

      Leclerc evo
      Pour faire repartir une industrie nationale meme dépendante de l’exportation, c’est un minimum de 600 chars qu’il faudra sur 30 ans.

      • Mat49 dit :

        @Wagdoox 600 chars sur 30 ans? Cela ne fera rien repartir c’est une cadence de production inférieure à celle d’un rafale pour un matériel bien moins complexe.

        Pour relancer une production il faudrait beaucoup d’argent, une aide technique externe, et surtout une grosse commande de l’armée de terre. Pour ça il faudrait non seulement que l’AdT augmente ses unité sde chars mais qu’elle commande aussi de quoi constituer des stocks.

    • Stoltenberg dit :

      D’où comptez-vous sortir 300 châssis Léo2??????

    • Eurafale dit :

      Il y a l’alternative de l’EMBT si on veut éviter le Leo2.

      • PK dit :

        L’EMBT est un Léo… donc c’est une alternative comme le Léo… Ce n’est pas parce que vous mettez un coup de peinture française que magiquement le truc devient français….

  5. Matou dit :

    Cela semble être plein de bon sens.

  6. Raskolnik dit :

    Le lobby militaro industriel vend a prix d’or à nos armées des matériels de haute technologie au détriment de la masse qui seule fait la différence dans un conflit de haute intensité. Comme les radicaux socialistes de l’entre deux guerres qui nous avaient vendu la « guerre hors la loi » ceux de l’après guerre nous ont vendu les « dividendes de la paix » et la « guerre en coalition » pour restreindre toujours plus les budgets de la défense et augmenter ceux de presque toutes les fonctions non régaliennes (dépenses sociales, aides au developpement,…) qui devraient pourtant être non prioritaires. Combien de généraux en activité se sont opposés à cette destruction ? Comme le dit le dicton: en temps de guerre courage et force d’ame priment pour l’avancement ; en temps de paix c’est l’inverse.

    • dambrugeac dit :

      Donc tout est la faute des radicaux, avant et après guerre ! mais Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron furent des génies du réarmement. Pour votre instruction, le réarmement fait à partir de 1937 et qui commençait à porter tous ses effets au printemps 40 (17 avions de chasse dewoitine sortaient d’usine par jour en avril 40 !) fut l’oeuvre de Edouard Daladier qui savait pourquoi il avait dû signer les accords de Munich pour attendre d’avoir du matériel moderne disponible. Je ne sache pas que les 4 génies cités dessus ont accru quoi que ce soit à part le déficit public et l’affaiblissement de la France. Et ce ne sont pas Bardela, Melenchon et Macron qui changeront l’effondrement militaire.

      • Soad dit :

        Intéressant. Cependant vois dites: « (17 avions de chasse dewoitine sortaient d’usine par jour en avril 40 !)  »
        il me semble que les avions arrivaient en unité sous équipés non?

        • PK dit :

          Et sabotés par les syndicats, nos amis pour la vie 🙂

          Les mêmes qui cogneront à coup de barres de fer les blessés débarqués sur le quai à Marseille et qui revenaient d’Indochine.

          Aujourd’hui, ils s’appellent CGT, LFI, Nupes, Front Populaire, etc. On ne change pas une équipe qui gagne !

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « il me semble que les avions arrivaient en unité sous équipés non? » Et parfois…………..sabotés!

      • Raskolnik dit :

        A partir de 1937…vous avez tout dit de l’aveuglement des radicaux socialistes qui ont été au pouvoir sans discontinuer pendant toutes les années 20 et 30 alors que tous les signes montraient depuis les années 20 que l’Allemagne préparait sa revanche. Quant aux efforts dudit front populaire puis de Daladier ils ont ete grevé par la loi des 40 heures qui a abouti à des cadences de production divisées d’un tiers entre 1935 et 1940. Ces 40 heures s’appliquèrent jusqu’au 10 mai 1940 -la guerre ayant été déclarée depuis 8 mois- tandis que les ouvriers allemands, deux fois plus nombreux, travaillaient plus de 50 heures par semaine !

        • Harry Kauver dit :

          Ce n’est pas tout à fait exact, le Gouvernement Daladier, en fonction depuis le printemps 1938 a pris, par décrets-lois (ce que nous appellerions aujourd’hui les ordonnances de l’article 38) un ensemble de mesures pour dans un premier temps « desserrer l’étau des 40 heures » en permettant le recours, limité, aux heures supplémentaires. Après Munich Daladier, qui, comme vous le soulignez avait bien compris la situation et les suites qu’elle allait avoir, décida de mettre fin aux 40h là où la chose était indispensable en ajustant le temps de travail aux nécessités de la production. Le texte prévoyait des sanctions pour ceux qui n’obtempèrerait pas aux ordres donnés. Le 30 novembre 1938 la CGT tenta de lancer un mouvement de grève générale; cette grève fut sévèrement réprimée et 45000 ouvriers sanctionnés. Pour préciser la durée du travail dans les usines allemandes était de 60h.

          • Raskolnik dit :

            Vous n’avez pas lu les minutes du procès de Riom. Les témoignages concernant les usines d’armement sont édifiants !

        • aleksandar dit :

          Raté
          C’est la chambre radical-socialiste dite de Front Populaire arrivée au pouvoir en 1936 qui a mis en place pour le budget de 1937 le réarmement.
          La haine fait dire bien des bêtises.

        • Ion 5 dit :

          Les 40 heures, bien pratiques pour augmenter les cadences en passant aux 3×8, soit dit en passant…

      • Rga dit :

        Analyse parfaite, simple et limpide. en 1940, il nous a manqué qqs mois pour le matériel, et surtout un récurage complet de la haute hiérarchie militaire. Des élites civiles, nous avions Paul Reynaud et quelques autres, le corps diplomatique de l’Empire…non, nous n’étions pas dénué de moyens. quand aux élites du moment… En ce moment même , il y a huit décades, la 2ème armée britannique affrontait la Wehrmacht dans le secteur de Caen. Si ces gars savaient ce que nous allons élire…

        • Ô temps, suspends ton vol ! dit :

          Une décade est une période de dix jours. Une période de dix ans, c’est une décennie.

        • Cantatrice dit :

          S’il vous plaît. Quant à, quant au, quant aux. Avec un t. Pas un d.
          Quand à = Lorsque à. Quant à = En ce qui concerne.
          Quant aux élites du moment…

      • PK dit :

        « l’oeuvre de Edouard Daladier qui savait pourquoi il avait dû signer les accords de Munich pour attendre d’avoir du matériel moderne disponible. »

        LOL : la réécriture de l’histoire pour sauver la gauche… Une habitude bien républicaine.

        En 36, plutôt que d’aller s’agenouiller devant Hitler, il aurait suffit d’attaquer l’Allemagne. Même avec nos moyens de l’époque, l’affaire aurait été pliée, quitte à y passer de longues semaines…

        Mais la gauche est toujours alliée objectivement avec les mouvements de gauche et ne pouvait donc que s’allier avec le socialisme national de Hitler, pour lui laisser une chance d’exister. Elle veut bien aller en guerre, mais seulement contre les intérêts de la France.

        • Marco dit :

          « Mais la gauche est toujours alliée objectivement avec les mouvements de gauche et ne pouvait donc que s’allier avec le socialisme national de Hitler, pour lui laisser une chance d’exister »

          Vous en êtes encore à croire que le « socialisme » dans « national socialisme » était du socialisme ?
          C’est un truc qu’on vous explique au collège : c’était du populisme pour attirer les classes populaires vers le vote nazi. Un appât.
          Rien de socialiste dans le programme nazi. Ils discriminaient à tour de bras et prônaient la soumission de l’individu face à l’état ou plutôt au Reich (et à la race aryenne) : c’est bien de l’extrême droite donc pas socialiste pour un sou.

          • Soad dit :

            « du populisme pour attirer les classes populaires vers le vote »
            Tiens, bizarre, ça me rappelle quelque chose…

          • PK dit :

            « C’est un truc qu’on vous explique au collège : »

            C’est bien ce que je dis. Un moment, il faut grandir et devenir un homme; Le collège, c’est de la mise en boîte pour servir la soupe de l’EN.

            Sortez et allez vous confrontez à la vie. Lisez.

          • Marco dit :

            @PK : ce n’est pas du niveau coure de collège ou gavage de cerveau par les zélites comme vous le suggérez, je dis que c’est à partir du collège que les citoyens français comprennent ce qu’était le parti nazi et ses mensonges.

            Ce savoir est partagé par la quasi totalité des historiens. Il s’agit d’un savoir universitaire, documenté et faisant l’objet d’un consensus.

            Vous voulez le contester, soit, mais il va falloir avoir des arguments solides et non pas des « Sortez et allez vous confrontez à la vie. Lisez ».
            Un peu de sérieux et d’humilité, svp.

        • aleksandar dit :

          C’était en 1938 je crois.
          Daladier était partisan de la guerre.
          Mais arrivé a Munich il s’est aperçu qu’allemands, anglais et polonais s’étaient mis d’accord la veille et que les fameux accords de Munich étaient déjà imprimés.
          Sans les anglais, pas de guerre possible.

        • Oh, la belle rouge ! dit :

          « Mais la gauche est toujours alliée objectivement avec les mouvements de gauche et ne pouvait donc que s’allier avec le socialisme national de Hitler, pour lui laisser une chance d’exister. Elle veut bien aller en guerre, mais seulement contre les intérêts de la France. »

          C’est vous qui remportez la palme de la plus grosse du jour.

      • rainbowknight dit :

        ULTIMA RATIO mais faut il encore que le premier des français, celui qui a la responsabilité soit quelque peu doué de raison…. raisonnable.

  7. Pascal, (l'autre) dit :

    Tradition toute française de (re)découvrir au choix le fil à couper le beurre où ……………….l’eau chaude!

    • Jean le Bon dit :

      Pascal (l’autre): exact ! Objectivement, le retour de menaces de haute intensité ne date pas d’aujourd’hui mais à pertir de 2008 nous pouvions avoir des doutes sur la stabilité sécuritaire européenne à myen/long terme… Soit 14 ans exactement avant le 22 février 2022 ! Le temps de « revoir » la copie du format de nos armées et de revenir aux fondamentaux tels qu’exposés par le Général Beaudoin. Presque 2 ans 1/2 après le 22/02/22, à part la question des drones, rien de fondamental n’a changé dans la doctrine amenant à une inflexion à apporter avec les matériels idoines… S’ajoutent à celà une absence (de long terme) de moyens financiers… Et nous ne voyons rien venir de positif… La conséquence la plus évidente de tout celà sera l’éviction de notre pays de leader européen. Nous dégringolons « tranquillement » la pente.

      • Ceci cela dit :

        Ni le pronom démonstratif « cela » ni sa version familière « ça » ne prennent d’accent.

        La conséquence la plus évidente de tout cela.

  8. mich dit :

    « « en trente ans continus d’engagement en opérations extérieures, est passée insensiblement mais inéluctablement d’un corps blindé mécanisé au spectre complet à un corps expéditionnaire légèrement blindé à roue, à la mobilité très opérative ».  » ,donc avant 1990 nous avions un corps mécanisé complet ? sans trous dans la raquette ? je penses que certains on des trous de mémoires ,comme pour les autres systèmes il faut surtout savoir quel utilité de chacun pour notre défense dans les décennies qui viennent Ukrainne ou pas .

    • Arduin Angcam dit :

      Il pouvait y avoir quelques trous dans la raquette, mais il y avait 150 régiments de mêlée (chars et infanterie), donc de la masse et du muscle.

      • mich dit :

        Et en face il y avait quoi ? vous trouviez vraiment impressionnant nos 1000 AMX 30 , notre petit millier d’ AMX 10 P, nos 69 amx 30 bitubes , nos 116 roland …… (chiffres 83) , nous n ‘étions pas là pour tenir un front bien longtemps et cela s’est vu quand nous n’ avons pas pu déployer une DB complète pour DAGUET mais c ‘est normal au vu de la part consacré au conventionnel dans un budget de défense pas si élevé que ça face à la menace bien réel de l’autre coté du rideau de fer ,mais c ‘est vieux tout ça on a changé de temps ,fini la bonne vieille guerre froide !

    • ALAN dit :

      Le tournant a été la guerre du Golfe en 1990/1991. Nos dirigeants de l’époque venaient de faire le constat que l’armée de terre française, conçue pour contrer le Pacte de Varsovie, était trop lourde en tant que corps expéditionnaire. On a donc fait avec ce qui était disponible dans l’urgence. Et la décision de passer de la quantité à la qualité a été prise dans la foulée.

      • mich dit :

        Je penses que l’ on a surtout vu que notre « masse » issue de la guerre froide était un peu surcoté ,nous ne pouvions pas monter des opérations aussi lourde que celles qu ‘on pu mener les britanniques pendant les deux guerres du golfes et même en Afghanistan leur dispositif expéditionnaire était un cran au dessus du notre , bien sur ils ont fini par y laisser des plumes également ,quand à nous on ne peut pas dire que nous déméritions non plus mais comment avoir un déploiement mondiale presque aussi large que celui des USA sans des moyens qui vont avec c ‘était presque couru d’avance que nous allions dans le mur .Maintenant la guerre froide et les programmes issue de celle ci sont derrière nous , il va falloir penser à ce qui vient et ce n ‘est pas facile !

        • Cantatrice dit :

          S’il vous plaît. Quant à. Avec un t. Pas un d.
          Quant à = En ce qui concerne. Quand à = Lorsque à.
          Quant à nous, on ne peut pas dire que nous déméritions.

        • 2e groupe dit :

          Les programmes issus de celle-ci.

          Le participe passé « issu(e)(s) » est la seule forme conjuguée du verbe défectif « issir ».

  9. KOUDLANSKI Romain dit :

    On ne peut pas rebâtir en un claquement de doigts , ce qui à été démoli depuis environ 30 ans et la fin de la guerre froide .

  10. Thorgal dit :

    Et oui, encore et toujours la chapelle par-colo ou para-légion qui mène la danse dans l’AdT…
    Je ne remets pas en cause leur expertise professionnelle (encore heureux, me direz vous, j’en conviens), mais l’angle exclusif dans lequel elle s’exprime (pour résumer = « Afrique, Lunapark de l’armée de terre ») peut être potentiellement dangereux car à ressources comptées, il ne couvre pas, par effet d’éviction (un seul modèle d’armée) les autres champs conflictuels possibles.

    • Naoned46 dit :

      je pencherai plutôt pour para colo ,le nombre de Cema issus de ses rangs en temoigne comme en témoigne le fait que la colo est la seule à posséder en propre une brigade la 9 bima
      La Legion fait plutôt l appoint ,n’a pas de brigade spécifique alors quelle pourrait y pretendre ,à un Cema actuel issu de ses rangs mais à ma connaissance c’est le seul depuis des lustres
      Enfin la Legion est appréciée car capable de recruter rapidement et et en nombre
      exemple le 2 reg parmi les derniers crees et la 13 dble montée en puissance

    • rainbowknight dit :

      « Mène la danse » », vraiment ? N’est-ce pas un choix de raison dicté à nos armées par un paysage politique qui fait le même constat : l’ennemi puissant conventionnellement ne peut être vaincu que par une coalition à laquelle la France prend part.
      La France avait elle besoin d’une force coûteuse et nombreuse pour être projetée vers son dernier pré carré : l’Afrique…. ?
      Avec la fin de la France-Afrique il est aisé de critiquer et de formuler des observations pertinentes qui prennent leur sens en regard de la situation en Europe orientale…
      Les Armées sont d’abord le reflet des pensées stratégiques des responsables politiques et par là du choix des électeurs….

      • Thorgal dit :

        Je suppose que vous comme moi sommes allés en mission en Afrique.
        Pour ma part, en y réfléchissant posément, j’estime que mon action, ainsi que celle de mes camarades, n’a pas servi à grand chose pour faire avancer les pays concernés.
        Enfin si, cela m’a servi, de façon indirecte et très personnelle : quelques belles décorations et un bonus pour la retraite, sans oublier la solde OPEX, soyons lucide.
        Mais la défense de la France dans tout cela, me direz vous ? Tout cet argent dépensé en pure perte, là ou on aurait pu, par des investissements constants, entretenir une division blindée mécanisée taillée pour la haute intensité, mais aussi améliorer les soldes, primes, etc… ?
        Pas forcément pour s’en servir, mais pour être crédible et parler avec assurance dans le jeu diplomatique européen et occidental.
        Nos alliés le reconnaissent, l’armée de terre possède quelques belles pépites, mais le propre de la pépite est d’être rare et plutôt petite…

        • rainbowknight dit :

          Nous avons chez nos amis une considération réelle en raison de nos qualités et capacités , sans doute parce que notre « indigence » nous oblige à l’excellence….
          Le principe de l’iceberg : si nous voyons, observons le sommet nous ignorons beaucoup de ce qui se trame sous la surface. Sauf à s’immerger dans un « autre milieu » et découvrir des choses remarquables ou moins enthousiasmantes mais qui « normalement » doivent profiter à la Nation française …
          La France est à mon sens souvent meilleure et moins pire que ne peuvent l’être d’autres nations. Elle reste mon pays et j’en suis fier. Si d’aventure le sentiment de n’avoir pas su apporter à des pays amicaux une « aide » utile vous habite il vous faut abandonner cette idée. De part notre présence nous avons malgré tout permis un mieux être et donné un espoir à des populations qui auraient sans doute moins bien été choyées par des régimes très controversés. Nous n’avons ni les uns ni les autres à rougir. Mais les Armées ne peuvent tout faire particulièrement quand les deniers sont comptés…..
          Pour vous en convaincre voyez encore aujourd’hui comment les français et la France plus généralement sont considérés sur le continent africain. Nonobstant quelques anicroches ici ou là, entretenues par des puissances/régimes peu amènes envers nous, nous laissons des souvenirs majoritairement positifs….
          L’argent dépensé en pure perte ? Je ne le pense pas car la France s’inscrit dans un ensemble politique et économique plus vaste : l’Europe.
          De part notre Histoire qui d’autre pour mieux représenter cette Europe en Afrique ? Nos deniers vers et pour nos forces en mesure d’agir sur le continent . D’où des moyens adaptés et guère dissuasifs si nous avions eu à faire face à des forces conventionnelles plus européanisées…
          Chacun apporte sa pierre à l’édifice commun mais à ceci près que la France participe également par sa dissuasion à la protection de ses amis, voisins et alliés. Coûteuse mais indispensable dissuasion…..
          Cordialement

          • Par pare pars part dit :

            À part ça, on écrit « de part en part » et « de la part de », mais « de par notre présence » et « de par notre Histoire ».

            Cependant, l’Académie indique que l’emploi de la locution « de par » en dehors de sa signification première d’« au nom de » est une extension de sens abusive et que pour dire « en raison de », il est préférable d’utiliser « par », « du fait de » ou « étant donné ».
            https://www.academie-francaise.fr/de-par

            Par notre présence nous avons malgré tout permis un mieux être.
            Par notre Histoire, qui d’autre pour mieux représenter cette Europe en Afrique ?

          • Abbé Cherèle dit :

            « Moins pire » ne se dit pas.
            « Pire » est un comparatif qui signifie « plus mauvais » ; « moins pire » signifierait donc « moins plus mauvais », ce qui serait incohérent.
            https://www.academie-francaise.fr/plus-pire-moins-pire

            La France est à mon sens souvent meilleure et moins mauvaise que ne peuvent l’être d’autres nations.

          • rainbowknight dit :

            Je n’ai pas fait une filière littéraire et le français n’est pas ma langue maternelle. Je cherche à ne pas faire trop de fautes et à m’exprimer convenablement dans une langue au vocabulaire remarquable…
            Raison pour laquelle je vous remercie de reprendre mes erreurs. J’apprends toujours et encore …

  11. beber dit :

    Il faudrait commencer par avoir de vrai VCI, le VBCI c’est bien mignon, mais sans chenille ca n’ira pas loin dans la boue

    • Paul Bismuth dit :

      @ beber
      Cela fait partie des projets proposés ici:
      https://meta-defense.fr/2024/06/24/4-programmes-darmement-armees-industrie/

      Pas de défense sol-air et pas d’artillerie longue portée, tout cela ne changera pas avant 2040.

      • Fabien Tremm dit :

        Et en quoi ce qui se passe à Eurosatory, par des entreprises étrangères (CV90 Suède, ASCOD austro-espagnol, KF-41 Lynx et Boxer allemands) définit des programmes d’armement de la France. Votre article dit lui même que la France a un biais à l’encontre des blindés chenillés.
        Et quand la France parle du remplaçant du VBCI (déjà), ils décrivent un 8×8 avec un module comme pour le Boxer.
        Rien n’indique un vci chenillé avant l’arrivée du nouveau char, et c’est improbable que la France en commande.

        • Paul Bismuth dit :

          @ Fabien Tremm
          La France est désarmée depuis 1991, c’est malheureusement très documenté avec des petits sherpa au sourire satisfait bouffis d’orgueil nous disant à la télévision que tout a été fait pour qu’aucun retour en arrière ne soit possible.
          Nous achetons de plus en plus sur étagère, au point que mettre un coup de peinture sur une bagnole produite pour le marché thaïlandais d’un constructeur américain, auquel on rajoute quelques sacoches interieures pour y ranger un fusil allemand soit annoncé comme un produit « fabriquéen France ».

          Il n’y aura pas de VCI chenillé en France, car cela reviendrait à reconnaître tant d’impasses et de choix mortifères en toute connaissance de cause depuis tant d’années, en accélérant sur cette pente dangereuse encore plus malgré l’étrange défaite du COVID-19 et le retour de la guerre en Europe qui-n’arriverait-plus-jamais alors que l’Ukraine est là depuis des années.

          Ce qui est improbable c’est de se faire conduire vers la ruine en bêlant.
          Pourtant…

    • Qui ça ? dit :

      L’armée française se distingue des autres armées pour ne pas aimer les blindées chenillés. Elle préfère les blindés sur roues, culture des chevaux légers et de la coloniale oblige. Il n’y a quasiment plus que le char Leclerc comme engin chenillé dans l’armée de terre.

  12. ludo dit :

    En meme temps quand tu vois le Leclerc evolved ca donne envie 😀

  13. Le Suren dit :

    En gros, il faut multiplier par 2 pour la royale et l’AAE et par 3 pour l’ADT. Ca devrait être bon pour 2080.

  14. Xos dit :

    « Seulement, pour que l’armée de Terre puisse faire cette transformation, il faudrait consentir un effort budgétaire supplémentaire… »

    Pour avoir un aperçu de comment l’Etat utilise 1000€ d’impôts

    1) protection sociale 572€
    Retraites 262€
    Santé 195€
    Famille 41€
    chômage 33€
    Aide au logement 15€
    Autre solidarité 26€

    2) Dépenses sectorielles 156€
    Affaires économiques 58€
    Transport et équipement collectifs 47€
    Culture 26€
    Environnement 17€
    Infrastructure 8€

    3) Éducation 95€

    4) Fonctionnement des administrations 66€

    5) Régalien 60€
    Défense 31€
    Sécurité 25€
    Justice 4 €

    6) charge de la dette 28€

    7) Recherche 23€

    Source média. Actionnaire.

    • alors dit :

      Et vu que les français ne veulent pas qu’on réduise ce qu’ils reçoivent en aides ou en remboursement de soins, qu’ils ne veulent pas travailler plus longtemps et ne veulent pas payer plus d’impôts, on fait comment ?
      Après il faut aussi prendre en compte qu’il y a des prélèvements qui vont s’autofinancer, l’assurance maladie ce n’est pas le budget de l’état par exemple, idem pour tout ce qui va dans les collectivités locales et autres, ce n’est pas dans les mains de l’état.
      Ce sont donc des lignes budgétaires que l’on ne peut pas rediriger comme on le veut, ce n’est pas un pot commun qu’on divise. Quand vous payez la CSG sur vos revenus, ce n’est pas un impôt qui passe par l’état.
      On a un système social ou il y a beaucoup qui est donné et beaucoup qui est repris. L’argent tourne en rond, ce n’est pas de l’argent qui se créer ou qui se perd chaque année.

      La France a besoin de s’enrichir, pour cela il est plus intéressant d’observer le déficit commercial…

    • Hervé dit :

      Les retraites/santé/famille/chômage ne sont pas financés par les impôts mais par les cotisations des salariés, et ça n’a rien à voir avec le budget de l’État. Le budget de la sécurité sociales (branches CAF/CARSAT/CPAM) est d’ailleurs bien supérieur à celui de l’État.

      Il y a un discours ambiant consistant à assimiler les budgets de la sécurité sociale ou de l’assurance chômage à celui de l’État pour une raison tout à fait comptable : Ces organismes sont bien mieux gérés que l’État et on un ratio de déficit très faible comparer à celui de l’État. Donc les intégrer au budget de l’État aurait pour intérêt de faire baisser arithmétiquement le taux de déficit du budget de l’État.

  15. mike dit :

    @jack : le Général dit  » Force Leclerc plus importante » comme je le soulignais dans mon message précédent.
    Ce n’est pas contradictoire avec l’effort sur l’arme nucléaire et le SNLE . L’Allemagne n’a pas besoin de PANG vu son ouverture sur le domaine maritime

  16. Hironoda dit :

    Je suis toujours amusé par ces généraux qui dressent publiquement de « sévères constats » un fois arrivés en deuxième section . Que nous n’aurions pas aimé les entendre durant leur temps d’activité ! Mais il est vrai que, dans ce cas, ils ne seraient pas arrivés au niveau de grade et de responsabilité qui ont été les leurs. Carrière durant laquelle ils ont contribué, au moins passivement, au désastre. Affligeant.

    • ji_louis dit :

      Les militaires d’active sont tenus au devoir de réserve, et la sanction peut aller jusqu’à la radiation. Ceci expliquant cela.
      Le cas le plus connu est le général De Villiers (démission à quelques mois de la retraite).

    • Alfred dit :

      Pour avoir vécu cette période « de l’intérieur  » je dirai que les « introvertis » n’etaient pas plus appréciés que les « caracteres rugueux ». La carrière ultérieure se jouant souvent par le classement de sortie d’ecole, les stratégies d’affectation, l’élocution et les apparences, voire les affinités politiques. Le choix se résumait entre faire carrière, la fermer ou démissionner.

  17. Falajo dit :

    Oui enfin sauf a pouvoir reconstituer en continu ton stock de chars et tes hommes chair à canon comme la Russie, avoir 100 chars ou 200 ça ne changera pas grand chose devant 10 000 munitions téléopérées. Et 10 000 drones suicides ça coûte beaucoup moins cher. On pourrait commencer par ça non?

    • ji_louis dit :

      Mais face à l’artillerie et les munitions rôdeuses, on n’a pas trouvé beaucoup mieux qu’un blindé lourd (les bunkers sont « traités » à la bombe/missile de plusieurs tonnes d’explosifs.

  18. Bouvine dit :

    La création urgente et au détriment des autres capacité d’une division blindée lourde mécanisée est une connerie qui poursuit les mêmes visée funeste que le MGCS où le SCAF. Il suffit d’observer l’initiative SkyShield ou les exportations de Léopard 2 pour constater le caractère illusoire d’une telle démarche. L’Allemagne est LE partenaire crédible d’une défense de l’Est européen parce que chacun sait que l’Allemagne y a un intérêt suffisant : (proximité géographique, influence politique, rôle de sous-traitance pour l’industrie allemande …). L’Allemagne ne partage pas notre vision d’une Europe politique et considère l’armement comme une question commerciale ; cela quitte à organiser la dépendance de l’Europe à l’écosystème défense américain.

    De toute façon la France n’a pas la puissance économique ou militaire pour produire une force armée qui compte face à l’armée polonaise ou allemande. La seule chose qu’on puisse faire est de jouer la carte de la dissuasion nucléaire et d’avoir une offre défense suffisamment crédible pour convaincre le pays qui ne souhaite pas mettre tous leurs œufs dans le panier germano-américain.

    Nos VRAI intérêts étant du coté de l’Inde, de l’Indonésie, des Émirats, du Brésil … Bref au delà des mers. C’est pour ça qu’il faut certes avoir des capacités blindées lourdes destinées à faire face à différents scénarii d’engagement (Europe de l’Est, Guerre Urbaine, opération type « Tempête du désert ») mais que c’est moins prioritaires que la guerre amphibie par exemple. Sans être spécialiste, il semblerait que, dans le contexte budgétaire actuel, ça voudrait dire qu’on aura du mal à faire des choses sérieuse avant le milieu de la décennie 2030 pour notre segment lourd. Çà n’est pas idéal, on aimerait tous qu’il en soit autrement.En même temps ça n’est pas comme si on était la Pologne …

  19. Rakam dit :

    Quand il était aux manettes le Général n’a pas moufté..
    Toujours facile de découvrir après coup ce qui a son poste devait être évident..

  20. LucienB dit :

    Les Américains veulent fragmenter la Russie pour avoir accès à ses richesses minières. Et pour cela, ils comptent sacrifier l’Europe. Notre président, qui est un responsable américain, est obsédé par le déclenchement d’une guerre avec la Russie. Mais nous n’avons pas d’armées. Et même pas de munitions. Il semble qu’en France, les gens soient tellement inquiets à propos de leurs prochaines vacances qu’ils ne se rendent pas compte que notre pays, par la seule volonté de nos dirigeants, sera dévasté par une guerre mondiale.

    • . dit :

      En bon troll, tu devrais copier-coller ce texte dans l’article suivant [c’est fait] :o)

      L’Ukraine n’a pas de ressources minières vraiment intéressantes. Trouver un autre argument pro-Poutine…

      • Pascal, (l'autre) dit :

        @. « ’Ukraine n’a pas de ressources minières vraiment intéressantes. » Si quand même dans l’est du pays (dont le Donbass!)

    • Parabellum dit :

      Les drones changent beaucoup de choses.les russes ont perdu beaucoup de chars et sortent même les antiques t54…durée de vie d un char sans défense réelle anti drones ? Et on ira où avec des chars…? Silence nul des politiques sur le sujet défense.la marine elle doit être renforcée en sous marins pour protéger nos zée et accès.mais qui s en soucie,

    • ji_louis dit :

      Les américains NE VEULENT SURTOUT PAS d’une fragmentation de la Russie, à cause des armements nucléaires qui seraient éparpillée entre plusieurs entités, et parce que c’est la Chine qui dominerait tout les territoires ex-russes à l’Est de l’Oural et aurait un accès direct et quasi-exclusif à ses richesses minières et agricoles (ce qui est déjà presque le cas avec le rapprochement Poutine – Xi).

      • PK dit :

        Si, si ils veulent une fragmentation, mais sous leur contrôle, après avoir démantelé l’armée russe. Ils ne sont pas fous non plus 🙂

    • CzechMate dit :

      Merci petit vatnik. J’espere que tu touches au moins quelques roubles pour ces inepties.

    • Ctrl+C Ctrl+V dit :

      Vous n’allez quand même pas nous le copier-coller dans tous les articles ?

  21. ZoSo dit :

    Franchement l’opinion de ce général on s’en fiche, il n’a aucun pouvoir. Seul les politiques décident de l’achat de nouveau matos et la défense est absente des programmes des potentiel futures occupant de Matignon que ce soit le RN ou la NUPES 2.

    Donc des nouveaux Leclerc c’est pas près d’arriver…

    • Avenir du futur dit :

      Des potentiels futurs occupants ou des potentielles futures occupantes.

  22. Kardaillac dit :

    Vivement le retour de Donald Trump aux affaires, qui mettra nos dirigeants devant la glace.
    Sans un choc d’ampleur, ça ne bougera pas beaucoup chez nous. On n’a pas le rond !

    • J'exagère à peine... dit :

      Et encore… devant leurs glaces, nos dirigeants vont se dire… mais comme je suis grand et beau…

  23. Vequiya dit :

    Je ne comprends absolument pas son tacle sur les Griffon, Serval et Jaguar. Surtout si c’est pour mettre en avant le VBCI qui a été tant critiqué par les militaires qui ont opéré en Afghanistan ou au Mali.

    • VinceToto dit :

      Peut être y a t’il des traitres corrompus qui cherchent à refourguer des modernisations inadaptées à des prix exorbitants, énormes marges (que le gouv., médias et l’Etat essaye de cacher) pour de l’équipement en fin de vie qu’il faudrait changer pour être opérationnel.
      Objectif: faire payer des modernisations pour des véhicules bons pour la casse et inadaptés puis vendre du neuf après.

  24. Félix GARCIA dit :

    Déjà, avoir du sol-air dense avec les ASTER/MICA/MICA, du SATCP à coups de 40mm CTA et de 30mm (ARX30), pi une protection active « DIAMANT » partout (VBCI, Leclerc, JAGUAR, Griffon, Serval, EBG …), sans oublier des blindages « SPINELLE », ce sera déjà bien.
    Des MTO et des drones en pagaille aussi …
    Dans l’immédiat, ce sera déjà bien.

  25. Olivier dit :

    Je vais probablement me faire massacrer, mais je tente tout de même: a-t-on les moyens et le besoins de revenir à ce fameux format d’armée complète (bien que je ne connaisse pas sa définition)?

    A part certains très grands pays qui ont potentiellement la ressource démographique et économique (USA, Chine, Inde), est ce vraiment atteignable dans un contexte de plus en plus technologique et complexe (surtout si on ajoute l’espace et le cyber)?
    Surtout si nous tenons compte du financement du nucléaire et du GAN…

    En terme de menace, à l’Est, les « locaux » ont et auront suffisamment de blindés, ne devrions pas plutôt nous concentrer pour assurer le dénis d’accès mer et air ? Donc la marine, l’armée de l’air et de la DA multicouche ? Il me semble que c’est là où nous serions vraiment utile et où notre savoir faire est indiscutable.

    En terme de menace, sur l’indo-pacifique (notamment pour assurer la protection de nos territoires et donc se donner les moyens de rester neutre/indépendant le cas échéant), il s’agit d’assurer surtout une permanence mer et air couplée avec des forces terrestres projetables. On en fait quoi des Leclerc à Tahiti?

    Bref plus ça va et plus j’ai la conviction que nous devrions renforcer notre marine en bâtiment de rang 1 (et FDI grecques, pas française…) et donner de la masse à l’armée de l’air (y compris en projection). Puis transformer notre AdT en vrai armée expéditionnaire: des unités spécialisés, forte mobilité tactique, bien équipée (y compris pour le confort du soldat, on leur doit ça au minimum) et déployable rapidement. Donc du léger (Caesar, char léger, DA multicouche, MTO, etc.) avec la logistique qui suit.

    Dans cette approche, il me semble que nous serions plus efficace, plus utile, plus reconnu et que la marche semble moins haute.

    Je vais m’en prendre plein la tête, mais le format armée complète me semble in atteignable et même si atteint je doute de sa réelle utilité.

    • Flo dit :

      Je pense que c’est le pari de l’état actuellement.
      Personnellement je pense que cette vision a ses limites. La France est et restera un pays européen, si demain un conflit d’ampleur vint à arriver et la France ne met sur la table qu’une brigade à roulette on aurait l’air de quoi ?
      Tout est question de savoir si on veut être un allié crédible, une nation cadre oui ou non. La France ne sera JAMAIS une nation cadre sans être capable d’aligner une division blindée et de la tenir sur le temps long. Je ne crois pas un seul instant que les Polonais par exemple, mettraient leur troupe sous commandement Français, nous n’avons plus cette légitimité.

      • Olivier dit :

        Que va t on apporter avec 200 chars lourds que l’on aura mis 3 plombes à déployer? Si nous sommes en mesure de contribuer significativement à tenir l’air et la mer tout en apportant un soutien terre sur des capacités spécifiques, je ne crois pas que notre rang sera diminué. En Europe cela sera en coalition, donc réfléchissons dans ce cadre.

        Votre commentaire est vrai hors Europe, sauf que les chars lourds… on ne pourra pas les acheminer à l’échelle… donc il faut faire autrement.

        La perte de nos capacités blindés lourdes ne me réjouit pas du tout, mais j’essaie d’être pragmatique et de regarder le risque, la légitimité et la faisabilité en priorité.

    • Denis la Malice dit :

      Quand tu dénies l’accès, tu assures le déni d’accès.

      • JILI dit :

        Depuis le temps que cette vérité est dite, comme le Leclerc est un char exceptionnel créé pour affronter ceux des russes, et alors que non modernisé il est certainement le meilleur char au monde. Comment peut-on concevoir que toutes les machines outils le concernant ont été détruites, et il en a été de même de celles du Famas et de bien d’autres armes ultra performantes créées par notre pays. Jamais les allemands et d’autres n’auraient commis de tels actes qui reviennent à dire de détruire notre indépendance militaire et notre industrie car aujourd’hui nous les achetons à l’étranger, et avons obligés nos sociétés à se lier à ces sociétés étrangères. Bref, il est plus que temps de virer cette clique d’incapables qui mettent à mal notre armée, et par ces pertes industrielles endettent et détruisent notre pays!

        • J'y lis bien des choses dit :

          Un jour, vous nous direz qui vous voulez mettre à la place.

          • JILI dit :

            Seulement des personnes sensées comme on en trouve un peu partout dans notre société, et qui ne font pas passer leur ego et leurs idées dans des secteurs et domaines où ils n’ont pas la compétence nécessaire pour le faire. Donc qui ont une bonne vue d’ensemble pour évaluer correctement le présent, s’y adapter, puis y progresser en faisant évoluer le système. Ce qui revient à dire de ne pas amener le tout à la faillite ou à la régression. Bref, des gens comme cela, on en trouve beaucoup chefs les Chefs d’entreprises, diverses administrations, et quasiment tous les secteurs d’activité, et donc ce qui revient à dire que comme dans notre passé glorieux, ce genre de personnes dites compétentes doivent pouvoir accéder aux postes qu’ils sauront gérer avec efficacité, et bien sûr qu’il faut rétrograder à un rang inférieur tous les bureaucrates et technocrates qui amènent incessamment notre pays à l’Echec!

          • J'y lis bien des choses dit :

            @JILI
            Généralités que tout cela. Qui ?
            Concrètement, quel chef d’entreprise mettez-vous à la tête du ministère des Armées ?

    • ji_louis dit :

      La Marine et l’Armée de l’Air font du soutien ou du déni, seule l’Armée de Terre peut occuper le terrain. Sans AdT capable, le politique ne peut prendre aucune décision autonome (c’est à dire hors coalition).

    • olgi dit :

      Je trouve le raisonnement plutôt bon.
      Puisque tout le monde parle de coalition, face à l’Est on ne sera pas en première ligne. Donc on peut réfléchir à une autre approche de notre rééquipement à court terme
      Au pire on sera 2 à s’en prendre plein la tête

    • Convertor dit :

      Je partage votre analyse. Mais il reste un gros problème pour nous concentrer seulement sur ce que nous savons bien faire : quelle solidité cette répartition des tâches aurait en Europe ? Pourquoi par exemple, les Polonais accepteraient de ne se concentrer que sur le « bas de spectre » en renforçant seulement leur AdT ? Pour que l’Europe transforme son statut de puissance économique en puissance militaire, il sera plus rapide (à mon humble avis) que chaque nation prenne une part équitable de la charge, en termes d’armes, et aussi de risque de bain de sang … Et donc crée ex-nihilo (ou presque) un commandement politique, indépendant des aléas politiques US de préférence …
      C’est aussi peut-être (juste une hypothèse!) cette dimension européenne qui a manqué à nos Etats-Majors, mais c’est si difficile de sortir du cadre de pensée dans lequel on a grandi.

      • Olivier dit :

        Merci.

        En fait j’ai tendance à penser que la répartition est déjà faite: la suède (SaaB) et la Finlande (Patria) sur les équipements grands froids et rustiques (ce n’est pas péjoratif, je rêve d’un accord Suède/France sur la chasse), l’Allemagne sur les blindés lourds et l’artillerie, la Pologne avec une approche licences, etc. Ensuite il y a et il y aura toujours du recouvrement. La France doit donc prendre le contre-pied: des faits (prépositionnement de forces) plutôt que des annonces, se tenir la tête haute, des partenariats bilatéraux solides (CAMO), etc. On voit les effets avec le Caesar, le Grèce, etc. La consolidation se fera par l’export (cf le Leopard). Si des alliés montent dans le spectre avec du matériel français, qui pourrait s’en plaindre?

        Je ne crois pas en un commandement intégré autre que par l’OTAN, car celui-ci ne réclame que peu de renoncement sur sa souveraineté (c’est d’ailleurs en partie pour cela que l’OTAN fonctionne et pas l’Europe de La Défense), il suffit « juste » de lâcher du pognon aux américains… sauf que celui ci est soumis aux aléas de la politique intérieur des USA donc sa stabilité est relative. Je penche plutôt sur faire grossir des partenariats bilatéraux, la France a de bons exemples avec la Belgique, la Grèce et dans une moindre mesure l’Italie. Il manque pour moi Saab. Une défense cohérente au niveau européen ne peut pas passer par l’abandon de la souveraineté, surtout pour la France du fait du Nuc, il faut trouver donc autre chose. Et je n’ai pas de problème à ce que l’Allemagne fasse de même avec le Leopard (d’ailleurs c’est déjà fait).

        L’Union Européenne est un projet politique civil et structuré en tant que tel, fondé sur l’intégration. On peut pas lui rajouter comme cela le volet militaire, il n’y a pas le bon schéma de pensée. Bien ou mal, je ne sais pas, c’est juste une réalité.

        Ensuite il ne faut pas imaginer que les plaies du 20ème siècle sont toutes cicatrisées: la Pologne n’a pas confiance dans les USA, c’est juste qu’elle a encore moins confiance dans l’Europe et les russes (l’histoire lui donnant quelques raisons valables: abandonner en rase campagne par la France et l’Angleterre, massacré à tour de rôle par l’Allemagne et la Russie); les états baltes sont tétanisés par la Russie tout comme la Finlande, rien n’est réglé dans les Balkans… donc construire le volet militaire autour de l’UE est impossible… et le paradoxe c’est que nous sommes dans l’urgence, alors que la confiance et les alliances demandent un temps long…

        Le rêver d’un équilibre relatif par un monde multi-polaire s’est effondré le jour où la Russie a envahi l’Ukraine: elle est maintenant sous la coupe réglé de la Chine… donc bloc USA vs bloc Chine pour faire simple. Ce qui fait que l’instabilité va empirer. Le rapport avec notre discussion et ce article: arrêtons les plans sur la comète, du réalisme et des faits.

        • Tenue dit :

          Revenez nous parler plus souvent.
          On peut probablement ne pas être d’accord avec vous, mais vos propos sont articulés et leur ton n’est pas polémique, ce qui est très reposant.

    • Olivier dit :

      Je vais préciser ma pensée: je n’ai pas de joie particulière à ce que l’AdT ne puisse pas aligner une grande force blindée lourde.

      Je suis joueur ce soir…

      Je vois simplement les choses sous un autre angle:
      – A-t-on les ressources économiques disponibles à court terme (il ne s’agit pas que de l’acquisition, mais aussi la formation, la maintenance, l’équipage, etc.)? Sans faire de plan sur la comète ou de supposition sur qui gagnera ou pas cette élection, puis celle d’après, etc.
      – A-t-on la démographie nécessaire pour absorber l’accroissement nécessaire en ressource humaine (pour mémoire les armées sont déjà en lutte pour recruter à iso-périmètre)? Un effort peut et doit être fait sur l’attractivité, mais est ce que cela sera suffisant… a-t-on la taille de nos ambitions?
      – Qu’est ce qui fait la crédibilité militaire de la France? La qualité et l’abnégation de nos militaires, la qualité de certains matériel dont un bon indicateur est l’export (rafale, fdi, sna, caesar, radars, certaines munitions, nos blindés légers) et notre expérience. Typiquement notre armée de l’air et notre marine sont parfaitement respectées et ce malgré leurs problèmes de masse considérés comme du rang 1.
      – Quel est notre risque? J’en ai déjà parlé précédemment.

      Du coup, il me semble intéressant de considérer une approche par différentiateur plutôt que de vouloir copier « bêtement » sans en avoir les moyens.

      Donc:
      – Renforcement de l’AA en masse (potentiellement au travers de la dronisation, Dassault est déjà au travail), augmenter notre capacité de projection (A400M, MRTT et éventuellement un petit A400M), réfléchir à une approche avec la suède (ils nous fournissent du chasseur rustique et léger que l’on équipe, on leur fournit du chasseur lourd qu’ils équipent) afin d’avoir un peu plus de flexibilité sur l’emploi (et arrêter d’employer du mirage à bout de souffle ou du rafale pour tout et n’importe quoi)
      – Renforcement de la marine en masse et en armement, dronisation, éventuellement améliorer la projection (BPA supplémentaire ou des version intermédiaires)
      – Spécialisation de l’AdT là où nos alliés sont faibles et là où sont nos besoins: artillerie (avec pour reprendre l’idée de Fabrice Wolf, compléter le spectre par le bas avec du 105 sur chassis 4×4 avec l’électronique du caesar) projetables, DA (dont les drones avec par exemple du rapid fire), blindés légers projetables, FS, aéroportées, hélico voir un char léger, MTO, missiles longue portée

      Dans tous cela, il n’y a rien qui soit hors de portée: nous avons la BITD et le savoir faire opérationnel pour la mise en oeuvre. Il s’agit soit de produits existants soit déjà en développement. On valorise nos points qui sont déjà forts on ne court pas après un rêve d’une grandeur passée.

      Je suis prêt à prendre le pari qui si demain nous sommes prêt à tenir disponible en permanence: un couple FDI/SNA en baltique, deux couples similaires en Méditerranée tout en assurant la protection de la façade atlantique (de la manche à Gibraltar… de toute manière pas le choix avec nos SNLE), 4×12 rafales (avec armements et sous une bulle SAMP/T) répartis sur la frontière est (voir en Grèce) et de fortes capacités de projection de troupes spécialisés (artillerie de différentes portées, appui feu MTO/Hélico/drones, radars, etc.…) l’effet dissuasif conventionnel sera bien là et nos alliés se moqueront éperdument que nous n’ayons pas de blindés lourds (sérieusement j’ai beaucoup trainé à l’OTAN et je vous assure que l’on attend pas la France sur les chars lourds). Parce que nous pouvons offrir ce que les autres ne peuvent pas et c’est là-dessus qu’il y a un rang à tenir. On combine cela à notre force nucléaire dont le PR a, enfin, remis du flou dans son emploi (avec l’introduction que l’Europe peut faire partie des intérêts vitaux de la France) – alors on est d’accord cela a été fait n’importe comment mais message entendu – c’est pas 400 chars qui vont changer quoique ce soit (laissons ça à la Pologne et à l’Allemagne).

      De plus on conserverait une capacité de projection forte (GAN, BPA, armée de l’air) pour le théâtre indo-pacifique. Bien que je préférais l’installation d’un port militaire digne de ce nom (FDI, SNA et BPA à demeure), d’une vrai base aérienne en NC et d’un corps expéditionnaire.

      Arrêtons de rêver, accélérons là où nous sommes bons et où notre excellence est reconnue. Réfléchissons au théâtre indo-pacifique. Obtenons une partie de la masse par les drones. Si conflit dans cette zone, le seul moyen de rester maitre de nos décisions est d’être crédible sur place (rappelons nous de la 2 GM et du comportement américain par rapport à nos emprises pacifique) et les chars, on s’en fout… Et comme il y a de fortes chances que si conflit, cela soit un conflit de bloc… on n’y échappera pas.

      Ensuite je vais ajouter les points suivants:
      – On confond survivabilité et blindage en se basant sur les chars de Tsahal… qui pour seule survivabilité ont leur blindage car difficile de détecter quoique ce soit ou de manœuvrer au milieu des rues de gaza. Pour reprendre FB, une motorisation hybride (le couple) et une détection solide permette non pas de survivre à l’impact mais d’éviter l’impact… oui on peut faire autrement…
      – J’ai regardé rapidement: un BPA peut embarquer 59 blindés dont 13 Leclerc, admettons que l’on puisse monter à 26… combien de rotation pour avoir une masse suffisante sur un théâtre hors Europe? Et comme j’ai dit en Europe personne n’a jamais demandé à la France quoique ce soit sur ce sujet…
      – Pour info, on n’a pas la logistique américaine… déployer c’est beau, tenir c’est mieux
      – Nous sommes la profondeur stratégique de l’Europe, il faut aussi réfléchir en terme de capacité de soins, de production de munitions et d’équipements (radar notamment)… ça tombe bien après des années d’errances, la situation semble (je dis bien semble) s’améliorer.

      Je pense avoir fait le tour de toutes les bêtises que je voulais raconter.

      • Qui qu'ils fussent dit :

        Ce ne sont pas 400 chars qui vont changer quoi que ce soit. Pas « quoique ce soit’.
        Difficile de détecter quoi que ce soit. Pas « quoique ce soit’.
        Personne n’a jamais demandé à la France quoi que ce soit sur ce sujet… Pas « quoique ce soit ».

        Écrit en un seul mot, « quoique » signifie « bien que » ou « encore que » et n’a donc pas sa place dans les phrases précédentes.
        https://vitrinelinguistique.oqlf.gouv.qc.ca/21571/la-grammaire/les-homophones-grammaticaux/les-homophones-quoique-et-quoi-que

      • Avekoucenzeh dit :

        Le verbe « voir » ne signifie pas « et même ». C’est l’adverbe « voire » qui a cette signification.

        … hélico, voire un char léger.
        … répartis sur la frontière est (voire en Grèce).

      • Bazdriver dit :

        @Olivier. Parler de profondeur stratégique de l’Europe de l’Ouest sans y inclure les Britanniques me paraît difficile.

  26. Le Chouan dit :

    Enfin un général lucide !
    Aller, deux divisions supplémentaires, une d’infanterie mécanisée et une blindée + les infrastructures qui vont avec .
    Pour le combat de l’avant, 450 Leclerc NG, 250 blindés RC canon de 120 mm, 150 canons automoteurs de 155 mm (sur châssis Leclerc), 1500 blindés d’accompagnement chenillés et 100 véhicules AA.
    Le tout prêt pour 2035 !

    • Thierry le plus ancien dit :

      Y’a plus de temps à perdre, il nous faut tout ça d’ici 3 ou 4 ans maximum, et c’est déjà tard, des mesures d’exceptions s’imposeront.

    • guilhom dit :

      2135 plutot…
      le temps de monter les usines
      recruter le personnel des usines
      former le personnel des usines
      ouvrir des casernes
      recruter les militaires et les former

      on saura déjà parler russes bien avant et on sera déjà en train de monter des T80 en siberie…

    • Vieille suspente dit :

      Pouvez vous me dire par quel trou vous sort tout ce pognon ? Et 2035 au bas mot… 11 ans pour développer cela et le produire…

  27. phil135 dit :

    on pourrait imaginer relancer une fabrication genre leclerc+ ou embt puis la basculer en mgcs quand les études seront finies.
    fabriquer 200 chars pour « rien » (en fait pour deja augmenter le format des forces) sera toujours moins couteux que de perdre un conflit

    • tow dit :

      Ce n’est pas 200 chars de plus qui va nous faire gagner ou perdre une guerre.
      Il est très important de comprendre la position de la France, c’est à dire un pays qui a un potentiel nucléaire qui lui garantira toujours une protection face à un envahisseur. Nous ne sommes pas l’Ukraine, nous ne sommes pas Taiwan, la Pologne ou la Corée du Sud. Nous sommes un pays qui n’a aujourd’hui aucun ennemi à nos frontières ni même au-delà. Qu’il y ait des tensions diplomatiques de temps en temps ne va pas amener à une guerre, nous ne sommes plus au temps des royaumes ou on se faisait la guerre pour un mot de travers, des guerres bien souvent « familiales ».
      La France si aujourd’hui ne se cherche pas d’ennemis ou ne veut pas s’engager dans un conflit, nul ne ca la forcer et ça ne ca pas lui faire perdre la guerre. Comme pour la Russie, cette guerre contre l’Ukraine, elle en est responsable, elle est allé la faire et ne voyons pas son effort de guerre comme si elle serait la victime, pas plus que les américains en Irak. Elle ne serait pas allé lancer sa guerre, ce n’est pas les Ukrainiens qui seraient venus dans ses frontières.
      On est donc dans un scénario où on peut toujours choisir d’éviter la guerre et dans un scénario où ceux d’en face , en raison de notre potentiel nucléaire, savent qu’ils ne peuvent pas pousser trop loin, que même s’il se dit qu’il pourrait sur l’instant prendre un avantage à un instant, qu’il ne pourra pas pousser son avantage plus loin.
      Ils savent aussi qu’attaquer la France revient à attaquer l’occident, l’Otan, les alliés ne sont pas de la décoration.
      Les pays qui rejoignent l’Otan le font pour une bonne raison et ce n’est pas celle de rejoindre un club qui aurait vocation à envahir la Russie, n’en déplaise à la propagande du Kremlin qui joue à la citadelle assiégée pour justifier d’une peur et d’une politique dure, militariste, autoritaire.
      Donc non, on ne déclenche pas des guerres sans raisons et à l’emporte pièce contre n’importe qui. Le monde change et a changé, la France n’évolue plus dans le même contexte que par le passé où on pouvait du jour au lendemain faire la guerre à l’un de nos voisins. Certains semblent recruter cette belle époque, continuant de détester les allemands, les anglais ou d’autres.
      Mais pensez vous sérieusement que si des pays qui parfois n’ont même pas le centième de nos moyens militaires ne sont pas plus en danger que ça.
      Pourquoi donc ça t’on imaginer la Chine envahir un territoire français, donc de déclarer la guerre à une puissance nucléaire et militaire qui est moin d’être ridicule, faire la guerre à l’occident, l’Otan et tout un tas d’autres nations qui soutiendront ce bloc alors qu’on va avoir des pays sans alliés, bien plus simples à envahir auparavant comme la Mongolie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et d’autres ? Quel est sincèrement le bénéfice d’une telle guerre? Le jeu n’en vaut pas la chandelle, il n’y aucune légitimité et dieu sait que c’est important dans la guerre et sur sa suite…

      • Petit Gibus dit :

        « ne voyons pas son effort de guerre comme si elle serait la victime »

        Après « comme si », c’est normalement l’imparfait ou le plus-que-parfait de l’indicatif qui est employé.

        Ne voyons pas son effort de guerre comme si elle était la victime.

  28. KEL-TO dit :

    bon je sais je suis monomaniaque , ou allez vous trouver OU les gus pour tout ça , combien il manque d’effectifs au recrutement pour l’ adt
    en 2023/24 1000 /2000? mmm?

    • KOUDLANSKI Romain dit :

      C’est pareil il faut les infrastructures aussi , pour accueillir les soldats et engins blindés .

  29. Thierry le plus ancien dit :

    Un effort budgétaire serait plutôt indolore si on commence à taxer Bolloré et ses petits copains du 1% des français qui possèdent quasiment toute la France y compris les médias et qu’ils choisissent même les candidats à coup de temps d’antenne et promotion gracieuse non facturé mais remboursable au centuple une fois élu…

    Des Navires de guerre plutôt que des super méga yachts, des avions de chasse plutôt que des jets privés, les chars lourds plutôt que des voitures de sport à 1 million d’euros pièce. Totalement indolore pour le contribuable ordinaire qui trime trop.

    Aujourd’hui c’est toujours la plus grande bataille de char qui décide du vainqueur de la guerre, et la Russie n’arrive pas se remettre de ses pertes en la matière ce qui plombe toutes ses offensives même quand les ukrainiens sont affaiblis.

    L’arme blindé c’est le fer de lance d’une armée moderne, les drones peuvent prélever leur quotat de perte s’il n’y a pas de véhicule de défense anti-aérienne en accompagnement mais si les chars sont aussi accompagnés d’infanterie motorisé, de blindés léger en seconde ligne et bénéficier d’une couverture aérienne et d’un soutient d’artillerie, alors rien ne peut les arrêter et vous gagnez la bataille et aussi la guerre.

    Bien entendu comme il est si bien dit dans l’article, il faut avoir un nombre suffisant de blindés, on n’attaque pas avec 50 chars si l’adversaire en a 500 !

    • Achille-64 dit :

      Bien d’accord sur les 2 premiers paragraphe.
      Sur le 3ème:
      « Aujourd’hui c’est toujours la plus grande bataille de char qui décide du vainqueur de la guerre, et la Russie n’arrive pas se remettre de ses pertes en la matière ce qui plombe toutes ses offensives même quand les ukrainiens sont affaiblis. »
      Je ne sais pas pour la ‘plus grande bataille de char’, mais j’ai une idée sur l’affaiblissement des Ukrainiens.
      Dans une guerre de position, ils se font hacher par l’artillerie russe.
      Avec la transparence du champ de bataille (vu de haut), il semble impossible de mener une grande offensive.
      Les Ukr ont essayé et ils se sont vautrés.
      En effet, le temps de concentrer la masse, celui d’en face a latitude pour concentrer ses défenses.

      Le prochain qui tentera une grande offensive perdra 100 000 soldats.

    • alors dit :

      Et pourtant ce n’est pas le nombre de chars que la Russie dispose qui lui permet de dominer la situation.
      La Russie a peut être 5000 chars, mais ils attaquent avec 4-5 d’entre eux sur un point, la réalité de la guerre c’est ça, ce n’est pas Koursk où on va avoir une bataille de chars rangés et ou effectivement la quantité est déterminante.
      Aujourd’hui un petit drone peut foutre un char au tas. Une mine, un missile, un obus d’artillerie, une roquette peut le détruire. Pourtant certains continuent avec le classique combat de char, on continue de croire que celui qui a le plus de chars dispose de la meilleure armée, donc qu’il va gagner en cas de guerre.
      Pour certains il est inconcevable d’imaginer qu’une armée sans chars puisse en stopper une qui en disposerait en très grand nombre.

      Tant que cet aspect militaire n’est pas pris en compte, on continuera de faire du char un élément bien trop déterminant sur l’issue d’un affrontement.
      Le char n’est qu’un truc parmis d’autres trucs mais c’est bien l’ensemble de ces trucs, leu complémentarité, leur coopération qui va en faire l’efficacité.
      Le renseignement est peut-être moins visible qu’un char, mais il permet de gagner plus facilement un combat. Vous pouvez toujours balancer des chars à l’aveugle des positions ennemis, mais ne soyez pas surpris du résultat. Un bon renseignement conduit à avancer en combattant le moins possible, il conduit à frapper l’ennemi au loin (aviation, artillerie…) sans exposer ses forces. Croire que dans les temps modernes on va percer des lignes comme il y a 80 ou 110 ans c’est une belle connerie. Chaque combattant est en quasi capacité de mettre au tas un char, il n’y a pas besoin d’avoir des chars pour détruire ceux d’en face. On ne roule plus sur l’infanterie avec la cavalerie.

      La plus belle des victoires, c’est celle ou vous allez vaincre l’ennemi sans le combattre. Quand vous vous engagez dans une guerre ou l’usure des forces devient un critère déterminant de victoires, vous avez déjà perdu.
      C’est tout le problème de l’attaquant, rarement il ne gagne à l’usure sur le long terme, aussi gros qu’il puisse être, toutes les guerres d’agressions finissent mal quand elles s’éternisent et se jouent à l’usure. Il ne peut y avoir qu’une victoire à la Pyrhus.

      • C'est quoi que je vous cause en rapport avec dit :

        Et pourtant ce n’est pas le nombre de chars DONT la Russie dispose qui lui permet de dominer la situation.

      • Thierry le plus ancien dit :

        Le renseignement c’est certes vital pour une armée mais ça n’est pas suffisant pour percer le front, même en supposant que vous arriviez à identifier un point faible dans les lignes adverses, avec quoi allez vous attaquer si ce n’est pas des chars ????

        Des drones ou des missiles ? ils ne tiennent pas le terrain, car il ne suffit pas de détruire l’ennemi, il faut aussi occuper le terrain ou l’ennemi va certainement contre attaquer pour le récupérer.

        Si vous lancez des offensives sans occuper le terrain alors vous ne gagnez pas, vous gaspillez vos munitions.

    • Abbé Cherèle dit :

      Un quota : leur quota de pertes.
      https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9Q0316

      Coter : tu cotas, il cota ; qu’il cotât.
      https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9C4451

      Quotter : tu quottas, il quotta ; qu’il quottât.
      https://www.littre.org/definition/quotter

  30. PHILIPPE dit :

    Constat désolant !
    Soyons positifs il faut que les responsables actuels nous expliquent leurs priorités pour remonter correctement la pente.

  31. Flo dit :

    J’ai du mal avec cette critique du programme Scorpion, ces véhicules sont avant tout des transports de troupes, ils ont pas vocation à faire du combat Mécanisé de première ligne à proprement parler donc ce défaut de blindage est à mon sens pas un sujet.

    En revanche :
    – Revoir la flotte de chars : Impératif absolu, mais on dirait pas qu’on se dirige la dessus
    – Pourquoi pas lancer un programme chenillé en coopération avec les Suédois, on fabriquerait des CV90 sous licence en France avec des tourelles 40CTA pour équiper nos 2 brigades blindées.
    – Revaloriser le VBCI, produire des variantes, améliorer ses capacités…je suis persuadé qu’avec un bon dépoussierage il est loin d’être aussi mauvais qu’on le dit.

    • PK dit :

      Le problème est qu’il y a un énorme trou capacitaire. L’armée peut transporter ses troupes, peut taper un avec un (petit) poing blindé, mais ne peut faire de l’infanterie mécanisé de combat (l’accompagnement du char de combat).

      Or, un char sans soutien, c’est un tas de ferraille qui brûle très vite. Donc il manque un moyen de soutien mécanisé, rôle dévolue il y a longtemps à l’AMX10 et que le VBCI ne peut remplacer à cause de son train roulant (même si c’est mieux que rien : il peut au moins servir à certains endroits, en zone urbaine pas trop en ruine).

      Techniquement parlant, l’armée de terre française est dans l’incapacité de soutenir un vrai combat. Mais chut, hein, on est prêt pour la haute (branlée) intensité…

      • Flo dit :

        Oui c’est pour ça que je parle de produire le CV90 en France qui me semble parfait pour combler ce trou capacitaire !

  32. leo dit :

    Il me semble que les chars servent à effectuer une percée dans un dispositif adverse fortement défendu. Face à la Russie, leur emploi impliquerait soit une offensive en territoire russe (en principe exclu, car l OTAN se situe dans une posture défensive), soit une offensive pour reconquérir un territoire conquis par la Russie.; dans ce dernier cas, ne vaudrait il pas mieux miser surtout sur une défense très forte afin de ne pas retrouver en position de devoir récupérer du terrain perdu?
    Il me semble que dans un conflit contre une Russie très aguerrie à l utilisation de drones et conservant une artillerie très forte, les pertes seraient insupportables pour l armée française.
    La priorité doit être à la défense antiaérienne, l artillerie de masse et l aviation pour casser tout début d offensive, l emploi de drones terrestres qui pourraient compenser par une distance d approche bcp plus courte un armement plus léger qu un char.
    De manière plus générale, il faut mettre sur pause tous les programmes coûteux de matériels qui semblent remis en cause par le conflit Ukrainien: navires notamment; et à quoi peut bien nous servir un PANG, alors que nous n avons plus les moyens financiers d intervenir loin?
    La priorité est de fournir les Ukrainiens en armement de façon à ce qu ils parviennent à épuiser la Russie et si possible y provoquer une inflexion politique. C est la meilleure manière d assurer la défense de l Europe vis à vis de la Russie.
    Ensuite il faudra assurer une défense antiaérienne très dense de l Europe, sans quoi rien ne sera possible (je doute que la volonté de résistance de l Europe face à la Russie puisse tenir quelques jours si nous subissions des attaques de S300, Toshka, Shahed comme l Ukraine).

  33. baldin dit :

    Une commande minimale et immmediate de 120 Leclerc Evolution (idealement 200) ouvrirait le marché export qui pourrait amener 200 unité vendues en export, ceci relancerait l industrie du char lourd en France , pile au moment le marché en demande ce qui changerait versus le Leclerc qui est arrivé trop tard. Il faudrait que l etat major de l armée nomme des généraux issus des forces blindées

  34. benoit dit :

    Il faut savoir reconnaître ses erreurs et revenir à la conscription c’est tout.
    Pour le matériel il faut le commander et étaler les commandes sur des dizaines d’années et stocker c’est tout.
    Cela coûtera oui mais pas tant.

    Il faut garder un centre de professionnel qui s´amuseront mais surtout former des cadres conscrits qui passé le choc initial permettront à la France de tenir sur la durée.

    Malheureusement les budgets sont ventilés ailleurs et surtout le choix d’une armée embryonnaire nous à conduit à acheter des matériels trop chers et trop techniques.

    Tout est histoire de compromis… Certaines armes ont besoin d’être au top d’autres peuvent se contenter de la rusticité mais toutes ne sont que des consommables.

    • KEL-TO dit :

      bonjour , la conscription ? vous allez adorer quand la faune des quartiers vas squatter vos casernes

    • KOUDLANSKI Romain dit :

      Les appelés tu les mets ou ? Vu que lors des dissolutions des régiments , beaucoup de casernes ont été démolies , pour être reconverties .

  35. s dit :

    bon courage après des décennies de coupes budgétaire , une armée zombifiée, de faux ennemis russes alliés des Français qui souffrent de leurs vrais ennemis de l’intérieur au sommet de l’économie et des finances du pays..

  36. Desplanque dit :

    Le mieux c est la paix. mais je vois sur les sms de tels défaitiste c est sur que l on ne gagnera jamais. en 1914 nous n étions pas prêts. en 1940 encore moins. alors aujourd hui n en parlons pas. MAIS……..les ukreniens avec leur petite armée résiste depuis plus de 2 ans. avec de l armements que les pays envoies qui sont obsolètes. et qui résiste toujours à l envahisseur. c’est sur ils ne sont pas comme nous ils défendent leur pays. chez nous il n y a que des peureux qui ne pensent que l’on n arrivera pas à une guerre de haute intensité. mais si cela arrive ce que je ne souhaite pas il faudra bien se retrousser les manches et arrêter de pleurer. en 14 …en 40….malgré ce manque de matériel on c est battu. depuis 1870 on n’a jamais été prêt. car nos dirigeants croyaient gagner avec un tank un canon 3 avions et200 hommes. que des nuls et c’est encore pire aujourd’hui……nous sommes un pays sans volonté et c’est triste de voir cela…….

  37. Phil dit :

    Curieux, c’est toujours quand ils sont retraités qu’ils la ramènent, nos chers généraux ! Pendant leur temps, c’est des béni ouioui. Tartuffe !

  38. Alex dit :

    Ça me fait rire ces « experts » tellement formatés par les règles du présent qu’ils sont incapables de s’adaptés à l’avenir. L’avenir se sera des nuées de milliers de drones à bas coût et dopées à l’IA, pas des gros chars à 2 millions d’euros qui se retrouvent hors services face à un drone explosif à 300 euros comme ce qu’il se passe actuellement déjà en Ukraine.