Pour le chef d’état-major de l’armée de Terre, la « masse » n’est pas un sujet tabou

Après l’implosion de l’Union soviétique et la fin de la Guerre froide, la question de la « masse » ne s’est plus posée, les forces armées occidentales ayant privilégié la supériorité technologique [c’est-à-dire la qualité] aux dépens de la quantité. À vrai dire, ce choix a été le plus souvent dicté par des contraintes budgétaires… En tout cas, il s’est traduit par la suspension de la conscription dans plusieurs pays, dont la France.

Seulement, cette période n’a été qu’une parenthèse, le contexte actuel étant marqué par le retour de la compétition stratégique entre les puissances, la contestation du droit international et la guerre. Les dépenses militaires sont reparties significativement à la hausse et la question de la « masse » est de nouveau sur la table. Et cela d’autant plus que l’Otan encourage ses 32 États membres à renforcer leurs forces armées tant au niveau capacitaire qu’à celui de leurs effectifs, son objectif étant actuellement de pouvoir mobiliser plus de 300’000 hommes en moins de 30 jours.

D’où la décision de quelques pays de rétablir la conscription qu’ils avaient suspendue, afin de pallier, pour certains d’entre eux, leurs difficultés en matière de recrutement. Tel est le cas de la Lituanie, de la Suède, de la Lettonie et, plus récemment, de l’Allemagne. Le débat sur le retour du service militaire est ouvert en Pologne, en Roumanie et même au Royaume-Uni.

Pour le moment, en France, l’armée de Terre se tient à l’écart de cette tendance. Cependant, en 2015, elle avait déjà bénéficié d’une hausse assez substantielle de ses effectifs après la décision de porter sa force opérationnelle terrestre [FOT] de 66’000 à 77’000 soldats, afin de lui permettre de mener l’opération intérieure Sentinelle. Mais, à l’heure actuelle, il n’est pas question d’aller plus loin, même si le sujet de la « masse » n’est pas tabou. C’est en effet ce qu’a expliqué le général Pierre Schill, son chef d’état-major [CEMAT], dans les pages du numéro 96 de la revue DSI.

« La résurgence de la concurrence stratégique entre grandes puissances et du combat de haute intensité que des États envisagent impose de se poser de nouveau la question de la masse. Il ne s’agit pas ici d’opposer, mais bien d’équilibrer le rapport entre quantité et qualité, avec la conviction que le fil directeur de la réflexion réside dans la cohérence », a d’abord affirmé le général Schill.

Cela étant, les termes de ce débat se posent différemment en France, où le modèle d’armée, « complet », repose sur la dissuasion nucléaire, censée garantir l’intégrité de son territoire et, plus largement, de ses intérêts vitaux.

« La France a fait le choix de n’abandonner aucune capacité. Elle continue de couvrir ‘tout le spectre’. Elle a conservé une expertise dans chaque domaine et elle peut ainsi décider de monter en puissance sans avoir à reconstruire toute une filière : c’est un atout considérable », a d’ailleurs relevé le CEMAT.

Cependant, comme l’a écrit Antoine de Saint-Exupéry, on n’a pas à prédire l’avenir mais à le permettre. A priori, le général Schill s’inscrit dans cette logique quand il dit que « nous devons préparer un possible engagement dès ce soir ».

« À cet égard, il n’y a pas de tabou au sein de l’armée de Terre sur cette problématique récurrente de la masse. Il s’agit d’un débat ancien. Faut-il privilégier la quantité ou la qualité ? Porter l’effort sur des effectifs nombreux ou sur des unités resserrées très bien formées et équipées ? À mon sens, la réponse est de s’adapter au contexte et de conserver la possibilité de monter en puissance rapidement. La priorité est celle de la cohérence », a poursuivi le CEMAT.

Cette cohérence a deux dimensions : verticale et horizontale. Ainsi, un blindé « seul […] ne sert qu’à défiler », a-t-il ironisé. Pour qu’il puisse incarner une capacité, il lui faut un « environnement », c’est-à-dire les munitions, les pièces de rechange, le carburant et un équipage entraîné. C’est ce que doit permettre justement la Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30.

Ensuite, cette cohérence passe par la capacité à agir en « interarmes ». L’armée de Terre est « composée de nombreuses capacités qui doivent interagir pour manœuvrer. Je pense aux capacités de mêlée [infanterie, cavalerie, hélicoptères] mais aussi à celles d’appui [artillerie, génie], de soutien et de logistique. Un équilibre entre ces capacités est indispensable », a fait valoir le général Schill.

Cette cohérence doit servir de socle pour toute remontée en puissance éventuelle. Elle « précède la masse » et « ce dont nous disposons doit être ‘bon de guerre' », a-t-il insisté.

Si jamais la situation l’exige, l’armée de Terre peut compter sur ses réservistes opérationnels, dont le nombre sera porté à environ 50’000 à l’horizon 2035. Mais le général Schill a également évoqué un possible recours à la réserve opérationnelle de 2ème niveau [RO 2], laquelle concerne les anciens militaires soumis à une obligation de disponibilité durant les 5 années qui suivent leur départ de l’institution.

« Au-delà de ses effectifs permanents, l’armée de Terre s’appuie sur des réservistes formés et entraînés, mais aussi sur d’anciens militaires d’active, pour disposer d’effectifs supplémentaires et renforcer son organisation au quartier comme en opération; elle contribue ainsi à la résilience de la Nation », a-t-il a souligné.

La RO 2 est « en mesure d’être engagée en cas de crise majeure », souligne l’armée de Terre. Seulement, comme il n’a jamais été mis en œuvre, ce dispositif est régulièrement testé lors d’exercices VORTEX, lesquels visent à recenser les anciens militaires d’active concernés, puis à les convoquer pour des formalités administratives et médicales ainsi que pour des séances de formation.

En mai 2022, selon le site interarmées des réserves militaires, la RO 2 était composée de 60’000 anciens militaires, ce qui constitue une ressource à ne pas négliger.

Photo : EMA

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

153 contributions

  1. guilhom dit :

    On doit etre capable d’avoir 200 000 militaires armée de terre actifs et 200 000 reservistes.

    Un stage de formation obligatoire payé pour les étudiants entre 18 ans et 25 ans d’au moins 3 mois dans l’armée a effectué pouvant etre renouvelé chaque année avec des brevets pouvant etre obtenu comme en plongée sous marine.
    Ces stages permettant d’acceder plus facilement au concours militaire avec des bonus selon les brevets obtenus.

    • DM dit :

      cela existe, c’ est la réserve opérationnelle

    • Jacques dit :

      J’aurais peur que la seule solution viable (que nous ne prendrons sans doute pas avant qu’il soit trop tard) pour un pays comme la France est la retour du service. Toute autre solution sera bricolée avec des budgets et des quotas coupés, utilisé par les utilisateurs eux même à leur propre avantage d’autant qu’aujourd’hui on peut prendre du repos quand on veut en Chouïnant un coup auprès d’un psy.. Le seul courage de nos politiciens étant l’austérité une fois face au mur, toute idée celle des stages incluse et toutes celles moins exigeantes que le service a ses chances d’aboutir !

    • NRJ dit :

      @guilhom
      200 000 militaires d’active ? Rien que ça. Et on fait comment pour les recruter sachant que l’Etat doit trouver 20 milliards d’ici la fin de l’année ?
      On pense pouvoir s’habituer, mais la déconnexion de certains avec la réalité me surprend toujours.

      • Niko dit :

        Si la guerre éclatait il faudrait trouver 50 milliards en trois jours!

      • Rémi dit :

        Ces gens raisonnent comme si nous avions de l’argent.
        En réalité qui va nous agresser? Pour avoir le droit de payer nos dettes?
        nous devons commencer par remettre de l’ordre dans notre maison.

      • tavjak dit :

        En même temps, c’est moins de 1% de la dette (3000). Comme quoi la réalité des uns …..!

      • blavan dit :

        @guilhom. Si on veut de la masse, il faut la financer, une première piste serait de diviser par 5 le nombre d’officiers supérieurs et de généraux, pour celà il faut une nouvelle loi ramenant à des quota réaliste l’encadrement de la troupe et du soutien .

        • Ceci cela dit :

          Ni le pronom démonstratif « cela » ni sa forme familière « ça » ne prennent d’accent.

          Pour cela il faut une nouvelle loi.

  2. Tintouin dit :

    « Au-delà de ses effectifs permanents, l’armée de Terre s’appuie sur des réservistes formés et entraînés ».
    Question aux lecteurs qui sont dans la réserve opérationnelle:
    Etes-vous effectivement formés et entrainés, sans problèmes de budgets pour financer vos activités sur vos périodes de RO?
    Car parfois, du discours officiel à la pratique, on peut tomber de haut.

    • vno dit :

      Un ami en fin de parcours, commandant dans la réserve, a vu les actifs disparaitre puis se résumer à peau de chagrin. En fait, il se débrouilles entre réservistes en utilisant leur compétences civiles et ont la nette impression qu’ils ne sont la que pour les corvées, ou les missions ou toute l’active a piscine !

    • Elyoyo38 dit :

      à cette question , non . Malheureusement, il y a que quelques régiments/bataillons qui investissent vraiment leurs compagnies de réserve. Par la , j’entends : équiper comme l’active , tiré avec toutes les armes en dotation dans l’AdT ect… .
      dans beaucoup de régiments/bataillons , la réserve est plus une variable d’ajustement voir un objet décoratif dont on ne sais que faire ou que l’on sort de temps en temps pour montrer qu’il y a une compagnie qui existe. A mon sens , la réserve pourrait être bien plus si la formation de base était plus structurer et plus complète qu’à heure actuelle . Il y a vraiment du potentiel dans la réserve mais à peine exploiter , que du « pro terre » .
      Pourtant , comme on voit en Ukraine , une réserve bien former bien équipée avec des périodes fréquentes pourrait être une plus value pour l’Adt.
      j’espère avoir un peux répondue à ta question.

      • Avekoucenzeh dit :

        Pour dire « et même », il convient d’employer l’adverbe « voire » (avec un e final et généralement précédé d’une virgule) plutôt que le verbe « voir » (qui n’a pas ce sens).

        La réserve est plus une variable d’ajustement, voire un objet décoratif.

      • Conjugaisons dit :

        Tirer avec toutes les armes.
        On ne sait que faire.
        Si la formation de base était plus structurée.
        Du potentiel à peine exploité.
        Une réserve bien formée.
        Avoir un peu répondu.

    • Chasseur1854 dit :

      La réserve, pour en faire partie dans un régiment d’infanterie n’est pas la priorité du gouvernement.Le budget annoncé officiellement est conséquent, mais au final on me demande de bien revoir mes convocations à la baisse au profit d’officiers « qualifiés VL-PL » qui sévissent avec brio dans les missions sentinelle ou en état major…
      Amen.

      • Kardaillac dit :

        J’ai été réserviste assidu pendant 21 ans exactement. Je n’ai jamais compris l’intention stratégique de l’état-major même dans les vrais régiments dérivés. A la réflexion, je pense que c’était un paramètre du concept armée-nation et une solution de facilité pour la garde des points dits sensibles. A l’évidence, la pénurie de moyens disponibles avait vite fait de ruiner le concept.
        Depuis lors, je vois qu’on a fait de vrais progrès de… communication.

        • montjoie dit :

          Pareil pour moi et que dire des gros bataillons de réserve de cette époque ou nous servions, équipés de matériels (armes, moyens radios et roulants ) ayant beaucoup servi en Algérie voir pire .Et ne me parlez pas du suivi administratif carrément oublié , lorsque j’ai posé la question de mon avancement aux 4 barrettes , on m’a répondu :trop tard vous allez être remercié ( limite d’àge de votre grade )et pareil pour la médaille des SMV on m’a dit que les règles d’attribution avaient changé alors qu’avant ce changement je remplissais les conditions d’attribution , n’ayant jamais hésité à prendre sur mes congés pour répondre aux multiples convocations reçues mes différents employeurs n’étant pas très coopératifs du fait de mon statut de cadre sup.

          • Avekoucenzeh dit :

            Pour dire « et même », l’adverbe « voire » convient parfaitement, mais pas le verbe « voir ».

            Ayant beaucoup servi en Algérie, voire pire.

    • peterr dit :

      J’ai entendu que, sauf pour quelques régiments d’élite, l’entrainement au tir c’était 2 passages au champ et un chargeur de 10 à chaque passage. La plupart des tireurs sportifs tirent de 50 à 100 cartouches par semaine. Bien plus pour ceux qui font de la compétition.

      • themistocles dit :

        Pour les competitions de TSV, je vous confirme que c`est bien au delà des 100 cartouches par semaine. Mieux vaut disposer de l`équipement pour faire ses cartouches a la maison, sinon, on coule le budget. C`est vite amorti.

        • peterr dit :

          Oui, et comme la limitation est de 3000/an (compétiteurs aussi ??) mais qu’on peut acheter douilles, amorces et ogives sans limitation il faut passer par le rechargement

      • peterr dit :

        et je ne sais même pas si ils doivent faire (i.e avoir un niveau minimal) du tir rapide, ce qui, pour la police, me paraitrait plus que nécessaire.
        Des infos ?

    • Kaladar dit :

      Bonjour tintouin,

      je suis 1CL dans la RO depuis un an et cinq mois.

      Nous sommes formé au tir, nous devons régulièrement effectuer des déroulés Bravo Charlie et Delta frag pour rester au niveau.

      J’ajoute que de mon expérience, les réserviste sont plutôt respectés au sein de l’institution, notamment par les off et sous-off d’active qui repespectent notre engagement alors que nous donnons notre temps libre.

      En revanche, on ne peut nier que la qualité des matériels est un vrai problème. Ma compagnie est encore équipée avec le casque lourd des années 60 ! On reçoit régulièrement des sachets froids alors que nous avions commandé des rations de combats… Ce genre de choses est vraiment un problème.

      J’ajoute que malheureusement, les missions opérationnelles ne sont pas ce qu’elles devraient. J’étais membre du dispositif sentinelle pour les commémorations du D-day, et alors qu’on nous avait promis une mission de patrouille en ville, nous avons monté la garde pendant deux semaines en statique devant un bâtiment…

      Ce genre de chose n’aide pas à la fidélisation des effectifs !

      En espérant que ma réponse vous apporte des éléments intéressants.

      • Tintouin dit :

        Merci Kaladar et à tous pour vos réponses, qui ne sont pas très enthousiasmantes pour les éventuels candidats à la réserve.
        Mais il est vrai que le CEMAT n’a pas dit « BIEN formés et entrainés » 😉
        Quant au casque lourd des années 60, je peux comprendre que les équipements les plus modernes aillent d’abord aux unités d’active. Mais encore une fois l’écueil du budget risque de faire fondre la volonté générale exprimée, de développer la réserve. Et les prouesses en communication de nos généraux n’y changeront rien.

      • Matthieu dit :

        Les réservistes sont plutôt respectés au sein de l’institution, notamment par les off et sous-off d’active. C’est bien la première fois que j’entends ça….

      • civis17 dit :

        Nous avions reçu des rations périmées lors d’ une convocation à Sissone et sans crapahuteur pour les ouvrir , le summum .

      • yoyodu38 dit :

        @ Kaladar

        Tu as de la chance , dans pas mal d’endroits c’est compliquer de recycler ses Bravo/Charlie/Delta !
        Ou j’ai servi ( 10 ans ) nos officiers et sous officiers nous répétais à l’envie que nous n’étions là que pour du PRO TERRE. Il à fallu qu’un Officier, jeune et très motivé fasse bouger les choses pour que l’engagement devienne intéressant .
        Le final de tout ça ? : à la fin de l’opération Barkane : compagnie de réserve divisé par deux , toute les fin de contrats : non renouveler , que tu soit là depuis 3 ans ou 20 , peu importe .
        et le final du final? : Appel quelque temps après du Bureau réserve car : La guerre en Ukraine venait d’éclater et que nos gégés voulait de nouveau gonflés les effectifs ….
        Gestion navrante .

  3. Gaulois78 dit :

    Une gageure ce chiffre..l’OTAN, 32 pays, un souhait de 300000 h mobilisables, soit 9375 h par membre..La France a-t-elle les moyens d’en mobiliser 10000 en quelques semaines ?
    En mars 2024 les force Françaises pré-positionnées à l’étranger c’est 10000 h.. Devinette, si on enlève les moyens Ricains et Gaulois de l’Otan, il reste quoi ? 45 minutes pour rendre votre copie..

    • Jo666 dit :

      oui si on revient comme avant. rien à foutre des militaires qui ne veulent pas faire de garderies. Tout bon militaire s’adapte au terrain
      en 4 mois de classe on commence à en faire des soldats. la réserve opérationnelle pour des gens en activité ne sert à rien. des Appelés ont fait la guerre du golf et l’Afghanistan. pour le matos avec 100 milliards de déductions fillon on peut acheter 6000 chars leclerc rénovés avec l’asquelon, acheter 600 rafales , développer un missile hypersonique à 2000 km de portée, fabriquer 4 millions de fusils vernier caron et prévoir 100000 drones … et relancer les campagnes, donner une formation et ou une expérience et de la discipline à des sauvageons qui ont 70 inscriptions au casier. joyeux Nahel

      • Raskolnik dit :

        Des appelés dans le golfe et en Afghanistan : jamais de la vie ! L’armée de terre a eu d’énormes difficultés à aligner une division aux normes OTAN de soldats sous contrats ! C’est la raison pour laquelle – après la guerre du Golfe -nos politiciens ont fait le choix de suspendre la conscription. Pas un appele n’a non plus mis les pieds en Afghanistan si ce n’est a la coop, au sein de l’ambassade de France.

    • Paul de Thillot dit :

      Info sur bfm cote d’azur -300 RESERVISTES DE LA POLICE EN 06 SUR LA FRANCE CELA FAIT 6000 RESERVISTES EN
      MOINS MANQUE DE FINANCE .ALORS LES JUEX 2024 ???????

    • Clavier dit :

      Tant que l’Angleterre tient assez longtemps dans son île, rien n’est totalement foutu….

    • St-Denis dit :

      32 pays, un souhait de 300.000 h mobilisables, soit 9.375 h par membre…
      Ahh… oui… vu comme ça…
      je suis pas sûr que le Luxembourg va y arriver…

    • Bazdriver dit :

      @Gaulois 78. Les « Anglois » ne sont pas loin derrière vous. Mais la question de fond n’est pas de savoir qui peut apporter quoi. Les pahs de l’OTAN ont largement les capacités de parvenir à l’objectif. La question est de savoir si les politiques sont décidés à mettre les moyens financiers pour y parvenir. C’est une question de volonté politique…. Pas de savoir qui a la plus grande….

  4. Alain d dit :

    Pour faire tourner le schmilblick
    J’avais suggéré 88000 pour la FOT.
    Ensuite, en parallèle, pourquoi ne pas rétablir un service minimal sur le volontariat, avec de bonnes motivations, financières et formations.
    Un service, de une ou deux années au choix, disons en 50 000 et 100 000 hommes, de 17 à 25 ans. Les contingents serait renouvelés en juillet-aout (fin des études), et les libérations en juillet-aout, pour soit reprendre des études, compléter les formations par de stages longs diplômant, des contrats d’apprentissage, ou rentrer dans le monde du travail directement ???
    L’avantage est que ces 50 000 à 100 000 jeunes renouvelés seront passés par les armées.
    En une décennie, 300 000 minimum jusqu’à plus d’un million de personnes qui maitrisent les armes, captent le mot solidarité, les valeurs de l’uniforme et la chaine de commandement.
    OK, ça devrait couter bonbon, et il ne faut pas que ce soit pris sur le cash des soldats de métier.
    Que la France est super endettée, avec un taux directeur qui ne voulait plus baisser.
    Que avec les propositions frapadingues du RN et du LFI-NPA, c’est pire, donc de pire en pire, puisque je n’ai pas le droit d’écrire plus pire que pire.
    Donc s’empirant vraiment très pire.

    • vno dit :

      Tant qu’une équipe de fonctionnaires territoriaux sur balayeuse sera moins efficace qu’un militaire avec un balai et nettement mieux payée fera seulement 35 ou même 40 heures par semaine, vous avez le droit de rêver, sur l’envie de s’engager pour servir en Intérimaire ! L’intérimaire faisant des études longues de nos jours, sait parfaitement qu’il ne servira pas, mais sera utilisé par des chefs qui le nomme « sans dents » et pour lesquels ils ne votent plus depuis longtemps !

      • Alain d dit :

        Je ne rêve pas, j’agite juste.
        Sachant que les occidentaux, dont la France, ne mobiliseront jamais comme par le passé, sauf si rentrés réellement en guerre. Donc, en temps de paix, la FOT ne repassera jamais la barre de 100 000 hommes, même si la France n’était plus endettée.

    • Alain dit :

      Commentaire pertinent et perspicace. En effet une réserve et une conscription choisie sont les clés pour avoir à un coût relativement limité une armée de « masse » , toutefois la réserve devrait pouvoir être intégrée au corps de bataille professionnel pour un conflit de haute intensité.

      • Alain d dit :

        Oui, au final de ce service choisi, l’intégration évidement possible et souhaitée, puisqu’il se dit que les armées ont des difficultés pour recruter.
        Renouvellement l’été, juillet-aout, pour coller avec le monde de l’éducation-travail, avec une montée en puissance douce, donc un financement qui montera en puissance progressivement. En parallèle il faudrait construire des bâtiments, agrandir ou construire de nouvelles casernes, voire retaper des bâtiments inutilisés, acheter des équipements et sélectionner des officiers.
        50 000 sur une ou deux années, ce serait déjà bien. A la louche, une moyenne de 75 000 sur deux ans, soit ~ 375 000 sur une décennie. Ca aurait de la gueule !

    • Abbé Cherèle dit :

      « donc de pire en pire, puisque je n’ai pas le droit d’écrire « plus pire » que pire. »
      Merci. En effet, « plus pire » est un pléonasme (qui signifierait « plus plus mauvais »).
      https://www.academie-francaise.fr/plus-pire-moins-pire

      « Donc s’empirant vraiment très pire. »
      Donc empirant vraiment très fortement ; donc empirant vraiment vers le bien pire.
      Le verbe » empirer » n’est plus guère employé aujourd’hui à la forme pronominale (bien que cet usage soit attesté) et l’adjectif « pire » peut être renforcé par « bien » ou « encore », mais pas par « très ».

      • civis17 dit :

        En fait on doit dire « de mal en pire «  l’autre expression n’est pas correcte car le pire du pire c’est le désastre absolu.

        • Abbé Cherèle dit :

          Pardon, mais « de mal en pire » est techniquement incorrect.
          « Pire » est le comparatif de supériorité de « mauvais » ; dans l’absolu, le comparatif de supériorité de « mal » est « pis ». Or, bien que ce terme soit de plus en plus remplacé par « pire » dans le langage courant, il résiste encore vaillamment dans des expressions telles que « dire pis que pendre » et « de mal en pis », qui devrait donc être employée ici.
          https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9P2545

          Par ailleurs, dans le même absolu, vous avez raison de considérer que l’expression « de pire en pire » est incorrecte, car « pire » n’est pas un adverbe mais un adjectif, et c’est « de pis en pis » qui devrait être employé (« pis » étant bien un adverbe).
          Toutefois, il faut bien admettre que l’usage ne permet plus guère d’employer « de pis en pis » à notre époque et même l’Académie française atteste l’existence de la locution adverbiale « de pire en pire » (tout en indiquant qu’elle est techniquement fautive).
          https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9P2537

      • Alain d dit :

        Evidement « très » était sciemment choisi
        :>)) incontrôlable !

        • Abbé Cherèle dit :

          Votre second degré était perceptible, mais j’ai préféré faire acte de pédagogie pour les lecteurs.

    • VinceToto dit :

      Rassurez vous, au NPA ils croyaient aussi que la Russie s’effondrerait si on les privait de Disney Channel, IPhone et MacDo.
      Vous avez de nombreuses valeurs en commun, combats en commun avec ces révolutionnaires « marxistes » Always Coca-Cola! fans de Biden.

      • Alain d dit :

        @VinceToto
        J’aurais des valeurs en commun avec le NPA?
        Tu devrais changer de boule cristal.
        Le schmilblick, rien de bien méchant?
        Donc restes, stp, à pisser dans ta cour maternelle, merci.
        Parce que, globalement, en débit de conneries, et comme complotiste, tu es vraiment l’un des meilleurs.
        Et quand tu ne sais pas ou tu n’as rien à dire, tu as le droit de la boucler.

        • VinceToto dit :

          Exemple de rage narcissique chez un immature. J’ai visé juste.

          • Alain d dit :

            Et encore?
            Des valeurs en commun avec le NPA?
            Des preuves?
            Je ne ponds pas des tonnes de commentaires, si vous avez raison, vous devriez trouver matière pour étayer votre affirmation.
            N’hésitez pas à me faire la démo.

    • Le Chouan dit :

      @Alain de loin
      Le pire c’est les 7 ans de macronisme et ses 1200 milliards d’euros de dettes et l’effacement de la France en tant que grande nation !

      • Isoloir dit :

        Libre à vous de croire qu’un autre aurait pu faire mieux à sa place…

  5. Thorgal dit :

    La RO 2 n’est qu’un réservoir théorique qui permettrait au mieux de récupérer 20 à 30% de l’effectif concerné, les exemptions médicales et le cours de la vie (décès) ayant fait leur œuvre, tout simplement…
    Le refus obstiné de recréer une DOT régionalisée, avec des effectifs volontaires correctement équipés suivant une instruction théorique et pratique un certain nombre de weekends, portant sur des missions simples (défense d’un point sensible, contrôle de route -check-point-) et des savoirs essentiels (l’école du soldat: se poster, savoir tirer, maitriser son arme, se déplacer en mode tactique…) cache en fait la crainte toujours vive chez nos politiques ortho gauchistes de dérives miliciennes qui pourraient peut-être un jour remettre de l’ordre dans les territoires, l’article 16 offrant un cadre légal à ce type d’action coup de poing et très efficace, pour peu qu’il ait été soigneusement préparé en amont, avec notamment du renseignement issu des FdO permettant le ciblage d’ennemis HVT (chefs de réseau, caïds en tous genres, clans, etc…).

    • Thomas dit :

      Complot, intelligence, connerie… on connait la chanson.
      Dans votre exemple, je crains que vous ne prêtiez trop d’intelligence à ces politiques « ortho-gauchistes » (?) : Quand on voit qu’ils se sont d’abord réparti les postes entre eux avant de proposer un programme commun pour le NFP (on est bien loin du best athlète ici), on ne peux que douter d’une capacité collective à faire ce que vous dites….

    • Albatros dit :

      on peut aussi facilement doubler ou tripler les effectifs Légion en 4 ou 5 ans et passer d une brigade à une division en effectifs en oubliant pas de créer un regiment d artillerie Légion.
      A mon avis le plus facile et rapide à faire. Puis positionnement Outre mer et à Djibouti

      • Roland Desparte dit :

        C’est pour quand la reconstitution du 1er REP ? Oui, je sais, je rabâche…
        En 1950, les effectifs de la Légion étaient de 60 000 hommes ; de nos jours ils ne sont que 9 000 ! (Oui, je sais, 1950 c’était une autre époque…)
        Si l’on veut massifier rapidement, la seule solution est de puiser dans le vivier des volontaires étrangers (qui bien souvent ont déjà eu une première expérience militaire).
        Selon les stats disponibles, sur l’ensemble des candidats (toutes nationalités confondues) un candidat sur six a été engagé en 2006, un sur dix en 2012 (En 2024, 1 600 candidats seront recrutés).
        Donc, fonction du nombre important de candidats, la solution serait d’augmenter le ratio des engagés et d’adapter les centres de formation. Mais c’est un pas que notre pays n’est pas prêt à faire (principalement pour des raisons budgétaires).

      • Pascal, (l'autre) dit :

        @Paf le chien Lien interessant mais voyez vous venir pleurer sur les problèmes de l’Armée française, son manque de matériel quand on est du même parti qui a mis en œuvre la « fameuse » R.G.P.P. (qui fut un grands succès tant les déficits se sont réduits à cette époque…………..non je déconne!) qui a quasiment mis à genoux la Défense nationale est pour le moins un problème de mémoire où l’expression d’un certain cynisme électoraliste! Un peu comme un charpentier qui rogne sur la qualité, la quantité de bois nécessaire à l’édification d’une charpente et qui, quelques années plus tard râle parce que la charpente est en train de s’écrouler!

    • PK dit :

      Je suis parfaitement d’accord. J’ai proposé une conscription sous une forme calquée du volontariat chez les SPV.

      « Si jamais la situation l’exige, l’armée de Terre peut compter sur ses réservistes opérationnels, dont le nombre sera porté à environ 50’000 à l’horizon 2035. »

      Autant dire rien. Dire que la masse n’est plus un tabou et soutenir cette niaiserie en dit long sur l’état de mort cérébrale qui règne dans les sphères étoilées françaises…

      • civis17 dit :

        De toute façon avec la progression du surpoids corporel , la masse s’imposera d’elle même. Le gabarit moyen des GI le prouve

    • Rakam dit :

      @thorgal…pertinent,hélas 3 fois hélas, ils ne permettrons jamais un tel dispositif. Naturellement les cries des « outrés « estampillé gauche et plus si affinités seront toujours les plus entendus…

    • Lucidite dit :

      Thorgal, tout à fait d’accord avec vous. La DOT nous manque, à base de réservistes patriotes et localisés aptes aussi à renforcer l’armée « de haute intensité ». Mais le citoyen-soldat veut savoir pour quelle guerre risquer sa peau. La défense de la Patrie et de ses frontières ? ou l’engagement majeur et lointain décidé à lui tout-seul par un PR contesté ?

      • Thorgal dit :

        DOT = Défense Opérationnelle du TERRITOIRE
        Autrement dit, on défend son village, sa maison, son petit pays (le ‘Heimat’ des germains) et bien sur avant tout sa famille et ses amis.
        Et comme c’est la mission première du citoyen soldat façon Sparte, on ne cède rien et on ne fait pas de quartier. Façon Léonidas, que la lumière de sa gloire demeure immortelle et nous montre le chemin de la gloire et de l’honneur !
        Précision: zéro ironie, que du 1er degré. Vive la démocratie, vive la République.

        • rainbowknight dit :

          Amusant votre commentaire cela ressemble furieusement à l’attitude d’une certaine jeunesse attachée à préserver la « sécurité » de ses quartiers…..
          Une micro Start Up Nation qui fonctionne selon ses règles, sa loi….. un business lucratif.
          Le souci c’est que l’autorité régalienne est perçue comme l’ennemie. Il faudra sans doute revoir bien des choses avant de faire de ces « citoyens » les gardiens du Heimat….
          « Tout pour ma gueule » c’est loin du « Suivez moi »….

          • Thorgal dit :

            Quand j’ai rédigé mon post, je n’avais certainement pas à l’esprit ces gens là, mais plutôt le français moyen, qui vit en pavillon ou en résidence qui a fait son service national et qui se désole de voir sa patrie partir en sucette. Les micro startup nation comme vous les nommez si ironiquement, ce serait plutôt la cible.

    • vrai_chasseur dit :

      @Thorgal
      Ce que vous décrivez se pratique déjà dans les pays d’Europe Centrale, notamment en Pologne et en Ukraine. Ce sont les brigades territoriales, localisées par province (correspond en gros aux départements français) avec des « volontaires des villages d’à côté ».
      Ces brigades sont armées (brigades légères), mécanisées, disposent de leurs propres casernements et sont formées et encadrées par des militaires professionnels. La durée de réserve peut aller jusqu’au temps plein avec conversion dans la « régulière ».
      Leur utilité a été démontrée, en Ukraine par ex. la BT de Kiev a été la première à répondre à l’assaut des VDV russes sur l’aéroport d’Hostomel et les a suffisamment « fixés » pour interdire la prise de la tour de contrôle et empêcher l’atterrissage des avions cargos lourds.

      Là où le général Schill parle de cohérence, c’est que ces forces doivent pouvoir s’insérer dans la manœuvre générale de l’Armée de Terre afin d’augmenter ses effets, sans risquer de la gêner.
      Pour être plus précis, une section de réservistes territoriaux doit (idéalement…) maîtriser l’essentiel du savoir-faire fondamental d’une section lambda de l’armée de Terre française afin de manœuvrer de concert de façon fluide, c’est-à-dire : reconnaître, s’emparer de, défendre, surveiller, appuyer, couvrir, éclairer, neutraliser, interdire, tenir, boucler, soutenir, relever, recueillir, fixer – et ce avec les même procédés standards : patrouille, assaut, point de contrôle, escorte, embuscade, réaction à une embuscade, protection contre la foule.
      (NB je n’invente rien, les militaires qui me liront reconnaitront le C3T, le Concept Commun du Combat Terrestre).
      La « masse en cohérence » signifie alors que 5 sections de réserve maitrisant ces automatismes collectifs, produiront plus d’effets tactiques que 15 sections ne les maitrisant pas.
      2 remarques :
      – cela est différent de la « défense civile », la Suède étant (selon moi) un exemple intéressant à suivre avec son concept de « défense totale » : c’est toute la nation qui est sensibilisée à la défense de la patrie,
      – une arme qui est déjà répartie sur tout le territoire et qui gère bien ses réserves c’est la gendarmerie : des briques pour construire, si on en cherche on en trouve.

      • yoyodu38 dit :

        @ vrai_chasseur , l’analyse est excellente , à mon sens , les problèmes sont :
        le manque de matériels ( blindés ((légers ou lourds)) armes , ect…) pour qu’elle soit efficace , cette brigade doit connaitre et savoir utilisées tout les matériels de l’AdT. Aujourd’hui on en ai loin .
        La volonté de former de l’armée d’active ( accepterons t’ils de former des  » nouveaux soldats-citoyens » sans se sentir spolié de leurs rôle ?
        La volonté du monde civil : à l’heure actuelle , même si beaucoup d’entreprise retrouvent le sens patriotique , sera t’elle d’accord pour accorder plus de disponibilisées à ses employées?

        • Être et avoir dit :

          Tout à votre dithyrambe du propos de ce contributeur, vous en perdez de vue la différence entre les verbes « être » et « avoir ».

          Dans « Aujourd’hui on en ‟ai” loin . », il s’agit d’un usage incorrect du verbe « avoir ».
          Dans « Aujourd’hui on en est loin. », il s’agit de l’emploi approprié du verbe « être ».
          Mais « Aujourd’hui nous en sommes loin. » serait plus adapté encore.

  6. Olivier dit :

    De toute façon ne tournons pas autour du pot pour avoir de la masse la seule solution c est le service nationale, après on peut le » moderniser  » moi je pense plus à un tronc commun de 3 à 6 mois pour apprendre à se servir d une arme et après c est sur la base du volontariat ( avec rémunération sérieuse…..) des contrats de 6 mois à 24 mois ( voir plus si affinité) .

    • Avekoucenzeh dit :

      Pour dire « et même », employons l’adverbe « voire », jamais le verbe « voir ».

      Voire plus si affinité.

    • Carnaval dit :

      La Marine est nationale mais le Service est national.

    • Roland Desparte dit :

      @Olivier.
      On a plus les infrastructures ! (Casernes).

      • Abbé Cherèle dit :

        Défense et illustration du « ne plus ».

        Quand, à l’écrit, on omet d’utiliser « ne » dans une phrase négative, on prend le risque d’exprimer l’exact opposé de ce qu’on voulait dire.
        Ainsi, « On a plus les infrastructures ! » signifie littéralement qu’il y a davantage d’infrastructures, alors que l’intention était de dire que les infrastructures ont disparu, ce qui aurait dû s’écrire « On n’a plus les infrastructures ! ».

        Ce petit « n’ » fait ici toute la différence.

    • Mat49 dit :

      @Olivier. Le retour du service national stricto sensu aboutirait au final au même nombre de conscrits qu’une conscription volontaire. Car la grande majorité de la classe d’âge serait réformée ou refuserait tout simplement de passer les tests.

      Sans parler du fait que rétablir le service national sur une classe d’âge complète serait hors de porté financièrement.

      Une bonne solution est la mise en place d’une conscription volontaire ne visant que quelque dizaine de milliers de jeune par an pour douze mois.

  7. PHILIPPE dit :

    compte tenu de l’actualité l’envoi de renforts du Génie à La Berarde et à Saint Christophe ne serait pas un luxe mais l’expression de la solidarité nationale.
    Non ?’

  8. Matthieu dit :

    En tant que réserviste RO1 voici mon ressenti.

    L’ADT a besoin de plus d’écoles, plus de formateurs, plus de camps d’entrainement et des réserves de matériel et de véhicule comme des VAB pour la garde nationale. Malgré la guerre en Ukraine, la Réserve Ops est toujours considéré comme des supplétifs pour l’OPINT Sentinelle et des missions de garde/EI aux régiments par les actifs, ni plus ni moins.

    Envoyé des sections de réservistes à l’ETAP par exemple. Envoyé plus de réservistes pour le combat en compagnie et en régiment avec les actifs. Les VAB vont être remplacés par les griffons, ne les jetaient pas ! Formé plus de réservistes à être pilote VAB et autre.

    La garde nationale peut être un supplément pour les actifs en OPEX de par l’entrainement, le matériel et la spécialité. Mais les actifs nous donnent pas assez de moyens et nous traitent comme des appelés…

    • Impératif dit :

      Envoyez des sections de réservistes.
      Envoyez plus de réservistes.
      Ne les jetez pas !
      Formez plus de réservistes.

    • aleksandar dit :

      Cela dépend beaucoup de expérience des chefs de corps et des chefs BOI.
      Ceux qui ont côtoyé en Opex ou dans une 5eme compagnie de réservistes sont plus enclins à les recruter et les former.

  9. souricière dit :

    De toute façon, faut rester lucide sur la situation.
    La masse ne peut se faire qu’avec une conscription, jamais nous ne pourrions l’obtenir dans le système actuel. Vous pouvez avoir demain un pouvoir qui décrète qu’il va augmenter les effectifs de 100 000 hommes, il faut être idiot pour croire qu’on pourra recruter 100 000 hommes de plus sur la base du volontariat.
    Nous connaissons depuis des années une limite d’un système, sur la masse humaine, sur les équipements, sur le soutien. Nous galérons déjà à maintenir ce volume humain, à renouveler les équipements et à optimiser la disponibilité de tout cela. On augmente les budgets pour y arriver et ce sera déjà une bonne chose si on y arrive.

    Avoir les yeux rivés sur des chiffres en disant et en voulant attendre qu’on déclare qu’on va acquérir 600 chars, 20 frégates ou 100 avions de plus est un non sens, c’est le débat de gens qui veulent se faire plaisir derrière un écran, derrière des tableaux et non celui qui va améliorer la situation. Avant de vouloir plus, établissons déjà une situation optimale de ce qu’on a, on ne met pas la charrue avant les boeufs.
    En 1991 nous avions la masse sur le papier, dans la pratique, que c’était difficile de monter la division Daguet.
    L’exploitation de la réserve est intéressante pour soulager ce que nous avons et pour pouvoir l’exploiter au maximum de ses capacités. Avoir des réservistes qui vont faire certaines missions, qui vont monter des gardes, qui vont participer à de l’instruction ou qui vont soutenir certaines tâches afin que l’active soit moins prise, c’est une bonne chose.

    Quand tout cela sera réalisé, on pourra alors se pencher sur l’augmentation de certaines capacités ici et là, que ce soit la création d’un escadron de Rafale ici, d’une paire de frégates en plus là bas ou d’un renforcement de l’artillerie ailleurs.

    Si un jour on décide de redonner de la masse à nos armées par la conscription, faisons les choses simplement. La première des choses, c’est que cette conscription soit uniquement dédiée à l’armée de terre, ne compliquons pas les choses avec l’armée de l’air et la marine. Ensuite il faut cibler les segments de masse sur lesquels on va y affecter des moyens. Mais soyons réaliste avec ce que l’on veut. 100 000 soldats dans l’infanterie si nous voulons les équiper comme nos soldats actuels, c’est plus de 10 000 blindés à acquérir. Quand on évoque une meilleure qualité comparé à avant, c’est qu’il faut comprendre qu’avant, la masse humaine ben elle se transportait dans des camions et que le concept de guerre en P4 et en TRM2000 ben on l’avait encore très récemment comme habitude, notamment en Afrique (mais pas que).
    Alors réfléchissons bien, on peut très bien commander 10 000 blindés, mais cela a un coût, que ce soit pour l’acquisition, l’infrastructure, le soutien, la maintenance.
    Tout le monde peut faire sa liste au père noël derrière un écran, mais tout n’est pas si simple, tout n’est pas qu’une question d’une simple décision comme si notre pays avait les moyens. Les français trouvent presque normal d’avoir un déficit de plus de 100 milliards d’€, ils sont tous d’accord pour comprendre la problématique, tous d’accord pour agir, mais dès qu’ils commencent par comprendre que les efforts à faire vont les toucher par des impôts, des taxes, une baisse de remboursements, un allongement de la durée du travail et autres, ben ils s’offusquent et réclament tout l’inverse , plus de subventions, plus d’aides, travailler moins longtemps, moins d’impôts, baisse de taxes. C’est totalement incohérent et cela traduit une forme de naufrage, non pas que le pays va s’écrouler, mais qu’un jour faudra faire d’un coup tous les efforts que nous avons refusé de faire depuis 10, 20 ou 30 ans, là ça va piquer.
    Donc le français est toujours dans cette idée ou on doit faire plus sans comprendre qu’on ne peut pas se le permettre. Il est toujours d’accord pour les efforts, quand ce sont les autres qui doivent le faire (que ce soit les riches ou les immigrés, l’important c’est qu’on pense que l’argent à récupérer se fera chez d’autres que soi).
    La mise en place d’un service militaire c’est un peu pareil, la même problématique, ceux qui veulent que ce soit mis en place ne sont pas ceux qui vont devoir le faire. Ceux qui disent vouloir le mettre en place seront aussi ceux qui vont en critiquer les limites, les difficultés et le coût.

    • VinceToto dit :

      J’ai essayé de trouver quelque chose à critiquer. Rien. Comme quoi je me trompe parfois sur les gens.

    • Roland Desparte dit :

      @souricière
      Globalement d’accord.

    • civis17 dit :

      On manque d’argent pour construire des prisons alors pour construire des casernements …

    • PK dit :

      Pas d’accord.

      Premièrement, la masse se fait avant tout sur le soldat et le petit matériel, donc l’armement de base. Le coût sera surtout dans les munitions.

      Si l’on adopte mon idée d’une défense calquée sur la Sécurité Civile, le seul matériel roulant qu’il faudra renforcer seront les camions. C’est tout. Avoir une DOT complète avec chars et blindés pour des pax qui font un week-end de temps à autre est non seulement stupide, mais complètement contre-productif.

      Deuxièmement, la sempiternelle question du fric que l’on n’a prétendument pas. Les mineurs « isolés » coûtent la bagatelle de 2 milliards d’euros par an. ET c’est juste UN poste sur lequel on peut récupérer du fric. Il y en 3 à 5 fois plus rien que dans la gabegie de l’achat de la paix des banlieues.

      Vous formez/équipez combien de pax pour cette somme ?

      • Roland Desparte dit :

        @PK
        Pas d’accord avec votre « pas d’accord ».
        La masse c’est la masse, pas “avant tout“ et forcément que des soldats. Juste un exemple, regardez Taïwan qui -sans gonfler ses effectifs- vient de commander aux US plus d’un millier de munitions rôdeuses (Switchblade 300 et Altius 600M) pour saturer l’espace immédiatement en cas de débarquement chinois ; cela aussi c’est la masse ! Un autre exemple, si l’armée française reçoit bien ses 109 canons Caesar NG, ça aussi ce sera de la masse ! Encore un exemple, si nous avions 400 ou 600 chars Leclerc (Evolution), cela aussi ce serait de la masse. Etc.
        Il faut massifier nos armées de façon harmonieuse, comme un orchestre où chacun joue sa partition dans l’harmonie (Soldats et gendarmes et légionnaires et aviateurs et marins et réservistes, Train et Génie, matériels et armements, artillerie, cavalerie légère et lourde, munitions,…). Une armée c’est un TOUT.
        Quant à un modèle de Défense calqué sur la Sécurité Civile, vous voulez diviser par 5 le nombre de professionnels par rapport aux volontaires de la Réserve ? (01/01/2023, effectifs de la SC : 43 000 SP pros (17%) et 198 800 SP volontaires (78%) ; ou le contraire, cad multiplier par 5 le nombre de volontaires RO par rapport aux effectifs de l’armée française ? Effectivement cela fait beaucoup de camions, et effectivement… “complètement contre-productif“.
        Expliquez-nous ? Merci.
        PS : Pour les mineurs isolés, c’est 3 milliards € sur un « septennat »…
        https://www.lejdd.fr/societe/mineurs-isoles-trois-milliards-deuros-sur-un-septennat-142012#:~:text=De%20son%20c%C3%B4t%C3%A9%2C%20la%20Direction,36%20500%20euros%20en%202021.

    • aleksandar dit :

      « Avoir des réservistes qui vont faire certaines missions, qui vont monter des gardes, qui vont participer à de l’instruction ou qui vont soutenir certaines tâches afin que l’active soit moins prise, c’est une bonne chose.  »

      Bref, dans la réserve tu vas te faire chier a faire Sentinelle

      Bonne chance pour recruter et fidéliser vos réservistes avec ce genre de perspective.

      • Pasmoilcendar dit :

        Pour une fois, je suis d’accord avec vous !

      • rainbowknight dit :

        Je sais combien de nombreux réservistes/mobilisables russes apprécieraient de se faire chier à faire Sentinelle….
        Les heureux hommes qui peuvent faire la guerre, ou serait-ce une Opération Militaire Spéciale, doivent faire beaucoup d’envieux….
        Je note cependant que les forces russes ont des difficultés elles aussi pour recruter et fidéliser avec ce genre de perspective…
        Si par Sentinelle vous entendez cette mission peu enthousiasmante qui vise à protéger la population française des risques d’attentats, elle honore les militaires réservistes ou non qui participent à cette sécurisation du quotidien de nos concitoyens….l’actualité témoigne de leurs efforts.
        J’imagine que peu de réservistes seraient volontaires pour aller sur Le Caillou et s’exposer dans des missions que certains diront être proche d’une guerre civile….
        Chacun son métier, il n’y a pas de mission inutile si l’on sait regarder plus loin que le bout de son nez mais il faut « penser » plus large…

        • PK dit :

          Sentinelle est une mission de flics que l’armée fait parce que les flics sont trop occupés à des missions inutiles.

      • Roland Desparte dit :

        @aleksandar
        Pour moi, la seule réserve efficace est la réserve citoyenne de cyberdéfense. Maintenant, dans le cadre de Sentinelle, compléter les militaires de carrière par des volontaires réservistes, pourquoi pas ?

    • Mat49 dit :

      @souricière « En 1991 nous avions la masse sur le papier, dans la pratique, que c’était difficile de monter la division Daguet. » La difficulté pour Daguet ne vient pas d’une absence de masse mais d’un refus d’employer les conscrits non volontaires.

      « La première des choses, c’est que cette conscription soit uniquement dédiée à l’armée de terre » La Marine et l’AAE demanderons à pouvoir piocher quelques milliers de volontaires comme du temps du SN.

      « Alors réfléchissons bien, on peut très bien commander 10 000 blindés, mais cela a un coût, que ce soit pour l’acquisition, l’infrastructure, le soutien, la maintenance. » Personne de sérieux ne le conteste.

      La seule forme de conscription viable c’est une conscription volontaire et elle permettra au mieux un ordre de grandeur autour de 50 000 conscrits par an, en comptant ceux qui seront dans des bureaux. Ce qui serait supportable financièrement et alimenterait efficacement la réserve.

    • Paul Bismuth dit :

      @ souricière
      C’est surtout une question idéologique, donc une volonté politique qui s’est imposée depuis la fin de l’URSS.
      L’ultralibéralisme est aussi un totalitarisme.
      https://theatrum-belli.com/covid-19-reserves-mystique-de-la-levee-en-masse-et-impreparation-des-elites-plaidoyer-pour-lorganisation-de-reserves-civiles-et-militaires-face-aux-crises-a-venir/

  10. Albatros dit :

    un service national avec un volet civil dans les SDIS hôpitaux mairies
    .
    et un volet militaire pour 2 divisions formées en 18 mois, des fusiliers marins, gendarmes auxiliaires ces derniers étant chargés de Sentinelle et de reprimer les émeutes plus particulièrement soit 30 000 GA au moins.
    Tout ceci quoi qu il en coûte car c est notre securité

    • Roland Desparte dit :

      @Albatros
      Les émeutes et le MO c’est la Gendarmerie Mobile. Et en GM il n’y a pas de GA à ma connaissance…
      Par contre il est absolument nécessaire d’augmenter les effectifs de la GM (Actuellement environ 13 000 hommes, qui par ailleurs effectuent régulièrement des exercices de DOT).

      • rainbowknight dit :

        Complémentaires avec les CRS mais les unes et les autres ne sont pas de même nature…. les matériels peuvent en témoigner, voire les syndicats. Jamais entendu parler d’un refus de cantonnement par les escadrons….
        Les émeutes sur Le Caillou sont prioritairement du ressort de la Gendarmerie, certains diront l’armée pour accentuer le côté répressif néocolonialiste et émouvoir les foules d’électeurs…
        Tout est perfectible mais le perfectible c’est l’adaptation des moyens humains et matériels à une situation donnée. Or la situation est toujours évolutive jamais figée donc la critique sera toujours d’actualité, la difficulté c’est d’imaginer le pire « demain » pour être prêts aujourd’hui….

        • Roland Desparte dit :

          @rainbowknight
          Je suis d’accord. Je ne parlais pas des CRS car ce sont des civils… (Et effectivement ils renâclent à certaines missions et cantonnements…).
          Imaginer le pire, l’anticiper, donner les moyens, c’est aussi cela le rôle des politiques…

    • Mat49 dit :

      @Albatros oui un service civil volontaire en plus d’une conscription volontaire serait une bonne idée.

  11. Kardaillac dit :

    Quote : « la dissuasion nucléaire censée garantir l’intégrité de son territoire et, plus largement, de ses intérêts vitaux. »unquote
    Non prouvé, improbable ?
    Contournable par la guerre hybride de demain ?
    Nous ferions bien de bâtir une vraie armée sans y croire, en attendant la divine surprise d’une efficacité de cette dissuasion nucléaire..

    • Robert Collins dit :

      Ne pourriez-vous pas remplacer ces anglaises « quote » et « unquote » par de biens françaises citation et fin de citation ?

      • PK dit :

        Surtout que la présence des guillemets ouvrants et fermants suffit à indiquer la présence d’une citation.

        Sinon, ben, c’est la force du « soft-power » américain que d’imposer sa culture partout 🙂

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « Sinon, ben, c’est la force du « soft-power » américain que d’imposer sa culture partout » Ah les…………….lubies!

          • PK dit :

            Tiens, le posteur compulsif et névrotique ne peut s’empêcher…

  12. Félix GARCIA dit :

    La lumière au bout du tunnel cognitif ? 😀
    ♫ Ain’t No Sunshine ♫
    https://www.youtube.com/watch?v=ZI5RRwQSyyE
    C’est donc une sonate au clair de lune …
    https://www.youtube.com/watch?v=G3_OGFF0dHE

  13. KOUDLANSKI Romain dit :

    C’est bien beau de vouloir augmenté le volume des forces , on les mets ou c’est pareil on augmente les effectifs ,mais il faut les infrastructures pour accueillir le personnel et le matériel.

  14. Félix GARCIA dit :

    « Cela étant, les termes de ce débat se posent différemment en France, où le modèle d’armée, « complet », repose sur la dissuasion nucléaire, censée garantir l’intégrité de son territoire et, plus largement, de ses intérêts vitaux. »
    Ce que l’on pourrait nommer « la concentration des efforts ».
    🙂
    —> « MARTIN MOTTE : RELIRE UN CLASSIQUE DE LA STRATÉGIE : DE LA GUERRE, PAR FERDINAND FOCH »
    https://www.youtube.com/watch?v=SgAtuhBrepQ
    —> « LUNDIS IHEDN – Débats stratégiques avec Dominique Mongin – Histoire de la dissuasion nucléaire »
    https://www.youtube.com/watch?v=-imll2LnLVc

  15. Matou dit :

    La difficulté est que la stupide politique ayant mené à vendre des casernes entières au civil dans l’exercice de réduction et concentration des forces nous met auourd’hui en difficulté, dans un contexte où la dette est inavouable.
    Mais dans le même temps, il y a tant de dépenses d’argent infondées et scandaleuses que si on remettrait de l’ordre dans l’administration et la gestion des aides, cela permettrait de retrouver des centaines de millions d’euros. avec cet argent, il serait possible de reconstruire des casernements afin d’héberger des conscrits ainsi que les armer correctement, sans pour autant alourdir la dette. Notre pays est comme un bon moteur calaminé. Tenant compte du contexte, il y a du nettoyage à faire à tous les étages et dans tous les domaines. Pour cela, il faut des gens qui ne font pas de clientélisme mais qui n’ont qu’une boussole, la France.
    Qui est prêt ET dispose des compétences dans la classe politique pour réellement prendre le taureau par les cornes et mettre une fin à ce lamentable gâchi, afin que l’argent serve là où il y en a grand besoin, dont la reconstruction d’une défense conventionnelle dissuasive et opérationnelle pour la France ; notamment à côté d’une Allemagne argentée qui elle réarme à tour de bras, certes pour la bonne cause aujourd’hui, mais quid de demain en cas de changement politique majeur.

    • rainbowknight dit :

      L’Allemagne vous fait peur ? Moi au contraire elle me rassure.
      Les efforts à consentir doivent prioritairement porter sur l’Education Nationale. Pour que les petits français, citoyens de demain soient fiers de l’Histoire de France, fiers d’être réunis sous un même drapeau et oublient de ramener, là où ils doivent s’instruire, les problématiques communautaristes qui sapent l’unicité de la Nation….
      Alors peut-être pourrez vous trouver suffisamment de volontaires pour fièrement servir la France….
      Réapprendre que « Nous » est plus fort que « Je »….. quelques parcours ou stages pour s’en convaincre.

  16. Nicolas dit :

    La France n’a abandonné aucune capacité? Tous les régiments de défense anti-aérienne de l’armée de Terre ont été dissous… Aujourd’hui notre armée de Terre ne dispose d’aucun système crédible dans ce domaine…

  17. Convertor dit :

    Il est des pays européens où l’appartenance à une réserve opérationnelle est valorisée par les employeurs (de l’industrie privée) … Au recrutement, la deuxième ou troisième ligne des CV à remplir est « grade dans la réserve ». Et le grade ou la spécialité doivent bien évidemment correspondre au poste à pourvoir. Je ne sais pas si c’est aussi le cas aux USA, mais c’est un exemple vécu en Suisse.
    Pour accélérer la mutation culturelle que cela supposerait en France, commençons par imposer ce critère pour participer à un concours administratif. Un bon exemple, au moins …

    • civis17 dit :

      Pareil dans les entreprises US , seul endroit où mon engagement OR a été pris en compte

    • rainbowknight dit :

      Voyez comment être pompier volontaire en France suffit à voir votre employeur vous porter un regard réprobateur…. sauf à sauver « ses biens » sinon c’est inutile et temps perdu.

      • Roland Desparte dit :

        @rainbowknight. Re-bonjour.
        C’est malheureusement tristement vrai dans certaines entreprises… Cependant, pour le patron, ce n’est pas totalement “inutile“.
        Je cite les textes :
        L’emploi de salariés ou d’agents publics ayant la qualité de sapeur-pompier volontaire ouvre droit à un abattement sur la prime d’assurance due au titre des contrats garantissant les dommages d’incendie des assurés, d’un montant égal à la part des salariés ou agents publics sapeurs-pompiers volontaires dans l’effectif total des salariés ou agents publics de l’entreprise ou de la collectivité publique concernée, dans la limite d’un maximum de 10% de la prime (article 9de la loi n° 96-370 du 3 mai 1996 relative au développement du volontariat dans les corps de sapeurs-pompiers, codifié à l’articleL723-19 du code de la sécurité intérieure). [Et 10% c’est une belle somme pour certaines grandes entreprises].
        De surcroît, par convention avec le SDIS, au titre de la subrogation :
        L’employeur public ou privé est subrogé, à sa demande, dans le droit du sapeur-pompier volontaire à percevoir les indemnités en cas de maintien, durant son absence, de sa rémunération et des avantages y afférents dans la limite de ceux-ci. (Article 7 de la loi 97-370 du 3 mai 1996 relative au développement du volontariat dans les corps de sapeurs-pompiers).
        Les indemnités perçues par l’employeur en application de cette subrogation ne sont assujetties à aucun impôt, ni soumises aux prélèvements prévus par la législation sociale. (Article 11 de la loi 97-370 du 3 mai 1996 relative au développement du volontariat dans les corps de sapeurs-pompiers).
        Lorsque l’employeur maintient la rémunération pendant l’absence pour la formation suivie par les salariés / sapeurs-pompiers volontaires, la rémunération et les prélèvements sociaux afférents à cette absence sont admis au titre de la participation des employeurs au financement de la formation professionnelle continue prévue à l’article L.950-1 du Code du travail (Article 8 de la loi 97-370 du 3 mai 1996 relative au développement du volontariat dans les corps de sapeurs-pompiers).

    • Bazdriver dit :

      @Convertor. Il n’y a pas d’armée de réserve sur une base volontaire en Suisse. Il y a une armée de milice, et c’est un service obligatoire. Et contrairement à ce que vous dites, dans la plupart des entreprises, le fait de devvoir encore faire des périodes obligatoires de 3 semaines 1 mois à l’armée par année n’est pas vraiment apprécié par les employeurs. Les temps ont changé…….

  18. Flo dit :

    Sans parler des anciens militaire, la FMIR est à revoir de fond en comble car c’est vraiment très bas en terme de niveau, je dirais même que c’est dangereux de confier des armes de guerre à des gosses si peu entrainés…

    Pourquoi pas arrêter avec toutes ces betises de SNU (2 milliards par an pour cette lubie sans intérêt), SMV (garderie) et faire un vrai Service Militaire Volontaire dispo pour les 18 – 29 ans, chaque année on fait une promo de 25 000 (une division) volontaires qui s’entrainent 3 mois.

    Toutefois même avec une meilleure réserve la France manque de troupes actives, une division d’active supplémentaire ne serait pas du luxe.

    Financièrement avec 2,7% du PIB / an ce serait faisable. 2% en conventionnel (donc dans les clous des objectifs OTAN), 0,7% pour la dissuasion. Ce qui serait le minimum syndical pour rester compétitif vis à vis de l’Allemagne et de la Pologne pour ne citer qu’eux.

    • Mat49 dit :

      @FLO « 25 000 (une division) volontaires qui s’entrainent 3 mois » Trop court. Un an de service est le minimum.

      « une division d’active supplémentaire ne serait pas du luxe. » Recrutement trop faible. Mais, en gardant comme référence une division OTAN, la division de conscrits devrait pouvoir dériver une division de réservistes. Ce qui permettrait de passer à 4 divisions OTAN en cas de mobilisation sans augmenter le nombre de division pro.

      « Ce qui serait le minimum syndical pour rester compétitif vis à vis de l’Allemagne et de la Pologne pour ne citer qu’eux. » Entièrement d’accord.

    • Gaulois78 dit :

      Infrastructures..On peut récupérer la Caserne Gramont (centre ville St-Germain-en-Laye), il suffira d’expulser les propriétaires des locaux transformés en appartement haut de gamme, de remettre la caserne en état quoi..

  19. Bastan dit :

    Nous avons déjà une massification de nos Armées ………dans les États-majors.

    • blavan dit :

      C’est sur , nous avons déjà avec le nombre de colonels et généraux de quoi avoir une armée de 500 000 h. Mais il faut tout changer pour que rien ne change , c’est la conclusion logique de cet article !!!!

    • aleksandar dit :

      Il nous reste des MAS 36.

  20. spad dit :

    Et avec quoi les équipons nous? Les Hk sont en nombre juste suffisant pour la FOT et je ne parle pas du reste…

  21. Sousmarin83 dit :

    je fais parti de la RO2 mais après 39 ans d’armée, le médecin m’a déclaré inapte réserve. j’ai les genoux HS je suis I4, les oreilles HS, je suis O5, une épaule démontée, je suis S3, les yeux sont abîmés, je suis Y4. comme beaucoup de mes camarades qui sont allés au bout du service, on a quelques soucis de santé du à nos années de régiment. je ne me plains pas mais c’est la vie, je ne regrette rien et si mon pays m’appelle, j’irai. je suis simplement beaucoup moins souple, félin et manoeuvrier, à 60 ans c’est normal. La RO2 m’amène à 63 ans.

    • civis17 dit :

      Salut à toi Ouvrard , non je blague , on est tous dans le même passé la DLU.Il restera la défense passive pour nous employer .

  22. Veritas dit :

    Cohérence: quid de la baisse du crédit réserves cette année?
    cohérence, cohérence, est-ce que j’ai une gueule de cohérence?

  23. f.duchamp dit :

    Je confirme, pour l’avoir vécu, le bien fondé de cette approche.
    Un ancien du 95 ième RI.

  24. JILI dit :

    Il faut tout simplement créer des régiments avec des appelés et avec une durée d’engagement de 2 ans car en plus ce la formation militaire normale, il faut une seconde année afin qu’ils puissent avoir une excellente formation dans le matériel et la technologie qui prend de plus en plus d’importance. De plus, ça permettra de renforcer le patriotisme de nombreux jeunes qui veulent servir le pays, et pour l’avoir vécu, l’alliage et l’entente entre appelés et engagés se passera bien, puis les soudera.

    • Roland Desparte dit :

      @JILI. Bonjour
      Je l’ai aussi vécu, hier (années 70)… Mais j’ai bien peur qu’aujourd’hui il soit trop tard, pour recoller les morceaux…

      • JILI dit :

        Roland. Bonsoir,
        Ravi de savoir que les anciens ont toujours beaucoup de choses à dire.
        Sincèrement, je pense qu’on peut le refaire en modifiant certaines données pour les futurs appelés, et souvent je pense au système militaire suisse qui a de grandes qualités. Bien sûr, on conserve l’armée de métier qui est essentielle et on agrandit notre armée et ses réserves avec de jeunes français qui aiment leur pays, seront fiers de le servir, et pour qui un ou deux ans de service ne sera pas un sacrifice mais en plus de leur satisfaction personnelle, leur apportera une grande expérience et force mentale. De plus, notre jeunesse y trouvera une nouvelle voie qui confortera leurs croyances et leur patriotisme.

    • Mat49 dit :

      @MAt49 « il faut une seconde année afin qu’ils puissent avoir une excellente formation dans le matériel et la technologie qui prend de plus en plus d’importance.  » Dans l’idéal oui.

      Mais très dure d’avoir des volontaires pour un service si long. Donc un an de service plus un an de réserve avec obligation renforcé derrière est un compromis. En cas de mobilisation chaque régiment d’appelé dérive un régiment de réserviste grâce à un surencadrement du régiment dérivant. Surencadrement qui pendant l’année qui suit le service d’assurer le réentrainement régulier des réservistes ayant fait leur service l’année précédente.

  25. dambrugeac dit :

    C’est foutu… l’armée de terre ne sera plus jamais une armée de masse. terminés les 5 millions de mobilisés en 1939.

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « terminés les 5 millions de mobilisés en 1939. » Vu le « résultat » en 40 était ce bien nécessaire?

      • Roland Desparte dit :

        @Pascal
        C’est en partie vrai mais il faut nuancer, car c’est un sujet complexe, et ne serait-ce qu’en mémoire des ≃ 100 000 morts en quelques jours lors de la Bataille de France.
        Beaucoup de militaires et de mobilisés n’ont pas à rougir des erreurs stratégiques de certains de leurs vieux chefs qui ne croyaient pas aux concepts de choc et de vitesse (Blitzkrieg), ni des errements de la IIIe puis de la IVe République, ni de la collaboration active de certains cheminots et militants de la Confédération Générale du Travail Unitaire (CGTU) et de la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO). Mon père était officier d’artillerie et n’a jamais reçu “ses“ obus… le train ayant était volontairement aiguillé vers une mauvaise destination… (N’oublions pas que l’Allemagne nazie n’a mis fin au Pacte germano-soviétique qu’en 1941 lors de l’Opération Barbarossa), ni d’ailleurs de la nomination de Pétain avec le soutien de la SFIO et l’accord de Léon Blum… (Vous pouvez vérifier, c’est historique).

  26. Thierry le plus ancien dit :

    Toujours pas de débat sur la confiance de l’état envers ses citoyens pour le défendre ???? comme c’est bizarre, on en déduirait que l’ennemi de l’état ce sont les français, ça ou son contraire c’est pareil.

    Un Pays qui refuse à ses citoyens de s’armer, comme le font les Suisse, les Israéliens ou les Ukrainiens avant d’être attaqué, ne peut prétendre à aucune masse, pas même des réserviste réduit au rôle de troupeaux avec un chien pour les surveiller…

    On en revient à Macron et son divorce d’avec les français, qui n’a certes pas inventé la chose tout comme ses prédécesseurs si mal inspirés qui nous refusent un droit hérité de la révolution française, autrefois réservé à la noblesse.

    Et que dire de la légitime défense avec des moyens proportionné qui là encore est refusé même à la petite minorité encore autorisé à posséder une arme; Toute arme à feu selon la loi française doit être déposé dans un coffre, hors si l’on se fait attaquer brutalement à domicile par des gens armés, trop tard pour riposter s’il faut encore ouvrir le coffre avant de pouvoir riposter.

    La loi sur les armes en France bafoue nos droits fondamentaux depuis déjà bien trop longtemps, ce qui a des conséquences néfaste sur la défense national et le respect de la souveraineté de notre pays, car si plus personne ne peut s’entrainer au tir sans des formalités abusivement restrictive, alors personne n’est prêt à la guerre, l’armée n’aura jamais le temps ni les moyens d’entrainer tout le monde à la dernière minute.

    Je suis opposé au retour du service militaire, il faut plutôt que les volontaires puissent s’entrainer tout au long de leur vie avec leur propre armes et munitions afin qu’au moment venu ils soient prêt à servir de manière entrainé et compétent, Une telle armée serait redoutable et redouté. Ce qui n’est pas le cas des boys scout à Macron qui n’inspirent que de la pitié, et encore, des barbares n’en feraient qu’une bouchée.

    • Conjonction dit :

      Conjonctions de coordination : mais, ou, et, donc, or, ni, car.
      Or, pas hors.
      Or, si l’on se fait attaquer brutalement à domicile. Pas « hors si l’on se fait attaquer ».
      Merci.

      • Thierry le plus ancien dit :

        je le savais que c’était du plaqué or ! et depuis l’école j’ai arrêté de me demander : « ou est donc Ornicar » mémo technique effacé sous une couche de peinture doré.

        bon d’accord mauvaise excuse mais je ne revendique pas être une pointure de l’ortho-gaffe.

  27. Rogger dit :

    bonjour. deja L’AdT s’est 10 regiment de cavalerie et 20 regiment d’infanterie..
    les effectifs ne sont pas complet et le niveau d’entraînement réel reste faible..
    la réservation laisser moi rire… certains commentaires sont totalement déphasé de la réalité…
    nous pouvons compter sur ces soldat pour la defence du territoire. pour un engagement sur un autre territoire cela reste moins sur…

  28. Juste une précision dit :

    « Il faut »
    « Y’a qu’à »
    C’est bien d’avoir des idées mais c’est bien aussi de les mettre face aux contraintes.
    IL FAUT une loi qui rend illégale l’illégalité.
    Y A QU’A dire que c’est pas bien la délinquance.
    Vous voyez, ce sont 2 idées qui ne servent à rien.
    Comme beaucoup d’interventions sur le blog.

  29. Squal dit :

    Depuis 15 ans je suis persuadé que l’avenir c’est le drone, pas peur, pas cher, jamais malade, pas de grévistes, reprogrammable à l’infini, ne craint ni le chaud ni le froid etc etc

  30. Geirges Frérot dit :

    Il est a craindre que tout cela ne soit malheureusement que des discours de salon.
    Petit exemple très simple, le niveau de notre production d’obus de 155 et 120 mm et toute la difficulté de la remonter en puissance.
    Sans ommettre les ventriloques de la communication du ministère.
    C’est bien eux qui nous parlaient de réassurance auprès de nos alliés.
    Les bouffons, le conflit en ukraine nous montre que la seule réassurance serait éventuellement celle des USA.
    Quel conflit priviligireaint-ils alors en cas de besoin, l’indo-pacifique, Taïwan, Israël ?
    Et cet exemple est malheureusement reproductible pour tant d’autres matériels et munitions.
    Matériels et munitions dont les délai de fabrication sont extèmement long et sujet à des difficultés d’approvisionnement.
    Tout cela n’est pas bien sérieux et manque de cohérence à tous les niveaux !

  31. Expression libre dit :

    Oser parler de « masse » et se contenter de 50 000 réservistes en 2035, c’est se moquer du monde. J’avais déjà proposé de former sur ce blog un bataillon de 500 h en 4 mois par département, 1500 h et f formés en un an, sous quel statut? Un service militaire de base réservé à des volontaires rémunérés et disposant de certains avantages ( accès avec prime aux concours de la FP, points retraite…)
    Pas de pb d’infrastructures, l’appelé nouvelle vague, retourne chez lui tous les soirs ( sans l’armement évidemment). Le but est de retrouver de la masse formée aux rudiments de l’entrainement militaire (tirs, drills…)
    Il est prévu de créer un bataillon par brigades IA avec à terme 30 bataillons, c’est déjà ça. Mais bon, je vois mal nos 6 brigades, sous équipées dans un conflit de HI. Il vaut mieux miser sur notre assurance vie. Je verrai bien doter l’AdT d’un LCM à tête nucléaire, mobile sur camion. Après tout, pendant la guerre froide, nos 3 corps d’armée étaient destinés au sacrifice suprême en attendant « l’ultime avertissement » face au rouleau compresseur soviétique. Face à la masse, de la masse (très très hypothétique) ou du Nuc ?
    Bien sûr, nous ne serons pas seuls, au sein de l’Otan… ouais!
    https://www.opex360.com/2023/10/12/larmee-de-terre-va-creer-un-bataillon-de-reservistes-du-renseignement/

    • Vivre face à face dit :

      Et pour la guerre civile en France, vous prévoyez quoi ?

      Parce que la Défense Opérationnelle du Territoire, c’est comme le retour de la guerre en Europe: ça n’existe pas dans les grands salons parisiens obsédés par les OPEX africaines.

      Le danger pour les français, ce n’est pas les soviétiques, c’est la balkanisation du territoire…

  32. Pascal, (l'autre) dit :

    @Geirges Frérot « Tout cela n’est pas bien sérieux et manque de cohérence à tous les niveaux ! » Votre constat est assez juste cependant nous payons des décennies de désarmement, d’économies à cause du pompeux concept des « dividendes de la Paix » et ce pas qu’en France! La chute du mur de Berlin et du rideau de fer a fait miroiter à de nombreux responsables politiques que nous allions vers un monde de sécurité et aussi avec l’autre concept du « village global » où la mondialisation heureuse! Nos industries de défense se sont donc reconverties où ont….disparu, le savoir faire aussi! Sommes nous aujourd’hui capable de refaire un char d’assaut, de l’armement lourd comme individuel et ce en grande quantité? Il y a bien sûr des succès comme le Rafale, le canon Caesar, de l’armement guidé mais n’est ce pas les arbres qui cachent la forêt du………..dénuement?
    Reconquérir des capacités d’innovations et de productions ne se feront pas d’un claquement de doigt après des années d’immobilisme où de « petits pas »! Tout comme nos relations avec les U.S. il ne faudra pas attendre, il faudra anticiper (et rapidement) ces relations en fonction de ce qui sortira des urnes en novembre de cette année aux U.S.A.!
    Le manque de cohérence et de sérieux a commençé dès le lendemain de la fin de la première guerre du Golfe!

    • Conjonction dit :

      Conjonctions de coordination : mais, ou, et, donc, or, ni, car.
      Ou, pas où.
      L’autre concept du « village global » ou la mondialisation heureuse ! Pas « où la mondialisation heureuse! »
      Nos industries de défense se sont donc reconverties ou ont… disparu. Pas « où ont….disparu. »
      Après des années d’immobilisme ou de « petits pas » ! Pas « où de « petits pas »! »
      Merci.

  33. Bob dit :

    Le CEMAT parle beaucoup et dit tout et son contraire. Il veut la cohérence avant la masse mais sans masse il n’y aura plus de cohérence sous 3 semaines dans un engagement militaire majeur car là est la question.
    Les froggys ont décidé de conserver une armée coloniale professionnelle hérité de son passé impérialiste avec encore aujourd’hui ses confettis d’empire de territoires ultra-marin comme avec le cas de la Kanacky encore asservie. Cela a permis de réduire les budgets avec le choix d’une armée échantillionnaire avec la fin du bloc soviétique et pour garder un semblant de souveraineté qui est impossible en raison de la faible puissance de la France du RN et du nuke qui plombe le budget avec des SNLE, des rafales et un CDG.
    50 kpax de réservistes de série A puis 66 kpax de série B ne font pas une armée comme en 40 sans un encadrement entraîner et motivé, sans parler de la stratégie et du format des armées.
    Le retour des mortiers de 120, la création de dronistes et de service de renseignement change l’armée de terre mais est-ce suffisant? Je ne le pense pas et si on ne compte que sur le nuke, la défaite est en RN.
    Malheureusement le tropisme du technologisme qui n’est pas dû à la diminution de la masse mais dû au fait aux besoins d’export et du manque d’organisation et de cohésion des unités militaires avec le leadership des bureaux d’études par rapport à la réalité du terrain et de la désindustrialisation de la métropole pour acheter PCC. En somme l’AdT n’est pas prête sauf à refaire Serval et tutti quanti.