Le ministère des Armées a notifié un marché pour accompagner le développement de l’obus guidé Katana

Plus une pièce d’artillerie est précise, moins elle consomme d’obus pour neutraliser une position ennemie. Cela présente au moins trois autres avantages : on évite une usure prématurée du canon, l’empreinte logistique est plus légère et on limite le risque de dommages collatéraux, en particulier quand il s’agit de porter le feu en zone urbaine.

Pour améliorer la précision des tirs, deux voies sont possibles. La première est d’accroître les capacités d’acquisition des cibles, via l’intégration d’algorithme d’intelligence artificielle, comme le prévoit le concept de « vision par ordinateur », qui permet à une machine d’identifier et de « comprendre » des images issues d’un flux vidéo obtenu, par exemple, par un drone. La seconde est de miser sur des munitions guidées, comme l’obus de 155 mm « Katana », dont le développement a été lancé par KNDS France [ex-Nexter] il y a six ans.

« Le guidage vers la cible doit être assuré grâce à une hybridation entre un récepteur de signaux GNSS [géolocalisation par satellite, ndlr] et une unité de mesures inertielles ainsi qu’à écartomètre semi-actif laser optionnel pour obtenir une précision métrique », avait expliqué KNDS France lors de la présentation de ce projet de nouvelle munition.

La mise au point de l’obus Katana a exigé des essais en soufflerie, pour évaluer sa fonction de guidage et son comportement balistique selon diverses configuration. Puis des campagnes de « tirs pilotés » ont été effectuées afin de vérifier sa « manœuvrabilité » et le fonctionnement de ses gouvernes de contrôle [CAS – Canard Actuation System].

Initialement, KNDS France espérait mettre cette nouvelle munition guidée sur le marché en 2023. Mais cet objectif n’a pas pu être tenu. La pandémie de covid-19 a compliqué la tâche, de même que les difficultés d’approvisionnement pour certains composants électroniques.

Une autre raison tient sans doute à la nécessité de renforcer la résistance de cette munition au brouillage électronique, susceptible de perturber la réception des signaux GNSS. En tout cas, c’est ce que suggère l’industriel, dans un communiqué publié ce 20 juin pour annoncer qu’il venait d’être notifié d’un « marché » par la Direction générale de l’armement [DGA] pour « soutenir le développement de l’obus guidé de haute précision Katana ».

En effet, à cette occasion, KNDS France a indiqué que la « conception modulaire du Katana lui confère une capacité à évoluer en intégrant de nouvelles technologiques dès leur mise sur le marché », notamment pour une utilisation dans des environnements où les signaux GNSS sont brouillés.

Cette capacité à résister au brouillage électronique a commencé à être évaluée cette année, avec le soutien de la DGA, a précisé l’industriel. Celui-ci a également ajouté que l’obus Katana avait démontré une « précision de quelques mètres », grâce, justement, à un « système de géolocalisation par satellite couplé à une centrale inertielle ».

Enfin, le Katana est armé par une « fusée dite ‘multimodes' », ce qui permet de « moduler les effets terminaux en fonction de l’objectif [à traiter] et de son niveau de protection ». Et cela grâce à l’intégration d’une « électronique de haute performance conçue pour résister à des contraintes extrêmes en termes d’accélération et de chocs ». Aussi, cet obus peut dès à présent être « tiré à pleine charge », ce qui lui « permet d’atteindre la portée maximale d’un canon de 155 mm de 52 calibres comme celui du Camion équipé d’un système d’artillerie [CAESAr] », fait valoir KNDS France.

Par ailleurs, un autre point mis en avant par l’industriel est que la « modularité » du Katana « favorise également l’intégration de composants locaux, à l’occasion de transfert de production », ce qui facilitera son exportation. Il devrait être commercialisé en 2026.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

59 contributions

  1. Vevert250 dit :

    Les composants électroniques doivent être costauds pour supporter la chaleur, la pression et surtout l’accélération au départ du coup.

    • joe dit :

      Ils sont encapsulés soit dans la fusée soit dans le corps de l’obus et ne supporte qu’une seule chose : les G au départ du coup. Soit si mes calculs sont bons : 900Ms / 9,81 (g) = 92G. Il suffit que les matériaux utilisés pour la micro carte électronique soit suffisamment résistants, l’électronique survivra largement à l’accélération.

      • Marine dit :

        « Soit si mes calculs sont bons » … Ils ne le sont pas. Il manque quelque-chose dans votre calcul : la distance sur laquelle l’obus passe de 0 à 900 m/s.

      • toto dit :

        Ce n’est pas comme cela que l’on calcul une accélération.
        Temps de parcours d’un obus dans un tube 52 cal en charge max : 6 ms
        Vitesse initiale 900 m.s-1
        Accélération 900 / 0.006 = 150 000 m.s-2 / 9.81 = 15 300 G

      • Lex dit :

        Suivant la vivacité de la poudre, l’accélération peut aller jusqu’à 10000G, donc votre calcul n’est pas bon du tout 😉
        On peut réduire l’accélération et la pression dans la culasse avec des poudres plus lente et des canons plus long, mais ça reste un peu violent pour de l’électronique de précision

      • Physique de prof dit :

        Et qu’en dit Prof de physique ?

  2. UFO 26 dit :

    Bonjour a tous . Quelqu’un peut il me donner le prix de ce genre de munition et d’un obus classique ?

    • Si on le savait, ce ne serait pas un blog grand public... dit :

      Il faudrait avoir accès au contrat signé « avec un pays européen » il y a quelques temps.
      Ce serait pas dans les 4 000 euros/pièce (plus cher évidemment).

      • Roland Desparte dit :

        Que nenni, les prix sont fonction des destinations (ce à quoi il va servir). Et un obus guidé c’est actuellement de l’ordre de 60 000 €.

      • St-Denis dit :

        Avant la guerre en Ukraine, un obus classique, H.T. et en quantité… c’était env. 2.000 €…
        Entre temps… inflation… demande mondiale… c’est même pas sûr qu’à 3.000 on te l’emballe…

      • joe dit :

        4K€ c’est le prix d’un obus 155mm standard. Un Katana c’est plutôt dans les 80K€ pièce…

    • demontigny399 dit :

      Certainement plus cher qu’un obus classique mais beaucoup moins cher qu’un missile, pour une précision identique ou très proche, et en plus, comme on doit moins en tirer, ça use moins le canon! Que du bon … pour celui qui tire !

    • HMX dit :

      @UFO26
      A titre de comparaison, l’Excalibur américain est donné pour 80 à 90K€. C’est à peu près 20 fois plus cher qu’un obus classique… mais ça reste néanmoins accessible et particulièrement intéressant d’un point de vue opérationnel.

    • PK dit :

      Autour de 5 k€ pour un obus classique et de 60 k€ pour un guidé… Cela varie en fonction de la demande et du fournisseur. Et miracle de la guerre en Ukraine, les prix ont explosé…

  3. Deres dit :

    Pas d’augmentation de porter en planant ? Pas de trajectories d’arrivee vertical ?

  4. KL42 dit :

    Economie de guerre veut dire fabriquer des choses simples en grande quantité. Que faut-il construire, peu de Tigre complexe et lourd ou beaucoup de T 34 ou Sherman qui saturent le champ de bataille.
    Faut-il construire quelque chose comme une quarantaine de types d’avions comme les Allemands ou 4 types d’avions comme les Soviétiques.
    Combien coute un tel obus ? combien de pièces pour le fabriquer ? En économie de guerre pourra-t-on fabriquer tous ces composants électroniques et seront-ils prioritaires par rapport aux radars aux missiles écrans etc…
    La 2em GM a été gagné par l’URSS et les US grâce à la production de masse et la standardisation des modèles.

    Je ne prends pas parti, je ne fais que poser des questions sur l’objectif final de tout ce grabuge, la guerre de haute intensité.

    https://www.youtube.com/watch?v=B9z1e7Ecw6M

    • Why not dit :

      KL42. Sans remettre en cause votre propos, Il convient tout de même relativiser. Combien de modèles de chasseurs et chasseurs bombardiers US à votre avis? Bien plus de 4… Par ailleurs, l’URSS a largement utilisé des matériels anglais et américains en sus des siens propres…

    • joe dit :

      Non, la seconde guerre mondiale a été gagné logistiquement parlant par … les US. Même Staline à avoué dans ses mémoires que sans l’aide US il n’aurait pas pu contre-attaquer. Concernant la guerre de haute intensité… comme disait Karl von Clausewitz , « La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens « . Putler n’arrive pas à ses fins cet à dire garder sous contrôle tous les pays limitrophes, comprendre donner l’illusion d’une démocratie tout en imposant tous les choix possibles… les siens… il fait la seule chose dont il soit capable : détruire tout ce qui est devant lui, de préférence en visant les civils et leurs infrastructures, avec tout ce qu’il possède. D’où la haute intensité versus la notion d’escarmouches ou de sabotages. Il a juste deux soucis : les démocraties ont dit stop, vu que les prochains sur la liste se trouvent dans l’UE et surtout les ukrainiens sont de redoutables combattants. Ils ont l’âme slave qui implique la notion de sacrifice, celle la même qui animait nos aïeux dans les tranchées de Verdun… L’Ukraine a perdu presque 5 millions de citoyens, sur 35 millions au début de la guerre… Ils n’ont pas non oublié le massacre connu sous le nom de holodomor qui a consisté à affamer et laisser mourir de faim des millions d’Ukrainiens… sur ordre de Staline entre 1932 et 1933

      • kriss de Valnor dit :

        Allez le troll allez… Un petit effort pour parler du sujet de cet article, les obus guidés et celui-là en particulier. C’est une obsession chez certains, d’insulter et de dénigrer.

        • Baratinovitch dit :

          Ne vous inquiétez pas, Vladimir Poutine travaille activement à réhabiliter la mémoire du grand humaniste qu’était Joseph Staline.

        • joe dit :

          Dénoncer les pratiques d’un dictateur est du troll maintenant 🙂 J’ai répondu aux interrogations avec un complément historique, pas de la propagande. Votre problème si vous n’aimez pas les faits historiques remis dans un contexte plus récent. Allez bisous 🙂

      • Roland Desparte dit :

        @Joe
        Pour aller plus loin en ce qui concerne l’aide américaine à Staline :
        https://www.persee.fr/doc/receo_0338-0599_1984_num_15_3_2510

      • Cet cette set Sète Seth sept dit :

        C’est-à-dire.

      • Plus que la logistique, c’est la capacité à produire en masse et en standardisant des matériels de qualité qui fait la différence. Enfin comme la guerre est d’abord faite par des hommes, c’est l’organisation des adversaires et notez le, dans tous les compartiment du jeu, qui a une importance cruciale. Pour illustrer mon propos, plongez vous cet été dans « Combattre en Dictature »/ la Wehrmacht face au débarquement. Universitaire précis et rigoureux, Jean Louis Leleu vous, nous établit un bilan de l’état réel de l’adversaire Nazi au matin du 06 juin 1944. Un très beau travail qui ne se consomme surtout pas comme une petite chose…….Il mérite un effort personnel significatif.
        Ps : Quid des mémoire de Staline ?

      • KL42 dit :

        Quel est le rapport avec l’article.
        Critiqué Poutine à tout bout de champ ne prouve qu’une chose.
        Votre psychose, prenez de la verveine ça devrai calmé votre obsession.

        • Conjugaisons dit :

          Quant à vous, il vous est aimablement suggéré de prendre un Bescherelle des conjugaisons :
          Critiquer Poutine.
          Ça devrait calmer.

        • joe dit :

          Putler pas poutine 🙂 C’est pourquoi critiquer cet homme, qui est selon la blonde : « un homme formidable ! »

  5. aleksandar dit :

    Impressionnant.
    Le seul problème c’est le prix de cette petite merveille.
    Et donc combien l’armée française va en avoir en dotation.

    • rainbowknight dit :

      Rapport coût/efficacité, inutile de faire des « stocks » si chaque article produit son effet sur la force adverse. Cela amène l’ennemi potentiel à réfléchir s’il est encore lucide. Quant à la France elle n’est pas seule, il faut considérer ce que d’autres pays alliés peuvent « apporter » en plus de la dotation française.
      Souhaitons que cet « obus » se vende bien et satisfasse tous les pays amis de la France.

  6. Félix GARCIA dit :

    Et pour environ 40km de portée dans un premier temps il me semble.

    « Shintao damotasaï ! »
    https://www.youtube.com/watch?v=rB0Gl6duxgQ

  7. penandreff dit :

    une slave de 155mm L52 couvre une cible type à 50km, par contre si l’on veut augmenter la portée la dispersion augmente d’où l’obligation d’avoir des munitions guidées pour des 155mm L62 qui auraient une portée de 70km.
    les US ont fait des essais de 155mm L62 qu’ils ont arrêtés à cause de l’usure rapide du tube, Rheinmetall et KNDS continues les essais.
    le prix d’un obus type katana serait selon certains commentaires dix fois plus chère qu’u obus standard, avons nous une idée du prix d’une roquette himar?

    • Roland Desparte dit :

      @penandreff
      Selon le constructeur, « chaque Himars peut transporter un pack de six roquettes de type Gmlrs ou un seul missile Tacms. Chaque roquette Gmlrs individuelle coûte environ 100.000 euros supplémentaires. »

    • toto dit :

      Que d’inexactitudes !
      L52 cal c’est du 40km grand max. (l’archer un peu plus car il a une chambre plus volumineuse et donc il peut mettre plus de poudre).
      L62 théoriquement 60-65km avec des obus « classiques ».
      les USA on fait un 58 cal avec l’ERCA qu’ils ont effectivement arrêté pour cause de problème d’érosion du tube par les gaz propulsifs.
      Les USA ont tiré un excalibur avec une supercharge dans l’ERCA à 70 km (grande augmentation de portée en planant)

    • joe dit :

      Pour un Himar, dans les 120K€… néanmoins il doit y avoir des prix de gros 🙂

      • Bazdriver dit :

        @Joe. Un GMLRS ou GMLRS-ER est certes plus coûteux, mais les 2 offrent des portées supérieures. Environ 80-90 km pour le premier et environ 140-150 km pour le deuxième…

    • Shareholder dit :

      Il ne serait pas dix fois plus « chère », mais il serait peut-être dix fois plus cher.

      Il est cher, elle est chère, ils sont chers, elles sont chères.

    • totoro dit :

      Une Slave de 155mm, même avec un bonnet D, ne couvrira jamais un type à 50km ni même à 50 cm

      • Rions un peu dit :

        Oh, la jolie faute de frappe ! Elle m’avait échappé, mais vous en avez fait très bon usage.

  8. serpentin dit :

    Espérons qu’il résistera mieux au brouillage que l’Excalibur américain dont le guidage GPS est inopérant avec le brouillage Russe, à tel point que cet obus a été retiré du front et n’est plus utilisé.

    • HMX dit :

      C’est notamment pour cette raison que la DGA s’implique dans le développement de cet obus « intelligent » à correction de trajectoire. L’objectif ultime serait de pouvoir totalement se passer de guidage GNSS, et de pouvoir compter exclusivement sur un guidage inertiel par définition imbrouillable… une précision infra-décamétrique à 40km, avec un obus à guidage 100% inertiel, serait déjà une performance tout à fait admirable sur le plan opérationnel.

      L’enjeu est d’autant plus important que le Katana devrait bientôt être testé dans une version à portée étendue (60km), avec un propulseur intégré. Pouvoir compter sur un « simple » guidage inertiel à cette distance éviterait d’avoir recours à de coûteux et complexes dispositifs de guidage (laser semi-actif , ou IR) qui feront s’envoler le prix de la munition.

      Autre piste potentielle : un guidage stellaire (orientation par repérage des étoiles, y compris en plein jour). Equipement bien connu, qui équipe par exemple les sous-marins et le missile M51. Des versions miniaturisées équipent d’ores et déjà des véhicules terrestre et des navires : reste à voir s’il est possible de miniaturiser encore davantage ce dispositif pour l’intégrer à un obus de 155mm ?

  9. Petit Loup dit :

    Un obus classique c est 4000 € environs , le prix d un obus excalibur l équivalent américain tourne autour de 80 000 à 90 000$ .
    En contrepartie il faut une dizaine d obus classique pour traiter une cible , alors que 2 ou 3 suffisent pour un excalibur , à condition qu il n y ai pas de brouillage GPS intensif dans la zone .
    Un katana devrai valoir mini 60 000 € si il est produit en masse .
    Moins on tire d obus , moins grand est le risque de se faire localiser .
    On en produit moins mais on en utilise moins , après faut un minimum de stock.

    • PK dit :

      Voilà, je voulais faire le même commentaire 🙂

      Le seul intérêt de l’obus guidé est qu’il allège la log. Mais comme dans tous les conflits modernes, à l’instar de tous ses copains hors de prix, il ne peut être utilisé que sur une cible à haute valeur ajoutée. Autant dire, l’intérêt est minime pour le combat d’artillerie qui, par définition, doit assommer l’ennemi. Les pertes collatérales sont assez minimes : il suffit de faire un peu attention (le conflit en Ukraine montre clairement que lorsque les artilleurs ne font pas n’importe quoi, on a quelques morts civils par jour, ce qui est très faible. À comparer avec un certain conflit récent…).

      Le seul intérêt d’un obus hors de prix, c’est qu’il apporte quelque chose de vraiment en plus. Comme une allonge plus grande. Sinon, ça ne vaut pas la chandelle dans un conflit de haute-intensité un temps soit peu durable…

    • Conjugaisons dit :

      À condition qu’il n’y ait pas (subjonctif présent).
      Un Katana devrait (conditionnel présent).

  10. Why not dit :

    aleksandar. Peu importe, nos soldats ont bien le droit de s’offrir un petit plaisir de temps en temps. Le moral ça compte aussi!

  11. JILI dit :

    Cet obus là fera des dégâts considérables, et je n’ose m’imaginer les résultats exceptionnels qu’il amènera s’il équipe les Casears. Déjà que ce canon tracté est d’une efficacité redoutable, alors sa nouvelle version avec le katana va entraîner de nombreuses ventes à l’export. Il reste à connaître les particularités de leur mise en service , et qui je l’espère vivement le seront en quantité décente afin que notre armée conforte sa puissance.

    • Rémi dit :

      Cet obus fera les mêmes dégats qu’un 155 classique.
      On espére juste qu’il les fera au bon endroit.
      Aprés, si l’ennemi leurre vos équipes de reconnaissances, vous tirerez votre chére poudre au moineaux comme avec un obus classique!
      A un moment le problème de ces munitions est là. Cela suppose que tous les composants de la chaine de feu: Reseignement décision, tir, sont parfaits. Et la perfection coute cher!

    • Bazdriver dit :

      @JILI. Un obus guidé n’a justement pas besoin du plus performant système d’artillerie pour être efficace. C’est tout aussi efficace sur un M777 que sur un M-109, un Archer, un Atmos 2000 ou un Magr indien.

  12. Roland Desparte dit :

    « système de géolocalisation par satellite couplé à une centrale inertielle »…
    Oui, mais que fait-on si nos satellites sont aveuglés ?
    C’est un peu le serpent de mer cette innovation…

  13. Plus que la logistique, c’est la capacité à produire en masse et en standardisant des matériels de qualité qui fait la différence. Enfin comme la guerre est d’abord faite par des hommes, c’est l’organisation des adversaires et notez le, dans tous les compartiment du jeu, qui a une importance cruciale. Pour illustrer mon propos, plongez vous cet été dans « Combattre en Dictature »/ la Wehrmacht face au débarquement. Universitaire précis et rigoureux, Jean Louis Leleu vous, nous établit un bilan de l’état réel de l’adversaire Nazi au matin du 06 juin 1944. Un très beau travail qui ne se consomme surtout pas comme une petite chose…….Il mérite un effort personnel significatif.
    Ps : Quid des mémoires de Staline ?

    • Des interrogations. Comment se fait-il que l’article ci-dessus, soit publié 02 fois sur ce site à une minute d’intervalle. Messieurs, attention au gonflement des chevilles de l’auteur ainsi honoré.

  14. PHILIPPE dit :

    Même si cette nouvelle munition a bien des avantages, au moins sur le papier, le compromis coût / service ne doit cependant pas être perdu de vue.
    La liaison rapide entre l’acquisition du renseignement et la frappe peut certainement être encore améliorée.
    Comme on le voit l’artillerie elle aussi connait de formidables progrès.
    A court terme on ne peut que souhaiter des obus de 155 mm de qualité et en quantités suffisantes puisque selon l’adage :
    « la sueur de l’artilleur épargne le sang du fantassin »

  15. Wrecker47 dit :

    La production en masse de cet obus ne sera pas pour demain en France …Il y a d’autres priorités telles que la remise en état des chars Leclerc et bien d’autres…A moins que ce type d’obus soit le « must plus ultra  » adopté et acheté sous licence par l(OTAN et tous les pays qui en font- partie …(on peut toujours réver)Pour l’instant il y a les Drones dont on a absolument besoin ,certainement três efficaces dans tous les domaines ,et en particulier contre les chars …