Armée de Terre : Le CENTAC/1er BCP s’est procuré une réplique du système anti-aérien russe Pantsir

Ayant officiellement vu le jour à Mailly-le-Camp en 1996, le Centre d’entraînement au combat [CENTAC], gardien des traditions du 1er Bataillon de chasseurs à pied [BCP], a la mission d’organiser des exercices interarmes à la fois exigeants et les plus réalistes possibles au profit des différentes unités de l’armée de Terre.

Pour cela, il s’appuie sur une force adverse [FORAD] pour incarner tous les types d’adversaires possibles, des OAC [Observateurs, Arbitres, Conseillers] et des capacités de « simulation instrumentée », comme le CERBERE [Centre d’entraînement représentatif des espaces de bataille et de restitution des engagements]. Depuis quelques temps, des canons à son et des « leurres tactiques terrestres » sont venus s’ajouter à ces moyens, l’objectif étant « d’immerger les soldats dans la réalité des combats ».

C’est ainsi que le CENTAC/1er BCP vient de se procurer un leurre « représentant un système anti-aérien Pantsir » [code Otan : SA-22 « Greyhound »] mis en œuvre par les forces russes. Il s’agit d’une structure gonflable qui, à 300 mètres de distance, donne l’illusion d’avoir affaire à un vrai équipement.

Pour le CENTAC, ce Pantsir « gonflable » présente au moins trois intérêts. « Il fait office de cible pour les troupes, mais aussi pour les avions de l’armée de l’Air et de l’Espace, les hélicoptères de l’Aviation légère de l’armée de Terre » et leurs contrôleurs tactiques avancés [JTAC – Joint Terminal Attack Controller], explique-t-il, via ses réseaux sociaux. En outre, poursuit-il, il permet aussi aux analystes de la Direction du renseignement militaire [DRM] de « s’entraîner à la contre-déception, c’est à dire, ici, à différencier par satellite véhicules réels et leurres ».

D’autant plus que le CENTAC dispose de plusieurs autres modèles de leurres, certains reproduisant la silhouette d’un CAESAr [Camion équipé d’un système d’artillerie], d’un char Leclerc ou d’un Lance-roquettes unitaire [LRU]. « L’utilisation de leurres, testée sur le terrain, permet aux armées d’instiller le doute chez l’adversaire, d’influencer sa manœuvre et de se découvrir en ouvrant le feu sur ces cibles factices », rappelle-t-il.

Du latin « Deceptere » [attraper, tromper, abuser], la déception est un concept ancien qui vise à tromper l’adversaire « en l’amenant à une fausse interprétation des attitudes amies en vue de l’inciter à réagir d’une manière préjudiciable à ses propres intérêts et de réduire ses capacités de riposte ». L’armée de Terre l’avait un peu perdue de vue ces dernières années… avant de la remettre au goût du jour.

Cela étant, les leurres utilisés par le CENTAC ne sont pas seulement des structures gonflables.

« Nos leurres militaires gonflables peuvent être utilisés pour l’entraînement et la pratique », a ainsi souligné Vojtěch Fresser, le PDG de l’entreprise tchèque Inflatech, qui s’est rapidement fait une réputation dans ce domaine, lors d’un entretien accordé à Radio Prague International, en 2023. Et d’ajouter : Nos leurres gonflables « peuvent générer une signature aux niveaux optique et thermique. Cela leur permet d’induire en erreur les caméras thermiques de l’ennemi et ils peuvent produire des signatures radar identiques à celles d’objets réels ».

Photo : Vrai système Pantsir

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

35 contributions

  1. Kamelot dit :

    Dommage que ce ne soit pas un vrai, cela aurait pu nous donner des idées pour notre défense 3D d’accompagnement des unités de contact…

    • Stoltenberg dit :

      Il vaut mieux que l’AAE s’entraîne sur ses propres systèmes plutôt que sur cette ferraille russe. Il s’agit juste de savoir distinguer les leurres pour frapper les vraies cibles et c’est ce qui est en train d’être fait dans le cadre des retex ukrainiennes.

      • Ion 5 dit :

        Idiot comme commentaire. Il vaut mieux que l’AEE s’entraine à brouiller cette « ferraille » russe en neutralisant son train d’onde et ses codes.

        Ne vous en déplaise, le système -qui n’est pas parfait, ni toujours bien servi et entretenu – descend beaucoup plus de cibles en conditions réelles que vous ne l’admettez.

        • Stoltenberg dit :

          Elle récupère scrupuleusement toutes les signatures des systèmes AA russes, que ce soit par ses propres moyens ou ceux des alliés. Cela permet d’établir à la fois les méthodes de brouillage et de connaître les procédures de l’ennemi. Et pour s’entraîner, je préfère 1000 fois que les aviateurs s’entraînent à contrer des SAMP/T, AEGIS, Patriot etc. plutôt que les systèmes russes.

          • Reality dit :

            le pantsir est tellement mauvais qu’on besoin d’une réplique pour vite s’entraîner à neutraliser cette mauvaise arme. la mauvaise foi dont vous faites preuve vous perdra.

    • HMX dit :

      @Kamelot
      Je vous rejoins. Quand on voit l’inventaire des pertes et des matériels russes capturés en Ukraine, dont certains parfaitement intacts, il serait certainement possible de récupérer à faible coût (si ce n’est gratuitement…) beaucoup de « vrais » équipements : des blindés, des systèmes antiaériens, mais également des brouilleurs. Cela permettrait de « décorer » nos camps d’entraînements, mais surtout d’augmenter considérablement le réalisme de ces entraînements.

      Cela étant, à défaut de vrais équipements, l’achat de leurres gonflables est tout de même une bonne idée, et peu coûteuse. Mais il faudrait quand même doter ce faux Pantsir d’un radar simulant de façon réaliste le fonctionnement d’un vrai système, si on entend tester efficacement et entraîner nos forces à faire face à cette menace.

      Si on parvient à mettre la main sur suffisamment d’équipements russo-soviétiques (ce qui ne devrait pas constituer un exploit après plus de 2 ans de guerre), on pourrait d’ailleurs envisager, au niveau national et/ou en collaboration avec nos alliés européens, de constituer un camp d’entrainement principalement équipé de ces matériels qui joueront le rôle de force d’opposition, avec des opérateurs spécialement formés sur ces équipements. Les USA pratiquent déjà cet exercice depuis l’époque de la guerre froide (camp situé à proximité de la base de Nellis, dans le Nevada). Vu le contexte, il serait temps que l’on s’y mette…

      Puisqu’on parle de leurres gonflables et de mesures de « déception », il serait aussi particulièrement pertinent qu’on se dote d’un grand nombre de leurres gonflables imitant de façon réaliste nos propres équipements (signature radar, IR et EM), et des moyens de les déployer sur le terrain. ça ne coûte pas très cher, et cette ruse vieille comme le monde peut toujours rendre d’immenses services pour tromper ou pousser à la faute un adversaire…

  2. Robmac dit :

    brillante idée : on pourrait faire comme les Britanniques avec l’opération ‘Fortitude’ : créer une vaste armée en baudruche détectable par les satellites russes, avec de fausses armes nouvelles associées à une vaste communication !

    • Rémi Mondine dit :

      Oui a condition d’avoir aussi une véritable armée à coté!

  3. weingarten dit :

    Faux titre ce n’est pas une réplique mais un leurre gonflable,essayer de payer avec un billet de monopoly

    • SimLabeng dit :

      Même l’article est un leurre…

    • St-Denis dit :

      Le titre est accrocheur… j’ai cru qu’il s’agissait d’une copie chinoise… obtenu de façon détournée…

  4. AirTattoo dit :

    Avec un peu plus d’exigence et d’ambition, on pourrait se procurer de vrais systèmes en état de marche, ce ne sont pas les conflits qui manquent plutôt que de jouer aux ballons…

  5. felipe dit :

    vivement un section de leurrage dans chaque régiment de mêlée de l’armée de terre !
    vivement la création d’une véritable unité interarmes d’appui organique dans chaque GTIA
    la compagnie/escadron d’appui idéal-e :
    – 1 section/peloton d’appui avec 4 M120 (du type MEPAC, lequel n’a pas sa place dans les régiments d’artillerie (voir en bas de ce post).. on est bien parti mais des mortiers tracté sont déjà hors de propos (analyser l’attrition de l’artillerie tractée en Ukraine)
    – 1 section/peloton de MTO
    – 1 section/peloton d’aide à l’engagement (qui n’a rien à voir avec une SRR ou un PRI mais devrait être articulé sur le concept GCP/GCM)
    – 1 section/peloton de leurrage capable de déployer l’équivalent d’un SGTIA (15-20 blindés fictifs). cette section/peloton devrait également avoir des capacités de leurrage acoustique. la question n’est pas la technicité mais le niveau tactique d’emploi.
    – 1 section/peloton AC avec 8 MMP
    pas de logique de propriétaire selon la nature des appuis. je coirs que les américains ont eu longtemps des pelotons de mortiers dans leurs régiments de chars

    Un mot sur la centralisation des moyens de leurrage au nom d’une compétence particulière. j’oserai dire que c’est surtout une logique de moyens….et une question de volonté. ces capacités doivent se situer au niveau des GTIA , avec une capacité de coordination, combinaison des effets au niveau de la brigade.

    Revenant sur le MEPAC, la portée de ce mortier le place délibérément dans le cadre espace temps de la manœuvre du niveau bataillon. sa mobilité constitue sa sauvegarde. où qu’il soit en arrière de la ligne des contact (un tiers de la portée) il est dans la zone battue par les feux adverses. son appui servira justement à donner au bataillon qui n’aurait pas la priorité des feux , une capacité d’appui interne . quant aux régiments d’artillerie, ils devraient être tous dotés de 3 ou 4 batteries de 8 CAESAR. les effectifs sont là pour 3 batteries, la 4e pourrait être armée par des réservistes, équipés et entrainés de la même manière.
    car ceux ci devraient être doté de 3 ou 4 batteries de CAESAR dont armée par des réservistes. en ce qui concerne le coût : quel est le prix d’un CAESAR ? à 20M€ pièce , pour en disposer de 200 au total , à acquérir sur 5 ans …

  6. Prof de physique dit :

    Peut on louer un char gonflable pour la kermesse du village ?
    je suis sûr que les gamins aimeront.

  7. Cortex, à la chiasse aux russes dit :

    Au vu des pillages en Ukraine, si on veut attraper du Russe, il suffit d’un WC gonflable….

  8. papy dit :

    Il y a bien longtemps en 1973 il existait au 2° Régiment du Génie la compagnie 2/12D qui était une compagnie destinée à la déception.
    Elle construisait avec du bois, du métal et avec d’autres matériaux de faux véhicules ou engins.

  9. Stoltenberg dit :

    C’est une très bonne chose pour contrer la maskirovka russe. Quant aux « vrais » systèmes je pense que leur fonctionnement a été bien analysé par le renseignement français en Ukraine et au Moyen-Orient. Ces systèmes d’origine russe devraient constituer une cible facile pour l’AAE même s’il est crucial d’acquérir des stocks suffisants de missiles anti-radiation qui devraient être accompagnés de leurres et de moyens de guerre électronique.

    • Marine dit :

      En français, on dit « anti-radar », pas « anti-radiation ».

  10. l'ennemi est con :) dit :

    il croît que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui.

    si je devais défendre des valeurs moi aussi, dans une déflagration majeure
    l’ennemi que je préfèrerais affronter est l’ennemi gonflable ! 😀
    à jeun comme passablement arrosé le meilleur ennemi qui soit
    est celui qu’on peut gonfler sans retenue jusqu’à la moelle, jusqu’à durement lui bourrer le mou !
    quand le gonflé l’inconscient, tente de contre-attaquer – cet ennemi malléable et léger –
    a tout de suite un trou qui lui fait de l’air !
    dans l’affrontement des volontaires vahinés, le gonflé c’est du vent !
    la pelle : sans terril on broie du noir –
    bien sûr à combattre sans Mitosyl on triomphe sans pétoire, à combattre sans fil on rentre chez nous le soir…
    dans l’affrontement des baudruches le premier mort n’est plus le plan, la cornemuse n’a plus de dent… celui, qui le premier tombe, c’est le vent. celui qui rampe c’est le tourment. dans le brouillard de la guerre… :
    celui qui trompe c’est l’éléphant (électro-magnétiquement et visuellement – au niveau défense.
    un être gris boursouflé aux oreilles de radar qui tente la confusion avec un bâtiment de surface en pleine forêt hybride!
    pour qui nous prend-t-il ?! ) l’ennemi est con !

    ami entends-tu le vol noir des ballons dans nos plaines,
    ami entends-tu les proua du pays qu’on enchaîne
    ohé partisans ouvriers et paysans c’est la valve…
    ce soir l’ennemi connaîtra le prix du flan et des larves

    • Le cas Lembourg dit :

      Pour avoir une telle forme, vous faites de la gonflette ?

    • Diacritique dit :

      Si l’ennemi « croît », cela pourrait être ennuyeux. Il vaudrait mieux qu’il décroisse. Ou alors qu’il croie en nos mesures de mystification.

      Ne pas confondre les verbes croire (je crois, tu crois, il croit) et croître (je croîs, tu croîs, il croît).

      • l'ennemi est con :) dit :

        crôa ? non plus ?
        vous êtes sûr ?

        ça m’apprendra à écrire sous créatine !
        la 5è colonne… l’accent circonflexe avec son chapeau chinois à peine perceptible… vous avez l’oeil 🙂

        merci… à bientôt ;D

        • Diacritique dit :

          Pour tout vous dire, je ne l’avais pas vu tout de suite. Mais alors que j’avais baissé ma garde, il m’a sauté au visage en visant les yeux. C’est passé à ça… C’est sournois, le circonflexe chinois.
          On ne se méfie jamais assez de la 5e colonne (sans accent).

  11. Frédéric dit :

    J’espère que l’on aussi des leurres pour les unités qui partent en opérations.

  12. Gamelin dit :

    Les sites Internet de vente en ligne proposent une grande variété de poupées gonflables de tous les modèles, toutes les textures, toutes les couleurs… puisque les armées françaises en sont réduites à se fournir en matériels gonflables, pourquoi ne pas acheter en masse de telles poupées et leur faire enfiler des uniformes, afin de tromper l’ennemi héréditaire ?
    Cependant il faudra garder à l’esprit que les Russes sont les spécialistes des poupées qui s’imbriquent les unes dans les autres : un russe peut ainsi en cacher un autre plus petit, qui en cache un autre etc. etc..

    Nous allons bientôt à une grande bataille entre les poupées gonflables occidentales et les poupées russes.

    Je connais aussi un pays où, faute d’argent pour les armées, faute de munitions, les soldats en formation s’entraînent avec des fusils en bois qui produisent un crépitement qui ressemble de très loin à celui d’une mitraillette…
    je propose donc que les armées françaises adoptent cette arme également, à moins que l’on demande simplement aux soldats de faire le bruit de la mitraillette de façon buccale ou autre, en augmentant la veille les rations de flageolets à la cantine…

    Décidément, la France me surprendra toujours par sa grandeur, sa puissance, sa force, tout ce qui lui permet semble-t-il de traiter les autres avec arrogance, supériorité, dédain, jusqu’au moment de la déroute habituelle puis de la soumission et de la collaboration … ainsi va la France, et il n’y a pas de raison que ça change !

    • Les joies du bataillon dit :

      « les Russes sont les spécialistes des poupées qui s’imbriquent les unes dans les autres : un russe peut ainsi en cacher un autre plus petit, qui en cache un autre etc. »

      C’est du propre ! Si Vladimir et Kiril savaient ça… Vos Russes qui s’imbriquent l’un derrière l’autre du plus grand au plus petit feraient mieux de se défouler avec ces poupées gonflables pour lesquelles vous semblez connaître de bonnes adresses.

    • "je connais un pays on dirait un jardin" dit :

      quel désamour! vous avez besoin qu’on vous lance une bouée ?
      (il reste encore des canards ou des crocodiles bien résistants et salvateurs)
      🙂

  13. Adnstep dit :

    ils ont une boutique ?
    j’en mettrais bien un dans mon jardin.

  14. Bench dit :

    @machin ci-dessus: dommage que ces mêmes sites de vente en ligne ne vendent pas des cerveaux en état de marche. Il y en a quelques uns ici à qui ça serait profitable.

  15. Roland Desparte dit :

    @Gamelle
    Sympa la conclusion de votre petit commentaire arrogant, sympa pour les familles de ceux qui ont donné leur vie pour défendre la Patrie… Et n’oubliez pas que si en 39 on s’est fait défoncer, en 14 c’est bien les français qui ont gagné… Comme quoi arrogance sans culture n’est que panoplie des petits hommes…

  16. Grosminet dit :

    Comme d’habitude,beaucoup « réagissent » sans même avoir compris la teneur de l’article …

    Ces « leurres » ont comme SEUL intérêt de rendre les exercices terrain les plus réalistes possibles,le tout à un coût bien plus raisonnable qu’avec une véritable machine (qui,outre un coût d’achat supérieur,entraîne forcément un coût d’entretient et fonctionnement….Et je ne parle même pas des conditions à réunir pour s’en procurer SANS passer par le constructeur! ) .

    C’était déjà le cas quand on grimait les B2 en robe « gris-noir/gris-bleu » avec des troncs d’arbre sur la plage (avant de monter des fûts de 200l ^^) arrière,pour simuler des T72
    On pratiquait aussi le bariolage avec les 10P

  17. Bravo Charlie dit :

    Technique déjà utilisée en Ukraine avec succès. cf : https://tinyurl.com/2t9t9jry