Boeing envisage d’arrêter la production du F/A-18 Super Hornet en 2025

En 2017, et après avoir vertement critiqué le F-35 de Lockheed-Martin [un « programme hors de contrôle », avait-il dénoncé], le président Trump suggéra à Boeing de préparer une alternative reposant sur le F/A-18 Advanced Hornet, alors en développement afin de répondre aux besoins de l’aéronavale américaine.

Dans la foulée, le chef du Pentagone, qui était alors James Mattis, demanda une étude pour comparer les capacités opérationnelles du F-35C et du F/A-18 Advanced Hornet et voir si ce dernier pouvait constituer une « alternative compétitive et rentable » par rapport au premier.

Mais les plans de l’US Navy ne furent finalement pas modifiés, la commande de F-35C ayant été confirmée… Cela étant, Boeing pouvait miser sur plusieurs appels d’offres pour maintenir la production du F/A-18 Super Hornet [et de l’E/A-18G Growler, dédié à la guerre électronique, ndlr]. Mais là encore, il se fit damer le pion par Lockheed-Martin presque à chaque fois.

En effet, souhaitant remplacer leurs F/A-18 Hornet d’ancienne génération, la Finlande, le Canada et la Suisse ont choisi le F-35A… Seul le Koweït a maintenu sa « confiance » envers Boeing, en signant une commande de 28 F/A-18 Super Hornet en 2016.

En Allemagne, alors que le F/A-18 Super Hornet et l’E/A-18G Growler tenaient la corde pour remplacer les PANAVIA Tornado de la Luftwaffe, le gouvernement conduit par Olaf Scholz a remis en cause les choix de son prédécesseur… au profit, là encore, du F-35A. En outre, Boeing a connu d’autres déceptions, comme en Belgique et au Danermark, pays qui ont aussi fini par choisir le chasseur-bombardier de Lockheed-Martin.

Les dernières chances pour le F/A-18 Super Hornet de décrocher de nouvelles commandes sont en Inde, où deux appels d’offres sont en cours, dont le MRFA [Multi Role Fighter Aircraft], lancé au profit de l’Indian Air Force [avec 114 avions en jeu], et le MRCBF [Multi Role Carrier Borne Fighters], dont l’épilogue est proche.

Le constructeur américain anticipe-t-il un nouveau revers de son chasseur-bombardier embarqué, opposé au Rafale Marine de Dassault Aviation dans l’appel d’offres MRCBF? Toujours est-il que, le 23 février, il a fait part de son intention de mettre un terme à la production du F/A-18 Super Hornet et de l’EA-18G Growler en 2025, soit après la livraison des derniers exemplaires commandés par l’US Navy. Cependant, il ne s’interdit de la prolonger jusqu’en 2027, si jamais un client « international » venait à se manifester pour alimenter son plan de charge.

Cela étant Boeing n’envisage pas d’abandonner le développement et la construction d’avions de combat, ces activités faisant « partie de son ADN », a déclaré Steve Nordlund, le responsable de sa division « Air Dominance ».

En effet, les ressources utilisées pour la production du F/A-18 Super Hornet seront réorientées vers de « futurs programmes d’avions militaires », qu’ils soient avec ou sans équipage. Ce qui se traduira par la construction de « trois nouvelles installations ultra-modernes à Saint-Louis » [Missouri] pour plus d’un milliard de dollars.

« Boeing a investi 700 millions de dollars dans la modernisation des infrastructures de Saint-Louis au cours de la dernière décennie, permettant ainsi l’introduction de nouvelles techniques de conception et de construction », a rappelé l’industriel.

L’enjeu, pour Boeing est d’augmenter ses capacités de production pour l’avion d’entraînement T-7A Red Hawk, le drone ravitailleur MQ-25 Stingray [destiné à l’US Navy] et les « composants d’ailes » du F-15EX Eagle II et du 777X.

Cependant, si le F/A-18 Super Hornet ne sera plus produit, l’avionneur entend continuer à développer de nouvelles capacités pour ceux en service. Ainsi, dans les dix ans à venir, tous les Super Hornet Block II seront modifiés pour intégrer les capacités du Block III. « Boeing continuera également d’ajouter une capacité d’attaque électronique avancée dans le cadre des modifications en cours de Growler », a-t-il assuré.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]