Les forces spéciales « Terre » ont pu s’entraîner pour la première fois à bord d’un A400M « Atlas »

En 2014, un rapport parlementaire s’interrogeait sur la capacité de l’avion de transport A400M à répondre aux besoins des opérations spéciales. Et il s’était fait l’écho des préoccupations des aviateurs de l’escadron de transport 3/61 Poitou, mis à la disposition du Commandement des opérations spéciales [COS] par l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE].

« Certains ont émis des doutes sur ses capacités actuelles de largage [turbulences aérodynamiques et obligation de sortir le train d’atterrissage] et ont souligné que ses hélices en matière composite étaient moins robustes que celles du » Transall C-160, lisait dans ce document.

En outre, certaines capacités inscrites dans le cahier des charges de l’A400M n’étaient pas encore disponibles à l’époque, comme le ravitaillement en vol des hélicoptères, le largage simultané de parachutistes par les deux portes latérales, la protection contre les missiles ou encore le vol automatique en suivi de terrain [Terrain masking low level flight – TM-LLF, une option qui n’avait cependant pas été demandé par la France, ndlr].

Depuis, suite à la décision de l’état-major de l’AAE de retirer du service les Transall C-160 en mai 2022, l’ET 3/61 Poitou a dû rendre trois appareils dont il disposait. Appareils qui avaient été pourtant modernisés en 2019, avec l’intégration d’une capacité C3ISTAR [Command, Control, Communication Intelligence, Surveillance, Target Acquisition and Reconnaissance] et de la Laison 16, un standard de l’Otan permettant d’échanger des informations en temps réel.

Pour rappel, cette capacité C3ISTAR reposait notamment sur une boule optronique jour/nuit avec désignateur laser et console d’exploitation des images pour réaliser les missions de surveillance, renseignement, ciblage et reconnaissance.

Quoi qu’il en soit, ces trois Transall ayant été retités du service, le « Poitou » dispose désormais d’A400M, dont l’AAE a validé les capacités à se poser sur n’importe quel type de terrain en 2021. Ce qui fait que cet appareil est en mesure « d’acheminer sur des pistes en latérite de moins de 1 500 m de long, des véhicules de combat de plus de 24 tonnes, de jour comme de nuit, en utilisant des jumelles de vision nocturne si nécessaire ».

Par ailleurs, la question posée en 2014 a désormais une réponse. En effet, ce 18 janvier, l’armée de l’Air & de l’Espace s’est félicitée d’un exercice « inédit » effectué par le 3/61 Poitou depuis la base aérienne 106 « Capitaine Croci » de Bordeaux-Mérignac. Inédit parce que des unités des forces spéciales de l’armée de Terre ont pu s’entraîner à bord d’un A400M.

« Un équipage de l’escadron de transport 3/61 ‘Poitou’ et un groupe de forces spéciales de l’armée de Terre [13e Régiment de Dragons Parachutistes et/ou 1er Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine] se sont exercés sur la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac durant une semaine. Cet entraînement de haute intensité souligne la montée en puissance du ‘Poitou’ sur A400M Atlas. C’est à bord de cet avion de transport militaire dernière génération, stationné sur la base aérienne 123 d’Orléans, que les quelque 250 commandos ont, pour la première fois, enchaîné les rotations pour réaliser des sauts, de jour comme de nuit », a en ainsi expliqué l’AAE.

De son côté, le Commandement des forces aériennes [CFA] a précisé, via la réseaux sociaux, que cet entraînement avait eu lieu la « semaine dernière. Et d’ajouter, photographies à l’appui : « Largage para et matériel ont ponctué cette semaine d’exercice, de jour comme de nuit ».

Cependant, il n’est pas certain que l’A400M sollicité pour cet exercice appartienne en propre au 3/61 « Poitou » : sur l’une des photographies du CFA, on constate que l’appareil porte les marques du 4/61 « Béarn ». D’où la référence à un « équipage » et non à un avion du « Poitou ».

Pour rappel, cet escadron met aussi en oeuvre 2 DH-6 Twin Otter et 2 C-130 Hercules [qui ont dû récupérer la capacité C3ISTAR des Transall]. En 2025, il rejoindra la BA 105 d’Évreux, où il retrouvera le Groupe aérien mixte 56 « Vaucluse », qui opère pour le compte de la Direction générale de la sécurité extérieure [DGSE].

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. Jerem dit :

    Les avions appartiennent à l’esta 15.061 Loiret ils sont  » prétés » aux escadrons.

  2. GUEPRATTE dit :

    Pour moi l’A 400 m va malheureusement connaitre probablement le meme sort que le NH 90…..trop complexe, donc trop fragile en exploitation mili …. avec un SAV pas toujours à la hauteur pour tout un tas de bonnes ou de mauvaises raisons…je serais curieux de connaitre le type d’appareil utilisé de nos jours par Tsahal pour leurs forces spéciales ….C 17 ? ou les Hercules C 130 jumboisés et modernisés ?

  3. Hubert dit :

    Bonjour à tous,
    C’est une super nouvelle, chapeaux bas aux ingénieurs qui ont su faire de cet A400M un véritable couteau suisse (multi missions) pour les armées.
    Petite question: on sort le train d’atterrissage pendant le largage des parachutistes pour ralentir un maximum l’avion?

  4. PK dit :

    « t l’AAE a validé les capacités à se poser sur n’importe quel type de terrain en 2021 »

    Cela laisse sous-entendre que l’A400 est capable de se poser n’importe où. Ce qui est faux bien entendu. Contrairement au Transall qui se posait vraiment dans des terrains abominables.

    D’ailleurs, la suite donne le ton :

    « Ce qui fait que cet appareil est en mesure « d’acheminer sur des pistes en latérite de moins de 1 500 m de long, des véhicules de combat de plus de 24 tonnes, de jour comme de nuit, en utilisant des jumelles de vision nocturne si nécessaire ». »

    La latérite, c’est comme du béton armée… Ce n’est pas un exploit de se poser dessus, hors problème bien entendu de la poussière, ce qui limite son emploi à des appareils en général « non à réaction ».

    Bref, on a sans doute un bon appareil stratégique avec l’Atlas, mais absolument pas un remplaçant du Transall qui lui faisait du tactique.

    En attendant le futur A200 ?

    • Bench dit :

      @PK : l’article précise que « l’AAE a validé les capacités à se poser sur n’importe quel type de terrain en 2021. Ce qui fait que cet appareil est en mesure « d’acheminer sur des pistes en latérite de moins de 1 500 m de long, des véhicules de combat de plus de 24 tonnes, de jour comme de nuit, en utilisant des jumelles de vision nocturne si nécessaire ». Si je comprend encore bien le Français, ça veut dire que cet aéronef peut se poser sur les mêmes types de terrains que son ancêtre le Transall.
      Et n’y aurait-il pas une légère contradiction dans vos propos entre votre  » se poser n’importe où  » et le « D’ailleurs, la suite donne le ton ». La suite dit exactement la même chose que se poser sur n’importe quel type de terrain. J’aimerais savoir ce que sont vos « terrains abominables », parce que si le Transall était réputé pour sa rusticité et sa capacité à se poser partout, il y avait des contraintes à respecter et du personnel au sol pour valider la faisabilité du poser. Bref, abominable ça ne veut pas dire grand chose, vous êtes dans le ressenti personnel et le subjectif là!
      Essai de L’A400M en Afrique ici : https://www.youtube.com/watch?v=yIShFMtL97s

      • Fralipolipi dit :

        @Bench
        Petit exemple de non équivalence absolue.
        Depuis la Réunion, les liaisons étaient faites par Transall, pour les troupes en mission à Juan de Nova, Bassas de India ou aux Glorieuses.
        Depuis qques années, et le retrait du dernier Transall à la Réunion, c’est le CASA qui s’y colle, mais avec des capacités un peu trop faibles par rapport au Transall.
        Par contre, côté A400M, je ne crois pas que l’on ait encore risqué le moindre atterrissage sur ces petites îles et leurs très courtes pistes … et il y a bien qques raisons.
        .
        Si cela change, on pourra parler d’équivalence tactique avec le Transall,
        Mais à ce jour, on peut facilement imaginer que pour le posé dit Tactique, on fait plus difficilement avec un A400M ce qui se faisait quotidiennement avec un Transall … L’écart de masse suffisant déjà à lui seul à expliquer pas mal de choses (pas besoin d’incriminer les qualités de vol de l’A400M).

      • PK dit :

        J’ai vu atterrir le Transall dans des trous à chiotte défoncés… Je ne crois pas une seconde que l’Atlas puisse faire de même, ne serait-ce qu’à cause de son poids. De plus, le train spécifique du Transall le rendait apte à ce genre d’exploit, évitant que le train arrière piétine dans l’ornière du train avant.

        Maintenant, je ne demande qu’à croire. La latérite est une autoroute par rapport à l’endroit où est capable de se poser un Transall.

        • et v'lan passe moi l'éponge dit :

          Et on a vu se poser des nord2501 dans des endroits interdits aux Transalls, comme des Ju52 et C47 se posaient sur des terrains interdits a la Grise… Ah on le souffle dans l’oreille que les CASA qui vont être rénovés et eux ont accès a tous les terrains.

          Posons-nous ensuite les bonnes questions, combien de Transall faut-il pour transporter 24 tonnes? sur un distance de 5000 Km… à la louche je dirais 3 mais l’avitaillement va être complexe en cas de noria.
          Donc il va falloir revoir la façon de travailler comme à chaque fois qu’un nouveau matériel entre en service. Rien de nouveau sous le soleil.
          Tout ça pour dire que votre expérience… Est la votre, et semble bien déconnectée de la réalité.

        • Bench dit :

          @PK , « le train spécifique du Transall le rendait apte à ce genre d’exploit, évitant que le train arrière piétine dans l’ornière du train avant. » Le spécialiste que vous êtes m’explique comment le train arrière peut piétiner dans l’ornière du train avant, sachant que ce même train avant est dans l’axe longitudinal de l’avion et qu’il y a par conséquent un décalage avec le train principal?

  5. civis17 dit :

    Bref on se débrouille, on fait avec la b…e et le couteau, la seule chose qui change c’est le prix du couteau qui n’est même pas un couteau suisse, mais on va refondre tout cela nous promet qui vous savez.

    • JC dit :

      Ces deux outils ont toujours été le recours des grands chefs pour résoudre des problèmes insolubles à leurs yeux. Soulignons que quand les subordonnés laissaient ces outils dans leurs poches un miracle arrivait…le chef avait la solution, bizarre.

  6. JC dit :

    H.S. : Scope Wizard a disparu des radars. Espérons que cette absence ne soit que passagère. Sa prose délirante manque, surtout sur les sujets aéro.

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « Sa prose délirante manque, surtout sur les sujets aéro. » Je n’étais pas toujours d’accord avec ses écrits mais en matière d’aéro il touchait sa bille! Je parle à l’imparfait du fait qu’il n’a pu posté depuis un certain temps.
      S’il ne désire plus participer c’est son choix et on le respecte cependant s’il nous lit je souhaiterai qu’il nous gratifie d’un petit « coucou » (c’est raccord avec le domaine aéro) afin d’éviter d’envisager un problème* et aussi empêcher certaines rumeurs
      * Il avait averti les membres de ce blog qu’il avait souffert du Covid.

  7. Saucisson furtif dit :

    Il était temps…
    Les délais s’allongent comme le nez des politiciens lorsqu’ils font des discours.

  8. chicogoya dit :

    Réception du 1er avion de transport A400M Atlas : fin septembre 2013.
    20 Atlas reçus au 1er décembre 2022.
    Essais de transport de FS : décembre 2022 – janvier 2023.
    Un équipage sur un seul Atlas d’un seul escadron (appareil d’un escadron non dédié aux FS).

  9. Bruno dit :

    Parfait pour l’aérotransport.
    Très bien pour l’ aérolargage, uniquement en ravitaillement, pour des masses de 320kg à 8T. Que ce soit en gravité (max 4T) ou en éjection (max 8T); quoique pour cette dernière, il faille un équipement américain. Il faudra que l’armée française achète d’autres matériels pour exploiter jusqu’à 16 T en largage éjection.
    Très bien pour largage SOCR ou SOTGH. Donc GCP ou COS!
    Zéro pointé pour largage OA que ce soit par 1 ou les 2 issues latérales donc inexploitable pour un assaut vertical de masse.
    Enfin, moi ce que j’en dis….