La British Army veut aller vite pour moderniser son artillerie et s’interroge sur le nombre de ses chars

Publiée en mars 2021, la dernière revue stratégique de défense britannique prévoyait de réduire, une fois de plus, le format de la British Army, afin de la rendre plus « plus légère, plus meurtrière, plus agile et mieux adaptée aux menaces actuelles et futures », l’idée étant qu’elle aurait dorénavant à se concentrer principalement sur les menaces dites « hybrides », c’est à dire sur les actions menées sous le seuil d’un conflit, tout en misant sur les évolutions technologiques, en particulier dans le domaine de la robotique.

Cette orientation devait notamment se traduire par une nouvelle déflation de ses effectifs [ceux-ci passant de 82’000 à 72’500] ainsi que par la mise au rancart de 79 chars Challenger II sur les 227 qui était encore en sa possession. Quant à son artillerie, le remplacement de ses obusiers AS-90 dans le cadre du programme MPF [Mobile Fires Platform] allait attendre la prochaine décennie pour se concrétiser.

Seulement, la guerre en Ukraine a rebattu les cartes… Celle-ci « a mis en évidence le fait que la masse et la taille sont importantes », confié le général Carleton-Smith, le chef d’état-major de la British Army, à quelques jours de son départ en retraite. Et de confier qu’il n’était « pas à l’aise avec une armée de seulement 73’000 hommes », un seuil qui, selon lui, aurait été défini de façon un « peu arbitraire ».

Son successeur, le général Patrick Sanders, annonça la couleur peu après avoir pris son commandement, en affirmant que son objectif serait « d’accélérer la mobilisation et la modernisation » de la British Army afin de « renforcer l’Otan et empêcher la Russie d’aller plus loin en Europe ». Et d’insister : « Nous sommes la génération qui doit préparer l’armée à se battre à nouveau en Europe ».

Seulement, avec les ponctions faites dans sa dotation afin d’aider l’Ukraine, la British Army n’en prend pas le chemin pour le moment. D’ailleurs, dans un message adressé à ses troupes, le général Sanders l’a reconnu, après l’annonce de la livraison prochain à Kiev de 14 Challenger 2, de 30 obusiers AS-90 et d’une centaine de blindés, dont des « Bulldog ».

« L’armée ukrainienne a besoin de plus d’armes et d’équipements si elle veut maintenir son élan [contre les forces russes]. L’Ukraine a besoin de nos chars et de nos canons maintenant. Je sais qu’elle en fera bon usage. Et il ne peut y avoir de meilleure cause », a d’abord déclaré le général Sanders. Cependant, a-t-il ajouté, il est « vital de restaurer la capacité de combat » de la British Army. Aussi, a-t-il continué, l’aide fournie à Kiev « offre également l’opportunité d’accélérer sa modernisation et sa transformation ».

D’où l’annonce faite par Ben Wallace, le ministre britannique de la Défense [MoD], à la Chambre des communes. « J’ai décidé d’accélérer le programme MPF afin qu’il aboutisse dans la décennie en cours et non plus dans les années 2030. J’ai également ordonné que, sous réserve de négociations commerciales, une capacité d’artillerie provisoire nous soit livrée », a-t-il déclaré, le 16 janvier. Et d’ajouter : « Ma principale préoccupation est notre déficit en matière de tir dans la profondeur. Nous sommes à peu près dépassé par tout le monde. La portée de nos AS-90 est d’environ 23 ou 24 km. La France et tous les autres ont [des systèmes] ayant des portées de 55 km ».

Le fait que M. Wallace ait cité la France ne veut pas forcément dire que la British Army adoptera le CAESAr MkII de Nexter. D’autres industriels s’étaient mis sur les rangs en vue du programme MPF, dont le sud-coréen Hanwha Systems, avec son K-9 « Thunder », et Krauss-Maffei Wegmann, avec son système RCH155, qui peut s’adapter sur le véhicule blindé de combat d’infanterie Boxer, dont la British Army attend 623 exemplaires [après la commande de 100 unités supplémentaires en avril 2022].

Quant aux Challenger 2, les 148 qui devaient rester en dotation afin d’être portés au standard Challenger III ne paraissent désormais plus suffisants…

« Même si nous donnons des Challenger 2 [à Kiev], je vais aussi examiner le nombre qu’il nous faudra convertir en Challenger 3 et voir, en fonction des leçons de l’Ukraine, si nous avons besoin d’une flotte de chars plus importante », a affirmé M. Wallace.

Pour rappel, le Challenger 3 sera quasiment un nouveau char au regard des modifications apportées par Rheinmetall BAE Systems Land [RBSL]. Il sera en effet doté d’un canon L55A1 à âme lisse de 120 mm [et non plus d’un canon rayé incompatible avec les normes de l’Otan], d’une nouvelle tourelle, d’un blindage modulaire, d’équipements optroniques de dernière génération et d’un groupe motopropulseur amélioré.

« L’arrivée du Challenger 3 [en 2027…] signifie que nos régiments blindés disposeront de l’un des chars les plus performants au monde, doté d’une puissance de frappe bien supérieure et d’une meilleure protection », a d’ailleurs fait valoir le général Sanders.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

59 contributions

  1. Van Hellsing dit :

    « La taille et la masse sont importantes »…ça on le savait, celles qui vous disent le contraire (les armées) sont seulement des menteuses ;))

    • lgbtqi+ dit :

      Pour une fois que je me désolidarise des armées… Quitte à alimenter quelques complexés ici, qui trouvent vite à se réfugier sous la protection virile de quelque autocrate.

    • Mondine dit :

      Dans le cadre d’un conflit expéditionnaire c’est faux, mais la défense nationnale ne saurait se réduire á une suite de conflits expéditionnaires.
      D’où l’erreur commise.

    • Patatra dit :

      et la technologie….
      également adaptée à une doctrine.

  2. PK dit :

    « Seulement, la guerre en Ukraine a rebattu les cartes… Celle-ci « a mis en évidence le fait que la masse et la taille sont importantes », confié le général Carleton-Smith »

    C’est là où l’on se rencontre qu’on est dirigés par des visionnaires…

    • Compte-rendu dit :

      Ici ou ailleurs, on rencontre qui on veut, mais là, on se rend compte qu’on est dirigé par des visionnaires.

    • blavan dit :

      @pk. La masse n’a pas pu conquérir le Donbass. C’est la technologie , les missiles, l’artillerie et les drones qui seront demain la clé de la victoire.

      • lgbtqi+ dit :

        et la propagande… destinée à fracturer et donc à affaiblir dans chaque pays opposé à poutin.

    • lgbtqi+ dit :

      oui, comme ceux pour qui la PLS est la médecine universelle et la poutinie le lieu de liberté de la presse à la différence de l’Europe. Cf. votre intervention dans l’article sur la Grèce.

    • joe dit :

      La vision était que la russie pourrait s’orienter vers un rapprochement réel avec l’UE s’en perdre sa souveraineté. Allemands, Italiens, Espagnols, Français, etc font tous partie de l’UE et sont pourtant bien les mêmes peuples culturellement indépendants qu’il y a 50 ans. On ne peut pas simultanément envoyer des signaux positifs (réductions des effectifs et arsenaux) tout en augmentant les prestations sociales. Vlad lui ne voit que de la faiblesse la ou il aurait pu emboîter le pas. Je suis sur que si vous aviez été un homme politique aux responsabilités ces trois dernières décennies, vous auriez voté pour un budget de 3 ou même 4% pour la défense versus l’amélioration des infrastructures/prestations sociales… et si vous l’aviez fait vous n’auriez tout simplement… pas été réélu. Donc la vision dont vous parlez est celle des peuples qui veulent la paix plutôt que la guerre. Enfin ceux de l’UE parce que en russie, le peuple n’a le choix qu’entre la peste et le choléra, pardon, putin ou medvedev.

    • john dit :

      « On se rencontre?  »

      Vous oubliez systématiquement malgré tout de voir que les nations européennes voient aujourd’hui leur sécurité uniquement vis-à-vis des menaces extérieures, et face à ces menaces, aucune nation de l’OTAN ou de l’UE ne considère sa défense comme étant une défense seule.

      Et même si la masse est importante, la guerre en Ukraine a démontré bcp de choses, notamment que la précision compense très très largement la masse.
      Que la capacité à frapper en profondeur, même avec peu de systèmes est suffisant pour éloigner les postes de commandement, et les dépôts d’armes et d’essence du front !
      Que la suprématie aérienne dont est capable l’OTAN lui confère d’énormes avantages dans la gestion d’un conflit, avec une capacité à soutenir les troupes au sol.
      Que l’absence de compétences pour coordonner les forces terrestres, navales et aériennes rend le rôle la force aérienne négligeable.

      • PK dit :

        « Et même si la masse est importante, la guerre en Ukraine a démontré bcp de choses, notamment que la précision compense très très largement la masse. »

        nawak. Si les Ukrainiens résistent, ce n’est pas parce qu’ils ont des armes précises : c’est parce qu’ils ont une masse. Je vous rappelle qu’ils ont mobilisé plus d’hommes que l’armée des États-Unis, ont plus de chars que tous les pays européens réunis et qu’on les alimente en continu en armes diverses…

        Bref, la précision des armes occidentale n’œuvre que très marginalement dans le résultat actuel. Ils résistent parce qu’ils ont une masse critique ET qu’ils se font tuer sur place, technique qui fonctionne toujours très bien contre une armée qui attaque des villes (cf. les sièges des villes russes par les Teutons…), qui plus est contre une armée qui fait la guerre à moitié (même si c’est en train d’évoluer, ce qui se traduit d’ailleurs déjà sur le terrain).

      • Le Chouan dit :

        @ John. « Et même si la masse est importante, la guerre en Ukraine a démontré bcp de choses, notamment que la précision compense très très largement la masse. » Vous en avez d’autres comme celle la ??
        Il faudra toujours un minimum de masse pour ne pas se faire déborder et un maximum pour contre-attaquer, même si les armes et autres munitions sont de plus en plus précises…

  3. Frédéric dit :

    Même les auteurs de SF Chinois se mettent à faire des techno thrillers. Voici l’adaptation en BD d’une nouvelle de Liu Cixin. L’OTAN envahi la Russie en proie à une guerre civile avec 75 divisions et avec ses méthodes de guerre électronique déconnecte les systèmes C3i russes. Mais un énorme vaisseau spatial russe planqué près du Soleil va changer la situation :

    https://www.editions-delcourt.fr/bd/series/serie-les-futurs-de-liu-cixin/album-les-futurs-de-liu-cixin-brouillage-integral

    https://www.ligneclaire.info/brouillage-integral-272545.html

    • Qui ça ? dit :

      Xavier Tytelman dans sa dernière vidéo publiée sur Youtube, interview le général Michel Yakovleff sur le conflit russo-ukrainien. Le général prévoit en cas de défaite (probable) de la Russie, l’explosion de cette dernière façon URSS ou plutôt Yougoslavie, avec une multitude de conflits entre les anciens sujets russes, pour cause de frontières au tracés absurdes …
      https://www.youtube.com/watch?v=-lNRa0o5cyU

      • RIP dit :

        Qui ça : de la fiction grotesque, par des gens qui prennent leurs désirs pour la réalité. Les Madame Irma de plateaux télé sont )àpeu près aussi pertinents que les Gamelin de plateaux télé.
        A mon tour de faire une prédiction : si ma tante en avait, on l’appellerait  » Tonton »

        • Frédéric dit :

          Qui en 1915 prévoyez la disparition de l’empire russe en 1917 ? Qui en 1987 prévoyez la libération de l’Europe de l’Est en 89 ?

          • La prévision est un art difficile, surtout quand il concerne l'avenir dit :

            Qui prévoyait ?

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « Les Madame Irma de plateaux télé sont )àpeu près aussi pertinents que les Gamelin de plateaux télé. »Sur ce blog nous avons bien des Laval et des Darlan………………moscovites!

      • lgbtqi+ dit :

        Probable en effet. Les Bouriates, Tchouktches, Tchétchennes et autres Caucasiens se libéreront.

        • PK dit :

          Je pense que vous faîtes erreur quand vous parlez de parité numérique dans les 2 camps. Si l’on fait les comptes hors pertes de la Russie, on arrive pour le moment à 550 000 pax tout compris, en grattant bien. Les Ukrainiens avaient de leur côté 200 000 pax au début et ont mobilisé au moins 700 000 récemment, et surtout mobilisent de façon continue.

          Donc on doit se trouver plutôt aux alentour de 2 pour 1 pour les Ukrainiens.

          Qui qu’il en soit, on est toujours très loin des ratio qui veulent qu’il faille attaquer avec un nombre compris entre 3 à 5.

  4. Sorensen dit :

    « Krauss-Maffei Wegmann, avec son système RCH155, qui peut s’adapter sur le véhicule blindé de combat d’infanterie Boxer, dont la British Army attend 623 exemplaires ».
    Drummond est en pleine extase.

    « Il sera en effet doté d’un canon L55A1 à âme lisse de 120 mm « . L’Angleterre aurait dû prendre le 130 mm.

  5. jyb dit :

    un sublime challenger III en 2027 ne va pas résoudre la question de la déflation des personnels et du manque d’attractivité de la ba aujourd’hui. les brits sortent de quasi 20 ans de guerre et ils sont incapables d’offrir à leurs vétérans et autres pensionnés un minimum vital décent. parmi les nations occidentales ils affichent les pires scores de pauvreté, suicides, criminalité…la presse britannique s’en fait l’écho régulièrement, ce n’est probablement pas la pub la plus bandante pour motiver les futurs volontaires.
    c’est peut etre par là qu’il faut commencer.
    un autre point serait de ne pas changer de revue stratégique tous les deux ans.

    • vrai_chasseur dit :

      @jyb
      Le problème RH et de recrutement est en effet réel.
      L’opinion défavorable des britanniques sur les déploiements en Irak et en Afgha a joué énormément et n’a pas varié beaucoup depuis.
      3 chiffres illustrent cette opinion :
      plus de 80% des britanniques ont une bonne à très bonne opinion de leur forces armées. Tous âges et classes sociales confondues.
      Mais seulement 42% ont une bonne opinion des interventions en Irak. En Afgha c’est également en-dessous de 50%.
      Dans les 2 cas, la majorité des britanniques pensent que c’était une erreur d’y aller.
      et à nouveau, plus de 90% d’opinions favorables sur les personnels qui ont servi en Irak et en Afgha.

      Subtilité révélée par ces chiffres : les britanniques plébiscitent leur armée – mais pas la façon dont elle est employée et traitée.
      C’est le critère n°1 qui les incite à ne pas s’engager.
      (chiffres de l’époque, cf http://www.bsa.natcen.ac.uk/media/1150/bsa29_armed_forces.pdf )

      • Rémi dit :

        Personnellement je suis trés heureux de finalement pas m’être engagé, j’aurais du démissioner aprés le crime Lybien.

      • Patatra dit :

        instructif, comme toujours.

      • Roro94 dit :

        C’est le critère n°1 qui les incite à ne pas s’engager.
        => Pas du tout, ils ne s’engagent pas car c’est très mal payé, l’évolution au sein de la BA est très lente et la reconversion est très compliquée.

        Il y a le même soucis en France. L’honneur, le drapeau, la patrie reconnaissante, ça remplit pas un frigo, ça fait pas partir en vacances et ça ne donne plus un stature sociale, l’argent oui.

        Les Etats veulent de professionnels prêt à crever sur commande ? Eh bien donnez leur une situation confortable et une situation sociale avantageuse du temps de leur vivant. Sinon ils n’auront aucun candidat à part quelques jeunes naïfs/aventuriers et des paumés .

    • joe dit :

      C’est vrai mais cette difficulté de recruter est généralisé, certes pas avec la même difficulté dans tous les pays, mais disons que l’armée ne fait pas trop rêver les jeunes. Surtout si vous voyez les autres armées de l’EU utiliser des matériels plus performants. Chef de char ou artilleur en Angleterre ne doit pas faire beaucoup rêver les candidats potentiels.

  6. Math dit :

    France et UK sur des CV 90 équipés d’un canon 140mm CTA

  7. Mat49 dit :

    « Seulement, la guerre en Ukraine a rebattu les cartes… » Dans la tête des politiques et dans leur discours oui c’est une révolution. Mais pour qui s’interresse un tant soit peu à l’art de la guerre il y a surtout des confirmations. Il y en a trois notamment qui devraient être mise en avant.

    La première est que les fondamentaux (masse, réserve, stock, logistique, organique, entrainement, moral) sont vitaux pour les armées.

    La deuxième est que le modèle professionnel expéditionnaire (qu’ont essayé en vain de copier les Russes) n’est pas le seul modèle possible.

    La troisième confirmations (flagrante) est que les européens, France et Angleterre compris, ne sont plus du tout au niveau en terme capacitaire pour faire du conventionnel. Et que même s’ils dépensaient brutalement beaucoup d’argent il serait long et coûteux de réussir à reconstruire des armées à partir des micro forces échantillonaires qui leur reste.

    Comme le résume bien Stéphane Audrand à propos de la France (https://twitter.com/AudrandS/status/1614624022494433280)
     » on a réformé les armées depuis 1991 en refusant presque systématiquement de « vraiment choisir » en abandonnant pour de bon certaines capacités (sauf quand tout le monde le faisait). » « Mais globalement, la réduction de format des armées s’est faite par « coups de rabot successifs » : on préserve ainsi, « en théorie » la capacité à remonter en puissance tout en maintenant des savoir-faire et des infrastructures minimales. Comme la graine d’une future plante… » Seulement on a tellement réduit, tellement raboté, notamment d’infrastructures, de stocks, d’arsenaux, que la remontée en puissance serait incroyablement couteuse et longue… » « Or quelque chose de « couteux et long » est politiquement difficile à engager. Surtout vu les niveaux de dette, la croissance en berne et les incertitudes de politique intérieure. »

    A la décharge des armées entre le cancer échantillonaire et les oreillons de la spécialisation, il est logique qu’elles aient poussé pour la première option afin d’entretenir un mince espoir de voir renaître des capacités, si les conditions se présentaient, ce qui ne risque pas d’être le cas. Si même avec l’Ukraine on ne réagit pas il est peu probable qu’on le fasse.

    Il est donc très probable que le déclassement militaire Français soit définitif et qu’on va juste moderniser des échantillons de moins en moins nombreux à l’avenir dans le seul but de préserver les deux seules fonctions de nos armées pour nos décideurs. A savoir faire de la com pour les médias naïfs et servir de vitrine au peu d’industrie d’armement qui reste. Vue ce qu’on a, c’est à peu près tout ce qu’on peut (essayer) de faire de toute façon.

    • Czar dit :

       » on a réformé les armées depuis 1991 en refusant presque systématiquement de « vraiment choisir » en abandonnant pour de bon certaines capacités (sauf quand tout le monde le faisait). » « Mais globalement, la réduction de format des armées s’est faite par « coups de rabot successifs » :  »

      c’est le syndrome RGPP des années sarkozy on a pris tous les domaines de dépense publique on a réduit la voilure et rien sucré

      • PK dit :

        Mat49 a raison sur ce coup-là : c’est bien une série successive (pléonasme !). Tout le monde tape sur Sarko parce qu’il a une tête de con et que c’est facile. Il n’est juste qu’un rouage d’un système entamé par Mitterrand et rendu officiel par Chirac. Chacun a posé sa crotte. Le plus fort reste Macron qui fait croire qu’il améliore les choses en arrêtant la chute du budget – alors qu’il faudrait un énorme bond dans le budget pour rattraper les erreurs précédentes.

        Bref, on continue de couler. Mais comme on vient de refaire la peinture des bouées, il y en a qui sont contents !

        • Pascal, (l'autre) dit :

          Votez Mélenchon car l’armée est plutôt « chouchoutée » dans les régimes d’obédience marxiste!

          • fabrice dit :

            Tout à fait les généraux touchent un % du trafic de drogue comme au Venezuela tant aimé par ton lider maximo de l’universo…

  8. Le Breton dit :

    Après le Royaume-Uni étant puissance insulaire est moins dépendante de ses chars lourds que les puissantes continentales si tant est que l’on trouve une nouvelle doctrine revisitée pour l’emploi massif de chars d’assaut.

    • LaMeuse dit :

      Oui, mais on peut retenir aussi que la BAoR de la grande époque avait un dispositif disséminé (exemple type les Harrier en forêt) bien adapté au contexte qui nous menace (comme le souligne aussi l’étude parue récemment sur Taiwan où la Marine de surface et les bases aériennes sont détruites dès les premières heures du conflit: manque de bol Taiwan a prévu rédiger ses budgets en commandant des navires et des avions …! ).
      Et sur le continent, le char restera l’unité de compte par botte de 50.

  9. jp_perfect dit :

    Toujours été un peu surpris que l’excellente plateforme CV-90 ne soit pas utilisée comme base pour un obusier de 155. Le véhicule étant utilisé en très grand nombre, et connaissant un grand succès à l’export, les coûts d’entretien en seraient allégés. En outre, les Suédois produisent déjà un obusier et ont donc les connaissances pour ce faire. En simplifiant les choses, il « suffirait » de croiser un CV-90 avec un Archer et l’on aurait là un des meilleurs systèmes d’artillerie au monde, et pour un tarif sans doute très attractif.
    Après, je me rends bien compte que cela ferait concurrence avec l’Archer justement, mais il me semble qu’ils sont plus complémentaires que concurrents.

    • dolgan dit :

      Vu l architecture de l archer, son intégration sur un CV90 serait un gros défi.

      Déjà que sur camion, ils ont eu des soucis. Il a un gros cul qui dépasse.

      Et en terme de poids, on serait sans doute au delà des 35t.

      • jp_perfect dit :

        Les guillemets étant de mise, je voulais dire par là qu’ils savaient faire des obusiers et qu’en mettre un sur un CV-90 ne devait donc pas représenter un défi pour eux

    • Nexterience dit :

      Ce serait trop lent, trop cher en comparaison de châssis civils très bon marché et assez mobiles pour de l’artillerie.

  10. PHILIPPE dit :

    J’apprécie la formule « offre également l’opportunité d’accélérer sa modernisation et sa transformation ».
    Comme on s’en rend compte, ici encore, les états-majors de beaucoup de nos voisins européens étaient, eux aussi, « à côté de la plaque ».
    En résumé, oui, la haute intensité commande une mise à niveau qualitative et quantitative rapide car le très regrettable conflit ukrainien pourrait malheureusement s’étendre et nous devons être prêts.

  11. Allobroge dit :

    Les Britts comme nous d’ailleurs ferions sans doute mieux de travailler sur des missiles portatifs hypersoniques et à distribuer en grands nombres et je m’étonne que ça ne soit pas à l’étude (quoique) car vu l’hécatombe par ailleurs en matériels blindés !!…..

    • Transportable dit :

      Des missiles portatifs hypersoniques ?
      Ça dépend de ce que vous appelez « portatif »…

      • goudon.frederic@wanadoo.fr dit :

        L’US Army a eu un programme de missiles antichars devant aller à + de 5000 km/h dans les années 90, le MGM-166 LOSAT. Prototypes tirés le toit d’un Hummer. 90 kg pour 2,85 m de long. Pas de charge explosive, juste énergie cinétique. Abandonné en 2004 :

        http://www.designation-systems.net/dusrm/m-166.html

    • Waroch dit :

      Des missiles portatifs hypersoniques? J’aime bien cette idée créative. D’autant qu’avec le recul du bestiau, le pioupiou britannique peut dégommer du char russe en Ukraine à 16h59 et se retrouver quand même à Londres à 17h pour le thé 😀

      Mais je propose de développer également les grenades à main nucléaire et les slips en kevlar, avec tout ça plus besoin de gros bataillons 8)

  12. scalectric dit :

    C’est une absurdité. des pays comme le royaume unis ou la France ne vont pas se faire envahir demain, par les bouffeurs de chocolat Milka ou de Paella
    Ce qu’il leur faut surtout, c’est des forces de projection et d’intervention souples et rapides. On a bien vu les problèmes insurmontables pour emmener les Leclerc en Roumanie (transport, logistique…)

  13. Lotharingie dit :

    à Linquiet :

    Bonjour,

    « …C’est bien l’Ukraine qui a lancé cette guerre entre slaves en 2014. … »

    Votre vaine désinformation au profit du Kremlin est dorénavant bien inutile.

    La tentative d’invasion de l’Ukraine par les forces d’invasion poutiniennes depuis 2014, semble être de plus en plus destructrices pour les deux parties.

    Si la résistance ukrainienne bénéficie de plus en plus de l’aide des pays occidentaux pour repousser l’ennemis, à priori les canaux diplomatiques ne sont pas fermer avec Moscou.

    Soyez rassuré, la guerre peut cesser immédiatement, si la « mafia poutinienne » :

    1) retire ses hommes de l’Ukraine souveraine,

    2) procède au versement de 1000 milliards d’euros à Kiev pour payer les dommages de guerre et indemnise les victimes,

    3) et se rendent pour être juger devant un tribunal international pour crimes de guerre et génocide.

    Voilà, toutes les  » cartes  » sont dans les mains de poutine.

    Mais pour l’instant, la plus grande coalition de forces occidentales, va progressivement accroitre ses aides militaires, humanitaires, économiques et financières à Kiev.

    Et comme vous le rappeler si bien, et je vous cite : « …Quand on est poids-léger on ne va pas chercher des noises à un super-lourd.. »

    Bien à vous.

    • Lester dit :

      Lotharingie : Vous croyez vraiment à ce que vous écrivez ?  » l’Ukraine souveraine  » par exemple ?  » tribunal international », j’en passe et de pires ? vous connaissez l’histoire de l’Ukraine depuis 1900 environ, et depuis 1990 surtout ? l’un des pays les plus corrompus au monde ? vous osez parler de  » génocide  » en plus, sans le moindre élement d’information digne de ce nom ?
      vous me faites penser à un de ces Lemmings, bien programmés, bien conditionnés, et qu’on amène en bande au bord de la falaise ..

      • Lotharingie dit :

        à Lester

        Bonjour,

        « …me faites penser à un de ces Lemmings, bien programmés, bien conditionnés, et qu’on amène en bande au bord de la falaise.. »

        Je sais ce que je dis, c’est pour cela que je peux me permettre de l’écrire.

        Quant à vous, vous me faite penser à « une huitre « , qui agrippée stoïquement toute sa vie à une structure pour se nourrir, essaie de  » l’ouvrir  » pour in fine, ne rien dire.

        Bien cordialement.

      • Pascal, (l'autre) dit :

        « vous me faites penser à un de ces Lemmings, » Ca se dresse un lemming?

  14. Bob dit :

    Les 14 MBT challengers promis à l’Ukraine sera peut-être suivi des 63 MBT ou moins suivant la canibalisation comme pour les Leclercs. La british army a besoin de MBT et d’artillerie pour un engagement militaire majeur en Europe de l’Est. La fin des corps expéditionnaires est enfin arrivée avec L’objectif stratégique de défaite militaire russe.