Sikorsky conteste le choix du V-280 Valor pour remplacer les hélicoptères UH-60 Black Hawk de l’US Army

Début décembre, l’US Army a sélectionné le « V-280 » Valor de Bell Textron dans le cadre du programme FLRAA [Future Long Range Assault Aircraft], lequel vise à remplacer les hélicoptères de manoeuvre UH-60 « Black Hawk » à l’horizon 2030. Et cela, aux dépens de Sikorsky [filiale de Lockheed-Martin] et de Boeing, qui s’étaient associés pour défendre la candidature du SB>1 Defiant.

Si le montant du contrat de développement qui doit être notifié à Bell Textron est relativement modeste, le choix du V-280 « Valor » ouvre des perspectives commerciales se chiffrant à au moins 70 milliards de dollars. En effet, outre l’US Army, d’autres forces armées, également dotées d’UH-60 Black Hawk, pourraient être tentées d’acquérir le même type d’appareil… Ce qui ne ferait évidemment pas les affaires de Sikorsky, qui verrait ainsi lui échapper des marchés dont il est actuellement le titulaire.

Aussi, la réclamation que vient de déposer la filiale de Lockheed-Martin auprès du Government Accountability Office [GAO], avec le soutien de Boeing, ne constitue pas une surprise…

« Les données et les discussions nous portent à croire que les propositions n’ont pas été évaluées de manière cohérente afin d’offrir la meilleure solution dans l’intérêt de l’US Army, de nos soldats et des conribuables américains », a fait valoir Paul Lemmo, le Pdg de Sikorsky, assurant avoir réalisé un « examen approfondi des informations et des commentaires fournis » par le Pentagone.

Au moment d’annoncer le choix du V-280 « Valor », Doug Bush, le responsable des acquisitions de l’US Army, avait assuré « avoir anticipé » une éventuelle contestation de cette décision. On en « a tenu compte dans nos délais », avait-il dit. Le GAO est désormais tenu de se prononcer sur cette affaire d’ici le 7 avril prochain. Et une décision en faveur de Sikorsky/Boeing risquerait évidemment de faire prendre du retard au programme FLRAA.

À noter que, avec respectivement le 360 Invictus et le Raider X, Bell Textron et Sikorsky sont également concurrents pour le programme FARA [Future Attack Reconnaissance Aircraft], lequel vise à remplacer les hélicoptères d’attaques et de reconnaissance OH-58D Kiowa Warrior ainsi qu’une partie des AH-64 Apache.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

69 contributions

  1. PK dit :

    70 milliards de dollars pour des hélicos… C’est là où l’on se dit que les États-Unis sont hors-sol et qu’ils vont sans doute crever de leur propre délire…

    • blavan dit :

      @PK.Ce n’est qu’un soutien à l’industrie. Il y aura bien quelques acheteurs dans les émirats qui pourront se payer ce gadget plus spectaculaire qu’utile !

      • Tete Deprune dit :

        Plus spectaculaire qu’utile? je ne vois pas l’inutilité de remplacer un matériel ancien par quelque chose de plus performant, je ne vois pas ce qu’il y a de spectaculaire dans cette histoire

      • Fifi dit :

        Effectivement, on peut se demander si tout cela ne relève pas du gadget.

        C’est tout le rôle des voilures tournantes qu’il faut réévaluer, surtout vu les enseignements récents des combats en Ukraine. En combat expéditionnaire, pourquoi pas? Mais pas besoin de machines hi-tech sur ce genre de théâtres. Au contraire, il faut du rustique. Par contre, la viabilité de ces machines sur le champs de bataille avait toujours été sujette à caution contre des adversaires de premier rang. Et, là, on a la démonstration éclatante de la validité de ces doutes. Un vrai carnage, et l’incompétence des Russes n’en est pas la seule cause.

        Il faut réexaminer de fond en comble la pertinence des voilures tournantes, vu les « nouvelles » menaces et surtout les alternatives disponibles à présent. On peut même se poser des questions pour le soutien logistique, vu le développement, par exemple, de techniques de plus en plus robustes pour les largages basse altitude.

        Et derrière tout cela, il faut toujours se rappeler que le développement opérationnel des hélicos par les américains à partir des années 60 vient surtout d’une histoire de tambouille politique interne entre l’US Army et l’US Air Force beaucoup plus que de choix technologiques rationnels. Si ces branches ne s’étaient pas mise sur la gueule pour des questions de territoires, il y a fort à parier que l’histoire du soutien aérien tactique aurait pris une tournure très différente.
        https://en.wikipedia.org/wiki/Johnson-McConnell_agreement_of_1966

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « 70 milliards de dollars pour des hélicos… C’est là où l’on se dit que les États-Unis sont hors-sol et qu’ils vont sans doute crever de leur propre délire… » Etes vous certain d’avoir compris? Notre hôte a écrit : » »Si le montant du contrat de développement qui doit être notifié à Bell Textron est relativement modeste, le choix du V-280 « Valor » ouvre des perspectives commerciales se chiffrant à au moins 70 milliards de dollars. En effet, outre l’US Army, d’autres forces armées, également dotées d’UH-60 Black Hawk, pourraient être tentées d’acquérir le même type d’appareil… » Hors U.S. 23 clients potentiels actuels utilisateur du UH 60 !

      • PK dit :

        Le V-280 est le successeur du V-22 sur la manière et le coût de MCO. Si l’UH-60 est un hélico cher, mais encore normal en coût de MCO, il permet d’équiper plein de pays normaux. Aucun de ces pays ne pourra s’offrir le luxe d’avoir un V-280, comme un V-22, autrement qu’à titre d’unique exemplaire pour frimer sur un salon aéronautique.

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « Aucun de ces pays ne pourra s’offrir le luxe d’avoir un V-280, comme un V-22, autrement qu’à titre d’unique exemplaire pour frimer sur un salon aéronautique. » Vous êtes ministre de l’économie de tous ces pays, avec tout ce travail vous pouvez encore participer sur ce blog? Total respect!

        • Castel dit :

          Attendons de connaître le prix définitif du Valor, à mon avis, il devrait être beaucoup moins cher que le V22, de même moins couteux à l’entretien, et ceci pour deux raisons :
          Son gabarit étant nettement inférieur, et la conception de ses rotors basculants simplifiée, cela devrait faciliter les choses, de plus, il devrait consommer nettement moins que l’Osprey.
          De plus, ce dernier ayant « essuyé les plâtres » on ne devrait pas connaître les mêmes problèmes avec le V280.
          Enfin, contrairement au V22 qui avait été conçu au départ à la demande des Marines, et, à usage interne pour l’US Army et l’US Navy par la suite, il semble que celui-ci ait été créé dès le départ aussi bien pour un usage interne que pour l’export…..

          • PK dit :

            Il est évident qu’il sera un peu moins cher en MCO que le V-22… Mais un peu moins cher qu’un gouffre financier, cela restera sans doute beaucoup plus cher qu’un simple hélico. De fait, cet appareil sera sans doute produit en masse pour le seul pays qui en a les moyens (les USA) et à l’unité pour les autres.

            La « jurisprudence » avion de chasse moderne parle d’elle-même : les nations commandent quelques dizaines d’exemplaires seulement d’avions modernes, faute de budget (ou à cause des prix délirants unitaires + MCO). Pour un secteur où ils n’ont pas le choix.

            Le V-280 ne révolutionne pas le secteur des hélicos au point de rendre obsolètes l’ancien système. Donc pour un prix sans doute très inférieur (à l’achat et en MCO), les nations garderont l’hélico classique pour avoir un peu de masse (vous savez, le truc nécessaire à la haute intensité…).

    • Souvenirs d'Asie Centrale Soviétique dit :

      Tu sembles jaloux surtout … 😉 Ta réponse ne trompe pas !

    • Axer dit :

      Wé ça semble dingue. Mais un jour à ce qu’il paraît nous aurons des voitures volantes. Ces budgets militaires faramineux peuvent servir au civil et se retrouver dans notre vie quotidienne, tout comme l’internet…

    • Frédéric dit :

      70 milliards pour remplacer 4000 UH-60… Rappelez donc le cout des NH-90 ?

    • Sonata dit :

      parce que les 6 milliards pour 67 Tigre vous paraissent mieux peut être ?

    • MonCulEnColleretteSurLaCommode dit :

      PIB des États-Unis d’Amérique : 25 346 milliards de dollars.
      PIB de la Fédération de Russie : 1829 milliards de dollars.
      Donc, concrètement, c’est comme si la Russie dépensait 5 milliards pour remplacer 10 000 de ses Mi-8.
      C’est une question de mesure.

    • le sicaire dit :

      @PK, concernant le « crever de leur propre délire… » vous devriez peut-être commencer par relire l’article…

      • lgbtqi+ dit :

        @ le sicaire :

        le pb de votre suggestion à PK est qu’elle équivaudrait à un retour les pieds sur terre pour une personne qui adore se perdre dans sa propagande.

        Il est une autre piste de solution.

    • lgbtqi+ dit :

      Le problème pour vous, c’est que les impôts aux States sont moins écrasants qu’en France, que l’armée US est bien équipée, et que le contribuable est un vrai patriote, pas un enfant de poutin qui souhaite voir son pays annexé ou dirigé par celui-ci.

      • Yrr dit :

        Madame Monsieur le modérateur vous êtes un(e) minable. C’est bon vous avez gagné je quite ce forum où l’on modère à sens unique.

    • M.W dit :

      PK

      70 milliards qui ne sortent pas usa , qui feront sans doute des petits dans les pays de L’otan et d’autres , j’appelle celà un investissement durable malin et rémunérateur…

    • Eric dit :

      Ah bon ? 70 milliards pour (potentiellement) plusieurs milliers d’hélicos, ça vous parait plus « délire » que 40 milliards pour moins de 200 Rafales ?

      • PK dit :

        Quand un hélico fera le même travail qu’un chasseur, on en reparlera…

        • Frédéric dit :

          Les hélicoptères spécialisés des FS ou de transport lourds coûtent le prix d’un chasseur désormais. Voir les derniers contrats pour les Chinook. Même un petit H160 de la gendarmerie coûtent 20 millions d’euros pièces ?!?

          • PK dit :

            Un H145, largement suffisant pour 99% des usages de la gendarmerie, vaut 6 M€ l’unité, et c’est déjà beaucoup.

            Quand la gendarmerie a des besoin hors-normes, elle a les hélicos de l’armée.

    • guy dit :

      L’hélicoptère de combat est amené à disparaitre même si par habitude beaucoup ne veulent ni l’admettre ni l’anticiper.
      Que dire de ces jouets qui coûtent dix fois plus chers!

      Si les américains ne savent pas quoi faire de leur monnaie de singe dont ilsfont porter l’inflation sur le monde entier, ils ne s’en privent pas, ils l’ont signifié dès la fin des accords de Bretton Woods en 1971…

      Ainsi on continuera à voir des pays qui vont en acquérir (ou en développer) confortant l’habitude et la continuation d’un système, mais j’espère que la France comprendra qu’il faut anticiper pour s’adapter à un environnement/besoin futur qui n’est pas celui d’aujourd’hui.

      Vous allez me dire de quoi je parle ? Tout le monde pourtant en voit déjà le contour, ceci depuis des années, c’est l’évolution et le rôle du drone.

      Qu’est-ce qu’on attend d’un hélicoptère de combat? Surveillance et appui (on balance des munitions) à proximité du sol, donc souvent en accompagnement des troupes terrestres.

      Aujourd’hui on a des drones qui permettent la surveillance et qui développent de plus en plus l’appui, ceci pour des coûts bien plus faibles, pour une durée de mission bien plus longue, tout en étant une perte matériel acceptable.

      Ces drones sont plus rapides et moins coûteux à acquérir, ils font même de l’ombre à l’aviation classique qui va également devoir évoluer pour les inclure comme une partie à part des moyens à engager.

      Nous en faisons l’expérience, il est préférable d’avoir un Reaper qui va suivre pendant 20 heures une force terrestre, qui est capable de délivrer immédiatement de la GBU-12 ou du Hellfire que d’avoir des avions ou des hélicos en alerte qui mettront du temps à venir et qui ne peuvent pas rester longtemps sur place.

      C’est devenu évident pour les conflits asymétrique, mais ça le devient aussi pour les conflits plus conventionnels entre états dans lesquels on voit la pertinence d’avoir des drones d’observation en très grand nombre et très peu coûteux qui serviront aussi à « capter » les missiles anti-aérien adverse, mais aussi de drones pour frapper avec précision des cibles plus ou moins éloignées.

      Cette réalité fait que le besoin en hélicoptères et en avions diminue, forcément on ne peut plus vouloir faire comme avant, comme s’il fallait toujours autant d’avions de combat, on est dans une logique de remplacement, voir carrément d’abandon de certaines missions comme la reconnaissance et l’observation.

      Nous devons exceller dans la sécurisation des liaisons et le partage de l’information.

      Les drones évoluent vite, bien plus vite que les avions, dans 10 ans presque tous ce qu’on voit aujourd’hui sembleront déjà dépassé.

      C’est un facteur à prendre en compte, on ne doit pas penser acquérir des drones pour 30 ou 40 ans, il faut penser à un système de conception et de production en constante évolution et adaptation.
      Créer des kits démontables et adaptables et non pas un drone tout en un.

      Le non renouvellement des hélicoptères de combat permettra de transformer notre ALAT en lui intégrant un large volume de drones.

      On pourrait imaginer par exemple dans la situation actuelle, de disposer de 200 drones Patroller plus évolués (armés du MLP et de bombes) en lieu et place de nos 67 Tigre et je ne doute pas qu’on constaterait que ces 200 drones apportent des capacités bien plus intéressantes que les 67 Tigre, qu’ils sont bien moins coûteux à produire, soutenir et donc à remplacer dans un conflit d’attrition.

      Ces 200 drones évoluant par la suite en complément des drones plus lourds de l’armée de l’air mais aussi plus légers (drones suicides etc…).

      • Le Suren dit :

        L’ensemble de votre texte est pertinent.

      • Caius dit :

        Commentaires pertinents mais H.S car on parle ici surtout d’un hélicoptère de transport de troupes pas du futur raider X ou de l’invictus de Bell. Outre le prix, la vrai question ici c’est vaut t il mieux deux rotors superposés comme Sikorsky ou rotatifs comme Bell? Genre un moteur est touche peut on se poser ou tout par en vrille? Qu’apporte vraiment le double rotor superpose par rapport au simple? J’aimerais bien savoir si quelqu’un ici a des connaissances.

        • blavan dit :

          @caius. Dans ce type d’hélicoptère l’intérêt du double rotor basculant c’est la vitesse de l’aéronef, car le problème du rotor c’est sa vitesse en bout de pale qui ne doit pas dépasser le mur du son , avec un diamètre plus petit du rotor , on évite cet inconvénient . On peut passer de 300 km/h environ pour un rotor classique , simple ou double à plus de 500 km/h pour un « basculant ».

        • Palu dit :

          Le vrai sujet !.

      • Castel dit :

        Votre analyse me semble totalement à côté de la plaque….
        De quoi parle-t-on avec le Valor ?
        D’un aéronef d’assaut transporteur de troupe, et non pas d’un hélicoptère d’attaque.
        Alors, que vous mettiez en doute l’utilité dans l’avenir l’utilité réelle des hélicoptères d’attaque au sol genre Tigre par exemple, je veux bien, car, dans ce cas, ils pourront remplacer avantageusement ceux-ci, mais pas les transporteurs de troupe d’assaut, car, si les drones pourront sans doute avoir la même capacité de destruction dans l’ avenir, seuls les hommes pourront occuper le terrain !!!

        • guy dit :

          @ Castel
          Pas du tout.
          À part pour la libération d’otages, il n’y a plus aucune plus-valuue de l’hélicoptère et encore moins de cet oiseau qui vaut son poids en platine.

          Il ne faut pas s’enferrer dans une vision passéiste des conflits avec des armées qui ne veulent plus risquer un seul de leurs soldats, donc à quoi bon risquer des boys alors qu’un MANPAD est si vite rencontré ?

          La destruction, le renseignement, tout peut se faire de loin désormais.
          https://www.rtl.fr/actu/international/guerre-en-ukraine-comment-les-drones-bouleversent-la-facon-de-combattre-7900207162

          Cela remet bon nombre de baronnies en cause et pas que chez les pilotes d’aéronefs, c’est certain.

      • Pascal, (l'autre) dit :

        @ Guy Attention à ne pas prendre les drones pour la panacée, le bon à tout faire, le « couteau suisse » de toute armée. C’est un outil come un autre certes appelé à un grand avenir mais croire qu’il va tout remplacer serait à mon avis une grande erreur! Dans une panoplie il y a une multitude d’outils pour un usage spécifique. Si vous avez des clous à planter et vous n’avez qu’un tournevis cela risque d’être un peu compliqué!

      • NRJ dit :

        @Guy
        Avant de fantasmer sur les drones tactiques, il faut se rendre compte de quelque chose: en haute intensité face à un adversaire efficace, ces drones ne passent pas. On le voit en Ukraine: après les premières semaines où les systèmes antiaériens russes n’étaient pas installés, les TB-2 étaient efficaces et on voyait les vidéos de ces drones détruire des chars russes. A partir du mois de mars, c’en était déjà fini. Les ukrainiens les ont retiré du front car ils avaient vu que ce type de drones était trop vulnérable face à une défense A2/AD un peu solide.
        En revanche, les hélicoptères d’attaques ont l’avantage de pouvoir mieux exploiter le terrain et échapper ainsi aux systèmes A2/AD. Ils sont plus chers, c’est vrai mais eux ne sont pas vulnérables en plus ou brouillage et aux armes laser dont on attend l’arrivée d’ici 10 ans.

        Du coup la question qui se pose est: faut t’il plutôt investir sur les munitions rodeuses ou les hélicoptères d’attaques ? La question est complexe, effectivement, mais à mon avis la réponse est: il faut des deux. Une munition rodeuse est apte à détruire un char pour un prix marginal. Mais ce type de missions ne représente pas l’essentiel des missions attendues des hélicoptères d’attaque. On arme les hélicoptères d’attaque de canon de 30 mm et de pod roquettes pour des tirs de saturation et de précision qui ne nécessitent pas un missile (on n’enverrait pas 200 munitions rodeuses pour taper des djihadistes cachés dans des grottes).
        Contrairement à la munition rodeuse, l’hélicoptère d’attaque peut faire de la reconnaissance derrière les lignes ennemies et de la frappe en même temps. Il peut également faire de l’appui au sol avec son armement varié.
        Après oui, l’hélicoptère reste vulnérable comme l’est le char de combat. Mais comme le char de combat, cette vulnérabilité ne le disqualifie pas pour autant.

        D’ici 2040, il faudra envisager la présence de drones contrôlés par les hélicoptères, d’armes laser, et de drones Male furtifs. Ce contexte invalide t’il des hélicoptères d’attaque plus lourds servant de transport de bombes ?

        • guy dit :

          @ NRJ
          Si tout le monde travaille sur les drones en essaim, c’est qu’il y a une faille dans la manière dont la C-RAM est actuellement gérée depuis les années 70-80…

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « Et rien n’est caché tout le monde trouve ça normal. » Aux U.S. celui qui se retrouve en délicatesse avec la loi se retrouve devant les tribunaux pour « s’expliquer » et les jugements sont sans complaisance ni douceur! Dans un autre pays que vous semblez passer sous silence la corruption n’existe pas tant que comme la girouette vous restez bien aligné avec le courant d’air qui provient des très « hautes » sphères du pouvoir, dans le cas contraire on vous retrouve suicidé par plusieurs projectiles dans le dos à moins que vous n’ayez appris à voler du troisième étage à moins que ce ne soit de crise cardiaque! C’est fou cette mauvaise hygiène de vie chez les oligarques, je ne savais pas la gastronomie russe grasse à ce point!

  2. Fafou dit :

    Affaire intéressante à suivre: le système contre rotatif du Défiant et son système propulsif doivent déjà augmenter la note d’achat ainsi que la mco face au Blackhawk..Mais certainement pas autant que mini Osprey. Sans parler qu’il faut croiser les doigt pour que le coût de développement opérationnel du Valor n’augmente pas en flèche comme le Osprey

    • Hermes dit :

      Apparemment le système de basculement de rotor du Valor est autrement plus simple que celui du Osprey.
      .
      L’avenir nous le dira.
      .
      Je ferais pas de ce type d’appareil mon cheval de travail, mais c’est clairement intéressant d’en avoir dans l’inventaire.

  3. GUEPRATTE dit :

    Peuchére ,avec de telles éoliennes positionnées carrément aussi loin du fuselage et en bouts d’ailes ,le N-1 là dessus quand il survient ,çà doit etre monstrueux à gérer coté symétrie de vol …..si toutefois çà se gére….ce dont je doute vu la conception du bin’s …à coté de çà ,perdre deux réacteurs du meme coté sur un A 340 est une promenade champétre ….

    • Yrr dit :

      Vous avez vu la taille des stabilisateurs ?

    • jerome dit :

      hé oui, ils sont tellement idiots, les ingénieurs US qu’ils n’ont même pas pensé à vous demander votre avis… vos lumières auraient pourtant tout arrangé.. damned !

      • GUEPRATTE dit :

        @ jérome …..Oui et bien franchement parfois chez les ingénieurs aéro , il y a de quoi douter ….. j’espére au moins que chez Sikorsky , ils sont moins cons que ceux de chez Boeing notamment quand celui ci nous a pondu le 737 max ,un 737 dopé aux hormones de croissance avec en plus ce putain de MCAS , cette merveilleuse trouvaille d’ingénieur informatique à la mord moi le noeud ,et qui a envoyé au tas deux appareils flambants neufs avec prés de 300 pax pour avoir étés beaucoup trop rapidement certifiés par d’autres lumières célestes et aussi avec quasi zéro formation pour les pilotes sur les « subtilités » cachées du MCAS …Fallait découvrir ses caprices en vol et tout çà parce qu’ils veulent en amont se passer de l’avis des principaux interessés , à savoir des deux gugus qui eux, ont le cul dans le cockpit et qui, en bons lignards qui se respectent ,doivent se taper en exploitation ligne, les tous derniers fantasmes informatiques des geek de chez Boeing ,avec naturellement tout ce qu’ils n’ont pas prévu et qu’ils croyaient prévoir dans leur simu …. remarque que c’est pas mieux chez Airbus…. god damned effectivement !!

    • le sicaire dit :

      @GUEPRATTE C’est quoi « le N-1 » ?

      • GUEPRATTE dit :

        @ sicaire …..terminologie aéro pour désigner la perte de fonctionnement d’un moteur en vol……

      • Pb75 dit :

        Si Guepratte ne répond pas, je le fais : ça signifie avec un moteur en moins.
        En multimoteurs, il faut gérer la disymétrie en cas de N-1, s’y entraîner et s’y préparer fait partie des prérequis, surtout sur des phases comme le décollage et l’attérissage 😉

        • GUEPRATTE dit :

          @ pb75 Sur bi turbo prop ,perdre une turbine en vol et surtout au décollage ,c’est chiant car si l’hélice du moteur mort n’est pas mise en drapeau immédiatement , elle se cale d’emblée sur la butée petit pas, et en l’absence d’autofeathers armés au décollage ( mise en drapeau automatique) la trainée de l’hélice du moteur mort qui en autorotation est énorme car elle se comporte comme un disque qui freine considérablement et la controlabilité de la trajectoire peut vite tourner au drame car l’avion perd, non pas 50 % de sa puissance, mais 80%…….J’ai quelques souvenirs épiques durant la QT quand mon instructeur me fusillait une turbine 3 secondes aprés la rotation alors que je n’étais meme pas à V2…..Par contre sur réacteur, perdre un moteur en finale c’est moins grave car de toutes manières, l’avion descend sur le glide sans avoir besoin de la pleine puissance ….. en revanche en cas de remise de gaz en N -1 , si on n’ a pas les minimas à la DH (hauteur de décision) , là ce sera plus folklo….surtout si il y a en plus une limitation de pente obstacle à respecter impérativement sur le terrain ….

      • UnKnown dit :

        Normalement une indication de nombre de tours minutes de la turbine basse pression d’un réacteur (la turbine apparente que vous voyez à l’entrée d’un réacteur, avec les « grosses » pales). A opposer au N2 qui correspond au nombre de tours minutes de la turbine haute pression (située elle dans le réacteur).

        • GUEPRATTE dit :

          à Unknown ….non vous faites confusion…on parle de N-1 et pas du régime réacteur N1 …

    • Tete Deprune dit :

      N-1, les deux rotors tournent. Il n’a jamais été question de faire voler un hélicoptère bi-rotors sur un seul rotor, Valor ou pas

      • GUEPRATTE dit :

        Ok c’est noté…..alors faut pas que l’arbre de transmission casse…..c’est chaud quand meme….

    • ONERESQUE dit :

      Euuuh…..en cas de panne d’un des moteurs, il y a un arbre d’embrayage qui permet (comme sur le V-22) de faire tourner les 2 rotors sur UN SEUL MOTEUR……précaution tellement évidente qu’il est singulier qu’elle vous ait échappée…..

      • GUEPRATTE dit :

        @ oneresque ………….les deux rotors sur un seul moteur ?……çà doit réprésenter une absorbtion de puissance de prés de 80% sur le moteur vif….si je compare à tort ou à raison avec un biturbo prop …je suppose que c’est le mini pour une autorot si toutefois il y en a une de prévue sur ce genre de trapanelle….

  4. ONERESQUE dit :

    Sikorsky peut se rabattre sur le programme FARA visant à la succession des AH-64 APACHE. Le VALOR volait en croisière à 305 nœuds, plus vite que le SB>1 et l’US Army n’était pas enchanté par le rotor de queue en opération d’embarquements nocturnes….Le Valor a volé avec plus de fiabilité et de constance lors de ses 214 H d’essais et a montré un taux de dispo plus de 5 fois supérieur…Le SB>1 était une magnifique bestiole d’ingénierie, mais trop complexe et trop fragile….Les amerloques choisissent toujours le pragmatisme opérationnel (sauf pour le F-35 où ils n’avaient pas le choix…le X-32 était un ratage monumental….)

  5. MAS 36 dit :

    Je n’y connaît rien mais les vibrations me paraissent le danger, ainsi que la bonne marche synchronisée du basculement des deux rotors. Bonjour la maintenance.

  6. Castel dit :

    Quand on voit que Lockheed- Martin et Boeing se soient associés dans cette affaire, on pouvait douter que ça allait ruer dans les brancards….
    Ils représentent à eux deux une capacité financière bien plus importante que Bell Textron, mais voila, mêmes aux Etats Unis, il y a des gens qui privilégieront la performance d’un produit par rapport aux aspects financiers.
    D’autre part, il me semble que c’est bon pour nous pour 2 raisons :
    Tout d’abord Lockheed Martin et Boeing sont nos principaux concurrents en appareils militaires, donc tant mieux s’ils se prennent une « casquette » dans cette affaire.
    Ensuite, Bell n’a pas caché son intention de faire appel à des sous-traitants Européens, vu qu’il n’a pas à lui seul la capacité de fournir ce marché, contrairement à ses concurrents.
    Avec un peu de chance, cela pourrait donc profiter à certains de nos sites industriels, et en même temps de leur permettre de rattraper un peu de leur retard en matière de « tilt rotor »

  7. Momo dit :

    « Les données et les discussions nous portent à croire que les propositions n’ont pas été évaluées de manière cohérente afin d’offrir la meilleure solution dans l’intérêt de l’US Army, de nos soldats et des contribuables américains »

    Dit le CEO de la filiale de LM.

    Pour nos amis des pays où le F35 a été commandé, notamment celui qui mise beaucoup sur le simulateur remplacer:
    . US Army
    .américains
    respectivement par:
    . le nom de votre armée avec des avions
    . votre nationalité

    Amitiés compassionnelles

  8. Alfred dit :

    On dirait presque un F35 à voilure tournante et décollage vertical, même si ce n’est pas Lockheed Martin qui le fait. C’est peut-être pour ça d’ailleurs que Bell a été retenu. Attendons de voir

  9. PHILIPPE dit :

    l’US Army bien sûr mais pourquoi pas l’US Navy ?
    Bell V-280 Valor :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bell_V-280_Valor

    • blavan dit :

      C’est déjà assez difficile de faire basculer un rotor, alors replier les pales hélices pour faire descendre le « monstre » dans le hangar du porte avion , va être dissuasif.

  10. PHILIPPE dit :

    Ce 30/12 on peut observer un Bombardier Challenger 650, indicatif CL60, faire des allers et retours le long de la frontière Est de la Roumanie. Comme on peut le constater ci-dessous cet avion est considéré comme assez spécial :
    https://avia-pro.fr/news/u-granic-rossii-zamechen-odin-iz-samyh-sekretnyh-voennyh-samolyotov-vvs-ssha

    • Paddybus dit :

      Sans vous offenser, cet appareil y est tous les jours, avec quelques C135 de différentes versions (rivet joint etc) dont souvent deux à trois ravitailleurs, un drone global hawk en général sur la mer noir au sud de la Crimée, un P8 Poseidon, parfois un P3 Orion, deux beach Guardrail du coté des pays baltes… et les italiens ont aussi un appareil dans le secteur… les suédois de même…
      La France doit y être, mais j’ai rarement les signaux visibles…

      C’est rassurant n’est ce pas…??? le secteur est super bien gardé… et les néo-nazis ukrainiens parfaitement renseignés…!!!

      • Pascal, (l'autre) dit :

        « et les néo-nazis ukrainiens parfaitement renseignés…!!! » Même Hydra sur la face cachée de la lune! Ils sont partout on est foutu!

        • Paddybus dit :

          C’est un peu court… non…??? pour discréditer correctement, il faut aussi ajouter terre plate et lune creuse…. ça fait nettement plus sérieux….

          Bon mis à part ça, vous avez des arguments…??? les unités néo-nazies d’ukr-haine sont parfaitement documentées… et de nombreux articles existent toujours en ligne ou ailleurs… certes, on voit que depuis quelques mois, ils sont enfouis dans les profondeurs du net…. la censure fait son travail…. mais les faits sont pourtant bien réels… Et de très nombreux spécialistes tels Jacques Baud, qui n’est en rien pro-Russe, sauf aux yeux des européistes…. et aux zépadunidaméric, il est considéré comme pro-ukrainien…. étrange non…??
          Mais aussi bien d’autres…. il n’y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir….!!!!

          • En vérité, il nous le dit. dit :

            Bienheureux Paddybus, qui en sa réalité alternative nourrie de vérités exhumées des tréfonds d’Internet et de déclarations de si nombreux spécialistes authentiquement impartiaux, se voit si clairvoyant au royaume des aveugles.
            La vérité lui a été révélée et il en a été si hautement illuminé qu’il se doit de la répandre autour de lui avec le zèle des convertis.
            Mais ardue est sa tâche, tant sont grégaires les agneaux, serviles les opprimés, fielleux les sceptiques et puissants les ennemis de la lumière.
            Et pourtant, sans trêve et sans cesse, il poursuit stoïquement sa mission, fanal inébranlable dans l’adverse obscurité.
            Bienheureux Paddybus.

  11. Posca35 dit :

    Moi c’est la taille qui me gène 25 m de large ! Allez rentrer ça dans une frégate, donc à mon avis pas pour la marine sauf porte avions ou navire d’assault et encore en nombre réduit ! Sinon un beau jouet, reste à savoir la fiabilité et le coût d’entretien de ce bel oiseau ?