Otan : L’Allemagne va fournir le système anti-aérien MANTIS à la Slovaquie

Depuis le début de la guerre en Ukraine, l’Allemagne prête un attention particulière à la Slovaquie, avec l’intention de faciliter le transfert vers l’armée ukrainienne de ses équipements militaires hérités de la période soviétique, via notamment l’initiative Ringtausch.

Ainsi, dans le cadre de l’Otan, la Bundeswehr [forces armées allemandes] participe désormais à la défense aérienne slovaque avec des batteries Patriot, celles-ci ayant remplacé le système S-300 promis par Bratislava à Kiev. Puis, ayant consenti à se séparer de 30 véhicules blindés BVP-1, l’armée slovaque recevra 15 chars Leopard 2A4. Le premier a d’ailleurs été livré le 19 décembre, à la faveur d’une visite de Christine Lambrecht aux troupes allemandes déployées en Slovaquie.

À cette occasion, Berlin et Bratislava ont fait part de leur intention de renforcer leur coopération, en vue d’aider l’Ukraine. Ainsi, et comme l’a annoncé, en novembre, KNDS, la co-entreprise franco-allemande formée par Nexter et Krauss-Mafffei Wegmann, un centre de maintenance sera implanté en Ukraine afin de réparer les matériels livrés à l’Ukraine. Il se concentrera notamment sur les obusiers PzH2000, les blindés anti-aériens Gepard et les lance-roquettes multiples MARS II cédés par l’Allemagne, ainsi que sur les 18 CAESAr fournis par la France.

« Les livraisons d’armes ne suffisent pas à elles seules pour soutenir l’Ukraine contre la Russie. Cela signigie que les systèmes d’armes livrés doivent également être réparés », a souligné Mme Lambrecht. « Avec ce centre de maintenance en Slovaquie, un bonne solution a été rapidement trouvée. Cela signifie que les réparations pourront être effectuées beaucoup plus rapidement », a-t-elle ajouté. Seulement, son emplacement étant connu [il sera implanté à Michalovce], il doit être protégé.

Aussi, Mme Lambrecht et son homologue slovaque, Jaroslav Nad, ont évoqué le déploiement du système anti-aérien MANTIS [Système de ciblage et d’interception modulaire, automatique et compatible réseau], produit par Rheinmetall Air Defence.

A priori, plusieurs exemplaires de ce système de type C-RAM [contre-roquettes, artillerie et mortier] pourraient être livrés aux forces slovaques. Du moins, c’est ce qu’a laissé entendre M. Nad. « Il s’agit d’un nouveau système de défense aérienne qui protégera des endroits spécifiques » dans l’est de la Slovaquie, « , a-t-il dit.

Un système MANTIS se compose de six canons automatiques de 35 mm, capables de tirer 1000 coups par minute, d’une unité de contrôle au sol et de capteurs. Sa portée est de 3 km environ. La Luftwaffe en compte deux unités, livrées en 2011 pour un peu plus de 110 millions d’euros.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. Lado dit :

    Le retour de la FLAK (Flu.Abw.Kanon.) remise à jour avec les technos qui vont bien
    Doit avoir sa place dans la raquette?
    On n’a rien à proposer car l’AA tactique n’interessait pas l’EM occupée à chasser des va nus pieds en mobylette (c’était à raison l’urgence de l’époque car terriblemen dangereux).Les autres US, UK, Italiens, ou Isr pas grand chose?.LesSuisses (Oerlikon) et les Suèdois (Bofors) ont’ils qq restes et des offres?

    • Sorensen dit :

      Ben…c’est du Oerlikon, qui appartient à Rheinmetall. Rheinmetall Air Defence c’est Suisse.

    • Lecoq dit :

      Rapid fire, le seul qui s’en rapproche

    • DarkCed dit :

      Contre des drones (voire des missiles de croisière) je pense que c’est LA bonne solution déployable rapidement dont nous maitrisons la techno.

  2. Sorensen dit :

    Très bon système. Vivement le HEL.

  3. PompeASous dit :

    55 millions d’euros l’unité?! 2 en service dans la Luftwaffe? Elle ressemble à quoi la chaîne de production de ce système?

    • Opexum dit :

      c’est fait à la main par un ouvrier qualifié avec 20 ans d’expérience. 21 maintenant.

    • Jack dit :

      Le prix d’un matériel n’est pas une simple division du montant des contrats… Mais à quoi bon répéter toujours les mêmes remarques évidentes puisqu’elles ne sont jamais lues (voire comprises) 🙁

      • JackJack dit :

        La prochaine fois plutôt que de vous fatiguez, ne répondez pas: cela nous épargnera votre condescendance. A moins que vous soyez capable de quantifier la part de ces 55millions qui correspondent à des coûts fixes.

    • dolgan dit :

      45 M le système. (20 M pour la formation et la documentation)

      1 système comportant 4 canons, un centre de contrôle (de quel niveau ?) Et des capteurs. Donc sans doute un radar à minima.

      Et les coûts de développement amortis sur 2 systèmes.

  4. Alex dit :

    si ça marche aussi bien que le reste dans l’armée allemande alors c’est bon

    • hadrien dit :

      effectivement , le truc en deux exemplaires on ne sait même pas si ça marche, il y a de quoi se poser des questions

  5. Olivier dit :

    pour taper des drones iraniens qui valent quelques dizaines de milliers d euro et ne dépassent pas les 200km/ h la  » flack » est très bien beaucoup mieux que des missiles qui valentvdes centaines de milliers s euro …

  6. PPSD dit :

    Oui c’est prévu les toilettes vont même avoir des cheveux bleus pour l’occasion

  7. Prof de physique dit :

    Ils en faudrait plusieurs sur chaque base aérienne, ou un équivalent.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/MANTIS_(Syst%C3%A8me_de_d%C3%A9fense_a%C3%A9rienne_allemand)

    • Harambe dit :

      1 système par base militaire navale/aérienne/terrestre, puis au civil il y a : centrale nucléaire/gaz/charbon/pétrole, centre de retraitement, raffinerie de pétrole, terminaux gaziers aussi. Il suffit d’un décret pour « forcer » les entreprises stratégiques à louer ce genre de système à l’armée pour que ça soit rentabilisé au niveau national. il doit bien avoir moyen de réduire le coût à 10-15M par système avec une quantité pareille et si en plus, c’est posé sur camion, ça devient un système mobile.

      Hmmm, quand j’en parle comme ça, j’ai l’impression de refaire la roue quand je pense aux Pantsir russes??

      Concernant les petits drones, j’ai vu une vidéo où l’armée tentait d’utiliser un lance-grenades automatique avec radar sur VAB(??).

  8. Frédéric dit :

    Déployé au Mali il y a plusieurs années il me semble. Je ne rappelle plus s’ils ont subit l’épreuve du feu.

    • vrai_chasseur dit :

      Déployé à Gao en 2018 pour protéger le camp allemand et aussi la MINUSMA.
      Il n’a pas servi.

  9. scalectric dit :

    Et est-ce que ça sera halal ?

  10. Castel dit :

    Il me semble que c’est ce genre de système qui -à l’heure actuelle-devrait s’avérer le plus efficace contre les drones, du moins si le système de détection est du même niveau

    • dolgan dit :

      Je préfèrerais largement un successeur au guépard . Avec une capacité de brouillage. Et soyons fous, un drone anti minidrone (capture ou destruction)

      • Castel dit :

        Pas si fou que ça :
        https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/drone-drone-interceptor-chasseur-anti-drones-98041/
        En fait, pour contrer les drones, 3 axes complémentaires me paraissent indispensables :
        D’abord, des systèmes comme celui indiqué dans l’article, qui semble à priori le plus efficace, mais à condition que le drone ne vole pas trop haut, ensuite, pour des altitudes supérieures, on pourrait avoir besoin de missiles légers genre stinguer, mais utilisables en gerbes, comme des orgues de staline, en miniature, pour pouvoir contrer les essaims, et enfin de drones anti-drones qui pourraient non seulement les abattre, mais également les suivre, pour détecter la position d’où ils sont envoyés ( l’un ou l’autre, bien sûr) .
        Bref, encore pas mal de boulot avant de trouver des solutions efficaces, mais à priori elles existent !!

        • dolgan dit :

          Pour reprendre les mots d un industriel français : beaucoup de systèmes anti drones marchottent.

    • Thierry le plus ancien dit :

      En Ukraine la meilleur des détections de drone est visuelle, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle les russes lancent des drones iranien la nuit pour qu’ils aient une meilleurs chance, mais du fait de leur optique rudimentaire ils ne peuvent qu’être programmé à l’avance avec une précision moindre que s’ils étaient pilotés à distance. Car la nuit le pilote au sol ne voit rien non plus, y’a pas de système de vision nocturne sur les drones kamikaze rudimentaire.

      Donc un système d’arme efficace contre tout type de drone doit inclure une détection par radar, mais aussi y compris visuel nocturne pour l’opérateur de tir qui doit pouvoir passer en manuel ou automatique pour éliminer le drone en toute circonstance de manière optimale.

      Si on vise l’efficacité, l’arme anti-drone en elle même va coûter forcément plus cher que les drones qu’elle doit détruire, mais les munitions doivent pouvoir être nombreuse et peu cher à utiliser.

      • dolgan dit :

        Pour la détection visuelle, l optronique infrarouge semble très efficace. Il y a aussi la détection sonore (raison pour laquelle les Russes ont fait survoler des autoroutes à l heure de pointe).

        Il y a des moyens peu cher à l utilisation car sans munitions. Laser et brouillage .

        Les drones anti drones réutilisables aussi seront sans doute abordables.surtout qu ils auront un énorme marché civil pour amortir les coûts.(sur un aéroport, on va pas trop s amuser avec des solutions hardkill)

    • vrai_chasseur dit :

      C’est surtout le système de détection et de suivi temps réel de petites cibles, associé à une munition « Airburst » (AHEAD dans le cas du MANTIS) qui rendent l’ensemble de la solution intéressante pour de l’anti-drones très courte portée.
      Cette munition AHEAD est programmée au moment de la sortie de la bouche du canon par un dispositif de fusible à induction logé dans le corps de la munition. Au moment où la munition franchit la bouche du canon, le calculateur mesure la vitesse réelle de l’obus et règle sa fusée chronométrique pour qu’il explose après un temps déterminé (ce qui au passage la rend insensible à tout brouillage). Au moment de son explosion l’obus libère 152 pastilles de tungstène qui forment un cône de projectiles pour endommager la cible, selon le bon vieux principe d’un fusil à pompe à chevrotines.
      Vous avez un schéma descriptif ici : http://topwar.ru/uploads/posts/2019-10/1570463213_ahead-4.jpg
      Un MANTIS c’est donc un radar, un système de contrôle et 6 « fusils à pompe » en plus gros, capables de tirer chacun 1000 coups par minute, chaque coup étant préréglé par électronique en visée et en distance pour projeter des chevrotines au plus près des cibles.

      NB le RapidFire de Thales+Nexter fonctionne suivant le même principe, notamment avec sa munition « AirBurst » A3B à fusée chronométrique. Sa munition 40mm téléscopée a simplement plus de « punch » tout en étant plus compacte.
      Photo de la munition A3B : http://twitter.com/DefencePhoto/status/1354407602227195912?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1354407602227195912%7Ctwgr%5E832e541f60d09b54701af97c2cb58f02870a269b%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.air-defense.net%2Fforum%2Findex.php%3Fapp%3Dcoremodule%3Dsystemcontroller%3Dembedurl%3Dhttps%3A%2F%2Ftwitter.com%2FDefencePhoto%2Fstatus%2F1354407602227195912

  11. lgbtqi+ dit :

    ça tombe bien !

    En effet :
    https://www.opex360.com/2022/12/20/des-aviateurs-bielorusses-formes-en-russie-pour-piloter-des-avions-dotes-de-munitions-speciales/

    Et d’ici à ce que les populations à qui sont destinées une « munition spéciale » lors d’une « opération spéciale » réservent un « traitement spécial » au pilote abattu qui leur vouait un « sort spécial », on n’en sera pas spécialement étonnées. J’ose à peine imaginer ce que cela pourrait donner s’il se viandait dans les Carpathes. C’est très boisé là-bas et la mémoire ne s’est pas perdue.