La Direction générale de l’armement teste des parachutes d’un nouveau type

Après l’EPC [Ensembre de parachutage du combattant], dont les derniers exemplaires ont été livrés à l’armée de Terre en 2021 pour remplacer les EPI [Équipement de parachutage individuel] utilisés depuis plus de quarante ans, et le Système de mise à terre des chuteurs opérationnels [SMTCOPS] destiné aux chuteurs opérationnels, un nouveau type de parachute pourrait prochainement entrer en doter au sein des forces françaises, et plus particulièrement au 1er Régiment du Train Parachutiste [RTP], spécialiste de la livraison par air [LPA].

En effet, il y a quelques jours, la Direction générale de l’armement [DGA] « Techniques aéronautiques » a fait état de premiers largages réussis de charges dotées de « parachutes de forme annulaire », dans le cadre du projet CPAR [Cargo Parachute Annular Ringsail], lancé à l’initiative du pôle d’innovation défense IDEA3 [ex-CI AILE, créé en 2019].

Proposé par la société FXC Europe [dont la maison-mère est implantée aux États-Unis], le CPAR est la « première rupture technologique sur cette forme de parachute depuis quarante ans », assure la DGA, offrant une stabilité et des capacités opérationnelles améliorées par rapport aux voiles de type G-12/G-11.

Un reponsable de FXC Europe a expliqué, via le réseau social Linkedin, que ce nouveau parachute a fait l’objet d’une « expérimentation réactive menée par la DGA TA et programmée par l’État-major de l’armée de Terre [EMAT], avec la participation de la Section technique de l’armée de Terre / Troupes aéroportées [STAT/TAP] ».

Deux modèles de parachutes sont proposés : le CPAR-L [pour « Light »] et le CPAR-H [pour « Heavy »]. Ils couvrent le « domaine d’aérolargage de 700 kg [par gravité] jusqu’à 16 tonnes [par éjection].

Pour rappel, le largage par gravité suppose que l’avion vole à une altitude minimum de 125 mètres, en étant légèrement cabré afin d’entraîner les charges vers l’arrière et donc de les faire sortir de la soute. Quant au largage par éjection, il utilise la traction d’un parachute éjecteur pour sortir un fardeau de l’appareil.

Avant de prendre le nom de « IDEA3 », en décembre 2021, le pôle d’innovation défense CI AILE avait retenu six projets, lesquels avaient été financés pour un montant total d’environ 500’000 euros. Outre le CPAR, cette liste comprenait un dispositif de mesure des efforts dans les textiles de parachute [proposé par la société EWHIZ], un système de mesure des vents à base de LIDAR [Leosphère] ainsi qu’un boitier d’enregistrement de paramètre de vol mis au point LGM pour les besoins d’un projet de la Structure intégrée du maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres [SIMMT] pour la maintenance prévisionnelle des parachutes.

Deux autres projets intéressaient plus particulièrement le 1er RTP, dont un systèùe de déventement fiable dans le domaine de l’aérolargage proposé par l’entreprise IrvinGQ et une télécommande de sauvegarde pour les colis autoguidés développée par la société ARCYS.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. colibris dit :

    Rien à voir mais il y a des anniversaires qui se fêtent en fanfare….Les 16 ans du F35…Avec une magnifique démonstration d’un appareil neuf sorti de chez LM…Probablement la même panne que les anglais et leur fameuse bâche invisible… La casse des disques d’embrayage de la soufflante, qui je le rappel ne peut être embrayée que moteur éteint au décollage et ouverture bien en amont de la phase d’atterrissage de l’énorme trappe, pour que cette dernière tourne suffisamment vite pour être embrayée. Des heures et des heures de démontage pour contrôler l’état des disques notoirement fragiles et sous dimensionnés pour cause de manque de place.
    Joyeux anniversaire…..
    https://www.youtube.com/watch?v=VVyfGV0csD0&ab_channel=FUNKER530-VeteranCommunity%26CombatFootage

  2. Félix GARCIA dit :

    Félicitations.

    « 1er Régiment du Train Parachutiste [RTP], spécialiste de la livraison par air [LPA] »
    Lors d’une discussion en covoiturage, j’ai cru comprendre que l’on avait peu de spécialistes de l’aérolargage (ceux qui savent « préparer et attacher les colis »).
    Est-ce le cas ?

    • dolgan dit :

      Sans doute. C’est pas un sport de masse .

      On est une des rares nations à maîtriser sérieusement cette capacité. Et à avoir en permanence sous court préavis la capacité à projeter ainsi du matos relativement lourd à l échelle mondiale.

      • john dit :

        Rares? Tout dépend ce qu’on entend par rare…
        Et ne pas oublier que les choses changent.

        Historiquement, oui, le Royaume Uni, les USA, la France, la Russie étaient parmi ces pays.
        Dans les armées hors OTAN, il y a la Chine, l’Inde, l’Arabie Saoudite, l’Australie, Nouvelle Zélande, Ukraine depuis 2019, Malaisie, Brésil, Taïwan (y compris véhicules), Japon (Kawasaki C2), Corée du Sud, Israël etc…
        Dans l’OTAN, l’Italie (depuis C-27J / C-130), l’Espagne (depuis CASA et A400M), Belgique, Suède, Pays-Bas, etc…

        Là où vous faites très certainement erreur, c’est de penser que c’est d’abord une capacité militaire. En réalité, pour bcp, les entraînements en condition réelle, ce sont les catastrophes naturelles. Alors oui, il n’y a pas d’ennemi dans ce genre de cas.
        Mais il y a la pression de devoir livrer très précisément, car en dessous, ce sont des civils !
        Pour les pays sérieux dans ce domaine, il y a tous les pays susceptibles d’avoir un conflit avec un voisin, ceux qui ont cette compétence depuis longtemps, ou ceux susceptibles de bouger…
        Le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, la Chine, la Russie, l’Australie, l’Inde, l’Espagne, l’Italie, la France.
        Mais ne sous-estimez pas les autres, d’autant que des solutions commerciales existent aujourd’hui, et que les nations équipées d’aéronefs capables de réaliser ces missions peuvent acquérir les parachutes, les palettes, et même des systèmes guidés par GPS. Développer cette capacité aujourd’hui est facile comparé à il y a 40-60 ans. Les avions sont plus faciles à gérer, les essais pour ces missions garantissent un niveau de sécurité élevé.

        Donc non, pas l’un des seuls pays.

        • Aymard de Ledonner dit :

          Tout un pavé sans donner ne serait-ce qu’une référence. Uniquement des affirmations gratuites. Et comparer le parachutage d’un véhicule de plusieurs tonnes avec le largage de colis humanitaires est juste ridicule. Larguer précisément des colis humanitaires est une compétence que tout le monde n’a pas, mais c’est autre chose. On ne large pas n’importe quoi non plus : il faut développer des matériels qui supportent cela.
          Par exemple pouvez vous nous donner la version saoudienne, néo-zélandaise ou sud-coréenne de ce mini-bulldozer largable?
          https://www.youtube.com/watch?v=YTIu9WN4Trs

    • john dit :

      Regardez l’armée française comme toutes les armées européennes… Le nombre de militaire s’est réduit. La maintenance et la logistique sont de plus en plus laissées pour des sous-traitants.
      Toutes les réductions de militaires ont été faites dans certaines nations jusqu’à la limite. Et je pense que dans le cas de la France, la limite a été de ne pas perdre de compétence (ou très peu). Donc ils ont cherché à conserver des militaires expérimentés, et former les générations suivantes, mais dans des nombres réduits.
      Par contre, n’oubliez pas que les armées sont championnes des procédures, et ce n’est pas pour rien. Etre capable de reprendre un job en suivant une marche à suivre, c’est un standard exigé pour une armée robuste. Et ce n’est pas le job le plus problématique à remplacer.
      Et ne pas oublier aussi que lorsque une compétence n’est pas utilisée et qu’elle n’est pas considérée comme essentielle à un certain moment, il aurait été étonnant qu’aucun changement n’ait lieu.

      Dans divers pays, cette question de perte de compétences a été gérée de diverses manières.
      La Suisse pourrait théoriquement abandonner son armée. Mais si la situation venait à se détériorer, alors elle se retrouverait avec 20-30 ans minimum de formations intensives avec des armées partenaires pour remonter au niveau actuel et avoir le volume actuel.
      En attendant, elle garde de nombreuses infrastructures et véhicules en dehors du service, mais dans un état pas trop mauvais. Et les compétences principales perdues concernent les forts d’artillerie qui ne sont plus utilisés. Et l’autre aspect a été de retirer les explosifs de tous les ponts, tunnels, vallées etc..

      Et dans d’autres nations, il y a eu des choix très différents. La Belgique a abandonné bcp de compétences, comptant sur l’OTAN et se focalisant sur les guerres contre le terrorisme. Ils n’ont plus d’artillerie, plus de défense anti-aérienne, la Marine s’est bien réduite, la force aérienne est très petite si on la compare à son passé.

      Les Pays-Bas ont fait le choix de travailler fortement avec l’Allemagne dans le domaine terrestre afin de réduire les coûts de formation, de maintenance du matériel. L’armée néerlandaise utilise les mêmes systèmes que les Allemands dans de nombreux cas:
      – Char de combat Leopard 2 et ses chars du génie, de dépannage, ponts
      – Artillerie PzH 2000
      – transport de troupes, Boxer 8×8
      – TPZ Fuchs (mais en cours de retrait côté NL, et prochainement remplacé par le Patria 6×6 côté DE)
      – reconnaissance, Fennek
      – M113 restants
      – Camions de transport tactique lourd Rheinmetall
      – Missiles et lance roquettes EuroSpike et Panzerfaust 3
      – Missile sol-air Patriot

      • v_atekor dit :

        Tu n’as pas du t’intéresser des masse aux autres armées Européennes. J’en ai connu une où les navires restaient à quai faute de carburant, et que tu as obligeamment hissé au même niveau que l’armée française pour cause de tonnage similaire, mais avec un budget de 0.7% du pib, lui même inférieur de 45% à celui de la France. L’habit ne fait pas le moine malheureusement, et la guerre en Ukraine le rappelle bien assez.
        .
        Ca va mieux (c’est à dire qu’il était difficile de faire pire), mais on part de bien plus loin que la France et lorsque bientôt les capacités théoriques française seront revues à la hausse d’autres ne feront que rejoindre le niveau pratique avec le niveau théorique que tu annonçais…

    • vrai_chasseur dit :

      @FG
      En fait dans le monde seules 2 armées maitrisent tous les types d’aérolargage de matériels, la France et les USA.
      Certaines procédures de largage étant standardisées OTAN d’autres pays comme le Canada ou le R-U maitrisent bien certains types – mais pas tous.
      Et ça tient beaucoup à l’expertise des préparateurs, des largueurs et des équipages d’avions. Les compétences sont effectivement pointues donc rares.
      Pour donner une idée on sait larguer à toute altitude, haute, moyenne jusqu’à très basse (l’avion vole soute ouverte à 2 m du sol), des charges légères, lourdes ou très lourdes (engins de terrassement), charges individuelles ou chaînées, extraites de l’avion par gravité (vol avec angle de cabré) ou par petit parachute extracteur tirant la charge vers l’arrière, avec une arrivée au sol technique par dispositifs d’absorption d’énergie (palettes spéciales), décrochage automatique des parachutes pour ne pas renverser la charge une fois posée, guidage actif pour parachutage de précision, etc etc, la liste des savoir-faire maitrisés est longue.

  3. Paddybus dit :

    Et l’interdiction des parachutes dorés pour nos politiques… c’est prévu …??? ;0)))

    • Hoi dit :

      Parachute doré pour les politiques ? Vous confondez avec les patrons de multinationales…

      • Paddybus dit :

        Parce que vous croyez que ces deux mondes ne sont pas en symbiose…???

      • Félix GARCIA dit :

        « UN JOURNALISTE BRISE L’OMERTA SUR LA MAFIA D’ÉTAT EN FRANCE »
        Ils sont environ 2000 hauts fonctionnaires en France dont la moitié (des énarques, des inspecteurs des finances, des polytechniciens) se partagent les plus hauts postes, les plus hauts revenus, le plus de jetons de présence dans les conseils d’administration, le plus grand nombre d’aller-retour entre public et privé, le plus de golden parachute et le plus de stocks options… Leurs revenus annuels oscillent entre 200 000 et 500 000 euros (salaire de l’ex-patron de science po) sans compter les actions et dividendes.
        Vincent Jauvert, journaliste à l’Obs, publie en cette fin d’année le troisième tome de ses aventures de Tintin reporter au pays des commis d’Etat. Après « Les intouchables » et « Les voraces », voici la « La Mafia d’Etat » (Le Seuil, novembre 2021).
        « En France, un petit groupe de hauts fonctionnaires truste la plupart des postes clés et lucratifs – dans les grandes entreprises privées comme au cœur de l’État. Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, jamais cette caste n’a été aussi puissante et aussi riche. » prévient l’auteur.
        Comment cette caste, unique dans le monde occidental, s’est-elle constituée pour atteindre son apogée aujourd’hui ? Comment a-t-elle réussi à contrer toutes les tentatives pour réduire son pouvoir ? Pourquoi Édouard Philippe est-il un de ses leaders masqués ?
        85 minutes de conversation dense et éclairante entre Denis Robert et Vincent Jauvert pour ce Zoom arrière décapant, déprimant, suffocant qui marque surtout une rupture quasi définitive, en tout cas abyssale, entre la France du haut et celle du bas.
        Plus que les chiffres étourdissants, les tours de passepasse pour se faire oublier ou les inventions de jurisprudence, les secrets de cette tribu de costume-cravates et de tailleurs chics plus préoccupés par l’argent et le pouvoir que par l’intérêt général, rendent ici nerveux et poussent à la colère.
        On y apprend comment ces hauts fonctionnaires se cooptent dans les conseils d’administration de groupes privés, aux limites de la loi ; comment ils font fortune grâce au démantèlement de l’État qu’ils ont eux-mêmes orchestré ; comment certains ont continué à manœuvrer habilement et à prospérer pendant la crise sanitaire, comment, pour services rendus aux politiques (ici à Alexis Kolher), on les autorise à toucher des jetons de présence au-delà de la retraite. Pire, on se rend compte, à suivre Jauvert dans son enquête, que cette mafia d’Etat tient toutes les rênes du pays. Et semble indéboulonnable.
        Sauf à réduire les salaires et les retraites dorées de 90%. Après tout, pourquoi pas ?
        https://www.youtube.com/watch?v=EveWWX3fB2M

      • PK dit :

        Vous avez raison : c’est pas comme si Castex était aux commandes d’un truc dont il connaît que dalle. Ou que tous les perdants de LREM aux dernières élections n’avaient pas été recasés dans des trucs dorés.

        C’est vrai que pour tous ces gens-là, il n’y a même pas besoin de traverser la rue. Un coup de fil du poudré, et hop, le miracle se produit.

      • revnonausujai dit :

        ah ?

        patron de la RATP, du tunnel du Mont-Blanc, du port de Marseille, pour ne citer que les tous derniers !

      • EchoDelta dit :

        Les politiques en ont souvent avec des reclassements après crash ou fin de parcours de ministres ou président. Rare sont ceux qui restent sur le carreau.

  4. B707 dit :

    Pour le moment non….tous les largués ont bien survécu..

  5. Vinz dit :

    Tiens c’est Noël, c’est HS, et c’est Kdo :
    « Avant la participation [à la force VJTF l’OTAN] : Echec total lors de l’exercice avec le blindé Puma »
    « Lors d’un entraînement avec 18 véhicules de combat, la disponibilité opérationnelle est tombée à zéro en quelques jours, a rapporté samedi le « Spiegel ».
    https://www.finanzen.net/nachricht/aktien/vor-nato-verpflichtung-totalausfall-bei-uebung-mit-dem-panzer-puma-12003919

    • PK dit :

      Y’a même un Puma qui s’est enflammé tout seul…

      Je pense que 100 milliards ne seront pas de trop.

    • Bricoleur dit :

      Belle trouvaile, Vinz. J’ai tout compris grâce à Reverso. Le Puma est un produit KMW/ Rheimetall commandé en 2009 ! Quand on lit l’article de Wiki, on peut se demander si les 2 industriels précités savent encore faire des blindés. Du souci à se faire pour le MGCS … Les Brits ne font pas mieux avec l’AJAX : https://portail-ie.fr/analysis/4099/quel-avenir-pour-lajax-le-triple-fiasco-dun-programme-britannique. Finalement, on est pas trop mal avec notre VBCI. Mais le CV 90 , à chenilles, se porte bien aussi.

    • jl dit :

      ils parlent de leur chars de dépannage Puma. http://www.strategic-bureau.com/spz-puma-vbci-allemagne/ la prochaine fois essayez de comprendre ce que vous lisez. Cordialement

    • Clavier dit :

      La qualité allemande n’est plus ce qu’elle était …..

      BERLIN (dpa-AFX) – Le véhicule de combat d’infanterie Puma a complètement échoué aux exercices de la Bundeswehr pour participer à la force de réaction de l’OTAN VJTF l’année prochaine. Lors d’un entraînement avec 18 véhicules de combat, l’état de préparation opérationnelle était tombé en quelques jours à zéro, a rapporté le « miroir » samedi. L’inspecteur général Eberhard Zorn a annoncé dimanche un effort conjoint de l’armée, du bureau d’approvisionnement BAAINBw et de spécialistes de l’industrie de l’armement pour résoudre les problèmes. Le général a déclaré : « Nous remplirons notre engagement envers l’OTAN à partir du 1er janvier. »

      Selon les informations de l’agence de presse allemande, la manœuvre a eu lieu au centre d’entraînement au tir des troupes blindées et la lettre a fait sensation au ministère de la Défense depuis vendredi. La ministre Christine Lambrecht (SPD) a appris le problème lors de son voyage en Afrique. Lundi, une réunion de crise au ministère de la Défense (BMVg) avec la participation de Lambrecht devait être discutée. Les nouveaux problèmes concernent les véhicules de combat dans une configuration spéciale, avec laquelle la Panzergrenadierbrigade 37 doit participer à la force VJTV (Very High Readiness Joint Task Force) de l’OTAN à partir de la nouvelle année.
      Der Spiegel a fait référence à une lettre du commandant de la 10e Panzerdivision, le major-général Ruprecht von Butler, à la direction de l’armée et au ministère de la Défense. Les deux derniers Pumas encore prêts à l’emploi avaient également échoué « le jour du tir d’hier après une heure et demie avec des défauts de tourelle », a écrit le général. La Panzergrenadierbrigade 37 lui est subordonnée.

      Surtout, l’électronique des chars de haute technologie est vulnérable, selon le rapport, dans un réservoir, il y a même eu un grave incendie de câble dans la cabine du conducteur. La nature des déficiences était déjà connue des troupes, selon le courrier, mais elles ne s’étaient « jamais produites à cette fréquence ». Les systèmes n’ont été déplacés que sur les champs de tir des basses terres du nord de l’Allemagne et n’y ont pas été « excessivement sollicités ». Selon le Schirrmeister de la société concernée, qu’il considère comme très crédible, écrit le général, on peut supposer que la pleine préparation opérationnelle de la société ne peut être établie qu’en trois à quatre mois.
      Le véhicule de combat d’infanterie Puma, en proie à de nombreux problèmes techniques, n’a été déclaré apte au combat que l’année dernière. Le véhicule de combat, développé et produit par Krauss-Maffei Wegmann (KMW) et Rheinmetall Landsysteme GmbH (RLS), avait déjà fait la une des journaux en tant que « char de dépannage ».

  6. Taranis dit :

    Parfait pour permettre le largage de 16 Tonnes en A400M. FXC a su démontrer la pertinence de ces choix technologiques face à une tradition bien implantée. Bravo à eux, à DGA TA, STAT TAP et au 1er RTP pour ouvrir la voie vers de nouvelles solutions techniques et technologiques. En espérant retrouver une BITD européenne qui sache se mettre au niveau sur ce segment d’excellence de la France . Le 1er RTP est le régiment unique spécialisé dans l’appui à la mise à terre du personnel et du matériel de la 11eme Brigade Parachutiste. Il détient en outre des compétences en largage matériel sous oxygène ainsi que d’autres capacités très recherchées dans ces domaines d’exception et intervient au côté de l’armée de l’Air dans le domaine du transit aérien. Bref une belle boutique méconnue mais clef pour les opérations aéroportées! Ce régiment et ses prédécesseurs ont accompagné les actions para de la France depuis l’Indochine jusqu’à nos jours, des largages sur Eliane, aux Adrars divers ou aux confins de l’Hindou Kouch, ils répondent présent avec les équipages de l’armée de l’Air pour nos paras et tous les autres.

  7. Rodolphe dit :

    Notre ancien premier ministre qui devient patron de la RATP, c’est bien un Parachutage, non ?!?? Politique, Patron, Pute, Profit, Quel dommage que Parachute partage la même lettre que ces lots dégueulasses…

  8. FJAG dit :

    Un poil trop léger pour les blindés léger du programme Scorpion.

  9. mirage dit :

    ou sont ils fabriques ces parachutes ,en france ?

  10. aldo dit :

    Juste une question : Pourquoi l’armée de l’Air, qui est quand même un peu concernée par la chose, ne dispose- t-elle pas d’un régiment ou d’une base, qu’ils l’appelent comme ils veulent, qui prendrait en compte ce genre de missions trés pointues ?

  11. PHILIPPE dit :

    ‌A propos de parachutages :
    ‌Russian army airborne troops parachuted BMD-2 armoured with crew inside Ria Novosti
    https://www.bing.com/videos/search?q=parachutage+chars+russes&&view=detail&mid=A9B66E17751AE15094D5A9B66E17751AE15094D5&&FORM=VDRVRV
    Regardez comment les Russes larguent des tanks depuis des avions cargos et comment ils se posent !!
    https://www.bing.com/videos/search?q=parachutage+chars+russes&&view=detail&mid=25A1F81E74AE8B8E57B125A1F81E74AE8B8E57B1&&FORM=VDRVRV