L’armée de Terre va moderniser ses transmissions grâce à la phase 3 du programme ASTRIDE

Pour tenir le rôle de « nation cadre » au sein d’une coalition, il ne suffit pas d’aligner le plus de soldats et d’équipements sur le terrain… Encore faut-il avoir les moyens d’assurer un commandement au niveau d’une division. Et donc disposer de moyens de transmissions performants et interopérables. D’où l’intérêt du programme ASTRIDE [Accès par satellite et par transmission hertzienne au réseau de zone et de l’intranet de l’espace de bataille] Phase 3 pour l’armée de Terre.

S’il n’a pas la même visibilité que d’autres programmes d’armement plus emblématiques, ASTRIDE Phase 3 nécessite pourtant des investissements relativement conséquants. En effet, la semaine passée, la Direction générale de l’armement [DGA] a annoncé qu’elle venait d’en confier la direction à Thales, dans le cadre d’un contrat d’une valeur maximale de 720 millions d’euros.

Cet investissement doit permettre la « mise en réseau en haut débit, intelligente et résiliente des postes de commandement de l’armée de Terre, depuis le poste de commandement interarmées de théâtre jusqu’aux groupements tactiques interarmes », a expliqué la DGA.

Ce qui passera par la modernisation des réseaux de théâtre, mis en service entre 2000 et 2014. Cette opération, poursuit la DGA, « parachève la mise en place du partage de l’information, l’augmentation de la résilience et du débit du réseau de théâtre via un maillage à base de faisceaux hertziens ». Et cela évidemment un atout majeur pour le combat collaboratif, sur lequel repose le programme SCORPION de l’armée de Terre.

Différents modèles de stations [206, au total, seront livrées aux régiments des transmissions entre 2025 et 2029] seront mis au point : shelters 20 pieds et « stations en colis » pour la zone arrière, shelters 15 pieds sur camions GBC 180 et kits intégrés pour les blindés Serval.

Ce 9 décembre, Thales a apporté quelques précisions supplémentaires. ASTRIDE 3 « intègre de nouveaux moyens de connectivité tels que les terminaux satellites de dernière génération [SYRACUSE IV], les faisceaux hertziens haute capacité, les radios logicielles tactiques [CONTACT] ou encore la desserte sans fil [technologie LTE – Long Term Evolution] », détaille l’industriel.

La combinaison de ces différents moyens permettra ainsi un maillage de l’espace de bataille, et donc de constituer un réseau « résilient et mobile ». En outre, ajoute Thales, ASTRIDE 3 est aussi « prédisposé pour héberger le cloud de défense pour le commandement collaboratif, et s’intégrer dans une démarche plus globale de lutte informatique défensive [LID] pour faire face aux menaces cyber ».

Quant aux stations, elles seront « automatisées », afin de simplifier, et donc d’accélérer, la maneouvre sur les théâtres d’opérations. « Les dessertes sans fil permettront un déploiement très rapide des postes de commandement, en réduisant significativement le nombre d’opérations manuelles » tandis que « les outils de planification, de commandement et de supervision des réseaux MOSART [Mise en Œuvre et Supervision de l’Architecture du Réseau de Théâtre] confèreront aux forces terrestres une réactivité sans précédent pour s’adapter au tempo de la mission », souligne Thales, qui s’est associé à d’autres entreprises françaises pour mener à bien ce programme.

« Thales est fier d’accompagner à nouveau les forces terrestres françaises dans leur transformation numérique avec la fourniture d’infrastructures de commandement haut débit, résilientes, sécurisées, mobiles et déployables en toutes conditions. La Phase 3 du programme ASTRIDE est une nouvelle étape vers le combat collaboratif, plaçant la connectivité et le cloud de combat terrestre au cœur de la haute intensité », a fait valoir Marc Darmon, le responsable de la division « Systèmes d’Information et de Communications Sécurisés ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

9 contributions

  1. Carin dit :

    Un « petit » pavé dans la gueule du cloud de combat du SCAF…
    Le cloud de combat OTAN sera pris en compte par ASTRID3… donc SCORPION.

  2. Donald dit :

    Un cloud américain, pour lesquels nous serons transparents et des capteurs gratuits donc…
    https://twitter.com/gchampeau/status/1560617283956879360

    Un échange de bons procédés ?
    https://air-cosmos.com/article/defense-deux-pods-comint-receptionnes-pour-les-reaper-de-l-armee-de-l-air-et-de-l-espace-63634

  3. Paul dit :

    bonjour
    ce serait bien que vos sources soient vérifiées thales est en échec sur Astrid et contact
    bientôt les armées n’auront plus de moyens de communication en raison du achetons français.

  4. jp_perfect dit :

    Si c’est pour faire des illustrations aussi moisies, alors la DGA pourrait s’économiser du travail, ou faire économiser du travail. Ou faire des captures d’écran et du mod sur Arma III. Ça ne serait pas plus utile, mais assurément plus rigolo.

  5. CneSIC dit :

    Quel type de desserte sans fil? Sachant que le WiFi (quelle soit sa génération) est très facilement brouillable….