Aviation de combat du futur : Le Tempest italo-britannique va fusionner avec le F-3 japonais

Ces dernières années, plusieurs voix ont appelé à un rapprochement du Système de combat aérien du futur [SCAF], porté par la France, l’Allemagne et l’Espagne, avec le Tempest, un projet lancé par le Royaume-Uni et rejoint par l’Italie, avec la Suède dans un rôle d’observateur.

« Il n’est pas certain que l’Europe pourra s’offrir deux systèmes de combat aérien du futur concurrents, avec une base d’exportation nécessairement plus étroite que s’il n’existe qu’un seul programme », avaient en effet avancé les sénateurs Hélène Conway-Mouret et Ronan Le Gleut, dans un rapport sur le SCAF, publié en juillet 2020.

L’ex-Délégué général pour l’armement [DGA], Joël Barre, avait dit, à plusieurs reprises, espérer une « convergence » entre ces deux programmes européens. « Il se peut que nous allions sur des pistes différentes. J’espère que nous finirons par fusionner », avait même avancé le général Ingo Gerhartz, le chef de la Luftwaffe. Et son homologue italien, le général Luca Goretti, s’était même risqué à prédire une fusion entre le SCAF et le Tempest, estimant qu’il serait « impensable » d’investir « ressources financières dans deux projets équivalents ».

Seulement, dans le même temps, le Royaume-Uni se rapprocha du Japon, qui, de son côté, venait de lancer le développement du F-3, un avion de sixième génération appelé à remplacer le F-2, largement inspiré du F-16 de Lockheed-Martin. Pour son programme, Tokyo avait dit chercher des partenaires… D’où des discussions sur une coopération « technologique » avec Londres.

Celles-ci finirent par aboutir, en décembre 2021, sur la signature d’un « protocole de coopération » visant à développer un « démonstrateur de moteur d’avion de combat de nouvelle génération », Rolls Royce étant appelé à travailler avec Ishikawajima-Harima Heavy Industries [IHI]. Puis, quelques semaines plus tard, Londres et Tokyo annoncèrent un autre partenariat, cette fois au sujet de la suite de guerre électronique « Jaguar », celle-ci devant être commune au Tempest et au F-3.

Cela étant, lors du salon aéronautique de Farnborough, en juillet dernier, le ministère britannique de la Défense [MoD] suggéra que la coopération avec le Japon allait être encore plus ambitieuse… Et elle le sera effectivement.

En effet, ce 9 décembre, le Royaume-Uni, l’Italie et le Japon ont fait connaître leur intention de développer un « avion de combat de nouvelle génération » dans le cadre d’un programme appelé « Global Combat Air Programme » [GCAP]. En clair, le Tempest fusionnera avec le F-3. BAE Systems, Leonardo et Mitsubishi Heavy Industries y joueront un rôle prépondérant.

« En s’associant avec l’Italie et le Japon dans la prochaine phase du programme, le Royaume-Uni […] partagera les coûts et garantira que la Royal Air Force [RAF] reste interopérable avec nos partenaires les plus proches. Le projet devrait créer des emplois hautement qualifiés dans les trois pays, renforcer notre base industrielle et stimuler l’innovation avec des avantages allant au-delà de l’utilisation purement militaire », a fait valoir le gouvernement britannique.

« Nous sommes déterminés à défendre l’ordre international libre, ouvert et basé sur des règles, ce qui est plus important que jamais à une période où ces principes sont contestés et où les menaces et les agressions vont en augmentant, ont expliqué les pays désormais associés, dans un communiqué commun. « Étant donné qu’il est crucial de défendre notre démocratie, notre économie et notre sécurité et de protéger la stabilité régionale, nous avons besoin de partenariats solides en matière de défense et de sécurité, étayés et renforcés par une force de dissuasion crédible », ont-ils ajouté.

Par ailleurs, cet avion de combat de nouvelle génération, qui sera au centre d’un « système de systèmes » combinant « drones, capteurs avancés et armes de pointe » devra notamment être « interopérable » les moyens mis en oeuvre par les « États-Unis et l’Otan », ainsi que par d’autres « partenaires » en Europe et dans l’Indo-Pacifique.

Cependant, les détails de cette alliance inédite n’ont pas été précisés, si n’est qu’une phase de développement sera lancée en 2025, avec l’objectif de faire voler ce nouvel avion de combat d’ici 2035. En outre, le programme GCAP sera ouvert à d’autres pays qui souhaiteraient éventuellement le rejoidre. Comme la Suède, par exemple. Ou encore… Les États-Unis.

En effet, dans une déclaration conjointe avec le ministère japonais de la Défense, le Pentagone a souligné que les États-Unis « soutiennent la coopération en matière de sécurité et de défense du Japon avec des alliés et partenaires partageant les mêmes valeurs, notamment le Royaume-Uni et l’Italie, sur le développement de son prochain avion de chasse. Et d’ajouter : « Ensemble, nous avons entamé une collaboration importante à travers une série de discussions sur les capacités des systèmes autonomes, qui pourraient compléter le prochain programme de chasseurs japonais parmi d’autres plates-formes. Dans ce contexte, les deux parties sont convenues d’entamer une coopération concrète au cours de l’année prochaine ».

Illustration : Leonardo

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

153 contributions

  1. Lado dit :

    Le plan B des Allemands..ils vont sûrement leur faire une place de choix avec acces à toutes les technos préexistantes..!
    Il y a aussi le Plan C avec LM, les US sont très partageux..!
    Sans SCAF, Airbus DS disparaitra de ce segment

    • patex dit :

      A vouloir le leadership sur le SCAF sans en avoir les capacités, l’Allemagne aura fini par tourner le dos à ses partenaires du programme Eurofighter, ce qui aura tué Airbus DS pour ce qui est de la partie avions de combat.
      Pendant ce temps, le gouvernement teuton humilie Airbus DS chaque jour en faisant ses emplettes aux Etats Unis
      L’Italie et le RU vont naturellement faire le nécessaire pour protéger leur BITD. Au final, on pourrait bien voir l’Allemagne, dans un énième spasme nationaliste, cannibaliser l’Espagne, qui rejoindra le RU et le Japon…

      • Thierry le plus ancien dit :

        Airbus DS n’a rien à proposer dans l’immédiat pour concurrencer les américains dans de nombreux domaine, surtout en ce qui concerne l’avion furtif, il n’y a pas d’humiliation, il y a complémentarité dans le temps.

        • john dit :

          Laissez tomber, ils sont dans l’émotionnel, et dans un complot américano-germanique, et ne peuvent pas réfléchir avec leur tête.
          Exemples absurdes:
          – quand la France achète des E2D Hawkeye, c’est normal, ça ne vaut pas la peine de les développer seul. Par contre quand l’Allemagne achète le P-8 Poseidon alors qu’il n’y a plus du tout de client potentiel d’un avion de patrouille maritime, alors là, c’est un scandale.
          – quand l’Allemagne achète des CH-47 produits 100% en Allemagne, pas seulement assemblés, alors ils disent que c’est un achat américain. Pourtant, l’Allemagne a poussé pendant 2 décennies à développer un hélicoptère lourd européen, et c’est la France qui a rejeté cela…
          – quand l’Allemagne confirme sa participation à la mission nucléaire, la France critique l’achat allemand de F-35, mais la France n’offre rien en concurrence. Rien n’empêche la France d’avoir une bombe ASMP-A sur un chasseur allemand, avec comme pour la B-61, une double validation franco-germanique pour les missiles opérés par les Allemands.

          Il y a une victimisation constante, mais rarement des solutions. Et la France qui se plaint que personne ne lui achète rien a le défaut de n’acheter quasiment qu’aux Américains si ils se fournissent à l’étranger. Donc c’est une belle ironie !

          • Félix GARCIA dit :

            Il y a aussi ceux qui ne sont pas « européistes » (dans le sens —> favorable à l’Union Européenne et au fédéralisme/nationalisme européen, mais par contre, tout à fait favorable à des coopérations inter-étatiques) et qui trouvent que l’Allemagne à bien raison de prendre les décisions qu’elle juge bonnes pour elle.
            En général, ceux-là, dont je fais partie, ne sont pas attristés par les choix « pas très européens/européistes » des Allemands, Polonais, Italiens, etc … mais, sont attristés par les choix « européistes » de leur propres gouvernements, et, en l’occurrence, en ce qui me concerne, le gouvernement français.

    • AllemandFOux dit :

      Vous oubliez le plan D avec les Russes, le plan E avec les chinois et pour finir, le plan F avec les coréens.

    • Matthew Hatton dit :

      As an English man It has been very entertaining to read many of the comments here.
      Whilst I fully appreciate the French do not like the English (hardly surprising considering our shared history over the previous 1000 years!) the fact remains that French attitudes are most child like and spiteful. Remember this however: no matter how much you dislike “the English” we are very ingenious and are extremely competent engineers, further more, the Tempest (now GCAP) will outpace and outshine the European SCAF no matter how much you would like the opposite to be true.
      There is only room in Europe for a single new combat aircraft program and that my European friends is Tempest (GCAP)
      Good day.

  2. Rémi dit :

    Répétez aprés moi: Le braxit est une catastrophe.

    • Fasol dit :

      Si vous enlevez vos verres polarisants de devant vos yeux vous vous poserez peut-être la question: comment se fait-il que le RU a enchaîné les changements de 1er ministre en moins de quelques semaines? La réponse à cette question vous amènera, sans doute, à ne plus poster sans réfléchir des slogans tout droit sortis de la besace de ce génie qu’est F. Asselineau

      • john dit :

        Même si je suis d’accord sur le fait que le Royaume Uni a fait une erreur énorme, la situation est plus complexe que juste Brexit ou pas Brexit.
        Le problème actuel est que le parti au pouvoir est clairement anti-peuple, pro-corporations, mais à un point qui met en danger l’économie, et cela se retourne contre l’exécutif ! Le Brexit n’est « que » un des facteurs des erreurs britanniques, et ils en font bcp et des erreurs ayant de grosses conséquences !

      • Fasol dit :

        Salut Fasol.
        Pour info, ce pseudo est déjà pris.

    • Dolgan dit :

      au ru désormais ils parlent de bregret.

    • Sonata dit :

      Etant donné que le Royaume Uni est le seul pays développé à ne pas avoir retrouvé son niveau économique d’avant covid, et que leur marché intérieur est notamment grevé par des pénuries de main-d’œuvre dans des secteurs importants, et des pénuries alimentaires (incroyable pour un pays développé) oui, il y a des soucis suite au Brexit, ce qui était prévisible.
      Notons que cela survient dans une économie qui, contrairement à l’Europe continentale, n’est pas impactée par l’approvisionnement de gaz russe. Malgré cela, leur situation est pire que celle de l’Allemagne ou de la France, pour ne citer que ces états.

  3. Comte Vertigo dit :

    Bizarre… les italiens, membres fervents de l’UE s’allient avec qui bon leur semble au delà de l’europe, Alors pourquoi nous Français seriont interdits de regarder hors d’europe pour le SCAF ??

    • Matou dit :

      Les italiens sont pragmatiques. S’ils ne peuvent entrer dans le SCAF, ils ont besoin de s’intégrer à un autre programme. Ils jouent aussi un peu Europe en s’intégrant au Tempest. Cela me paraît logique. Honnêtement, avec tout le respect que j’ai pour nos amis espagnols, j’aurais préféré avoir les italiens dans le SCAF. Ces derniers ont pas mal de compétences et ont une vrai expérience avion, même si plus modeste que la France. Pour l’instant, il faut faire avec, pas le choix. Le bon attelage aurait peut-être été France-Italie-Suède. Mais ce n’est que discussion de salon à ce stade.

    • RobPul dit :

      L’Italie collabore et investit au Royaume-Uni depuis des décennies dans les avions et les hélicoptères, cela ne va pas s’arrêter maintenant simplement parce que le Royaume-Uni a quitté l’UE.

      Et cette approche s’est développée pour contrebalancer une relation particulière franco-allemande marginalisant tous les autres pays de l’UE, ce qui est toujours le cas.

      En outre, la vision italienne de la collaboration avec l’UE se situe dans le contexte de la collaboration plus large avec l’OTAN, ce n’est pas l’un ou l’autre.

      • RobPul dit :

        …et avec des pays « amis » même s’ils ne font pas partie de l’OTAN.

      • scalectric dit :

        « simplement parce que le Royaume Uni a quitté l’UE » à bon parce que l’Italie ne fait plus partie de l’Europe ?

    • john dit :

      Qui parle d’interdiction?
      Quel rapport avec l’UE?
      La France s’est alliée avec un pays qui a les fonds disponibles, car elle ne les a pas.
      Si vous pensez à l’Inde, c’est un choix ridicule. L’Inde est un pays très complexe pour les contrats d’armement, et quand il s’agit du long terme, il n’y a quasiment aucune chance pour qu’un tel programme aille au bout (voir le T-50 devenu Su-57).

      De plus, la France veut profiter des fonds européens qui sont disponibles avec 3 nations de l’UE impliquées.

      Mais surtout, peu importe le partenaire, toutes les pleurnicheries que l’on voit ici seraient les mêmes. La France voudrait d’un pays qui mette l’argent sur la table pour avoir l’honneur de voir Dassault développer un chasseur, et sans la moindre contrepartie, et aucun mot à dire quant aux décisions importantes !
      Quand c’est cela l’idée, la France a des attentes irréalistes. Et y aller seul l’est tout autant vu le budget catastrophique de la France !

      La France aurait dû développer un projet comme la Suède. La Suède participe au développement des diverses technologies liées au Tempest. Le moteur, l’avionique, le réseau, l’interaction homme-drone, etc… L’idée pour la Suède est de se laisser une porte ouverte sur l’avion Tempest, ou plus probablement de pouvoir développer son propre avion basé sur des technologies existantes qu’elle a pu orienter.
      Mais la France n’a pas été maligne pour le coup. Et à ceux qui disent que la France aurait dû collaborer avec la SUède… Que dire… C’est ridicule. Dassault + Thalès sont des concurrents directs à Saab et ils font la même chose. Et en plus, la France veut un avion de la taille du F-22 ou du Mirage IV. Cela n’intéresse absolument pas la Suède qui voudra un avion plus petit que le Rafale, peut-être plus grand que le Gripen pour pouvoir emporter de l’armement en soute.

    • AlexS dit :

      Bizarre … c’est que les Français aient poussé les Italiens dans les mains des Britanniques en interdisant leur participation au SCAF.

  4. Lothringer dit :

    Si la Suède devait se sentir marginalisée, espérons que cela lui laisse une porte ouverte avec Dassault pour développer ensemble un avion monomoteur qui succèderait à la fois au Mirage-2000 et au Gripen E/F. Le Suèdois SAAB faisait (fait) partie des partenaires du projet nEUROn, donc des contacts existent.

    • Math dit :

      Je pensais exactement la même chose. Ce qui reste moyennement clair pour moi est la mission que pourrait avoir un futur chasseur léger. Que peut faire un chasseur léger que ne peut faire de l’artillerie à longue portée couplée à des drones et une DCA… pour le chasseur lourd, la réponse est claire: frapper de manière répétée dans la profondeur. Il doit pour cela être en mesure de franchir la ligne de front dans les espaces fermés où aller loin dans les espaces fluides. Pour le chasseur léger, à part de la défense aérienne pas trop cher (police du ciel, possibilité de frapper plusieurs fois ce que ne peut pas faire un missile), je ne suis pas certain qu’il puisse faire de la frappe fréquente sur la ligne de front, vu la densité de la DCA. Même la furtivité ne va pas de soit comme solution miracle à cause des capteurs IR, de l’amélioration des radars et des capteurs optiques sur la ligne de front. Je pense que ce secteur est trop densément pourvu en DCA pour apporter une plus value réelle en terme de puissance de feu. La niche d’emplois des hélicoptères de combat fond comme la neige au soleil. En revanche, les drones deviennent de plus en plus pénibles. Ils remplacent plutôt bien les plateformes pilotées dans ce rôle.

      • St Chamond dit :

        Être exporté à des pays aux moyens limités, massifier la chasse française, baisser le coût à l’heure de vol pour les entraînements et les qualifications, assurer de la charge de travail aux bureaux d’études et aux industriels, financer certains développements du SCAF, empêcher les chasseurs coréens/chinois/turques de s’implanter partout, développer une version dronisé …

        • Trucmachinchose dit :

          Des chasseurs turcs.
          Des armes turques.

        • Leroy dit :

          Et intervenir à moindre coût en Afrique, et dans les archipels du Pacifique prochaines cibles chinoises (voir les Salomons). Oui, Saab serait un solide partenaire, et avec l’Espagne (monde hispanique très important, notamment pour l’export) cela représenterait un bel attelage.

    • Yakkouck dit :

      Entièrement d’acord 😉 ! SAAB serait un bon partenaire ayant du savoir-faire. Enfin, entre les besoins de la flotte française qui ne pourra pas faire financièrement un remplacement de type 1 pour 1 entre Rafale et NGF), l’armée suédoise, plus les clients exports des 2 partenaires (brésil, qatar, egypte,….) le portfolio des prospects est intéressant.
      De plus un rapprochement de Thales avec Erickson aurait du sens pour la partie système et radar sachant qu’Indra à le lead sur le NGF. Pour le moteur est-ce qu’un moteur de NGF pourrait suffir pour motoriser un monomoteur ? reste à voir….cela permettrait en tout cas de faire des économies sur un potentiel programme bis de monomoteur

      • Lothringer dit :

        L’évolution du M88 dans le cadre du contrat Turenne2 lui fera prendre significativement de la puissance. Ce M88+ sera plus puissant que le M53 du Mirage-2000

    • Carin dit :

      @Lothringer
      Vous pouvez faire une croix sur la Suède… ce pays veut entrer dans l’OTAN, et fera tout ce qu’il peut pour plaire à uncle SAM…
      Et s’associer avec la très turbulente France, ne fait pas partie des désidératas de Washington.
      Pour en revenir au sujet, je pense que si nos amis américains entrent dans ce projet de Tempest, ce qui en sortira n’ira pas plus loin que le NGAD… et même un cran en dessous!

    • titi dit :

      Non les Suédois feront évoluer leur avion sur techno us.

    • john dit :

      Quelle marginalisation?
      La Suède a un contrat de développement des technologies avec les Italiens et Britanniques. Les Britanniques et Italiens vont plus loin en développant un chasseur avec ces technologies. La Suède travaille déjà sur le moteur avec Rolls Royce. Saab collabore avec BAe Systems et Leonardo sur les sujets du radar, du réseau, de la guerre électronique, de la collaboration avec des drones, etc…
      A aucun moment la Suède n’a exprimé d’intérêt pour l’avion Tempest ! La Suède a bien compris l’importance de sa décentralisation de son armée face à un ennemi russe. Pour cela, il lui faut un avion bien plus petit capable de décoller / atterrir sur des routes. Mais en plus, la Suède passe bcp de temps à développer un avion facile à maintenir, et ce par peu de personnes. Les investissements effectués par la Suède vont en ce sens. Et maintenant qu’ils travaillent sur le moteur, et les divers systèmes, quel intérêt pour eux de collaborer avec la France?
      Il faut arrêter de penser que tous les pays rêvent de collaborer avec la France. Et à chaque collaboration, la France part quand ça ne lui plaît pas, et les Britanniques en ont fait l’expérience !
      – le porte-avion, les Britanniques ont accepté la catapulte, ont collaboré sur ce projet, et la France s’est ensuite retirée alors que le Royaume Uni n’en voulait pas…
      – l’Eurofighter vs le Rafale. La France a fait ce que fait la France. Elle n’aime pas partager, donc elle est partie seule.
      – VBCI… A la base la France collaborait sur un programme avec les Allemands, Néerlandais et Britanniques, développant le Boxer… La France a quitté le programme. Et le Boxer aujourd’hui cartonne, a volé le seul contrat potentiel du VBCI au Qatar. Et surtout la conception allemande d’un module mission changeable est très intelligent et permet de simplifier le développement de variantes !

      La France elle veut uniquement un remplaçant au Rafale. Et comme elle n’a pas les moyens pour développer seule un seul avion, en développer 2 n’est juste pas possible.

      P.S. la Suède ne cherche pas de remplaçant au Gripen E/F, mais au Gripen C/D. Le Gripen E/F entre en service maintenant. Le Gripen C/D devrait commencer à être retiré du service en 2035.

    • TINA dit :

      Bjr Mr Lotharinger !

      MERCI ! MERCI !

      Votre commentaire a relancé et revivifié nos recherches, la recherche de nouveaux contacts, et la projection pour ce qui concerne des produits concernant : les avions de combat fabriqués en Europe et du Proche-Asie, les drones de renseignements et de recherche / communication/ désignation Européens et du Moyen Orient; enfin, les Drônes de combat Européens et asiatiques…. Recherches avec succès!
      Aussi , au regard d’une éventuelle coopération renvoyant à des besoins identifiés , et surtout reconnus par nos politiciens – industriels – soldats , il y a des signalements, déclarations officielles et non – officielles que l’on retrouve dans plusieurs pays, avec des produits prometteurs existants ou projections ou encore en développement :
      – Suède, France, Inde, Malaisie, Singapour, Indonésie, Japon, Brésil, Argentine, Chili, Pérou, Vénézuela.
      – M2000, Gripen E/F, missile anti-radar, missile anti-surface, navire côtiers de combat et de ravitailleurs / Support / Ateliers, Petits Sous -marins, Drônes de combat, Navires de combat et d’Appui Fluviaux.

  5. philbeau dit :

    On voyait venir cet accord . Tout cela reste malgré tout encore assez vague , et mettre en musique cette partition plutôt complexe reste à faire , dans un délai ambitieux . Mais à la différence du Scaf , les partenaires affichent une volonté de coopérer , et les politiques semblent en soutien pour mettre de l’huile dans les rouages C’est toute la différence .

    • Sorensen dit :

      Il faut garder espoir. En cas de nouveau problème, Dassault a de fortes chances d’être éjecté.

      • Momo dit :

        Encore une idée de génie: airbus fait le scaf tout seul?
        Non, vraiment, c’est trop facile; j’arrête avec zozo…

        • Sorensen dit :

          Dassault sert à quoi désormais après les accords qu’elle a signé? A donné une part à la France. Comme vos commentaires.

    • FredericA dit :

      Je n’ai pas la même vision de ce projet. Les SCAF s’est retrouvé englué dans les débats politico-techniques que l’on connait. Je ne vois pas pourquoi il n’en serait pas de même avec le Tempest.
      .
      Pensez-vous que chacun des acteurs cèdera son savoir-faire sans rechigner ? Pensez-vous que les politiques ne chercheront pas à privilégier leur BITD au détriment de celle des « partenaires » ?
      .
      De même, ne pensez-vous pas que cette alliance soit rendue obligatoire par la grave crise budgétaire que traverse actuellement le Royaume-Uni ?
      .
      Si le projet SCAF tourne parfois au grotesque, j’ai toujours pensé que le Tempest semblait un peu plus marketing que réaliste (UCAV embarqué, loyal wingman, …). Plus les mois passent, plus le pragmatisme semble rattraper le Royaume-Uni.

      • NRJ dit :

        @FredericA
        Je vous rejoins à 100%. Il semble cependant que @Philbeau ait réussi à la capacité à tout connaître sur un programme et sur la motivation de chacun des partenaires et sur le futur de chacun des programmes alors même que le projet d’une réalisation en commun vient seulement d’être signé, soit une situation où la France et l’Allemagne étaient… en 2017.
        Décidément notre ami est très fort.

    • john dit :

      Vous avez changé depuis que vous vous moquiez du projet Tempest à ses débuts, et que vous supposiez que c’était un appel du pied pour avoir l’honneur de collaborer avec la France…

  6. Lecoq dit :

    Bien vu les anglais, ils ratissent large, mais avec des tenors des techno et tres riches … nous on est empetrés avec les teutons et les espingouins …

    Et dire que dassault sait faire (avec thales, safran, mbda) … bref

  7. patex dit :

    Ces trois partenaires techniques sont autrement plus compétents que les chèvres de chez Airbus !

    • Patrico dit :

      et oui en plus avec les 2 plus grands des motoristes Mondiaux et! les Italiens de Léonardo tres grands industriels maintenus à distances par l Europe et Airbus! Mais eux au moins ils s embarrassent pas des règles ! ils bossent et avances !

    • Math dit :

      A voir. Pas clair pour moi si le Japon sait bien faire de l’aviation de combat ou de l’aviation tout court. Ils me semblent moins compétents que les allemands. Je ne parle pas de budget. Les Italiens, c’est pas mal, surtout sur les radars. Les anglais, c’est bien, surtout sur les moteurs. En revanche, sur les plateformes… Ils ne peuvent tous que nous surprendre, tant les Tornados, Harrier et même Eurofighter ou F2 nous ont laissé sur notre faim.

      • john dit :

        Pour info, Leonardo est un conglomérat comme Thales. Ils ont acheté de nombreuses entreprises dans de très nombreux domaines. Et comme Thales, Leonardo est bien implanté au Royaume Uni.
        Et dans le domaine des radars, c’est surtout Leonardo UK qui est très avancé. Selex a racheté le secteur radar de BAe Systems, qui auparavant encore était GEC Marconi.
        Et à noter que Hensoldt en Allemagne est détenu à 25% par Leonardo.

      • patex dit :

        L’industrie aéro japonaise ne pèse pas lourd mais est capable de sortir des avions originaux. Les italiens savent faire hélicoptères et avions de A à Z, et les anglais se savent faire des moteurs, des radars et plus généralement la guerre, donc définir un cahier des charges cohérent.
        On ne trouve rien de tout ceci en Allemagne.

  8. PK dit :

    Le nouvel axe Londres-Rome-Tokyo 🙂

  9. ONERESQUE dit :

    ToC ! Exactement ce qui avait été déduit depuis des semaines sur ce blog ! Éminemment LOGIQUE !

    1 > Les configurations aérodynamiques F-X et TEMPEST ont convergé complètement. Un furtif facetté à nez pélican étiré pour le supercruise, entrées socs furtives, leading edge extensors plus discrets que le Su-57, voilure flèche reculée à bords de fuite crantés, 2 gros ruddervators très mobiles. Il faut noter que le mock-up du TEMPEST des 3 dernières années était bien un FAKE, avec ses faux rudders fixes, sa fausse trop grosse voilure, son faux culot énorme à tuyères carrées…..un faux à traînée d’onde supersonique genre « caisse à savon »

    2 > Un coût INSUPPORTABLE pour la coalition Italo-anglaise, même avec SAAB……

    * développement de réacteurs à haute TET, à cycle adaptatif, avec génératrices PMSG pour cracher les 500 kW du Laser

    * développement du réseau AESA Leonardo, interférométrique, bi-bande X et C, délocalisé sur les ailes et la queue-culot

    * développement de la suite de guerre électronique, elle aussi interférométrique à très haut niveau, à très large bande pour aller jusqu’aux radars haut et bas décimétriques anti-furtifs + très forte puissance de brouillage au GaN

    * développement des structures carbone-Titane hybride et assemblage robotisé

    * développement des revêtements furtifs avancés à faible taux d’entretien, résistants aux intempéries et au gel

    * développement d’unités de calcul PetaFlop embarquées + IA + réseau intégré, pré-traitement situation tactique etc…

    * ( éventuel ) développement du laser de combat 500 kW antiaérien avec télescope de ciblage-tir….

    TOUT CELA embarque pour AU-delà des 100 Milliards de Livres…..Impossible pour un R-U qui subit Brexit + Covid + Ukraine….too too much…

    La coopération était inévitable à tous les niveaux……

    • Sorensen dit :

      Non, il s’agit bien d’une évolution du dessin du Tempest, cet été BAE avait fait un communiqué à ce sujet.

      • ONERESQUE dit :

        ????? Comprends pas votre comment ? Ce que j’ai expliqué est clair pourtant…

        • Sorensen dit :

           » Il faut noter que le mock-up du TEMPEST des 3 dernières années était bien un FAKE » Pas de fake.

    • ki2 dit :

      – ROLLS ROYCE >>>>>>SAFRAN (moteurs long-courrier beaucoup plus complexes que les monocouloirs)
      – Silvercrest = echec
      de qui vous moquez vous ?

      • Momo dit :

        Attention à ce que vous dites, quelqu’un pourrait vous rappeler les PROBLEMES MAJEURS du Boeing 787 avec ses moteurs TRENT de ROLLS ROYCE.
        Ca risquerait de mettre en échec définitif votre tentative trollesque.

        J’dis ça j’dis rien my dear

      • ONERESQUE dit :

        Réponse incompréhensible et bizarre, H.S

    • Patrico dit :

      pour oneresque merci de la description 2! j ai noté et appris pas mal d appellations que je traduisais avec mes mots à moi. tout est bien clair !
      je rajouterais juste une observation à votre ligne sur « développements de revêtements furtifs avancés…. » Ok ils ont une ingénièrie qui y travail depuis des années! et je pense que ces nouveaux « traitements de surfaces » seront combinés avec un travail sur une Aérodynamique exceptionnelle ! et dans mon esprit cela devrait propulser ce Figther en pénétration Air et faible forces de trainée Rare ! entre nous je ne les vois pas dévoiler au Japonais ces résultats Uniques ! aux Italiens OK car ils sont impliqués à hauts niveaux, dans le Tempest et c est heureux pour eux car tres grands industriels écartés de Airbus défense et boudés par les grands d Europe.
      Merci Thank you merci a vous! à opex360 et à Tous.

  10. hoche38 dit :

    Avons-nous droit au chapitre ? La décision finale n’appartient pas à la France puisque l’inter-opérabilité exigée par l’OTAN dépend au final des États-Unis d’Amérique.

    • Chanoine dit :

      « Avons nous droit au chapitre ? »
      On peut se demander si nous avons droit de cité, chercher à comprendre si nous avons voix au chapitre, mais s’interroger sur notre éventuel « droit au chapitre » est probablement ajouter de la confusion à l’incertitude.

    • john dit :

      Quel rapport?
      Est-ce que la France participe à ce projet? NON…
      Est-ce que les normes OTAN sont en place, et le Japon travaille avec ces mêmes normes? Oui… Donc totalement Hors sujet de votre part. Cette manie de tout rapporter à la France comme si il fallait lui demander son accord. Comprenez-vous le concept de souveraineté? Vous avez l’air de vous plaindre vis-à-vis des USA, mais semblez penser que la France aurait son mot à dire?

      Et non, tout ne dépend pas des USA à ce niveau… Dans les normes OTAN, on peut parler des projets suivants qui sont devenus des normes:
      – 120 mm pour les chars de combat, le canon de Rheinmetall, un canon lisse est devenu le standard OTAN. Les USA ont suivi et adopté ce canon et ses obus 120×570mmR (STANAG 4385)
      – 105 mm, le prédécesseur du 120 mm était britannique, avvec le Royal ORdonance L7 dont les obus étaient des 105×617mmR
      – 5.56 x 45 mm NATO, STANAG 4172, développé par FN Herstal. Certes dérivé du .223 américain, mais le standard de la cartouche est belge et les performances ne sont pas les mêmes.
      – 9×19 mm STANAG 4090, autrichien Georg Luger qui a conçu un pistolet allant avec cette cartouche.
      – .338 Lapua Magnum qui est l’un des standards pour les armes de précision de l’OTAN, origines finlandaise et britannique.
      – FN 5.7×28 mm NATO, remplaçant du 9mm pour l’OTAN (STANAG 4509 )
      – 30×173 mm, STANAG 4624, origine suisse puis utilisé par divers armements européens et américains
      – 30 × 113 mm, origine franco-britannique avec les canons DEFA et ADEN.

      Le Royaume Uni, l’Italie et le Japon ont tous le F-35, ils ont tous participé à son développement, et ont tout intérêt à les faire travailler ensemble, comme c’est le cas pour les F-2 japonais actuellement et les Eurofighter.
      La Liaison 16 a cet objectif.
      (Et maintenant, la Liaison 22 est en train de devenir un nouveau standard plus moderne… Et son origine? Allemagne !)

      Les USA n’ont pas le moindre rapport. Mais si vraiment vous le pensez, travailler avec les standards OTAN simplifie la possibilité de se fournir en munitions chez divers fournisseurs, permet aussi de vendre plus facilement de l’armement à un utilisateur.
      Et surtout, cela permet de rendre interopérable tous les équipements qu’une armée veut connecter. Pouvoir connecter des lanceurs anti-aériens avec des chasseurs, que l’un guide l’autre, ou des cibles désignées par avion guidant les roquettes HIMARS par liaison de donnée, cela apporte des avantages.
      Ces protocoles en place sont un gain de temps, d’argent, et améliorent la concurrence !

  11. Fralipolipi dit :

    Cela était prévisible depuis déjà un bon moment.
    Et c’est la raison pour laquelle l’Allemagne a fini par comprendre (récemment) qu’elle resterait indésirable dans le programme Tempest.
    Du coup, perdant alors son Plan B, c’est sans doute aussi une des raisons majeures du retour de l’Allemagne vers le SCAF d’origine, en finissant par accorder plus de choses à la France, et surtout à Dassault … en finissant surtout par accepter les conditions de départ du SCAF et du NGF … rien de plus …

    • JC dit :

      Si le projet se lance, attendons nous à une vacherie dont ils ont le secret. Ce projet est une alliance contre nature ou ne gagnerons rien, même pas la part du gâteau attribuée au départ. Jamais les allemands n’accepteront d’être dirigés par des français. Il ne faut pas l’oublier, quelques que soient les époques, les lieux où les personnages.

  12. Shanti dit :

    Si le NGAD est proposé à l’exportation, ce qui reste à voir, comptons sur nos amis US pour mettre le ver dans le fruit du Tempest, coopérer à la marge avec le Tempest pour le retarder et ne pas le laisser se positionner en concurrent potentiel.

    • john dit :

      Haaaa bien évidemment. Ces pays n’ont jamais construit leur propre avion de chasse et ont besoin de technologies américaines…
      C’est quoi cette condescendance? Le Royaume Uni et l’Italie développent un successeur à l’Eurofighter. Les USA n’ont pas le moindre lien, n’ont pas la moindre capacité de retarder quoi que ce soit. Le Royaume Uni et l’Italie ont défini leur calendrier.
      De plus, pour le moment, le NGAD n’est pas concret. Et pour le moment, il se dirige vers un F-22 moderne, soit un appareil non exportable !
      Et en plus, il y a encore des discussions aux USA quant à savoir si l’USAF et la Navy devraient fusionner leur projet.

      Quant à la question de la concurrence, de toute manière, ils sont habitués à voir une concurrence américaine. Et en plus, la concurrence s’intensifie avec:
      – Corée du Sud, KF-21, il va probablement évoluer vers un avion de 5-6e génération après quelques années
      – Russie, Su-75 Checkmate, Su-57
      – Russie, Mikoyan PAK DP, un intercepteur hypersonique en remplacement du MIG-31, premier vol prévu en 2025, entrée en service pour 2028.
      – Inde, AMCA, le démonstrateur est en construction, vol attendu en 2025, développement terminé en 2028, et début de la production en 2029, G6.
      – Inde, HAL TEDBF, un avion ressemblant au Rafale mais avec des caractéristiques furtives, objectif, un avion embarqué sur PA. Premier vol attendu en 2026. Et la Marine s’est engagée sur 45 avions, entrée en service en 2031-32. Les éventuels Rafale et F-18 sont des solutions intermédiaires pour le moment.
      – Turquie, TAI TF-X, le démonstrateur est en cours de construction.
      – Chine, FC-31 et J-20
      Il est possible qu’ils soient proposés à l’export à des alliés, ou à des pays non alignés.
      – USA, NGAD et F/A-XX
      – Chine a dévoilé un concurrent direct au NGAD, annoncé comme étant de 6e génération, vol inaugural attendu pour 2026.
      Cet appareil a potentiellement été observé sur des images satellite en octobre 2021.
      https://eurasiantimes.com/china-unveils-ngad-rival-6th-gen-fighter-concept-military-expert/
      – Suède, développera un avion équipé de technologies communes au Tempest, mais mono-moteur. Il sera un concurrent sérieux, car cette nouvelle génération de chasseurs sera tellement cher, donc un appareil plus petit a toutes ses chances.

      Donc… Oui, il y aura de la concurrence. Mais les USA ne sont plus les seuls. Et les gros clients vont disparaître.
      L’Inde ne va plus importer d’avions à terme.
      La Corée du Sud, le Japon vont s’émanciper un minimum et vont devenir de redoutables concurrents sur le marché international.
      Le Moyen Orient pourrait investir dans un développement local vu leurs fonds. Tout dépend si ils utiliseront encore l’industrie de la défense pour « acheter » les gouvernements étrangers.
      Bref… rien de bien étonnant pour le Tempest, et rien que les USA ne peuvent réellement impacter.

  13. Sorensen dit :

    Bravo!

    • Fabiano dit :

      @ Sorensen

      Vos amis allemands se sont comportés en vautours faisant planer la menace d’un plan B avec les britanniques pour obtenir des concessions françaises bien au delà de ce qui était raisonnable et légitime. Nous ne l’oublierons pas et savons maintenant à qui nous avons affaire avec les allemands.

      • Momo dit :

        J’ai les infos quasiment inverses.
        Vous avez des sources sur les allemands rejoignant les anglais?

        Vu de ce coté les allemands c’est mieux derrière le rhin même pour la coopération aéronautique…
        40 ans d’expériences entre moyen et bof.

      • Sorensen dit :

        Il n’y pas de plan B. Il n’y a que le plan de la fondation du plus grand consortium de l’histoire Européenne et de la fusion de Airbus et BAE.

        Même si Dassault s’est soumise au fédéralisme, il faut bien garder en tête qu’il s’agit d’une soumission et non d’une volonté. Je fais partie de la branche qui espère voir Dassault se faire éjecter, et vous aurez votre plan B avec les Suédois les Indiens et les nains des mines et les gens comme moi auront leur fédéralisme.

        Nous nous rejoignons pour des raisons diverses, mais nous nous rejoignons. C’est beau…

        • patex dit :

          Ca ressemble à de la prose de Martine Aubry après quelques pichets de rosé aux universités d’éte du PS.
          Tu me fais rire chochotte

          • Sorensen dit :

            Je l’ai rencontré pour de vrai! J’ai fais une photo avec elle à Rome, charmante.

        • Fabiano dit :

          @ Sorensen

          L’Allemagne est un état fédéral, la France un Etat-nation, rien à voir. Vous êtes peut-être fait pour le fédéralisme, la France non. Alors chacun chez soi et Dieu pour tous.
          En attendant, suis curieux de voir comment l’Allemagne va faire tourner son économie avec des moulins à vent, des panneaux solaires en hiver et du GNL américain hors de prix.
          Une petite relance du nucléaire pour bientôt Sorensen?

          • Sorensen dit :

            La France est une province, vous ne représentez que vous même comme chacun d’entre nous.
            Personne ne veut de cette saloperie en Allemagne, ou presque. Les États-Unis, l’Inde, la Russie, la Chine sont des pays gigantesques.
            Si une centrale a un accident grave, ils peuvent se permettre de perdre du territoire. Certainement pas l’Europe de l’ouest.

            Il faut faire comme nos ancêtres, accepter les moments difficiles et relever les défis comme ils viennent. Personne n’empêche la France de faire du nucléaire.

    • Fralipolipi dit :

      @Sossotte
      Toi, on ne te demandera pas quelle équipe tu supporteras demain soir au Football … 🙂

      • Sorensen dit :

        Je n’aime pas le foot, c’est pour les gens d’en bas.

        • chill dit :

          et vous êtes en haut, attention de ne pas glisser du balcon.

        • Roland Desparte dit :

          <> Oh putain les chevilles ! Quelle suffisance !
          Tout cela ne vole pas très haut ; espérons le contraire pour le SCAF !

        • alexandre dit :

          Lourd, bête et dédaigneux.
          Vous les cochez toutes, il n’y a rien à dire.
          Enfin bon, vouloir la mort d’un champion français pour favoriser l’émergence d’un boulet européen qui donnera peut être quelques choses de pas trop mal dans 50ans mais plus sûrement fera disparaître l’industrie aéronautique de défense. Vous faites partie des dangereux pour la république, dites nous tout, vous auriez aimé Fillon président hein ?

          • Sorensen dit :

            Pour une émergence européenne, il faut un nouveau champion français avant tout. L’Europe a besoin de toutes les forces vives qui la constituent.

        • Fralipolipi dit :

          @Sossotte
          Ta suffisance est le révélatrice de tellement d’insuffisance …
          Le monde d’en haut, pour toi, c ton plafond, et il semble que tu y sois collé depuis un bon moment 😀

      • john dit :

        Certainement as MBappé qui ressemble bcp trop à Trappier. Une arrogance insupportable, une incapacité à jouer pour l’équipe, tout vouloir pour lui, et pleurnicher le plus possible…
        Gâcher leur potentiel énorme avec une attitude de M.
        Ils devraient apprendre de la discrétion, l’humilité de M. Zidane qui lui a tout emporté en joueur, et comme entraîneur il arrive à imposer le respect par son charisme, sans gesticuler dans tous les sens.
        MBappé se dit meilleur que Messi et Ronaldo…

        C’est marrant, mais les clichés des Français, certes minoritaires, sont vraiment insupportables. Dommage que vous ayez pas plus de Zidane… Et vous avez trop de Domenech…

  14. guig dit :

    La tour de Babel du 21e siècle.

  15. et v'lan passe moi l'éponge dit :

    Le Japon et l’Italie sont de bon partenaires, pour ce programme. Les suédois si ils passent le cap d’observateur pour intégrer pleinement ce partenariat seront également précieux.
    Voilà qui va mettre une barre bien haut pour le SCAF. la conséquence va être que certains acteurs aux prétentions irréalistes vont être au pieds du murs. Il est temps d’arrêter les chicaneries et de se mettre au boulot, en face ça ne rigole pas.

    • Pb75 dit :

      Le CEO de Saab a indiqué récemment que la participation de son groupe au sein du projet était « en hibernation ». Ce sont ses termes. Et Saab a progressivement disparu de la communication externe.
      On sait que Saab a gardé un mauvais souvenir de sa tentative auprès de Dassault quand il avait tenté d’intégrer ce projet. Ce en quoi le gouvernement suédois est intervenu pour se rapprocher du côté britannique.
      Si ça se passe mal aussi dans le Tempest, de quel côté va tomber la pièce? Pour le coup, Saab n’est pas un indus de seconde zone. Et qui a l’expérience du NeuroN, quand ça se passait bien avec Dassault: il peut être très intéressant sur les drones à développer dans le cadre du SCAF.

      • john dit :

        La Suède collabore sur des éléments du programme, mais n’a absolument pas l’intention de se procurer le Tempest, avion bien trop grand pour sa stratégie décentralisée, facile à maintenir sur des routes de campagne.
        – GKN développe le moteur Orpheus avec Rolls Royce par exemple.

        Saab de son côté a commencé à évaluer le futur post-Gripen suite à une demande de FMV (la DGA suédoise). Il s’agit de développer un concept sérieux de l’aviation future, avec en plus un état des lieux des technologies.

    • FNSEA dit :

      Dans le monde agricole, même si la mécanisation a pris une place considérable, on passe encore beaucoup de temps sur nos pieds.
      Et c’est pour cette raison que nous pouvons affirmer que, comme champ ou camp, le mot pied s’écrit sans s au singulier.
      Un pied de vigne, un pied de cochon, au pied du mur.

      • et v’lan passe moi l’éponge dit :

        Comment dire… :-p Et je fais des efforts pour me forcer à me relire, mais quand ça veut pas, ça ne veut pas!

        • FNSEA dit :

          Merci d’avoir fait ces efforts. Comme disait mon grand-père, la perfection n’est pas de ce monde.

    • alban dit :

      J’ai cru comprendre que les italiens haïssaient les français, et tout particulièrement leurs gouvernants…
      Les anglais roule que pour eux et les E-U.
      Pour les Coréen et les japonais, va falloir bien assimiler leurs façon de penser avant de bosser avec eux.
      Quitte a devoir bosser avec un partenaire je vote pour l’inde.

      • Industrie dit :

        Peut-être faudrait-il se méfier des généralisations excessives ? Les Italiens ceci, les Anglais cela, …
        Pour autant, concernant les Coréens et les Japonais, il est bien évident que le fossé culturel est sans doute difficile à franchir, mais la qualité des productions industrielles de ces deux pays est renommée.
        En revanche, pour avoir côtoyé plusieurs industriels français qui (après avoir commencé à produire en Chine et s’y être fait piller leur R&D par leurs « partenaires » chinois) avaient transféré leurs productions en Inde, je pense pouvoir vous dire que le choc culturel y est là-bas aussi très important, en dépit du vernis anglo-saxon hérité de l’époque britannique.
        En particulier, la notion de qualité de fabrication semble y être très relative.
        Ce n’était pas dans l’aéronautique et cela date déjà d’une petite dizaine d’années, et je n’ignore pas que l’Inde dispose d’une industrie aérospatiale aux performances honorables, mais ce n’est sans doute pas pour rien que Dassault a, lors du précédent contrat Rafale, fermement refusé d’endosser la responsabilité finale d’une éventuelle production locale.

  16. NRJ dit :

    J’ai quelques interrogations ? Sur quoi va bien pouvoir porter la coopération anglo-saxons ? Les japonais n’ont pas d’industriels vraiment réputés. Ils ont fait quelques avions de chasse (le F2 qui ressemble beaucoup au F-16) qui n’ont pas été exportés. A l’exception peut-être des radars, leurs technologies de systèmes embarqués n’est pas très réputé contrairement aux israéliens par exemple. Bref ils peuvent sûrement s’améliorer et ont les industriels pour ça, ça ne fait pas de doute mais ils partent quand même d’assez loin.

    Sinon quels équipements vont t’ils pouvoir mettre en commun ? Les deux pays sont très éloignés, ce qui impose de faire la plupart des pièces par deux usines différentes (sauf à imaginer par exemple des ailes d’avion être transportées par bateau ce qui n’est pas idéal) ce qui est évidemment source de surcoûts.

    Enfin comment les équipes anglaises et japonais vont t’elles coopérer ? Les japonais ont j’en culture assez spécifique bien différente ce qui ne va pas forcément aider à travailler ensemble.
    Bref un feuilleton à prévoir en parallèle du SCAF….

    • Mica X dit :

      En effet, un peu comme le tandem F Allemand, le GB japonais allie un pays qui a une réelle expertise mais qui est fauché avec un autre, plus riche mais nettement moins compétent dans le domaine.

      Aux même maux les même remèdes et les mêmes risques ?

      Précisons cependant que seule la F peut faire un avion a elle toute seule, les GB sont bons sur les moteurs mais ils n’ont rien construit de réellement performant depuis bien longtemps.

      Par ailleurs la culture de travail nippone n’est pas du tout celle des GB (et des européens en général), les aléas politiques à venir en GB sur fond de crise éco majeure ne vont pas arranger le shmilblick, mais notre tandem est tout aussi bancal.

      • NRJ dit :

        @Mica X
        Plutôt d’accord. Mon seul désaccord concerne votre phrase « mais notre tandem est tout aussi bancal. » En soit l’Allemagne a des industriels très compétents ce qui n’est pas le cas ud Japon. D’un point de vu géographique, la proximité devrait théoriquement favoriser notre coopération.
        Et concernant l’aspect politique, pas de raison de penser qu eles japonais soient plus ouvert aux demandes anglaises que les allemands pour les demandes françaises.

    • HMX dit :

      @NRJ
      Les japonais disposent quand même de capacités industrielles (chez Mitsubishi notamment). Mais pour vous répondre de façon plus courte, le principal apport des japonais sera… leur carnet de chèques ! en s’alliant avec les japonais, les anglais (et les italiens) savent qu’ils sécurisent le financement et la pérennité du programme. Chose qui était loin d’être acquise jusqu’ici pour le Tempest.

      • john dit :

        BAe Systems était sélectionné en tant que consultant sur le projet F-3 japonais.
        Le Royaume Uni a vu surtout une opportunité pour partager le coût de développement entre divers pays.
        Par contre dire que le financement n’était pas sécurisé est un peu absurde. Cette année, l’Italie s’est engagée sur €1.8 milliards pour le développement du programme. Ce financement a été voté, approuvé. Donc ce n’est pas du théorique.
        Et le Royaume Uni vise aussi un investissement de £2 milliards jusqu’en 2025 pour son développement.

        Et dire que le carnet de chèque est le principal apport japonais est absurde. Quelques exemples de projets majeurs et pertinents pour le développement du chasseur en question ici:
        – le Japon produit ses F-35
        – le Japon a développé l’avion de transport C-2 et l’a produit localement
        – l’avion de patrouille maritime P-1
        – le B787 a bcp d’éléments provenant du Japon
        – le Japon a développé le T-4, son avion d’entraînement
        – Certes le F-2 est d’origine américaine, mais il n’empêche qu’il a permis de développer des compétences dans la production d’avions de chasse, mais aussi dans son développement.
        On peut notamment faire remarquer que c’est le premier avion de chasse à être équipé d’un radar AESA ! Et celui-ci a depuis été modernisé, allégé et rendu plus puissant et efficace.
        – le F-15C a été produit sous licence. Le F-15 est en cours de modernisation, de nouveaux éléments américains et japonais sont combinés pour en faire un appareil moderne et efficace.
        – le moteur du Kawasaki P-1, IHI Corporation F7 a été développé et produit localement
        – IHI a réalisé une première étude pour un moteur concernant ce programme, le IHI Corporation XF9. En termes de puissance développée, il approche le F119 équipant le F-22, mais de taille comparable du F-110 qui équipe le F-2, le F-15, etc…
        Ils ont atteint 30% de densité énergétique en plus comparé au F110. Et pour cela, ils ont une combustion à 1’800°C. Ils ont réussi à baisser certains coûts de production malgré les performances nécessaires.
        Et point très intéressant, il est capable de développer 360 kW d’électricité, contre 160 kW pour le F-35.
        Et ils ont développé une tuyère qui permet une poussée vectorielle dans les 3 dimensions, et ce jusqu’à un angle de 20°.
        Bref, le moteur a déjà été testé, il produit l’énergie souhaitée, les matériaux ont pu être testés…
        J’aurai tendance à dire que les Japonais apportent au programme un moteur répondant aux attentes, qui n’attend que d’être optimisé !
        – le Japon a toute une série d’armement pour son aviation, des missiles air-air, air-sol, air-navire, systèmes anti-aériens.
        Dans les missiles air-air intéressants, il y a:
        – AAM-5 ou Type 04, un missile IR comparable aux IRIS-T ou ASRAAM, ou AIM-9X de dernière génération.
        – AAM-4 ou Type 99, premier missile équipé d’un radar AESA pour son système de guidage. Et comme ce missile n’entre pas dans les soutes du F-35, le Meteor équipé du système de guidage japonais a été développé avec MBDA UK.
        – missiles sol-air modernes dans les catégories très courte portée Type 93 basé sur un MANPAD local, et lancé depuis un système IR qui scan le ciel.
        Type 11, moyenne portée (12 ou 18 km selon sources), guidé par radar AESA, nouveau système.
        Type 03, moyenne portée (50 km, 10 km altitude), guidage AESA
        Bref, ces missiles ont une excellente réputation, et semblent être parmi les plus efficaces !

        A noter que si le Japon n’exporte pas d’armement, ce n’est pas faute d’intérêt de clients internationaux ! La raison est que la loi ne permet d’exporter de l’armement que auprès de pays collaborant avec eux sur le développement d’un projet.

        Bref, il y a vraiment des compétences largement supérieures à ce que vous imaginez, et le programme X-2 permettra d’accélérer le programme Tempest grâce à tout ce qui a pu être appris. Pour le moteur, c’est pareil. En termes d’avionique, le Japon a des radars intéressants, mais a besoin de l’expertise britannique pour intégrer tous les capteurs et les rendre utilisables pour les pilotes.

        • NRJ dit :

          @john
          « Cette année, l’Italie s’est engagée sur €1.8 milliards pour le développement du programme. Ce financement a été voté, approuvé. » C’est sympathique, mais ça reste parfaitement mineur. A l’heure actuelle, il est prévu que l’Italie investisse 3.8 milliards dans le Tempest entre, 2021 et 2035.
          A titre de comparaison, pour le Royaume-Uni, c’est 2.5 milliards jusquà 2025. On est donc dans d’autres ordres de grandeur.
          Et quand on regarde le SCAF c’est 3.6 milliards entre 2021 et 2024 et 5.2 milliards entre 2024 et 2027 (sommez les retards avec). Donc les 3.8 milliards italiens, sans être à négliger, restent faibles.

        • NRJ dit :

          @John
           » le Japon produit ses F-35″. ca ne leur donne pas les clés pour concevoir un appareil.

          « – le Japon a développé l’avion de transport C-2 et l’a produit localement » Un avion cher au demeurant, avec certaines technologies achetées sur étagère (dont le moteur).

          « – Certes le F-2 est d’origine américaine, mais il n’empêche qu’il a permis de développer des compétences dans la production d’avions de chasse, mais aussi dans son développement. » Quoi qu’il en soit c’est un avion cher et pas très performant (enfin au niveau du F-16), qui n’a pas convaincu ailleurs qu’au Japon. D’ailleurs les japonais préfèrent investir 4 milliards sur leurs F-15 plutôt que sur des F2.

          Je ne veux en aucun cas dire que les japonais sont des mauvais, qu’ils n’ont strictement rien à apporter technologiquement et qu’ils ne pourraient pas monter en compétence dans les domaines sur lesquels ils manquent d’expérience. Tout ce que je dis, c’est qu’ils partent de loin. Et lorsqu’il s’agit de se mettre à niveau, ça coûte cher et ça prend du temps. Donc ça pourra être mauvais pour le Tempest.

          « – le moteur du Kawasaki P-1, IHI Corporation F7 a été développé et produit localement ». Les japonais n’ont pas le savoir-faire de Rolls-Royce, ou Safran. Ce n’est pas un hasard si le moteur du F2 vient de General Electric.

          « Ils ont atteint 30% de densité énergétique en plus comparé au F110. Et pour cela, ils ont une combustion à 1’800°C. Ils ont réussi à baisser certains coûts de production malgré les performances nécessaires. ». Je serais très prudent sur ce genre de chiffre. Faire de belles annonces est très sympathique mais ça n’augure pas de la rentabilité de leurs process et encore moins de la durabilité. N’importe qui peut faire un moteur à 3000 °C. Le problème est que le dit moteur ne tiendra pas 500 heures de fonctionnement. C’est exactement la même chose ici. Sauf si vous me dites que les gars annoncent pouvoir faire durer 4000 à 8000 heures de fonctionnement.

          « Et ils ont développé une tuyère qui permet une poussée vectorielle dans les 3 dimensions, et ce jusqu’à un angle de 20°. ». Là encore c’est des belles annonces. Mais pour rappel, on sait faire de la poussée vectorielle depuis les années 50. Faire ça n’augure pas de leur capacité à installer ces capacités de façon rentable financièrement et efficace dans un avion de chasse. Typiquement l’Eurofighter devait avoir cette capacité et ils l’ont supprimé estimant pouvoir gagner mieux dans l’aérodynamique et car ça aurait été trop cher.

          « Bref, ces missiles ont une excellente réputation, et semblent être parmi les plus efficaces ! ». Une excellente réputation auprès de qui ? C’est possible, je ne dis pas l’inverse, mais autant l’exportation est un marqueur de qualité, de même que l’utilisation au combat. Mais comment juger objectivement un matériel que l’on n’utilise pas ?

          « le Japon a des radars intéressants, mais a besoin de l’expertise britannique pour intégrer tous les capteurs et les rendre utilisables pour les pilotes. ». Exactement. Le Japon a sans aucun doute certaines capacités de pointe. Mais ils sont limités par un manque d’expérience dans l’intégration et la mise en place de ces technologies.

    • E-Faystos dit :

      et oui.
      le diable est dans les détails.
      Mais les Japonais ont des finances solides malgré leurs dette car elle n’est pas contractée sur les marchés.
      l’aide Japonaise viendra surtout de la capacité d’industrialisation et surtout, c’est un partenaire avide d’apprendre quitte à payer la réinvention de la roue trois fois le prix.
      donc il n’y aura pas de conflit ou de redondance de compétences.

      • NRJ dit :

        @E-Faystos
        « l’aide Japonaise viendra surtout de la capacité d’industrialisation et surtout, c’est un partenaire avide d’apprendre quitte à payer la réinvention de la roue trois fois le prix. ». En soit, ce que vous dites là s’appelle piquer la technologie développée par les anglais et avoir plusieurs années de retard (car oui réinventer une roue trois fois n’est pas que coûteux, c’est aussi très long).

    • EchoDelta dit :

      Assez d’accord sur ce constat. J’ai envie de dire. : Bonne chance ! Sans compter l’ombre des US qui planera inévitablement sur le Japon et le RU.

    • h dit :

      Britanniques et Japonais ont procédé par étape, pour trouver un partenariat composante par composante. D’abord un accord sur le développement en commun d’un turboréacteur, qui impliquera Rolls Royce et IHI (2021), et là, les Japonais feront des apports très intéressants. Ensuite un accord sur la suite de guerre électronique « JAGUAR » (Fév 2022), cette fois-ci plutôt sous leadership anglais. Et finalement un accord global. Tout n’est certes pas fixé, mais ils ont procédé de manière intelligente pour l’instant. Le danger vient aussi du fait que les Japonais développeront sûrement leur F3 avec l’aide d’industriels américains, comme Lockheed Martin. Donc ce concurrent du SCAF, qui inclue un pays de l’UE, aura tous les feux au vert, à la fois OTAN/US – compatible, et à la fois européen, en partie. En réponse, l’Allemagne rendra la composante système du SCAF compatible avec le F-35, et les futurs avions de 6G US, ce qui rendra très optionnel le Rafale et ses successeurs fr. Et les grands gagnants seront les USA, comme toujours.

    • vrai_chasseur dit :

      @NRJ
      Questions légitimes…
      Le problème de fond des consortium de ce genre est que leur construction obéit à une logique politique, et non industrielle.
      Ce sont les états qui sont à la manœuvre et ce qui prévaut est la règle du « juste retour » (le terme est utilisé en français même par les anglo-saxons) c’est-à-dire un partage du travail fondé sur des retombées en terme d’emplois qui soient proportionnelles aux investissements consentis par les états, et non pas fondé sur une logique économique et de compétence industrielle.
      Le résultat est d’une complexité extrême en terme de gestion du programme, et provoque un surcoût important. Si vous prenez l’exemple du consortium Eurofighter pour le Typhoon, le principe du ‘juste retour’ a fait que le Typhoon est le seul chasseur au monde dont les ailes sont fabriquées dans 2 pays différents, l’aile gauche en Italie chez Leonardo et l’aile droite en Espagne chez Airbus Defense Spain.

      Si on ajoute l’effet nouveauté avec le Japon, -pour qui coopérer avec l’Europe sur un sujet aussi avancé constituera une première-, ces règles vont fatalement aboutir à un écheveau encore plus inextricable grevant complètement l’enveloppe coût-délai-performance du consortium.
      Les américains l’ont compris depuis longtemps avec le Japon. S’ils soutiennent la démarche c’est purement une clause de style, tant mieux si le Japon devient une puissance aérienne dans le Pacifique. Leur seul support se bornera aux systèmes « autonomes » (c’est marqué dans leur communiqué) c’est-à-dire drones et munitions intelligentes, surtout pas le chasseur.

      Pour l’anecdote, le groupe BAE Systems a pris un contrat de flotte avec Nissan pour les voitures de fonction de ses cadres. Ils feraient bien de regarder ces voitures de près quand ils montent dedans : malgré 15 ans de vie commune avec Renault, il n’y a jamais eu de modèle commun aux 2 gammes, entre Nissan et Renault …

    • ONERESQUE dit :

      C’est BIEN MAL connaître les industriels japonais, que ce soit Mitsubishi, Kawasaki, Honda ou même ShinMeiwa que de les traiter d’attardés…..D’abord le démonstrateur Shin-Shin qui rassemble quand même la totalité des clés GEN 5, dont les structures composites, les CDVE, les tuyères vectorielles, le vol forte incidence, la furtivité et des composants AESA….Ensuite, dans les turboréacteurs, le IHI XF-9 du projet ATLA d’engin compact à TET 1.800°C et travaux céramiques…..ils se maintiennent à niveau……En électronique, leurs suites de guerre électronique sont bonnes et en missiles, ils touchent aussi…..Restreindre les capacités japonaises au financement relève d’une caricature grotesque, désolé.

      • NRJ dit :

        @Oneresque
        « C’est BIEN MAL connaître les industriels japonais, que ce soit Mitsubishi, Kawasaki, Honda ou même ShinMeiwa que de les traiter d’attardés ». Le seul avion de combat qu’ils aient fait est le Mitsubishi F-2. Le moins qu’on puisse dire est que c’est limité comme expérience. Et c’est ça mon avis cette expérience et l’expertise qui vient avec qui sont leur principal manque. Après ils ont les capacités de développer leurs capacités, ça ne fait aucun doute.

        Vous me parlez d’un démonstrateur. C’est une chose de faire un démonstrateur qui doit faire 3 vols, c’est autre chose de faire un avion de combat compétitif et opérationnel produit en relativement grandes quantités. Typiquement, vous me parlez des tuyères vectorielles du démonstrateur, on sait faire ça depuis les années 50. Sur le reste, faire de grandes annonces est sympathique, mais la réalité est que le Japon n’a jamais réussi à développer une industrie aéronautique capable de rivaliser avec l’industrie européenne. Peut-être que dans certains secteurs ils sont en pointe (typiquement je les attends fortement dans les radars), mais dans la structure des avions, dans les turboréacteurs, dans les armements etc, je suis très septique quant à leur capacité à se mettre rapidement au niveau européen. Après si vous considérez que le facteur temps ne joue pas, oui ils peuvent se mettre à niveau. Mais là il faut faire un avion d’ici 2035.

        • Skeptikos dit :

          Si vous êtes très septique, il faut d’urgence composer le 15.
          J’espère pour vous que vous êtes seulement sceptique.

  17. HMX dit :

    Au delà de l’annonce de cette coopération anglo-italo-japonaise, ce sont surtout les répercussions sur le SCAF qui peuvent se montrer intéressantes pour nous.

    Jusqu’à présent, l’Allemagne jouait un jeu particulièrement trouble dans le programme SCAF, faisant d’un côté semblant de négocier en posant des conditions inacceptables, tout se réservant de l’autre côté un plan B (achat de F35, voir de NGAD auprès des USA), et un plan C, qui aurait consisté à rejoindre le programme Tempest avec les anglais et les italiens. On observe avec intérêt que la crédibilité de ces deux « alternatives » est en train de se réduire à vue d’œil.

    Avec la fusion Tempest/F3, les anglais n’ont plus besoin d’un « partenaire majeur » dans le programme : le Japon a largement les épaules et les capacités pour assurer une part importante du financement de ce nouveau programme. Dès lors, l’hypothèse d’une arrivée tonitruante de l’Allemagne dans le rôle de sauveur et « 1er financeur » du Tempest ne présente plus d’intérêt du point de vue britannique : le financement de ce programme est de fait assuré.

    Reste donc l’hypothèse d’un achat sur étagère d’appareils américains : F35, ou NGAD, si tant est que Washington accepte de l’exporter dès sa sortie. Dans le cas du F35, il n’y aura pas grand chose à négocier en terme industriel. LM a déjà une chaîne de montage du F35 pour l’Europe, en Italie, on imagine mal l’intérêt économique d’en construire une seconde en Allemagne. Quant au NGAD, s’il devait être exporté aux couleurs allemandes, ce sera à prendre ou à laisser : il n’y aura clairement rien à négocier en terme de partage industriel (ni en terme de tarif…). Par ailleurs, un achat « sec » de F35 ou de NGAD signerait un aveu d’échec complet de la stratégie allemande, qui visait précisément à doter l’Allemagne d’une capacité à concevoir et à produire un avion de combat de nouvelle génération. Les industriels (et leurs relais au Bundestag) seront donc logiquement opposés à un tel projet d’équiper la Luftwaffe avec des produits 100% US, qui les mettrait de fait hors jeu pour une trentaine d’années. Quant aux politiques, à commencer par Olaf Scholz, après avoir clamé que l’Allemagne allait prendre le leadership européen sur les questions de défense, il se retrouverait dans une position inconfortable et embarrassante.

    Ces considérations ne sont sans doute pas étrangères au récent « assouplissement » allemand sur le SCAF, ayant permis de passer le jalon de la phase d’étude 1B. Les allemands (industriels et politiques) commencent à comprendre que l’éventail des possibilités se resserre, et qu’ils risquent de se retrouver isolés et à court d’options sur la scène européenne.

    Vu sous un autre angle, ces circonstances font que le rapport de force au sein du programme SCAF est vraisemblablement en train de s’inverser au profit de la France, même si ce n’est peut être que de façon temporaire. Profitons-en pour marquer des points, en poussant pour sortir le programme de l’ornière. Une initiative marquante consisterait à revoir de fond en comble le calendrier du programme, en resserrant considérablement ce planning. Il semble largement possible de s’organiser pour un premier vol du NGF avant 2030, et une entrée en service entre 2030 et 2035 (et non 2040, voir 2050 comme évoqué à ce jour).

    • Lagrange dit :

      @HMX possible.

      « Une initiative marquante consisterait à revoir de fond en comble le calendrier du programme, en resserrant considérablement ce planning. Il semble largement possible de s’organiser pour un premier vol du NGF avant 2030, et une entrée en service entre 2030 et 2035 (et non 2040, voir 2050 comme évoqué à ce jour). » Ambitieux mais avec une logique de standard en architecture ouverte jouable.

    • NRJ dit :

      @HMX
      Je suis d’accord. J’ajouterais cependant qu’il n’y a pas vraiment de signe que les anglais voulaient que les allemands rejoignent le Tempest. Peut-être l’expérience acquise sur l’Eurofighter peut-être… Il est quoi qu’il en soit peu probable que les anglais auraient voulu laisser à l’Allemagne une part plus importante que celle que nous leur laissons.
      Après les allemands peuvent être tenté par faire un solo en achetant sur étagère les compétences qu’ils ne peuvent pas avoir dans un délai raisonnable (en fait le moteur, c’est la seule chose).

  18. Nexterience dit :

    A l’image du partage Eurofighter, Bae et Leonardo auront de belles briques technos à se partager face à un Japon non référent.
    Il est possible que ce futur appareil soit complémentaire au NGF au sein du SCAF. Alors que le NGF sera contraint par les exigences de l’embarquement, un Tempest pourrait être plus lourd et/ou plus rapide.
    .
    En parallèle, il y a peu d’infos industrielles autour de 2 annonces majeures: l’annonce de la France et des britanniques de vouloir un avion hypersonique dans 20-30ans, c’est à dire dans la période du NGF et Tempest .
    https://www.opex360.com/2019/09/15/outre-planeur-vmax-la-france-cherche-a-developper-un-aeronef-combat-hypersonique/
    https://www.opex360.com/2022/07/20/le-royaume-uni-veut-mettre-au-point-un-demonstrateur-d-aeronef-militaire-hypersonique/

  19. Titeuf dit :

    C’est vraiment bien jouer de la part des Britanniques.
    Non seulement ils évitent les Allemands et leur gamineries et ils se coltinent les italiens et Japonais qui sont loin d’être « bas de gamme » sur l’aéronautique.
    Nous c’est l’inverse, tu joues au poker avec un gonz qui te met le couteau sur la gorge et un autre sur les couilles….
    Mais paraît il que c’est l’Europe….
    Ma foi…..

  20. Gaulois78 dit :

    Ça ressemble à la tour de Babel, heureusement que les traducteurs vocaux instantanées sont au point…

    Alliance de circonstances par manque de technologies éprouvées, il va falloir qu’ils travaillent d’arrache-pied avant d’être au niveau de la bdit US où FR, on ne peut pas dans cette activité faire un saut de trois générations…On aura très vite des rumeurs sur le partage des technos, qui fait quoi et qui paie…Je vois pas les British partager leur savoir faire dans les moteurs et les cd vol..Sont pas partageurs et je les comprends…

    Mettre 80/100 ++ milliards d’euros dans un coucou qui sera loin des performances des autres compétiteurs à un coût supérieur…Les industriels souhaitent, veulent, les états paient…Attendons l’environnement économique 2023/2026, entre les annonces gargantuesque d’augmentation des budgets British, Japonais, Allemands, Italien et la réalité effective quelques mois plus tard le discours n’est plus aussi ambitieux…

    Je laisse les Suédois à part, il faudra bien qu’ils rejoignent un camp tôt où tard, ils ont une vraie compétence et semble être le partenaire idéal pour la France…

    Maintenant si A.D veut lancer une OPA sur la bidt Suédoise pour acquérir ce tout qu’il lui manque…

  21. Rafalou dit :

    Au contraire, les industriels nippons de l’armement affichent un niveau de compétences technologiques très très élevé. Leur seul souci, jusqu’ici, était l’interdiction qui leur était faite par les politiques d’exporter de l’armement. Ce qui est en train de tomber. Demeurent des coûts très élevés…Un F-15 produit sous licence au Japon coûtait le double du même réalisé aux Etats-Unis…

  22. Lothringer dit :

    « Enfin comment les équipes anglaises et japonais vont t’elles coopérer ? Les japonais ont j’en culture assez spécifique bien différente ce qui ne va pas forcément aider à travailler ensemble. »

    Quand on voit la qualité de la relation Renault-Nissan : Renault possède 44% de Nissan, donc Renault est de loin l’actionnaire dominant, mais les dirigeants-salariés Japonais se permettent de dire qu’ils souhaitent voir Renault diminuer sa participation, c’est franchement fou : c’est la société qui se permet de vouloir choisir son actionnaire.
    Bonne chance aux RoseBeef.

  23. Lotharingie dit :

    Bonjour,

    HS

    « …Le Scaf arrivera en 2040. Mais le Rafale ne compte pas pour autant rentrer définitivement au hangar. Loin de là.

    Dassault Aviation prépare en effet deux nouvelles versions de l’avion de combat français. Le modèle au standard F4 passera en phase de qualification en 2023. Ce chasseur sera « optimisé pour le combat collaboratif ».

    L’an prochain, les équipes démarreront la réflexion sur le Rafale au standard F5 pour un lancement en 2026-2027.

    Il s’agira d’un appareil encore plus connecté et paré pour le cyber combat. Des éléments permettront d’accentuer sa discrétion en diminuant sa visibilité…. »

    https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/defense/en-attendant-le-scaf-la-france-prepare-des-rafale-equipes-d-armements-hypersoniques-et-furtifs_AN-202212080069.html

  24. Green dit :

    Evidemment la coopération franco-allemande est tendue et cahoteuse, non sans certaines rancœurs (à lire les tribunes de La Tribune, certains rejouent les guerres mondiales). Sans oublier l’Espagne, en charge de la furtivité (ou les capteurs je ne sais plus) et dont les compétence en la matière sont pour le moins… furtives. A mon avis le SCAF va plutôt évoluer vers un vaste ensemble de programmes ayant des briques communes (comme les drones embarqués, la patrouille maritime), ouvertes aux suédois, italiens.. Des briques qui vont définir des normes pour les prochaines décennies. Qui vivra verra. Moitié-moitié pour les chances d’aboutir a quelque chose?

    Autant je pense qu’une coopération aussi large qu’entre le Japon , le Royaume-Uni et l’Italie est une mission impossible qui éclatera à un moment, ou sera assimilée d’une façon ou d’une autre par les USA. L’immense différence culturelle (mais aussi militaire, industrielle) entre les trois nations va tellement compliquer le processus que le SCAF va avoir l’air d’un truc vertueux. Non pas que les japonais soient pas francs, c’est plutôt qu’ils ne raisonnent ni ne travaillent pas pareil que les européens. Ajoutons l’Italie, plutôt opportuniste, pour alourdir un peu le tout. Au moins les nations du SCAF ont une longue histoire de coopération militaire et industrielle.

    A moins que le Japon et l’Italie s’en remettent aux britanniques qui seront aux commandes et acceptent des rôles de sous-traitants, avec la bénédiction US obligatoire. Tout au bout ils auront un super intercepteur… et tout le reste sera américain. Quoi qu’il en soit les USA vont vouloir s’inviter dans le programme pour l’intégrer dans leur base industrielle, ou le limiter dans son ampleur pour éviter la concurrence et l’autonomisation de pays-clients depuis 80 ans. Ils ne seront pas plus indépendant, sans doute n’est ce pas la le but pour eux.

    Les suédois n’ont rien a faire dans cette galère a mon avis. Ils vont plutôt pencher coté SCAF a terme pour maintenir leur industrie, d’autant qu’ils ont un savoir faire à apporter (la guerre électronique par exemple). Finalement, j’ai l’intuition que la France est bien placée pour être au centre de l’industrie de défense européenne des prochaines décennies. Tout ce qu’il manque c’est que Airbus DS s’implante plus en France, et Dassault plus chez nos voisins.

    • Jason Bourne dit :

      Enfin un commentaire lucide et intélligent. Vous êtes l’un des rares à souligner que travailler avec des japonais sera tout sauf une partie de plaisir ! En effet, comme vous le mentionnez, les japonais ne raisonnent pas comme nous, un nombre incalculable de couacs se sont produits lors des collaborations nippon-européennes . Il n’y a que les américains qui arrivent à collaborer avec les japonais car les américains arrivent à leur imposer leur directives depuis 45! Tout comme Renault qui a su s’imposer avec Nissan car C’était Renault qui avait l’argent (du moins à l’époque , là les choses se sont inversés). Bref, un long chemin de croix commencent pour les britanniques car ils pensent que les japonais seront de gentils partenaires dociles et suiveurs , ils peuvent se mettre le doigt dans l’oeil . (Idem pour nous avec l’allemagne sauf que nous (Dassault), est déjà prévenue )

  25. Trent dit :

    Ca va être drôle cette collaboration japo-italo-anglo-suédoise.
    Ca marchera jamais ….
    Qui va accepter d’être le cocu qui va filer ses technos et ne pas en avoir pour son argent ?

  26. Fabiano dit :

    Donc les américains soutiennent le GCAP nippo-italo- britannique lui-même ouvert à d’autres pays.
    Si les allemands quittent le SCAF pour rejoindre ce projet, ils auront un strapontin.
    Pour autant, quelque chose me dit que le SCAF continue à sentir mauvais et que les coups tordus vont pleuvoir. Trois projets occidentaux pour un avion de 6ème génération, ça fait beaucoup…

  27. Raymond75 dit :

    Les Japonais sont des gens sérieux qui ne perdent pas leur temps en palabres stériles, voilà un projet qui devient concret !

    Le SCAF pourrait devenir un sous-système du système de systèmes du F3-Tempest, un sous système marginal et exotique, mais dirigé par Dassault …

    Pourtant, la guerre en Ukraine a montré que ce qui compte ce sont les missiles anti-aériens et anti-chars, ainsi que des stocks d’obus de 105, 120, 150 et je ne sais quoi d’autres pour détruire les infrastructures civiles, car il ne faut pas oublier que les principales victimes des guerres sont les civils, y compris les civils mobilisés. Les systèmes de systèmes ne servent qu’à enrichir les actionnaires du complexe militaro-industriel. Et les militaires professionnels sont leurs représentants de commerce.

    • Green dit :

      Il me semble au contraire que la culture japonaise aime et valorise le respect des conventions sociales, de la hiérarchie, au détriment de l’efficacité et de la vitesse. Ce qui se traduit entre autres par des palabres « stériles » et du temps perdu selon un point de vue occidental. Soit exactement le contraire de ce que vous affirmez..

      Et quand je pense au choc culturel franco-allemand, comme chez Airbus, j’imagine un bien plus large fossé entre britanniques et japonais. Lesquels n’ont jamais fait de programme militaire commun, même modeste. Alors que cela va t’il donner pour un projet aussi ambitieux et complexe que la mise au point d’un avion de guerre à la frontière technologique?

    • Lagrange dit :

      @R75 « ce qui compte ce sont les missiles anti-aériens » A condition que l’adversaire n’arrive pas à détruire la DCA ou a brouiller les radars.

      « pour détruire les infrastructures civiles » Le truc dénué d’intérêt au possible.

      « car il ne faut pas oublier que les principales victimes des guerres sont les civils, y compris les civils mobilisés » Un civil cesse d’être civil s’il est mobilisé. Sinon tout le monde est une vicitme civile.

      « Et les militaires professionnels sont leurs représentants de commerce. » Les victimes d’une programmation destinée à gaver l’industriel qui n’a que ça faute de budget de la défense permettant d’autres sources de gain.

    • bonnechancemonpapa dit :

      « car il ne faut pas oublier que les principales victimes des guerres sont les civils ». Pour le moment en Ukraine, les pertes militaires excèdent de très loin les pertes civiles.

  28. albert dit :

    En toute franchise le Tempest me parait franchement mieux engagé que le SCAF, avec des partenaires plus compétents et plus fiables.
    On va ramer à contre courant avec nos grands amis allemands

  29. SJacques dit :

    pour Lecoq@, mais pas que…

    Je ne suis pas convaincu que l’Angleterre, l’Italie, et le Japon aient discuté (vont discuter) 107 ans sur les répartitions et compétences; c’est probablement plus « évident » que dans le cas du SCAF/NGF mais il est tout aussi clair que le pragmatisme anglais fait avancer les choses plus rapidement que lorsque l’un des partenaires souhaite tout diriger tout le temps (cf historique ACE)… si l’on ne veut que des « sous-traitants » (avec financement) alors il faut l’annoncer dés le début …

    L’idée de deux programmes de pays « démocratiques » (sans bien sûr oublier les US) me convient bien; après tout Typhon et Rafale « cohabitent »…

    Sur le fond, je suis curieux de voir le résultat (même si nous n’aurons jamais que des infos partielles sur les vraies capacités des appareils) car il semble que les deux programmes poursuivent un but similaire (uniformisation des avions de combats) : multirôles, furtif et connecté /essaim.

    • Green dit :

      Il me semble que le SCAF a déjà mieux pris en compte l’ensemble du champ concerné. Je n’ai pas les mots exacts: le « cloud de combat », les « effecteurs », les satellites. Et aussi que les acteurs du SCAF sont, contrairement à BAE et Leonardo, plus compétents\importants dans certains domaines comme le spatial avec Thalès et Airbus, la cybersécurité, les avions ravitailleurs. Airbus est le premier avionneur mondial, et Dassault à une solide réputation dans le monde. Mariage sans amour ou pas, le potentiel est la. Donc je vois le SCAF plus cohérent dans sa définition, comme dans ses acteurs, pour aboutir à rien de moins que la prochaine norme du combat aérien pour nous et nos clients.

      Alors que BAE et Leonardo sont des conglomérats de l’ensemble de leurs industries militaires nationales, ils sont aussi largement sous-traitants des USA. Au point de perdre de l’expertise? Evidemment s’ils se mettent ensemble c’est considérable mais leur champ d’expertise est moins large. C’est sans doute pour cela que l’accent est mis sur le Tempest, projet prestigieux, et le reste est assez vague.

      Enfin Saab est a mon avis, un joyau, et nous ferions bien de l’attirer vers le SCAF.

  30. Yrr dit :

    Quelles embrouilles ! Quelle source de conflits, de malentendus, de retards surtout ! Si certains pays estiment ne pas pouvoir tout faire (et dans le cas de la France c’est plus qu’une erreur car elle le peut amplement, c’est une trahison) il y a beaucoup plus efficace : se répartir les armements. Par exemple, la France seule construit les avions que l’Allemagne achètera aussi, et l’Allemagne seule construit les tanks et obusiers que la France achètera aussi.

    • Igation dit :

      Peut-être que si vous analysiez un peu plus les choses au lieu de voir des traitres partout, vous réaliseriez que ce que vous proposez n’a que l’apparence de l’efficacité.
      En effet, l’effort de financement d’un système de combat aérien moderne (certains évoquent une centaine de milliards d’euros pour le SCAF) est très supérieur à celui d’un char et d’un canon.
      Le principal problème français pour construire l’avion du futur n’est pas les compétences (en cela vous avez raison), c’est la capacité à financer le programme.

  31. Twisted dit :

    Bonne chance pour bosser avec les Japonais.

  32. Slil dit :

    nous on se coltine les allemands donc les anglais ne voulaient plus, nos dirigeants sont des génies

  33. GUEPRATTE dit :

    Axe Italie Allemagne Japon…..Tiens çà me rappelle bizarrement quelquechose il y a 80 ans…….

    • Pascal, (l'autre) dit :

      « Axe Italie Allemagne Japon…..Tiens çà me rappelle bizarrement quelquechose il y a 80 ans……. » Euh!!! Dans le cas qui nous intéresse on parle de l’Italie, du Japon et de …………………la Grande Bretagne! Nous on se coltine les Teutons!

  34. Auguste dit :

    M’ouais!.L’Arabie Saoudite et la Turquie avaient aussi été approchées pour mettre au pot.Demander des sous à la Turquie,qui croule sous l’or comme chacun sait,démontre bien que l’Anglais n’a pas plus de sous qu’il n’en avait pour le projet Franco-anglais, à l’origine du SCAF.Pas un Kopeck pour le SCAF,alors il se retire et invente le Tempest.Pour l’instant,cela tiens plus du petit commerce véreux que du projet industriel.

  35. Renard Gris dit :

    Limite on devrait faire le SCAF avec la Corée du Sud.

  36. Rascasse dit :

    Si l’architecture du programme ressemble à celle qui sous-tend la phase de développement technologique de Tempest, je leur souhaite bonne chance. Une multitude d’acteurs industriels sans vrai pilotage, de la compétition débridée, et un risque énorme de fuite de données (comme on l’a vu avec le programme F35 qui en s’internationalisant à multiplier le nombre de petits acteurs chez qui des données pouvaient être volées). Au final, le risque de défauts d’assemblage (pas à l’usine, mais dans le design) et la sécurité des développements seront dures à assurer.

  37. Pascal, (l'autre) dit :

    Pour info trois pays qui ont fait l’acquisition du F 35, qui par le passé se sont toujours tournés vers « Uncle Sam »………………………….. ça me rappelle le sort du Avro Canada CF105 Arrow, du B.A.C. TSR2 de la Grande Bretagne…………………………………j’ai un petit doute!

  38. Green dit :

    A l’applaudimètre des commentaires ce projet est déja formidable et la formule gagnante pour ne pas dire magique. L’autre est paré de toutes les vertus, le français et surtout l’allemand sont vomis. Refrain connu! Je suis toujours aussi navré de survoler les raisonnements nationalistico-émotionnels tortueux qui s’étalent ici, curieusement sans rien comprendre ni apprendre de ces articles qu’ils commentent à longueur de temps. Je ne sais quelle joie grise vous trouvez messieurs dans la lamentation et le dénigrement et pourquoi vos vous y complaisez autant. Bref.

    Cet attelage à trois est pourtant étrange, d’autant plus qu’il a un quatrième membre non cité mais incontournable, les USA. Anglais et italiens ne pourront pas refuser grand chose au plus gros client de leur industrie (BAE et Leonardo sont sur le F-35 et d’autres programmes) et principal allié. Le Japon est aussi dans une situation de soumission stratégique aux USA.

    Le fait que les trois pays se lient sur un programme aussi cher et important les place dans une situation nouvelle, et les américains vont devoir se positionner. La nouvelle politique commerciale comme industrielle des USA est bien américano-centrée qu’auparavant (Biden continue la politique de Trump). Je pense en particulier à Boeing qui a raté pas mal de contrats militaires et qui va forcer pour revenir dans le jeu. Comme je vois les choses, le programme en tant que tel ne pourra pas éviter une participation américaine, a moins que ce ne soit un sabotage ou siphonnage.

  39. Thierry le plus ancien dit :

    Vu le coût de développement et fabrication d’un avion furtif il y aura clairement moins de constructeur sur les rangs sauf à s’associer entre eux, comme pour le SCAF, et cela prouve que tout les plans B ou C comme celui de Dassault d’y aller seul sont irréalisable financièrement car non rentable, les fonds engloutis le serait en pur perte.

    • Aramis dit :

      Le pauvre totoche qui ne comprends rien à l’économie de l’industrie de défense pathétique cette pauvre burne.

      • Thierry le plus ancien dit :

        Ah! revoilà le représentant de Gringalet&Freluquet avec sa valise d’échantillons, vous n’auriez pas les même en jaune à pois bleu ? et sans mauvaise odeur ?

    • Lagrange dit :

      Tout ça suppose que les budgets militaires des européens restent insignifiants et les programmes centré sur la seule distribution de dividendes aux actionnaires façon F 35.

    • Foudre dit :

      Le plan B, c’est pas y aller totalement seul mais dans une ouverture et une stratégie différentes. Dassault peut faire seul un chasseur de top niveau. Mais il peut coopérer avec des pays clients actuels pour nouer une stratégie et mettre en place un projet alternatif. Attendons un peu, des annonces importantes vont un de ces jours préciser tout cela. C’est en cours de négociation…

    • rainbowknight dit :

      Sauf à réaliser un appareil supérieur à tous et qui en ferait le « game changer » qu’il faudrait posséder pour dissuader toutes velléités agressives envers son pays.
      Le fait est que Dassault ne peut certifier construire un avion qui dominerait les autres productions. Le risque commercial serait insupportable pour la société en cas d’échec.
      Les concurrents ne se gêneront pas pour discréditer les performances de l’appareil français. Associer d’autres nations au projet c’est minimiser les pertes financières en cas d’échec, c’est ouvrir un prospect commercial plus large, c’est intégrer des technologies et visions différentes des attentes d’autres armées.
      Une plate forme commune qui sera déclinée en fonction des budgets et exigences de chaque client. La fin du multirôle et le retour de la spécialisation (chasse / bombardement ) ?

  40. Jason Bourne dit :

    N’idealisez la collaboration avec les japonais. A l’image des allemands, les japonais sont encore plus orgueilleux ! La seule collaboration qui a marché avec le Japon est l’alliance Renault Nissan… Pendant les 10 premières années. Les français étaient les vrais patrons de la boîte et les japonais étaient dociles car les japonais étaient au fond du trou. Puis, le rapport de force s’est inversé avec le redressement spectaculaire de Nissan , nissan vend 2 fois plus de voiture que le Renault et Dacia et les japonais ont exigé un meilleur équilibre.. Bref je ne vais pas tout refaire l’histoire.. C’était juste pour vous dire que les britanniques vont bien galèrer en travaillant avec les japonais car ils auront beaucoup de mal à se faire dicter la marche à suivre par BAE. Les japonais ont aussi une BITD à faire tourner. Comme dirait le mafieux albanais dans « Taken » : « Bon CHANCE! »

  41. Posca35 dit :

    C’est une guerre de domination industrielle de la défense en Europe, et nous avec un partenaire comme l’Allemagne, on n’a aucune chance. Dassault est la seule étoile qui brille encore en France. Mais dans un pays en déclin « gouverné » (voir le cv du nouveau ministre de la défense) par des incompétents notoires qui n’a aucune vision industrielle et diplomatique. Notre étoile risque de pâlir très bientôt.

  42. Roland Desparte dit :

    <>…
    Le “SCAF“ c’est un coût estimé à plus de 100 milliards d’euros. Le programme “Barracuda“, a un coût global estimé à une dizaine de milliards d’euros. Le coût du programme “SCORPION“ est évalué à 8 milliards d’euros. Le marché européen du char du futur (“MGCS“) est estimé à 100 milliards d’euros. La modernisation du PA Charles de gaulle a coûté 1,3 milliard d’euros et le nouveau PA sera très certainement supérieur à 5 milliards d’euros (Sénat). Pour les états-majors, un investissement d’au moins 425 milliards d’euros pour les années 2024-31 serait nécessaire. Etc.. etc…
    Comme déjà évoqué dans ces pages, à l’instar des britanniques et des italiens, la France ne peut pas tout faire ! Elle doit absolument trouver des partenaires, et des partenaires fiables (Les allemands sont-ils “fiables“ ? A voir…)
    Le partenariat avec l’Inde est difficile ; l’Inde n’est pas un sprint mais un marathon ! Voir le livre de Mathieu Jouve Villard “Pratique de la négociation en Inde (Eyrolles, 2017)“. Et n’oublions pas que, à ma connaissance, la plus grosse commande de l’histoire d’Airbus a été signée en Inde : 250 appareils d’un coup ! Croisons les doigts pour Dassault…
    Un partenariat avec l’Italie existe déjà, malgré le “Tempest“ (qui résulte de l’arrogance franco-allemande, “oubliant“ d’associer l’Italie…), malgré une politique étrangère aux antipodes (voir l’exemple libyen…). La coopération franco-italienne pour le “Mamba“ (“SAMP/T“, via le consortium “Eurosam“) a été exemplaire et efficace. Comme relaté dans les pages “Zone militaire“, <>. Non, les italiens ne méprisent pas la France…
    Quant aux britanniques, de chaque côté de la Manche, la base industrielle de défense est dite “solide“. Ainsi le programme franco-britannique de futurs missiles antinavire et de croisière (“FMAN/FMC“). Et n’oublions pas que le 18 janvier prochain, les dirigeants politiques et militaires français et britanniques se réuniront au sud de Londres pour échanger sur la coopération de défense et de sécurité entre nos deux pays. Pourquoi pas une fusion “SCAF-Tempest“, à priori l’État-Major italien n’y serait pas opposé… Mais peut-être que je rêve…
    Je rêve au succès d’une véritable coopération européenne. Ainsi le succès du “Meteor“ (“BVRAAM“) de conception européenne, véritable coopération entre “MBDA“ (maître d’œuvre, filiale commune du franco-allemand “Airbus“, de l’anglais “BAE Systems“ et de l’italien “Leonardo“), “Saab“ (Suède), “Bayern-Chemie“ (Allemagne) et “Inmize“ (Espagne).
    J’aime rêver…

  43. ron7 dit :

    Tempest : On leur souhaite bonne chance…
    Et, s’il est au point en temps et en heure, on passera commande !

    Côté France on pousse le Rafale, et bientôt on va travailler avec les allemands sur le NGF !
    Quand ??
    Quand le découplage du prix du gaz et de l’électricité sera réalisé ! L’histoire du traditionnel…
    Je te tiens par la barbichette !
    Chantage allemand : Allez, on signe 🙂

  44. Conan le Barbare dit :

    Il faut que l’on fusionne le NGF avec, qu’on y intègre les Suédois et quand tout est lancé, hop, on sort du programme pour faire notre propre avion et eux sont englués dans un merdier qui ne donnera rien de bon, un avion invendable à l’export, et comme ça on se débarrasse de concurrents.

  45. Félix GARCIA dit :

    Éric Trappier, PDG de Dassault aviation : « Il faut replacer la valeur travail au cœur de la société »
    […]
    « Vous abandonnerez la coopération sur le SCAF au profit d’un plan B ?
    Tant que le plan A conserve une chance, on continue d’y travailler. S’il y a accord in fine, ce sera aux conditions que nous jugeons indispensables à la réussite de ce programme. Mais cela ne doit pas nous empêcher de réfléchir à d’autres options. On verra comment résiste ce partenariat voulu par les politiques. »
    https://www.entreprendre.fr/eric-trappier-pdg-de-dassault-aviation-il-faut-replacer-la-valeur-travail-au-coeur-de-la-societe/

    « On verra comment résiste ce partenariat voulu par les politiques »
    Pas trouvé meilleure définition du délire actuel.

    J’en appelle au retour des hommes d’État !
    « Par Osiris et par Apis ! […] Je suis un homme d’État ! »
    https://www.youtube.com/watch?v=-TSSMqV3Sdc

  46. Frédéric dit :

    Scramble déclare qu’il y aurait de gros changements dans les flottes d’aéronefs japonais pour faire des économies !

    https://www.scramble.nl/military-news/future-defence-plans-for-the-japan-self-defense-forces

    s les médias locaux ont rapporté qu’il pourrait y avoir des changements très spectaculaires dans les flottes des différentes forces d’autodéfense.

    Afin d’économiser sur les dépenses de défense dans les années à venir, certains types seront retirés, tandis que pour d’autres, le nombre prévu de commandes sera réduit.

    Pour la Japan Air Self-Defense Force (JASDF), l’accent sera davantage mis sur la protection du domaine aérien et spatial, elle sera donc renommée Koku Uchu Jieitai ou Japan Air and Space (Self) Defence Force.

    Pour limiter sa part dans les dépenses de défense, l’avion de recherche et de sauvetage U-125A sera retiré et remplacé par davantage d’hélicoptères UH-60J II. La retraite sera probablement une à la fois, étalée sur quelques années.

    Japon JGSDF AH 1 73438 RJOE 28oct14 Daniël de Pruis 480

    Le grand choc est le retrait de la quasi-totalité de la flotte d’hélicoptères antichars de la Force terrestre d’autodéfense japonaise (JGSDF). Tous les AH-64DJP Apaches et OH-1 Ninjas seront retirés, ainsi que la majeure partie de la flotte AH-1S Cobra restante. Probablement qu’une seule unité Cobra survivra.

    Pour la Japan Marine Self-Defense Force (JMSDF), il est prévu de réduire le nombre d’avions de patrouille maritime Kawasaki P-1 (MPA) et de Sikorsky SH-60K, mais l’impact exact n’est pas clair. Cela pourrait signifier que moins de P-1 seront acquis que prévu initialement ou même arrêter complètement la production. La production du SH-60K s’est déjà arrêtée mais cela pourrait signifier qu’un nombre limité de SH-60L seront achetés ou même arrêter le développement de cette variante Seahawk.

    Il est prévu dans les plans que des systèmes aériens sans pilote (de combat) (UCAS) seront acquis pour prendre en charge les tâches des hélicoptères d’attaque JGSDF et de la flotte anti-sous-marine JMSDF.

    Scramble Magazine souligne que ce ne sont que des plans tels que rapportés par les médias japonais, aucun calendrier n’a été donné.

  47. ScopeWizard dit :

    Et toi papy Scopy , t’ as rien à nous dire sur le sujet ?

    Ma foi non , que dalle ; le niveau général est déjà tellement haut que je m’ en voudrais de même seulement risquer le rabaisser d’ un demi-cran….

    Le respect mutuel est tel , la compréhension est telle , l’ intelligibilité ou la clarté sont telles que NON ! surtout pas !!

    Tout est parfait , tout est sous contrôle , la puissance pleinement maîtrisée ; impeccable !
    https://www.youtube.com/watch?v=HOYDj769s6k

    Et oui comme nous le savons tous : sans maîtrise la puissance n’ est rien…
    https://www.youtube.com/watch?v=GlwRMdmeoFE

    Enfin , l’ essentiel est bien de toujours retomber sur ses quilles….n’ est-ce pas ? 😎
    https://www.youtube.com/watch?v=pKq8ye-DJdA

  48. On se marre dit :

    Nouvel exemple de l’europe de la défense???

    L’Italie, membre fondateur de l’UE, s’allie donc avec un pays qui a quitté l’UE et un pays aux antipodes du monde?

    Je me marre… On se marre!