Turgis & Gaillard Aerospace assurera la maintenance des avions Pilatus PC-6 de l’armée de Terre

En 2021, la Direction de la maintenance aéronautique [DMAé] publia un avis de marché afin de trouver un prestataire pouvant assurer le Maintien en condition opérationnelle [MCO] des cinq avions Pilatus PC-6 de l’Escadrille de transport et de convoyage du matériel relevant du 9e Régiment de soutien aéromobile [RSAM], lui-même subordonné au commandement de l’Aviation légère de l’armée de Terre [COMALAT].

Et il y était précisé que la « prévision d’activité aérienne » pour l’ensemble de ces cinq PC-6, basés à Montauban, était de 2’750 heures de vol en moyenne et par an et qu’ils étaient surtout utilisés pour des missions de transport [environ un tiers de leur temps de vol] et de parachutage [environ deux tiers].

À noter que ces avions ont récemment été modernisés, avec l’intégration d’un équipement de navigation « de précision », d’une liaison par satellite [SATCOM], d’un système anti-collision, d’une capacité fonctionnelle complète VHF/FM tactique et de kits de protection balistique.

Quoi qu’il en soit, plus d’un an après, ce contrat relatif à leur MCO a enfin été attribué. En effet, ce 6 décembre, le groupe Turgis & Gaillard Aerospace a annoncé qu’il avait été retenu par la DMAé pour s’occuper de la maintenance des PC-6 de 9e RSAM. Plus précisément, celle-ci sera assurée par l’une de ses filiales, à savoir Blois Aéro Services.

Les Pilatus PC-6 « assurent le soutien des hélicoptères de combat au plus près des lignes ennemies. Régulièrement déployés en opérations extérieures, ils ont été récemment modernisés pour renforcer leur connectivité et garantir leur efficacité opérationnelle », rappelle & Gaillard, dans son communiqué.

Et d’ajouter : « Les travaux seront réalisés dans les installations de Blois Aéro Services. D’importants investissements y ont été réalisés par Turgis & Gaillard. Notamment la livraison d’un hangar dédié au MCO d’avions militaires à l’été 2022 ».

Le montant de ce contrat de MCO, qui doit durer sept ans, n’a pas été précisé par l’industriel. Et il ne figure pas non plus dans l’avis de marché diffusé par la DMAé.

L’escadrille de transport et de convoyage du matériel n’est probablement pas l’unité la plus connue de l’ALAT, malgré l’importance des missions qui lui sont confiées. D’ailleurs, ses Pilatus PC-6 ne figurent même pas dans la liste des équipements publiée sur la site Internet de l’armée de Terre…

Cela étant, celle-ci l’a récemment mise en avant, à l’occasion d’un vol d’entraînement longue distance, effectué en octobre par l’un des équipages.

Composé d’un commandement de bord, d’un pilote et d’un mécanicien, cet équipage a réalisé un tour de la Méditerranée pendant huit jours, avec des escales en Albanie, Croatie, Monténégro, Italie [Sardaigne], Égypte et en Grèce. « Cet entraînement a permis aux hommes d’appréhender tous les types de milieux : montagne, désert, étendues d’eau. Ils ont testé les procédures de survie en cas de panne moteur et autres incidents, renforçant leur maintien en condition opérationnelle », a expliqué l’armée de Terre.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

43 contributions

  1. Achille-64 dit :

    Bien que la privatisation du MCO des aéronefs militaires ne soit pas ma tasse de thé, cette décision semble logique pour une flotte très utile mais échantillonnaire.
    Je ne sais pas où en est le MCO des DHC-6 de l’AAE ?

  2. jp_perfect dit :

    C’est moi ou 550 heures de vol par année et par appareil, c’est quand même pas mal? C’est une vraie question, je ne suis pas sûr d’avoir de très bons comparatifs en tête. Merci pour vos retours.

  3. Czar dit :

    « le groupe Turgis & Gaillard Aerospace »

    les nouveaux rivaux blésois d’Elon Musk, je suppose ?

  4. charly10 dit :

    Lorsque ces appareils ont été affectés en début 1990, un stage de formation mécanicien avait été créé, pour assurer la formation de spécialistes à la mise en œuvre et l’entretien NTI 1 et 2 à Montauban, au sein de ce qui s’appelait à l’époque ERGM/ALAT. Evidemment tout cela a dû passer à la trappe .Pourquoi former du personnel au sein de l’unité, quand on peut dépenser plus pour externaliser.

  5. Sylvain dit :

    Turgis et Gaillard , une entreprise dynamique. a mon avis, retenez leur nom. ils sont en plein développement.

  6. farragut dit :

    Question naive : sur la photo du Pilatus, si c’est un appareil pour l’Armée de Terre, ne devrait-il pas être camouflé en « Terre de France » ?

    • Dolgan dit :

      je crois qu aucun appareil alat n est passé au terre de france.

      sans doute car les contraintes ne sont pas les mêmes.

    • Lex dit :

      parce que d’après vous, il est de quelle couleur sur la photo ?
      je le vois bien Brun Terre de France, mais vous le voyez peut-être jaune canari

      • Dolgan dit :

        je le vois vert foncé. pas du tout brun clair en tout cas.

        nb: perso test d ishihara passé avec succès.

    • dam dit :

      ils sont blanc maintenant

  7. vieux margi dit :

    Sont ils ou seront ils armes?

  8. Sylvain (aussi) dit :

    pour Farragut : Visiblement la livrée que l’on peut voir sur la photo est une peinture exceptionnelle pour fêter un anniversaire, un cinquantenaire crois-je deviner. Elle rappelle des livrées anciennes. Actuellement les Pilatus sont tous blanc avec une ligne bleue. Je les vois mal en brun « terre de France ». Je pense que les logiques de camouflage ne sont pas les mêmes pour ce qui est au sol et ce qui est en l’air. Une remarque aussi pour Laurent Lagneau, il est dommage que l’on puisse pas augmenter la taille des photos en cliquant dessus. Certains clichés sont magnifiques et ils mériteraient d’être regardés en « grand écran ».

    • TINA dit :

      Bsr Sylvain!

      Nous apprécions votre commentaire!

      1 Question ( pour nous , essentiellement !!!!!):
      Selon vous, quel est le taux REEL, d’utilisation de ce PC, sur l’année?

      PS : Il faut absolument les remplacer par un appareil effectuant des missions supplémentaires, doublées, complémentaires, concentrationnaires, précieuses!

  9. Marine dit :

    Leur prochaine rénovation à mi-vie prévoit de les doter de MICA IR, d’A2SM 250 kg, et d’un pod canon en ventral. On parlait aussi de les rendre aptes au tir de l’ASN4G, pour redonner à l’Armée de Terre une capacité nuc (que seules la Marine et l’AAE ont), mais les contraintes budgétaires en ont décidé autrement.

  10. albatros24 dit :

    Seulement 5 Pilatus ?
    Ce régiment de l’ALAT devrait être doté en Chinook…

  11. charly10 dit :

    Il ne s’agit pas d’un régiment mais d’un etablissement chargé des opérations DE maintenance NTI 2 de certains aéronefs ALAT. plus approvisionement en rechanges des unités de soutien opérationnelles. Cet établissement renommé RSAM possède également une escadrille de transport et convoyage chargée d’effectuer les transits d’aéronefs entre unités et industriels, et de l’appro en rechange depuis les stocks du RSAM vers les opérateurs de la maintenance( unités ou industriel). Je vous conseil de faire un tour sur le site ALAT. Fr, en vous dirigeant vers la partie soutien. Et pour info je suis un ancien de cette escadrille années 1980 1989.A l’époque cette unité s’appelait ERGM ALAT /AERO.