La Marine nationale serait « très intéressée » par un drone aérien embarqué à bord d’un porte-avions

Interrogé sur le Système de drones aériens de la Marine [SDAM] – qui connaît quelques difficultés – lors d’une récente audition au Sénat, l’amiral Pierre Vandier, le chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM] a visiblement botté en touche. Du moins, c’est ce que suggère le compte-rendu, qui vient d’être publié. En revanche, il a loué les mérites du Système de mini-drones pour la Marine [SMDM], qui, embarqué à bord des patrouilleurs de haute-mer [PHM], a été qualifié par la Direction générale de l’armement [DGA] en septembre.

« Un certain nombre de travaux ont été lancés, comme le SMDM, qui peut venir en soutien à des bateaux récemment armés comme à des bateaux ayant plus de 40 ans d’âge et qui n’ont pas de plateforme pour hélicoptère. Ce drone peut voler 3 heures et évoluer jusqu’à une trentaine de nautiques du bateau, ce qui lui donne une large capacité d’investigation », a en effet expliqué l’amiral Vandier aux sénateurs de la commission des Affaires érangères et de la Défense.

Même chose pour le drone aérien « Serval » [Système Embarqué de Reconnaissance Vecteur Aérien Léger] qui, basé sur le S-100 du constructeur autrichien Schiebel, est embarqué à bord des porte-hélicoptères amphibies [PHA]. Cet appareil « a été pour la première fois utilisé, en relai d’un hélicoptère, dans le cadre d’une opération de lutte anti-drogue réalisée au large du Sénégal », a rappelé le CEMM.

Le « Serval », dont un exemplaire a été perdu en novembre, dans le golfe de Guinée, par le PHA Tonnerre, peut aussi effectuer des vols de reconnaissance et de surveillance ou bien encore être utilisé dans des missions d’appui-feu naval.

Cela étant, l’amiral Vandier a également indiqué que, « à plus long terme », la Marine nationale est « très intéressée par les perspectives de drones de combat embarqués sur porte-avions », ce qui permettrait ainsi de « disposer d’un groupe aérien mixte ».

Une telle idée avait déjà été avancée en avril par l’ex-député Fabien Gouttefarde, alors soutien de M. Macron lors de la dernière élection présidentielle. Défendant la nécessité de doter la Marine nationale de deux porte-avions de nouvelle génération dans une tribune publiée par Marine&Océans, il avait estimé qu’il fallait ouvrir une « réflexion sur la réalisation d’un drone de combat [UCAV] embarqué, dérivé du nEUROn », un appareil développé dans le cadre d’une coopération européenne animée par Dassault Aviation.

Probablement qu’une telle réflexion sera engagée dans le cadre du Système de combat aérien du futur [SCAF], l’Espagne [également partenaire du projet nEUROn, ndlr] pouvant y trouver un intérêt pour ses capacités aéronavales, lesquelles reposent sur le porte-aéronefs Juan Carlos I.

Bien que n’étant pas partie prenante au SCAF [mais au Tempest, le projet rival lancé par le Royaume-Uni], l’Italie pourrait aussi être intéressée par une coopération pour ses deux porte-aéronefs [le Trieste et le Cavour, ndlr].

À moins que la Marine nationale noue une coopération avec la Royal Navy, qui a lancé des travaux en vue de doter ses deux porte-avions de drones aériens embarqués. Tel est en effet le sens de son projet Vixen, pour lequel le 700X Naval Air Squadron a évalué des Banshee Jet 80+ depuis le pont du HMS Prince of Wales.

À noter que, si la Turquie cherche aussi à mettre au point des drones aériens embarqués pour son porte-aéronefs TCG Anadolu, comme le Bayraktar Kızılelma, les États-Unis n’ont pas donné de suite à leurs projets en la matière. En effet, après des démonstrations réussies du drone de combat X-47B, conçu par Northrop Grumman, l’US Navy a donné la priorité au MQ-25 Stingray, un drone conçu par Boeing pour des missions de ravitaillement en vol et, accessoirement, de reconnaissance.

Quoi qu’il en soit, l’amiral Vandier a indiqué que l’on ne connaîtra le potentiel qu’il restera au porte-avions Charles de Gaulle qu’au début de la prochaine décennie.

« Il a été décidé de travailler au successeur du Charles de Gaulle car la cuve du réacteur nucléaire de ce bateau devrait atteindre sa fin de vie aux environs de 2040, sans certitude à quelques années près. Puisque les travaux de construction prennent quinze ans, le travail a d’ores-et-déjà été lancé. Nous saurons en 2030/2031 la date définitive de la fin d’exploitation du Charles de Gaulle », a en effet déclaré le CEMM. En fonction du constat qui sera fait lors de cette échéance, il n’est pas impossible que la Marine nationale puisse revenir, pendant quelques temps, à un format à deux porte-avions.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

98 contributions

  1. Seb dit :

    Au secours Dassault ! Prépare nous un bébé du Neuron navalise !

    • Oliver dit :

      Trop tard. La haute intensité qui nous attend aura lieu lors de cette seconde moitié de décennie. Les répercussions de la guerre en Ukraine vont transformer le bassin méditerranéen en conflit de civilisations sur fond de religion d’une ampleur biblique.
      Mieux vaut prendre sur étagère les nouveaux MQ-9B STOL adaptables au Charles de Gaulle voire la classe Mistral car nous n’aurons pas assez de Rafale.

    • TINA dit :

      Bsr Mr Seb!

      Propos constructifs! Réellement!

      Ajoutons ces points :
      – un nouveau aéronef – haut de gamme , car très performant au niveau des équipements, systèmes et armements – et avec 2 versions , terrestre et navale ( PS : pour Moi , il n’y a qu’une seule version à développer , SI , SI, SI nous développons 2 à 3 PAN- NG …. ALORS, ALORS, ALORS, Nous devons développer UNIQUEMENT, la Version NAVALE, car Bien plus polyvalente compte tenu de la détention de notre 2ème espace maritime mondiale ( et peut-être le 1 er espace maritime mondial, avec plusieurs « AIDES EXTERIEURES ET INTERIEURES » !
      – Plusieurs centaines d’exemplaires devraient être commandés, mis en oeuvre, « maintenancer »…!

  2. Lothringer dit :

    « il n’est pas impossible que la Marine nationale puisse revenir, pendant quelques temps, à un format à deux porte-avions. »
    Voila une phrase qui n’est pas pour me déplaire.
    A côté de cela, est-il impossible de sortir les réacteurs et les remplacer , tout simplement ? histoire de lui donner 20 ans de rabe.
    Et peut-on envisager de trouver un usage secondaire au CDG dans une semi-retraite : s’occuper uniquement de la zone Méditerranée et servir de plateforme de qualification pour les pilotes, pendant que le PA-NG (et son éventuel frère-jumeau) est en opération dans le monde entier.

    Pour ce qui est des drones, les PHA pourraient peut-être devenir des bases en parallèle du PA-NG. Dassault va bien réussir à nous faire évoluer le nEUROn en ce sens, si on lui demande gentiment. Avec 2PA et 3PHA, çà aurait de la gueule.

    • Ceci cela dit :

      Le pronom démonstratif « ça » ne prend pas d’accent. Il est la forme contractée de « cela », qui n’en prend pas non plus.
      Ce sont l’adverbe de lieu « çà » (comme dans l’expression « çà et là ») et l’interjection « çà » (comme dans « ah, çà ! ») qui s’accentuent.
      https://www.cnrtl.fr/definition/%C3%A7a
      https://www.cnrtl.fr/definition/%C3%A7%C3%A0

    • Waroch dit :

      @Lothringer: « A côté de cela, est-il impossible de sortir les réacteurs et les remplacer , tout simplement ? histoire de lui donner 20 ans de rabe »

      Je serais incapable de vous dire si c’est une opération techniquement impossible sur le CdG, mais des quelques notions que j’ai sur le nuke civil, dans les années 80 on ne se préoccupait pas beaucoup des problèmes de fin de vie des réacteurs (évolutivité, démantèlement…). Donc j’ai un gros gros doute sur la faisabilité technique de l’opération.

      Mais surtout, il n’y a pas que le réacteur qui prend de l’âge, tous les systèmes et la structure même du navire seront en fin de vie en 2040. Quand bien même il ne serait pas techniquement impossible de remplacer le réacteur, l’opération n’aurait aucun sens du point de vue de la viabilité.

      En revanche, rien ne dit qu’on ne pourra pas prolonger un peu le Grand Charles au delà de la date initialement prévue. Les réacteurs civils ont beaucoup plus de potentiel réel que ce qui est spécifié initialement; si la volonté politique était là, on pourrait les faire tourner sans soucis à pleine balle pendant 80 ans, peut être même plus! Les US le font, mais en France on préfère les brider pour favoriser les ENR. Et les opérateurs virtuels qui se font du blé sur le râble d’EDF, donc in fine du contribuable. L’ARENH, cette merveilleuse trouvaille!

      Bref.

      Les K15 du CdG utilisent de l’uranium faiblement enrichi comme les réacteurs civils, donc il est peut être envisageable de prolonger la vie du PA d’un certain nombre d’années.

      Mais ça ne serait qu’une solution d’appoint pendant quelques années, au plus une décennie. C’est maintenant qu’il faut prendre la décision de construire un éventuel deuxième PA pour profiter des économies d’échelle. Le prolongement du CdG ne peut être intéressant que dans l’optique de faciliter le financement ou la construction du deuxième PA.

      • Lothringer dit :

        Un article intéressant datant de 2020 qui évoque effectivement les conditions spartiates de la vie à bord des marins du CDG.
        https://www.meretmarine.com/fr/defense/charles-de-gaulle-soyons-malins-remplacons-le-des-2030

      • john dit :

        Pour le nucléaire, même si on parle de nucléaire militaire, il y a probablement une question concernant les autorités des sûreté. Selon les normes en place, il pourrait être possible ou non de prolonger ou non les réacteurs.
        Mais par contre, penser que la question de la prolongation se limite aux réacteurs est une erreur je pense. Les navires ont en général une durée de vie de 30-40 ans, au-delà, la rénovation coûterait autant que de produire du neuf tellement la refonte doit être complète.
        Les navires évoluent en milieu très agressif, la corrosion est un vrai problème à terme. Et de nombreux éléments mécaniques ont une durée de vie limitée au delà de laquelle il serait stupide de ne pas procéder à une rénovation complète.

        Après, en théorie, rien n’empêche de remplacer les réacteurs, mais une telle opération signifierait d’ouvrir le porte avion là où il n’est pas prévu de le faire à la conception.
        Bref, les coûts ne sont pas minimes !

        Et pour information:
        – remplaçant du CdG €4.5 milliards estimés (même si je n’y crois pas du tout, un coût de 6-8 milliards semble bien plus réaliste).
        – Coût du CdG à l’achat, € 3 milliards
        – Premier arrêt technique majeur, 2008, € 300 millions
        – Rénovation du CdG en 2016-2018, € 1.3 milliards
        Sinon, pour les arrêts techniques « mineurs », les coûts sont difficiles à trouver, mais pour la durée:
        – 2011, 1 mois d’arrêt, revêtement de la piste refait
        – 2013, 6 mois d’arrêt
        – 2021, 3 mois d’arrêt
        – 2022, 3 mois d’arrêt
        – 2023, 6 mois d’arrêt

        Bref, tous ces arrêts techniques ont des coûts importants. En 2040, lorsque il arrivera à sa fin théorique, il faudra refaire de nombreux éléments. Il est fort probable qu’un porte-avion neuf soit du même coût que la rénovation.

      • Seb dit :

        voici un petit lien qui traite du problème pour les sn , ils évoquent notamment la baie de chargement/ déchargement de la chaufferie nucléaire.
        https://www.frstrategie.org/programmes/observatoire-de-la-dissuasion/enjeux-uhe-pour-propulsion-nucleaire-sous-marins-2020

    • Loufi dit :

      Impossible de changer les réacteurs, tout est construit autour.
      Sinon pour avoir 2 porté à ion ça veut dire que les PANG ne doit avoir aucun retard. Totalement utopique dans ce pays en décomposition

      • Lothringer dit :

        La construction de la coque à St-Nazaire sera bôôôôôôôôôôôcoup (phonétique excusez-moi) plus rapide qu’à l’arsenal de Brest pour le CDG ; en 18 mois maxi ce sera torché. Ils n’ont pas que ça à foutre , ils faut qu’ils libèrent leurs cales rapidement pour construire d’autres navires. C’est une entreprise privée qui ne peut se permettre d’encombrer ses cales inutilement trop longtemps, au risque de perdre ses contrats civils habituels. Naval-Group se chargera de la finition dans ses propres ports.

      • Lothringer dit :

        « Totalement utopique dans ce pays en décomposition »

        Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré !

    • Seb dit :

      d’après le livre
       » Les atomes de la mer  » le changement du combustible/ cœur nucléaire est quelque chose de bien maîtrisé sur un sna et un snle .Mais paradoxalement il semble que sur un pan ce soit un plus complexe…

      • Lothringer dit :

        Je n’ai pas encore acheté ce livre, mais il m’ intéresse.

      • Dolgan dit :

        pourquoi paradoxalement ?

        on a jamais eu qu un seul pan mais plusieurs sna.

        c’est donc un truc qu’on fait extrêmement rarement. rares doivent être les gens participants 2 fois dans leur carrière au rechargement d un pan. je crois que même les us ne le font pas .

        • Seb dit :

          les us ne le font pas car le cœur nucléaire est beaucoup plus enrichi. La durée de vie du cœur est égale à la durée de vie du navire.

        • Seb dit :

          Le chargement/ déchargement du cœur est effectué via une baie prévue à cet effet. j’essaierai de retrouver le passage qui traite du sujet. C’est paradoxal car les contraintes d’encombrement sur sn sont plus importantes que sur un pan .

      • Florian dit :

        Ce n’est pas beaucoup plus complexe et c’est quelque chose qu’on fait depuis longtemps. On a déjà rechargé le combustible 2 fois (2008 et 2018). Ce genre d’opération peut se répéter autant de fois qu’il le faudra.
        .
        Là, la question portait sur le remplacement des cuves, pas forcément de l’ensemble du bloc réacteur. C’est quelque chose qui n’est pas prévu à la conception mais si on l’étudie suffisamment en avance, ça ne semble pas impossible.
        En revanche, est-ce que ce serait intéressant de la faire ?
        Pas sûr car il a été dit plus haut il n’y a pas que les cuves qui prennent de l’âge. Une cuve est prévue pour ~40 ans mais doit pouvoir faire plus. On ne les remplacerait pas uniquement pour 10 ans de durée de vie supplémentaire. On chercherait à pousser plus loin mais c’est alors tout le reste qui risquerait de tomber en ruine.
        Mieux vaut attendre de voir en 2030 comment ont vieillit les cuves et évaluer combien de temps supplémentaires elles peuvent faire. Avec un peu de chance on gagnera 10 ans et on pourra faire la bascule avec le(s) PA-nG en douceur.

    • john dit :

      Sauf que le CdG n’aura pas la capacité d’emporter le successeur du Rafale.
      Si le CdG a été conçu pour être « aussi grand » c’était pour accueillir le Rafale et les Hawkeye. Le successeur du Rafale est censé être un appareil ayant une masse maximale similaire au F-22 / Mirage IV ! Donc pour les lancer et les arrêter il faut plus de distance, sinon les efforts sur la structure seraient trop importants et il faudrait des renforts qui affecteraient la capacité d’emport de l’appareil.
      Quant au nEUROn, il ne s’agit pas forcément d’un avion qui réponde aux besoins attendus par la Marine ou les forces aériennes françaises. Et potentiellement, Dassault n’a pas la propriété intellectuelle de tous les éléments, puisque il s’agit d’une collaboration entre la France, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, la Suède et la Suisse. Et surtout, les objectifs de ce programme étaient:
      – maintenir les compétences dans la conception des aéronefs en attendant les successeur des Rafale, Eurofighter et Gripen
      – évaluer des technologies qui entreront potentiellement dans la conception des futurs avions de combat
      – vérifier des hypothèses théoriques le futur avion de combat

      L’intérêt de la Marine Nationale concerne probablement:
      – 1 drone pour des ravitaillements en milieu potentiellement contesté, ou pour allonger la portée des aéronefs, et conserver le PA à une distance de sécurité suffisante.
      – 1 drone pour remplacer les Hawkeye dans un futur lointain, et qui pourrait voler à très haute altitude sans problème d’oxygène
      – 1 drone supersonique capable de combat aérien en protection des avions pilotés, et qui n’aurait pas la limite humaine e 9g (12g pour 3-4 secondes)
      – 1 drone pour une attaque en profondeur en milieu très hostile.

      Bref, le nEUROn est très bien, mais tant que le type de mission voulu n’est pas déterminé, rien ne sert d’imaginer une plateforme.

      • v_atekor dit :

        Rafale est censé être un appareil ayant une masse maximale similaire au F-22 / Mirage IV !
        .
        C’est quelque chose qui n’en fini pas de me surprendre. L’intérêt principal est d’avoir une large autonomie en mode furtif, pouvoir s’approcher sans mettre en danger le navire. Soit. Le B1B a souvent été porté aux nues par les pilotes US justement pour cette raison. Sur le papier, très bien, mais le seul avion de marine lourd de cette catégorie (F14) a vu sa carrière franchement écourtée (certes avec la fin de la guerre froide) mais surtout il était de toutes façon secondé par des avions plus petits F18 et cie…

  3. Jul dit :

    Ce que j’avais dit ici y à un moment déjà, sur le faite qu’on va devoir acheter des drones nounou et des drones de combat pour notre PA sinon ont ai baisé royale car ont et trop en retard technologiquement parlant sur les drones par rapport à la totalité de nos concurrent

    • Eurafale dit :

       » ont ai » / « ont et » -> on est (du verbe être) Ça évitera de faire des aveugles parmi vos lecteurs.

      « trop en retard technologiquement parlant sur les drones par rapport à la totalité de nos concurrent »
      Ça dépend de quels drones on parle. Si ce sont des drones monomoteur style Bayractar TB2, oui.
      Des drones plus lourd style nEUROn, on a la capacité de les faire et là on est à peu près dans la course. Le seul problème, c’est la volonté politique : ça fait 10 ans que le nEUROn existe, ça fait 10 ans qu’on aurait pu (j’ose espérer que oui) travailler sur le nEUROn comme Loyal Wingman pour les futures versions du Rafale, en attendant le SCAF. nEUROn qui, s’il n’est qu’un démonstrateur, pourrait possiblement devenir un des incréments du SCAF en plus des futurs drones développés par Airbus et du NGF. Donc en fait, vu la multitude de plateformes « drone » existantes, selon les catégories on est soit en retard, soit dans les temps.
      Mais par contre, oui c’est sûr que les politiques ont complètement loupé la marche et n’ont pas suivi les industriels là-dessus.

      • john dit :

        Il y a un point sur lequel il est plus complexe de dire si oui ou non un pays a la capacité ou non de construire un drone ou non.
        Le faire, oui la France le peut. Par contre l’élément à remettre en question concerne le brouillage des communications. En cas de guerre électronique, est-ce qu’un drone de conception française (ou peu importe le pays au final) est capable de voler et réaliser sa mission dans un environnement brouillé ?

    • Cactus dit :

      Aïe, aïe, aïe !
      Ouille, ouille, ouille !
      Aïe !

  4. bluesmartini dit :

    il serait plus que souhaitable que la France et le RU renouent vraiment leurs projets de développement de drone. Je ne vois pas l’intérêt même que les drones alliés au Tempest et ceux du FCAS ne soient pas entièrement interopérables.

    • Dolgan dit :

      pourquoi voulez-vous qu ils ne soient pas interoperables?

      reste que le RU n a pas l argent de ses ambitions. comparez les budget tempest / scaf .

  5. Kaya dit :

     » À noter que, si la Turquie cherche aussi à mettre au point des drones aériens embarqués pour son porte-aéronefs TCG Anadolu, comme le Bayraktar Kızılelma, » »
    Le BAYRAKTAR KIZILELMA,qui a fait des tests de décollage il y a quelques jours , n’est pas un drone mais un avion de combat inhabité navalisé,ce n’est en rien la même chose ,ne pas oublier que le PHA TC ANADOLU pourra aussi accueillir le BAYRAKTAR TB-3 et le chasseur léger TUSAŞ HÜRJET ,tous ces projets seront opérationnels dans à peine deux ans , peut-être un peu plus pour le HÜRJET .

    • Manu34 dit :

      Un avion de combat inhabité EST un drone. Par définition. Le mot drone n’a rien de péjoratif au passage…
      Après on peut se masturber le cerveau autant qu’on veut pour déformer les réalités et les définitions et faire la démonstration qu’on veut, on ne voit que ça de partout de toutes façons, mais les faits sont têtus: un avion sans pilote s’appelle un drone. Point barre.

      • Kaya dit :

        Pourquoi vous énerver pour si peu ,chacun nomme ce genre d’engins comme il le veut ,le KIZILELMA. aura toutes les capacités d’un avion de combat moderne ,furtivité,supersonic,IA ,guerre électronique,radar AESA de dernière génération ,avec soute pour l’armement ,etc etc . C’est une toute nouvelle catégorie d’engins qui ne peut être considérée comme les drones d’attaque actuels ,certains nomment des appareils y ressemblant comme des avions de combat alors pourquoi pas pour le KIZILELMA qui sera certainement le plus rapprochant des avions de combat ?? On sent un peu de jalousie dans votre commentaire non ?? 🙂 🙂

        • Manu34 dit :

          De la jalousie ? Dans votre monde parallèle intérieur peut-être. Dans la réalité je me fiche complètement de votre  » avion inhabité » turc; je n’ai contre du tout, ni pour; j’ai juste une vie et autre chose à penser.
          Je vous dis juste que quand vous dites: « n’est pas un drone mais un avion de combat inhabité navalisé,ce n’est en rien la même chose », vous racontez n’importe quoi. La femme qui vous a enfanté est votre mère, l’étendue d’eau entre deux continents est un océan, le gros bout de bois au bout duquel poussent des feuilles est un arbre, et un avion inhabité est un drone. Voilà. Les mots ont un sens, une définition établie. Ça ne vous plait peut-être pas mais c’est comme ça.

    • lecoq dit :

      Ouais vive la turquie … hein ?
      Pays totalitaire et de génocide, en route pour la guerre de conquête …

      RIP

      • Kaya dit :

        Ahaha ,que c’est comique de se faire accuser par le pays le plus déstabilisateur de la planète avec les USA ,tout comme ses spoliations et crimes perpétrées sur toute la planète depuis des siècles et qui continue encore aujourd’hui. 🙂 🙂

      • Lotharingie dit :

        à lecoq :

        Bonjour,

        « ..Pays totalitaire et de génocide, en route pour la guerre de conquête … »

        Erdogan aux aboies, continue de se prostituer pour ne pas tomber…

        « .. À l’approche des élections législatives en Turquie, Erdogan, qui se retrouve pour la première fois en danger dans les sondages, tente de trouver des financements pour faire face à une crise économique aiguë.

        Pour cela, c’est vers des pays « amis » qu’il se tourne, notamment les riches pétromonarchies du Golfe avec lesquelles il était encore en froid il y a peu.

        Les récentes promesses de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, anciens rivaux de la Turquie, évoquant plusieurs milliards de dollars d’investissements et des échanges de devises entre les banques centrales, devraient ainsi permettre de soutenir l’investissement et aider Ankara à soutenir sa stratégie de renforcement de la livre turque face à une inflation galopante.

        Pour le Golfe, plus qu’un investissement économique, ce rapprochement a également des motivations politiques… »

        https://www.lorientlejour.com/article/1320796/les-petrodollars-du-golfe-a-la-rescousse-dankara.html

        • Kaya dit :

          Ahaha,que c’est comique venant d’un p’tit français dont l’économie est embourbée jusqu’au cou avec une cette abyssale et une croissance à ras les pâquerettes .Sans les pays arabes ,vos industries seraient en faillite et retournerez à l’âge de pierre ,il suffit de voir vos chouinenements depuis le COVID et la guerre d’Ukraine . 🙂 🙂 La Turquie ,elle,va très bien ,la croissance est la meilleure du monde +11,4% pour 2021 ,l’inflation ,de la rigolade au vu des revalorisations salariales faites ,+50,55% au 1 er janvier 2022 et + 29,3 au 1 er juillet 2022 ,il va y en avoir une autre d’au moins 40% pour le 1er janvier 2023 ,les négociations se font en ce moment même ,informe toi un peu avant de te ridiculiser mon copain . 🙂 🙂

          • Pascal, (l'autre) dit :

            « l’inflation ,de la rigolade au vu des revalorisations salariales faites ,+50,55% au 1 er janvier 2022 et + 29,3 au 1 er juillet 2022 ,il va y en avoir une autre d’au moins 40% pour le 1er janvier 2023 , » C »est beau tout cela mais il ba bien falloir passer ces augmentations dans…………………………….. les prix! Conso interne et aussi exportations. Pour tenir les industriels turcs n’auront comme pas d’autres choix que de répercuter toutes ces augmentations de salaire sur le prix de ce qu’ils produisent! Quasiment, selon vos dires, 120% d’augmentation de masse salariale!
            « l’inflation ,de la rigolade » Pour rigoler c’est certain ça va rigoler!
            « avant de te ridiculiser » C’est vrai qu’avec votre expertise en matière d’économie dans le ridicule nous touchons au sublime!

        • Kaya dit :

          Pour toi mon copain :
          https://www.europe1.fr/economie/pourquoi-la-france-va-t-elle-emprunter-une-somme-record-en-2023-4153185
          En gros la France va emprunter l’année prochaine et comme les deux trois dernières années autant que toute la dette publique turque ,rapportée au PIB. ,la France,obligée d’emprunter de nouveau ne serait-ce que pour rembourser les intérets des anciens emprunts et pour faire face à son déficit budgétaire, est au moins trois plus endettée que la Turquie ,c’est comique de ta part de vouloir oser critiquer l’économie turque non ?? 🙂 🙂

          • Kaya dit :

            « Pascal, (l’autre) »  »
            » C »est beau tout cela mais il ba bien falloir passer ces augmentations dans… »
            Mon pauvre petit Pascal ,t’en manques pas une pour te faire ridiculiser . 🙂 🙂
            L’inflation telle qu’elle est en Turquie en ce moment n’a rien de logique ,elle est causée pour une très grosse partie par des industriels et producteurs qui augmentent leurs prix rien que pour provoquer un soulèvement du peuple contre le gouvernement et pour faire croire à une mauvaise gestion ,ce n’est en rien le cas au vu des résultats financiers , il faut un inculte pour ne pas le comprendre . Tout d’abord les prix pratiqués en ce moment intègrent déjà les revalorisations salariales et donc le coût de production ,la très grande majorité de l’argent dépensé va dans les caisses des industriels turcs et ressortent pour verser les salaires ,en gros comme un serpent qui se mord la queue ,seule une petite partie de l’inflation est dûe à l’augmentation des produits importés ,il est sensiblement pareil pour tous les pays ,la Turquie importe pour la grande majorité des hydrocarbures comme tout pays non producteurs ,des produits pour les transformer comme des céréales,du blé pour faire de la farine ou des pâtes qu’elle exporte et bien sûr d’autres produits ,en bref sans l’importation des hydrocarbures ,la balance commerciale serait largement excédentaire ,les importations d’hydrocarbures commencent à baisser notamment avec les réserves de gaz découvertes en Mer Noire ,les premières livraisons commencenr en février ou mars 2023 et en 2027 ,tous les foyers turcs seront alimentés en gaz ,soit plus de 30% de la consommation totale ,une partie des hydrocarbures importés sert aussi à la priduction d’électricité ,des barrages géants et les nouvelles centrales nucléaires vont réduire cela .L’éventuelle augmentation du prix des produits exportés sont difficilement calculables aussi simplement ,tout d’abord parce que les produits turcs sont très concurrentiels et qu’il y a d’innombrables critères à prendre en compte et surtout calculer le réel impact sur l’économie ,en tout cas ce qui est certain ,c’est que les exportations turques explosent dans tous les domaines ,ce qui prouve que tu as tout faux mon petit garçon . 🙂 🙂

          • Pascal, (l'autre) dit :

            « c’est comique de ta part de vouloir oser critiquer l’économie turque non ?? » Ce n’est pas une critique mais un constat! 120% d’augmentation salariale va entrainer un renchérissement des coûts de production qui devront être compensés mécaniquement par une hausse des prix! Sinon ce sera la faillite de vos boites! A moins que l’état turque aide massivement son économie mais cela ne se fera qu’en faisant cracher la planche à billets donc en final à se retrouver avec une monnaie de singe!
            « oser critiquer l’économie turque  » Je ne critique pas l’économie turque mais les « délires » d’un gugusse qui en économie a une portée visuelle qui ne dépasse pas celle de son appendice nasal!
            ps: Evitez cette familiarité en usant du tutoiement! Un dicton dit que les caresses de chiens ramènent des puces!

    • Félix GARCIA dit :

      Il parle vachement bien Français votre ambassadeur.
      J’dirai même qu’il est plutôt classe (je ne connais rien de lui, je précise, mis à part ses interventions télévisées).
      Il y en a beaucoup des comme lui chez vous ?

      • Kaya dit :

        Pour info ,il est de la même promotion que votre macaron ,qu’il connaît très bien d’ailleurs . 🙂 🙂

      • Lothringer dit :

        L’université de Galatasaray , qui traditionnellement forme les élites du pays, est une université historiquement francophile , qui a produit jadis beaucoup de politiciens turcs qui parlaient très bien le Français.
        https://www.ifturquie.org/fr/francophonie-et-education/universite-galatasaray/

        • Kaya dit :

          Pour toi copain :
          Ali Onaner, 47 ans, parfaitement francophone, diplômé du lycée français Charles de Gaulle (Ankara), puis de Sciences économiques et sociales à l’Université de Genève, est également un ancien camarade de promotion de l’ENA (2002-2004) du président français, Emmanuel Macron.

    • Alpha (α) dit :

      Bla, bla, bla…
      On verra le moment venu !
      Il faut prendre les différentes annonces de la part des industriels de défense turcs avec un certain recul. La dimension politique, afin de soutenir le discours nationaliste de l’AKP et du Président Erdogan en vue des élections de 2023, est incontestable.
      Dans les faits, seul l’UCAV Kizilelma, s’avère effectivement très prometteur à relativement court terme…
      Le reste avions Hurjet, TFX (dont on ne sait toujours pas ce que sera son moteur !), et char Altay semblent davantage destinés à donner le change afin de flatter la sensibilité nationaliste de l’ opinion publique turque, qu’à produire des équipements de combat efficaces et fiables à court ou moyen termes.
      Et visiblement, instrumentaliser à ce point l’industrie de défense à des fins politiques ça marche !
      Certains se voient déjà comme les Maitres du Monde !… 🙂

      • Kaya dit :

        Ahaha que c’est comique , l’occidentale championne du monde de la propagande et de l’inversion des rôles , ose accuser la Turquie de ses propres actions ,la bonne blague . 🙂 🙂 Les industriels turcs sont beaucoup plus fiables que tous les industriels occidentaux réunis ,il n’y a même pas photo ,tout ce que présentent les industriels turcs sont parfaitement réels et teès bien réalisés ,rien a voir avec les projets occidentaux qui traînent en longueur ou carrément restent que sur le papier . 🙂 🙂
        Pour ce qui est du HÜRJET et du TF-X ,ils sont tous les deux sur les chaînes de montage finale ,tous les deux présentés seront pour le centenaire de la création de la République de Turquie le 18 mars 2023 ,le HÜRJET fera son premier vol et le TF-X sa sortie du hangar moteurs allumés ,pour l’instant ce sera avec deux réacteurs de GE ,des F110 seulement et uniquement pour les prototypes mais un moteur locale équipera la version définitive du TF-X en 2030 ,ne soyez pas aussi impatient ,il sera entièrement de conception nationale ,il n’y a pas le moindre doute là-dessus mon cher .,il y a encore des années pour cela ,combien de temps avez-vous mis le p’tit Rafale ?? 🙂 🙂

        • Czar dit :

          t’es pas encore parti pour ton pays de lait et de miel, parasite ? ah c’est vrai tes chiards doivent finir leur BTS – les zitoudes grôtuouites ci bôn.
          c’est rapport au projet de recréer le califat que vous ressemblez de plus en plus au maghrébin de base ?

      • Kaya dit :

        Qu’essayez- vous de dire avec votre lien ?? 🙂 🙂 Personne n’a caché que les premiers moteurs du KIZILELMA devaient être fournis par l’Ukraine ,un certain nombre ont déjà été livrés d’ailleurs et une société entre BAYKAR,principal actionnaire et IVCHENKO a été crée ,sans oublier que TUSAŞ a développé un turbo réacteur moderne pour le KIZILELMA ,le TF 6000 ,le premier devant être livré courant 2023 .Ne soyez pas si impatient ,ce genre de projet ne se fait pas en quelques mois ,le KIZILELMA doit entrer en fonction en 2025 ,mais au vu des des avancées ,il sera prêt avant ,il n’y a pas de doute là-dessus.On peut constater vos déboires pour la conception d’un simple petit drone d’attaque comme le PATROLLER ,dont le moteur est canadien non?? Le KIZILELMA est un avion de combat inhabité et sans pareil ,il est beaucoup plus compliqué à réaliser que de simples drones d’attaque ,l’Eurodrone ,avec un moteur et des bombes US ,c’est comique de votre part de vouloir décrédibiliser les projets des autres non ?? 🙂 🙂 Le PATROLLER qui devait entrer en fonction en 2019 ,ne l’est toujours pas aujourd’hui ,si vous voulez un peu d’aide ,les ingénieurs turcs résoudraient les problèmes en un rien de temps et le rendrait sûrement meilleur ,un drone d’attaque beaucoup plus gros que le PATROLLER,le TUSAŞ AKSUNGUR, a été conçu et est entré en service en moins de 24 mois , pour l’instant vous n’en avez pas un seul ,la Turquie en a 5 modèles différents sans compter le KIZILELMA,le TB-3 et celui tenu secret de TUSAŞ ,ce dernier sera furtif avec un ou deux turboréacteurs et fera 7Tonnes ,c’est tout ce qu’on sait pour l’instant ,il devrait faire son premier vol au plus tard lors du centenaire de la république de Turquie le 28 mars 2023 ,jour de la présentation du chasseur léger HÜRJET et de l’hélicoptère lourd d’attaque ATAK 2 ou T929 qui vont tous les deux faire leur premier vol et bien sûr la sortie du hangar ,moteurs allumés du TF-X .

        • Pascal, (l'autre) dit :

          L’industrie turque de l’armement a du copier la devise d’un célèbre magasin parisien « on trouve de tout à la Samaritaine! Enfin dans le magasin c’est vrai pour le reste………………..cela tient d’au moins un mensonge de l’informatique « vous l’aurez demain » les deux autres étant  » c’est compatible » et « ça fonctionne »

          • Kaya dit :

            Ahaha, toujours aussi comique le clown,je comprends que tu n’ais pas grand chose à dire mis à part des stupidités au vu de vos projets qui sont tellement rares ,dépassés (Eurodrone,Rafale 45 ,PAN , Scaf et. )) et à des années lumière d’être réalisés . Comment la Turquie avec beaucoup moins de moyens et toute seule en plus pourraient faire autant de projets c’est pas possible ça . 🙂 🙂

          • Kaya dit :

            Je te comprends mon copain ,tu dois être tellement lassé de toujours entendre  » l’armée française devrait,pourrait ,va ,etc dans une ou deux décennies etc etc  » que tu crois que c’est pareil pour les autres pays . 🙂 🙂

        • TINA dit :

          Attn VRAI_CHASSEUR!

          Excellentes réflexions et actions !

          KAYA est un GAMELIN!
          Vivement les terrains!

          • Pascal, (l'autre) dit :

            @ Kaya au pays de Candy! Le clown?!?! Quand on lit votre « littérature du 9 décembre 2022 à 17:35 on sait de suite qui est le clown! Un tel ramassis d’âneries force néanmoins le respect. Restez donc dans votre monde onirique si cela peut vous rassurer! Bien que je vais encore vous faire mal mais un pays dont vous nous brossez un tableau si merveilleux ne soit pas encore la première puissance mondiale économique et militaire a de quoi interpeller! Hein………………. »copain »
            Vous confirmez qu’entre l’afghane, la libanaise, la marocaine c’est la turque qui mène vers les plus longs délires! Bonne fumette!

  6. Bomber X dit :

    Vous allez voir que le NEURON aura un descendant !
    Tant mieux !

    • Lothringer dit :

      Je le sens bien aussi.

      Pour rappel , le démonstrateur drone d’Airbus « Barracuda » était une coopération germano-espagnole (tiens tiens…)

  7. Czar dit :

     » aux environs de 2040, sans certitude à quelques années près. »

    j’avais cru comprendre que ce conditionnait la date de lancement du Richelieu (oui, appelons-le par son nom) c’était que le coeur nucléaire du CdG devait impérativement être rechargé en 2037 et que vu qu’il n’était pas question de repartir pour dix-vingt ans, la date conditionnait le reste. On m’aurait menti ?

    • Frede6 dit :

      Vandier nous prépare doucement à un retard sur le PANG. Au moins Bercy l’aura compris ainsi :o)

    • Dolgan dit :

      tu peux tout à fait mettre juste remettre 5 ans de combustible.

      mais ça reste une opération lourde et chère.

      possible aussi qu en grattant des économies d énergie et du rendement énergétique, on puisse gagner un peu de durée de vie.

    • vrai_chasseur dit :

      @Czar
      Pour faire simple la durée de vie d’un navire à propulsion nucléaire est dépendante directement de la durée de vie de la cuve de son réacteur nucléaire : on peut tout changer y compris le combustible nucléaire lui-même, sauf ça.
      Et une cuve prend énormément de temps à construire.
      Les ingénieurs de sûreté nucléaire ont été prudents et très conservateurs dans leurs estimations initiales. La réalité constatée sur le vieillissement des cuves du parc de réacteurs construits en France (civils chez EDF et militaires) est plutôt encourageante : elle va clairement dans le sens d’une prolongation possible de quelques années. Il faut remercier les ingénieurs français de la génération de nos parents, voire des grands-parents pour certains…
      Le nombre exact d’années supplémentaires possibles doit résulter d’une étude détaillée de sûreté nucléaire qui reste encore à mener. D’où la prudence dans le discours, on parle pour le moment « à quelques années près ».
      La planification pour la marine est bien plus complexe qu’une date de lancement : en cas de prolongation du CDG il faut englober la disponibilité des systèmes et surtout celle des équipages formés et opérationnels (~ 2000 p. par PA), la logistique portuaire, l’escorte (cette dernière est cependant systématiquement interalliée maintenant : cela fait plusieurs années qu’un groupe aéronaval français est de facto une « force militaire internationale »).

      • Lothringer dit :

        Effectivement, le problème de la cuve, c’est que le bombardement neutronique rend l’acier progressivement de ductile (souple) à cassant (comme de la fonte). Il y a donc des limites de vieillissement à ne pas dépasser.

        Tant qu’à prolonger le CDG en 2037-2038, si il doit l’être, ce sera probablement sous la forme d’un ATM (arrêt technique majeur) qui consistera à recharger le cœur ET rénover les systèmes de combat (comme en 2017). Et ce sera pour 10 ans, sinon le ratio coût-bénéfices serait probablement défavorable. Il pourrait alors devenir un estimable porte-nEUROn

  8. Clavier dit :

    Il est évident que l’US Navy a montré la voie en utilisant un drone pour servir de nounou au lieu d’utiliser un précieux avion de combat dédié au rôle de ravitailleur …..

  9. HMX dit :

    Ravi de constater que la Marine se permet enfin d’évoquer, même timidement, le développement de nouvelles capacités basées sur des drones de combat embarqués. Il est évident que ces drones sont appelés à jouer un rôle de premier plan dans les prochaines années, aux côtés ou en remplacement des appareils pilotés.

    Pour poursuivre la réflexion, on pourrait suggérer à l’Amiral Vandier une autre idée révolutionnaire : concevoir un navire porte drones qui aurait vocation à naviguer de conserve avec le CDG, et à mettre en œuvre les fameux drones embarqués. Ce navire d’environ 30 000 tonnes, à propulsion conventionnelle, serait beaucoup moins coûteux et beaucoup moins long à construire qu’un PAN. Et il permettrait au CDG de conserver sa dotation de Rafale, pour lequel il est dimensionné, sans avoir besoin de réduire le nombre de chasseur pour « faire de la place » pour les drones.

    • Kaya dit :

      « Pour poursuivre la réflexion, on pourrait suggérer à l’Amiral Vandier une autre idée révolutionnaire : concevoir un navire porte drones qui aurait vocation à naviguer de conserve avec le CDG, et à mettre en œuvre les fameux drones embarqués. Ce navire d’environ 30 000 tonnes, à propulsion conventionnelle, serait beaucoup moins coûteux et beaucoup moins long à construire qu’un PAN » Que c’est comique ,n’étiez-vous pas un de ceux qui pouffaient de rire, tout comme un bon nombre ici ,quand la Turquie annonçait cela il y a deux ou trois ans pour l’utilisation du PHA TCG ANADOLU , »une idée révolutionnaire » dites-vous,la bonne blague . 🙂 🙂
      Le TB-3 sera le premier drone d’attaque et le KIZILELMA le premier avion de combat inhabité produit en masse servant sur un PHA ,il n’y a pas le moindre doute là-dessus.

      • EchoDelta dit :

        Le « révolutionnaire » était ironique Kaya. Juste pour dire que cela pourrait avoir été fait il y a 30 ans. Les drones volants en France datent quand même du début siècle dernier avec télémécanique, dans les années 20. Donc ce n’est pas une découverte normalement pour notre armée, même si pourtour un tas de raisons valables elle n’a pas franchit le pas. Nous devrions fêter les 100 ans du drone dans quelques années…

        • Kaya dit :

          Il y a drone et drone quand même ,faut pas déconner . 🙂 🙂
          Au fait il en est où le p’tit PATROLLER ?? 🙂 🙂

    • St Chamond dit :

      @HMX
      À priori les drones n’auront pas d’utilité sans les chasseurs qu’ils soutiennent. Théoriquement vous avez donc deux plateformes (avec tout les systèmes de détection et de défense afférents) pour un seul système d’arme. Ça coûte bien plus cher que d’installer tout ça sur une plateforme. Certes la plateforme en question arrive au mieux dans 15 ans mais nos moyens sont limités.

  10. Lecoq dit :

    Du moment que c’est la france qui fait, et surtout sans l’allemagne

  11. Matou dit :

    Enfin, on commence à en discuter. Si Dassault pouvait transformer son Neuron en plateforme aussi polyvalente que le Rafale mais en mode drone, cela semblerait très intéressant. Car, on peut espérer que ce type d’engin soit moins cher qu’un chasseur, soit multiplicateur de force, fournir une capacité de saturation et d’autres possibilités qu’un chasseur habité n’est pas en capacité de faire, y compris en combat aérien. On pourrait même imaginer des drones avec des fonctions différentes, accompagnant un chasseur mère (brouillage, destruction de moyens de défense AA au sol, supériorité aérienne, etc). Ce serait un très bon débouché pour Dassault Aviation à n’en pas douter et un avantage certain pour l’AAE. Cela dit, il serait souhaitable de ne pas trainer (capitalisation des compétences Neuron, 10 ans cela fait long ; concurrence ; et surtout donner un avantage crucial dans les airs à l’AAE et à la marine nationale). Si on rajoutait à cela un chasseur léger à réaliser avec d’autres coopérations, cela ferait une très belle feuille de route. La question qui se poserait peut-être serait alors la capacité ingénierie de DA à faire face à l’ensemble des programmes (volume).

    • St Chamond dit :

      Pourquoi pas un chasseur monomoteur « dronisable ». ? Ça ferrai un seul programme…

  12. Sylvain dit :

    les turcs sont en avance dans ce domaine…. espérons que la France fasse enfin effort sur les drones

    • James dit :

      N’oublions pas qu’en Europe occidentale, et en France particulièrement, tout aéronef doit être certifié par l’Aviation Civile, ce qui complique sensiblement la conception et fait prendre du temps, ce qui n’est pas le cas de la Turquie

      • Kaya dit :

        Mettez-vous à la page mon cher monsieur ,les certifications pour l’aviation en Turquie sont les mêmes qu’en Europe .De plus ,il n’y aucun rapport avec les certifications pour l’aviation et le fait de dévelloper des drones pour l’armée ,votre argumentation ne tient pas la route .

        • James dit :

          Pourquoi l’Euromale a-t-il 2 moteurs, ce que les français sont obligés d’accepter?

  13. Patrico dit :

    Ah quand même! les , nos, plus hauts Etats Majors commancent à y penser! et à y croire! Mais si nos dirigeants politiques pouvaient y orienter nos propres industriels! comme on peu le voir dans les quelques pays hors puissances militaires! Mais Quels Retards pris! ! je le répète sur ces belles pages et ailleurs depuis 5 ans à la vue de la présentation du Loyal Wingman de la RAAF! sans parler des superbes réalisations Turques ! et bientôt Italiennes!Merci Thank you merci a Tous.
    Merci Thank you merci a Tous !

    • Czar dit :

      Bitte schön, patoche

      et da svidanye.

    • Charles FALCON dit :

      Il est clair que la France s’est endormie en voulant, la tête dans le sable, recueillir les dividendes de la paix. Conséquence, des pays comme Israel ou même la Turquie (sic !) nous sont passés allègrement devant concernant des équipements clés présentant un vrai potentiel d’exportation, comme les drones. En France les intérets de l’industrie sont toujours passés devant ceux des militaires, on peut citer l’exemple des FREMM dont la série a été interrompue pour faire place aux FDI moins performants et beaucoup plus chères au final… mais il fallait protéger l’emploi à Lorient, fief du (fiéfé) ministre de la Défense d’alors. Et que dire de la fameuse coopération européeenne à trois ou quatre, tocade parmi’d’autres de notre président actuel, qui a donné dans le passé le très cher, très fragile et décrié NH90, à retardé l’Eurodrone et maintenant le SCAF. Tant que notre politique de défense sera décidée exclusivement par des politiciens amateurs et démagogues sur la base d’interets economique ou … électoraux , le déclassement de notre pays en matière militaire n’a aucune raison de s’interrompre.

  14. farragut dit :

    Et pourquoi pas droniser le Rafale, plutôt que de reconcevoir un drone de combat naval ?
    La Marine pourrait recycler ses vieux Rafale M pour les transformer en drones Rafale de reco ou de guerre électronique, en conservant sa chaîne de maintenance embarquée pour les cellules et le moteur M88 sur le CdG.
    Et garder l’argent « économisé » pour l’étude d’un nouvel UCAV embarqué pour acheter de nouveaux Rafale M mis à niveau au standard F4 de l’AAE ?
    Et cela permettrait à THALES de proposer des pods (ou une extension du SPECTRA) pour le Rafale M dronisé de GE…

  15. Alpha (α) dit :

    Bien sur que la marine serait très intéressée par un drone de combat.
    Mais l’Armée de l’Air aussi…
    Et Trappier l’a déjà évoqué lui aussi ce drone de combat dans le cadre du SCAF, en assistant du NGF.
    Bref, beaucoup de monde l’évoque…
    Et savez-vous que nEUROn vole toujours, régulièrement et fort discrètement, sous l’égide de la DGA ?
    Serait ce pour rien ?… 😉

    • Sérénissime Sorensen dit :

      Pour essayer de rattraper au minimum 30 ans de retard. Pour le reste, le neuron est une plateforme de test, pas quelque chose de sérieux, et encore moins un drone de combat -il n’en a que le nom-, c’est véritable veaux.

      Les Trucs eux au moins propose des formules qui tiennent la route.

      • Alpha (α) dit :

        Et les Allemands ? Ils proposent quoi ? En retard de combien ?
        Oups… Pardon. Condoléances. RIP Barracuda…

        • Sorensen dit :

          Barracuda I a rempli tous ses objectifs ainsi que Barracuda II jusqu’au vol en essaim. Les remote carrier du FCAS en sont d’ailleurs issus.
          L’Allemagne a communiqué pendant une vingtaines d’années sur une multitudes de drones avancés, en partie en coopération OTAN et en coopération avec la NASA. Dont trois constitues le LOUT. Les autres programmes sont bien entendu classifiés étant donné l’avancée technologique des solutions développées.

      • Pascal, (l'autre) dit :

        « Les Trucs eux au moins propose des formules qui tiennent la route. » des truqueries où des trucages ?

    • vrai_chasseur dit :

      @Alpha
      Le nEUROn vole toujours en effet.
      Si Dassault est maitre d’œuvre avec 7 industriels européens dans son sillage, le maitre d’ouvrage et commanditaire du projet derrière, c’est bien la DGA.
      La DGA ne médiatise pas le nEUROn mais lui a discrètement et méthodiquement fait effectuer depuis 10 ans une série complète de tests opérationnels qui l’amènent aujourd’hui au niveau d’un drone de combat.
      On peut citer pêle-mêle :
      – pénétration de défenses anti-aériennes en Italie et en Suède (2 pays partenaires majeurs du projet), avec succès – C’est en Suède qu’il a d’ailleurs qualifié le tir d’armement réel depuis sa soute interne (bombe guidée laser de 250 kg)
      – pénétration de la défense anti-aérienne en Espagne, là aussi avec succès
      – intégration dans une force aéronavale d’attaque
      – essai avec le CDG (qui remonte à 2016 et a été médiatisé) : http://www.meretmarine.com/fr/defense/le-drone-neuron-va-se-mesurer-au-porte-avions-charles-de-gaulle
      – mesures de furtivité au centre DGA près de Rennes après 130 vols (on sait que les revêtements de ‘peau anti-radar’ des structures externes souffrent des conditions de vol de combat, cf le F22 et le F35), mesures qualifiées « d’excellentes »

      Bref aujourd’hui si le nEUROn n’est pas dénommé officiellement « drone de combat », il a bien les caractéristiques attendues de ce genre d’engin …

      • vrai_chasseur dit :

        et pour le matériau absorbant anti-radar une photo du F22 c’est mieux qu’un long discours
        http://www.thedrive.com/the-war-zone/29218/these-images-of-an-f-22-raptors-crumbling-radar-absorbent-skin-are-fascinating

      • Kaya dit :

        Neuron ,pas de radar AESA ,vitesse réduite ,emport ridicule de 500kg seulement pour un appareil de 6 ou 7 tonnes ,il aurait été bon il y’a dix ans mais dépassé complètement aujourd’hui .

        • Alpha (α) dit :

          Sauf que nEUROn est un démonstrateur… Jamais prévu pour entrer en ligne.
          Donc, pas besoin de radar, d’emport important, de WC (pas turcs, hein …), de micro-ondes ou de friteuse !
          Visiblement, en Turquie on ne sait pas ce que c’est un démonstrateur… 🙂

          • Sorensen dit :

            Vraiment? Dassault n’a pas proposé de vendre le NEUROn en tandem avec le Rafale à l’armée de l’air? Cette dernière ne lui aurait elle pas signifié qu’elle na pas besoin d’une vache volante?

          • Kaya dit :

            Il a donc autant d’équipements que toi de neurones parce que apparemment tu n’as pas compris que je critiquais les capacités définitives et futures annoncées par le constructeur . En général un  » démonstrateur  » présente les principales lignes du futur appareil ,donc rien que le fait d’augmenter son emport et sa vitesse ,donc le moteur , équivaudrait à concevoir un tout autre appareil ,il faudrait réfléchir un minimum avant de répondre . 🙂 🙂 Faire des  » démonstrateurs » dont la plupart sont mis au placard ,comme le font les USA, est juste ridicule et une perte de temps et d’argent .Moi je dis juste que le Neuron , l’Eurodrone,le Scaf ,une éventuelle modernité du Rafale et votre futur PA sont voués à l’échec, dépassés ,,trop chers et inadaptés aux missions et des gouffres à pognon à l’utilisatiion ,nulle besoin d’être devin pour le prédire . 🙂 🙂

    • Matou dit :

      Ce que vous annoncez là est une excellente nouvelle. Si le Neuron vole toujours, du retex continue à s’engranger et l’expérience s’accroit plutôt que de s’évanouir. C’est de bon augure. Souhaitons le.

  16. ULYSSE dit :

    La Marine réfléchit à l’emploi de drones de combat sur plateforme navale. enfin ! Ce sera compliqué et long. Et l’AA? La guerre en ukraine démontre l’efficacité des dispositifs anti aériens, pourtant anciens, qui condamne l’aviation pilotée à un role marginal.La SEAD est devenue un préalable indispensable à son emploi. Au lieu d’attendre 2040 et l’hypothétique SCAF , pourquoi ne par expérimenter sur la base du Neuron, un drone d’attaque au sol (CAS et pénétration) qui compléterait les Rafale ?

  17. Thierry le plus ancien dit :

    Il faut aussi citer la version dronisé du F-18 Growler de guerre électronique qui fait office de loyal wingman et peut être piloté depuis un autre appareil en vol. Un test grandeur nature en attendant l’arrivé de ces « ailiers loyal » conçu spécifiquement pour ce rôle.

    https://www.opex360.com/2020/02/05/lus-navy-demontre-que-deux-ea-18-growler-peuvent-etre-controles-a-distance-depuis-un-avion-de-combat/

    Peu de chance que le Neuron de Dassault puisse être recyclé dans la marine, les catapultes à vapeur ne permettent pas de propulser des engins trop léger pour la puissance minimum de la catapulte, le Neuron fait 5 tonnes à vide et 7 tonnes à plein, alors que le Rafale M est de 10 tonnes à vide, 20 tonnes avec l’armement et carburant.

    La masse catapultable du Charles de Gaulle est de 8 tonnes (mini) à 23 tonnes (maxi), le Neuron est définitivement hors course, et pour le prochain porte avion avec emals il y a le temps de concevoir un drone plus récent et plus performant que le Neuron qui n’est qu’un prototype pas du tout conçu pour un usage sur porte-avion.

  18. mikeul dit :

    Enfin ils réfléchissent, …et pourquoi ne pas utiliser nos deux porte hélicoptères pour ces futurs drones qui les » intéresseraient ».

  19. PHILIPPE dit :

    Pour ceux qui sont intéressés : en matière de drones, grâce à l’application gratuite Flight radar 24, j’observais hier 07/12 le drone RG-4 global Hawk (indicatif FORTE10, poids supérieur à 6 tonnes, autonomie annoncée 22780 km), qui, parti de Sicile, cerclait durablement au-dessus de la mer Noire.
    Ce 08/12 j’ai aussi observé :
    * NATO11 un Boeing E-3A Sentry
    * JAKE11 un Boeing RC-135W Rivet joint

  20. jl dit :

    comment peut on se poser des question sur la place et l efficacité des drones de combat ? là je ne comprends pas . En utilisant des drones en grand nombre notre marine ne compterait plus un , mais quatre porte aéronefs , ce qui n’est plus du tout la meme chose . Mais tant que nos têtes pensantes continueront à faire l autruche concernant ce ou ces systems , rien n’avancera.

  21. Pascal, (l'autre) dit :

    Ecrivit le monsieur qui se pâme pour un pays qu’il décrit au faîte de la technologie mais utilise des drones………………….iraniens!

  22. Lothringer dit :

    drone A
    drone B
    drone C
    drone D
    …..

    En Russie, les chars de combats utilisent la lettre Z.
    En occident on utilise la même lettre Z pour décrire les films et les séries de qualité ultra-médiocre. On les appelle aussi des navets.