Le V-280 « Valor » gagne l’appel d’offres lancé pour remplacer les hélicoptères UH-60 Black Hawk de l’US Army

Dans le cadre de l’initiative « Future Vertical Lift », le Pentagone lança les appels d’offres FARA [Future Attack Reconnaissance Aircraft] et FLRAA [Future Long Range Assault Aircraft], en vue de renouveler les hélicoptères d’attaque et de manoeuvre de l’US Army.

S’agissant du premier, on sait, depuis 2020, qu’il se jouera entre le Bell 360 Invictus et le Raider X de Sikorsky, la filiale de Lockheed-Martin. Les prototypes des deux appareils feront l’objet d’une évaluation en 2023, l’objectif étant de boucler la procédure d’ici 2028. Pour rappel, le FARA permettra de remplacer les hélicoptères d’attaque et de reconnaissance OH-58D Kiowa Warrior [qui ont déjà été retirés du service] ainsi qu’une partie des AH-64 Apache.

Quant au second appel d’offres, qui vise à remplacer les UH-60 « Black Hawk », il oppose les mêmes industriels, à la différence que Sirkorsky s’est associé à Boeing pour développer le SB>1 Defiant. Mais celui-ci a finalement été surclassé par le V-280 « Valor » de Bell Textron. C’est en effet ce qu’a annoncé l’US Army, via un communiqué diffusé le 5 décembre.

Dans le détail, Bell Textron se verra notifier un contrat de développement d’un montant de 232 millions de dollars. Il s’agira de finaliser la conception de l’appareil, en fonction des modifications qui seront éventuellement demandées par l’US Army, en vue de le mettre en production.

Au total, le coût de programme pourrait atteindre les 70 milliards de dollars, l’US Army comptant actuellement environ 4000 UH-60 Black Hawk en service… Et c’est sans compter les forces étrangères qui en sont également dotées… Elle pourrait bien suivre l’exemple de l’armée américaine. En clair, Bell Textron a frappé un grand coup.

Le concept du V-280 Valor – un aéronef à rotors basculants comme le V-22 Osprey – avait été dévoilé en 2013, en vue du programme Joint Multi-Role Technology Demonstrator [JMR TD]. Doté de deux turbopropulseurs General Electric T64 et d’un empennage en V, il effectua son vol inaugural en décembre 2017.

D’une masse de 8 tonnes [à vide], le V-280 peut transporter jusqu’à 12 soldats équipés, à la vitesse de croisière de 280 noeuds [520 km/h, contre près de 300 km/h pour le Black Hawk, ndlr]. En fonction de sa configuration, son rayon d’action est compris entre 925 et 1500 km.

À noter que ce succès de Bell Textron fera les affaires du groupe français Safran, sa filiale « Safran Landing Systems » ayant été retenue en mai 2021 par le constructeur américain pour fournir le système d’atterrissage du V-280 Valor.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

85 contributions

  1. Lex dit :

    Champagne chez Bell !

    je serai curieux de savoir la différence de pilotage entre un hélico et un convertible, il va y avoir pas mal d’heures de formation à prévoir ! Pour les mécanos aussi ça doit changer pas mal les habitudes…

  2. ScopeWizard dit :

    Encore un appareil à rotors basculants….

    D’ un côté , c’ est sûr que tu dois gagner en vitesse comme probablement en capacité de transport , bref en performances , d’ un autre quid de la possibilité de se sauver par auto-rotation ?

    En cas d’ IEM et bien que tu aies une telle possibilité , tu fais quoi , plus rien ne fonctionne et tu t’ écrases ?

    Quoique en cas d’ IEM , de toute façon , est-ce que sur voilure tournante « classique » la mise en auto-rotation peut seulement être enclenchée si elle dépend de l’ électronique de bord ?

    Aucune idée ; sur ce point précis , l’ ami @charly10 pourrait-il nous éclairer ? 😉

    • Hermes dit :

      « d’ un autre quid de la possibilité de se sauver par auto-rotation ? »

      Si j’ai bien compris, un moteur suffit à entraîner les 2 propulseurs pour permettre une décente en douceur, ce qui serait en fait même plus résilient qu’un hélicoptère.

      Mais je serais en effet curieux de connaître l’effet d’une tentative d’autorotation avec cette paire d’hélices et la surface portante, peut être que nous serions surpris.

      Dans tous les cas, comme le V22, j’en verrais bien quelques uns sur les Mistrals…

    • Bench dit :

      @Scope, s’agissant de mécanique je ne pense pas que le cas d’un IEM ait une quelconque incidence sur le passage en autorotation. De plus cette autorotation s’applique surtout pour les hélicos mono moteur. Car il y a peu de chances que pour un bimoteur, les deux moteurs tombent en panne en même temps.
      Après un minimum de recherche, lire ici : https://www.lavionnaire.fr/HelicoAutorotation.php

    • Yrr dit :

      Je sais qu’en cas de panne d’un des moteurs, il est possible de transmettre la puissance d’un seul moteur aux 2 hélices et de se poser.

    • Waroch dit :

      Théoriquement c’est possible, de plus les deux moteurs sont interconnectés donc la panne d’une seule turbine n’est pas fatale. Peut-être a-t-il également une certaine capacité à planer… En théorie. En pratique j’en sais rien ^^’
      Je me demande aussi si cette configuration est plus ou moins vulnérable aux perturbations aérodynamiques?

      Quoi qu’il en soit le basculement des rotors présente un risque supplémentaire que n’a pas un hélico classique (risque de rippage d’engrenage et embardée de l’engin). Il me semble que l’Osprey n’est pas encore tout à fait fiabilisé sur ce point.

      C’est quand même un peu un pari qu’ils font, l’une des raisons du succès du Blackhawk étant justement sa robustesse et sa fiabilité… Mais bon, pas sûr que le double rotor du Defiant soit beaucoup plus sûr dans l’absolu.

    • NVG dit :

      Combien d’hélicos ukrainiens ou russes sont entrés en autorotation?
      Et non l’autorot ne dépend pas de l’électronique de bord sauf pour les hélicos à commande de vol électriques (NH90), quand à l’iem les circuits sont normalement conçus pour y résister.

    • vrai_chasseur dit :

      Le seul appareil à rotors basculants ayant réussi la manoeuvre d’urgence d’auto-rotation comme un hélico est l’AW609 de Leonardo.
      Ce qui a valu aux 3 pilotes d’essai de cette société la prestigieuse distinction « Iven C. Kincheloe » en 2014 pour avoir conçu, tenté et réussi cette manœuvre.
      Bell s’inspirera de cette procédure mise au point par les pilotes de Leonardo pour certifier le Valor en auto-rotation.
      Le V22 ne peut pas le faire, le diamètre de ses hélices est trop réduit pour son poids. Son manuel de procédures prévoit l’envoi de puissance aux 2 rotors depuis une seule turbine en cas de panne, et en cas de perte totale de puissance des 2 turbines, de tenter de planer avec la seule portance de sa voilure. Mais la petitesse de sa voilure donne une pente de descente de 2:1 minimum, garantissant une arrivée au sol musclée…

      Il faut noter la persévérance des américains sur le V22. Il est à peu près correctement au point aujourd’hui, mais ses essais ont été désastreux, avec un coût exorbitant en vies humaines : plus de 30 morts dans des accidents de mise au point. Cela lui avait valu le surnom calamiteux de « faiseur de veuves » qui lui colle encore à la peau aujourd’hui. D’autres nations auraient sans doute arrêté le programme.

    • lym dit :

      L’autorotation sur un hélico classique est déjà souvent réputée difficile sur bien des bipales dont le rotor manque déjà d’inertie, mais ici avec 2 rotors si petits et, selon la phase de vol, la nécessité de gérer le basculement… est-elle tout simplement envisageable? Je ne sais pas ce qu’il en est sur l’Osprey, mais je pense qu’on compte plutôt sur l’accouplement des 2 rotors permettant de pallier à la perte d’un moteur. Et pas que pour la phase hélico: La perte d’un moteur non accouplé avec un tel diamètre d’hélice-rotor, bonjour les requis de rapidité de mise en drapeau pour éviter la dislocation quasi instantanée à la vitesse de croisière!
      Bel engin, en tout cas, avec des performances annoncées proches d’un avion turboprop, des capacités de poser dignes d’un hélico et une autonomie/capacité de charge convenables (+ on l’imagine ravitaillable en vol).
      La sécurisation de l’électronique ne me parait pas être un gros défi à l’heure actuelle, c’est bien maîtrisé et de toutes manières ce type d’engin serait sans doute inconcevable sans CDVE.

    • Jean-Michel dit :

      Le V-22 n’est pas prévu pour de l’auto-rotation pour différentes raisons (positionnement et masse des moteurs et des transmissions loin du centre de gravité, rotors trop légers et espacés, …) et doit atterrir comme un planeur.

      The V-22 is a tiltrotor and does not rely on autorotation for a survivable power-out landing. The wide separation of the engines and the ability to drive both rotors with one engine make a power-out landing extremely unlikely. However, if required, the V-22 can glide for a predictable run-on landing in airplane mode, much like a turboprop.
      Boeing V-22 handbook (page 26)

  3. Raymond75 dit :

    Airbus avait construit un hélicoptère avec deux hélices fixes verticales en plus du rotor traditionnel. Cet engin, le X3, a battu un record du monde de vitesse il y a quelques années, et est de conception plus simple que les rotors basculants, mais à ma connaissance aucun développement n’en a été tiré …

    https://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/eurocopter-x3/

    • Seb dit :

      Le développement de ce type d’appareil continue, en l’occurrence,il s’agit du RACER en cours d’assemblage à Marignane…

    • john dit :

      Oui, et cette conception est totalement impensable pour une armée… En termes de sécurité, je ne vois pas comment vous sortez de l’hélicoptère sans vous faire tuer ! A moins qu’il existe un embrayage pour découpler ces rotors à basse vitesse… Mais cela me semble compliqué !
      Le X3 était un démonstrateur technologique basé sur un appareil existant, ce qui a rendu son développement relativement simple. Ce développement a eu lieu suite à un intérêt pour les appels d’offre suivants:
      – le FVL dont il est question ici pour l’US Army
      – Le Armed Aerial Scout qui devait remplacer le OH-58 Kiowa. Mais ce programme a été annulé.

      A noter que les appareil qui ont une hélice en propulsion à l’arrière de l’appareil semblent bien plus adaptés pour une utilisation militaire que le X-3 ! L’encombrement n’est pas si important. Et les portes seraient éloignées du rotor. Le Raider qui a perdu l’appel d’offre en question me semble être une conception plus saine que le X3

      • Aymard de Ledonner dit :

        Encore un petit coup de bashing….On en attendait pas moins de votre part.
        Je ne voit pas en quoi le raider aurait une conception plus saine. Le système contrarotatif est source de panne, un cauchemar du point de vue maintenance et augmente considérablement l’encombrement en hauteur. Bon courage pour faire rentrer l’objet dans un avion de transport tactique.
        Les rotors latéraux du X-3 peuvent être freinés en récupérant l’énergie. Le freinage magnétique existe sur les bus depuis des dizaines d’années.

      • Twisted dit :

        Par une rampe arrière crétin

      • Alpha (α) dit :

        « Oui, et cette conception est totalement impensable pour une armée… En termes de sécurité, je ne vois pas comment vous sortez de l’hélicoptère sans vous faire tuer !  »
        Mal informé.
        Le X3 n’a jamais été conçu pour les armées… C’est seulement un démonstrateur construit sur une base existante, en l’occurrence un Dauphin…
        Mais ce concept a donné une idée pour -éventuellement- les armées : le Racer.
        Peut être qu’avec des images…
        https://www.helicopassion.com/fr/03/wbl342.htm
        Il voit où elles sont les hélices ?
        Il comprend ?

      • Math dit :

        C’est vrai que ce n’est pas simple. Cependant, le Raider a un pb de garde au sol à l’arrière. Quant aux coûts de maintenance des rotors contrarotatifs…
        Je ne comprends pas les USA. Ils voient bien que la masse de l’armée est importante. Le V22 coûte 50M$ à l’achat. Le cougar coûte 11M$. Le UH60 n’est pas trop cher non plus. Qui est sérieux, qui ne l’est pas. Comment tu passes le cap d’une semaine de guerre avec de telles machines? Ce ne sont pas des machines de guerre, mais des machines de crises, où l’opposition est très faible. Le reste du temps, ça traîne dans des hangars et ça fait des démos, c’est tout. Et ça coûte une blinde en maintenance. Je ne comprends pas les USA. Ils semblent décidés à faire 0 guerres ou à n’avoir aucune pertes matérielles ou humaines. Sur un BPC ou un class America, ça reste de la blague en terme de projection de puissance. Super, t’a envoyé un commando faire du sabotage. 20 morts de part et d’autre, une usine à sauté. Top. Quand on voit les volumes de destruction en Ukraine, ces programmes de démonstration technologique semblent juste idiots. Ce qui compte, c’est les obus, les drones à 1000€ et les missiles. Toutes les flottes de surface sont en danger d’extinction, à la merci de missiles de 20K€ à 1,5M€, soit de 100 à 1000 fois moins cher que les cibles au sol ou en l’air. C’est absurde. Mais bon… joli machine. Qui volera quand même 4 fois moins vite que le missile conçu pour le détruire.

    • Paddybus dit :

      Le projet suit son cours….

    • Math dit :

      Quid du Racer en cours d’assemblage?

    • FredericA dit :

      @Raymond75 : « mais à ma connaissance aucun développement n’en a été tiré … »
      .
      Si, si ! Il s’appelle le Racer et est en cours de construction :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Airbus_Helicopters_RACER
      https://www.aerobuzz.fr/tag/racer/

    • NRJ dit :

      @Raymond75
      Airbus développe actuellement le Racer qui sera un appareil sur la même architecture que le X3.

  4. Lotharingie dit :

    Bonjour,

    « …Bell Textron se verra notifier un contrat de développement d’un montant de 232 millions de dollars… »

    Et du coté européen, ça progresse aussi :

    « …Il possède la silhouette et le rotor principal d’un hélicoptère, mais aussi des ailes, assorties d’une hélice de chaque côté.

    Une hybridation qui devrait permettre au Racer, fruit d’un programme de recherche conjoint de 40 partenaires européens sous le pilotage de l’industriel marignanais, de gagner en vitesse et en économie de carburant.

    Quand l’hélicoptère conventionnel de sauvetage affiche 130 nœuds de vitesse de croisière (environ 240 km/h), le Racer vise les 220 nœuds (407 km/h), avec des pointes qui devraient battre le record de son prédécesseur, le « X³ », fixé à 255 nœuds, soit 472 km/h … »

    https://www.laprovence.com/article/economie/6983896/le-racer-cet-helicoptere-hybride-made-in-marignane.html

    Bien cordialement.

  5. Carin dit :

    Bell engin…

  6. cloporte dit :

    voilà comment on doit se poser avec un tilt rotor…
    https://www.youtube.com/watch?v=kGVpFmOShAg

    • Bench dit :

      @cloporte: au risque de décevoir certains commentateurs ici, désolé de ne pas apprécier votre humour concernant l’accident lors du posé de cet Osprey en 2017, qui fit tout de même trois victimes. Votre vidéo reste quelque peu hors de propos quant à l’article de M. Lagneau.

    • Castel dit :

      Le V280 est bien plus maniable que l’Osprey, d’ailleurs on se demande si c’était une bonne idée de sortir un tilt rotor dans ce gabarit, car son encombrement est assez proche d’un hélicoptère lourd, avec une capacité bien moindre….
      Alors, que le Valor est destiné à emmener seulement un groupe de combat, mais dans les meilleures conditions possibles pour le rendre efficace sur le terrain, quand on le compare à un Blackhawk par exemple, qu’il surclasse sur tous les plans : vitesse, autonomie, silence lors de l’approche, et le tout avec une maniabilité comparable…..

  7. Carin dit :

    8 tonnes à vide… manque plus que l’armement, et les diverses munitions, et on passe à 9 tonnes, 9 paxs, 480km/h en vitesse de croisière, et entre 7 et 800 kms d’autonomie… ce qui n’est pas rien!

  8. Lothringer dit :

    Et notre super hélicoptériste Airbus-Helicopters ne serait pas capable de créer le même type d’appareil ? Oui, je sais , ils ont un truc en développement, mais c’est pas le même concept.
    Ça fait quand-même, plus de 30 ans que les amerloques avaient sorti leur prototype de voilure basculante (1989). Nous aurions pu nous aussi avancer de ce côté.

    • HMX dit :

      Airbus Helicopters n’est pas totalement absent de ce créneau : ils ont déjà conçu et fait voler le prototype X3, et ils travaillent à l’heure actuelle sur son successeur, le RACER, conçu dans le cadre (et avec les financements) du programme européen « clean sky 2 ». La maquette du Racer a été présenté pour la 1ère fois au Bourget en 2017, et le prototype doit faire son 1er vol de manière imminente (initialement prévu en 2020, et Covid aidant, désormais « fin 2022 »).

      l’architecture du Racer est simple dans sa conception, et très différente du V-280. Pas de rotors basculants, le Racer est en fait un girodyne, doté d’un rotor principal et de 2 petites hélices propulsives (pas de rotor anticouple). L’appareil promet une vitesse de croisière supérieure à 400 km/h (le record de vitesse du X3 serait de 472 km/h) et une autonomie de 750km, pouvant potentiellement être augmentée par l’utilisation d’un système « stop&start » permettant de couper le moteur en vol. Pas d’informations à ce stade sur la charge utile ni sur la militarisation potentielle (le programme étant financé et présenté comme un programme civil, ce qui est une différence notable avec les programmes US nativement conçus pour un usage militaire…), militarisation qui fait pourtant très peu de doutes quant à son intérêt et sa faisabilité. Il suffira qu’un client étatique en exprime la demande, à l’image de ce qui s’est fait avec le H-160.

      Mais la plus grande promesse serait une maintenance et un coût d’exploitation à peine supérieur aux hélicoptères existants, donc très loin des coûts d’exploitation du V22 Osprey ou du V-280 Valor et leurs coûteux et complexes rotors basculants. Si la promesse est tenue, ce serait un argument de poids face au V280 Valor qui se prépare à inonder le marché dans la décennie en cours…

    • Aymard de Ledonner dit :

      Je préfère le concept du racer. Les tilt-rotor sont trop complexes. Et fondamentalement dangereux au poser.

      • HMX dit :

        « Les tilt-rotor sont trop complexes »
        C’est exact. Et ce même si le V280 est beaucoup plus « simple » que le V22 : les moteurs sont dans des nacelles fixes, seule la boîte de transmission et le rotor basculent à 90°… ce qui est déjà une performance technique très complexe !

        On notera toutefois un avantage pour les tilt rotors : une fois au sol, il est beaucoup plus facile et sécurisant d’embarquer/débarquer sans risque pour les passagers, les rotors étant alors à 5 ou 6 mètres au dessus du sol. Par ailleurs, à cette hauteur, les rotors sont moins susceptibles d’être endommagés par des débris.

        A contrario, un appareil type girodyne comme le Racer, ou un « hybride » comme le SB1 Defiant, avec des hélices propulsives à hauteur d’homme, présentent beaucoup plus de dangers pour les opérations d’embarquement/débarquement, ainsi qu’un risque supérieur d’ingestion de débris divers. Un éventuel carénage de ces hélices propulsives pourrait peut être partiellement remédier à ce problème, tout en améliorant la résistance à de potentiels tirs ennemis. Ou alors, moins coûteux, un système permettant de stopper rapidement la rotation des hélices propulsives lors des phases de vol vertical, où elles sont a priori inutiles…

        • Sempre en Davant dit :

          Avec le développement des moteurs électriques la perspective de se débarrasser des arbres de transmissions et des cardans, etc donne une possibilité d’allègement et de simplification.

          Il parait plus simple d’avoir des câbles électriques redondants et plusieurs moteurs par « hélice » que des arbres traversant l’appareil en tous sens pour transmettre de la force aussi probablement qu’ une contorsionniste chinoise avec sa vaisselle, ses baguettes et son talent.

          Ainsi on peut rêver à des « multicoptères » aussi innovants que les drones le sont ou certaines hélices pourraient passer de la sustentation à la poussé tandis que « l’armature » liant ces hélices joueraient le rôle d’ailes.

          Mais d’ici là l’évaluation devra être faite sur l’ensemble de l’emprunte de cet appareil. Ses avantages de vitesses et de portée sont ‘ils contrebalancés par une logistique (carburant, maintenance, encombrement sur les ponts ou sous les hangars) contraignante?

          Le BELL Huey UH1 reprenant l’idée de la turbine à l’Alouette avait été le modèle inverse de celui ci : simple, mono turbine, compact avec deux rotors bipales.
          Querelle de la 3Cv et de la SM.

          Les RETEX des KA52 en Ukraine valideront ‘ils l’idée d’hélicoptères de moyenne altitude?
          Ou l’idée française d’hélicos à défilement de crête (oui c’est outrancier mais ainsi je pose que je n’en sais pas plus long…) sautant les bosquets le temps de tirer un missile? De déposer un groupe de l’autre coté d’un piton…

          L’airbus a certainement fournit des enseignements sur passage du mur du son par un rotor principal… mais combien pourrions nous en poser sur le pont d’un PHA puis en jeter a la mer en quittant Saïgon? Combien de V280?

    • john dit :

      AW a un appareil de ce type qui est disponible pour le marché civil.
      Mais comme pour tout aéronef, chaque conception a des avantages, des inconvénients. Un rotor basculant a des inconvénients en termes de maintenance, et aussi d’encombrement. Il faut bien plus de place au sol pour atterrir. Son inertie est plus importante. Il est plus lourd pour sa capacité d’emport.
      Les moteurs sont directement montés avec le rotor sur les extrêmités des ailes. En phase de vol stationnaire, les gaz d’échappements sont dirigés vers le bas ce qui semble être problématique pour les missions de sauvetage. Lors d’un décollage et l’atterrissage, la haute vitesse de ces gaz pose problème en faisant s’envoler de nombreux débris autour de l’appareil. Et à cause de la chaleur, la zone d’atterrissage risque d’être endommagée.

      Bref, être capable de développer un appareil, et vouloir le faire sont 2 choses bien différentes. Il y a peu d’intérêt d’armées européennes pour un tel appareil. Et dans le civil, il est improbable de voir un tel appareil acheté en masse.
      Airbus développe donc de préférence des hélicoptères ayant un grand intérêt dans le civil. Et pour les aéronefs purement militaires, Airbus ne va pas financer leur développement, cela est laissé aux nations. Mais pour rentabiliser un tel projet, il faut vendre du volume. Et cela n’existe pas en Europe !
      Et sur l’aspect technique, ces aéronefs n’ont de loin pas que des désavantages !

      • Chimou dit :

        Vous mélangez tout. Vous décrivez le V22. Il semble que sur le V280, les moteurs ne basculent pas et restent à l’horizontale. C’est uniquement l’hélice qui bascule. Ça devrait résoudre pas mal de problèmes rencontrés sur le V22

    • FredericA dit :

      « Nous aurions pu nous aussi avancer de ce côté. »

      Le V-22 n’a jamais été vendu à l’export. Le Leonardo AW609 peine à convaincre des clients. Pour quelle raison Airbus devrait-il suivre les souhaits de l’armée US, et ce, sans même avoir une demande ou un simple intérêt du marché ?

      • Jean-Michel dit :

        Le Japon a acheté 17 V22.

        • FredericA dit :

          @Jean-Michel : Exact, j’aurais dû me relire avant de poster mon commentaire. Cela étant, excepté Israël et le Japon, le V-22 n’est pas très demandé à l’exportation.

    • Momo dit :

      La voilure basculante est d’un intérêt très limité.
      La complexité et la lourdeur des systèmes est prohibitive. Leur fiabilité d’autant plus faible et le pilotage extrêmement difficile. Dans la video du crash sur le Green Bay le pb est l’anticipation d’un effet de ‘sol’ qui change du coté qui arrive à la verticale du pont avant l’autre. https://www.youtube.com/watch?v=kGVpFmOShAg
      Vous dites 30 ans de développement, c’est en réalité 60, et le résultat est toujours médiocre.
      On peut espérer que les US avec le valor, nettement plus petit et avec les progrès sur les commandes de vol et logiciels associés aient enfin trouvé une formule à peu prés sûre. Nous verrons.
      Mais vu le ratio problèmes/avantages aucun intérêt pour airbus ou dassault de s’y lancer , même sans parler du cout (la MCO de V22 donne une idée de celle du F35).

  9. Titi dit :

    Magnifique, les us ont les moyens de leurs ambitions

  10. VinceToto dit :

    « l’US Army comptant actuellement environ 4000 UH-60 Black Hawk en service… »
    Si le programme Valor fonctionne, il pourrait y avoir beaucoup d’UH-60 d’occas innondant le marché (même si pour leur entretien, il vaut mieux en prendre quelques douzaines pour rentabiliser).

  11. HMX dit :

    Bel appareil, qui sera en quelque sorte le « petit frère » du V22 Osprey.

    Espérons qu’il ne sera pas affecté par les problèmes de fiabilité (en partie résolus) et surtout par les coûts d’achat et d’entretien stratosphériques de l’Osprey. Le fait que le V-280 soit destiné à être produit à plus de 4000 exemplaires devrait en principe aider à limiter son coût global de possession. Mais il est hélas probable que ce coût restera supérieur à celui d’un « classique » hélicoptère. Ce qui conduira probablement de nombreuses forces aériennes étrangères à l’acheter en petites quantités, et d’opter pour un mix incluant des hélicoptères « classiques » et des rotors basculants.

    A noter également que les possibilités de navalisation du V-280 seront limitées compte tenu de ses dimensions. Si l’emploi sur porte avions ou porte hélicoptères restera possible, en prenant beaucoup de place dans les hangars, le stockage et la mise en oeuvre depuis un hangar de frégate semble hors de portée, ce qui conduira à devoir imaginer d’autres solutions pour succéder au Blackhawk sur ce créneau.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Je ne suis pas certain que le V-280 ait un pas cyclique sur chaque moteur. Je pense qu’il n’a qu’un collectif. Je peux me tromper cependant.
      Toujours est il qu’a l’entretien, ca n’a rien a voir avec le V-22. Celui-ci sera beaucoup plus simple de maintenance avec sa voilure, ses nacelles et ses pales fixes.

      • HMX dit :

        @jupiter
        En effet, les moteurs sont dans une nacelle fixe, seuls les rotors basculent, ce qui est une différence notable avec le V22. Cette architecture reste néanmoins infiniment plus complexe (et probablement beaucoup plus chère, à l’achat comme à l’entretien) que l’architecture d’un hélicoptère classique, ou d’un girodyne comme le projet Racer d’Airbus Helicopter. On observera avec intérêt les informations au sujet du V280, pour voir si le gain en terme de performance est réellement notable, comparé au prototype du Racer (quand il volera…).

  12. Jul dit :

    Incroyable ! j’aurais jamais crue ! je penser plus au SB1 defiant (d’ailleurs même les américains penser aussi au SB1 defiant) extremement surpris ! mes vraiment ! Belle affait pour textron ! un grand respect ont va en avoir pour 40 ans ! hate de voir l’arrivé en dotation maintenant que le programme et quasi fini (niveau r&d et conception)

  13. AirTatto dit :

    Je reste perplexe sur les systèmes de ce type. Deux rotors, deux systèmes de basculement de nacelle moteur; Pourquoi garder des rotors quand on est capable de faire atterrir une fusée?
    J’ai pas vraiment l’impression que les voilures tournantes évoluent aussi vite que l’aviation traditionnelle, on voit toujours les vieilles recettes. Ce qui rend le UH-60 particulier, c’est ça robustesse et sa simplicité d’exploitation, un peut comme l’héritier du UH-1.
    A voir avec V-280 que je trouve laid et difficilement navalisable. Pourtant BELL fait un très beau hélicoptère d’attaque, le Invictus.
    https://www.youtube.com/watch?v=T5a9Djp9gsg
    https://www.youtube.com/watch?v=r9T1J5s1Dj4

    • Hermes dit :

      « Pourquoi garder des rotors quand on est capable de faire atterrir une fusée? »
      Je suis pas certains de comprendre si c’est sérieux ou troll comme question, mais je vais m’y risquer à y répondre dans le doute.

      Une fusée à la Falcon9, aussi impressionnant que cela puisse être, ca n’a aucun intérêt dans l’atmosphère, l’efficacité d’un moteur fusée est lamentable, surtout en comparaison des moteurs aviations qui doivent avoir un facteur 10 de différence en termes d’efficacité… Pour les hélicos c’est forcément un peu moins qu’un avion.

      Donc pourquoi on ne le fait pas… Tout simplement parce qu’on consommerait bien plus de carburant qu’il n’en est nécessaire, parce qu’on a pas besoin de la puissance démentiel des moteurs fusées pour les tâches courante de l’aviation.

      Et que les hélices reste tout de même bien plus stable et simple à contrôler en vol vertical que ne l’est un réacteur.

      Sinon on aurait tous des avions avec un réacteur à basculement comme le F35.

    • blavan dit :

      @airtatto. On ne peut plus faire évoluer l’hélicoptère classique sauf à fabriquer des pales dont l’extrémisé pourrait dépasser le mur du son et encore. Ce qui limite l’hélicoptère c’est la vitesse en bout de pale . C’est pourquoi on a ces convertibles qui permettent des rotors de plus petit diamètre tournant plus vite.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Pas de basculement de la nacelle sur le V280, seulement des rotors.
      Ca simplifie énormément l’affaire, de même que les pales ne se replient pas et que la voilure reste fixe aussi.

    • Bruno dit :

      Je crois que la différence majeure du Valor par rapport à l’Osprey est que dans le cas du V280, les moteurs ne basculent plus, ce ne sont « que » les rotors.

    • Jul dit :

      Je suis pas d’accord, le look je le trouve vraiment magnifique pour le 280 par contre je vous rejoin pour le invictus ! 😉

  14. xaloy dit :

    Certains experts n’avaient-ils pas jugé ce genre d’architecture peu fiable ?

  15. Auguste dit :

    Je suis curieux de le voir armé avec missiles air-sol,air-air,roquettes…etc.

  16. Mach dit :

    aux usa comme ailleurs on distribue les cartes

  17. Fafou dit :

    Quand ce 2 décembre, le B21 a été dévoilé, beaucoup ici on cru voir que après les gouffres financiers des programmes F22, F35, Zumwhalt, Osprey, ect, les us étaient revenus à des programmes « simple » et moins onéreux.
    Pas spécialiste de la mco mais au vu du prix et des problèmes du V22, ce choix d’aéronefs a rotors basculants pour remplacer 4.000 Blackhawk me semble être un retour dans leur travers.

    Un moteur de queue propulsif et un simple ou double rotor principal offre sur le papier les mêmes perfs, la complexité en moins, formation plus proche d’une voilure tournante traditionnelle, ect

    Je serais curieux de savoir pourquoi ils n’ont pas choisis le défiant ou un système semblable

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Sikorsky-Boeing_SB-1_Defiant

  18. DarkCed dit :

    Les 2 types d’appareils paraissaient complexes dans leur architecture. Perso le rotor contra rotatif de Defiant ne me disait rien de bon d’un côté MCO et fiabilité. Le V280 je le trouve trop large pour le coup donc effectivement pour la Navy ça va poser des pb. Cependant avec le V22 ils ont appris à fiabiliser le truc donc le V280 semble un choix logique.
    Après ils ne serait pas étonnant que le Raider X gagne l’autre compétition, Bell gagnant 2 programmes j’ai un doute mais leur solution est surement plus rustique que celle de Sikorsky qui l’a encore est un rotor contra rotatif. En tout cas hâte de voir voler le V280.

  19. ONERESQUE dit :

    Parmi les raisons pour lesquelles BELL a remporté le pompon, pêle-mêle :

    > Configuration beaucoup moins complexe que le SB-1 Defiant avec ses 2 contra-rotatifs superposés + son prop de queue

    > Beaucoup moins encombrant en Z avec les pales repliées pour les versions qui seront destinées aux Marines

    > Ce ne sont plus les nacelles qui basculent entièrement comme sur le V22 Osprey, c’est l’arbre de transmission avec une partie de la boîte, le moteur reste fixe à l’arrière. Très astucieux, çà compacifie tout, nécessite des vérins de basculement plus petits.

    > L’empennage en V fait tangage et lacet d’un coup…..comme les ruddervators

    BREF….un engin plus simple, plus robuste, plus fiable, sans doute beaucoup moins cher en MCO….

    Et, clin d’oeil futuriste, à part le fait que les rotors ne sont pas carénés, ce sont les COPYCAT des engins des Marines futuristes du blockbuster hollywoodien AVATAR ( le 1er )….James Cameron n’avait pas tapé loin….

    • Rom dit :

      Malgré les qualités indéniables d’un tel engin en vitesse et allonge, je reste surpris du choix pour remplacer complètement les Black Hawk quand on imagine l’envergure que doit représenter l’appareil !
      On ne pose pas dans le jardin d’une maison d’abbottabad, ni entre les lampadaires d’une avenue d’Abidjan, et la DZ en forêt !!

  20. Castel dit :

    Pour moi, ce n’est pas une surprise, quand on voit la différence de performances vis à vis de ses concurrents…
    Il me semble que ce gabarit est plus intéressant que celui du V22, car il devrait permettre à un groupe de combat de se rendre sur place avec un appareil tout aussi rapide, mais beaucoup plus maniable que l’Osprey; ; idéal pour une opération commando.
    Quand à ceux qui lui reprocheront sa capacité inférieure, je leur rappellerait qu’il s’agit plus d’un aéronef d’attaque, que de transports de troupes.
    Concernant la navalisation, je ne vois pas pourquoi ce qui a été possible avec le V22, ne le serait pas pour le Valor, au contraire, avec ses démentions plus modestes, il devrait pouvoir atterrir et décoller de la plus-part des plateformes prévues pour hélicoptères, notamment sur les frégates…
    Ceux qui me suivent sur ce site savent que d’habitude, je ne suis pas trop favorable à l’achat de matériels Américains, mais en supposant que le prix soit raisonnable, il me semble que ce serait une bonne acquisition pour nos forces spéciales !!!

    • Cantatrice dit :

      « Quand à ceux qui lui reprocheront »
      S’il vous plaît. Quant à. Avec un t. Pas un d.
      Quant à = En ce qui concerne
      Quand = Lorsque
      Quant à ceux qui lui reprocheront.

      • Castel dit :

        Avec vous, c’est toujours la même chanson….
        Je vous rappelle que si sur ce site, comme ailleurs, il me parait normal de respecter la langue Française, on est pas non plus à un concours d’orthographe !!

        • PK dit :

          Écrire sans faute ne relève pas du concours, mais de la bonne formation.

          C’est vrai que c’est quasiment mission impossible pour les jeunes au sortir de l’EN… Ils n’ont jamais appris.

          Par contre, ils se posent des questions sur leur genritude… On ne peut pas tout avoir non plus 🙂

          • tschok dit :

            Au moins, ils se posent des questions, eux.

          • ScopeWizard dit :

            Oui mais si une question est posée et qu’ elle reste sans réponse , c’ est pas vraiment mieux .

            Remarque , on peut toujours inventer ; c’ est d’ ailleurs bien ce que font beaucoup d’ entre eux , c’ est vrai que c’ est plus facile .

            En cette tâche , ils sont souvent bien aidés par des tschok .

        • Cantatrice dit :

          En effet, l’orthographe n’est pas le sujet de ce blog et je ne mesure que trop bien la répétitivité de mes interventions.
          Mais, pour être lassantes, sont-elles totalement inutiles ?
          Votre niveau de langage indique que vous avez les capacités qui vous permettraient sans trop de peine de ne pas répéter cette erreur, aussi ne suffirait-il probablement que d’une simple relecture avant envoi pour faire cesser mes sérénades.
          S’il vous plaît.

        • Seb dit :

          je n’irai pas reprocher à cantatrice d’essayer de relever le niveau des commentaires !
          bien au contraire !

        • ScopeWizard dit :

          Écoutez , personnellement , elle m’ amuse beaucoup notre nouvelle recrue ; @Cantatrice de talent s’ il en est .

          Et c’ est ma foi pourtant vrai que trop souvent nous nous précipitons , formulons de traviole ce qui nuit au rythme , laissons passer quelques fausses notes ; bref , à force de truffer de couacs tout l’ orchestre , dès que portes et fenêtres sont ouvertes , nous sommes alors fin prêts pour tomber à l’ eau….y compris en tant que solistes….
          https://www.youtube.com/watch?v=EyGTEuFm9K4

          « aussi ne suffirait-il probablement que d’une simple relecture avant envoi pour faire cesser mes sérénades. »

          Ah non non , surtout pas , n’ en faites rien ; c’ est trop marrant !

          Et puis , mine de rien , ce n’ est pas inutile….

          Par contre , si vous pouviez quelque peu « varier les plaisirs »….

          « quand » et «  »quant » , certes c’ est très bien , m’ enfin à force ça fait un peu cancan ; essayez autre chose….
          Alors à moins que vous ne le fassiez déjà , mais cette fois-ci en variant les plaisirs question pseudo….? 😉

  21. Frédéric dit :

    En HS, les ultimes hélicoptères Alouette III des armées françaises seront retirés du service le 9 décembre 2022 après une cérémonie a 10h depuis la base d’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic (Finistère) après soixante ans de carrière dans la marine :
    https://youtu.be/57pIqwXFvaU

  22. Nico from UK dit :

    J’aimai bien le SB1, superbe machine, esthétique, mais le V280 est parfait pour un conflit avec la Chine où il devrait parcourir de grandes distances.

    • jul dit :

      clairement, pareil e sb1 je le kiffé mes maleureusement v280 et bien meilleurs pour les longue distance donc sa répond parfaitement au cahier des charge

    • Math dit :

      Vous y croyez vraiment? Il servira à quoi exactement? Ça emporte moins qu’un Transall et coûte 5 fois plus cher. C’est pas sérieux. Juste une impasse technologique de plus made in USA. Oui, la machine est belle, mais elle ne sert à rien dans une guerre. Les programmes US un temps soit peu sérieux sont les Ekranoplanes et les bateaux de transport. Les gadgets pour bouger une section de combat à 50 ou 70M€ l’unité, avec 50 heures de maintenance par heure de vole, c’est juste du gaspillage. Les militaires pensent à l’industrie du jouet, les actionnaires et les ingénieurs pensent à faire une machine de rêve qui ne sert à rien et remplis les comptes en banque. On a l’exemple sous les yeux de ce qu’est un conflit à grande échelle. Et on nous bassine encore avec des Ferraris pour transport de milliardaires plutôt que d’engins vraiment conçu pour une production massive à destination de militaires. C’est n’importe quoi. N’importe quoi… En France, quand on prépare un conflit, on accroît les volumes de production de l’artillerie et les achats de treillis et munitions. C’est plutôt correcte conceptuellement. Les USA conçoivent des avions très perfectionnés, à coût d’acquisition et MCO délirant et sans allonge. Ils font des V22 et perdent l’es guerres. Encore un clou dans le cercueil de la puissance militaire US. Ça fait suer qu’ils deviennent à ce point peu fiables. Ils sniffent des films d’IronMan ou quoi? Ils feraient mieux de regarder des films de guerre de Corée. Ce serait plus instructif sur ce qui arrive.

      • Castel dit :

        Je ne vois pas très bien comment vous pouvez affirmer qu’il coute 5 fois plus cher qu’un Transall, alors qu’on en connaît pas encore le prix définitif ,vous devez plutôt confondre avec le V22, dont le prix exorbitant a été sans doute la principale raison de son échec à l’exportation….
        Je précise bien que cet aéronef ne serait susceptible d’intéresser l’armée que si il était proposé à un prix raisonnable, d’autre part, comme je l’ai précisé, il ne s’agit pas à priori d’un vecteur de transport, mais plutôt d’avoir la possibilité d’amener sur le théâtre des opérations un groupe de combat dans les meilleures conditions possibles, que ce soit en vitesse , en silence d’approche, avec une bonne autonomie et un plafond de vol susceptible de mettre les combattant rapidement en sécurité une fois l’opération terminée.
        Cet appareil ne prétend pas remplacer les hélicoptères ou encore moins les avions de transport, mais pourrait fournir un outil efficace surtout pour les opérations spéciales, donc, à mon sens, inutile d’en acquérir une grande quantité, mais en avoir quelques uns, pour des opérations bien spécifiques ….

      • tschok dit :

        @Math,

        Plus de 800 Mds USD de budget défense aux Etats-Unis pour 2022. Ca permet des fantaisies qui nous sont inconcevables.

        C’est pas le même monde.

      • Tant de temps dit :

        « Les programmes US un temps soit peu sérieux »
        Ce n’est pas parce que l’Académie française préconise d’écrire « au temps pour moi » plutôt que d’utiliser la graphie « autant pour moi » qu’il faut remplacer systématiquement « tant » par « temps » dans toutes les expressions.
        Ainsi, il conviendra d’écrire « un tant soit peu » et non « un temps soit peu ».

  23. Thierry le plus ancien dit :

    Le V-280 Valor possède plus du double de la vitesse et du rayon d’action du UH-60, il emporte également 23% de plus de troupes et 25% de plus de charge cargo, grâce évidemment à sont double rotor, c’est indéniablement un énorme progrès technologique.

    https://taskandpurpose.com/tech-tactics/army-bell-v-280-valor-black-hawk-replacement/

    Puisque Safran y a mis aussi ses billes dans le projet on peut raisonnablement espérer le voir servir aussi pour l’armée française un jour prochain d’autant qu’on est encore et toujours en déficit d’hélicos à forte charge ou capacité d’emport). Cet hélico là a une sacré puissance !

  24. Frédéric dit :

    Rappelons le Mil Mi-30 Vintoplan Soviétique testé dans les années 80/90 dans le même style :

    https://www.globalsecurity.org/military/world/russia/mi-30.htm