Lutte anti-drones : La Section technique de l’armée de Terre a terminé la dernière campagne de tir du système ARLAD

Afin de pouvoir disposer d’une capacité susceptible de protéger un convoi contre la menace des drones et autres munitions rôdeuses, la Section technique de l’armée de Terre [STAT] lança le projet ARLAD [adaptation réactive pour la lutte anti-drones] en 2020, soit bien avant la guerre du Haut-Karabakh et le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Deux évènements qui n’ont fait que conforter cette démarche.

Ainis, en mai dernier, lors d’une audition au Sénat, l’ex-Délégué général à l’armement [DGA], Joël Barre, avait indiqué que le projet ARLAD faisait désormais partie des « urgences opérations ». Et d’ajouter : « L’enjeu est de doter les véhicules de l’avant blindés [VAB] d’un radar de détection anti-drones et d’un effecteur capable de détruire les drones – une mitrailleuse de 12,7 millimètres – qu’il est prévu de doter également d’une capacité de lancement de grenades ».

Cela étant, et selon Air&Cosmos, la mitrailleuse de 12,7 mm s’est avérée insuffisante pour « garantir la destruction » de drones. D’où l’idée de doter chacun des VAB ARLAD [douze au total] d’une capacité « airbust » via un lance-grenades de 40 mm, devant priori être fourni par Heckler & Koch, l’idée étant de faire exploser une grenade à proximité de l’appareil à abattre. À noter que le radar utilisé est le même que celui du système MILAD [Moyens Interarmées de Lutte Anti-Drones] qui, développé par FLIR Systems, est en mesure de détecter un mini-drone à 2500 mètres de distance.

Quoi qu’il en soit, le projet ARLAD est arrivé dans la dernière ligne droite. En effet, via le réseau social Linkedin, la STAT a indiqué avoir validé la « dernière campagne de tir » de ce système de lutte anti-drones [LAD]

« L’équipe de marque lutte anti-drones, renforcée du 17e Groupe d’artillerie et du 68e Régiment d’artillerie d’Afrique, a mené les évaluations de la dernière conduite de tir adaptée à la neutralisation par lance-grenade de 40mm », a en effet annoncé la STAT.

Et d’ajouter que « plusieurs objectifs ont été atteints », comme « l’amélioration de la précision des tirs grâce à l’intégration des nouveaux paramètres météo » ou encore comme « l’adaptation des tirs de grenades selon le comportement et la trajectoire du drone ».

Photo : Antoine SIFFROI – STAT

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

49 contributions

  1. PK dit :

    L’Iron Dome du pauvre 🙂

    L’essentiel est que cela fonctionne…

    • vrai_chasseur dit :

      @PK
      Tout le monde cherche actuellement des solutions anti-drones efficaces,
      C’est-à-dire bien plus simples à mettre en oeuvre qu’un gros machin type Iron Dome, portables et déployables rapidement sur un champ de bataille.
      C’est un domaine émergent où l’innovation est poussée par des startups et des PME au savoir-faire pointu.
      L’USSOCOM américaine, par exemple, est mandatée pour trouver des solutions anti-drones pour toute l’armée américaine. Alors elle teste, expérimente, bricole, organise des journées de l’industrie, et n’hésite pas à s’appuyer sur des acteurs nouveaux comme Anduril Systems ( http://www.anduril.com/capability/counter-uas/ ) pour mettre en place des défenses anti-drones portables intégrées sur champ de bataille.
      On remarquera sur la vidéo d’Anduril Systems, des drones ‘tueurs’ anti-drones, voire anti-aile volante….

      Donc la STAT a raison, à son niveau, de bricoler, tester, innover : c’est par là que ça avance concrètement.
      Les solutions étant multiples (destruction cinétique ou par laser, brouillage électromagnétique, leurrage etc), l’armée française n’échappera pas à terme à une démarche d’intégration, afin de mettre toutes ces innovations en cohérence opérationnelle.
      A noter un retour d’expérience important de la guerre en Ukraine : la détection et surtout la classification ami/ ennemi des drones. Aucun des 2 belligérants n’est capable de le faire.

      • PK dit :

        Je suis bien d’accord et pour une fois qu’on ne part pas sur un truc alambiqué qui coûte une blinde, j’applaudis des deux mains.

        Il y a un bon principe dans la vie : un outil simple qui fait bien une chose.

    • R2D2 dit :

      L’Iron Dome n’est pas destiné à lutter contre les drones. Et si un système simple et économique peut être trouvé alors il n’y a aucun complexe à avoir, bien au contraire. Cela veut dire qu’une solution efficace anti drone pourra désormais être déployé à tout moment et en tout lieu. Aussi simplement qu’en déplaçant un VAB…

    • tow dit :

      Le commentaire idiot 🙂

      L’essentiel c’est de participer…

  2. Sempre en Davant dit :

    Alors là : Bravo!

    Si les vieux VAB sont une bonne plateforme de mise en œuvre ils trouveront une douce retraite dans les divers sites chichiteux qui ont grand besoin d’une protection anti drones. Si les PVP peuvent être équipés il y a des gens au Min Int qui devraient être clients.

    Avec les progrès de l’airburst le 40×46 offre une splendide capacité : celle de pouvoir tirer dans des directions ou l’on oserait pas ouvrir le feu avec une arme classique même en 5.56.
    S’il est possible de déterminer par télémétrie les distances de sécurités pour des habitations ou autres infrastructure a ne pas impacter. De programmer ainsi les zones de feu et les distance de détonation, voir même la priorité dans l’ordre des destructions en fonction de cette contrainte le progrès est énorme!

    Prochaine étape l’installation sur les plus petits véhicules comme les VBL et PVP avec télémétrie et fonctionnement sur alimentation électrique externe? Containérisation pour les installations sur bâtiments terrestres et navires indifféremment?
    Ou un 40×66 (60?) avec un canon long pour accroître la taille de la bulle?

    Compliments!

    P.S. une question me turlupine : des essais ont ils été fait avec des abrasifs et non des billes ou chevrotines? Dans le cas ou la bulle a défendre serait incluse dans un espace particulièrement réduit, s’il fallait tirer au dessus d’une foule, les abrasifs de sablages tels que des corindons de plus d’1mm pourraient ‘ils être projetés par l’explosion avec assez de force sans perdre leur structure?

    • Dolgan dit :

      prochaine étape, c’est plutôt remplacer le lance grenade par un helma P. c’est vraiment tout proche les lasers basse puissance sur véhicules . ça va rebattre les cartes pour les micro et mini drones.

      au dessus d une foule, on utilisera plutôt les solutions à base de brouillage. ça fait ses preuves en ukraine. le problème c’est qu un brouilleur, c’est un sapin de noel pas discret du tout quand il émet.

    • Gégétto dit :

      Sempre en Davant,

      [S’ il fallait tirer au dessus d’une foule]

      J espère que dans ce cas de figure seront privilégiés des moyens autres, du style: brouilleurs. Mais cela voudrait dire qu’ il faut protéger systématiquement tout rassemblement?

      Mais, quoi qu’ il en soit un drone avec des explosifs à bord , si l interception/destruction se fait au dessus de la foule…il y aura des dommages collatéraux.

      Le système ARLAD devrait être mis en place ,aussi ,dans nos sites sensibles.

      • Sempre en Davant dit :

        Dolgan,
        Vu, merci. Mais c’est pas encore près et le laser ne s’ arrêtera pas au feu ni au stop et il aura un respect de la priorité à droite toute parisienne.
        Quant au brouillage : seulement pour les drones guidés ?

        Gégétto,
        Imaginez qu’au Ratatouillistan doive se tenir une compétition planétaire. A l’occasion de celle ci des grands rassemblement se tiendront entre des immeubles hauts ou devant de grands stades.
        De la foule ou des immeubles peuvent être lancé des drones portant toutes sortes de menace dont un ou deux kg d’explosif.
        Quelle consigne donner aux forces de protection? Laisser le drone aller jusqu’à sa cible? L’abattre s’il est au dessus du 4 étage et prier s’il est en dessous? Quelle anticipation faites vous : charge explosive seule? Charge explosive + projectiles genre vis, clous etc. ?

        C’est pourquoi l’idée du Corindon m’est venue : est il possible de démolir le vecteur sans faire exploser la charge?

        Thierry le plus ancien,
        Si votre commentaire répond au mien : Si en arrivant sur une ZAD drone le système de tir peut se voir indiquer qu’ici la détonation doit avoir eu lieux à 500m là a 2000, ailleurs à 1200 la programmation de l’air burst est anticipée en tant que secteur de tir.
        YAPLUKA détruire les drones on ne risque plus de cartonner les copains… ou les parties chichiteuses des installations défendues. Peut être même en anticipant les effets des charges pouvant être porté par le drone.

        En complément quelques liens de Solomon :
        https://www.snafu-solomon.com/2022/11/elbit-has-built-hunterkiller-drone-to.html
        https://www.snafu-solomon.com/2022/11/2nd-low-altitude-air-defense-battalion.html
        https://armyrecognition.com/defense_news_november_2022_global_security_army_industry/us_marines_test_lmadis_low_altitude_air_defense_anti-drone_system.html
        https://www.snafu-solomon.com/2022/11/chinese-tengden-tb-001-with-ridiculous.html
        https://www.snafu-solomon.com/2022/11/video-of-new-turk-high-speed-drone.html

        2022 c’était déjà Soylent Green et voila que Terminator vient disperser le dîner et renverser la table… Ne jamais se moquer d’un Pape qui met l’arbalète à l’index.

        • Dolgan dit :

          le helma P, les deux premiers commandés seront là dans 2 ans pour les jo. et pas impossible que ça arrive avant.

          le brouillage, type milad, pour tout ce qui est téléguidé ou utilise le gps. ça couvre une majorité des drones civils et même militaires. et ça limite grandement les capacités des drones résistants qui doivent être préprogrammés sur une cible fixe.

          • Sempre en Davant dit :

            D’une part on serait tenté de dire bonnes nouvelles…. D’une autres, les technologie de reconnaissances faciales doivent être mure pour pour donner une capacité de navigation en fonction des bâtiments ou autres repères visuels. Et là pas glop!
            Une IA de ce type renverserait bien des tables et comme vous le dites plus bas si on allume le brouillage en permanence on doit arriver a ce faire repérer.

            Or, la variété des drones sera leur principale caractéristique. Et la plus part pourront être mis en œuvre de multiples façons. Ce qui est fort déplaisant.

            En dépit de mon adhésion a l’idéal olympique, qui ne devrait pas être respecté car la bien-pensance voudra exclure pour intégrer, cet événement tombe vraiment fort mal !

          • Plus-value dit :

            @Sempre
            D’une part, le plus part vers le haut et d’autre part, le moins part vers le bas, mais la plupart du temps tout cela se vaut.
            La plupart.

        • fabrice dit :

          En 2021 un drone menaçant s’est approché du Pape au cours d’une messe rassemblant 60 000 personnes en Slovaquie…
          https://aleteia.org/2021/12/14/rogue-drone-was-disabled-during-popes-mass-in-slovakia/
          Heureusement, le Pape fait confiance aux technologies israéliennes…
          La source est Aleteia
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Aleteia
          Bref l’Eglise catholique…

          • Dolgan dit :

            ce que vous voulez nous dire c’est que dieu protège le pape? et que donc c’est une preuve que l eglise catholique est la vraie foi du dieu unique? et que donc juifs, musulmans et chrétiens vont s unir pour la paix et l amour du prochain ?

          • Sermpre en Davant dit :

            Tant mieux pour le Pape mais ce qui est contrariant dans la promotion que fait Elbit de ses drones c’est la révélation du concept et du vecteur.

            Chacun copiera et essaiera de passer devant. Y compris des non étatiques; des entreprises privés , des eschatologiques…

            Des sujets de cette nature méritent donc une grande discrétion. Ce qui n’empêche pas le pape de remercier pour lui et pour les présents ceux qui ont contribué à la sécurité de l’événement.

    • Sempre en Davant dit :

      Et la détection phonique ?
      Par dispersion de « micros » autour du bivouac ou de la zone d’intérêt avec triangulation.

      Comme aussi le contre point : brouillage par imitation du son d’autres engins.

    • Stick dit :

      Bonjour, si vous le permettez, une petite correction: à priori, il s’agirait plutôt de grenades 40×53 haute vitesse que de grenades de 40×46 basse vitesse.

      Par ailleurs, je rejoints votre avis qu’il serait bien de vulgariser cette solution en l’utilisant en sur d’autres véhicules et en fixe, puisque le gros du travail semble avoir déjà été fait en validant et améliorant le concept à travers plusieurs campagnes de tir.

    • HMX dit :

      @Sempre en Davant
      l’idée d’utiliser de l’abrasif de sablage est en effet à creuser pour une utilisation au dessus d’une foule, ou à proximité d’immeubles. Cela étant, ces petites particules de corindons perdront très vite leur énergie, et l’efficacité risque d’être limitée, sauf impact direct. En complément du « classique » brouillage, d’autres voies peuvent être explorées pour l’interception cinétique :

      La première consisterait à utiliser une munition de lance grenade contenant des centaines de billes de plomb entourées de caoutchouc, du diamètre adéquat, suffisantes pour endommager la structure d’un drone dans un rayon de 2 ou 3 mètres, mais sans causer d’important dommages collatéraux au delà de cette zone.

      La seconde consisterait à développer une munition avec une charge (air comprimé ?) qui éjecterait à 360° de longs et fins filaments reliés entre eux façon toile d’araignée, qui viendraient se prendre dans les hélices du drone assaillant pour le faire instantanément chuter au sol.

      La troisième consisterait à employer des drones intercepteurs spécifiquement conçus pour prendre en chasse et percuter leurs congénères. Ces drones étant positionnés aux endroits stratégiques, déjà en vol ou prêts à automatiquement prendre l’air en une fraction de seconde en cas d’alerte.

      Dans tous les cas, quels que soient les capteurs et la munition employée, la clé du succès résidera dans les capacités de détection et de suivi des drones (y compris en présence de cibles multiples), et dans l’automatisation de la phase d’interception, gage de rapidité et d’efficacité. Le système ARLAD est un pas important dans ce sens, même si on semble encore loin d’un système automatisé abouti.

  3. Aymard de Ledonner dit :

    On voit que les drones et munitions rodeuses sont assez facilement gérables à condition de se donner la peine d’y réfléchir et d’y consacrer un minimum de moyens.

  4. Thierry le plus ancien dit :

    La grenade de 40mm airbust est programmable pour exploser à une distance déterminé, dans le cas d’un drone le tireur n’aura évidemment pas le temps d’estimer la distance qui change en permanence et le système devra être doté d’un laser pour déterminer en permanence la bonne distance d’explosion et que les munition soit réglé immédiatement au fur et à mesure par un détonateur électronique, les informations de distance du laser lui étant communiqué par un contact électrique quand la munition est chambré dans l’arme.

    Si on programme d’avance toutes les munitions pour une distance donnée et que le ou les drones parvient franchir cette distance alors c’est foutu.

    Je ne sais même pas si une telle arme existe, techniquement c’est tout à fait possible mais bien plus onéreux qu’une mitrailleuse de 12,7, si la 12,7 ne suffit pas dans ce cas il faut les jumeler en tourelle par 2 ou même 4 !!!
    A court terme ça me paraît plus simple et moins cher pour un résultat similaire sans doute.

    la Grenade 40mm airbust reste une invention efficace dans d’autres domaines à condition de laisser le temps au tireur de programmer sa grenade pour qu’elle explose au dessus de la tête de l’adversaire ou même derrière lui, en établissant la distance avec précision par le laser

    • et v’lan passe moi l’éponge dit :

      Est-ce que quelqu’un sait si l’on est capable de cibler avec un laser une munition du genre grenade Airbust?

      • Stick dit :

        Si il y a un système capable de détecter et suivre la grenade, cela doit être théoriquement possible. Mais en raison de la taille, la vitesse et la trajectoire du projectile, je doute que cela marche vraiment. L’un des buts du laser c’est justement de pouvoir faire du C-RAM, sauf qu’a priori le plus petit objet interceptable serait un projectile de mortier de 60 mm. Après seuls les tests nous le dirons.

        • et v'lan passe moi l'éponge dit :

          Mon idée n’est pas de détruire une grenade assaillante, mais de tirer sur une grenade qui serait lancée contre un drone pour la faire détonner à son niveau ce qui permettrai de ne pas être contraint par la distance. C’est sans doute une idée farfelue.

    • Stick dit :

      J’imagine que le radar permet de connaître la position du drone et que le tireur n’a pas à estimer la distance lui-même. Cela doit se faire automatiquement par le système qui transmets alors le temps de vol à la grenade pour intercepter la cible.

      L’article dit que la 12,7 s’est avérée être insuffisante, ce qui me parait logique puisqu’il faut alors toucher directement le drone avec le projectile. Ce qui pose aussi un problème de sécurité si on ne fait pas coup au but. Avec du 40 mm, même si on est à coté, la gerbe d’éclats permet de l’atteindre et comme la munition explose quoi qu’il se passe, il n’y a pas le risque de voir le projectile continuer sa trajectoire.

  5. AirTatto dit :

    on parle de 2500 mètres… donc efficace contre les munitions rôdeuses en phase terminale et les petits drones d’observations grand publique d’aujourd’hui. On constate en Ukraine que cela représente un grand nombre de vecteurs pour le reconnaissance et le réglage de tir d’artillerie.
    Après… pour ceux qui en doute, les drone commerciaux à usage grand publique peuvent déjà évoluer hors de l’enveloppe de ce système.
    Une vidéo assez extrême avec un drone bas de gamme qui « évolue » a 10 000 mètre d’altitude https://www.youtube.com/watch?v=h7NmRVDOOfQ&t=1108s
    Concernant les capteurs, on prend un banale Nikon P900, on peut voir jusqu’à 93Km max… certes pas utilisable sur un drone à cause du mouvement mais c’est juste pour comprendre que même avec le LIDAR, le FLIR et les capteurs actuels grand publiques, on exploite le Zoom en vol avec stabilisateur d’image a + de 5 km… sur un drone de moins de 10 kg.
    Il y a encore du travail donc mais c’est un début.

    • Res publica dit :

      Grand public.
      Des drones d’observation (destinés au) grand public.
      Un usage (prévu pour le) grand public.
      Les capteurs (accessibles au) grand public.

    • Stick dit :

      2500 mètres pour la détection. La distance de destruction doit être beaucoup moindre.

      Efficace contre les petits drones, cela m’a l’air certain mais contre les munitions rodeuses en phase terminale pas sûr. Celles de type « ailes d’avion » qui ne vont pas très vite, je dirais oui, puisque sur une photo sur Linkedin on voit que la STAT a touché un drone à voilure fixe. Mais contre des munitions qui descendent en piqué à grande vitesse, cela risque d’être difficile.

  6. Olivier dit :

    Quand on voit comment a été détruit le ceasar en Ukraine oui ca urge….

  7. hdo dit :

    et alors, n’y a t’il pas un pays en guerre en ce moment que l’on pourrait aider avec cette merveille? combat proven il serait!
    franchement nous sommes tellement tellement LENTS!

    • fabrice dit :

      Attention, malheureux, ne dîtes pas ça, vous allez être traité de « sioniste » « anti France » « qu’est ce qu’il nous fait ch avec ses start up de m. celui là » blababla
      Pourtant c’est la simple vérité. A dire vrai, il semblerait que l’armée/les décideurs en prennent conscience et commencent à demander à la DGA de se botter les fesses.
      Je constate avec satisfaction que ça s’améliore quand même un peu ! peut être que certains lisent ce blog…

      • Castel dit :

        N’avez vous pas été déçu de la proximité du rappeur Kanye West qui affiche au grand jour son antisémitisme avec votre « ami » Trump dont il se dit très proche ?

  8. DSR dit :

    Pourquoi ne pas utiliser les ondes radios pour bloquer les drones ? Ils fonctionnent et obéissent par ce moyen, donc on doit pouvoir les rendre inutilisables… Ou je me trompe ?

    • Castel dit :

      Ce ne doit pas être si simple que ça, sinon, tout comme les missiles, on pourrait envisager de les retourner à l’envoyeur… ( on en parle depuis l’apparition des engins télécommandés)
      Bien sûr, si on trouvait un jour ce genre de solution, ce serait la perfection, mais en sachant par avance que nos adversaires potentiels essayeraient alors de percer les secrets de cette découverte par tous les moyens !!

    • Dolgan dit :

      le brouillage est utilisé (voir milad pour la france) avec succès en ukraine. mais les brouilleurs peuvent pas être partout. et surtout, ils ont la fâcheuse tendance à se faire tirer dessus par l ennemi (par définition, si tu utilise ton brouilleur, tu révèle ta position). ça limite donc l usage proche du front.

  9. Jul dit :

    LOL un vieu lance grenade multiple US utilisé dans les année 2000 qu’il qualifie, mdr, laisse moi rire

  10. vieux margi dit :

    Vieux matos ou pas …ou l’art de s adapter avec ce que l on a…et que ça marche, ça c est Français..
    Artillerie toujours. L Arme savante..on y a des génies en son sein côté. Drones , j en connais…
    Que voulez vous…. artilleur. un jour …artilleur toujours..
    Et par Ste Barbe. Vive la bombarde.

  11. Gégétto dit :

    Sempre en Davant,

    Vous avez raison de poser la question de la destruction du vecteur sans faire exploser la charge seule ou additionnée de projectiles divers.
    C est pour cela que j’ écrivais que pour protéger une foule , il valait peut-être mieux mettre des brouilleurs (drones guidés).
    Dans le cadre d une manifestation sportive ou autre de prévue, la mise en place de brouilleurs me semble aisée.

    Dans ces deux cas de figure (charge seule ou additionnée de projectiles divers), il semblerait qu’ il faille privilégier la destruction des moteurs ( pas simple) ou de l électronique.
    . Pour ce qui est de la destruction de la partie électronique, j ai mis un lien plus bas d un système qui utilise des micro-ondes pour cela. Bon certainement plus onéreux que votre proposition à base de substance abrasive style Corindon.

    https://www.forbes.fr/technologie/la-course-aux-armes-a-micro-ondes-sintensifie/

    • tschok dit :

      Peut-être qu’on pourrait distinguer les missions de sécurité publique, qui relève de l’action des forces de l’ordre, des missions plus spécifiquement militaires, liées à la guerre?

      Même si dans les deux cas, il peut y avoir des recoupements: on peut avoir besoin de sécuriser des zones, par exemple.

      On a souvent tendance à mélanger police et armée, le salon Milipol par exemple. Réintroduire des distinctions, qui ont été gommées plus pour des nécessités marketing ou idéologiques qu’autre chose, permettrait de sérier les problèmes.

    • Sempre en Davant dit :

      Gégétto,

      Ne nous trompons pas de conjonction! Il ne faut pas OU mais ET.
      Car les circonstances et les moyens peuvent varier du tout au tout.

      Protéger son bivouac, ou son antenne chir, ou sa centrale atomique, ou son terminal méthanier, ou, ou, ou… Et où?

      Il semble que la plus part des contributions postulent des engins contrôlés à distance individuellement.
      A mon sens ce ne sera bientôt le cas que du « vaisseau mère » qu’il soit un gros drone, un coffre, un container, un sac à dos ou un drone ou un Atlantique III… Les effecteurs seront déclenchés par une reconnaissance d’image, ou de signature thermique, ou électromagnétique ou ???

      C’est pourquoi la solution 40×46 airburst séduit. Elle est capable de former des bouchons dans une zone ou les autres solutions cinétiques menaceraient l’environnement
      La vidéo est claire sur l’abandon de l’idée « doucette ».
      Pourquoi ne pas avoir une solution pour « usine à gaz »? Du corindon, un liant…

      Pouvoir « laseriser » ou « micorondér » peut poser les même problèmes avec un hélico TV au dessus d’une foule ou d’une installation sensible. Il n’est pas compliqué de profiter de la présence d’un hélico pour lancer un « vol d’étourneau » vers les images en mémoire.

      tschok,

      Avec l’€urope et l’ensemble interposition, ONG, Machins on en est venu a une distinction géographique ; TN Min IN, Opex Min Déf…
      Et même les Bobbies sont armés comme ne l’étaient pas les casques bleus en Yougo. I
      l y a d’ailleurs des documentaires sur la police britannique et leurs discours est éclairant : beaucoup venus pour le « policing by concent » refusent de se transformer en soldat dans les rues de leurs villes. ( https://www.gov.uk/government/publications/policing-by-consent/definition-of-policing-by-consent )

      Cette confusion est du même ordre que les nations c’est la guerre les régions c’est la paix qu’on nous a vendu à la même époque. Je maintien qu’il faut distinguer le justiciable qui concerne la police de l’ennemi qui concerne l’armée.

      Et une fois encore, pour la symétrie du raisonnement la question n’est pas ‘(selon l’ancienne loi) qu’un pistolet en 9×19 soit une arme de guerre a la ceinture d’un civil de policier,(HOHOHO première catégorie martiale qui fait peur! Brrr!) tandis qu’un camion lancé dans une foule ne serait qu’une arme par destination (peuuhhh 7éme…)… comme la vie de l’auto utilisée pour souffleter un maroufle qui laisserai son chien pisser sur les jantes en bois de votre avant guerre. Cette violence chez les collectionneurs pollueurs
      Sans oublier la perspective d’une citerne par destination réceptacle de 30 m cubes de nitrofioul, tatp…

      Dès lors qu’on ne s’égare plus dans la géographie pour se masquer la nature des choses qui font peur, il me semble que l’on comprend qu’il faut des moyens pour le judiciaire comme jadis il en eu fallu à la prison d’Alger… Et des contrôles de douanes pour éviter qu’ali baba soit l’armurerie qui nous vaincra même si nous abandonnions nos beau principes pour les corvées de bois…

    • HMX dit :

      @Gégétto
      Tous les drones n’emploient pas une liaison de données. Certains peuvent très bien être programmés pour suivre un parcours défini à l’avance, et par exemple, aller exploser à l’endroit choisi en utilisant un simple guidage GPS, ou par centrale inertielle. Ces drones là ne peuvent pas être brouillés. Par ailleurs, les drones militaires peuvent utiliser une liaison de données sécurisée, beaucoup plus difficile à brouiller que les drones du commerce. D’où la nécessité d’envisager une interception cinétique. Le brouillage est nécessaire, mais pas suffisant.

  12. Dam dit :

    Vu la taille des drones, du plomb pour le gibier au fusil de chasse c est pas plus efficace ?!

    Lol

  13. Daniel BESSON dit :

    Tiens puisque l’on cause de drones , cela fait 90 ans aujourd’hui que l’inventeur Etasunien Lester BARLOW a annoncé qu’il avait renoncé de vendre un  » drone suicide  » radiocommandé à l’URSS . Ce grand humaniste avait aussi projeté de les vendre à l’Allemagne et au Japon et était en contact avec une société de radio-électricité Italienne pour contourner les mesures restrictives ( embargo technologique ) du traité de Versailles à l’encontre de l’ Allemagne .
    Des comac et des palmées le Lester !
    La transaction ne s’est en fait jamais réalisé malgré l’appui  » appuyé  » d’un certain TOUKACHEVSKY auprès du Vojd . Aussi par le rachat forcé de ses brevets par le gvt Etasunien .
    Concept en partir cop… Réalisé toutefois avec le  » chasseur parasite  » sous le bombardier TB-3
    Lester BARLOW était l’inventeur de fusées de bombes déclenchables par la mesure de l’altitude afin d' »arroser  » la cible . Il avait intégré cette invention dans ses drones pilotables ( radio-commandés ) C’est presque le Sha… Le Geran-2 qui frappe des transformateurs et les réactances des sous-stations en Ukraine avec des charges de balles en tungstène … ;0)

    • Daniel BESSON dit :

      Cit :[ une société de radio-électricité Italienne pour contourner les mesures restrictives ( embargo technologique ) du traité de Versailles à l’encontre de l’ Allemagne ]

      Filière reprise ensuite par l’URSS … ;0)

  14. bluesmartini dit :

    La meilleure solution est de généraliser le 40 CTA sur l’ensemble des engins de l’armée 🙂