Laser : La Commission européenne autorise le rachat de 63% du capital de CILAS par Safran et MBDA

Compte-tenu de l’importance qu’elles sont susceptibles de prendre dans les années à venir, en particulier en matière de lutte anti-drones [en permettant d’éviter le tir d’un missile surface-air coûteux], les armes à effet dirigé [ou laser] sont considérées comme prioritaires par la Direction générale de l’armement [DGA].

Ainis, en juin dernier, celle-ci a commandé un premier prototype opérationnel de l’arme laser HELMA-P auprès de la Compagnie industrielle des lasers [CILAS], dans le cadre du marché L2AD [Laser de lutte anti-drones], doté de 10 millions d’euros.

Or, cette PME, qui produit également des désignateurs laser [comme par exemple le DHY3], connaît actuellement des difficultés financières, avec une dette cumulée de 50 millions d’euros, conséquence d’un chiffre d’affaires en recul constant depuis 2018 [il s’est élevé à 27,25 millions l’an passé, ndlr] et d’un résultat net ayant chuté de 89,73% en 2021.

En outre, après le groupe Areva, qui cédé sa participation de 37% à Lumibird, chef de file européen dans le domaine des laser, son actionnaire ArianeGroup a récemment fait connaître son intention de se désengager de CILAS… et de revendre sa participation dans le capital de la PME.

Voyant l’occasion de créer une filière française unique dans le domaine des laser, Lumibird s’était mis sur les rang pour le rachat de la participation de 63% dans le capital de CILAS afin d’être seul aux commandes. Seulement, ArianeGroup annonça, en décembre 2021, être entré en négociations exclusives avec Safran Electronics & Defense [SED] et MBDA France, les deux industriels ayant alors l’intention de créer un co-entreprise ad hoc.

Lors de l’audition du ministre des Armées, Sébastien Lecornu, au Sénat, la semaine passée, le Délégué général pour l’armement [DGA], Emmanuel Chiva, a évoqué le dossier CILAS, en réponse à une question du sénateur Olivier Cadic, inquiet de la tournure des évènements.

« L’arme laser, cruciale pour la lutte anti-drones, est une mission prioritaire pour nos armées, mais la France a pris du retard. La société CILAS, acteur indispensable en la matière, connaît une situation financière catastrophique, doublée d’une grave dépendance technologique envers les États-Unis. Seul un développement de son partenariat avec Lumibird, leader européen pour les lasers, est susceptible de retourner cette situation. Allez-vous prendre rapidement les mesures qui s’imposent? », a ainsi demandé le parlementaire.

« CILAS fabrique, entre autres, des armes laser. Lumibird est aussi un fournisseur mondial de diodes laser, notamment pour le domaine spatial. Le service des affaires industrielles et de l’intelligence économique [SIIE] de la Direction générale pour l’armement prend garde à ce que les actifs critiques pour la BITD [Base industrielle et technologique de défense] soient préservés », a d’abord fait valoir.

Et d’ajouter : « Le projet de reprise de CILAS est prêt. Nous attendons l’avis de la direction générale de la concurrence de la Commission européenne […]. Nous espérons un avis positif, qui permettra la reprise par Safran et MBDA. […] Lumibird garderait ses parts et nous ferons en sorte de préserver le développement de la filière laser en France ».

En effet, certains concurrents de Safran et de MBDA se sont inquiétés de ce rapprochement avec CILAS, ce qui a motivé une enquête de la Commission européenne… Et celle-ci a annoncé son verdict, ce 17 octobre.

« La Commission a conclu que la concentration ne soulèverait pas de problème de concurrence compte tenu de son impact limité sur la structure du marché, ainsi que du fait que la nouvelle entité n’aurait pas la capacité de verrouiller l’accès des potentiels fournisseurs d’effecteurs lasers à un éventuel marché des systèmes d’armes laser. La transaction a été examinée dans le cadre de la procédure normale de contrôle des concentrations », a indiqué l’exécutif européen.

Reste maintenant à voir comment les nouveaux actionnaires de CILAS vont cohabiter… En tout cas, l’État, via l’Agence des participations de l’État [APE], s’est porté acquéreur d’une action de CILAS « auprès de la société ArianeGroup SAS, au prix de 2,47 euros », selon un arrêté paru au Journal Officiel en mars dernier.

L’État « va prendre une action dans Cilas pour pouvoir la transformer le moment venu, en action de préférence afin qu’il puisse avoir le même niveau de protection sur Cilas qu’il a aujourd’hui à travers l’action de préférence qu’il détient dans ArianeGroup », avait expliqué une source officielle à l’AFP.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

36 contributions

  1. Fralipolipi dit :

    Bon et bien heureusement … car si l’option d’actionnariat tricolore avait été refusée, on aurait eu matière à montrer les dents,
    surtout au moment où on commence à peine à tester/exploiter les lasers de CILAS dans nos armées, notamment dans la MN
    https://www.navalnews.com/event-news/euronaval-2022/2022/10/frances-new-fremm-da-alsace-proved-its-worth-on-first-deployment/

    • PeterR dit :

      Ariane Groupe est détenu à 50/50 par Airbus et … Safran. Donc Safran vend en partie à Safran. Si maintenant c’est 50/50 avec MBDA il n’y a en fait pas de changement réel des 50% des 63% déjà détenus par Safran … si j’ai bien suivi

  2. philbeau dit :

    Le simple énoncé de l’article a de quoi faire bondir : sur un sujet stratégique pour la défense , l’Etat français doit donc se soumettre , il n’y a pas d’autre mot , à des fonctionnaires bruxellois, dont on sait qu’ils sont en poste de par un intense lobbying limite mafieux , en charge de s’assurer de règles …de concurrence commerciale . Si là encore on ne prend pas les citoyens français pour des billes sans importance …Qu’ils sont d’ailleurs quelque part en votant pour des politiques qui les trahissent .

  3. Soult dit :

    Pardon? La commission européenne aurait été en mesure de bloquer ce type d’opération vitale? Mais comment pet on encore nous faire croire que les intérêt de la France sont défendus?

    • Fabouze dit :

      en l’occurrence elle ne l’a pas fait… alors pourquoi crier à l’injustice…

      • PK dit :

        Eh oui, il restait la cours d’injustice européenne au cas où…

        Ou pas : https://www.infochretienne.com/peine-prononcee-contre-une-femen-qui-avait-mime-lavortement-de-jesus-dans-une-eglise-la-france-condamnee-par-la-cedh/

        Avec une Europe comme cela, la France n’a pas besoin d’ennemi…

      • Olivier dit :

        Certes, elle ne l’a pas fait. Mais le simple fait que la France, pour des sujets comme celui-ci, doive demander la permission de Bruxelles (et encore, je dis Bruxelles pour être poli), c’est très perturbant. Car la magnanimité de nos maîtres, ce coup-ci, ne doit pas faire oublier que s’ils avaient trouvé la moindre entorse à leur dieu, nommé « Concurrence libre et non faussée » (ce dieu qui est à nos époques modernes, ce qu’ont toujours été les dieux traditionnels, inexistants mais gourmands en sacrifices ; le crime de distorsion concurrentielle a remplacé celui de blasphème), ils auraient interdit ce rapprochement. Ce qui revient à dire que l’Union Européenne, sur ce sujet-là, joue potentiellement contre les intérêts de la France, et, je dois le dire, contre les intérêts du continent qu’elle est censée renforcer.

      • Plouc putatif dit :

        @ Fabouze
        La bonne foi de votre intervention n´est pas évidente : le problème n´est pas qu´elle ait bloqué ou non, le problème est qu’elle AURAIT PU bloquer.
        Tout le monde avait compris. C’est grave et c’est ce qui entraîne les protestations.
        Franchement, vous n´aviez pas compris, Fabouze ?

      • Soult dit :

        C’est le fait qu’elle ait son mot à dire le problème.

    • Patrick, de Belgique dit :

      Comment? Vous ne saviez pas? A part la voix à l’ONU et la force de frappe, qu’est-ce qui est encore français et hors de portée des autorités de Bruxelles Europe? Et je me demande même si dans l’idée de certains, une certaine forme de partage de la force nucléaire moyennant eurofinances ne serait pas en train de faire son chemin, avec bien sûr toutes les conséquences et les renoncements qui pourraient en découler! Mais c’est toujours une bonne nouvelle d’apprendre que des efforts sont faits pour protéger ce qui peut être utile à la Défense, on devrait procéder de même pour d’autres domaines sensibles, tout ne peut pas relever seulement de la stratégie capitalistique; mais on va dire que je ne suis pas un …bon Européen, tant pis!

      • vno dit :

        Ce qui est encore Français, la non reconnaissance des droits de l’homme pour nos militaires !

        • Patrick, de Belgique dit :

          Les droits de l’Homme, c’est bien, à condition de ne pas en faire une nouvelle religion, avec ses grands prêtres, ses intégristes, ses grenouilles de bénitiers et aussi ses marchands bien sûr, toujours à l’affut d’une cause à défendre! J’ai lu le document du Conseil de l’Europe Recommandation CM/Rec (2010) 4 , il y a bien sûr beaucoup de choses intéressantes mais le problème est surtout l’interprétation que des esprits hostiles pourraient en faire; il ne faut pas perdre de vue que tout ce qui peut affaiblir l’appareil militaire de la France et l’Etat français peut s’avérer positif pour certains, à l’extérieur comme à l’intérieur du pays, il ne faut pas être parano pour penser comme çà! Donc ces notions de droits de l’Homme aux Armées doivent être abordées avec précaution. Maintenant, si vous parlez de conditions de logement, de pensions décentes, etc…; ce sont bien sûr des évidences, la sécurité au travail, çà devient plus discutable, vu le métier…, par contre, la discipline librement consentie, le respect de la nécessaire voie hiérarchique ou la disponibilité des personnels lorsque la situation l’impose, ce ne sont pas des notions qui sont négociables! D’une manière générale, moins à l’étranger (avec des complicités françaises) on mettra son nez dans les affaires militaires de la France et mieux çà vaudra!

    • tschok dit :

      @Soult,

      Non, cette opération n’est pas vitale pour la France.

      Mettons-nous bien d’accord sur l’opération dont nous parlons: la cession de la participation d’ArianeGroup dans le capital de CILAS (63%) à Safran et MBDA, via une co-entreprise ad hoc.

      Cette opération là, elle n’est pas « vitale ». C’est du Meccano financier.

      En fait, il y avait une autre option, qui impliquait davantage Lumibird:https://www.usinenouvelle.com/article/mbda-et-safran-coiffent-sur-le-poteau-lumibird-pour-le-controle-de-cilas.N1169737

      En revanche, ce qui intéresse la défense nationale, c’est la création d’une filière française dans le domaine des lasers, qui, lui, est considéré comme crucial, notamment en ce qui concerne les armes laser anti-drones.

      Dans ce cadre, le gouvernement a préféré le tandem Safran/MBDA, ce qui permet de maintenir CILAS dans le périmètre de la BITD française.

      • Meeow dit :

        CILAS, ce sont aussi des compétences dans les équipements laser de détection et de guidage depuis + de 30 ans, sans compter les miroirs utilisés dans les observatoires de recherche spatiale (VLT)

      • Soult dit :

        L’armement c’est vital, comme vous le reconnaissez vous même l’opération maintien l’entreprise dans la BITD française. La commission ne devrait pas avoir son mot à dire. Peut importe que ce soit une participation indirecte à 63% via une co entreprise l’enjeux.

  4. mich dit :

    Tiens , il y a encore des pas content , étonnant non !!

  5. bonnechancemonpapa dit :

    « La Commission a conclu que la concentration ne soulèverait pas de problème de concurrence compte tenu de son impact limité sur la structure du marché ». Com-mission européenne, c’est comme concurrence libre et non faussée, ça commence par con. Et à Bruxelles, ils ne manquent pas à commencer par l’impayable Josep Borell qui menace de détruire l’armée russe (en cas de tir nucléaire en Ukraine, ce qui fait un gros Si.

  6. PK dit :

    Par contre, on continue de se faire piller en France, malgré notre Manu qui fait que défendre notre industrie :

    L’américain Heico continue son marché en France avec le rachat de la pépite toulousaine TRAD

    TRAD Tests & Radiations développe des capacités critiques pour ses clients, qui sont notamment les principales agences spatiales mondiales et les principaux intégrateurs de satellites (Crédits : TRAD)

    Début octobre, la société américaine Heico Corporation a annoncé que sa filiale française 3D PLUS a racheté la pépite toulousaine TRAD Tests & Radiations, basée à Labège dans la banlieue de Toulouse. Après être entré en négociations exclusives fin juillet avec le fonds britannique IK Partners en vue d’acquérir Exxelia.

    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/l-americain-heico-continue-son-marche-en-france-avec-le-rachat-de-la-pepite-toulousaine-trad-936858.html

    Mais heureusement, Manu délègue à l’UE la défense de nos intérêts.

  7. Europhobe dit :

    En considération de notre souveraineté l’on doit évidemment s’étonner (voire se scandaliser), comme plusieurs ici, que la Grosse Commission Européenne donne son autorisation sur une affaire de BITD française (mais donnerait-elle seulement son avis, ce serait aussi grave).
    .
    Restons optimistes : peut-être donne-t-elle son autorisation parce qu’elle sait que notre gouvernement serait capable de s’en passer si elle ne la donnait pas ? Euh… non, c’est une hypothèse farfelue.
    La GCE donne son autorisation plutôt parce que les commissaires savent qu’ils n’ont pas intérêt à trop forcer : à cause des abus de pouvoir commis par l’U.E. s’appuyant sur des gouvernements xénocratiques, les souverainismes montent. Les gouvernements xénocratiques sont en passe d’être remplacés par des gouvernements souverainistes qui ne manqueront pas de virer ces commissaires avant la fin de leur lucratif mandat pour les remplacer par des commissaires plus soucieux des intérêts nationaux.
    Merci aux Italiens.

    • tschok dit :

      Dans vos rêves, Europhobe.

      La fracturation de la société ne se passe pas du tout dans ce sens-là.

      L’instrumentalisation de la masse des crétins par la minorité des puissants, qui perfectionne son expertise dans la manipulation de la bêtise humaine, progresse effectivement. On appelle ça le populisme.

      Le fait d’en être l’un de ses adhérents idiots, et de le proclamer fièrement, en espérant dans l’aube des grands soirs vengeurs et les lendemains qui chantent, ne changera rien à une vérité de base: vous restez du consommable.

      • Europhobe dit :

        @ tschok
        Votre conception paléomarxiste ne vaut rien. Vous oubliez la richesse humaine que constituent les Nations.
        « La masse des crétins vs la minorité des puissants », c’est facile, c’est binaire. Mais heureusement la réalité humaine est un peu moins simpliste.

      • Czar dit :

        autant que toi, qui es de plus éminemment dispensable.

      • Franchouillard dit :

        Tschok
        Clairement vous croyez ne pas faire partie de la masse des crétins, ces 1% de l´humanité qui font pourtant la grandeur de la France.
        On ne vous contestera pas votre positionnement.

  8. Vinz dit :

    Effet de bord du marasme économique actuel en europe : les entreprises européennes coûtent 20% moins chères, gratuitement par la magie $, pour les entreprises US. Elles font donc tranquillement leur marché. ex Heico : Exxelia, TRAD… apparemment la techno des cols roulés ne les intéressent pas.

    • Czar dit :

      effectivement, faut croire que la dévaluation de la monnaie, c’est moins grave quand c’est pas le RN qui la propose là on a l’inconvénient des deux systèmes : le corset euro, mais qui sombre face au dollar

      • tschok dit :

        Je croyais que l’euro était trop fort. Que c’était ça la ruine de l’économie frôônçaise, la pierre de touche de sa désindustrialisation.

        Vous couinez depuis 20 ans parce que l’euro est trop fort. Le voilà faible, vous couinez encore. Jamais content, toujours couinant.

        • Czar dit :

          « là on a l’inconvénient des deux systèmes : le corset euro, mais qui sombre face au dollar »

          y avait trop de mots dans ma phrase pour que tu déchiffres du premier coup ? c’est curieux quand même pour quelqu’un dont l’argument principal est de se poser en toucan solitaire, planant impérieusement sur la masse des cons, y a quand même pas mal besoin de t’expliquer les choses en détachant les syllabes. COVID long peut-être ? (prépare ton 8ème bousteur (kitonne)