YPG / Archives

La Turquie va renforcer sa présence militaire dans le nord de la Syrie

Dans un premier temps, l’opération « Bouclier de l’Euphrate », lancée le 24 août, dans le nord de la Syrie, par la Turquie avec le concours de groupes rebelles syriens, avait deux objectifs : chasser l’État islamique (EI ou Daesh) de la ville frontalière de Jarabulus et empêcher les milices kurdes syriennes, liées au Parti des travailleurs

Des commandos américains déployés en appui de l’armée turque dans le nord de la Syrie

Un proverbe dit : « Les amis de mes amis sont mes amis et les ennemis de mes amis sont mes ennemis ». Mais cette affirmation n’est pas toujours pertinente, notamment dans cet Orient compliqué, vers lequel le général de Gaulle « volait avec des idées simples ». Ainsi, depuis le 24 août, la Turquie, avec des groupes rebelles

Syrie : La trêve sera très compliquée à faire appliquer

  Le 9 septembre, les États-Unis et la Russie ont conclu un accord visant à instaurer un cessez-le-feu et à lancer un processus de transition politique en Syrie. Si cette trêve tient plus d’une semaine, alors les forces américaines et russes pourraient coordonner leurs efforts contre les groupes jihadistes et terroristes qui sévissent dans ce pays.

L’Iran demande à la Turquie de mettre un terme à son intervention militaire dans le nord de la Syrie

Les États-Unis, et plus largement les Occidentaux, seraient soulagés de voir la Turquie cesser son intervention militaire dans le nord de la Syrie. Lancée avec le concours de groupes rebelles syriens soutenus par Ankara, l’opération « Bouclier de l’Euphrate », si elle a d’abord consisté à chasser les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) de Jarabulus

Le président Hollande parle de « risques d’embrasement général » après l’intervention turque en Syrie

Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a estimé, le 29 août, que le conflit entre les forces armées turques et les milices kurdes syriennes (YPG) peut « être évité », pourvu que leurs positions soient figées. « Nous appelons les deux parties à ne pas se combattre l’une l’autre, et à continuer à concentrer leurs efforts

Le Pentagone juge inacceptables les combats entre les forces turques et les milices kurdes syriennes

Le 28 août, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a réaffirmé les objectifs de l’opération « Bouclier de l’Euphrate », lancée la semaine passée dans le secteur de Jarablus, dans le nord de la Syrie. « Nous avons la même détermination à combattre le Parti de l’Union démocratique (PYD) en Syrie que l’EI », a-t-il lancé, lors d’un discours

Ankara dit avoir le droit d’intervenir si les milices kurdes syriennes ne se replient pas à l’est de l’Euphrate

L’offensive turque, appelée « Bouclier de l’Euphrate », lancée le 24 août dans le nord de la Syrie avec des chars appuyés par de l’aviation, des forces spéciales et des rebelles syriens soutenus par Ankara, n’a pas fait un pli. En quelques heures, la ville de Jarabulus, alors occupée par l’État islamique (EI ou Daesh), a été

La Turquie a lancé une opération militaire dans le nord de la Syrie

Il y a deux semaines, dans le nord de la Syrie, les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui réunissent les milices kurdes et des groupes arabes armés, ont chassé l’État islamique (EI ou Daesh) de la ville de Manbij, avec le soutien aérien de la coalition internationale dirigée par les États-Unis. Seulement, des jihadistes ont réussi

L’aviation syrienne a bombardé des positions kurdes

Jusqu’en avril dernier, les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés avaient évité de s’en prendre aux milices liées au Parti de l’union démocratique kurde (PYD), ce dernier se tenant à distance du conflit entre le régime de Bachar el-Assad et la rébellion, tout en cherchant à obtenir davantage d’autonomie pour les régions qu’il contrôle et

Les forces spéciales américaines appuient une offensive anti-jihadiste au nord de Raqqa, fief de Daesh

Trois jours après la discrète visite du général Joe Votel, le chef du commandement américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient (US CENTCOM), dans le nord de la Syrie, les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui regroupent les milices kurdes des YPG et des groupes arabes armés, ont lancé une offensive au nord de Raqqa, fief