YPG / Archives

Une agence turque a révélé les positions des forces spéciales françaises et américaines en Syrie

Pour le moment, le ministère des Armées n’a pas réagi officiellement, contrairement au Pentagone. Et pourtant, l’affaire n’est pas anodine. En effet, l’agence de presse pro-gouvernementale turque Anadolu a dévoilé, le 17 juillet, les positions occupées par les forces spéciales françaises et américaines dans le nord de la Syrie, ce qui compromet évidemment la sécurité

La Turquie menace d’intervenir militairement dans le canton kurde d’Afrin, en Syrie

Le 28 juin, Ankara a indiqué avoir procédé à des tirs d’artillerie contre des positions tenues par les milices kurdes syriennes (YPG), dans le secteur frontalier d’Afrin, situé dans le nord-ouest de la Syrie. Et cela, en réponse à des accrochages entre des miliciens kurdes et des combattants de factions de l’Armée syrienne libre (ASL),

Les Forces démocratiques syriennes sont entrées dans Raqqa, bastion syrien de Daesh

Près d’un mois après la prise de la ville et du barrage de Tabqa par les Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les milices kurdes syriennes (YPG) constituent l’épine dorsale, l’opération « Colère de l’Euphrate », lancée le 5 novembre 2016, vient d’entrer une nouvelle phase. En effet, ce 6 juin, les FDS ont annoncé le début de

Raqqa : Daesh chassé de la ville et du barrage de Tabqa par les Forces démocratiques syriennes

L’offensive en direction de Raqqa ne devrait pas tarder. Le 10 mai au soir, les Forces démocratiques syriennes (FDS), constituées de milices kurdes (YPG) et de groupes arabes armés, ont en effet confirmé avoir pris le contrôle du barrage et de la ville de Tabqa, cette dernière étant le dernier verrou stratégique sur la route

Coalition anti-EI : Le président Trump approuve la livraison d’armes aux milices kurdes syriennes

À Copenhague, le 9 mai, lors d’une réunion des pays membres de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a assuré que la Turquie serait associée à l’offensive visant à chasser l’État islamique (EI ou Daesh) de la ville syrienne de Raqqa, d’où seraient partis, d’ailleurs, les

Syrie/Turquie : Une « frappe accidentelle » contre les soldats américains détachés auprès des milices kurdes n’est pas exclue

Le 25 avril, l’aviation turque a bombardé des positions tenues par les milices kurdes syriennes (YPG) près de la ville d’al-Malikiyah, dans le nord de la Syrie. « Afin de détruire ces foyers de terrorisme qui menacent la sécurité, l’unité et l’intégrité de notre pays et de notre nation, et dans le cadre de nos droits

Les milices kurdes syriennes demandent l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne

Le bilan des frappes aériennes turques ayant visé, le 25 avril, des positions tenues par les milices kurdes syriennes (YPG) près de la ville d’al-Malikiyah s’est encore alourdi, avec désormais 20 combattants tués et une vingtaine de blessés. Au lendemain de ces raids aériens, le ton est monté d’un cran entre les forces turques et

Des frappes aériennes turques font au moins 20 tués parmi des combattants anti-État islamique

Alors qu’elles sont en première ligne face à l’État islamique (EI ou Daesh), avec le soutien de coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, qui compte sur elles pour mener l’offensive en direction de Raqqa, les milices kurdes syriennes (YPG) ont à nouveau été visées par des frappes aériennes turques, ce 25 avril. Ce raid, mené

La Turquie annonce la fin de l’opération « Bouclier de l’Euphrate »

Le 24 août 2016, la Turquie lançait une opération militaire, appelée « Bouclier de l’Euphrate » afin d’écarter la menace de l’État islamique (EI ou Daesh) de sa frontière et d’empêcher les milices kurdes syriennes (YPG), intégrées aux Forces démocratiques syriennes (FDS) de faire la jonction entre les territoires passés sous leur contrôle dans le nord de

Les milices kurdes syriennes affirment avoir trouvé un accord avec les forces russes; Moscou dément

Le porte-parole des Unités de protection du peuple kurde (YPG), Redur Xelil, a affirmé, ce 20 mars, qu’un accord portant sur la formation militaire et l’implantation d’une base à Afrin avait été conclu la veille avec la Russie. « C’est le premier accord du genre », a précisé M. Xelil, rapporte l’AFP. Selon lui, il prévoit « un