violences / Archives

Centrafrique : La mission des Nations unies a mené une opération d’ampleur contre le groupe armé 3R

Parmi la myriade de groupes armés qui sévissent et tentent d’imposer leur loi en Centrafrique, celui qui se fait appeler « 3R » pour « Retour, Réclamation et Réhabilitation » a de nouveau fait parler de lui, fin septembre, en attaquant les localités de Bocaranga et de Niem, dans le nord-ouest du pays, malgré la présence de casques bleus

Centrafrique : Malgré un accord de cessez-le-feu, de nouveaux combats font au moins 40 tués à Bria

En Centrafrique, la durée d’un accord de cessez-le-feu est équivalente au temps qu’il faut pour reboucher les stylos avec lesquels il a été signé par les différentes parties. Depuis plusieurs mois, différents groupes armés, aux alliances fluctuantes, s’affrontent, en particulier dans le centre et le sud-est de la Centrafrique, sur fond de rivalités éthniques et

La Centrafrique risque à nouveau « l’instabilité généralisée » et « l’embrasement », prévient l’ONU

Ces dernières semaines, la Centrafrique a connu une flambée de violences, en particulier à Alindao, Bangassou, Mobaye et Bria, dans l’est du pays. Les affrontements signalés dans ces localités, à l’origine de la fuite de près de 90.000 civils en 15 jours, seraient le fait d’éléments appartenant à des groupes d’autodéfense anti-balaka, désignés ainsi « parce

La reprise des violences en Centrafrique a fait fuir près de 90.000 civils en deux semaines

Le « Mapping des violations graves du droit international des droits de l’homme et du droit international, humanitaires commises sur le territoire de la RCA de janvier 2003 à décembre 2015 » [.pdf], publié cette semaine par les Nations unies, est édifiant. Depuis la chute du président Ange-Félix Patassé jusqu’à la normalisation de la vie politique rendue

Centrafrique : Qui est derrière l’attaque de Bangassou?

D’après un premier bilan donné par les Nations unies le 16 mai, la flambée de violence qui a eu lieu à Bangassou, à 470 km à l’est de Bangui, près de la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC), auraient fait au moins 26 morts parmi les civils. Ces victimes ont péri quelques jours

Les Nations unies font état d’une « hausse alarmante » des violences en Centrafrique

Parce qu’elle avait atteint ses objectifs – empêcher des massacres de masse à Bangui, relancer le processus politique et assurer la montée en puissance de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de la République centrafrique (MINUSCA) – l’opération française Sangaris a pris officiellement fin le 30 octobre dernier. Pour autant, les

L’ONU craint une nouvelle escalade de la violence en Centrafrique

À Bambari, dans l’est de la Centrafrique, des affrontements entre factions rebelles ont fait au moins 10 tués, le 4 juillet. Selon la gendarmerie locale, les combats ont impliqué des membres de l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC), une des principales factions armées issues de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, qui avait pris le

Regain de tensions en Centrafrique, alors que les effectifs de Sangaris ont été réduits

Alors que les effectifs de l’opération française Sangaris, conformément à ce qui avait été annoncé, viennent d’être ramenés à 350 militaires, la Centrafrique connaît un regain de tensions depuis quelques jours. Et cela, après plusieurs mois d’une relative accalmie. Ainsi, le 16 juin, 10 personnes ont été tuées dans la région de Ngaoundaye, au nord-ouest,

En 2015, les violences physiques contre les gendarmes ont augmenté de 27%

Chaque année, vers l’automne, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publie un rapport dans lequel sont détaillés les atteintes commises contre les personnels et les biens de la gendarmerie. Ainsi, la dernière étude précisait que 2.377 gendarmes avait été agressés physiquement en 2014, soit une hausse de +2,5% par rapport à

Un Casque bleu tué en Centrafrique; Renforcement attendu de la MINUSCA

La situation en Centrafrique s’annonce extrêmement tendue pour les semaines qui viennent, avec l’organisation d’un référendum et d’élections en décembre et la visite à Bangui du Pape François, les 29 et 30 novembre prochains. Car si le niveau des violences a diminué, des groupes armés restent actifs et cherchent à raviver les tensions communautaires afin