US Centcom / Archives

Pour un général américain, les militaires français sont des « partenaires très sûrs et fiables »

En décembre 2015, la CTF 50 de l’US Navy, déployée dans le golfe arabo-persique, fut emmenée pour la première par un navire non-américain, à savoir le porte-avions français Charles de Gaulle. « Atteindre ce niveau d’interopérabilité au point que le groupe aéronaval du Charles-de-Gaulle puisse prendre le commandement de la Task Force 50 […] illustre notre

Afghanistan/talibans : Le Pentagone commence à recevoir « des signaux positifs » de la part de l’état-major pakistanais

Durant les années 1990, le Pakistan a soutenu les taliban afghans parce qu’il avait besoin d’un pouvoir stable à Kaboul afin de s’assurer d’une profondeur stratégique face à l’Inde et de sécurité pour son approvisionnement en gaz naturel par le Turkmenistan (d’où le projet « CentGas » à l’époque). Après les attentats du 11 septembre 2001 et

Un drone MQ-9 Reaper américain a été abattu au Yémen

Quand les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, ont annoncé avoir abattu un drone MQ-9 Reaper au-dessus de Sana’a, au Yémen, l’on pouvait penser, au premier abord, qu’il s’agissait d’un appareil mis en oeuvre par l’Arabie Saoudite, pays qui a pris la tête d’une coalition arabe pour soutenir les troupes loyales à Abdrabbo Mansour Hadi, le

Un général américain veut perturber les activités déstabilisatrices de l’Iran par des « moyens militaires »

En juillet 2015, suite à l’accord sur le programme nucléaire iranien trouvé à Vienne, certains se montrèrent optimiste en disant espérer une normalisation des relations avec Téhéran. D’autres furent plus sceptiques, estimant au contraire que la levée des sanctions économiques allait donner plus de moyens à l’Iran pour se livrer à des activités déstablisatrices au

Au moins 800 combattants de Daesh auraient été tués depuis le début de la bataille de Mossoul

Plus de 10 jours après le lancement de l’offensive visant à chasser l’État islamique (EI ou Daesh) de la ville de Mossoul, le général Joseph Votel, le chef de l’US CENTCOM, le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen Orient, s’est risqué à donner un premier bilan des pertes subies par les jihadistes.

Moscou et Damas accusent la coalition d’avoir frappé une position de l’armée syrienne à Deir Ezzor

Le ministère russe de la Défense a accusé, le 17 septembre, la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) dirigée par les États-Unis d’avoir effectué des frappes aériennes contre une position occupée par l’armée syrienne dans les environs de Deir Ezzor, une ville contrôlée en grande partie par les jihadistes, qui tiennent aussi la province du

Irak/Syrie : L’aviation américaine fait les fonds de tiroir pour trouver des bombes à guidage GPS/laser

En décembre 2015, alors que le prochain budget du Pentagone était en cours d’élaboration, le général Mark Welsh, le chef d’état-major de l’US Air Force, avait dit redouter manquer de munitions pour les opérations actuellement en cours contre l’État islamique (EI ou Daesh) en Syrie et en Irak. À cause des réductions budgétaires imposées aux

Le chef des forces spéciales américaines nommé à la tête du commandement pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale

Que ce soit en Afghanistan, en Irak ou en Syrie, l’US Special Operations Command (USSOCOM) est actuellement très sollicité pour appuyer les forces terrestres locales contre les insurgés taliban et les jihadistes de l’État islamique. En Syrie, environ 50 opérateurs des forces spéciales américaines ont ainsi été déployés auprès des Forces démocratiques syriennes (FDS), une

Des rebelles syriens formés par les États-Unis ont remis une partie de leurs équipements à al-Qaïda

Au coeur d’une enquête interne au sujet d’analyses du renseignement falsifiées pour présenter une situation en Irak meilleure qu’elle ne l’est réellement, l’US CENTCOM, le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient, a finalement reconnu que les 70 rebelles syriens formés dans le cadre du programme « Train & Equip » (T&E) qu’il supervise, ont

Pas de défection chez les rebelles récemment entrés en Syrie, assure le Pentagone

Quelques heures après l’annonce de leur arrivée en Syrie, il a été affirmé sur les réseaux sociaux et par certains journaux, que les 70 rebelles des New Syrian Forces (NSF), formées dans le cadre d’un programme « Train & Equip » (T&E) de l’armée américaine, avaient immédiatement rejoint, avec armes et bagages, les rangs du Front al-Nosra,