US Centcom / Archives

Baptême du feu pour les F-35B de l’US Marine Corps

Plus de trois après avoir atteint sa capacité opérationnelle initiale, le F-35B, la version à décollage court et à atterrissage vertical [STOVL pour short take off vertical landing] de l’avion développé par Lockheed-Martin, a effectué sa première mission de combat, ce 27 septembre, en Afghanistan. « Pendant cette mission, les F-35B ont mené une frappe aérienne

Les États-Unis mettent en garde l’Iran contre ses activités en Irak

La semaine passée, des heurts ont éclaté dans la province pétrolière de Bassorah [sud-est de l’Irak], sur fond de tensions sociales. Estimant ne pas profiter de juteuses recettes tirées de l’exploitation de pétrole, plusieurs centaines de manifestants ont exigé de meilleurs services publics (au moins 20.000 personnes ont été hospitalisées, en août, après avoir bu

Syrie : Le ton monte sérieusement entre Américains et Russes au sujet de la région d’At-Tanf

Quand le président russe, Vladimir Poutine, dit que le régime syrien doit recouvrer le contrôle de la totalité de son territoire, il ne parle pas seulement de la province d’Idleb, encore aux mains de groupes rebelles dominés par la coalition jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-Front al-Nosra, autrefois lié à al-Qaïda)… Mais aussi de la

Le général Kenneth McKenzie supervisera les opérations américaines au Moyen-Orient et Asie centrale

Le général Kenneth McKenzie sera-t-il plus « souple » que le général Joseph Votel, auquel il devrait succéder à la tête de l’US CENTCOM, c’est à dire le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient? Actuellement directeur de l’état-major interarmées au Pentagone, le général McKenzie, 61 ans, est issu du corps des Marines [USMC], au

Iran : Les forces américaines déterminées à assurer une « extraordinaire vigilance » dans le détroit d’Ormuz

Conséquence de leur retrait de l’accord sur le programme nucléaire iranien, péniblement obtenu en 2015, les États-Unis ont décidé de rétablir leurs sanctions économiques à l’égard de l’Iran en deux temps. Depuis le 6 août, un premier train de mesure visent les transactions libellées en dollars et les échanges de biens. Puis, le 4 novembre,

Une association pro-Erdogan demande l’arrestation d’officiers américains, accusés d’avoir des liens avec le mouvement Gülen

Les relations entre les États-Unis et la Turquie traversent une zone orageuse. Le soutien américain aux milices kurdes syriennes dans le cadre des opérations menées contre l’État islamique [EI ou Daesh] au Levant était déjà un motif de fâcherie entre Ankara et Washington. Mais il n’est pas le seul. Le rapprochement – spectaculaire – de

Le Qatar annonce le début d’un chantier visant à agrandir la base américaine d’al-Udeid

Parmi les implantations militaires américaines au Moyen-Orient, celle d’al-Udeid est la plus importante. Construite en 1996 dans le cadre d’un accord de défense conclu avec Doha, elle abrite actuellement 10.000 militaires américains ainsi que l’état-major de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis. En outre, elle joue un rôle important pour les opérations menées par

Un escadron de F-35B de l’US Marine Corps est en route vers le Moyen-Orient

Alors que les F-35I israéliens ont déjà été engagés dans des opérations de combat, les F-35B de l’US Marine Corps [USMC] vont-ils, à leur tour, connaître l’épreuve du feu? En effet, et bien que cela ait été annoncé en janvier dernier, le Marine Fighter Attack Squadron [VMFA] 211, dont les F-35B sont habituellement basés à

Pour un général américain, les militaires français sont des « partenaires très sûrs et fiables »

En décembre 2015, la CTF 50 de l’US Navy, déployée dans le golfe arabo-persique, fut emmenée pour la première par un navire non-américain, à savoir le porte-avions français Charles de Gaulle. « Atteindre ce niveau d’interopérabilité au point que le groupe aéronaval du Charles-de-Gaulle puisse prendre le commandement de la Task Force 50 […] illustre notre

Afghanistan/talibans : Le Pentagone commence à recevoir « des signaux positifs » de la part de l’état-major pakistanais

Durant les années 1990, le Pakistan a soutenu les taliban afghans parce qu’il avait besoin d’un pouvoir stable à Kaboul afin de s’assurer d’une profondeur stratégique face à l’Inde et de sécurité pour son approvisionnement en gaz naturel par le Turkmenistan (d’où le projet « CentGas » à l’époque). Après les attentats du 11 septembre 2001 et